Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros129DossierL’accueil en crise : pratiques di...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

L’accueil en crise : pratiques discursives et actions politiques

Reception in crisis: Discursive practices and political actions
Acogida en crisis: prácticas discursivas y acciones políticas
Laura Calabrese, Chloé Gaboriaux et Marie Veniard
p. 9-21

Résumés

Ce dossier s’intéresse aux ressorts du cadrage des phénomènes migratoires comme crise, en s’interrogeant plus particulièrement sur ce que les discours de crise font à l’accueil. Il réunit les contributions de chercheuses issues de diverses disciplines, qui enquêtent tant sur les constructions discursives de la crise migratoire que sur la mise en crise des discours sur les migrations.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce dossier thématique s’inscrit dans le projet ANR PACE – « The Politics of Asylum Crises in Europe » (ANR-18-CE41-0013), grâce auquel nous avons pu financer les traductions des contributions en anglais, en ligne sur le site de Cairn International, https://www.cairn-int.info/journal-mots.htm.

Texte intégral

1La situation résultant des déplacements de population provoqués depuis 2014-2015 par la guerre civile syrienne et, plus largement, de l’ensemble des flux migratoires vers l’Europe, a souvent été décrite dans les pays d’accueil comme une crise. Le lien entre migration et crise est tel que la plupart des études consacrées aux migrations comportent désormais une mise en garde préalable sur le terme de crise ou sur l’expression crise migratoire, rappelant que le cadrage n’est pas neutre et qu’il convient dès lors de le mettre à distance. De fait, ce mot produit une grille de lecture à la fois orientée et contestée. Issu du vocabulaire médical, il implique d’une part une période intense qui représente une rupture dans le cours « normal » des choses (elle a toujours quelque chose de « pathologique »), mais suppose à la fois une résolution, une « sortie de crise » qui appelle des solutions (Veniard, 2013). À cet égard, on peut se demander si ce qu’on désigne par crise migratoire, même en mettant cet usage à distance, est une crise comme une autre, au sens où elle actualiserait les mêmes significations, selon une structure sémantique identique.

2L’usage du mot a été très tôt remis en cause par les acteurs mobilisés dans l’accueil des personnes déplacées, dont les prises de position ont été relayées par certains journalistes. Des chercheurs en sciences sociales ont également questionné la nature inédite des événements au regard de la longue histoire des migrations de et vers l’Europe (Diaz, 2021). La façon dont ce cadrage s’est imposé et les effets sociopolitiques qu’il produit ne sont encore que partiellement connus. À la suite des nombreux travaux qui se sont attachés à décrire les mots des migrations (Collectif, 1997), en particulier leur médiatisation (Bonnafous, 1991 ; Gabrielatos et Baker, 2008 ; Calabrese et Veniard, 2018), les chercheurs se sont surtout intéressés aux discours journalistiques et à la manière dont les médias avaient d’abord mis en scène « la crise » avant d’en interroger l’objet – crise des migrants ou de l’asile ? Un récent numéro du Journal of Immigrant and Refugee Studies (Krzyżanowski et al., 2018) a ainsi montré le caractère stéréotypé des représentations à la fois médiatiques et politiques de la migration et, dans la perspective de l’analyse critique du discours (critical discourse analysis), souligné le poids de ces cadres interprétatifs dans les opinions publiques comme dans les agendas politiques.

3Ce numéro thématique vise à prolonger l’analyse dans une démarche pluridisciplinaire, en s’interrogeant plus particulièrement sur ce que les discours de crise font à l’accueil. Il permet de revenir sur les ressorts de la construction des phénomènes migratoires avec une attention particulière aux corpus produits en dehors des médias, qu’ils aient été ou non exploités par les médias. Nous espérons ainsi éclairer les dynamiques politiques du cadrage de la migration comme crise, qu’il soit repris par les acteurs de l’accueil ou au contraire contesté.

Autour du mot crise et de la formule crise migratoire

4Les crises se caractérisent par leur grande hétérogénéité référentielle, visible à travers des syntagmes se constituant en paradigme, que l’on songe à la crise de la canicule (Calabrese et Rosier, 2005), aux crises de la littérature (Bikialo et Rault, 2013), aux crises économiques (Bonnet et Canu, 2017) ou encore à la crise sanitaire de 2020, celle-ci étant vue très souvent comme une « opportunité » pour changer le cours des choses et dessinant une opposition entre un « avant » et un « après ».

