Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

No 129, juillet 2022 – Migration et crise, une cooccurrence encombrante

Date limite de réception des avant-projets : 2 novembre 2020

Migration et crise, une cooccurrence encombrante

Coordonné par Laura Calabrese, Chloé Gaboriaux, Marie Veniard et Camille Noûs

La situation résultant des déplacements de population provoqués depuis 2014-2015 par la guerre civile syrienne et, plus largement, de l’ensemble des flux migratoires est souvent décrite dans les pays d’accueil comme une crise. Le lien entre migration et crise est tel que la plupart des études consacrées aux migrations comportent désormais une mise en garde préalable sur le terme de crise ou sur l’expression crise migratoire, rappelant que le cadrage n’est pas neutre et qu’il convient dès lors de le mettre à distance. De fait, le mot crise produit une grille de lecture à la fois orientée et contestée. Issu du vocabulaire médical, il impliquerait un écart à la norme (« ensemble de phénomènes pathologiques », dit Le Trésor de la langue française), se manifestant – en principe – « de façon brusque et intense » et « laissant prévoir un changement généralement décisif » (ibid.). Il a été très tôt remis en cause par les acteurs mobilisés dans l’accueil des personnes déplacées, dont les prises de position ont été relayées par certains journalistes.

La façon dont ce cadrage s’est imposé et les effets sociopolitiques qu’il produit ne sont encore que partiellement connus. À la suite des nombreux travaux qui se sont attachés à décrire les mots des migrations (Collectif, 1997), en particulier leur médiatisation (Bonnafous, 1991 ; Gabrielatos, Baker, 2008), les chercheurs se sont surtout intéressés aux discours journalistiques et à la manière dont les médias avaient d’abord mis en scène « la crise » avant d’en interroger l’objet – crise des migrants ou de l’asile ? Un récent numéro du Journal of Immigrant and Refugee Studies (Krzyżanowski, Triandafyllidou, Wodak, 2018) a ainsi montré le caractère stéréotypé des représentations à la fois médiatiques et politiques de la migration et, dans la perspective de l’analyse critique du discours (critical discourse analysis), souligné le poids de ces cadres interprétatifs dans les opinions publiques comme dans les agendas politiques.

Ce numéro thématique vise à prolonger l’analyse dans une démarche pluridisciplinaire, en s’interrogeant notamment sur les processus qui ont débouché sur ce type de cadrage. Peut-on identifier un point de bascule entre la crise et la non-crise ? Par quelles circulations interdiscursives – entendues comme des transferts à travers le temps mais aussi entre les différents milieux sociaux et par-delà les frontières nationales – se sont-ils imposés ? Quels étaient et quels sont encore les discours alternatifs ? Comment et dans quelle mesure ont-ils laissé place au langage de la crise ? Nous nous intéressons ainsi aux ressorts de la construction des phénomènes migratoires comme crise, avec une attention particulière aux corpus produits en dehors des médias, qu’ils aient été ou non exploités par les médias. Trois axes de réflexion seront privilégiés.

1) Autour du mot crise et de la formule crise migratoire

La sémantique du mot crise implique à la fois une période dont la crise est le climax – sous cet angle elle est intense et représente une rupture dans le cours « normal » des choses (elle a toujours quelque chose de « pathologique », comme dans ses premiers emplois médicaux) – et un horizon qui est celui d’une « sortie de crise » et qui appelle des solutions ou tout au moins une situation dont on voudrait voir arriver la fin (Veniard, 2013). À cet égard, on peut se demander si la « crise migratoire » est une crise comme une autre, au sens où elle actualiserait les mêmes significations, selon une structure sémantique identique. Des comparaisons entre crises seraient ici bienvenues, par exemple avec la crise de la canicule (Calabrese, Rosier, 2004), les crises de la littérature (Rault, Bikialo, 2013), les crises économiques (Bonnet, Canu éd., 2017), les crises internationales (Bacot, 2010) mais aussi la crise sanitaire actuelle, vue très souvent comme une opportunité pour changer le cours des choses et dessinant une opposition entre un avant et un après.

