Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 126, juillet 2021 – Le travail et ses mots

Date-limite de réception des avant-projets : 15 mai 2020

Le travail et ses mots

Coordonné par Mots. Les langages du politique et Camille Noûs

Au-delà des événements déclencheurs et des réformes en cause, le mouvement de lutte contre la remise en cause du système social français (réforme des retraites, loi de programmation pluriannuelle de la recherche, sous-financement de l’hôpital public, etc.) révèle des transformations plus profondes, dont les mutations du travail et de sa place dans nos sociétés ne sont pas les moindres (Castel, 1995). Le présent dossier vise à examiner les discours et les pratiques langagières (Boutet, 2001, 2002) que ces mutations ont suscités et qui les ont aussi, dans une certaine mesure, fait advenir. Comment se dit aujourd’hui le travail ? Quelles sont les pratiques langagières qui le soutiennent, l’organisent, le structurent ? Quelles sont les conceptions politiques sous-jacentes aux manières dont nous en définissons les processus et les pratiques ? Et comment, à travers les mots, un nouvel ordre politique et social s’impose en imposant un nouvel univers de sens à ceux qui ont du travail comme à ceux qui n’en ont pas ? En ces temps de crises et de luttes, nous vous proposons d’y réfléchir collectivement, en signant ou cosignant avec Camille Noûs (laboratoire Cogitamus / Cogitamus laboratory), comme nous y invite RogueESR.

Des mots et des catégories

Il y aurait au moins deux sens à distinguer dans le mot travail : le travail en général (comme dans « marché du travail ») et tel ou tel travail (par exemple, un « travail pénible » ou « précaire »). Dans les deux cas, la construction du sens n’est jamais univoque. Dans son acception générale, le terme travail est ambivalent : contrairement à une fausse étymologie savante (Nyckees, 1998), son étymon ne renvoie pas à la torture de manière certaine (Eskénazi, 2008), mais le succès de cette association est révélatrice d’une conception qui structure durablement les représentations et que viennent régulièrement contredire les invocations de la « valeur travail » ou du « bien-être au travail ».

Travail entre ainsi dans des constellations de sens qui combinent rationalités de longue durée et mutations plus rapides. Nous pensons par exemple à l’essor récent des notions de compétence et d’employabilité, qui suggèrent que la possibilité d’être recruté repose sur un ensemble d’aptitudes plus que sur des savoirs ou des savoir-faire. Au-delà des entrées lexicales, la différence de structuration sémantique des parasynonymes mérite également notre attention : celle qui distingue emploi et travail transparaît dans les dérivations travailleurs (qui constituent une classe sociale et renvoie à une certaine conception des rapports sociaux) et employés (qui constituent un groupe beaucoup plus spécialisé). On peut se poser à cet égard la question de la déliaison sous-jacente entre classes sociales et travail, également à l’œuvre dans les dénominations de ce dernier (profession, activité professionnelle, fonction, situation, poste, métier, gagne-pain, boulot, job, etc.).

On le voit bien avec le mot travailleur, qui est lui aussi polysémique, car il peut désigner l’ensemble de ceux qui travaillent ou, dans un sens restreint, ceux qui se trouvent dans une relation de subordination à un employeur, donc les « salariés » (la particularité de ce mot est de mettre l’accent sur l’argent que l’on gagne et non sur l’identification d’une catégorie). Ainsi, les travailleurs ont longtemps été identifiés aux salariés et, prototypiquement, aux ouvriers de l’industrie. Mais les nouvelles catégories de travailleurs qui apparaissent (autoentrepreneurs, microentrepreneurs) renvoient à une signification large et englobante du mot. Ces « travailleurs indépendants » ont en réalité des conditions de travail très différentes et il est dès lors plus difficile, voire impossible, de les faire entrer dans le cadre de ce qu’on peut (ou a pu) appeler les « classes laborieuses ».