5La rhétorique de la crise pour qualifier des mouvements de population n’est pas totalement nouvelle : elle informe la perception du phénomène migratoire par les opinions publiques occidentales depuis les années 1990 au moins, si l’on en croit le politiste Myron Weiner, théoricien de la « crise migratoire globale » (1995). Au cours des années 2010, crise devient un terme générique pour qualifier l’afflux de demandeurs d’asile et de migrants dans le contexte européen, à rebours de séquences passées d’afflux migratoires en Europe (Cantat et al., 2019). Cette crise émerge dans une Europe caricaturée soit comme « passoire », soit comme « forteresse » (Auboussier, 2018), autrement dit dans un répertoire argumentatif assez simple qui enferme les débats juridique, humanitaire et politique dans un cadre très réducteur (Krzyżanowski et al., 2018).

  • 1 Nous traduisons de l’anglais les citations présentées ici.

6Quels sont, dans une perspective pragmatique, les objectifs assignés à un tel cadrage (Benson, 2013) ? Un certain nombre de travaux ont déjà proposé des pistes d’interprétation. Si des auteurs, minoritaires, y voient une entreprise de minimisation des problèmes, voués à être résolus rapidement (Hazan, 2006), la plupart des études soulignent au contraire les effets d’amplification attendus des acteurs, qu’ils soient issus de la sphère médiatique (Mathien, 2001), politique et administrative (Morin, 1976 ; Buchet de Neuilly, 2006), humanitaire, etc. Le cadrage de crise est en effet généralement soutenu par le champ lexical de l’inédit : dans les corpus de presse étudiés, on peut lire que la crise a pris « des propositions inédites »1 (cité dans Avraamidou, 2020, p. 484), qu’elle représente « le plus grand mouvement de population que l’Europe a connu depuis 1945 » (cité dans Fotopoulos et Kaimaklioti, 2016, p. 266), qu’elle est liée à un afflux « historique » (cité dans Blanchard et Rodier, 2016, p. 4), « une marée de gens désespérés fuyant la pauvreté et la guerre et cherchant à pénétrer l’insaisissable El Dorado européen » (cité dans de Haas, 2008, p. 1305).

7Au-delà de l’emploi du mot crise, le syntagme frappe en ce qu’il focalise la rupture tantôt sur la migration (crise migratoire), tantôt sur l’un de ses acteurs (crise des migrants/réfugiés). Le fait que d’autres nominations circulent (crise de l’asile, crise de l’accueil) signifie que ce n’est pas le seul cadrage possible, même s’il est dominant. De la même manière, le débat autour de la dénomination des gens déplacés dévoile des interprétations différentes de l’événement, voire la volonté d’imposer des cadrages alternatifs (Calabrese, 2018).

8Dans le discours public, cette focalisation sur les désignants des personnes et de l’événement s’explique parce que les interdiscours qui les sous-tendent actualisent des argumentaires paternalistes ou hostiles à l’accueil (Avraamidou, 2020), ce qui conduit les chercheurs en sciences sociales à mettre à distance le nom de l’événement notamment avec des guillemets ou des gloses marquant une forte hétérogénéité énonciative (« la soi-disant crise des migrants », « the so called refugee crisis »). Qu’il s’agisse d’une crise « des migrants », « des réfugiés » ou « humanitaire », la mise en mots de l’événement adopte nécessairement le point de vue des pays d’arrivée. La nomination des personnes, qui n’est pas l’objet de ce dossier, a donné lieu à de multiples analyses pour les mêmes raisons, partant du constat que le désignant est un vecteur d’axiologie et un facilitateur de politiques. Ce n’est donc pas le seul lexème crise qui est un puissant producteur d’imaginaires, mais son articulation avec un complément, qui fait de la crise un événement exogène que l’Europe ne ferait que constater et tenter de gérer.

9On le voit bien dans le présent dossier, dont deux contributions analysent sous cet angle la circulation des « formules » (Krieg-Planque, 2003, 2009) suscitées par le cadrage des migrations comme crise, et en particulier pour l’espace francophone celle de « crise migratoire ». Cécile Balty et Valériane Mistiaen soulignent, dans des discours institutionnels et associatifs en Belgique, le passage de la crise de l’accueil en 2012 (à comprendre, dans ce contexte, comme la crise des structures de l’accueil) à, entre autres dénominations, la crise de l’asile, dénomination polémique qui fait porter la responsabilité de la situation de crise aux immigrants. Catherine Perron, quant à elle, décrit, entre 2012 et 2016, un quasi-évitement par l’Allemagne (au niveau fédéral et en particulier dans le Land du Bade-Wurtemberg) d’un discours qui rendrait les migrants responsables de la situation. Ce positionnement est rendu possible par la conjonction du discours de la Willkommenskultur (culture de l’accueil), qui portait sur la migration de travail dans une perspective utilitariste, et la réutilisation d’une expression datant de l’après-Seconde Guerre mondiale, Flüchtlingskrise (crise des réfugiés), à comprendre comme la crise de solidarité entre pays européens dans la répartition de l’accueil des réfugiés. Loin de conclure à une moindre agentivité des sujets impliqués, le constat de crise reprend l’appel de la Willkommenskultur à se mobiliser en faveur des migrants et à surmonter collectivement les défis liés à leur arrivée.

