Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros130DossierLes circularités complotistes : l...

Dossier

Les circularités complotistes : lecture interdiscursive

Conspiracy circularities: An interdiscursive reading
Circularidades complotistas: una lectura interdiscursiva
Valérie Bonnet, Arnaud Mercier et Gilles Siouffi
p. 9-17

Résumés

Cette livraison de Mots s’attache aux pratiques interdiscursives et mimétiques à l’œuvre dans les mises en discours du complotisme. Elle vise autant l’identification des lieux langagiers où se cristallise cette circulation que l’élaboration et le partage d’une boîte à outils pour l’analyse.

Haut de page

Texte intégral

1La dimension discursive du complotisme fait l’objet, depuis une dizaine d’années, d’un nombre croissant d’études, qui permettent de croiser les perspectives sur un sujet qui n’est pas nouveau, et sur lequel d’ailleurs de nombreux regards historiques sont régulièrement posés (Girardet, 1986 ; Hasian, 1997 ; Berlet, 2004 ; Passard, 2015), mais qui est revenu à la une de l’actualité, générant de nouveaux travaux, notamment sur la dimension numérique de sa circulation (Giry, 2014, 2017a ; Josset, 2015 ; Josset et Reichstadt, 2018). Au-delà des essais visant à dénoncer le retour des théories conspirationnistes, notamment judéophobes (Taguieff, 2002), des réflexions plus globales sur la viralité et son rôle dans la désinformation (Rushkoff, 1996 ; Lynch, 1996 ; Chielens, 2003), les travaux contemporains sur le discours conspirationniste (Butter et Knight, 2020) s’emploient à étudier la « rhétorique complotiste » politique (Taieb, 2010), les « rhétoriques de la conspiration » (Danblon et Nicolas, 2010), les « topiques de la conspiration » (Nicolas, 2014), la « manipulation de la vérité » (Charaudeau, 2020).

Discours complotiste et circularité

2Dans un premier temps, il convient de se questionner sur les caractéristiques du discours complotiste, des éléments permettant de qualifier un discours comme tel.

3On considérera, à titre de définition liminaire, un discours conspirationniste ou complotiste (nous choisissons de ne pas établir de distinction entre ces deux termes), comme un discours épousant la logique d’une « théorie conspiratrice de l’ignorance » comme la nomme Karl Popper (Popper, 2002 [1963], p. 7-8). Selon ce dernier, pareille vision du monde correspond à une position épistémologique qui « interprète l’ignorance non pas comme un simple défaut de connaissance, mais comme l’ouvrage de quelque puissance inquiétante, origine des influences impures et malignes qui pervertissent et contaminent nos esprits et nous accoutument de manière insidieuse à opposer une résistance à la connaissance » (ibid., p. 4). Si les adjectifs conspirationniste et complotiste circulent dans l’espace public, souvent pour disqualifier l’adversaire et/ou ses arguments, nous choisissons ici de ne pas traiter cet usage.

4Dans le complotisme on trouve l’idée, obsessionnelle, d’une lutte du bien contre le mal, le mal agissant forcément dans l’ombre, avec à sa tête une poignée de personnes influentes et pernicieuses. À cet égard, le complotisme épouse souvent des formes de pensée théologique et peut verser du côté de ce que l’historien Léon Poliakov nomme « la causalité diabolique » (Poliakov, 2006 [1980]). Selon Loïc Nicolas,

la démarche conspirationniste s’attache (1) à recueillir et à combiner des événements épars élevés au statut de faits bruts, pour (2) les faire tenir ensemble au sein d’une trame narrative ; ceci dans l’intention (3) d’apporter la preuve que ces faits sont forcément reliés (4) en ce qu’ils résultent d’une cause unique, c’est-à-dire (5) d’un complot dont ils témoignent et (6) au sein duquel les participants répondent à une nature profonde, un agenda caché, des obligations ou des pulsions mauvaises et destructrices qui les déterminent. (Nicolas, 2016, p. 312-313)

Cette démarche a pour résultat de produire un discours, et, comme le résume le fondateur du site ConspiracyWatch.info, Rudy Reichstadt, « le complotisme n’est pas un trouble mental. C’est un discours politique » (Reichstadt, 2019, p. 22). Pour ses zélotes, ce discours a la vertu de fournir un système simplifiant d’explication de phénomènes dont ils peinent à identifier les causes profondes et dont ils rejettent les conséquences, tant ces dernières choquent leur conscience ou gênent leurs intérêts.

