Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 127, novembre 2021 – Discours climatosceptiques

Date limite de réception des avant-projets : 15 juin 2020

Discours climatosceptiques

Coordonné par Albin Wagener, Renaud Hourcade, Christian Le Bart et Camille Noûs

Le changement climatique occupe désormais le devant de la scène médiatique. L’intérêt grandissant des médias d’information (Schäfer, Schlichting, 2014), l’action militante d’associations et de citoyens (Askanius, Uldam, 2011) ont contribué à la construction d’un problème public qu’il est maintenant impossible d’ignorer. Cette très large reconnaissance n’a cependant pas éteint toutes les controverses. Les discours sceptiques sur le changement climatique, aussi anciens que les premières alertes émises il y a trente ans (Bell, 1994 ; Zehr, 2000 ; Smith, 2005 ; Oreskes, Conway, 2010), s’avèrent fort résistants au consensus scientifique (Dunlap, 2013 ; Chetouani, 2007 ; Nisbet, 2009 ; Carvalho, 2010). La notion de changement climatique, son origine anthropique ou l’idée que ce changement ferait courir des risques graves à l’humanité trouvent ainsi encore des opposants dans le champ politique, médiatique (Elsasser, Dunlap, 2012) comme dans les espaces de débat du web et des réseaux sociaux numériques (RSN) (Williams et al., 2015). La résilience de ces contre-discours climatiques pose de nombreuses questions que ce numéro de Mots se propose d’explorer. Il invite à étudier, dans une perspective pluridisciplinaire, le renouvellement des discours climatosceptiques et à analyser les espaces et mécanismes médiatiques, en ligne comme hors ligne, qui leur permettent de prospérer. Notre définition de discours comprend toute manifestation sémiotique susceptible de construire un message : énoncés, occurrences linguistiques, images et vidéos tout comme les phénomènes contextuels qui en permettent la création et la diffusion. Les corpus d’études potentiels sont donc variés (discours experts, discours politiques, discours journalistiques et discours amateurs et « profanes » publicisés) et il sera sans doute fructueux de les saisir dans leur articulation.

Un premier type d’approche, notamment en histoire, sociologie politique et sociologie des médias, pourra tenter de caractériser avec précision les espaces où s’élaborent et circulent ces discours. La place des contre-discours climatiques mériterait en effet d’être objectivée pour divers types d’espaces (journalistiques, experts, politiques…) en la mettant en perspective avec l’intérêt relativement soudain que cette thématique a acquis au cours des dernières années dans les principaux médias d’information. Quelle est l’histoire des discours climatosceptiques ? En quoi leur forme et leur circulation ont-elles évolué dans le temps ? Dans quels espaces politiques et médiatiques trouvent-ils aujourd’hui un accueil favorable ? Des travaux sociologiques ou en science politique s’intéressant aux producteurs et porte-parole du « négationnisme » climatique, à leurs parcours, à leurs réseaux, aux institutions qui les soutiennent (Oreskes, Conway, 2010) sont également attendus pour appréhender non seulement la circulation, mais aussi la « fabrique » des discours climatosceptiques et ainsi mieux expliquer leur résilience. Comment les rhétoriques et argumentaires des climatosceptiques ont-ils évolué face notamment à l’avancée du consensus scientifique sur le réchauffement climatique ? En quoi la complexité du sujet (Dryzek, Norgaard, Schlosberg, 2011) ou l’étendue de ses implications pour nos modes de vie (Lever-Tracy éd., 2010 ; Norgaard, 2011) sont-elles des leviers de contestation du réchauffement climatique ? Il importerait, à cet égard, d’affiner la notion de climatoscepticisme, dans la mesure où ce dernier n’apparait plus strictement comme un simple « négationnisme » du réchauffement, mais peut prendre la forme de contestations plus variées, d’ignorance volontaire, ou de relativisations plus subtiles privilégiant l’idée, par exemple, que ce réchauffement ne serait pas principalement d’origine anthropique, pas du ressort de la vie quotidienne de simples « citoyens » (Norgaard, 2011), mais plutôt de gouvernements (en particulier américains, chinois…) ou encore pas réellement menaçant pour l’humanité, car elle peut s’y adapter et/ou le combattre grâce aux progrès de la science et de la technique (Oreskes, Conway, 2010).