Cadrages médiatiques de la migration

  • 2 Nous traduisons de l’anglais.

10Dans ces cadrages et recadrages de la migration comme crise, les médias jouent un rôle non négligeable. Si la manière dont ils couvrent les migrations est un sujet de recherche en sciences sociales depuis des décennies (Bonnafous, 1991), le moment discursif qui débute en 2015 a fait l’objet d’un nombre d’études particulièrement important. Cette littérature est traversée par deux constantes : elle remet majoritairement en question la catégorisation de l’épisode migratoire comme crise et voit dans les médias d’information des acteurs capables d’influencer l’agenda politique et la perception citoyenne des processus migratoires. Ces deux éléments sont bien entendu liés : parce que le discours médiatique est capable de façonner les représentations sociales, les cadrages qu’il opère de la migration peuvent avoir un impact décisif sur sa perception par les élites politiques et les citoyens ordinaires. Partant de ce constat, la circulation d’unités lexicales servant à nommer les personnes en mobilité mais également l’événement est considérée comme ayant une portée pragmatique indéniable, même si beaucoup de chercheurs s’interrogent également sur la capacité des acteurs sociaux à résister à ces logiques de nomination top-down, que ce soit au niveau associatif ou citoyen (voir par exemple le projet Bridges, « Assessing the production and impact of migration narratives » ; Calabrese et Veniard, 2018 ; Roblain et al., 2020). Ainsi, les représentations médiatiques sont porteuses d’idéologies « qui peuvent avoir des conséquences sur le monde réel » (Avraamidou, 2020, p. 479), « tenir un rôle central dans la dissémination de l’information, la diffusion du savoir et le façonnement des idéologies, aussi bien qu’exercer leur influence sur les sociétés »2 (Fotopoulos et Kaimaklioti, 2016, p. 266).

11Selon Myria Georgiou et Rafal Zaborowski (2017), si les médias sont en général des acteurs fondamentaux dans le cadrage d’événements sociaux, dans ce contexte en particulier l’action médiatique a été déterminante en raison de l’échelle et de la rapidité des événements, ainsi que de l’extranéité de l’expérience de la migration pour les Européens, autant de facteurs qui ont rendu les publics et les policymakers dépendants des récits médiatiques. Cette interprétation supposerait que les politiques migratoires sont informées par le discours médiatique, ce que la plupart des chercheurs ne contestent pas. Mais le cadrage des événements comme crise ne peut pas être un processus à sens unique ni provenir uniquement du système médiatique, c’est pourquoi certains vont plus loin en s’interrogeant sur les interactions entre plusieurs sphères, notamment médiatique et politique, qui participent d’un processus « circulaire » de médiatisation en s’influençant mutuellement (Colombo, 2018).

12L’analyse du discours médiatique, politique et institutionnel permet ainsi de montrer la dynamique de circulation des idées, des arguments et des éléments de langage. Anna Triandafyllidou (2018) affirme que le cadrage est le produit d’une interaction constante entre les médias, le discours politique et la mobilisation de la société civile, même si cela est un constat qui préside à l’analyse sans pour autant être interrogé par des données. Elle note par ailleurs que les débats médiatiques et politiques sont cadrés différemment en fonction du contexte national et régional, ainsi que de la position du pays dans la gestion migratoire. Pour Emmanuel Blanchard et Claire Rodier (2016), l’épisode migratoire commencé en 2015 était en effet tout sauf inattendu vu l’instabilité politique de plusieurs régions du monde et le nombre d’exilés constaté depuis au moins 2012. Les auteurs rappellent également d’autres épisodes du passé où un déplacement important de population n’a pas été lu à travers le prisme de la crise. En 2015 au contraire, l’Union européenne (UE) retient une lecture de l’événement comme inédit, urgent et extraordinaire et choisit de prendre des mesures exceptionnelles au lieu de déclencher celles prévues par la directive Protection temporaire en cas d’afflux massif de personnes déplacées3.

13On le voit, le cadrage de crise ne vient pas du seul discours médiatique, mais il est souvent repris dans le champ journalistique sans être questionné par les locuteurs, qui semblent présupposer une version puriste naïve de la langue selon laquelle il existerait des termes anhistoriques pour nommer les personnes en déplacement et les événements. La recherche se penche par ailleurs peu sur ces pratiques : si beaucoup de chercheurs ont comme point de départ les productions médiatiques, rares sont ceux qui s’interrogent sur les pratiques professionnelles qui président aux choix discursifs des journalistes. Des méthodologies autres que l’analyse de discours et de contenu, comme les entretiens et les focus groups, pourraient donner des réponses concrètes en ce qui concerne les liens entre pratiques journalistiques et pratiques politiques ou institutionnelles.

