Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros120Entretien« Subvertir la distinction même e...

Entretien

« Subvertir la distinction même entre texte et contexte »

Entretien avec Dominique Maingueneau réalisé par Thierry Guilbert
“Subvert the distinction between text and context”
«Subvirtiendo la distinción entre texto y contexto»
Dominique Maingueneau et Thierry Guilbert
p. 185-198

Résumés

Dominique Maingueneau, linguiste et analyste du discours, est interrogé par Thierry Guilbert sur les relations de l’analyse du discours avec le discours politique. Revenant d’abord sur les débuts de l’analyse du discours de ligne française puis sur un certain nombre de notions et de conceptions proposées par Dominique Maingueneau (positionnement, champ discursif, institutions discursives, discours constituant), l’entretien montre combien l’analyse du discours permet d’appréhender l’intrication du discours et des institutions politiques.

Haut de page

Texte intégral

Mots. Les langages du langage politique : Vous avez fait partie de la première génération des linguistes qui ont pu se présenter « comme spécialistes d’un domaine académique reconnu » (Maingueneau, 2017, p. 131), l’analyse du discours. Vous avez participé activement à la diffusion et à la production de ses outils et de ses notions. Parlons un peu des années qui ont suivi sa « naissance ». Que pensez-vous de l’idée répandue selon laquelle l’analyse du discours française des années 1970 était essentiellement, voire uniquement, centrée ou focalisée sur le discours politique ?

Dominique Maingueneau : Il serait facile de montrer que l’analyse du discours politique ne recouvre pas l’ensemble des recherches en analyse du discours des années 1970. On peut évoquer par exemple les travaux de Patrick Charaudeau sur les médias, ceux de Sophie Moirand sur le discours didactique ou les miens sur le discours religieux. Mais il est indéniable que c’est le discours politique qui était au centre de l’attention, que c’est autour de lui que l’analyse du discours française a construit son identité.

Pour qu’un espace de recherche nouveau émerge, il faut une transformation du paysage social et intellectuel, mais il faut aussi que des chercheurs y investissent leurs énergies. L’apparition de l’analyse du discours en France est inséparable de l’effervescence politique des années 1960, elle-même associée à une transformation profonde du monde universitaire. C’est le militantisme politique qui a ainsi porté les recherches qu’on associe à « l’école française » : qu’il s’agisse des linguistes proches du Parti communiste (à Nanterre, autour de Jean Dubois, ou de l’entreprise d’analyse automatique du discours de Michel Pêcheux) ou d’une gauche plutôt non communiste pour la lexicométrie politique de Saint-Cloud.

  • 1 Si l’on fait de 1969 une année repère, celle où paraissent le numéro 13 de la revue Langages, cons (...)

Mais cela ne suffit pas à expliquer la relation étroite qui s’est nouée entre militantisme politique et étude des textes. L’analyse du discours étant apparue1 quelques années après la « Nouvelle critique » et les débats autour de la revue Tel Quel, elle s’est spontanément glissée dans son sillage : toute mise en cause des approches traditionnelles des textes avait déjà pris une valeur politique. L’opposition entre conservateurs et contestataires en matière d’approche des textes se manifestait au sein même des institutions universitaires ; la 9e section au CNU, d’orientation littéraire, était dominée par les conservateurs, tandis que la 7e section, dédiée à la linguistique, était acquise aux syndicats de gauche. Un analyste du discours pouvait difficilement être affilié à la 9e section. Pour la plupart des analystes du discours français, une « théorie du discours » ne pouvait pas s’élaborer sans une « théorie de l’idéologie ». Il est compréhensible que ce soit autour du discours politique que cette articulation se soit faite tout naturellement : on pouvait penser que, d’une certaine façon, tout énoncé avait une valeur politique plus ou moins dissimulée.

Une seconde raison qui peut expliquer la focalisation sur le discours politique est que ce type de discours n’était pas alors un corpus légitime dans les facultés de lettres ; on l’abordait essentiellement dans les départements de sciences sociales. Le recours à des techniques d’analyse sophistiquées était jusque là réservé aux textes littéraires, philosophiques, religieux ; les sciences sociales se contentaient d’une analyse de contenu. Les filières de communication, qui ne se laissent pas enfermer dans cette opposition traditionnelle entre lettres et sciences sociales, étaient alors embryonnaires : c’est en 1975 seulement que s’est créée une section spécifique au CNU. C’est cette distribution des tâches qu’a mise en cause l’analyse du discours, tout simplement en accordant aux textes politiques l’attention qui était auparavant réservée aux corpus favoris des facultés de lettres. Développer des méthodes d’analyse du discours politique, c’était contester les divisions de l’institution universitaire et marquer sa différence. Ce qui a eu pour effet, non désiré, d’exclure tacitement de l’analyse du discours les corpus littéraires, philosophiques ou religieux. Mais c’est là une autre histoire.