Des travaux en analyse du discours seront précieux pour envisager avec précision les modes d’expression, les constructions rhétoriques et stratégies de conviction déployées par ces types de relativisation du changement climatique. Il existe en effet, derrière un cadre commun individualiste-libéral, une relative diversité de motifs et de récits de contestation du changement climatique (Van Rensburg, Head, 2017). La place des émotions – notamment la fierté, la peur (Norgaard, 2006, 2011 ; Haltinner, Sarathchandra, 2018) –, celle de l’argumentation (pseudo-)savante, l’opposition ou l’éventuelle articulation de ces deux registres (Traïni éd., 2015) est à interroger. Étudier les convergences entre les procédés rhétoriques des récits climatosceptiques et ceux d’autres types de récits réactionnaires (de type « complotiste », ultraconservateur, religieux, misogyne, masculiniste, anti-vegan, anti-médias, anti-élites, etc.) serait également une façon intéressante d’éclairer le sujet (Pottier, 2013). À cet égard, il serait pertinent de mettre en évidence les similarités et contrastes entre discours hors ligne et discours en ligne. En quoi les discours natifs du web et l’environnement numérique favorisent-ils des formes d’activisme propres que l’on ne retrouve pas dans les discours hors ligne ? Comment rattacher l’agrégation globalisée de militantismes conservateurs dans les réseaux numériques (Schradie, 2019) et le déni du réchauffement climatique ? Dans certains espaces numériques, les formes de la controverse, avec parfois le recours à des rhétoriques haineuses, ne sont pas sans rappeler le backlash antiféministe en ligne observé ces récentes années (Wagener, 2017), ce qu’illustrent par exemple certaines oppositions à la figure de Greta Thunberg, par ailleurs victime également d’antijeunisme. Des études et comparaisons seraient utiles pour mettre en lumière les caractéristiques de ces contre-discours numériques dans leurs différentes expressions sémiotiques (vidéos, images, mèmes, gifs). Qu’est-ce qui contribue à la diffusion de leitmotivs plus rares ou illégitimes dans d’autres espaces ? Les formes (et visages) de l’expertise prennent sans doute également d’autres formes : qu’est-ce qui construit la légitimité et la circulation de ces « experts » (ou plutôt « contre-experts ») spécifiques du web ? Qu’est-ce qui y justifie au contraire la place valorisée du profane (Calabrese, 2017) ? Y a-t-il malgré tout des formes de circulation entre espaces web et espaces médiatiques et politiques hors ligne ? Les communautés numériques alternatives de type 4chan, 9gag, Reddit ou d’autres réseaux comparables offrent d’intéressants terrains d’analyse pour ces questions.

Ces questionnements sont destinés à ouvrir quelques pistes mais n’ont rien d’exclusif. Les auteures et les auteurs sont invités à proposer tout type d’article susceptible d’éclairer les formes passées et présentes des énoncés climatosceptiques, leur production et leur circulation, en prêtant attention tant aux champs politiques et médiatiques qu’à celui des réseaux sociaux et des communautés numériques « alternatives ».

En ces temps de crises et de luttes, nous vous proposons d’y réfléchir collectivement, en cosignant vos contributions, si vous le souhaitez, avec Camille Noûs (laboratoire Cogitamus / Cogitamus laboratory), comme nous y invite RogueESR.

Références

Askanius Tina, Uldam Julie, 2011, « Online social media for radical politics: climate change activism on YouTube », International Journal of Electronic Governance, vol. IV, no 1-2, p. 69-84.

Bell Allan, 1994, « Media (mis)communication on the science of climate change », Public Understanding of Science, vol. III, no 3, p. 259-275.

Calabrese Laura, 2017, « L’événement de réception : un événement de parole du côté des publics », Sciences de la société, no 102, p. 94-109.

Cardon Dominique, 2019, Culture numérique, Paris, Presses de Sciences Po.

Carvalho Anabela, 2010, « Media(ted) discourses and climate change: a focus on political subjectivity and (dis)engagement », WIREs Climate Change, vol. I, no 2, p. 172-179.

Chetouani Lamria, 2007, « Les mots de la controverse sur le changement climatique », Le Télémaque, no 31, p. 81-104.

Daniels Jessie, 2018, « The algorithmic rise of the “alt-right” », Contexts, vol. XVII, no 1, p. 60-65.