5Une caractéristique des discours complotistes est leur dynamique circulante importante, qui prolonge la « circulation circulaire de l’information » jadis mise en évidence par Pierre Bourdieu (1996) à propos de la télévision et qui peut être appliquée aux modes de diffusion de ces discours. Dans cet esprit nous appelons circularité complotiste la diffusion sous forme de reprises et d’échos des idées, des thématiques, des formulations. Cette circulation contemporaine est évidemment facilitée par l’avènement des réseaux socionumériques. Dans ce cadre, sur internet, la parole publique est en effet susceptible de devenir une parole sans validation extérieure. Les réseaux permettent ainsi à de nombreuses personnes de lui opposer d’autres paroles, plus ou moins complotistes, et de publier librement leurs propos sous forme de vidéos, de textes, de graphiques et dessins. Marie Peltier parle alors de « crise de la transmission » (Peltier, 2016, p. 41), Gérald Bronner préfère parler de « dérégulation du marché de l’information en ligne » (Bronner, 2022, p. 12).

6Ensuite, par la vertu de l’archivage qu’offre internet, les textes et les montages audiovisuels circulent, peuvent être traduits dans diverses langues, et les reprises par d’autres sont facilitées, que ce soit des reprises littérales ou en écho implicite. Certes, des intertextualités sont alors perceptibles pour les initiés, comme dans le cas des rumeurs traditionnelles d’ailleurs. Mais par la vertu de republication offerte par les plateformes, chaque internaute devient un possible relais de validation et de remise en circulation d’un message reçu. Comme le souligne Petru Marian, « les théories du complot prolifèrent à travers les nouveaux médias. En tant qu’espace de coagulation des communautés virtuelles offrant validation et accompagnement aux membres, Internet est devenu un environnement idéal pour incuber un très large éventail de constructions contre-factuelles » (Marian, 2020, p. 165).

7Parmi les divers facteurs avancés pour expliquer le succès du complotisme (défiance envers les élites, postures antisystèmes, fragilités socio-économiques, etc.), G. Bronner (2013) évoque quant à lui une prédisposition à la crédulité qui accroît, chez une personne qui adhère à une théorie du complot spécifique, ses probabilités d’adhérer à d’autres théories conspirationnistes. Cela peut expliquer la fréquence de reprises de schémas actanciels et autres matrices narratives d’un complot à l’autre, et la présence de discours au régime de preuve composite, amalgamant différentes théories et établissant des liens entre des sujets, des objets, des expressions de natures différentes.

Discours complotiste et interdiscursivité

8Le propos de cette livraison de Mots, et son originalité par rapport à d’autres travaux récents menés sur le complotisme, est de s’attacher spécifiquement aux pratiques interdiscursives et mimétiques à l’œuvre dans ses mises en discours. Elle s’intéresse à la traduction de cette dynamique en termes énonciatifs, formels, linguistiques et discursifs.

9De ce point de vue, les théories de l’interdiscursivité semblent constituer un cadre théorique naturel à une réflexion portant sur la circulation des discours au sens où elles visent à étudier toutes les relations entre un discours et ce qui le précède, qu’il s’agisse de discours ou de contre-discours (Amossy, 2014). On peut alors ranger sous le terme interdiscursivité l’étude du mode et de la forme de circulation de schémas de causalité, de récits, d’expressions, de syntagmes. Ces relations peuvent ensuite être décrites en termes de polyphonie ou de dialogisme, pour ne citer que les modèles les plus connus.

