Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros129Compte rendu de lectureNicolas Maisetti et Cesare Mattin...

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Compte rendu de lecture

Nicolas Maisetti et Cesare Mattina (dir.), Maudire la ville : socio-histoire comparée des dénonciations de la corruption urbaine

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Espaces politiques », 2021, 282 p.
Christian Le Bart
p. 149-154
Référence(s) :

Nicolas Maisetti et Cesare Mattina (dir.), Maudire la ville : socio-histoire comparée des dénonciations de la corruption urbaine, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Espaces politiques », 2021, 282 p.

Texte intégral

1Marseille haut-lieu du clientélisme, de la corruption, du grand banditisme et des trafics en tous genres ? Naples gangrenée par la mafia ? Les stéréotypes ont la vie dure s’agissant de métropoles enfermées, et parfois depuis très longtemps, dans un discours de stigmatisation aussi multiple qu’insaisissable. C’est précisément l’objet de ce travail collectif, issu d’un programme de recherche franco-allemand (ANR/DFG), que de s’emparer des rhétoriques de dénonciation des villes pour tout à la fois en restituer la genèse, en mesurer la circularité et la force, en analyser le possible essoufflement. Les coordinateurs de l’ouvrage rappellent à juste titre en introduction que si les sciences sociales se sont intéressées ces dernières décennies à l’image des villes, ce fut pour l’essentiel selon une perspective de marketing territorial, les élus et les professionnels de la communication s’efforçant de mettre en avant les qualités de leur cité, sa modernité, sa centralité, sa qualité de vie, etc. La vulgate néolibérale qui exacerbe la rivalité entre métropoles a mis la question de l’attractivité à l’agenda municipal, ce que par exemple les élections de 2020 ont confirmé. Course à la visibilité, obsession de la réputation, recherche effrénée des « labels » rentables sur le marché symbolique des réputations, etc., tout cela a paradoxalement laissé dans l’ombre la face sombre de cette compétition, à savoir la stigmatisation dans laquelle sont enfermées certaines villes, et parfois depuis longtemps. Certes, le terme de stigmatisation ne doit pas interdire de faire la part des choses : si les discours de dénonciation doivent être étudiés comme tels et méritent d’être autonomisés en tant qu’objets de recherche (ce dont le lecteur de Mots ne doutera évidemment pas !), ces discours tirent à l’évidence une partie de leur force de la réalité des pratiques qu’ils entendent décrire. Corruption, clientélisme, enrichissement indu, criminalité, trafics, etc. Les auteurs tentent de distinguer les mots et les choses, de donner aux premiers leur force propre, de se placer à hauteur des discours de dénonciation, mais ils témoignent aussi du souci de rappeler les faits qui sont à l’origine des scandales, qui alimentent et entretiennent les stéréotypes.

  • 1 James Bryce, The American Commonwealth, London, Macmillan, 1888.

2Ceci fait, l’analyse peut se déployer sur le versant strictement discursif de la dénonciation de la corruption urbaine, et c’est évidemment ce versant que nous privilégierons ici. D’abord pour saluer la pertinence d’un comparatisme asymétrique qui, s’il accorde au cas marseillais l’essentiel de l’attention des contributeurs (4 chapitres sur 8), parvient à relativiser par des comparaisons internationales ce qui, à l’échelle hexagonale, apparaît comme une singulière exception. Naples, Glasgow, Montréal et bon nombre de villes américaines au début du xxe siècle ont connu les mêmes mécanismes de cristallisation d’une image négative. La même constellation de stigmates s’y retrouve à chaque fois : urbanisation rapide, immigration forte, structuration communautaire des populations immigrées et des milieux populaires en général, dévoiement de la démocratie locale et du suffrage universel, dévoiement aussi des services publics locaux au profit d’un clientélisme communautaire qui, en sa forme exacerbée, peut conduire à la corruption des élus et aux violences urbaines. Ce schéma se rencontre par exemple dans l’ouvrage (analysé dans la contribution d’Alan Lessoff) que l’universitaire libéral James Bryce consacre aux grandes villes américaines en 18881. Sur fond de dénonciation d’une « classe ouvrière migrante vulnérable à la manipulation de boss sans scrupules » (p. 47), cet ouvrage participe de la mise en accusation d’une démocratisation qui ouvre la voie à la corruption dès lors que les immigrés se trouvent enrôlés dans des machines politiques contrôlées par les boss. On retrouve le même schéma à Glasgow à travers l’affrontement entre Irlandais catholiques et Écossais protestants, on le retrouve également à Montréal à travers l’affrontement entre francophones catholiques et anglophones protestants. Le plus passionnant tient au glissement qui s’opère à peu près dans les mêmes conditions au sein de chacune de ces villes : la corruption qui sévit DANS la cité devient corruption DE la cité tout entière. La corruption dénoncée n’est que superficiellement renvoyée à l’analyse des configurations urbaines et aux rapports de force entre groupes : elle est, selon un cadrage qui doit davantage au sensationnalisme journalistique qu’à la rigueur des sciences sociales, tout à la fois naturalisée et culturalisée. Fatalité d’une culture, par exemple méditerranéenne, qui tolère le clientélisme et la corruption ? Les stéréotypes sur les tempéraments régionaux et urbains sont ici particulièrement tenaces.