14Depuis quelques années, les recherches en sciences de l’information et de la communication montrent ainsi une interaction complexe entre les discours médiatique, politique et institutionnel, mais également des formes de résistance face aux logiques hégémoniques, via notamment des médias sociaux. C’est dans cette perspective que se situe le présent dossier, en étudiant des discours non médiatiques, qu’ils soient mis en relation avec des cadrages journalistiques (comme dans le texte de C. Perron) ou non (comme dans les autres contributions). Il permet de montrer que la grille de lecture de la migration comme crise n’est ni homogène ni unanimement partagée. Si le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), dont Odile Vallée analyse les rapports, ou les organisations gouvernementales et non gouvernementales étudiées par C. Balty et V. Mistiaen reprennent à leur compte le cadrage de la migration comme crise, ils n’en cherchent pas moins à faire valoir à travers lui des interprétations différentes, voire concurrentes, selon que l’usage du terme crise vient justifier des choix politiques ou au contraire les critiquer. Les travaux de Pina Lalli et Elena Giacomelli ou de C. Perron prouvent en revanche que des pans entiers du monde social et politique peuvent échapper au paradigme dominant. En l’occurrence, les discours des travailleurs sociaux italiens que P. Lalli et E. Giacomelli ont recueillis, comme les discours politiques de l’exécutif allemand (au niveau fédéral et au niveau régional du Bade-Wurtemberg) vont même plus loin en s’opposant frontalement à la rhétorique de la crise, dans laquelle ils voient le fondement de politiques migratoires contestables et contestées.

Politiques de la crise migratoire

15La construction de la migration comme crise relève en effet d’un ordre politique spécifique, celui du « gouvernement des crises » (Angeli Aguiton et al., 2019), qui se fonde sur un paradigme propre à la modernité (Morin, 1976 ; Koselleck, 1982 ; Gilbert, 2019). Percevoir le monde à travers lui implique de considérer les défis auxquels les gouvernants doivent faire face comme exceptionnels, distincts du cours normal des choses, requérant – et justifiant – des mesures extraordinaires (Roitman, 2013). Dans le cas des migrations, ce cadrage n’est pas nouveau (Weiner, 1995), mais il s’impose dans les années 2010, dès avant l’arrivée des réfugiés de la guerre syrienne (Cantat et al., 2020). Il a permis de légitimer une approche sécuritaire de la migration (Bigo, 1998 ; Karamanidou, 2015) et avec elle de multiples entorses aux droits fondamentaux des migrants (Carrera et al., 2019). Il a aussi des effets majeurs sur le débat public : imposer l’idée que les flux migratoires constituent ou provoquent une crise revient à susciter des peurs que les partis d’extrême droite n’ont aucun mal à entretenir et instrumentaliser (Zolbert et Benda, 2001 ; Wodak, 2015 ; Héran, 2017). Leur succès dans les sondages et dans les urnes vient en retour encourager le maintien voire l’approfondissement des politiques migratoires de crise, exorbitant du droit commun, mais aussi de tout projet à long terme, qui permettrait de normaliser le traitement de flux migratoires désormais continus ou du moins récurrents (Lacroix, 2016).

16Dans une perspective pluridisciplinaire, les migration studies ont ainsi permis de retracer les origines de ce cadrage à partir des politiques migratoires mises en place depuis la fin du xxe siècle. Martin Baldwin-Edwards, Brad K. Blitz et Heaven Crawley (2019) expliquent comment un consensus se dégage au début des années 2000 dans l’UE pour considérer la migration au sens large comme un phénomène principalement économique et l’aborder depuis un prisme sécuritaire, ignorant les flux mixtes et les trajectoires migratoires. Jérôme Valluy (2006) fait remonter cette « spirale du rejet » aux années 1970, lorsqu’émerge dans le discours politique et institutionnel le tropisme du « faux réfugié », le pendant politique du « débouté du droit d’asile ».

17C’est cet imaginaire qui va donner lieu au discours de la crise comme une situation d’urgence à régler par le biais de politiques d’asile restrictives, discours qui à son tour servira à justifier des mesures d’exception. Comme l’écrit l’auteur,

à travers ces interactions se construisent des rhétoriques communes aux deux mondes, à la fois manières de penser et prêt-à-porter de la justification éthique et politique des choix quotidiens et des engagements durables. Il s’agit des rhétoriques qui fournissent aux décideurs, du fonctionnaire de guichet jusqu’au ministre en passant par le juge, les « bonnes raisons » qui leur sont nécessaires pour agir dans le sens du rejet. (Valluy, 2006, p. 21)

18C’est dans cette dynamique que surgissent les notions de demande « manifestement infondée » (conceptualisée par le HCR en 1983), « pays sûrs » ou « pays tiers sûrs » (en 1989) et « asile interne » (fin des années 1990). Ainsi, c’est moins la dynamique migratoire qui crée le discours de crise qu’un changement de cap dans les politiques européennes, qui remonte bien avant 2015 (Guiraudon, 2018).

