Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros129Compte rendu de lectureSolène Gaudin et Frédéric Pugnier...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Compte rendu de lecture

Solène Gaudin et Frédéric Pugniere-Saavedra (dir.), La rénovation urbaine : discours, argumentations et rhétoriques

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Philosophie & linguistique », 2020, 200 p.
Nicolas Navarro
p. 147-149
Référence(s) :

Solène Gaudin et Frédéric Pugniere-Saavedra (dir.), La rénovation urbaine : discours, argumentations et rhétoriques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Philosophie & linguistique », 2020, 200 p.

Texte intégral

1L’ouvrage, dirigé par Solène Gaudin et Frédéric Pugniere-Saavedra, présente les résultats de travaux menés dans le cadre d’un projet financé par l’ANR et intitulé « La démolition des grands ensembles : un effet paroxystique des Attentes et Attendus en matière d’Espace-AAE ». Dans une volonté de comprendre la structure rhétorique et les arguments portés par un discours sur la rénovation urbaine, aussi appelé dans l’ouvrage un discours « démolisseur », l’ouvrage s’appuie sur un corpus de grande ampleur, composé de plus de 1 800 textes, de nature hétérogène (discours médiatiques, politiques, institutionnels, entretiens auprès d’acteurs du territoire, etc.) portant sur trois régions françaises (Île-de-France, Bretagne et Rhône-Alpes) sur une période d’ensemble de vingt ans (de 1992 à 2012). L’ouvrage cherche ainsi, au-delà de la seule identification des ressorts argumentatifs et rhétoriques, à comprendre comment un tel discours permet de fonder les décisions des acteurs de la rénovation urbaine et de justifier les opérations de démolition.

2Dans cet objectif, la contribution introductive de Philippe Genestier portant sur l’histoire des quartiers dits « sensibles » constitue un cadre d’interprétation fort utile au reste de l’ouvrage, en présentant l’évolution des contextes de développement des politiques de la ville et en interrogeant l’apparition des processus de démolition et les arguments pour leur justification. Le chapitre 2 de Frédéric Pugniere-Saavedra propose, comme une première immersion dans le corpus, une lecture textométrique d’ensemble de celui-ci afin de soulever des pistes d’analyse inaugurales. Les chapitres suivants poursuivent ce mouvement en se concentrant chacun sur des enjeux spécifiques identifiés au cœur des discours : les images et imaginaires liés à la rénovation (chapitre 3), la figure de l’habitant (chapitre 4), les constructions adjectivales (chapitre 5), les figures de rhétorique (chapitre 6), la nature de l’argumentation (chapitre 7). Un dernier chapitre permet enfin une mise en perspective avec le cas du traitement médiatique de la ville de Molenbeek, dans la presse belge et la presse française, à la suite des attentats de 2015.

3L’ensemble de l’ouvrage est conçu à partir d’un dialogue entre deux approches disciplinaires : une approche linguistique d’une part, s’appuyant principalement sur des outils de textométrie, une approche géographique d’autre part, dans une interrogation constante du rapport à l’espace tel qu’évoqué dans le discours. Ce dialogue se révèle ainsi particulièrement fécond lorsqu’il porte son intérêt sur les acteurs, tant énonciateurs (acteurs des politiques de la ville ou de l’urbanisme par exemple) que ceux mentionnés dans le discours (habitants, décideurs, etc.), en permettant par ce biais une combinaison efficace des perspectives de l’analyse de discours avec une géographie sociale. Cette combinaison permet le déploiement à la fois d’un traitement quantitatif des données, des mots relevés dans les discours (par des analyses factorielles de correspondances, des relevés systématiques des lemmes/lexèmes et de leurs co-occurrences, etc.), qu’un traitement plus qualitatif par des analyses thématiques, axiologiques, etc. La grande place laissée aux figures tout comme aux extraits du corpus dans l’ouvrage démontre une attention fine et permanente portée aux multiples discours étudiés et à leur contexte propre, tout en servant également de fil rouge au lecteur pour une meilleure compréhension des analyses menées. En revanche, on aurait apprécié des conclusions plus développées – particulièrement en fin de chacun des chapitres – afin de mieux mettre en exergue les différents résultats portés par des analyses très riches.