Ces usages sont aussi à interroger. Quels sont, dans une perspective pragmatique, les objectifs assignés à un tel cadrage ? Un certain nombre de travaux ont déjà proposé des pistes d’interprétations. Si des auteurs, minoritaires, y voient une entreprise de minimisation des problèmes, voués à être résolus rapidement (Hazan, 2006), la plupart des études soulignent au contraire les effets d’amplification attendus des acteurs, qu’ils soient issus de la sphère médiatique (Mathien, 2001), politique et administrative (Morin, 1976 ; Buchet de Neuilly, 2006), humanitaire, etc.

La question de la circulation des formules (Fiala, Ebel 1983 ; Krieg-Planque, 2009) suscitées par le cadrage des migrations comme crises, et en premier lieu pour la France celle de crise migratoire, nous intéresse particulièrement. La rhétorique de la crise n’est pas totalement nouvelle : elle informe la perception du phénomène migratoire par les opinions publiques occidentales depuis les années 1990 au moins, si l’on en croit le politiste Myron Weiner, théoricien de la « crise migratoire globale » (1995). Au cours des années 2010, elle devient un terme générique pour qualifier l’arrivée de demandeurs d’asile et de migrants dans le contexte européen, au rebours de séquences passées d’émigrations vers l’Europe (Cantat, Thiollet, Pécoud, 2019). Cette crise émerge dans une Europe caricaturée soit comme « passoire », soit comme « forteresse » (Auboussier, 2018), autrement dit dans un répertoire argumentatif assez simple qui réduit fortement les débats juridique, humanitaire et politique (Krzyżanowski, Triandafyllidou, Wodak, 2018). Peut-on en suivre les développements plus précisément, en s’interrogeant sur ses lieux d’émergence et les logiques de transfert d’une sphère sociale, d’un média, d’un discours à l’autre, voire d’un espace national à l’autre, ou de l’Union européenne à ses États membres ? Discerne-t-on des mécanismes différents d’association du terme crise avec le phénomène migratoire à travers l’histoire récente et les pays ? Au-delà de l’emploi du mot crise, le syntagme frappe en ce qu’il focalise la rupture tantôt sur la migration (crise migratoire) tantôt sur l’un de ses acteurs (crise des migrants/réfugiés). Le fait que d’autres nominations circulent (crise de l’asile, crise de l’accueil) signifie que ce n’est pas le seul cadrage possible, même s’il est majoritaire. De la même manière, le débat autour de la dénomination des gens déplacés dévoile des interprétations différentes de l’événement, voire la volonté d’imposer des cadrages alternatifs (Calabrese, 2018).

2) La construction discursive de la crise « migratoire » / « des migrants » / « de l’accueil » : un processus hétérogène

Les médias ont été un des opérateurs importants dans la perception du phénomène migratoire, ce qui se reflète dans des travaux déjà nombreux. Plusieurs rapports récents (Georgiou, Zaborowski, 2017 ; Moore, Berry, Garcia-Blanco, 2018) et articles ou chapitres d’ouvrage (Greussing, Boomgaarden, 2017 ; De Cock et al., 2018 ; Allen et al., 2019 ; Heidenreich et al., 2019) ont décrit la couverture médiatique de la « crise des réfugiés » dans les années 2014-2016, souvent dans une perspective de comparaison européenne (à l’exception de Georgiou et Zaborowski qui ont inclus des journaux en langue arabe). Les cadrages proposés par les médias présentent, globalement, la migration et les migrants sous un jour défavorable (cadrage sécuritaire, métaphores de catastrophes naturelles ou d’agents pathogènes), même si la presse de gauche (liberal quality media) peut proposer des cadrages humanitaires qui sont toutefois loin d’être uniformes (Baider, Constantinou, 2018) et peuvent être qualifiés de paternalistes (Avraamidou, 2020). Dans certains cas, les journaux mêlent cadrages humanitaires et cadrages sécuritaires, ce qui crée un discours « en crise », instable, incertain. L’articulation de ces deux dimensions pourra faire l’objet d’une investigation, tant elles constituent des ressources argumentatives structurantes dans les discours sur la migration et les immigrants. 