  • 4 Africa Gordillo, « “Protection temporaire” : pourquoi les Ukrainiens pourraient être les premiers (...)
  • 5 Informal meeting of Ministers for Development, Montpellier: doorstep by Josep Borrell Fontelles, H (...)

19La guerre en Ukraine montre cependant que le cadrage de la migration comme crise n’est pas suffisant pour engager une attitude hostile aux réfugiés. À l’heure où nous écrivons, « l’afflux massif » de réfugiés ukrainiens, beaucoup plus important que celui des Syriens en 2015 (un million de réfugiés en une semaine pour les premiers, le même nombre en un an pour les seconds4), conduit à débloquer des aides exceptionnelles et non, comme en 2015, à affaiblir l’instrument de l’asile. Le même répertoire discursif peut ainsi déclencher des représentations très différentes selon le référent auquel il s’applique. Cette guerre suggère aussi que l’UE fait une lecture politique des déplacements en choisissant d’appeler les migrants des « réfugiés » ou des « exilés »5 (alors que la lecture économique a été privilégiée dans les déplacements de 2015). Le syntagme « crise ukrainienne » peut donc renvoyer à un paradigme bien différent de celui de « crise migratoire ».

20L’originalité du présent dossier, qui s’appuie sur des terrains antérieurs à la guerre en Ukraine, consiste à rendre visibles des scènes où le cadrage de la migration comme crise se grippe, perd de son efficacité ou se voit même franchement contesté et concurrencé par d’autres grilles de lecture. Plutôt que de mesurer son hégémonie à travers ses effets sur les politiques migratoires ou sur les opinions publiques, les contributions réunies ici l’interrogent en effet à partir de ses limites, en montrant des formes de résistance qui s’affirment plus ou moins fortement au cœur même des systèmes d’accueil mis en place en Europe. On l’a dit plus haut, les travailleurs sociaux du Trentin interrogés par P. Lalli et E. Giacomelli protestent contre l’urgence dans laquelle on les contraint à accomplir leurs missions. Comme on l’a vu aussi, l’exécutif allemand refuse de parler de crise face à l’arrivée des réfugiés syriens, pour fonder au contraire son discours sur la Willkommenskultur, la culture de l’accueil (C. Perron). Les organisations non gouvernementales belges étudiées par C. Balty et V. Mistiaen reprennent certes les discours de crise, mais elles s’efforcent néanmoins de corriger les discours institutionnels, en réinterprétant la crise et, plus rarement, en mettant en question son existence. De façon plus souterraine, les rapports du HCR analysés par O. Vallée témoignent du caractère intenable du discours de crise lorsqu’il doit être assumé par les institutions censées garantir les droits des migrants, qui ne peuvent y souscrire qu’au prix de stratégies sémio-discursives de contournement et d’évitement.

21L’analyse des discours qui refusent l’association entre migration et crise permet de montrer ce que cette dernière fait aux politiques migratoires. Le cas italien est particulièrement éclairant (P. Lalli et E. Giacomelli). L’urgence a conduit les gouvernements à mettre en place un système peu cohérent, où les programmes s’empilent, avec de fortes disparités régionales et un recours important aux organisations non gouvernementales. Le manque de moyens et de vision à long terme se traduit notamment par la précarité des travailleurs sociaux recrutés pour assurer les premières étapes de l’accueil : embauchés sans qualification, peu ou pas formés, ils enchaînent les contrats courts, sans savoir s’ils pourront achever ou non les projets engagés avec les migrants. Les entretiens qu’ils ont accordés à E. Giacomelli montrent qu’ils sont parfaitement conscients de l’impasse dans laquelle le cadrage de crise met le traitement de la question migratoire : la question migratoire implique la prise en compte de trajectoires longues et complexes et une prise en charge concertée et spécialisée des besoins très divers des migrants en vue de leur insertion dans la société d’accueil ; le cadrage de crise ne débouche que sur des expédients sans lendemain, qui mettent en difficulté les travailleurs sociaux comme les migrants.

22A contrario, C. Perron souligne que le discours de la Willkommenskultur a permis de réformer en profondeur le système d’accueil allemand. Favorisé par la mémoire encore vive des migrations forcées d’une partie de la population allemande (Perron, 2015), par la prospérité économique du pays et ses besoins en main-d’œuvre et, dans une certaine mesure, par la culture de la performance qui l’accompagne, ce positionnement « anti-crise » n’a certes pas empêché les discours de crise de circuler par ailleurs, notamment sur les réseaux sociaux. Il n’a pas non plus été à même de freiner la montée de l’extrême droite, qui fait encore aujourd’hui de bons scores électoraux. Mais, comme le rappelle l’autrice en conclusion, il s’est accompagné d’une libéralisation du modèle migratoire allemand, historiquement fondé sur le droit du sang.