Indépendamment de l’engagement politique des chercheurs, on peut se demander si ce n’est pas la logique même de l’analyse du discours qui l’orientait vers le discours politique. La plupart des analystes du discours affichent leur volonté d’articuler propriétés textuelles et phénomènes extratextuels. Certes, cette volonté de sortir de la clôture du texte mobilise des concepts et des méthodes très divers (du simple repérage d’indices linguistiques au fil du texte à des modèles qui entendent subvertir l’opposition même entre texte et contexte), mais les analystes du discours sont d’accord pour reprocher aux spécialistes des textes d’ignorer leur ancrage social et aux spécialistes de sciences sociales de penser qu’on peut faire l’économie de la langue, traverser les textes pour accéder à des situations sociales dont ils seraient le « reflet ». Comme le soulignaient en 1972 Denise Maldidier, Claudine Normand et Régine Robin, l’idéal était d’aller au-delà d’une simple mise en relation de deux « univers parallèles » :

« Ces deux univers parallèles dont on va chercher ensuite les rapports sont pensés, l’un dans les concepts de la linguistique, l’autre dans ceux de la sociologie. Le rapport ne pourra être théorisé qu’en fonction d’une vague interdisciplinarité qui ne remettra pas en cause la conceptualisation du champ linguistique ni celle du champ sociologique. Si bien qu’une telle démarche dont les résultats sont très importants pour notre propos, peut, à son corps défendant, s’inscrire dans des problématiques idéologiques alors même qu’elle s’en croit préservée. C’est pourquoi, hors du cadre pour le moment inadéquat de l’interdisciplinarité dans les études socio-linguistiques du discours, nous proposons un objet nouveau, celui des pratiques discursives dans une formation sociale. » (Maldidier, Normand, Robin, 1972, p. 124)

Quand on se donne un tel objectif, les corpus que l’on tend à privilégier sont ceux qui associent visiblement textes et conflits sociaux, ceux où l’on peut raisonner en termes de positionnement dans un champ de forces bien balisé. Ce qui incite à négliger les textes qui n’entretiennent pas de relations immédiates avec un « extérieur » social ou, à l’inverse, ceux qui ont une faible consistance textuelle, qui sont en quelque sorte absorbés par la situation où ils sont produits (cela peut expliquer pourquoi en France l’étude des interactions orales s’est longtemps développée dans un espace distinct de celui de l’analyse du discours). Comme les textes politiques sont de ces textes très construits qu’affectionnent les stylisticiens, mais qu’ils n’appartiennent pas au corpus traditionnel, leur étude conférait un ethos à la fois transgressif et militant à ceux qui s’y consacraient, tout en leur permettant de réutiliser un grand nombre d’outils fournis par la tradition stylistique ou la rhétorique.

Pour expliquer l’importance alors accordée au discours politique, j’invoquerai une dernière raison, peu théorique, mais qui n’est pas insignifiante du point de vue d’une sociologie des sciences : la politique relève d’une culture partagée par tous, et elle suscite spontanément l’intérêt d’un grand nombre de gens. On pourrait faire une remarque comparable à propos des médias. Pour les chercheurs, c’était une raison supplémentaire de privilégier les corpus politiques : non seulement ils pensaient participer à une entreprise militante, mais encore cela leur permettait de toucher un public relativement large.

Mots. Les langages du politique : Pour illustrer cet ancrage du discours dans le social selon l’analyse du discours, nous pourrions revenir sur deux notions que vous avez évoquées : d’une part, la notion de « positionnement », que vous avez définie notamment dans L’analyse du discours (1991), puis dans Les termes clés de l’analyse du discours (1996), et dont on trouve une définition élargie dans le Dictionnaire de l’analyse du discours que vous avez dirigé avec P. Charaudeau (2002), et d’autre part, la notion de « champ » de Pierre Bourdieu. Comment articulez-vous ces deux notions ? La notion de positionnement, au moins dans ses premières définitions (1991 et 1996), comme d’ailleurs la notion de champ, semble reposer sur une forme de praxis, de théorie de l’action. Elle semble de ce point de vue particulièrement opératoire pour l’analyse du discours politique, non ?

