Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comptes rendus de lecture

Jean-Michel Géa et Médéric Gasquet-Cyrus éd., « Marseille : entre gentrification et ségrégation langagière »

Langage et société, no 162, 2017, 176 p.
Henri Boyer
p. 133-135
Référence(s) :

Jean-Michel Géa et Médéric Gasquet-Cyrus éd., « Marseille : entre gentrification et ségrégation langagière », Langage et société, no 162, 2017, 176 p.

Texte intégral

1Le dossier de cette livraison de la revue Langage et société est consacré à la ville de Marseille et à ses dynamiques urbaines et sociolinguistiques : il est dirigé par Jean-Michel Géa et Médéric Gasquet-Cyrus. Sa particularité tient d’une part au fait qu’il présente trois études que l’on peut considérer comme relevant de la sociolinguistique urbaine, car constituant une « approche sociolangagière des changements urbains et de la gentrification à Marseille » et d’autre part au fait qu’il accueille trois « focus thématiques » : des textes (courts) produits depuis des champs disciplinaires également intéressés par le phénomène de la gentrification (sociologie, architecture, géographie) qui « contribuent à mieux comprendre la restructuration urbaine de Marseille ». Il est du reste indiqué que « ces focus pluridisciplinaires répondent par ailleurs à l’ambition d’ouverture de la revue aux diverses sciences humaines et sociales » (p. 17).

2Ce même numéro 162 de Langage et société contient un varia d’Anne-Christel Zeiter intitulé « Mixité, plurilinguisme et exolinguisme : asymétrie et pouvoir dans l’appropriation langagière », une contribution à la rubrique « Débat » due à Andrée Tabouret-Keller (qui nous livre ses observations toujours éclairantes sur les évolutions enregistrées au sein du Réseau francophone de sociolinguistique), six comptes rendus d’ouvrages publiés en anglais ou en français et un compte rendu de thèse.

3Dans leur introduction au dossier, J.-M. Géa et M. Gasquet-Cyrus exposent diverses facettes de la transformation de Marseille, dont le « processus de gentrification » du centre-ville phocéen (la dénomination « gentrification » est préférée à « embourgeoisement » car elle recouvre un large spectre de « transformations urbaines »), et leurs incidences sociolangagières. Les diverses contributions réunies par leurs soins,

chacune à leur manière, visent à comprendre la façon dont se jouent les rapports sociaux entre les anciennes et les nouvelles catégories d’habitants mises en contact par les transformations urbaines, notamment, la capacité des individus à construire, négocier ou reconfigurer leur identité sociale via leurs interactions réciproques ou leurs pratiques langagières. (p. 14)

4Le premier terrain saisi dans sa dynamique de « gentrification » est le « Panier » (quartier central situé à côté du Vieux-Port), qui vit depuis trois décennies une transformation de sa composition socioéconomique et sociodémographique. Ce qui intéresse l’analyse excellemment étayée de J.-M. Géa, c’est

[l]’expression du rapport anciens/nouveaux résidents […] approchée via la fonction sémiotique des supports des graffitis et de l’affichage illicite, le jeu des stéréotypes et l’usage du français à Marseille, autant de ressources qui, dans la mise en mots du quartier, servent le processus de différenciation sociale, permettent aux occupants traditionnels de se distinguer des nouveaux-venus et de réaffirmer le caractère populaire du Panier, en somme de résister au changement urbain et à la transformation des rapports sociaux. (p. 22)

5L’étude illustre un aspect particulièrement intéressant de cette résistance à la « gentrification » consistant à « saboter la “grammaire” esthétique au fondement de la valorisation patrimoniale en inscrivant dans le nouveau décor urbain des scories, des aspérités visuelles en lieu et place des surfaces lisses, propres et neuves mises en œuvre par les politiques de rénovation » (p. 31), et en réinvestissant les stéréotypes sur Marseille et ses habitants par l’usage de formes nominales éculées (« soleil », « pastis », « sieste », « boules », « aïoli »…). Les stéréotypes ainsi exhibés « sont les plus parfaits des opérateurs phatiques par lesquels des individus confrontés à la transformation de leur environnement se reconnaissent une affinité et stabilisent une conscience de groupe menacée » (p. 37). Cette exploitation identitaire des stéréotypes à l’encontre d’une patrimonialisation imposée n’est pas le moins intéressant des aspects langagiers de la résistance populaire à la « gentrification » du Panier.

