Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros130Comptes rendus de lectureRose Lamy, Défaire le discours se...

Comptes rendus de lecture

Rose Lamy, Défaire le discours sexiste dans les médias. Préparez-vous pour la bagarre

Paris, JC Lattès, 2021, 306 p.
Maëlle Bazin
p. 163-167
Référence(s) :

Rose Lamy, Défaire le discours sexiste dans les médias. Préparez-vous pour la bagarre, Paris, JC Lattès, 2021, 306 p.

Texte intégral

1Prenant comme fil rouge la mort de Marie Trintignant et l’affaire Dominique Strauss-Kahn, le contenu de l’ouvrage de Rose Lamy s’avère davantage circonscrit que le titre laisse à penser : plus que « le discours sexiste », c’est la médiatisation des violences sexistes et sexuelles (VSS) qu’elle se propose « de défaire ». S’appuyant sur des années de veille opérées dans le cadre de son compte Instagram @preparez_vous_pour_la_bagarre, Rose Lamy accumule « des centaines de unes, d’articles, de brèves, de faits divers, d’extraits de journaux télévisés, de talk-shows… » (p. 24) illustrant la façon dont les politiques et les journalistes français parlent des VSS. L’intérêt de l’ouvrage réside principalement dans la juxtaposition d’exemples empruntés aussi bien à la presse papier et en ligne qu’aux médias audiovisuels, ces derniers étant généralement peu pris en compte dans la recherche en sciences humaines et sociales sur ce sujet. Une force qui constitue aussi une limite, celle de ne pas prendre en compte la nature des médias et leur ligne éditoriale, faisant de ce vaste corpus un ensemble homogène. Reste que cet ouvrage livre un propos très clair et solidement structuré autour de quatre chapitres. Susceptible d’intéresser aussi bien le grand public que les étudiants et les chercheurs, il ne synthétise pas seulement les résultats de plusieurs travaux scientifiques, mais apporte un véritable éclairage sur le sujet en multipliant les études de cas sur les deux dernières décennies. On regrettera cependant le peu de références aux travaux anglo-saxons, pourtant nombreux sur ces enjeux de médiatisation des VSS (Bullock, 2007 ; McDonald et Charlesworth, 2013 ; Easteal et al., 2015).

2À l’heure où l’ancien présentateur vedette de télévision, Patrick Poivre d’Arvor annonce porter plainte pour « dénonciation calomnieuse » contre seize femmes l’accusant de violences sexuelles, estimant qu’« il ne saurait être donné le moindre crédit à ces seize femmes, journalistes ou écrivains en mal de renommée et/ou féministes de la dernière heure, venues soutenir une ancienne collègue, une amie, voire une simple militante de la cause féminine », le premier chapitre de l’ouvrage démontre comment cette pratique de silenciation et de décrédibilisation de la parole des victimes constitue un élément récurrent dans le traitement médiatique des violences faites aux femmes : « Parce qu’elles sont en vie, les survivantes de crimes et délits sexuels sont suspectées et systématiquement soupçonnées de mensonge » (p. 31). Alors même que les chiffres sont très faibles et équivalents aux autres crimes et délits, il est commun de remettre en question la parole des victimes de violences sexuelles, tantôt accusées de chercher à gagner de l’argent avec un procès, tantôt d’être des instruments d’un complot qui les dépasse, comme cela a pu être dit lors des affaires concernant Tariq Ramadan. Rose Lamy note aussi un glissement de la plainte en diffamation à celui de la présomption d’innocence, les accusés étant souvent défendus par d’autres hommes : « L’idée selon laquelle le violeur est un monstre évoluant en dehors de la société civilisée est tellement prégnante qu’elle semble suffire à disqualifier la plupart des accusations contre des hommes de pouvoir » (p. 52). Reprenant l’expression de « victimes impossibles » de Valérie Rey-Robert (2020), l’autrice observe également les mythes et croyances concernant les profils des victimes et des agresseurs. Si les premières ne peuvent que correspondre aux canons de beauté en vigueur, les seconds ne peuvent qu’être jeunes et issus de la classe populaire : « S’il est inimaginable que des hommes âgés puissent être les auteurs de violences sexistes et sexuelles, il en va de même des hommes issus de milieux sociaux favorisés, que nous excluons naturellement du groupe des agresseurs potentiels. Ainsi, un des grands mythes autour des violences dites “conjugales” voudrait qu’elles soient commises exclusivement par des hommes pauvres et alcoolisés » (p. 46-47). Elle donne alors les exemples frappants de plusieurs articles débutant par les mots « Ivre, il » et de « formulations complaisantes et attendries, voire infantilisantes, appliquées à des figures “patriarcales” » (p. 45) telles que « papa d’amour », « tonton serviable », « papy récidiviste ».