Par ailleurs, ces discours ont connu, en fonction des événements, un certain nombre de réorientations (discourse shift, selon Krzyżanowski, 2018). La perspective comparative est éclairante sur les processus de recontextualisation du sens social des événements, en fonction des situations, mémoires et enjeux nationaux (Triandafyllidou, 2018 ; Schröter et al., 2019). Comme le montrent Benjamin De Cleen et Jan Zienkowski (2017) pour le cas flamand, les discours politiques et médiatiques sur la « crise migratoire » s’inscrivent dans une continuité avec des discours du passé plutôt qu’ils ne représentent une rupture radicale. Les travaux ciblant des pays de départ sont moins nombreux, or ils pourraient permettre d’offrir un panorama plus complet du phénomène migratoire, en restituant les tensions et contradictions intrinsèques au couple émigration-immigration.

La complexité de la situation appelle à se prémunir contre le risque du média-centrisme. Dans cette perspective, les questionnements sont à renouveler et les coordinatrices seront attentives aux propositions mettant en avant d’autres acteurs de la médiatisation : les sources institutionnelles, les ONG et associations, les agences de presse, etc. Nous nous intéresserons également aux relations que ces acteurs entretiennent avec les journalistes, profession elle-même hétérogène : nous pensons notamment à l’influence que des acteurs « faibles » (les migrants eux-mêmes, des groupes de citoyens solidaires ou petits collectifs de militants) – ayant un accès difficile aux médias (Neveu, 1996) – peuvent avoir sur la compréhension que les journalistes ont de la situation. De même, l’organisation des acteurs de niveau intermédiaire face à la crise peut être éclairante – les villes et l’élaboration d’une politique de l’accueil, l’Aide sociale à l’enfance pour l’accompagnement des mineurs (MENA), etc. Le renouvellement est aussi attendu sur le plan méthodologique (entretiens avec des acteurs, enquêtes de terrain, etc.), ceci afin de rendre compte du caractère opérationnel de la catégorie de crise et des discours produits dans ce cadre, au sens où les discours font partie de l’action publique (Bonnafous, Tournier, 1995 ; Wodak, Fairclough, 2010). La production de discours nouveaux est un signe parmi d’autres qu’une institution entre dans une démarche de gestion de crise. Les changements de politique de communication dans des associations ou institutions pourront ainsi constituer un objet d’étude, quelles que soient leur taille et leur nature (clubs sportifs engagés dans le sauvetage en montagne par exemple, associations confessionnelles, prises de positions de dignitaires religieux, etc.).

3) Politiques de la crise migratoire

La construction de la migration comme crise relève enfin d’un ordre politique spécifique, celui du « gouvernement des crises » (Angeli Aguiton, Cabane, Cornilleau éd., 2019), qui a fait l’objet de discussions éclairantes à partir notamment du cas des crises économiques (Roitman, 2013). Dans quelle mesure les situations de crise contraignent ou informent les perceptions, les tactiques, les rationalités des acteurs politiques, économiques et sociaux et comment ces acteurs donnent sens, contribuent ou répondent aux politiques de gestion de crise ?

Les approches historiques et comparatives seront ici également bienvenues (Perron, 2015 ; Bazin, Perron éd., 2018). Quel rapport au temps et à la norme du droit, au politique plus généralement, se déploie dans la construction politique des crises migratoires ? Comment la crise opère-t-elle comme une justification d’un état d’exception qui légitime des pratiques de non droit ou hors droit, qui permet la rupture avec les routines et habitus administratifs et juridiques ? La « crise des migrants » de 2011 – comme la crise sanitaire du COVID-19 en 2020 – a légitimé la suspension ou la transformation des procédures d’asile ordinaires en Italie, en Grèce et dans d’autres pays européens. Comment ces ruptures et justifications s’opèrent-elles dans les discours politiques ?