23Les différences dans la construction discursive de la migration renvoient en outre à des divergences dans les modes de participation des organisations de la société civile à la gestion des migrants. À cet égard, le dossier est également très instructif. Si le discours allemand de la Willkommenskultur a pu soutenir l’engagement d’un vaste réseau associatif aux côtés des autorités publiques, étatiques et régionales, pour répondre au défi qu’a représenté l’accueil des réfugiés syriens en 2015 (C. Perron), le discours italien de l’urgence tend au contraire à mobiliser les travailleurs du tiers secteur contre les autorités, en faisant émerger une communauté de pratiques soutenant des revendications qui portent non seulement sur l’amélioration de leurs conditions de travail, mais aussi et plus généralement sur la politique migratoire elle-même (P. Lalli et E. Giacomelli). Les discours de crise du pouvoir politique suscitent ainsi sur le terrain des contre-discours largement axés sur la déconstruction de l’urgence et de ses impératifs.

24La confrontation des discours issus d’institutions publiques et semi-publiques et d’organisations non gouvernementales impliquées dans l’accueil des migrants en Belgique depuis 2011 (C. Balty et V. Mistiaen) révèle enfin que le cadrage de la migration comme crise peut servir d’autres stratégies que celles de l’état d’exception évoqué plus haut. Elle montre en effet que les discours de crise posent toujours peu ou prou la question de la responsabilité politique : ils imputent les difficultés du moment à un événement indépendant de la volonté des gouvernants, mais qui les engage à réagir pour sortir de ladite crise. Les caractérisations successives de la crise par les autorités belges permettent ainsi de circonscrire le problème – il s’agit d’une inadaptation temporaire des structures d’accueil qui est par ailleurs due à un ensemble de faits extérieurs à la Belgique, survenus dans les pays d’origine ou liés à la politique européenne – et de se forger une image de compétence et de maîtrise – elles se décrivent elles-mêmes en train de surmonter la « crise ». Les efforts des organisations non gouvernementales pour redéfinir la crise – dans le sens de dysfonctionnements de plus longue durée que les autorités refusent de voir, qu’elles échouent à traiter ou même dont elles sont responsables, avec leurs conséquences humaines désastreuses – n’atteignent pas vraiment leur but : ils tendent plutôt à consolider le cadrage de crise qui, en l’occurrence, est plutôt favorable à la position gouvernementale. Ici comme ailleurs, les appels à l’État pour faire face à la crise, quelle qu’elle soit, n’empêchent pas la remise en question des services publics mais semblent plutôt renforcer au contraire les restructurations en cours (Hay, 1999 ; Jessop, 2015 ; King et Le Galès, 2017).

25L’étude des rapports du HCR que propose O. Vallée confirme l’importance que revêt cet enjeu de la responsabilité politique dans les discours de la « crise migratoire ». Elle montre que le HCR reprend à son compte le cadrage de crise et, avec lui, la distinction contestable qu’il a conduit à imposer entre réfugiés (fuyant des pays en crise et mettant en crise les pays d’arrivée) et migrants (réduits ici à leurs supposées motivations purement économiques) et qui permet aux autorités des pays d’accueil d’opérer un tri à leurs frontières, aux dépens des droits fondamentaux des arrivants (Agier et Madeira, 2017 ; Calabrese, 2018). L’institution est alors placée dans une situation impossible, qui remet en cause sa mission de protection (Sheel et Ratfisch, 2014) et qui se traduit dans la « mise en crise » de son discours : ce dernier met en avant la vocation première du HCR, tout en effaçant de ses rapports d’activité ses bénéficiaires – les migrants sont occultés, comme si le HCR se désintéressait du sort qui leur était réservé ; les réfugiés eux-mêmes sont délocutés et donc, en quelque sorte, privés de leur parole et de leur subjectivité.

Haut de page

Bibliographie

Agier Michel et Madeira Anne-Virginie éd., 2017, Définir les réfugiés, Paris, Presses universitaires de France.

Angeli Aguiton Sara, Cabane Lydie et Cornilleau Lise éd., 2019, « La fabrique et le gouvernement des crises » [numéro thématique], Critique internationale, no 85.

Auboussier Julien, 2018, « L’Europe, entre “forteresse” et “passoire” », dans L. Calabrese et M. Veniard éd., Penser les mots, dire la migration, Louvain, Academia, p. 99-105.