  • 2 Roberto Saviano, Gomorra : dans l’empire de la Camorra, Paris, Gallimard, 2007.

3Les contributeurs apportent des éclairages sur une question particulièrement sensible, celle des modes de production du stigmate urbain. Qui donc dispose de ce pouvoir symbolique qui consiste à enclencher puis à alimenter le cercle vicieux des images négatives ? La configuration des acteurs, comme souvent, varie d’un site à l’autre et d’une période à l’autre. Bien sûr les magistrats qui instruisent les affaires de corruption peuvent nourrir le processus de scandalisation ; les journalistes, locaux ou nationaux, sont également des acteurs de premier plan, par la couverture médiatique qu’ils accordent à ces affaires, par la façon dont ils les cadrent, et plus en amont par les investigations qu’ils conduisent pour révéler les scandales de corruption ; les politiques ne sont pas en reste, prompts pendant les campagnes électorales à alimenter les stéréotypes de corruption en accusant volontiers leurs adversaires, en particulier les maires sortants ; citons enfin les romanciers, cinéastes, auteurs de pièces de théâtre, qui peuvent cristalliser un stéréotype ou figer une représentation – par exemple lorsque Félix Leclerc désigne Montréal comme « la ville la plus laide du monde » (p. 197) ; ou lorsque Gomorra, le livre de Roberto Saviano sur la camorra napolitaine2, fige encore un peu plus l’image d’une cité corrompue ; sans oublier la contribution du cinéma au folklore marseillais.

4Une autre question centrale posée par les auteurs tient en la possibilité de transformer l’image négative d’une ville. Les élus locaux sont ici en première ligne. Mathieu Lapointe restitue la croisade de Jean Drapeau, maire de Montréal entre 1954 et 1986, pour débarrasser sa ville des stéréotypes négatifs associés aux jeux d’argents et à la prostitution. Par « contagion symbolique » (p. 190), l’immoralité devient synonyme de corruption, Montréal ville des plaisirs s’opposant alors à la vertueuse Toronto. Jean Drapeau se pose en entrepreneur de morale, il mène une ambitieuse politique de rénovation urbaine qui culmine avec l’accueil des Jeux olympiques en 1976. Mais l’entreprise ne réussit que partiellement : le moralisme incarné par le maire n’est plus, dans les années 1970, en phase avec l’air du temps ; et surtout le maire est lui-même rattrapé par les scandales de corruption qui entachent les JO.

5Le rôle des maires est également bien mis en évidence dans le cas de Naples étudié par Kevin Vacher. La lutte anti-camorra plonge certes les acteurs locaux dans des conflits de loyauté douloureux : comment dénoncer la corruption sans « dénoncer sa ville », sans nourrir les discours à l’emporte-pièce formulés depuis les villes du Nord et que sous-tend un fort « racisme anti-méridional » (p. 245) ? Comment mettre à l’agenda la question de la corruption sans renforcer les stéréotypes ? Nommer le stigmate, remarque judicieusement Kevin Vacher, c’est paradoxalement le renforcer. Les maires des dernières décennies, Antonio Bassolino (1993-2000) puis Luigi De Magistris (2011-2021), ont eux aussi joué la carte d’une modernisation/gentrification à grand renfort de projets urbains. Ils ont plaidé pour l’avènement d’une « nouvelle Naples », pour un changement des mentalités, au risque de stigmatiser les milieux populaires. Mais les stéréotypes ont la vie dure ; les succès de Gomorra, le livre de Roberto Saviano, puis de la série qui en est tirée, ne contribuent-ils pas par exemple à naturaliser ce que leurs auteurs entendaient dénoncer ? Le maire s’inquiète de « l’excitation que certains garçons ont en imitant les personnages [négatifs] de la série » (p. 265).

6Inertie du stigmate, temps long des représentations ? La contribution de Peter Jones sur Glasgow nuance cette idée en envisageant le retournement relativement brutal de l’image de Glasgow, appréciée au xixe siècle, violemment stigmatisée à partir de l’entre-deux-guerres sur fond de dénonciation de la gauche ouvrière bolchevique, des solidarités communautaires qui figent l’hostilité entre catholiques et protestants, et de clientélisme gangrenant toutes les politiques municipales (affectation des logements, des emplois, des autorisations de consommer de l’alcool, etc.). Nouveau changement à la fin du xxe, lorsque Glasgow devient par exemple capitale européenne de la culture ? Pour partie seulement : on ne change décidément pas l’image de la ville par décret !

