Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 125, mars 2021 – Discours de haine dans les réseaux socionumériques

Date limite de réception des avant-projets : 10 novembre 2019

Discours de haine dans les réseaux socionumériques

Coordonné par Angeliki Monnier, Annabelle Seoane, Nicolas Hubé et Pierre Leroux

Exprimer ses états d’âme en ligne est devenu un acte aussi banal que recherché, notamment par certaines plateformes qui en tirent profit pour capter l’attention des publics. Certains chercheurs parlent de « tournant affectif » (Stewart, 2007), faisant référence à un ensemble de recherches au sein des sciences humaines et sociales (Scheve, Slaby, 2019), qui s’intéressent à la place de l’affect dans les interactions (Wierzbicka, 1999). Internet et le web participatif attirent une attention particulière (Alloing, Pierre, 2017). L’anonymat réduirait les inhibitions (Tisseron, 2011), tandis que l’immédiateté contribuerait à forger des « publics affectifs » (Papacharissi, 2015). Les réseaux socionumériques seraient des dispositifs « à forte dominante captatrice », car ils renforceraient une mise en scène discursive « à visée pathémique » (Charaudeau, 2000) du monde. L’une des manifestations de l’expansion de l’affectif serait la prolifération en ligne de discours à contenu haineux.

La notion de discours de haine, traduction française de hate speech, pour aussi opératoire qu’elle puisse paraître, pose de multiples questionnements et soulève des débats : sur quels présupposés repose-t-elle ? Quelle contextualisation requiert-elle ? Dans quelle mesure peut-elle devenir un concept scientifique ? Avec quelle(s) définition(s) peut-elle être cernée ? Et enfin, quels enjeux politiques, sociétaux, médiatiques infère-t-elle ? Dans ce numéro, nous partons du postulat que le discours de haine en ligne ne se résume pas à un paradigme lexical. Il relève de manifestations extrêmement diverses, tant verbales que non verbales, présentant une violence scalaire allant de propos méprisants à des incitations à des actes criminels (Monnier, Seoane, 2019a). Cela suppose aussi que les échanges politiques quittent le secteur plus habituel de la « communauté d’entendement » de personnes habituées à s’entretenir et ayant des relations sociales et amicales. De ce fait, le discours de haine interroge le rapport poreux entre l’univers en ligne et celui hors ligne.

  • 1 Angeliki Monnier et Annabelle Seoane bénéficient d’une aide de l’État, gérée par l’Agence Nationale (...)

Notre démarche a alors une visée d’ordre méthodologique, car elle cherche à affiner non seulement une définition du discours de haine mais aussi, à plus long terme, à penser un protocole de recherche pluridisciplinaire visant son étude. Dans notre approche, nous faisons clairement la distinction entre la haine en tant qu’émotion vécue par un être humain, et le discours de haine en tant que phénomène discursif – et donc social – qui mobilise des émotions, et qui est de nos jours souvent observable au sein des plateformes participatives des médias socionumériques à travers ses traces langagières1.

  • 2 Bien évidemment, cette segmentation en axes est avant tout heuristique, et, malgré les limites qui (...)

Nous appelons alors à des recherches en sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, science politique et plus largement sciences sociales qui s’intéressent à au moins un ou plusieurs des axes suivants2 :

  • Le « discours de haine » en tant que catégorie d’analyse

  • Traces langagières de la haine 

  • Représentations préalables et les orientations actionnelles 

  • Intertextualités, interactions, interconnexions

  • Dispositifs, contextes, espace(s) public(s)

1/ Le « discours de haine » en tant que catégorie d’analyse

  • 3 On utilisera ici le terme « notion » lorsque nous faisons allusion au caractère communément admis, (...)

Le premier axe pourra interroger la notion même de discours de haine en ligne, et cela à partir du concept préexistant de hate speech, défini en tant que « langage abusif ciblant des caractéristiques de groupes spécifiques, telles que l’origine ethnique, la religion, le genre, ou l’orientation sexuelle » (Warner, Hirschberg, 2012). Quelles limites épistémologiques ou méthodologiques se posent au travail de l’analyste avec ce concept eu égard à la spécificité des réseaux socionumériques ? Peut-on d’ailleurs parler de concept ?3 Quelle acception de la « haine » comme émotion, au sens large, émerge ? Comment délimiter ce qui est haineux et ce qui tient d’autre chose (du rejet, de la crainte, de la diatribe, du pamphlet, de la philippique, de la harangue…) ? Où placer le curseur et à qui appartient-il de placer ce curseur, selon quels critères ?