Avraamidou Maria, 2020, « The “refugee crisis” as a eurocentric media construct: An exploratory analysis of pro-migrant media representations in the Guardian and the New York Times », tripleC, vol. 18, no 1, p. 478-493.

Baldwin-Edwards Martin, Blitz Brad K. et Crawley Heaven, 2019, « The politics of evidence-based policy in Europe’s “migration crisis” », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 45, no 12, p. 2139-2155.

Benson Rodney, 2013, Shaping Immigration News. A French-American Comparison, New York, Cambridge University Press.

Bigo Didier, 1998, « L’immigration à la croisée des chemins sécuritaires », Revue européenne des migrations internationales, vol. 14, no 1, p. 25-46.

Bikialo Stéphane et Rault Julien, 2013, « La “crise” : circulation et fiction », Epistémocritique, vol. 12, 19 p.

Blanchard Emmanuel et Rodier Claire, 2016, « “Crise migratoire” : ce que cachent les mots », Plein droit, no 111, p. 3-6.

Bonnafous Simone, 1991, L’immigration prise aux mots : les immigrés dans la presse au tournant des années 80, Paris, Kimé.

Bonnet Valérie et Canu Roland éd., 2017, « Les discours de la crise économique » [numéro thématique], Mots. Les langages du politique, no 115.

Buchet de Neuilly Yves, 2006, « La crise ? Quelle crise ? Dynamiques européennes de gestion des crises », dans M. Le Pape, J. Siméant et C. Vidal éd., Crises extrêmes : face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte, p. 270-286.

Calabrese Laura, 2018, « Faut-il dire migrant ou réfugié ? Conflit lexico-sémantique autour d’un problème public », Langages, no 210, p. 105-124.

Calabrese Laura et Rosier Laurence, 2005, « Conflit d’intérêts et crise discursive : la canicule de l’été 2003 », Réseaux, no 100, p. 33-44.

Calabrese Laura et Veniard Marie éd., 2018, Penser les mots. Dire la migration, Louvain, Academia.

Cantat Céline, Thiollet Hélène et Pécoud Antoine, 2019, Migration as Crisis: A Framework Paper, working paper, ECR Magyc, https://www.magyc.uliege.be/upload/docs/application/pdf/2021-09/d3.1-v2-april-2020-1.pdf (consulté le 29 avril 2022).

Carrera Sergio, Santos Vara Juan et Strik Tineke éd., 2019, Constitutionalising the external dimensions of EU migration and asylum policies in times of crisis, Cheltenham, Northampton, Edward Elgar.

Collectif, 1997, « Mots et migrations » [numéro thématique], Cahiers de la Méditerranée, no 54.

Colombo Monica, 2018, « The representation of the “European refugee crisis” in Italy: Domopolitics, securitization, and humanitarian communication in political and media discourses », Journal of Immigrant and Refugee Studies, vol. 16, nos 1-2, p. 161-178.

de Haas Hein, 2008, « The myth of invasion: The inconvenient realities of African migration to Europe », Third World Quarterly, vol. 29, no 7, p. 1305-1322.

Diaz Delphine, 2021, En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du xviiie siècle à nos jours, Paris, Gallimard.

Fotopoulos Stergios et Kaimaklioti Margarita, 2016, « Media discourse on the refugee crisis: On what have the Greek, German and British press focused? », European View, vol. 15, no 2, p. 265-279.

Gabrielatos Costas et Baker Paul, 2008, « Fleeing, sneaking, flooding: A corpus analysis of discursive constructions of refugees and asylum seekers in the UK Press 1996-2005 », Journal of English Linguistics, vol. 36, no 1, p. 5-38.

Georgiou Myria et Zaborowski Rafal, 2017, Media coverage of the « refugee crisis »: A cross-European perspective, Council of Europe report, https://edoc.coe.int/en/refugees/7367-media-coverage-of-the-refugee-crisis-a-cross-european-perspective.html (consulté le 28 avril 2022).

Gilbert Andrew Simon, 2019, The Crisis Paradigm: Description and Prescription in Social and Political Theory, Cham, Palgrave Macmillan.

Guiraudon Virginie, 2018, « The 2015 refugee crisis was not a turning point: Explaining policy inertia in EU border control », European Political Science, no 17, p. 151-160.

Hay Colin, 1999, « Crisis and the structural transformation of the state: Interrogating the process of change », The British Journal of Politics and International Relations, vol. 1, no 3, p. 317-344.

Hazan Éric, 2006, LQR : la propagande au quotidien, Paris, Raisons d’agir.

Héran François, 2017, Avec l’immigration : mesurer, débattre, agir, Paris, La Découverte.

Jessop Bob, 2015, « Crises, crisis-management and state restructuring: What future for the state », Policy & Politics, vol. 43, no 4, p. 475-492.