10Pour autant, si l’interdiscursivité semble être une caractéristique constante des discours complotistes, celle-ci peut n’être qu’un leurre. Dans son travail sur le Daily Mail, Clémentine Leroy montre que les citations (en discours direct ou discours indirect) « souvent mal, voire non sourcées » servent une énonciation éditoriale centrée sur la viralité plus que sur des discours préexistants (p. 117). Ce que cette autrice nomme cacophonie polyphonique répond à un double objectif : échapper « à la responsabilité énonciative tout […] en disqualifiant la parole adverse » (p. 117). Plus qu’à une authentique interdiscursivité, on aurait donc affaire à un effet d’écho ou effet de halo.

11Naturellement, l’étude de ces dimensions interdiscursives ne peut se faire sans que ne soient préalablement explorées les conditions sociopolitiques de mobilisation collective favorisant ces reprises, ou les conditions techniques de propagation des discours, notamment les phénomènes d’enfermement algorithmique ou les contraintes exercées sur les modes de diffusion par la structure des réseaux socionumériques (Rebillard, 2017 ; Mercier et Pignard-Cheynel, 2018).

Chemtrails, antivax, lobbies et autres Illuminati

12De fait, les contributeurs et contributrices de ce dossier abordent souvent en préambule ces conditions techniques de propagation des discours, soulignant un effet bulle (Gilles Brachotte et ses co-auteurs), une homophilie de valeurs plutôt stabilisante (Céline Morin et Julien Mésangeau), ou encore des logiques d’autocitation (C. Leroy). Plusieurs contributions, dont celle de C. Leroy, s’interrogent sur la fonction des signes passeurs, comme les hashtags, dans cette circulation des discours (G. Brachotte et ses co-auteurs ; Paveau, 2013 ; Mercier, 2018). Ces signes ont une dimension sociale : C. Morin et J. Mésangeau montrent comment « les participants en ligne visent à produire des chaînes de solidarité, en dehors de leur seul milieu, contre la société jugée gynocentrée », ces sphères faisant office de « micro-laboratoires dont l’objectif est […] d’éprouver leur capacité à circuler dans d’autres espaces, élargissant ainsi de plus en plus leur champ d’action discursive et relationnel – donc leur portée politique » (p. 75). Par-delà ces paramètres collectifs, la figure de l’énonciateur a son poids dans la diffusion des discours complotistes. Julien Giry et Damien Nouvel soulignent « la diversité des énonciations adhérant à des théories du complot » (p. 44). Ici, la diversité des positions énonciatives au service de la viralité ne crée pas nécessairement d’antinomie : l’effacement énonciatif du Daily Mail (C. Leroy) et la mise en avant de l’énonciateur chez les antivax (G. Brachotte et ses co-auteurs) répondent en effet à des contrats de communication différents, mais qui ont comme point commun l’absence de mise en relation d’énonciations plurielles.

  • 1 Les chemical trails, ou chemtrails, sont ces traînées nuageuses laissées dans le ciel dans le sill (...)

13J. Giry et D. Nouvel montrent également que les thématiques se diffusent diversement en fonction des pays (les chemtrails1 étant plutôt un sujet anglo-saxon, la méfiance envers le vaccin un sujet davantage français). La structuration qui est prêtée aux complots varie également selon les contextes locaux : complot structuré internationalement pour les chemtrails, politiquement pour les antivax français. Enfin, les modes de diffusion divergent. Ainsi que le soulignaient Elsa Jaubert et Vassili Rivron (2021, § 34) :

[L]es « lectures complotistes » de points spécifiques de l’actualité ne circulent pas de la même façon que les « vieilles théories du complot » : ces dernières ont leur nébuleuse de sites, des « sphères » identifiées et circonscrites, alors que les premières circulent de façon massive sur les médias sociaux, portées par l’actualité du sujet.