Dominique Maingueneau : Positionnement et champ sont deux notions indissociables, mais je ne les ai pas utilisées au même moment. Je ne me rappelle plus précisément quand j’ai commencé à parler de « positionnement », mais je pense que c’est vers 1990. La notion de « champ », ou plus exactement de « champ discursif », en revanche, je l’ai employée dès les années 1970 ; elle était au cœur de la problématique de mes recherches sur le discours religieux, qui portaient sur l’interaction constitutive entre deux identités discursives que je catégorisais à l’époque comme des formations discursives et que j’appellerais plutôt aujourd’hui des positionnements.

L’intérêt majeur de la notion de positionnement est qu’elle désigne à la fois une activité et le produit de cette activité, la délimitation d’un territoire et ce territoire, qu’elle ne sépare pas les deux aspects. Quand j’ai commencé à parler de « positionnement » prévalait une conception plutôt structurale : aux divers groupes étaient associées autant de « doctrines », de « visions du monde » que l’analyste du discours devait mettre en contraste pour repérer les spécificités de chacun. Parler de positionnement, c’est présupposer qu’il n’existe pas une doctrine fixe, mais un travail incertain de délimitation réciproque à l’intérieur d’un espace en reconfiguration permanente. L’unité d’analyse pertinente n’est donc pas un positionnement en lui-même, mais les multiples interactions travers lesquelles il se constitue et se maintient. Autant dire que la gestion des frontières est l’activité essentielle de ceux qui énoncent en se réclamant d’un certain positionnement.

  • 2 Ancien nom du parti d’extrême droite aujourd’hui nommé Rassemblement national.

La notion de positionnement est pertinente pour un grand nombre de discours, mais elle ne recouvre pas la même chose selon les discours concernés. Dans le cas du discours religieux ou du discours philosophique, par exemple, on peut penser qu’on a affaire à des systèmes sémantiques dont on peut aisément montrer la cohérence. En revanche, le discours politique est beaucoup moins stable : il est constamment soumis aux pressions contradictoires d’une opinion en prise sur l’actualité, à l’échelle nationale et internationale. De toute façon, quand on parle de positionnement politique, il faut être prudent : il y a les textes produits par les appareils partisans et il y a la politique qui se fait au jour le jour. Peut-être cela permettrait-il d’expliquer le rôle important que joue ce que les commentateurs politiques appellent les « lignes rouges ». Comme le contenu d’un positionnement politique est instable, un certain nombre de frontières symboliques permettent de lui donner une stabilité minimale : par exemple, la distinction entre droite et extrême droite en France passe largement par le refus de la moindre alliance avec le Front national2, la gauche se doit de défendre la « laïcité », etc. Mais l’histoire nous montre qu’aucune ligne rouge n’est fixée de toute éternité.

P. Bourdieu a élaboré la notion de champ pour rendre raison du comportement d’acteurs qui privilégient les enjeux internes, qui agissent selon des normes spécifiques qui les distinguent de ceux qu’ils jugent être des profanes. Un analyste du discours est amené à raisonner en termes de « champ discursif » parce que c’est un espace où l’on travaille sans cesse à construire et à préserver des identités énonciatives dont il faut montrer la légitimité. Mais le discours politique est plus large que le champ politique. Le discours politique, c’est à la fois un réseau d’appareils (en particulier de multiples pratiques, de genres dans diverses institutions), une mémoire (une « archive ») et un champ. Ce dernier n’a pas d’existence physique, mais « tient » par la coopération d’une multitude d’acteurs en lutte pour obtenir ou préserver une autorité énonciative et qui, pour se faire reconnaître dans cet espace qui est toujours déjà saturé, doivent inscrire leurs paroles à une certaine place : le plus souvent, c’est une place déjà existante qu’ils s’efforcent d’occuper, beaucoup plus rarement, c’est une place nouvelle qu’ils s’efforcent de délimiter.

Un champ discursif n’est pas un espace homogène de lutte de tous contre tous. Il possède une zone centrale, une périphérie et une frontière. Au centre se trouvent les positionnements, dominants et dominés, qui occupent le devant de la scène. En politique, on parle par exemple de « partis de gouvernement ». Les positionnements de la périphérie, eux, peuvent correspondre à trois cas de figure très différents : 1) ceux qui dans un état antérieur du champ étaient au centre, mais qui ont été progressivement marginalisés (par exemple en France le Parti radical) ; 2) les nouveaux entrants qui espèrent accéder au centre ; 3) ceux qui ne prétendent pas occuper un rôle central, mais qui s’efforcent de définir un sous-champ relativement autonome ou une « niche » : par exemple les mouvements régionalistes ou corporatistes (les chasseurs, les paysans...). Mais on ne saurait parler de centre et de périphérie sans prendre en compte l’espace qui les sous-tend : un pays fédéral est soumis à d’autres contraintes qu’un pays fortement centralisé comme la France.