7Au regard de ces exemples étrangers, le cas marseillais ne présente qu’une singularité relative. C’est fin xixe que prend forme la « légende noire » qui n’a cessé de nourrir l’image de Marseille depuis plus d’un siècle. Entre 1880 et 1910 (contribution de Marco Bar), la presse de gauche banalise l’accusation de corruption. Mais comme le note très justement l’auteur, les politiques eux-mêmes, en se présentant avec la plus grande énergie comme « intègres », n’alimentent-ils pas implicitement le stéréotype de la corruption générale de la ville ? « Revendiquer son intégrité plutôt que pointer du doigt la corruption, revient à banaliser la corruption » (p. 96). Au final, « ce n’est pas le scandale qui fait la réputation mais bien la manière de présenter et de dénoncer ce scandale ainsi que la capacité de certains acteurs à le faire éclater et à l’alimenter dans le temps » (p. 99).

8Laurence Montel restitue un autre moment important de la cristallisation de l’image de « Marseille Chicago » : l’incendie des Nouvelles Galeries en 1938 (le lecteur d’aujourd’hui pensera évidemment à l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne en 2018). Ce drame fut catastrophique pour l’image de la ville : l’inefficacité des services de secours était dénoncée, et avec lui un socialisme municipal (municipalité Tasso), cible privilégiée de la droite anti-Front populaire. L’Action française fustige une ville « pourrie par des années de socialisme », les attaques ad hominem (contre le maire) alternant avec les attaques ad urbem à grand renfort de métaphores organicistes et de psychologisme hâtif. Les tentatives pour donner à voir un autre visage de Marseille, par exemple à travers le cinéma, l’opérette, le théâtre, alors même qu’elles usent des mêmes procédés rhétoriques (naturalisation d’un supposé tempérament méridional), ne suffisent pas à enrayer la stigmatisation.

9C’est dans ce contexte qu’éclatera en 1964 le scandale de l’Urbaine immobilière analysé par Nicolas Maisetti. Ce scandale implique des promoteurs immobiliers et des fonctionnaires engagés dans la politique de construction des grands ensembles. Les intéressés, accusés de corruption, plaident la banalité des pratiques. Mais l’affaire prend des proportions d’autant plus grandes que le maire de Marseille, Gaston Defferre, apparaît comme possible candidat à l’élection présidentielle de 1965. Depuis Le Provençal, son journal, il tente vainement de défendre la réputation de la ville contre ce qu’il considère comme un complot politique.

10Le même scénario se répète ces dernières années (affaire Guérini, affaire Andrieux), dont Cesare Mattina montre qu’elles surgissent à partir de configurations d’acteurs renouvelées : magistrature réorganisée, émergence d’une presse militante et alternative plus audacieuse que la presse locale traditionnelle, journalistes indépendants publiant des ouvrages empreints de sensationnalisme, etc. Quant aux médias nationaux, ils résistent difficilement à la facilité des stéréotypes les plus éculés : « clientélisme », « mafia », « milieu », « banditisme ». Le lexique figé sert un cadrage inchangé qui vient alimenter encore un peu plus le « culturalisme essentialiste et naturalisé » qui plombe la cité phocéenne. « C’est Marseille même qui semble être dénoncée […], au-delà de la dénonciation de ses acteurs », conclut Cesare Mattina (p. 235).

11Frédéric Monier revient en conclusion sur le balancement entre cité modèle et ville corrompue, et sur un imaginaire de la purification aussi vieux que Sodome et Gomorrhe, mais que l’urbanisation moderne, qui alimenta tant de craintes au xixe siècle, a renforcé. Ce balancement se retrouve dans tous les pays, comme le suggère Mathieu Lapointe en évoquant la « dichotomie archétypale » (p. 211) qui oppose Paris et Marseille, Rome et Milan, Toronto et Montréal, etc. Et Kevin Vacher de remarquer que ces villes « maudites » ont aussi pour caractéristique commune (c’est évident pour Marseille et Naples) de connaître, à rebours de la tendance à la gentrification, des « centralités populaires » (p. 245). Est-ce là la clé ultime de leur stigmatisation persistante ?

Haut de page

Notes

1 James Bryce, The American Commonwealth, London, Macmillan, 1888.

2 Roberto Saviano, Gomorra : dans l’empire de la Camorra, Paris, Gallimard, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Le Bart, « Nicolas Maisetti et Cesare Mattina (dir.), Maudire la ville : socio-histoire comparée des dénonciations de la corruption urbaine », Mots. Les langages du politique [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/30277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.30277

Haut de page

Auteur

Christian Le Bart

Sciences Po Rennes, Arènes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search