14À ce titre, le texte de Chloé Chaudet explore la profondeur historique et l’empan géographique des discours sur ces figures du complot que sont les Illuminati, dont l’un des premiers vecteurs de propagation fut le roman.

15Pour ce qui est des corpus étudiés, la majeure partie de ce dossier porte sur des corpus numériques : trois des articles mobilisent des messages recueillis sur les réseaux socionumériques (Twitter ou YouTube), le quatrième étant dévolu aux liens entre presse en ligne et réseaux socionumériques, en raison de « la porosité des espaces web et hors web qui questionne le travail journalistique », en constant renouvellement en raison « des phénomènes sociaux qui [le] traversent » (C. Leroy ; p. 117). En effet, Coralie Le Caroff et Mathieu Foulot ont montré que « si l’internet et les réseaux sociaux jouent un rôle certain dans la circulation et donc dans l’accès aux arguments relevant de l’univers complotiste, pour la plupart des enquêtés, les ressorts de l’adhésion sont également à chercher du côté de l’environnement et du parcours biographique » (Le Caroff et Foulot, 2019, p. 275).

16De ce point de vue, C. Morin et J. Mésangeau exposent la dimension expérientielle et individualisée des discours complotistes dans la « manosphère » (le réseau où se défend la cause masculine), les aspects narratif et testimonial complétant la dimension structurelle du discours sur le grand remplacement de la sphère réactionnaire. Ces auteurs répondent à une interrogation de notre appel, qui portait sur la potentialité d’utilisation de références à des complots antérieurs à des fins de crédibilisation d’un complot précis. En effet, ils concluent que l’on « voit poindre ici des logiques argumentatives bien implantées ailleurs, basées sur la rumeur de structures élitistes pédophiles (Rebillard, 2017) » (p. 68).

17La notion de mégacomplot utilisée par Chloé Chaudet est de ce point de vue éclairante, cette autrice montrant en quoi les discours et récits complotistes d’aujourd’hui trouvent des échos dans les discours complotistes d’autres époques ou aires géographiques. Ces récits et discours s’inspirent parfois les uns des autres, via des reprises ou des adaptations locales, ainsi que le montrent J. Giry et D. Nouvel.

  • 2 La dynamique mimétique sera comprise d’une part comme reprise à l’identique, d’autre part comme ne (...)
  • 3 Que cette reprise vise la validation du discours conspirationniste ou l’invalidation du discours o (...)

18Sans aucun doute, les dimensions énonciatives, interdiscursives et socio-discursives sont-elles fondamentales dans l’approche des discours complotistes. Pour autant, sur le plan formel, nous souhaitons faire l’hypothèse qu’il existe une possible grammaire langagière, et contribuer à analyser celle-ci par l’exploration de la récurrence, voire de la reproduction à l’identique de mots2, de segments linguistiques, de phraséologies, d’images et d’émoticônes3. Ce dossier vise autant l’identification des lieux langagiers où se cristallise cette circulation que l’élaboration et le partage d’une manière de boîte à outils théorique pour l’analyse.