Mots. Les langages du politique : Avec ces notions de positionnement et de champ discursif, vous allez bien au-delà de la volonté de « sortir de la clôture du texte » des débuts de l’analyse du discours. Le discours apparaît ici, et dans votre travail, comme un élément constitutif du social. Par exemple, dans la façon dont un discours, politique ou non, met en place une scénographie particulière, ou encore dans la façon dont discours et institution(s) sont intriqués…

Dominique Maingueneau : Je ne pense pas que ce soit moi en particulier qui « sorte de la clôture du texte » ; c’est la logique même de l’ensemble de l’analyse du discours, du moins à mon sens, que de subvertir la distinction même entre texte et contexte, que de se tenir sur une ligne de crête entre les approches « textualistes », qui se contentent d’analyses linguistiques, et les approches « sociologistes », qui cherchent les raisons d’être des textes dans un extérieur. Les notions de champ discursif et de positionnement vont dans le même sens, mais à condition qu’on les emploie d’une certaine manière, que ce ne soit pas seulement une affaire de textes et d’« idées ». Le positionnement ne se réduit pas à une doctrine ou un ensemble de textes référés à un même locuteur collectif ; c’est une activité incessante, et celle-ci implique des institutions et des acteurs diversifiés qui doivent se légitimer à travers leurs énonciations. Pour ma part, j’ai été amené à sortir de la clôture du texte dans les années 1970, quand j’ai mené des recherches sur des polémiques religieuses du xviie siècle. J’ai alors substitué à l’analyse sémantique de doctrines considérées en elles-mêmes l’étude de leur interaction, en partant du postulat que cette interaction était constitutive de leur identité. Dans un second temps, au début des années 1980, je me suis rendu compte que l’opposition entre les positionnements était aussi une opposition entre des modes d’organisation institutionnelle et entre les ethe d’acteurs qui à travers leurs énonciations construisaient leurs subjectivités de façons divergentes.

Depuis un certain nombre d’années, je mobilise le concept d’institution discursive, ce mouvement par lequel passent l’un dans l’autre, pour s’étayer réciproquement, le texte et ses conditions d’énonciation. Les genres de discours tirent leur raison d’être de l’institution qui les englobe, laquelle n’est telle que par ces genres qu’elle rend possibles. Toute la difficulté consiste à ne pas séparer la construction d’univers de sens et celle des communautés qui les rendent possibles. L’activité énonciative est au centre du dispositif. Elle doit gérer sa présence à la fois dans le monde qu’elle construit et dans le monde où elle se construit, légitimer la situation d’énonciation dont elle prétend surgir. On peut ainsi jouer sur la double valeur d’« institution » : système de normes établies et processus d’instauration légitimante. À travers le mouvement d’institution discursive s’articulent les institutions qui donnent sens à l’énonciation singulière et le mouvement par lequel s’institue le discours. Chaque énonciation mobilise l’espace partagé qui la rend possible, et ce même espace ne tient que par les énonciations qu’il rend possibles. De là, le rôle crucial que joue la « scène d’énonciation », qui n’est réductible ni au texte ni à une situation de communication qu’on pourrait décrire de l’extérieur. Le texte déploie un univers de sens à travers une situation d’énonciation qu’il présuppose, mais qu’il lui faut aussi valider.

Mots. Les langages du politique : Il existe un type de discours qui mêle totalement institution et discours, qui « subvertit la distinction entre texte et contexte », mais à une plus grande échelle, pourrait-on dire, puisque ces discours se prétendent en surplomb de tout autre, qu’ils ont prétention à devenir le topos de la société tout entière : vous les avez nommés discours constituants dans votre article avec le philosophe Frédéric Cossutta en 1995. Vous notiez, dès les premières lignes de cet article, que les discours constituants ne peuvent être des discours politiques, ces derniers opérant sur un plan différent. Mais si l’on se place maintenant sur le terrain des langages du politique, quelle relation peut-on établir entre discours constituants et discours idéologiques selon vous ?