Karamanidou Lena, 2015, « The securitisation of European migration policies: Perceptions of threat and management of risk », dans G. Lazaridis et K. Wadia éd., The Securitisation of migration in the EU: Debates since 9/11, Cham, Palgrave Macmillan, p. 37-61.

King Desmond et Le Galès Patrick éd., 2017, Reconfiguring European States in Crisis, Oxford, Oxford University Press.

Koselleck Reinhart, 1982, « Krise », dans O. Brunner, W. Konze et R. Koselleck éd., Geschichtliche Grundbegriffe: Historisches Lexicon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett-Cotta, vol. 3.

Krieg-Planque Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Krieg-Planque Alice, 2003, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

Krzyżanowski Michał, Triandafyllidou Anna et Wodak Ruth, 2018, « Mediatization and Politicization of the “Refugee Crisis” in Europe » [numéro thématique], Journal of Immigrant and Refugee Studies, vol. 16, nos 1-2.

Lacroix Thomas, 2016, Migrants : l’impasse européenne, Paris, Armand Colin.

Mathien Michel, 2001, « L’information dans la guerre. Spécificités communicationnelles, historiques, perspectives », dans M. Mathien éd., L’information dans les conflits armés, Paris, L’Harmattan, p. 21-60.

Morin Edgar, 1976, « Pour une crisologie », Communications, no 25, p. 149-163.

Perron Catherine, 2015, « Schaffen wir das ? Un enchevêtrement complexe de mémoires migratoires difficiles à concilier », dans C. Bertossi éd., L’Europe et ses réfugiés en 2015 : une crise de la mémoire ?, Paris, IFRI, p. 29-41.

Roblain Antoine, De Guissmé Laura, Azzi Assaad et Licata Laurent, 2020, « Being forced (or free) to adopt the host culture: The influence of mandatory integration programs on majority members’ evaluation of immigrants », International Review of Social Psychology, vol. 33, no 1, p. 6, DOI : http://doi.org/10.5334/irsp.321 (consulté le 28 avril 2022).

Roitman Janet, 2013, Anti-Crisis, Durham, Duke University Press.

Sheel Stephan et Ratfisch Phillip, 2014, « Refugee protection meets migration management: UNHCR as global police of populations », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 40, no 6, p. 924-941.

Triandafyllidou Anna, 2018, « A “refugee crisis” unfolding: “Real” events and their interpretation in media and political debates », Journal of Immigrant and Refugee Studies, vol. 16, nos 1-2, p. 198-216.

Valluy Jérôme, 2006, « Genèse du “faux réfugié” », Plein droit, no 69, p. 19-22.

Veniard Marie, 2013, « Du profil lexico-discursif de crise à la construction du sens social d’un événement », dans D. Londei, S. Moirand, S. Reboul-Touré et L. Reggiani éd., Dire l’événement : langage, mémoire, société, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 221-232.

Weiner Myron, 1995, The Global Migration Crisis: Challenge to States and to Human Rights, New York, Harpers Collins.

Wodak Ruth, 2015, The Politics of Fear: What Right-Wing Populist Discourses Mean, Londres, Sage.

Zolberg Aristide R. et Benda Peter, 2001, Global Migrants, Global Refugees. Problems and Solutions, New York, Berghahn Books.

Haut de page

Notes

1 Nous traduisons de l’anglais les citations présentées ici.

2 Nous traduisons de l’anglais.

3 Directive 2001/55/CE, https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=LEGISSUM%3Al33124 (consulté le 28 avril 2022).

4 Africa Gordillo, « “Protection temporaire” : pourquoi les Ukrainiens pourraient être les premiers à bénéficier de ce statut au sein de l’UE (et pas les Syriens) ? », Rtbf.be, 3 mars 2022, https://www.rtbf.be/article/protection-temporaire-pourquoi-les-ukrainiens-pourraient-etre-les-premiers-a-beneficier-de-ce-statut-au-sein-de-l-ue-et-pas-les-syriens-10947264 (consulté le 28 avril 2022).

5 Informal meeting of Ministers for Development, Montpellier: doorstep by Josep Borrell Fontelles, High Representative of the Union for Foreign Affairs and Security Policy and Vice-President of the European Commission, European Commission, https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I-220259 (consulté le 28 avril 2022).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Calabrese, Chloé Gaboriaux et Marie Veniard, « L’accueil en crise : pratiques discursives et actions politiques », Mots. Les langages du politique [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/29775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.29775

Haut de page

Auteurs

Laura Calabrese

Université libre de Bruxelles, ReSic

Articles du même auteur

Chloé Gaboriaux

Université de Lyon, Sciences Po Lyon, Triangle (UMR 5206)

Articles du même auteur

Marie Veniard

Université Paris-Descartes, EDA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search