19G. Brachotte et ses co-auteurs montrent ainsi le rôle que jouent les mots-dièses (#) dans la circulation des patrons langagiers, en ce qu’ils reposent « sur des phénomènes de fossilisation et de condensation de sens » entraînant une « corrélation entre structures fossilisées et figement forme-fonction » (p. 92-93). Pour eux, ce fonctionnement signale l’aporie des analyses lexicales au sens strict. Il est préférable d’aborder ces hashtags comme un processus socio-discursif de nature constructionnelle, faisant fusionner les fonctions référentielle, évaluative et instructionnelle. De plus, leur récurrence, notent-ils, est susceptible de permettre l’identification de clusters d’usagers utilisant tous les mêmes hashtags au même moment. De leur côté, C. Morin et J. Mésangeau mettent en avant le rôle que joue ce qu’ils catégorisent comme des signifiants flottants. Cette notion, empruntée à Jacques Lacan par Ernesto Laclau (2008), rend compte du fait que la nomination opérée par certains mots ou syntagmes n’est pas subordonnée à la description d’un référent bien identifié. Les auteurs analysent ainsi l’usage de syntagmes qu’ils qualifient de « (semi)communs », « dont les noyaux peuvent être recontextualisés » (p. 58) : par exemple lobby féministe dérivé de lobby sioniste (Taguieff, 2002), ou communautarisme de genre emprunté à communautarisme islamique. Ils évoquent un phénomène de « réimbrication » qui permet d’interpeller des sources diverses d’insatisfaction, plus que de signifier réellement. En l’occurrence, dans le cadre de leur analyse du discours antiféministe, ils montrent comment la stratégie de resignification des syntagmes de l’axe ethnoracial sur l’axe du genre permet de « se relier » à des sphères déjà consolidées – dans le cas présent, celle de la sphère réactionnaire. Une partie importante du travail sur le discours complotiste consiste alors à identifier ces signifiants flottants, qui constituent autant de « points nodaux » dans la structuration du discours et se font écho les uns aux autres (p. 69).

20Ces deux contributions font des constats qui rejoignent ceux de L. Nicolas (2014 ; 2016), lequel soulignait, dans le discours complotiste, la diffusion de segments plus ou moins figés véhiculant un contenu explicite ou sous-entendu (« l’État profond », « le Nouvel Ordre Mondial », « le grand remplacement », « deux poids, deux mesures », par exemple). Ce dernier dénombrait également des expressions soulignant des attitudes (« se poser des questions », « faites vos propres recherches »), ou des dimensions interactionnelles (« prouvez-moi le contraire », « cherchez à qui le crime profite »), ou encore dotées d’une simple valeur énonciative (« comme par hasard », « de toute façon »). Dans ces dernières expressions, on remarque une dimension instructionnelle, qui est partie prenante de la fusion des fonctions langagières mise « au service de la circulation des discours » (G. Brachotte et ses co-auteurs ; p. 99). Sur le plan énonciatif, le « ben voyons » dont le candidat Éric Zemmour a fait usage durant ses meetings dans la dernière campagne présidentielle (2022) a pour fonction d’inciter à interpréter de manière antiphrastique et ironique les propos rapportés, et induire des conclusions du type « on se moque de nous », « on nous cache des choses », « on tente de nous manipuler ». Mais ce « ben voyons », qui s’accroche lors de ses meetings à du discours rapporté (« on nous dit que… ») fait aussi référence et légitime toute une phraséologie complotiste, solidement ancrée au cœur de ce qu’il est convenu d’appeler la fachosphère.

21Au total, ce dossier propose une diversité de méthodes et de disciplines : association des sciences de la donnée, des sciences du langage et des sciences de l’information et de la communication, textométrie et analyse des réseaux, sémiopragmatique et textométrie. À ces méthodes outillées ont été adjointes des réflexions sur l’histoire littéraire, l’analyse du discours, la sémantique, preuve du caractère protéiforme du sujet.

22Pour clore cette présentation, nous souhaitions souligner les conditions difficiles dans lesquelles a été réalisé ce dossier, puisque ces travaux ont été rédigés durant la période de la pandémie. Ces conditions de réalisation ont certes influencé les sujets et terrains, y compris la thématique choisie par les coordinateurs, mais aussi les conditions de travail des auteurs et autrices ici réunis. Elles nous ont aussi privés de certains travaux initialement prévus dans ce numéro, certains de nos collègues ne pouvant mener à bien leurs recherches ou la rédaction de leur article en raison du contexte sanitaire et de ses conséquences. Nous espérons malgré tout que le présent dossier apportera une pièce de valeur à la réflexion déjà bien engagée sur le complotisme et ses manifestations discursives.

Haut de page

Bibliographie

Amossy Ruth, 2014, Apologie de la polémique, Paris, PUF.

Baudonnière Pierre-Marie, 1997, Le mimétisme et l’imitation, Paris, Flammarion.