3Dans le chapitre suivant intitulé « Un tabou français », l’autrice adopte une perspective historique. Elle souligne tout d’abord la persistance des médias français à vouloir séparer la sphère privée et la sphère publique en s’appuyant sur les nombreux soutiens exprimés à DSK lors de son arrestation en 2011. « La transgression de la vie privée, banale pour tous les crimes et délits – aucun journaliste n’irait fermer les yeux sur un meurtre commis derrière la porte de la chambre à coucher –, se heurte à une résistance profonde et structurelle en France quand il s’agit de révéler des violences sexuelles » (p. 101). Elle prend des exemples assez édifiants d’articles et d’éditoriaux de la presse française de l’époque, notamment de Libération et du Canard enchaîné. Puis, l’autrice s’appuie sur l’affaire Gabriel Matzneff pour montrer comment la sphère médiatique, et plus largement culturelle, a cherché à le protéger.

4Le troisième chapitre constitue le cœur de l’ouvrage et la partie la plus dense. Rose Lamy étudie la façon dont les médias « mal trait[ent] » – pour reprendre le titre du chapitre – les VSS, aussi bien dans le choix des rubriques que dans le contenu même des articles. Reprenant les travaux de Dominique Kalifa et de Roland Barthes sur le fait divers, elle écrit :

Si une femme est assassinée par son conjoint, on peut décider d’aborder son cas sous l’angle individuel, il n’y aura alors rien d’autre à préciser que les circonstances et les causes immédiates de son décès : c’est un fait divers. On peut aussi décider que comme son meurtre s’inscrit dans un système qui produit la mort systématique d’une femme tous les trois jours, il y a des causes politiques et sociales à soulever et sur lesquelles enquêter : c’est une information d’intérêt général. (p. 129)

5Elle note cependant une amélioration dans le traitement médiatique des VSS en France qui tendent de plus en plus à être appréhendées comme un problème public, elle cite alors les travaux de Claire Ruffio qui constate un allongement de la longueur des articles portant sur le viol dans la presse française nationale et régionale (Ruffio , 2020). Un constat également partagé par Annie Lochon (2021).

6Elle aborde ensuite la façon dont les victimes sont effacées du récit et déshumanisées, notamment par l’emploi « de verbes et d’adjectifs réservés normalement aux objets et aux choses » (p. 143), mais aussi par la désignation unique de leur prénom ou surnom, voire même tout simplement par le terme « femme ». Elle souligne alors un aspect important du traitement médiatique, les liens de cause à effet suggérés dans les articles et le caractère risible de certains motifs de violence : « La disproportion entre la cause de la violence et sa conséquence, qui est généralement issue du discours de l’accusé lui-même, crée la surprise. Cette sidération et la dissociation mentale dont elle est à l’origine nous empêchent de penser la situation rationnellement. Dans un réflexe de protection, elles déclenchent le rire » (p. 159).

7Rose Lamy consacre également une partie à la façon dont les violences sont nommées, les médias français adoptant très souvent le prisme de la romance : « Si la violence paraît acceptable et encore largement acceptée dans notre société, c’est notamment parce que dans les médias et les fictions, la souffrance est exagérée et la jalousie présentée comme un élément de la palette des sentiments amoureux » (p. 186). Se référant au dictionnaire de la langue française – qu’elle mobilise à de nombreuses reprises dans l’ouvrage –, l’autrice dénonce l’inadéquation des termes comme « attouchement » (p. 189), « abus sexuel » (p. 190) ou « dérapage » (p. 195). Elle revient également sur la formule « crime passionnel », qui a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs recherches, citons notamment les travaux d’Anne-Claude Ambroise-Rendu (1993), de Catherine Dessinges (2005), de Giuseppina Sapio (2019), mais aussi les livres Crime passionnel, crime ordinaire ? (Houel et al., 2003) et Les crimes passionnels n’existent pas (Sanesi et al., 2021).

8L’autrice traite également de la responsabilisation des victimes en s’appuyant sur une brève relayée par Ouest France et France Info en avril 2020 dans laquelle l’accusation est reportée sur la victime d’un viol, suggérant qu’elle n’aurait pas dû sortir dans un parc en pleine période de confinement. Outre ce cas lié au contexte pandémique, les sous-entendus imputant la responsabilité aux victimes peuvent porter sur leur tenue vestimentaire ou sur leur consommation d’alcool, comme dans l’affaire Brock Allen Turner et Chanel Miller aux États-Unis, à laquelle l’autrice fait référence, mais nous pouvons aussi citer le documentaire d’Ovidie, Le Procès du 36 (Ovidie, 2022). Cette responsabilisation des victimes s’accompagne d’un corollaire, la déresponsabilisation des accusés : « Le fait d’attirer l’attention sur le comportement de la victime déresponsabilise les agresseurs et les violeurs, et individualise une question systématique. Plus pernicieux encore, cela fait obstacle à la solidarité entre les victimes, qui se jugent et se blâment entre elles » (p. 167). Celle-ci se caractérise par un traitement paradoxal, d’un côté « la disparition des hommes comme sujets des violences » (p. 203) avec l’usage dans l’écriture journalistique de la tournure passive et de la métonymie, et de l’autre côté le primat accordé au discours des accusés, « leurs expériences et leurs sentiments prennent une place considérable dans les chroniques judiciaires au moment de leur procès » (p. 212).