Dominique Maingueneau : À strictement parler, les discours constituants ne sont pas « un type de discours », mais une catégorie qui permet à ceux qui l’utilisent de grouper divers types de discours qui ont en commun de s’autovalider, de n’avoir pas d’autres discours au-delà d’eux-mêmes, sinon leur propre archive. À mon avis, et vous avez raison de le rappeler, le discours politique n’est pas un discours constituant, mais il se développe à l’articulation des discours constituants, sur lesquels il s’appuie, et des doxas qui lient les membres d’une société. Il est vrai qu’il se comporte à certains égards comme un discours constituant. Élaboré dans des communautés restreintes, mais avec une visée globale, il entend donner sens aux pratiques de l’ensemble de la collectivité. Il se présente comme une compétition acharnée entre positionnements pour détenir le monopole de l’autorité énonciative et mobilise une mémoire collective structurée par des actes fondateurs sans cesse réinterprétés. En outre, un certain nombre d’acteurs politiques légitiment leur activité d’une manière qui n’est pas sans faire penser aux discours constituants : ils se donnent une « mission », pensent qu’ils ont une « vocation » à servir leur pays, etc. Pour autant, il me semble que cela ne suffit pas à faire du discours politique un discours constituant. Comme le souligne l’« axiome d’incomplétude » de Régis Debray, selon lequel un collectif ne peut se fonder sur lui-même, il faut au discours politique des référents transcendants (passé mythique, projet utopique, valeurs posées comme universelles, etc.), et ces référents sont puisés pour une part dans les discours constituants. Pour une part seulement, car ces derniers ne sont pas les seuls à fournir de tels repères. Il existe par exemple certains événements (comme les Serments de Strasbourg, la prise de la Bastille, la Libération, etc.) qui structurent la mémoire collective.

Mais il ne suffit pas de dire que le discours politique s’appuie sur les discours constituants. Ce ne sont pas les mêmes discours constituants qui sont invoqués par tous les positionnements politiques. Ceux d’inspiration technocratique font appel au discours scientifique, en privilégiant en réalité des disciplines comme l’économie ou certains domaines de la sociologie. Ceux qui se réclament de l’écologie politique intègrent aussi une masse considérable de connaissances empruntées à diverses disciplines scientifiques, en privilégiant des disciplines telles que l’agronomie, la zoologie ou la climatologie... D’autres positionnements invoquent le discours religieux : dans le monde contemporain, on songe immédiatement aux courants islamistes. Mais la composante religieuse n’est pas absente de nombreux autres pays, comme les États-Unis, où le président prête serment sur la Bible et où figure sur les dollars « In God we trust ». En France, les positionnements politiques sont en règle générale ancrés dans des références philosophiques issues des Lumières.

On ne négligera pas non plus le rôle joué par la littérature dans la validation des positionnements politiques. On sait quel est son poids en France. Cette référence peut même prendre un tour extrême : ainsi dans le cas de l’Action française, dont le maître à penser, Charles Maurras, était à la fois un écrivain reconnu et un homme politique. Son écriture ostensiblement néo-classique entendait avoir une portée politique, royaliste en l’occurrence : il s’agissait de revenir à la Raison gréco-latine, opposée aux méfaits supposés de la démocratie et du romantisme. De façon générale, l’existence d’une littérature contribue largement à donner consistance à la conscience collective : il suffit de songer au rôle joué par le Kalevala en Finlande ou par les œuvres d’Homère dans la Grèce antique.

Les discours constituants et le discours politique n’opèrent pas sur le même plan, mais ils sont potentiellement pris dans un conflit permanent pour la maîtrise. Ici la mise à mort de Socrate a valeur emblématique. Les instances politiques ont constamment besoin des discours constituants pour assoir leur légitimité et leur prestige, mais elles s’attachent aussi à les soumettre quand ceux-ci s’opposent à la conception que les gouvernants se font des intérêts de la collectivité. D’un autre côté, les discours constituants sont souvent mis au service d’une cause politique : qu’il s’agisse, comme c’est souvent le cas aujourd’hui, d’appuyer des mouvements qui contestent le pouvoir en place, ou au contraire de soutenir sa politique. Les exemples sont nombreux dans le passé : ainsi Hegel, qui intégrait au développement de l’Esprit la politique de l’État prussien, ou Lyssenko, qui a cherché à lier ses théories botaniques aux intérêts de la politique stalinienne. Mais la convergence entre des intérêts politiques et un discours constituant ne peut qu’être précaire. Pour préserver son statut, un discours constituant est bien obligé, selon des stratégies très variables, de préserver une relative autonomie.