6C’est à un autre phénomène sociolangagier observé à Marseille dans le cadre de ses mutations urbaines que s’attaquent avec force détails Mathilde Spini et Cyril Trimaille dans leur étude intitulée « Les significations sociales de la palatalisation/affrication à Marseille : processus ségrégatifs et changement linguistique ». Sur le plan phonique, les auteurs observent la présence d’un « accent supra-local dit “de banlieue” » et d’un « accent méridional dans sa variété marseillaise » (p. 56). Mais ils font en même temps le constat de l’« hétérogénéité de la variation phonétique marseillaise », et, ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu du contexte sociodémographique de Marseille et de ses dynamiques, d’une « situation d’instabilité et de perméabilité » (p. 57). La palatalisation/affrication de /t/ et /d/ aurait-elle ainsi un statut particulier à Marseille ? En fait, M. Spini et C. Trimaille diagnostiquent une « situation apparemment paradoxale où un trait qui peut faire directement l’objet de stigmatisation en discours est actualisé/adopté par des locuteurs de tous milieux sociaux » (p. 67) : la palatalisation/affrication en question serait un « marqueur latent » dont le « sens social [serait] négociable en interaction » (p. 71). L’enquête minutieuse dont il est rendu compte dans l’étude de M. Spini et C. Trimaille pointe une « évolution des relations entre variation et appartenances », en d’autres termes « un éclatement des représentations, des expériences sociales et des normes qui structuraient les groupes » (p. 73).

7La troisième étude sociolinguistique qui compose le dossier, présentée par M. Gasquet-Cyrus et C. Trimaille, et dont le titre est évocateur (« Être néo quelque part : la gentrification à Marseille et ses implications sociolinguistiques »), se penche sur la catégorie des « néo-Marseillais ». Il s’agit d’un travail qui repose sur des entretiens réalisés entre 2015 et 2016 auprès de huit participants et qui observe « les attitudes et les pratiques des “néo-Marseillais” face aux “accents” et au “parler” marseillais » (p. 81) en n’omettant pas de prendre en considération « la dimension conflictuelle de la gentrification » (p. 83). Les auteurs se focalisent sur le lexique et en particulier sur les régionalismes lexicaux, les « mots et […] expressions du français de Marseille », singulièrement les « lexèmes considérés comme emblématiques de la variété locale » au premier rang desquels figure « degun » (mais aussi « fada », « peuchère », « minot », « péguer », « caguer », « cagole », etc.). Le lexème « degun » (personne), que je qualifierais volontiers d’identitème ethnosociolinguistique, est « souvent le premier mot sur lequel butent les nouveaux venus » (p. 93).

8M. Gasquet-Cyrus et C. Trimaille observent par ailleurs que la « faible acquisition des variantes lexicales peut être attribuée au relatif entre-soi des nouveaux arrivants » (p. 95). Mais elle n’est sûrement pas étrangère à l’attitude de certains autochtones chez lesquels « l’arrivée des néo-Marseillais a instillé la peur d’une identité “aseptisée” » (p. 102) due à la prégnance (fantasmée ?) de l’accent des « Parigots » dans le paysage phonétique marseillais. Aussi peut-on s’interroger sur le diagnostic irénique des auteurs pour qui l’opposition « Parisiens » / « “vrais” Marseillais », « schéma binaire et stéréotypé », « ne résiste pas à l’épreuve du terrain ». Cependant, il n’est pas douteux que doit être reconnue l’existence de « profils plus nuancés » (p. 100) et qu’il faut considérer que les « néo-habitants » sont quoi qu’il en soit des « locuteurs / agents sociaux potentiellement porteurs / vecteurs de changements linguistiques » (p. 103).

9En définitive, en n’oubliant pas la dimension pluridisciplinaire introduite par les « focus », il s’agit là d’un dossier bienvenu, original et stimulant, qui offre au lecteur des regards documentés et parfaitement complémentaires sur la dimension langagière des transformations urbaines en cours dans la deuxième ville de France, comme il est rappelé justement. C’est de l’excellente sociolinguistique : un travail minutieux sur la production d’identité(s) dans le cadre de mutations, voire de conflits, sociodémographiques, qui induisent paradoxalement l’émergence de nouvelles pratiques linguistiques tout en recyclant de vieux stéréotypes…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Boyer, « Jean-Michel Géa et Médéric Gasquet-Cyrus éd., « Marseille : entre gentrification et ségrégation langagière » », Mots. Les langages du politique [En ligne], 122 | 2020, mis en ligne le 12 mars 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/mots/26491

Haut de page

Auteur

Henri Boyer

Université Paul-Valéry Montpellier 3, laboratoire DIPRALANG

Articles du même auteur

Haut de page

Droits

© ENS Éditions

Haut de page