Les schémas actanciels de ce champ lexical sont aussi riches d’enseignements. On peut distinguer deux micro-paradigmes, qui apparaissent si l’on met en jeu les collocations verbales de ces mots. Le verbe chercher est ainsi facilement associé au travail : « chercher un travail, un emploi, un poste, un (petit ?) boulot, un job, un gagne-pain », mais il ne semble pas adapté à d’autres termes : on cherche beaucoup plus rarement « une profession, une activité professionnelle, une fonction, une situation, un métier ». Si l’on « a » une profession, on « apprend », on « exerce » un métier. Les qualités requises ne sont sans doute pas les mêmes : le métier va avec le savoir, le savoir-faire, alors que l’emploi (actuel) produit le dérivé « employabilité » et ses variantes, comme l’« agilité », apparue plus récemment.

Discours d’entreprises / discours en entreprise

Les articles portant sur les discours de l’entreprise nous intéresseront ici tout particulièrement, qu’il s’agisse de mettre en lumière le discours patronal et ses mutations – du patronage au nouveau management en passant par le paternalisme (Bourdieu, Saint-Martin, 1978 ; Noiriel, 1988 ; Lefèvre, 2013) – ou d’examiner les discours « en situation de travail » (Boutet et al., 1995). On peut dans cette perspective s’intéresser aux ressorts dialogiques dont usent les discours sur le travail ainsi qu’aux effets de hiérarchisation et de structuration que suscite la représentation discursive des relations intergroupes au sein de l’entreprise (Branca Sólio, 2017).

Sous cet angle, la communication d’entreprise offre des corpus intéressants. La thématique de la responsabilité en particulier alimente aujourd’hui largement les discours et la communication des entreprises (voir par exemple Catellani, Errecart, 2017, 2018 ; Garric et al., 2006). La « marque employeur » des entreprises associe ainsi des considérations éthiques à des considérations financières (salaires, primes, etc.) et pratiques (voiture de fonction, crèche pour les enfants, etc.), qui ne sont pas sans effets sur les conditions de travail : tout en vantant le « bien-être » au travail – ce qui génère de nouvelles fonctions, comme celle de « happiness manager » – elles ont eu tendance à rendre la rémunération moins lisible et les hausses de salaire plus difficiles à négocier (Bernard, 2018). De même, les discours de la communication interne constituent un terrain d’enquête à privilégier : l’évolution de cette dernière, située entre enjeux communicationnels et de ressources humaines, illustre bien les métamorphoses du travail. La « com’ interne » revêt par ailleurs des enjeux de reconnaissance pour les différents groupes qui composent l’entreprise.

Le travail dans les services publics

Le service public n’a pas échappé à la contamination néo-managériale, au contraire (Bezes, 2009). Ses agents n’ont pas seulement vu leurs statuts remis en question avec la baisse du nombre de postes de fonctionnaires et l’augmentation des contrats de droit privé, souvent précaires, mais ils ont aussi été soumis à des logiques de gouvernance et de gestion issues du monde de l’entreprise (pour une synthèse sur l’hôpital, voir Domin, 2016). Leur mise en place a été précédée, accompagnée, facilitée par des discours tantôt réprobateurs (archaïsmes, blocages et autres gaspillages) tantôt laudateurs (modernisation, efficacité, rendement) (Bezes, 2012). Les ministères, agences et directions d’institutions fournissent à cet égard des corpus intéressants, dont la comparaison secteur par secteur pourrait se révéler fructueuse. L’attention doit également être portée sur la structuration des débats – répondre en termes de « gestion » à des demandes de « financement » par exemple, comme dans le cas de la généralisation annoncée des bed-managers à l’hôpital – comme sur le devenir des catégories néo-managériales dans les discours de celles et ceux qui les subissent ou les combattent.