9Enfin, le dernier chapitre, intitulé « Faire diversion », constitue une partie un peu à part. L’autrice analyse les actes de disqualification des discours féministes dans les médias, notamment lors de deux événements ayant marqué l’année 2020 : la 45e cérémonie des Césars avec la nomination de Roman Polanski et la publication de l’ouvrage Le Génie lesbien d’Alice Coffin. Elle dresse le constat suivant : « La disqualification de la parole des femmes suit toujours la même logique : renvoyer celles qui souhaitent prendre part au débat public à leurs émotions et à une analyse individuelle de leur colère » (p. 244). Mais l’autrice s’attache surtout à étudier le vocabulaire mobilisé par les antiféministes. Elle revient sur l’usage du terme « néoféminisme » pour désigner certains mouvements militants actuels, s’inscrivant alors en contradiction avec l’histoire de ce terme forgé dans les années 1920 pour qualifier un courant philosophique empruntant au féminisme différentialiste. Elle observe ensuite les mots employés pour qualifier les féministes en elles-mêmes et leurs actions, allant de la comparaison animalière (« hyènes ») aux références religieuses (« ayatollahs ») en passant par un champ lexical du nazisme, du communisme et de la justice populaire (« bucher », « lynchage »).

10Tout au long de l’ouvrage, Rose Lamy n’hésite pas à revenir sur ses propres préjugés ainsi que sur ses actions pour faire changer les pratiques, comme ce jour où elle a sollicité un média pour faire changer le titre d’un article (p. 200). En cela, son livre peut aussi s’adresser aux journalistes en formation ou installés, presque comme un manuel de bonnes pratiques en matière d’écriture journalistique, au même titre que les recommandations produites par le collectif Prenons la Une1 ou par l’Association des journalistes professionnels belges2.

Haut de page

Bibliographie

Ambroise-Rendu Anne-Claude, 1993, « Et la presse inventa le crime passionnel », L’Histoire, no 168, juillet-août 1993.

Bullock Cathy, 2007, « Framing domestic violence fatalities: Coverage by Utah newspapers », Women’s Studies in Communication, vol. XXX, no 1, p. 34-63.

Dessinges Catherine, 2005, « Lady Diana, Marie Trintignant : faits divers ou faits de société ? », Les Cahiers du journalisme, no 14, printemps/été 2005, p. 106-121.

Easteal Patricia, Holland Kate et Judd Keziah, 2015, « Enduring themes and silences in media portrayals of violence against women », Women’s Studies International Forum, vol. XLVIII, no 1, p. 103-113

Houel Annik, Mercader Patricia et Sobota Helga, Crime passionnel, crime ordinaire ?, Paris, PUF, 2003.

Lochon Annie, 2021, « Trente ans de médiatisation des violences sexistes et sexuelles. L’exemple de deux journaux français », Émulations. Revue de sciences sociales, no 999, https://doi.org/10.14428/emulations.varia.031.

McDonald Paula et Charlesworth Sara, 2013, « Framing sexual harassment through media representations », Women’s Studies International Forum, vol. XXXVII, p. 95-103.

Ovidie, Le Procès du 36, documentaire, 64 minutes, 2022.

Rey-Robert Valérie, 2020, Une culture du viol à la française, Montreuil, Libertalia.

Ruffio Claire, 2020, « De “faits divers” à fait de société, comment le viol est peu à peu devenu un sujet politique », The Conversation, 26 octobre 2020.

Sanesi Arianna, Bodiou Lydie et Chauvaud Frédéric, Les crimes passionnels n’existent pas, Paris, D’une rive à l’autre, 2021.

Sapio Giuseppina, 2019, « L’amour qui hait. La formule “crime passionnel” dans la presse française contemporaine », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, no 47, p. 23-42, https://doi.org/10.4000/semen.12324.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maëlle Bazin, « Rose Lamy, Défaire le discours sexiste dans les médias. Préparez-vous pour la bagarre »Mots. Les langages du politique, 130 | 2022, 163-167.

Référence électronique

Maëlle Bazin, « Rose Lamy, Défaire le discours sexiste dans les médias. Préparez-vous pour la bagarre »Mots. Les langages du politique [En ligne], 130 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 02 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/30758 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.30758

Haut de page

Auteur

Maëlle Bazin

Université Panthéon-Assas, CARISM (EA 2293)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search