Berlet Chip, 2004, « Anti-masonic conspiracy theories: A narrative form of demonization and scapegoating », dans A. DeHoyos et S. Brent Morris éd., Freemasonry in Context: History, Ritual, Controversy, Lanham, Lexington Books, p. 273-300.

Bourdieu Pierre, 1996, Sur la télévision, Paris, Liber.

Bronner Gérald, 2022, « Les Lumières à l’ère du numérique », Rapport de la commission d’experts créée par la Présidence de la République, https://www.elysee.fr/admin/upload/default/0001/12/0f50f46f0941569e780ffc456e62faac59a9e3b7.pdf (consulté le 29/08/2022).

Bronner Gérald, 2013, La démocratie des crédules, Paris, PUF.

Butter Michael et Knight Peter éd., 2020, Routledge Handbook of Conspiracy Theories, Oxford-Abingdon, Routledge.

Charaudeau Patrick, 2020, La manipulation de la vérité, Limoges, Lambert-Lucas.

Chielens Klaas, 2003, The Viral Aspects of Language. A Quantitative Research of Memetic Selection Criteria, mémoire de master en langue et littérature allemande, Bruxelles, Vrije Universiteit.

Danblon Emmanuelle et Nicolas Loïc éd., 2010, Les rhétoriques de la conspiration, Paris, CNRS Éditions.

Davidson Patrick, 2012, « The language of internet memes », dans M. Mandiberg éd., The Social Media Reader, New York, New York University Press, p. 120-127.

Gautier Antoine et Siouffi Gilles éd., 2016, « Les mèmes langagiers : propagation, figement et déformation », Travaux de linguistique, vol. II, no 73, p. 7-25, https://doi.org/10.3917/tl.073.0007.

Girardet Raoul, 1986, Mythes et mythologies politiques, Paris, Le Seuil.

Giry Julien éd., 2017a, « Les théories du complot à l'heure du numérique », Quaderni, no 94, https://doi.org/10.4000/quaderni.1094.

Giry Julien, 2017b, « Le “complotisme 2.0”, une étude de cas de vidéo recombinante : Alain Soral sauve Glenn et Tara dans The Walking Dead », Quaderni, no 94, p. 41-52.

Giry Julien, 2014, Le conspirationnisme dans la culture politique et populaire aux États-Unis. Une approche sociopolitique des théories du complot, thèse de doctorat en science politique, Rennes, université de Rennes 1.

Hasian Marouf, 1997, « Understanding the power of conspiratorial rhetoric: A case study of The Protocols of the Elders of Zion », Communication Studies, vol. XLVIII, no 3, p. 195-214.

Jaubert Elsa et Rivron Vassili, 2021, « Aux frontières du fact-checking. Le “complotisme” comme révélateur des normes et des logiques d’un nouveau genre journalistique », RESET, no 10, http://journals.openedition.org/reset/3173.

Johnson Neil F., Velásquez Nicolas, Restrepo Nicholas Johnson, Leahy Rhys, Gabriel Nicholas, El Oud Sara, Zheng Minzhang, Manrique Pedro, Wuchty Stefan et Lupu Yonatan, 2020, « The online competition between pro- and anti-vaccination views », Nature, no 582, p. 230-233.

Josset Raphaël, 2015, Complosphère : l’esprit conspirationniste à l’ère des réseaux, Paris, Lemieux éditeur.

Josset Raphaël et Reichstadt Rudy, entretien conduit par Emmanuel Taïeb, 2018, « Le conspirationnisme 2.0 », Quaderni, no 95, p. 79-94, https://doi.org/10.4000/quaderni.1146.

Laclau Ernesto, 2008, La raison populiste, Paris, Le Seuil.

Le Caroff Coralie et Foulot Mathieu, 2019, « L’adhésion au “complotisme” saisie à partir du commentaire sur Facebook », Questions de communication, no 35, https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.19405.

