Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros130VariaLa révolution tranquille de l’ADN...

Varia

La révolution tranquille de l’ADN : questionner les usages judiciaires de la génétique à l’Assemblée nationale

DNA’s quiet revolution: Questioning the judicial uses of genetics at the French National Assembly
La revolución silenciosa del ADN: cuestionar los usos judiciales de la genética en la Asamblea Nacional
Julien Larregue
p. 123-142

Résumés

Cet article vise à rendre compte des débats politiques qui ont entouré l’importation et l’usage croissant des « empreintes génétiques » par les services de police et la justice française. Il s’appuie sur l’analyse quantitative et qualitative d’un corpus de 157 questions posées par des parlementaires à des ministres en exercice, de 1988 à 2020. Technique de preuve mais aussi mode de gouvernement, l’ADN est un révélateur des tendances plus générales qui ont traversé le traitement politique et judiciaire de la délinquance au cours des trente dernières années.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

L’ADN, une question pénale pour des hommes de droite
La « reine des preuves » au secours des Français (1988-1997)
La rhétorique de l’urgence (1997-2001)
La « révolution culturelle » de Nicolas Sarkozy (2001-2007)

Aperçu du texte

L’ADN est devenu un objet familier des acteurs du procès. Prévenus, avocats, policiers, juges ou procureurs composent quotidiennement avec cette entité biologique et doivent adapter leurs pratiques et discours aux conclusions des experts (Dumoulin, 2007 ; Lynch et al., 2009 ; Py, 2017 ; Vailly et Krikorian, 2018 ; Larregue, 2020 ; Vailly, 2021). Cela leur est d’autant plus nécessaire que ce mode de preuve, originellement introduit pour la délinquance sexuelle, n’a cessé de voir son champ d’application élargi au fil du temps, pour venir aujourd’hui englober une bonne partie des crimes et délits inscrits dans le Code pénal. Comment en sommes-nous arrivés là ? Quelles dynamiques ont conduit à cette omniprésence de l’ADN, alors même que ses apports concrets, dans la résolution d’enquête, sont peu évoqués ? Ces questions demeurent largement sans réponse. La trajectoire de l’ADN au sein de l’arène publique est méconnue, et nous ne disposons pas de travaux sur la chronologie et le contenu ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Larregue, « La révolution tranquille de l’ADN : questionner les usages judiciaires de la génétique à l’Assemblée nationale »Mots. Les langages du politique, 130 | 2022, 123-142.

Référence électronique

Julien Larregue, « La révolution tranquille de l’ADN : questionner les usages judiciaires de la génétique à l’Assemblée nationale »Mots. Les langages du politique [En ligne], 130 | 2022, mis en ligne le 03 janvier 2025, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/30677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.30677

Haut de page

Auteur

Julien Larregue

Université Laval, Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search