4Cette alliance entre géographie et linguistique est d’autant plus pertinente qu’elle illustre la manière dont le recours à l’espace dans le discours constitue une sorte de métaphore du social (où le « spatial » remplace le « social »), comme un outil pour « ne pas stigmatiser directement les personnes » (chapitre 6) ou pour construire « des stéréotypes qui condensent les données sociodémographiques pour caractériser le spatial » (chapitre 8). Les différents chapitres montrent ainsi parfaitement comment, dans ce discours sur la rénovation urbaine, se met en œuvre un recentrement sur des questions matérielles et spatiales, dans un processus parallèle d’oblitération des questions sociales, comme une manière d’euphémiser en quelque sorte les « problèmes » sociaux associés aux processus étudiés.

5Apparaissent alors, au cœur des questionnements portés par l’ouvrage, les logiques rhétoriques des discours médiatiques, politiques, institutionnels et les imaginaires qu’ils charrient. Ces logiques sont particulièrement prégnantes dans les vocabulaires utilisés, tant par les acteurs eux-mêmes dans leurs discours, que par les auteurs de l’ouvrage dans la constitution de leurs pistes d’analyse (et notamment dans le choix des mots-clés utilisés lors de la sélection dans le corpus). L’évocation d’un discours « démolisseur », aux côtés de celui sur la rénovation, la réhabilitation ou encore la reconstruction, illustre bien la diversité des processus à l’œuvre et avec eux les multiples enjeux politiques et sociaux sous-jacents à ces discours. L’analyse menée met ainsi en avant la permanence des modalités de justification de ces politiques urbaines sur une vingtaine d’années. On peut alors regretter qu’une mise en perspective historique soit assez peu présente et peu convoquée dans les analyses. En effet, les imaginaires portés par chacun de ces discours successifs innervent les politiques publiques et les acteurs qui les énoncent, comme cela est évoqué dans le premier chapitre du livre. Une perspective diachronique aurait peut-être permis d’approfondir les interprétations proposées et de mettre en regard les résultats des analyses aux contextes temporels des politiques publiques.

6Il apparaît à nos yeux et de manière sous-jacente un point central dont l’ouvrage révèle parfaitement les enjeux et complexités : celui de la manière dont circulent des discours politiques – ici ceux sur la « rénovation urbaine » – dans des sphères sociales multiples et par là même leur nécessaire polysémie, voire leur « trivialité » comme le dirait Yves Jeanneret, pour être « pris » ou « saisi » par les différents acteurs en présence (politiques, médiatiques, habitants, etc.). L’ouvrage montre ainsi avec force comment la fabrication et la circulation d’une rhétorique de la rénovation urbaine prend appui sur des désignations floues, des constructions figées, des « stéréotypes » comme évoqué précédemment, à l’effet de formules, telles que celles de l’habitant (l’habitant-spectateur, l’habitant-usager, l’habitant-perturbateur évoqués au chapitre 4), ou du quartier, de la barre comme mentionné au chapitre 5. Cet élément montre ainsi la part essentielle d’une dimension politique, voire idéologique, présente en filigrane dans les différents chapitres, et évoqué dans une conclusion qui aboutit à une piste de recherche particulièrement stimulante : « Le discours consensuel et performatif porté par la rénovation urbaine fonctionne ainsi comme un système d’autojustification empêchant tout débat public et citoyen de fond sur les remèdes et les causes des crises sociales et urbaines contemporaines ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Navarro, « Solène Gaudin et Frédéric Pugniere-Saavedra (dir.), La rénovation urbaine : discours, argumentations et rhétoriques », Mots. Les langages du politique [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/30257 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.30257

Haut de page

Auteur

Nicolas Navarro

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, université Lumière Lyon 2 / ELICO (EA4147)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search