On s’interrogera également sur les systèmes de valeurs convoqués. Quels sont les arguments (économiques, politiques, sociaux) dans les discours publics qui justifient la représentation de la migration comme un problème plutôt que comme un fait social (Héran, 2017) ? Quelle est la place des émotions (Rinn éd., 2008 ; Le Bart, 2018) – notamment la peur – dans la production et la diffusion de ces discours de crise, tout particulièrement du côté des mouvements d’extrême droite, prompts à les susciter et les relayer (Wodak, 2015) ? 

Quels rapports de force ont présidé à l’imposition de cette grille de lecture ? Quels sont les acteurs qui ont pesé pour la faire triompher ? Selon quelles interactions et avec quels types d’instrumentalisation ? On peut ainsi imaginer que le discours de crise porté par les associations humanitaires a peu de chose à voir avec celui des organisations politiques, mais qu’il contribue finalement à la diffusion de ce cadrage, avec des effets que les acteurs ne peuvent prévoir (Lacroix, 2009).

Au-delà de l’analyse des discours et des liens qui se tissent entre eux, peut-on observer leur impact sur les stratégies et politiques des gouvernements, des agences, des organisations intergouvernementales ou non gouvernementales et des ONG travaillant dans le domaine des migrations ? Comment mesurer les transformations de ce gouvernement des crises et la restructuration de l’État dans ce contexte de mise en crise (Hay, 1999 ; Jessop, 2015 ; King, Le Galès éd., 2017) ? Comment observer l’interpénétration entre les discours et les pratiques d’acteurs gouvernementaux (organes nationaux et de l’UE) et non gouvernementaux (ONG mais aussi médias, publics médiatiques, associations et collectifs citoyens) ?

Références

Angeli Aguiton Sara, Cabane Lydie, Cornilleau Lise éd., 2019, La fabrique et le gouvernement des crises [numéro thématique], Critique internationale, no 85.

Allen William, Blinder Scott, McNeil Rob, 2019, « Informing realities: research, public opinion, and media reports on migration and integration », dans M. Ruhs, K. Tamas et J. Palme éd., Bridging the Gaps: Linking Research to Public Debates and Policy Making on Migration and Integration, Oxford, Oxford University Press, p. 50-65.

Anonyme, « Crise », dans ATILF, TLFi : Trésor de la langue française informatisé, http://www.atilf.fr/​tlfi, Nancy, CNRS et université de Lorraine.

Auboussier Julien, 2018, « L’Europe, entre “forteresse” et “passoire” », dans L. Calabrese et M. Veniard éd., Penser les mots, dire la migration, Paris, Academia, p. 99-105. 

Avraamidou Maria, 2020, « The “refugee crisis” as a eurocentric media construct: an exploratory analysis of pro-migrant media representations in the Guardian and the New York Times », tripleC, vol. XVIII, no 1, p. 478-493.

Bacot Paul, 2010, « Éléments de krisonymie. Comment dénomme-t-on les crises internationales ? », dans Y. Jeanclos éd., Crises et crispations internationales à l’ère du terrorisme, au XXIe siècle, Bruxelles, Bruylant, p. 49-66.

Baider Fabienne, Constantinou Maria, 2018, « Negotiating empathy in French and Greek-Cypriot press: Christian values or social justice in migration discourse? », Studii de lingvistica, no 8, p. 191-210.

Bazin Anne, Perron Catherine éd., 2018, How to address the Loss? Forced Migrations, Lost Territories and the Politics of History: A Comparative Approach in Europe and at its Margins in the XXth Century, Bruxelles, Peter Lang.

Bonnafous Simone, 1999, « La médiatisation de la question immigrée : état des recherches », Études de communication, no 22, p. 59-72.

Bonnafous Simone, 1991, L’immigration prise aux mots : les immigrés dans la presse au tournant des années 80, Paris, Kimé.

Bonnafous Simone, Tournier Maurice, 1995, « Analyse du discours, lexicométrie, communication et politique », Langages, no 117, p. 67-81.

Bonnet Valérie, Canu Roland éd., 2017, Les discours de la crise économique [numéro thématique], Mots. Les langages du politique, no 115.