Si la notion de « discours politique » peut être circonscrite, puisqu’elle correspond à un secteur de l’activité sociale, celle de « discours idéologique » est beaucoup plus problématique. Tout dépend en effet du sens que l’on donne ici à « idéologique ». On peut soutenir que tout discours est idéologique, mais je pense que vous entendez par là des discours d’ordre doctrinal à portée collective qui prétendent fournir des explications globales, coordonner et orienter les actions d’un grand nombre de gens en donnant sens à leur existence. On songe immédiatement à la religion, à la philosophie, voire à la psychanalyse. Mais parmi les discours constituants, il y a aussi le discours scientifique ou les discours esthétiques (littéraire, musical, etc.) qui, pour des raisons distinctes, ne sont pas voués à jouer ce rôle de discours idéologique, du moins de nos jours. Bien entendu, les théories les plus scientifiques intègrent des éléments qu’on peut juger « idéologiques », mais ça n’en fait pas des « discours idéologiques », dans le sens restreint que je viens d’évoquer. Le discours scientifique est éclaté en de multiples discours spécialisés qui n’ont pas prétention à embrasser l’ensemble de l’existence humaine. Il en va de même pour certaines sciences humaines et sociales : ainsi la démographie ou la géographie physique. De façon générale, les sciences humaines et sociales ont à cet égard une position beaucoup plus ambiguë que les sciences dites « dures », sans pour autant constituer de plein droit des discours idéologiques.

Comme je le disais, c’est surtout la religion, la psychanalyse et la philosophie qui sont les mieux à même d’être considérées comme produisant des « discours idéologiques », mais même pour elles il convient d’être prudent. En philosophie, par exemple, on admettra aisément que Kant ou Marx, chacun à leur manière, développent une certaine vision du monde ; c’est beaucoup moins évident pour un grand nombre de philosophes analytiques, qui étudient minutieusement les ressorts du langage sans proposer une doctrine en matière de morale ou de politique.

Mots. Les langages du politique : J’entendais bien « discours idéologiques » dans le sens que vous lui donnez ici, et aussi dans le sens où ce sont des discours qui comportent, produisent et tentent de diffuser une certaine vision du monde à l’ensemble de la société. Les discours constituants et les discours idéologiques n’ont-ils pas ce double point commun de se réclamer d’eux-mêmes, de se présenter comme étant leur propre source, et de chercher à diffuser leur propre vision du monde ? On comprend qu’il y a pourtant une distinction à maintenir entre les deux notions, selon vous. Alors d’un point de vue opératoire, pour aider les chercheurs ou chercheuses qui seraient tentés d’utiliser ces deux notions, quels sont, selon vous, les critères permettant de les distinguer ?

Dominique Maingueneau : Je pense que j’ai partiellement répondu à cette question en répondant à la précédente. À mon sens, seul un sous-ensemble des positionnements relevant des discours constituants peut jouer pleinement le rôle de « discours idéologique » ; tous, en revanche, sont susceptibles de fournir des éléments à des discours idéologiques. Pour ceux qui peuvent jouer ce rôle, il me semble inutile de chercher des critères au niveau des contenus. C’est plutôt une affaire de fonctionnement.

Tout dépend en effet de ce qu’on entend par « se réclamer d’eux-mêmes ». On peut dire en un sens qu’un positionnement politique qui prétend se fonder sur la « nature » ou le « bon sens » se réclame de lui-même. Mais les discours constituants ne se contentent pas d’invoquer la caution de référents ultimes. Ils sont produits à l’intérieur d’espaces restreints, des « communautés discursives » qui ont leurs propres normes et sont associées à des « champs discursifs » où s’élaborent des identités énonciatives par un travail à la fois sur l’archive de leur discours et sur les énoncés des positionnements concurrents. Cela suppose l’invention de dispositifs d’énonciation qui permettent de légitimer une parole qui s’autorise d’elle-même. L’Évangile ou le Coran ne sont pas seulement l’expression de doctrines, ce sont aussi des textes qui sont agencés de façon à légitimer la parole qui délivre leur message. Il faut faire une distinction entre les espaces d’émergence et de diffusion. Quand un prédicateur s’adresse aux fidèles dans une église ou une mosquée, les textes sacrés sont convertis en citations censées exprimer une doctrine, un ensemble diffus de prescriptions et d’idées sur l’homme ou le monde. Cela ne veut pas dire que ces deux espaces s’ignorent : les prédicateurs modifient leurs énoncés en fonction des évolutions du champ discursif, tandis que ce dernier est bien obligé de prendre en compte, explicitement ou non, les discours qui circulent dans la masse des fidèles.

