Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros130Comptes rendus de lectureCatherine Roth, La Nation entre l...

Comptes rendus de lecture

Catherine Roth, La Nation entre les lignes. Les Saxons de Transylvanie et la question des identités

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 625 p., bibl.
Bernard Lamizet
p. 167-170
Référence(s) :

Catherine Roth, La Nation entre les lignes. Les Saxons de Transylvanie et la question des identités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 625 p., bibl.

Texte intégral

1Maîtresse de conférences à l’université de Haute-Alsace, Catherine Roth a longtemps dirigé la Culture au Conseil de l’Europe, et fut directrice des Instituts français de Francfort et d’Innsbruck. Elle vient de publier un ouvrage issu de longues années de recherche et d’engagement au sujet de ce que l’on peut appeler une « culture du passage », celle du peuple saxon de Transylvanie, que C. Roth nous présente comme un peuple de l’échange ou de ce que l’on pourrait appeler la médiation entre des identités. Comme toute culture de l’échange, voire du mélange, et du dialogue, cette culture est celle d’une identité multiple, dont le pluralisme se retrouve, nous explique C. Roth, dans les mots, dans les noms, mais aussi dans les rituels et dans les images. Pour écrire ce livre et pour nous présenter cette culture, C. Roth a profité du pluralisme et du mélange dont elle est elle-même issue, comme elle nous l’explique au cours de son ouvrage, et qui a nourri les métiers qui ont été et sont encore les siens.

2Le premier aspect du livre est la réflexion qu’il propose entre les sciences de l’information et de la communication et la médiation culturelle. Curieusement, d’ailleurs, alors que c’est l’un des domaines majeurs de la communication, la culture a longtemps été presque ignorée par les sciences de l’information et de la communication, sans doute parce qu’elles ont été dominées, à leur naissance, par l’analyse des médias de masse et par la dimension économique et mercatique de la communication. C. Roth s’inscrit pleinement dans le projet d’une rationalité culturelle des sciences de l’information et de la communication en mettant en évidence, dans ce livre, leurs apports à une réflexion sur les échanges entre cultures et sur la manière dont les réalisations culturelles sont diffusées dans l’espace public – en particulier, puisque c’est le propos de son ouvrage, dans ces espaces publics un peu particuliers que sont les espaces des frontières et des dialogues entre identités et entre langues. Mais, en l’enrichissant de sa propre expérience, C. Roth prend garde de ne pas oublier, dans son projet, de proposer une réflexion sur ce que j’ai longtemps appelé la médiation, la dialectique essentielle entre le psychisme et le politique – pour le dire vite : entre le singulier et le collectif. Tout ce qu’elle appelle l’intimité, qu’il s’agisse de l’intimité de la Nation ou de celle du sujet singulier au cours de la mise en œuvre de ses pratiques culturelles, consiste bien dans cette rencontre entre ces deux aspects du moi, car c’est sur ce moi biface que reposent la culture et l’expression de l’identité.

3Un second aspect essentiel de ce livre consiste dans son analyse des mots de la culture et de l’identité. C. Roth parle des Saxons comme d’une « Europe en miniature », car ils sont un peuple qui a toujours « parlé l’Europe ». Pour eux, nous explique-t-elle, l’Europe, ce n’est pas une union politique, ce ne sont pas des traités et des accords diplomatiques sur les échanges et la circulation des biens et des richesses dans l’espace européen : pour eux, l’Europe, c’est du vécu, ils la pratiquent au quotidien, dans leurs pratiques sociales ordinaires. C’est ainsi, autre dimension essentielle de la réflexion de C. Roth, qu’ils ont conçu une forme particulière d’État-nation, celle qui se fonde sur l’art et sur la littérature. On pourrait appeler cette dimension de l’État-nation une esthétique de l’État-nation. C. Roth explique comment l’identité culturelle de la Transylvanie se fonde sur la cohabitation de trois espaces de communication distincts, celui du peuple, celui de la nationalité et celui de la nation. Au-delà de son livre, cela donne au projet de C. Roth une sorte d’urgence dans les temps que nous vivons aujourd’hui d’une véritable crise de l’identité européenne, appelée à être repensée, au-delà, justement de sa définition comme un espace du marché. Ce que les Saxons de Transylvanie se sont donné, dans les pratiques culturelles que nous présente C. Roth, c’est une langue, ce sont des mots, qui leur permettent de vivre au quotidien, en la parlant, cette identité culturelle du passage et de la médiation. C’est bien, justement, ce qui permet à C. Roth de montrer qu’il n’y a pas d’identité sans une langue et sans des mots parlés en commun.