Buchet de Neuilly Yves, 2006, « La crise ? Quelle crise ? Dynamiques européennes de gestion des crises », dans M. Le Pape, J. Siméant et C. Vidal éd., Crises extrêmes : face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte, p. 270-286.

Calabrese Laura, 2018, « Faut-il dire migrant ou réfugié ? Conflit lexico-sémantique autour d’un problème public », Langages, no 210, p. 105-122. 

Calabrese Laura, Rosier Laurence, 2004, « Conflit d’intérêts et crise discursive : la canicule de l’été 2003 », Réseaux, no 100, p. 33-44.

Cantat Céline, Thiollet Hélène, Pécoud Antoine, 2019, Migration as Crisis: A Framework Paper, working paper, ECR Magyc, https://www.magyc.uliege.be/​wp-content/​uploads/​2020/​01/​D3.1.-Migration-as-crisis.-A-framework-paper..pdf.

Collectif, 1997, Mots et migrations [numéro thématique], Cahiers de la Méditerranée, no 54.

De Cleen Benjamin, Zienkowski Jan, Smets Kevin et al., 2017, « Constructing the “refugee crisis” in Flanders. Continuities and adaptations of discourses on asylum and migration », dans M. Barlai, B. Fähnrich, C. Griessler et M. Rhomberg éd., The Migrant Crisis: European Perspectives and National Discourses, Berlin, LIT Verlag, p. 59-78.

De Cock Rozane, Mertens Stefan, Sundin Ebba et al., 2018, « Refugees in the news: comparing Belgian and Swedish newspaper coverage of the European refugee situation during summer 2015 », Communications, vol. XLIII, no 3, p. 301-323.

Fiala Pierre, Ebel Marianne, 1983, Langages xénophobes et consensus national en Suisse (1960-1980), Neuchâtel, Université de Neuchâtel.

Gabrielatos Costas, Baker Paul, 2008, « Fleeing, sneaking, flooding: a corpus analysis of discursive constructions of refugees and asylum seekers in the UK Press 1996-2005 », Journal of English Linguistics, vol. XXXVI, no 1, p. 5-38.

Georgiou Myria, Zaborowski Rafal, 2017, « Couverture médiatique de la “crise des réfugiés” : perspective européenne », Rapport du Conseil de l’Europe, https://rm.coe.int/​couverture-mediatique-cirse-refugies-2017-web/​168071222e.

Greussing Esther, Boomgaarden Hajo G., 2017, « Shifting the refugee narrative? An automated frame analysis of Europe’s 2015 refugee crisis », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. XLIII, no 11, p. 1749-1774.

Heidenreich Tobias, Lind Fabienne, Eberl Jakob-Moritz et al., 2019, « Media framing dynamics of the “European refugee crisis”: a comparative topic modelling approach », Journal of Refugee Studies, vol. XXXII, Issue Special no 1, p. 172-182.

Hay Colin, 1999, « Crisis and the structural transformation of the state: interrogating the process of change », The British Journal of Politics and International Relations, vol. I, no 3, p. 317-344.

Hazan Éric, 2006, LQR : la propagande au quotidien, Paris, Raisons d’agir.

Héran François, 2017, Avec l’immigration : mesurer, débattre, agir, Paris, La Découverte.

Jessop Bob, 2015, « Crises, crisis-management and state restructuring: what future for the state », Policy & Politics, vol. XLIII, no 4, p. 475-492.

King Desmond, Le Galès Patrick éd., 2017, Reconfiguring European States in Crisis, Oxford, Oxford University Press.

Krieg-Planque, Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Krzyżanowski Michał, 2018, « Discursive shifts in ethno-nationalist politics: on politicization and mediatization of the “refugee crisis” in Poland », Journal of Immigrant and Refugee Studies, vol. XVI, no 1-2, p. 76-96.

Krzyżanowski Michał, Triandafyllidou Anna, Wodak Ruth, 2018, Mediatization and Politicization of Refugee Crisis in Europe [numéro thématique], Journal of Immigrant and Refugee Studies, vol. XVI, no 1-2.