De toute façon, un discours constituant ne se réduit pas à un trésor de grands textes. C’est par nature un réseau de pratiques discursives. On peut mettre l’accent sur son noyau, la zone restreinte de production soumise à une logique de champ et qui s’appuie sur un ensemble privilégié d’énoncés prestigieux, là où est censé s’être manifesté de façon exemplaire Dieu, la Raison, la Beauté, etc. On peut aussi l’appréhender comme un espace hiérarchisé de genres très divers, dont la plupart sont loin d’impliquer une activité « constituante » : à côté de la théologie ou de la science fondamentale, il existe des catéchismes et des sermons dominicaux, des manuels de classe terminale et des revues de vulgarisation scientifique. Les discours constituants se soutiennent de l’interaction entre ces deux zones.

Encore ai-je simplifié les choses considérablement en envisageant chaque discours constituant en lui-même. En réalité, ils se contaminent l’un l’autre, suscitant des discours qu’on peut à bon droit considérer comme « idéologiques ». Quand on parle de darwinisme aujourd’hui, il est difficile de s’en tenir au seul discours scientifique, en l’occurrence à la théorie de Charles Darwin sur l’évolution ; le darwinisme a inspiré des philosophes, des sociologues, des psychologues, avec les retombées politiques que l’on sait. Et l’on retrouve ici une des caractéristiques du discours politique, à savoir qu’il se meut à la confluence des discours constituants et de multiples doxas. Il suffit, pour s’en persuader, de voir dans les débats politiques actuels tout ce qui tourne autour de l’écologie ou des nouvelles technologies.

Mots. Les langages du politique : Merci beaucoup pour ces précisions. Comme nous avons ouvert cet entretien en parlant des débuts de l’analyse du discours, avant de le clore pourriez-vous nous dire quelques mots sur la façon dont vous envisagez l’avenir de celle-ci, sur les écueils qu’elle devrait éviter, sur les défis auxquels elle est confrontée, voire sur son rôle ou, si l’on veut, son utilité sociale ? Vous avez participé à plusieurs émissions de traitement et d’analyse de l’actualité (notamment sur Public Sénat), j’imagine que cela vous a permis d’évaluer ce « rôle » ?

Dominique Maingueneau : Malheureusement, d’après l’expérience que j’ai acquise à la télévision en commentant des énoncés tirés de l’actualité politique, il me semble que l’analyse du discours – à la différence peut-être de la sémiotique – n’est pas encore clairement identifiée par la plupart de ceux qui travaillent dans ce domaine. Il existe pour eux une opposition simple entre ceux qui s’occupent des « mots » (linguistes, lexicologues) et ceux qui sont en charge des stratégies de communication. Dans cette configuration, les problématiques du discours trouvent difficilement leur place. Bien entendu, mes recherches en analyse du discours me sont précieuses quand je dois produire des commentaires, mais dans un tel cadre il n’est pas possible d’articuler un exposé qui relèverait à proprement parler de l’analyse du discours. De toute façon, l’analyste du discours ne peut qu’être désavantagé par rapport aux professionnels de la communication politique, qui utilisent des catégories et des modes de raisonnement que les téléspectateurs comprennent sans effort.

M. Foucault, dans L’archéologie du savoir, considérait le discours comme le produit d’un effort pour « desserrer l’étreinte apparemment si forte des mots et des choses ». On peut en conclure qu’il n’existe pas de demande naturelle d’analyse du discours comme il peut y avoir une demande de psychologie ou de sociologie pour répondre à tel ou tel besoin social. Les problématiques du discours doivent faire preuve de pédagogie, lutter contre certaines évidences pour être reconnues. Cela ne simplifie pas la tâche.

Je ne suis ni pessimiste ni optimiste en ce qui concerne l’avenir de l’analyse du discours. Quand on voit son expansion depuis les années 1960, on ne peut qu’être optimiste. Mais il faut être prudent. Le développement considérable qu’elle a connu tient pour une bonne part au fait qu’elle a été portée par l’évolution de la société. Nous vivons dans un monde de plus en plus « tertiarisé » où la réflexion sur la production et la circulation des signes, favorisée par les nouvelles technologies, envahit tous les secteurs de la société. L’importance que prennent dans les universités les enseignements de communication en est un des symptômes. Le problème est de savoir si c’est l’analyse du discours qui va profiter pleinement de ce mouvement de fond. Il existe en effet de nombreuses approches dans ce domaine, et les méthodes d’analyse du discours ne sont pas de celles qui offrent des résultats rapides et immédiatement accessibles. De toute façon, l’analyse du discours ne peut se réduire à des méthodes : elle implique certains présupposés sur la textualité, le sens, le Sujet, la société, ce qui rend plus difficile sa diffusion hors des sphères académiques, mais lui permet de diffuser ses concepts dans l’ensemble des sciences humaines et sociales. Pour prendre un exemple qui m’est familier, l’analyse du discours appliquée aux textes philosophiques ou littéraires présente un intérêt pour les spécialistes de littérature ou de philosophie parce qu’elle n’est pas seulement une boîte à outils pour étudier des textes, mais qu’elle permet d’envisager différemment l’activité littéraire ou philosophique. De la même manière, introduire des problématiques discursives en sociologie, ce n’est pas ajouter un nouveau champ d’investigation (à côté de la sociologie de l’éducation, de l’entreprise, de la santé, etc.), ni proposer des outils plus performants (comme un nouvel appareil statistique), c’est porter la réflexion sur les fondements mêmes de la sociologie.