Du point de vue politique, quel rapport aux institutions le discours de haine pose-t-il ? D’un côté, les récits dits haineux font émerger une certaine appréhension de la société et de ses acteurs institutionnels (acteurs politiques ou associatifs notamment). De l’autre côté, les cadrages juridico-politiques de ces récits et les tentatives de pénalisation qu’ils entrainent soulèvent également des questions relatives au sens de la démocratie et de la liberté de parole, à la place de l’État et/ou des acteurs privés dans la régulation des discours, ou encore au pouvoir dissuasif des dispositions légales, etc. En particulier, on peut également se demander comment le cadre législatif pèse (ou non) sur l’encadrement des discours (parole modérée ou non, fermeture de site, poursuites judiciaires, etc.).

2/ Traces langagières de la haine en ligne 

Le second niveau à analyser, là où le phénomène est directement observable, est celui de ses traces langagières. Il s’agit à la fois des champs lexicaux employés, des références (historiques, culturelles, etc.) sollicitées, des thèmes associés, des groupes visés : quelles sont les cibles des discours haineux ? Comment apparaissent ces cibles et quel rapport aux politiques publiques engagées traduisent-elles ?

Les (co)occurrences, aspects syntaxiques et énonciatifs (traitement des figures de discours, de l’euphémisme, de l’ironie, plus largement des phénomènes liés à l’humour, etc.) sont aussi à prendre en considération. La dimension formelle, notamment sémio-énonciative, est également significative (Monnier, Seoane, 2019b), bien que souvent écartée dans les analyses automatisées (Fortuna, Nunes, 2018) : les marqueurs de ponctuation, comme l’usage des points d’exclamation et des majuscules pour l’expressivité, ou celui des points de suspension pour escamoter le dire et suggérer l’implicite, le recours aux visuels (images, émoticônes, etc.) pour montrer sans dire. Enfin, on pourra s’intéresser à la question des registres de discours (familier, soutenu, etc.) au sein desquels les internautes se situent et qui permettent de mieux appréhender la finalité communicationnelle des échanges.

3/ Représentations préalables et orientations actionnelles

Sur quels socles doxiques, sur quelles représentations préalables et valeurs partagées se fonde le discours de haine ? En quoi ces « savoirs de croyance » (évaluations, des appréciations, des jugements, Charaudeau, 2000) le nourrissent-ils ? Comment le façonnent-ils selon des polarités clivantes, souvent binaires, entre fonction diagnostique et/ou prognostique ? Les analyses pourront s’appuyer sur des opérations de cadrage (framings) ou de mise en récit qui se trouvent au préalable de l’acte de l’énonciation haineuse.

Certaines réflexions pourront également être menées sur les scripts d’actions spécifiques que tendent à épouser les commentaires de haine sur les réseaux sociaux. Comment les définir ? Peuvent-ils être évalués quantitativement ? Nous pourrions distinguer par exemple :

  • différents niveaux d’intensité, avec des graduations internes possibles, mettant en place une violence scalaire du discours de haine ;

  • différentes strates allocutives : à qui s’adresse le discours de haine ? Force est en effet de constater que ce dernier, dans sa diversité des manifestations, pose la question des destinataires, comme instance multiple de réception : s’agit-il alors de discours qui tend à devenir épidictique ou bien est-on face à des « dialogues de sourds » (Angenot, 2008) ?

  • différents actes de langage observés au sein des propos de haine émis par les usagers en ligne : accuser, ordonner, décrire, associer, menacer, critiquer, faire taire, inciter, etc. Or, s’agit-il de simples « discours » ou bien de « conduites » dotées d’une force proprement illocutoire ? Quelle est la valeur performative des discours de haine ? (Butler, 1997)

4/ Intertextualités, interactions, interconnexions

Au-delà d’être des énoncés relevant d’une intentionnalité individuelle, les commentaires de haine sur les plateformes participatives en ligne s’intègrent au sein de processus interactionnels et connectifs, par conséquent évolutifs. Dans ce dispositif, quel rôle l’intertextualité joue-t-elle, comment se construit-elle, avec quels enjeux ? On s’interrogera, par exemple, sur les mécanismes circulatoires de certains énoncés, comme le « grand remplacement », les discours climatosceptiques, etc.