L’enseignement et la recherche ne sont pas en reste (Barats, 2009 et Monte, Rémi-Giraud éd., 2013). Où en est-on aujourd’hui ? Le travail universitaire est-il devenu « un travail comme un autre » (Chambard, 2013) ? Les mobilisations actuelles en prennent-elles acte pour mieux lutter ou, à travers la défense des statuts universitaires, s’agit-il de conserver l’ancrage des métiers de l’enseignement et de la recherche dans la fonction publique – une fonction au service du public et de la société.

Discours sur le travail dans l’espace public

À l’heure où le vocabulaire d’entreprise envahit la scène politique (start-up nation, compétitivité des territoires, gouvernance, etc.) et institutionnelle, il nous paraît également important de revenir sur les voies empruntées par ces circulations langagières. D’où viennent ces formules (Krieg-Planque, 2003, 2009) qui traversent l’espace public ? La question est à la fois sémantique et sociodiscursive : le néologisme flexisécurité, emprunté aux Pays-Bas, articule ainsi des enjeux à la fois nationaux et européens, posant la question de l’importation et de la traduction des modèles d’un pays à l’autre. Là encore, les paradigmes et réseaux d’opposition (employés/employeurs, actifs/retraités, actifs/chômeurs) dans lesquels les désignations font sens permettent de mieux appréhender l’ordre symbolique convoqué (Laval, 2011).

Plus généralement, les emprunts au vocabulaire de l’entreprise dans l’espace public transparaissent à travers des antonomases du nom propre et leurs dérivés (ubérisation, macdonaldisation [Ritzer, 1983], amazonisation) qui rendent compte de nouveaux modes d’organisation des sociétés à partir et au-delà des nouvelles modes d’organisation du travail. Gérard Noiriel (2019) souligne ainsi le tournant qu’a impliqué la disparition du substantif travailleur devant ladjectif immigré, modification lexicale et syntaxique qui dit à la fois la transformation du travail et la mutation du statut de ces travailleurs dans le jeu politique.

Les mots des travailleurs en lutte

Dans le sillage de Maurice Tournier (1976), et des travaux du réseau Langage et travail, nous aimerions revenir sur le vocabulaire des travailleurs. Comment s’y expriment la soumission et la résistance ? Il s’agirait à la fois d’en retracer l’histoire longue, à la manière de William H. Sewell (1983), de revenir sur l’histoire du mouvement syndical et ouvrier (Béroud, Lefèvre, 2010 ; Gardès-Madray, Bres, 1986) et de mettre au jour les mutations les plus récentes, que l’inventivité langagière des Gilets jaunes a pu mettre en valeur (Collectif, 2020).

Suivant les observations d’Alice Krieg-Planque et Claire Oger sur les slogans (Krieg-Planque, Oger, 2018 ; voir aussi Carle, 2019), on sera particulièrement attentif aux formes brèves, à leurs caractéristiques linguistiques, mais aussi à leurs conditions de production et d’énonciation, marquées par l’espace militant dans lequel elles prennent vie comme par la circulation propre aux réseaux sociaux. Comment les discours de lutte assument-ils l’hétérogénéité des statuts et des situations des travailleurs d’aujourd’hui (ouvriers de l’industrie, employés des entreprises de services, précaires subordonnés aux plateformes comme Uber, etc.) ? Par quels moyens tentent-ils de subvertir les discours dominants et avec quels effets ? Et quels horizons y a-t-il au-delà « de l’action destructrice des mots qui dévoilent et désenchantent » (Bourdieu, 1981) ?

Références 

« Travail », dans Dictionnaire du CNRTL, https://www.cnrtl.fr/​definition/​travail (consulté le 26 mars 2020).

Barats Christine, 2009, « Le dire managérial porté par les Tic : “démarche qualité” et “bonnes pratiques” dans l’enseignement supérieur », Quaderni, no 69, p. 75-91.

Bernard Sophie, 2018, « La relation salariale au prisme des rémunérations : point de vue sociologique », dans F. Laronze éd., Les dualités de la rémunération : influences et prospective pluridisciplinaire, Bruxelles, Bruylant.