Même si cela reste pour le moment relativement limité, l’analyse du discours peut intervenir, et à de multiples titres, dans les secteurs les plus divers de la société. C’est même vital pour elle dès lors qu’elle a vocation à étudier les manifestations du discours dans toute leur diversité. Mais l’investissement de nouveaux terrains ne consiste pas à « appliquer » des concepts et des méthodes : quand il est bien mené, il est souvent l’occasion de remaniements conceptuels et de transformations de ces concepts et de ces méthodes. On est d’ailleurs en droit de se demander s’il a jamais existé un courant d’analyse du discours qui ne soit pas implicitement lié à tel ou tel secteur de la société. Par exemple, on a vu qu’il est impossible de comprendre les débuts de l’analyse du discours à la française sans le tropisme qui l’attirait vers le discours politique et la volonté de mener une lutte sur le terrain de l’idéologie.

Nos sociétés « postindustrielles » sont par nature fortement demandeuses de réflexion sur les signes qu’elles produisent. Mais elles ne sont pas nécessairement demandeuses d’analyse du discours. Tout dépend de l’aptitude qu’auront les analystes du discours à montrer l’intérêt de leur démarche. Il ne faut cependant pas se leurrer. Comment éviter qu’un certain nombre de procédures se routinisent et entretiennent des rapports distendus avec la réflexion conceptuelle ? Il suffit de songer à l’exemple de la psychanalyse. Ses concepts sont utilisés dans de nombreuses institutions relevant de l’éducation, de la justice ou de la santé, mais peu de gens parmi les professionnels qui les utilisent sont conscients de leurs enjeux et des problèmes théoriques qu’ils posent. Je pense qu’il va falloir se résigner à voir prospérer des démarches se réclamant de l’analyse du discours, mais aux bases épistémologiques incertaines. On oppose la linguistique et la « linguistique folk », la psychologie scientifique et la « psychologie populaire », etc., mais entre les deux il existe aussi des pratiques qui relèvent d’une sorte de doxa experte. C’est sans doute le prix à payer pour que l’analyse du discours s’ancre dans la société.

Haut de page

Bibliographie

Charaudeau Patrick, Maingueneau Dominique éd., 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Maingueneau Dominique, 2017, « Parcours en analyse du discours », Langage et société, no 160-161, p. 129-143.

Maingueneau Dominique, 1996, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.

Maingueneau Dominique, 1991, L’analyse du discours : introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette supérieur.

Maingueneau Dominique, Cossutta Frédéric, 1995, « L’analyse des discours constituants », Langages, no 117, p. 112-125.

Maldidier Denise, Normand Claudine, Robin Régine, 1972, « Discours et idéologie : quelques bases pour une recherche », Langue française, no 15, p. 116-142.

Haut de page

Notes

1 Si l’on fait de 1969 une année repère, celle où paraissent le numéro 13 de la revue Langages, consacré à « l’analyse du discours », le livre de M. Pêcheux, Analyse automatique du discours, et celui de M. Foucault, L’archéologie du savoir.

2 Ancien nom du parti d’extrême droite aujourd’hui nommé Rassemblement national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Maingueneau et Thierry Guilbert, « « Subvertir la distinction même entre texte et contexte » »Mots. Les langages du politique, 120 | 2019, 185-198.

Référence électronique

Dominique Maingueneau et Thierry Guilbert, « « Subvertir la distinction même entre texte et contexte » »Mots. Les langages du politique [En ligne], 120 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/25454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.25454

Haut de page

Auteurs

Dominique Maingueneau

Université Paris-Sorbonne, « Sens, Texte, Informatique, Histoire » (STIH, EA 4509),

Articles du même auteur

Thierry Guilbert

Université Picardie-Jules-Verne, CURAPP-ESS (UMR 7319)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search