Si une forme d’intertextualité nourrit l’évolution des échanges, quelles transformations du propos et quelles intensifications d’hostilité au fil du déroulement d’une conversation peut-on observer ? Des travaux en informatique suggèrent l’existence d’une structure interne à ce type d’interactions, que la littérature anglo-saxonne désigne avec le terme « escalation » (Selma, 2019). Cette expression désigne le passage progressif de la dispute vers la déshumanisation de l’allocutaire, souvent caractérisé par l’éloignement du thème initial de la discussion. Dans d’autres cas, en revanche, on constate que des réactions haineuses peuvent intervenir sans lien avec le sujet de la conversation et/ou de départ. Par ailleurs, en apparence dialogique et visant une forme de délibération, l’interaction consiste souvent en une accumulation de « répliques » entre interlocuteurs qui ne s’écoutent pas, un simulacre d’argumentation et de démocratie (Siapera, 2019) ; à moins d’avoir affaire à des groupes fermés (p. ex. sur Facebook), à savoir un certain type de « communautés discursives » (Charaudeau, Maingueneau, 2002, p. 104-106) formées autour du même positionnement idéologique (p. ex. anti-migrant), où le « faire groupe » (construction identitaire) prime sur le contenu des échanges (Monnier, Seoane, Gardenier, 2019).

Pour cette raison, les liens entre les discutantes et les discutants (connexions), leurs pratiques et la géographie du réseau constituent des éléments à prendre aussi en considération. Y a-t-il des profils qui pratiquent le discours de haine systématiquement (le « préjugé utilisateur ») ? Quels sont ces profils ? Y a-t-il des leaders ? Comment affichent-ils leur engagement et comment se mettent-ils en scène pour justifier la posture haineuse ?

5/ Dispositifs, contextes, espace(s) public(s)

Comme tout phénomène communicationnel, le discours de haine en ligne interroge le rôle des dispositifs et des contextes au sein desquels il émerge. Certes, la connectivité permanente donne naissance à des collectifs éphémères et souvent instables, à des publics forgés par la potentialité d’interaction et l’immédiateté propres au web participatif. Néanmoins, le rôle des algorithmes, la circulation des messages entre plateformes, ainsi que les politiques de modération instaurées par les réseaux socionumériques sont à prendre en considération dans l’analyse des commentaires de haine en ligne.

  • 4 Proposition de loi contre les contenus haineux sur internet, actuellement en discussion au Sénat.

En prolongeant ces réflexions, il sera dès lors aussi possible d’interroger les modèles politico-juridiques précis (p. ex. nationaux) qui définissent le sens du discours de haine, les modalités de sanction qu’ils mettent en place et leurs enjeux, ainsi que les conceptions politico-philosophiques qui les sous-tendent (Thirion, 2010). La volonté de circonscrire ou de limiter l’expression des individus revêt en effet des enjeux sociopolitiques : sur fond des débats actuels sur la loi Avia en France4, par exemple, en quoi la régulation des discours reconfigure-t-elle, par le droit, l’imbrication entre société, citoyenneté et individualité ?

Enfin, peut-on parler d’espace(s) public(s) – ou d’arènes publiques – dans un contexte où l’altérité, considérée comme antagonique, est sans arrêt renégociée, revendiquée, ou mise à mal ? Peut-on avancer l’hypothèse d’un telos propre au(x) discours de haine, en tant que capacité de ce(s) dernier(s) à s’autogénérer tout en réinterrogeant les fondements politiques, juridiques, philosophiques de la société ?

Références

Alloing Camille, Pierre Julien, 2017, Le Web affectif : une économie numérique des émotions, Bry-sur-Marne, INA éditions.

Angenot Marc, 2008, Dialogues de sourds : traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits.

Butler Judith, 1997, Excitable Speech: A Politics of the Performative, Londres, New York, Routledge.

Charaudeau Patrick, 2000, « La pathémisation à la télévision comme stratégie d’authenticité », dans Les émotions dans les interactions, C. Plantin et al. éd., Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 125-155.

Charaudeau Patrick, Maingueneau Dominique éd., 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Duplessis Pascal, 2007, « La cartographie conceptuelle au service de la didactique de l’information », dans Cartographie conceptuelle et didactique de l’information : dix cartes de concepts info-documentaires et étude préliminaire, P. Duplessis, I. Ballarini-Santonocito éd., site de l’académie de Nantes, http://www.pedagogie.acnantes.fr/​1177924054937/​0/​fiche___ressourcepedagogique/​&RH=DOC.