4Ce qui fonde les mots de la nation et ceux de l’identité, ce sont les mots de la frontière. C’est bien aussi ce qui caractérise les Saxons de Transylvanie : ils sont situés dans un espace de frontière. Le livre de C. Roth m’a suggéré une réflexion sur ce thème : comme les psychanalystes le savent, c’est la rencontre de la figure de l’autre qui fonde notre identité, et, de la même manière, c’est la figure de la frontière qui fonde l’identité de la nation en plaçant les peuples de deux nations front contre front. C’est ainsi que le projet de C. Roth se lit aussi, en quelque sorte, au second degré : elle nous propose des outils et des méthodes nous permettant de comprendre cette rencontre d’identités plurielles dans les espaces frontaliers. Il s’agit, comme elle le dit elle-même, de « mesurer l’invisible », de nous permettre de penser la frontière, c’est-à-dire de ne pas seulement se donner des concepts nous permettant de comprendre le sens des mots, des langues et des images de la frontière, mais, plus fondamentalement, de la penser pour pouvoir pleinement penser l’identité.

5Il n’y a pas que des mots, ce langage de la frontière est aussi fait d’images : il se regarde autant qu’il s’entend. La Nation entre les lignes nous explique qu’entre les lignes des mots et des discours du passage et de l’échange, il y a des images. C. Roth nous propose, dans son livre, tout un corpus d’images à lire et à comprendre, afin de mieux se rappeler qu’entre les lignes, il y a des images. Il y a ce qui se voit, cette évidence, que nous ne pouvons pas toujours voir, parce que la censure de notre inconscient ne veut pas que nous la voyions. Pour ma part, j’ai été particulièrement attentif à mieux apprendre à lire le retable de Hermannstadt que C. Roth propose d’interpréter comme une sorte de relecture de la figure de la Crucifixion. C’est que la langue du commun, celle des Saxons de Transylvanie, se parle aussi dans les images de leur culture et dans l’imaginaire qui est nourri de ces figures culturelles essentielles.

6Mais, bien sûr, il y a l’envers de tous ces beaux discours. La Nation entre les lignes nous explique que, comme toute langue, les mots des Saxons de Transylvanie ont leurs non-dits, leurs censures, leurs secrets. C. Roth sait bien que, comme nous l’a expliqué Freud, c’est le « sur-moi », l’appropriation de la loi par le sujet qui, en faisant de lui un sujet politique, fonde ses usages de la langue sur la reconnaissance de la norme. C’est la censure qui fait de nous, comme le disait cette vieille figure des mots du politique, Aristote, des zôa politika, des êtres vivants politiques. Cette étude du non-dit permet à C. Roth de retrouver la pluralité des significations de la figure majeure de l’énonciation que Catherine Orecchioni a étudiée sous le nom de l’implicite. L’implicite, c’est à la fois, nous rappelle C. Roth, ce que nous ne disons pas parce que nous n’avons pas besoin de le dire à l’autre pour que nous puissions nous comprendre, parce que nous avons la même culture, et ce que nous ne nous disons ni l’un ni l’autre parce que la même loi nous inter-dit de le dire. Peut-être la figure de l’implicite est-elle ce qui nous permet de tolérer la censure, de ne pas nous élever contre elle, en fondant une dimension collective de l’inconscient. C. Roth se situe ainsi par rapport à la pensée communicationnelle de Jürgen Habermas en imaginant une irrationalité communicationnelle. Les mots et les arts de l’intime sont eux-mêmes institués dans les mots de la frontière comme ce qui donne une configuration iconique et lexicale à la culture du passage et de l’échange. Mais cette culture n’en serait pas vraiment une s’il ne lui échappait pas les mots et les images du non-dit et du refoulé. C’est bien en partageant le refoulé, en le mettant en commun, que nous instituons l’identité et l’espace public du passage, en élaborant ce que C. Roth appelle un « intertexte de sous-entendus ». La Roumanie est bien un champ majeur de paroles et de représentations qui peuvent nous aider à refonder les sciences de la médiation culturelle comme des sciences du partage et de l’échange.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lamizet, « Catherine Roth, La Nation entre les lignes. Les Saxons de Transylvanie et la question des identités »Mots. Les langages du politique, 130 | 2022, 167-170.

Référence électronique

Bernard Lamizet, « Catherine Roth, La Nation entre les lignes. Les Saxons de Transylvanie et la question des identités »Mots. Les langages du politique [En ligne], 130 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/mots/30764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.30764

Haut de page

Auteur

Bernard Lamizet

UMR Triangle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search