Béroud Sophie, Lefèvre Josette, 2010, « Le corpus syndical. Une expérience au long cours », Mots. Les langages du politique, no 94, p. 97-106.

Bezes Philippe, 2012, « État, experts et savoirs néo-managériaux : les producteurs et diffuseurs du New Public Management en France depuis les années 1970 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 193, p. 16-37.

Bezes Philippe, 2009, Réinventer l’État : les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, PUF.

Bourdieu Pierre, 1981, « Décrire et prescrire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. XXXVIII, p. 69-73.

Bourdieu Pierre, Saint-Martin Monique de, 1978, « Le patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. XX-XXI, p. 3-82.

Boutet Josiane, 2002, « Pratiques langagières », « Formation langagière », dans P. Charaudeau et D. Maingueneau éd., Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Boutet Josiane, 2001, « Les mots du travail », dans A. Borzeix et B. Fraenkel éd., Langage et travail : communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 189-202.

Boutet Josiane, Gardin Bernard, Lacoste Michèle éd., 1995, « Discours en situation de travail », Langages, no 117, p. 12-31.

Branca Sólio Marlene, 2017, « Les stratégies du discours néolibéral au xxie siècle dans le champ du travail : le rôle du collaborateur et du coworking », Communication & Organisation, no 52, p. 217-230.

Bruno Isabelle, 2008, « La recherche scientifique au crible du benchmarking. Petite histoire d’une technologie de gouvernement », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. LV, no 4 bis, p. 28-45.

Butollo Florian, Ehrlich Martin, Engel Thomas, 2017, « Amazonisierung der Industriearbeit? », Arbeit, vol. XXVI, no 1, p. 33-59.

Carcassonne Marie, Glady Marc, 2012, « Langage, travail et organisation », dans N. Alter éd., Sociologie du monde du travail, Paris, PUF, p. 213-232.

Carle Zoé, 2019, Poétique du slogan révolutionnaire, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Castel Robert, 1995, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Catellani Andrea, Errecart Amaia, 2018, « L’hybridation discursive dans la communication sur la responsabilité sociétale des entreprises : le cas des banques “engagées” », Recherches en communication, no 47, p. 23-43.

Catellani Andrea, Errecart Amaia, 2017, « Dialogisme et figures de l’autre dans les rapports sur la “Responsabilité sociétale des entreprises” : exploration discursive et sémiotique », Mots. Les langages du politique, no 114, p. 57-75.

Chambard Olivia, 2013, « La promotion de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur. Les enjeux d’une création lexicale », Mots. Les langages du politique, no 102, p. 103-120.

Chopplet Marc, 2007, « Compétitivité », Quaderni, no 63, p. 22-24.

Collectif, 2020, Plein le dos : 365 gilets jaunes, Le Mas d’Azil, Éditions du bout de la ville.

Cusin-Berche Fabienne, Les mots et leurs contextes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Desmoulins Lucile, Le Moing-Maas Élise, 2019, « Fabrication, diffusion et normalisation de la “parole” managériale », Communication & management, vol. XVI, no 1, p. 47-63.

Domin Jean-Paul, 2016, « La réforme de l’hôpital public : un management sans ménagement », La vie des idées, https://laviedesidees.fr/​La-reforme-de-l-hopital-public.html (consulté le 26 mars 2020).

Eskénazi André, 2008, « L’étymologie de Travail », Romania, no 503-504, p. 296-372.

Gardès-Madray Françoise, Bres Jacques, 1986, Parole ouvrière autour de Ladrecht, Paris, Messidor, Les Éditions sociales.

Garric Nathalie, Léglise Isabelle, 2008, « Le discours patronal, un exemple de discours économique ? », Mots. Les langages du politique, no 86, p. 67-83.

Garric Nathalie, Léglise Isabelle, Point Sébastien, 2007, « Le rapport RSE, outil de légitimation ? Le cas Total à la lumière d’une analyse de discours », Revue de l’organisation responsable, vol. II, no 1, p. 5-19.