Lynch Aaron, 1996, Thought Contagion: How Belief Spreads Through Society, New York, Basic Books.

Maingueneau Dominique, 2014, « Retour critique sur l’éthos », Langage et société, vol. III, no 149, p. 31-48.

Marian-Arnat Petru Ioan, 2020, « Éléments de narrativité dans les théories du complot », ANADISS, vol. XVI, no 30, p. 160-168, http://www.litere.usv.ro/anadiss/arhiva/anadiss30/17.%20Marian_Petru.pdf (consulté le 29/08/2022).

Mercier Arnaud, 2018, « Hashtags : tactiques de partages et de commentaires d’informations », dans A. Mercier et N. Pignard-Cheynel éd., #info. Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 87-129.

Mercier Arnaud et Pignard-Cheynel Nathalie éd., 2018, #info. Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Nicolas Loïc, 2016, « Les théories du complot comme miroir du siècle. Entre rhétorique, sociologie et histoire des idées », Questions de communication, no 29, p. 307-325.

Nicolas Loïc, 2014, « L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout », Argumentation et analyse du discours, no 13, https://doi.org/10.4000/aad.1833.

Passard Cédric, 2015, L’âge d’or du pamphlet, Paris, CNRS Éditions.

Paveau Marie-Anne, 2013, « Hashtag », Technologies discursives, Carnet de recherche en ligne, http://technodiscours.hypotheses.org/?p=488 (consulté le 1er février 2021).

Peltier Marie, 2016, L’ère du complotisme. La maladie d’une société fracturée, Paris, Les petits matins.

Poliakov Léon, 2006 [1980], La causalité diabolique. Essai sur l’origine des persécutions, Paris, Calmann-Lévy.

Popper Karl, 2002 [1963], Conjectures and Refutations, New York, Routledge & Kegan Paul.

Rebillard Franck, 2017, « La rumeur du PizzaGate durant la présidentielle de 2016 aux États-Unis. Les appuis documentaires du numérique et de l’Internet à l’agitation politique », Réseaux, vol. II-III, no 202-203, p. 273-310.

Reichstadt Rudy, 2019, L’opium des imbéciles, Paris, Grasset.

Rushkoff Douglas, 1996, Media Virus! Hidden Agendas in Popular Culture, New York, Ballantine Books.

Taguieff Pierre-André, 2002, La nouvelle judéophobie, Paris, Mille et une nuits.

Taïeb Emmanuel, 2010, « Logiques politiques du conspirationnisme », Sociologie et sociétés, no 42, p. 265-289, https://doi.org/10.7202/045364ar.

Haut de page

Notes

1 Les chemical trails, ou chemtrails, sont ces traînées nuageuses laissées dans le ciel dans le sillage de certains avions, produites par l’évaporation, et que les complotistes considèrent comme des projections chimiques visant au mieux à tester l’effet d’agents biochimiques sur les humains, au pire à éliminer l’humanité.

2 La dynamique mimétique sera comprise d’une part comme reprise à l’identique, d’autre part comme ne s’accompagnant pas d’un recul réflexif, ce qui selon Pierre-Yves Baudonnière (1997) est la caractéristique de l’imitation.

3 Que cette reprise vise la validation du discours conspirationniste ou l’invalidation du discours ordinaire ou expert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Bonnet, Arnaud Mercier et Gilles Siouffi, « Les circularités complotistes : lecture interdiscursive »Mots. Les langages du politique, 130 | 2022, 9-17.

Référence électronique

Valérie Bonnet, Arnaud Mercier et Gilles Siouffi, « Les circularités complotistes : lecture interdiscursive »Mots. Les langages du politique [En ligne], 130 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/30317 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.30317

Haut de page

Auteurs

Valérie Bonnet

Université Toulouse III, LERASS

Articles du même auteur

Arnaud Mercier

Université Paris II Panthéon-Assas, laboratoire Carism

Articles du même auteur

Gilles Siouffi

Sorbonne-Université, STIH

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search