Fortuna Paula, Nunes Sergio, 2018, « A survey on automatic detection of hate speech », ACM Computing Surveys, vol. LI, no 4, p. 1-30.

Monnier Angeliki, 2019, « Internet et réseaux sociaux », dans L’ABC de la haine, C. Moïse et N. Lorenzi Bailly éd., ENS Éditions, à paraître.

Monnier Angeliki, Seoane Annabelle, 2019a, « Discours de haine sur Internet », Publictionnaire. Dictionnaire critique et encyclopédique des publics, Centre de recherche sur les médiations, http://publictionnaire.huma-num.fr/​notice/​discours-de-haine-sur-linternet/​.

Monnier Angeliki, Seoane Annabelle, 2019b, « Suspendre un énoncé, sous-tendre un jugement : les points de suspension dans des discours haineux sur Internet », dans Faire silence : matérialités, expériences, pouvoirs, colloque interdisciplinaire, Marseille, 21-24 mai 2019.

Monnier Angeliki, Seoane Annabelle, Gardenier Matthijs, 2019, « Réflexions méthodologiques sur le discours haineux anti-migrants », dans Médias et émotions : catégories d’analyse, problématiques, concepts, journées d’études franco-italiennes, Université de Bordeaux, 11-12 avril 2019.

Papacharissi Zizi, 2015, Affective Publics: Sentiment, Technology, and Politics, Oxford, New York, Oxford University Press.

Scheve Christian von, Slaby Jan, 2019, Affective Societies: Key Concepts, Londres, New York, Routledge, p. 42-51.

Selma, 2019, Hacking Online Hate: Building an Evidence Base for Educators, European SchoolNet, www.hackinghate.eu.

Siapera Eugenia, 2019, « Organised and ambient digital racism: Multidirectional flows in the Irish digital sphere », Open Library of Humanities, vol. 5 (1), http://doi.org/​10.16995/​olh.405.

Stewart Kathleen, 2007, Ordinary Affects, Durham, Duke University Press.

Thirion Nicolas, 2010, « Discours de haine et police du langage (À propos d’un ouvrage de Judith Butler, Le pouvoir des mots. Politique du performatif) », Dissensus, no 3, p. 100-116.

Tisseron Serge, 2011, « Les nouveaux réseaux sociaux : visibilité et invisibilité sur le net », dans Les tyrannies de la visibilité, N. Aubert et C. Haroche éd., Toulouse, Érès, p. 119-130.

Warner T. William, Hirschberg Julia, 2012, « Detecting hate speech on the world wide web », dans Proceedings of the Second Workshop on Language in Social Media, Stroudsburg, Association for Computational Linguistics, p. 19-26.

Wierzbicka Anna, 1999, Emotions across Languages and Cultures: Diversity and Universals, Cambridge, Cambridge University Press.

Modalités de soumission

Les auteures et auteurs devront soumettre aux coordinatrices et coordinateurs, avant le 10 novembre 2019, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication.

Les articles, originaux, devront être adressés aux coordinatrices et coordinateurs avant le 31 mars 2020 (maximum 45 000 signes tout compris). Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinatrices et coordinateurs du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard fin septembre 2020, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinatrices et coordinateurs avant la fin du mois d’octobre 2020.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé de cinq lignes et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices et coordinateurs :

Angeliki Monnier : angeliki.monnier@univ-lorraine.fr

Annabelle Seoane : annabelle.seoane@univ-lorraine.fr

Nicolas Hubé : nicolas.hube@univ-lorraine.fr

Pierre Leroux : pierre.leroux@uco.fr

Notes

1 Angeliki Monnier et Annabelle Seoane bénéficient d’une aide de l’État, gérée par l’Agence Nationale de la Recherche, au titre du projet M-Phasis (Migration and Patterns of Hate Speech in Social Media), portant la référence ANR-18-FRAL-0005.

2 Bien évidemment, cette segmentation en axes est avant tout heuristique, et, malgré les limites qui lui incombent, elle présente l’intérêt de suivre une logique de mise en lumière des différentes strates discursives qui sous-tendent l’objet étudié.

3 On utilisera ici le terme « notion » lorsque nous faisons allusion au caractère communément admis, mais souvent vague, d’un terme ou d’une expression. En revanche, lorsqu’il s’agit d’appréhender ces derniers en tant que schèmes scientifiquement élaborés, nous les désignerons en tant que « concept » (Duplessis, 2007).

4 Proposition de loi contre les contenus haineux sur internet, actuellement en discussion au Sénat.

Haut de page