Gobin Corinne, 2007, « Gouvernance », Quaderni, no 63, p. 54-57.

Hetzel Anne-Marie, Mouriaux René, Tournier Maurice éd., 1993, Un demi-siècle de vocabulaire syndical [numéro thématique], Mots. Les langages du politique, no 36.

Krieg-Planque Alice, Oger Claire, 2018, « Slogan », Publictionnaire : dictionnaire encyclopédique et critique des publics, http://publictionnaire.huma-num.fr/​notice/​slogan (consulté le 26 mars 2020).

Krieg-Planque Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Krieg-Planque Alice, 2003, Purification ethnique : une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

Laval Christian, 2011, « Le nouveau sujet du capitalisme », Revue du MAUSS, vol. XXXVIII, no 2, p. 413-427.

Lefèvre Josette, 2013, « La parole en mouvement du patronat. CNPF-Medef 1981-2010 », Mots. Les langages du politique, no 103, p. 89-109.

Monte Michèle, Rémi-Giraud Sylviane éd., 2013, Les discours sur l’enseignement supérieur et la recherche [numéro thématique], Mots. Les langages du politique, no 102.

Noiriel Gérard, 2019, Une histoire populaire de la France, Marseille, Agone.

Noiriel Gérard, 1988, « Du “patronage” au “paternalisme” : la restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique française », Le Mouvement social, no 144, p. 17-35.

Nosal Claude, 2007, « Employabilité », Quaderni, no 63, p. 37-39.

Nyckees Vincent, 1998, La sémantique, Paris, Belin.

Roubelat Fabrice, 2007, « Flexibilité », Quaderni, no 63, p. 44-45.

Ritzer George, 1983, « The “McDonaldization” of society », Journal of American Culture, vol. VI, no 1, p. 100-107.

Salem André, 1993, « De travailleurs à salariés. Repères pour une étude de l’évolution du vocabulaire syndical (1971-1990) », Mots, no 36, p. 74-83.

Sewell William H., 1983, Gens de métier et révolutions : le langage du travail de l’Ancien régime à 1848, Paris, Aubier.

Téboul-Weber Valérie, 2007, « Compétence », Quaderni, no 63, p. 21-22.

Tournier Maurice, 1976, Un vocabulaire ouvrier en 1848, essai de lexicométrie, thèse de doctorat en Lettres, Université Paris 3.

Stroobants Marcelle, 1999, « Autour des mots “Gestion” et “Compétences” », Recherche & Formation, no 30, p. 61-68.

Supiot Alain, 2007, Critique du droit du travail, Paris, PUF.

Weber Max, 1995, Économie et société, Paris, Plon. 

Verger Jacques éd., 1986, Histoire des universités en France, Toulouse, Privat.

Zimmermann Bénédicte, 2006, « Dire la flexibilité. Entre performance et implication de soi », Mots. Les langages du politique, no 82, p. 95-109.

Modalités de soumission

Les auteures et auteurs sont invités à proposer différents formats, adaptés aux conditions de travail qui sont actuellement les leurs : débats sur des lectures, notes de recherche, articles, qui, en tout état de cause, ne dépasseront pas 45 000 signes tout compris.

Dans un premier temps, il s’agit de soumettre à la revue Mots. Les langages du politique, avant le 15 mai 2020, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement, mais non pas engagement de publication. 

Les papiers, originaux, devront être adressés à la revue Mots. Les langages du politique avant le 1er septembre 2020. Ils seront préalablement examinés par le comité éditorial, puis soumis à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteures et auteurs au plus tard à la fin du mois de décembre 2020, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise à la revue Mots. Les langages du politique avant la fin du mois de février 2021.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé de cinq lignes et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices et coordinateurs :

Mots. Les langages du politique et Camille Noûs : revue.mots@ens-lyon.fr