Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

« Alors que nous on s’acharne à dire que c’est un système » : enjeux militants de la construction d’un locuteur collectif en AG anarchiste

“While we keep on saying that it’s a system”: creating a collective speaker in an anarchist meeting
«Cuándo nos encarnizamos en decir que es un sistema»: los retos militantes de la construcción de un locutor colectivo en una AG anarquista
Manon Him-Aquilli
p. 93-110

Résumés

En faisant dialoguer la sociologie des mobilisations et les théories de l’argumentation, l’article analyse les enjeux militants attachés à la construction d’un locuteur collectif, c’est-à-dire d’un « nous » qui se livre à des activités de production de discours, lors d’une assemblée générale organisée par des militants anarchistes. Il montre alors les effets de ces « nous » sur la situation de parole de l’AG et sur les rapports de place entre les locuteurs de l’échange.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Anarchisme et assemblée
Politique préfigurative et assemblées d’égaux
L’assemblée, évènement de parole politiquement ambigu pour le mouvement anarchiste
Le mouvement anarchiste au sein de l’espace des mouvements sociaux
Présentation du terrain et du corpus
La mobilisation contre la violence policière de 2014
La séquence soumise à analyse
Locuteurs collectifs et circulation des discours en AG
Discours de l’individualisation des cas vs discours systématisant la violence policière
Deux usages du « nous »
(Dé)légitimation des locuteurs collectifs
Suite et fin de l’échange
L’AG mise à l’épreuve
La coalition mise à mal
Leslie ou la voix de l’institution

Aperçu du texte

En faisant dialoguer la sociologie des mouvements sociaux (Mathieu, 2012) et les théories de l’argumentation en interaction (Plantin, 1996 ; Jacquin, 2011), cet article analyse les enjeux militants attachés à la construction d’un locuteur collectif, c’est-à-dire d’un « nous » qui se livre à des activités de production de discours, lors d’une assemblée générale (désormais AG) organisée principalement par des militants anarchistes. Plus précisément, il s’agit d’étudier à partir d’un échange entre trois locutrices au sujet de la violence policière, d’une part, la représentation, dans le discours, de groupes de locuteurs caractérisés sur la base de leur positionnement discursif et, d’autre part, les effets de ces représentations discursives sur la situation de parole (l’AG elle-même) et sur les rapports de place entre les locuteurs prenant part à l’échange. Ainsi, « le permanent problème du mouvement anarchiste français et international » (Maitron, 1992 [1975], p. 55) est travaillé ici ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Him-Aquilli, « « Alors que nous on s’acharne à dire que c’est un système » : enjeux militants de la construction d’un locuteur collectif en AG anarchiste », Mots. Les langages du politique [En ligne], 122 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/mots/26250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.26250

Haut de page

Auteur

Manon Him-Aquilli

Université Paris Nanterre, MODYCO

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page