Lacroix Thomas, 2009, Migration, Développement, Codéveloppement : quels acteurs pour quels discours ?, Rapport de synthèse européen, Paris, Institut Panos.

Le Bart Christian, 2018, Les émotions du pouvoir : larmes, rires, colères des politiques, Paris, Armand Colin.

Mathien Michel, 2001, « L’information dans la guerre. Spécificités communicationnelles, historiques, perspectives », dans M. Mathien éd., L’information dans les conflits armés, Paris, L’Harmattan, p. 21-60.

Moore Kerry, Berry Mike, Garcia-Blanco Inaki, 2018, « Saving refugees or policing the seas? How the national press of five EU member states framed news coverage of the migration crisis », Justice, Power and Resistance, vol. II, no 1, p. 66-95.

Morin Edgar, 1976, « Pour une crisiologie », Communications, no 25, p. 149-163.

Neveu Érik, 1996, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte.

Perron Catherine, 2015, « Schaffen wir das ? Un enchevêtrement de mémoires migratoires difficiles à concilier », dans C. Bertossi éd., L’Europe et ses réfugiés en 2015 : une crise de la mémoire, Paris, IFRI, p. 31-41.

Rault Julien, Bikialo Stéphane, 2013, « La “crise” : circulation et fiction », Épistémocritique, no 12, https://epistemocritique.org/​la-crise-circulation-et-fiction/​.

Rinn Michael éd., 2008, Émotions et discours : l’usage des passions dans la langue, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Roitman Janet, 2013, Anti-Crisis, Durham, Duke University Press.

Schröter Melani, Veniard Marie, Taylor Charlotte et al., 2019, « A comparative analysis of the keyword multicultural(ism) in French, British, German and Italian migration discourse », dans L. Viola et A. Musolff éd., Migration and Media: Discourses about Identities in Crisis, Amsterdam, John Benjamins, p. 13-44.

Triandafyllidou Anna, 2018, « A “refugee crisis” unfolding: “real” events and their interpretation in media and political debates », Journal of Immigrant and Refugee Studies, vol. XVI, no 1-2, p. 198-216.

Veniard Marie, 2013, « Du profil lexico-discursif de crise à la construction du sens social d’un événement », dans D. Londei, S. Moirand, S. Reboul-Touré et L. Reggiani éd., Dire l’événement : langage, mémoire, société, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 221-232.

Weiner Myron, 1995, The Global Migration Crisis: Challenge to States and to Human Rights, New York, Harpers Collins.

Wodak Ruth, 2015, The Politics of Fear: What Right-Wing Populist Discourses Mean, Londres, Sage.

Wodak Ruth, Fairclough Norman, 2010, « Recontextualizing European higher education policies: the cases of Austria and Romania », Critical Discourse Studies, vol. VII, no 1, p. 19-40.

Modalités de soumission

Les auteures et auteurs devront soumettre aux coordinatrices, avant le 2 novembre 2020, un avant-projet en français ou en anglais (3 000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. 

Les articles originaux, en anglais ou en français, devront être adressés aux coordinatrices et avant le 1er septembre 2021 (maximum 45 000 signes tout compris). Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinatrices du dossier, puis soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines.

Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs au plus tard à la fin du mois de décembre 2021, après délibération du comité éditorial. La version définitive des articles devra être remise aux coordinatrices avant la fin du mois de mars 2022. Les textes seront publiés en français dans la version papier de la revue et sur Cairn, et en anglais sur Cairn international.

Les textes devront respecter les règles de présentation habituellement appliquées par la revue (voir https://journals.openedition.org/​mots/​76). Ils devront être accompagnés d’un résumé de cinq lignes et de cinq mots-clés qui, comme le titre de l’article, devront également être traduits en anglais et en espagnol.

Coordinatrices :

Laura Calabrese : Laura.Calabrese@ulb.be

Chloé Gaboriaux : chloe.gaboriaux@sciencespo-lyon.fr

Marie Veniard : marie.veniard@parisdescartes.fr

Et Camille Noûs