Dryzek John, Norgaard Richard, Schlosberg David, 2011, The Oxford Handbook of Climate Change and Society, Oxford, Oxford University Press.

Dunlap Riley, 2013, « Climate change skepticism and denial: an introduction », American Behavioral Scientist, vol. LVII, no 6, p. 691-698.

Elsasser Shaun, Dunlap Riley, 2012, « Leading voices in the denier choir: conservative columnists’ dismissal of global warming and denigration of climate science », American Behavioral Scientist, vol. LVII, no 6, p. 754-776.

Haltinner Kristin, Sarathchandra Dilshani, 2018, « Climate change skepticism as a psychological coping strategy », Social Compass, vol. XII, no 6, https://doi.org/​10.1111/​soc4.12586.

Lerique Sébastien, 2016, « Pour une étude de la dynamique du sens : réflexions épistémologiques sur la mémétique et l’épidémiologie des représentations », Travaux de linguistique, no 73, p. 45-68.

Lever-Tracy Constance éd., 2010, Routledge Handbook of Climate Change and Society, Londres, Routledge.

Nisbet Matthew, 2009, « Communicating climate change: why frames matter for public engagement », Environment: Science and Policy for Sustainable Development, vol. LI, no 2, p. 12-23.

Norgaard Kari Marie, 2011, Living in Denial: Climate Change, Emotions, and Everyday Life, Cambridge (Mass.), MIT Press.

Norgaard Kari Marie, 2006, « “People want to protect themselves a little bit”: emotions, denial, and social movement nonparticipation », Sociological Inquiry, vol. LXXVI, no 3, p. 372-396.

Oreskes Naomi, Conway Erik, 2010, Merchants of Doubt: How a Handful of Scientists Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming, New York, Bloomsbury Press.

Pottier Antonin, 2013, « Le discours climato-sceptique : une rhétorique réactionnaire », Natures Sciences Sociétés, vol. XXI, no 1, p. 105-108.

Schäfer Mike, Schlichting Inga, 2014, « Media representations of climate change: a meta-analysis of the research field », Environmental Communication, vol. VIII, no 2, p. 142-160.

Schradie Jen, 2019, The Revolution That Wasn’t: How Digital Activism Favors Conservatives, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Smith Joe, 2005, « Dangerous news: media decision making about climate change risk », Risk Analysis, vol. XXV, no 6, p. 1471-1482.

Tchuente Dieudonné, Baptiste-Jessel Nadine, Canut Marie-Françoise, 2011, « Accès à l’information dans les réseaux socionumériques », Hermès, no 59, p. 59-64.

Traïni Christophe éd., 2015, Émotions et expertises : les modes de coordination des actions collectives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Van Rensburg Willem, Head Brian, 2017, « Climate change sceptical frames: the case of seven Australian sceptics », Australian Journal of Politics and History, vol. LXIII, no 1, p. 112-128.

Washington Haydn, Cook John, 2011, Climate Change Denial: Heads in the Sand, Londres, New York, Earthscan.

Wagener Albin, 2017, « Lauren Mayberry vs. 4chan’s online misogyny: a critical discourse analysis perspective », Lodz Papers in Pragmatics, vol. XIII, no 2, p. 303-325.

Williams Hywel, McMurray James, Kurz Tim et al., 2015, « Network analysis reveals open forums and echo chambers in social media discussions of climate change », Global Environmental Change, vol. XXXII, p. 126-138.

Zehr Stephen, 2000, « Public representations of scientific uncertainty about global climate change », Public Understanding of Science, vol. IX, no 2, p. 85-103.

Modalités de soumission

Les auteures et auteurs devront soumettre aux coordinateurs, avant le 15 juin 2020, un avant-projet (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. 

Les articles, originaux, devront être adressés aux coordinateurs avant la fin du mois de novembre 2020 (maximum 45 000 signes tout compris). Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinateurs du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard à la fin du mois de mars 2021, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinateurs avant la fin du mois d’avril 2021.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé de cinq lignes et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinateurs :

Albin Wagener (Campus Tech/Université Rennes 2/INALCO) : albin.wagener@gmail.com

Renaud Hourcade (CNRS/Arènes/Univ Rennes) : renaud.hourcade@cnrs.fr

Christian Le Bart (IEP de Rennes) : christian.lebart@sciencespo-rennes.fr

Co-signature Camille Noûs