Navigation – Plan du site

AccueilTous les numéros133Comptes rendus de lectureVéronica Thiéry-Riboulot, Laïcité...

Comptes rendus de lecture

Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot

Paris, Honoré Champion, coll. « Linguistique historique », 2022, 606 p.
Valérie Bonnet et Sylvianne Rémi-Giraud
p. 160-162
Référence(s) :

Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot, Paris, Honoré Champion, coll. « Linguistique historique », 2022, 606 p.

Texte intégral

1Véronica Thiéry-Riboulot a produit aux éditions Honoré Champion un ouvrage conséquent de 606 pages, tiré de son travail doctoral mené au sein du laboratoire Sens Texte Informatique Histoire (STIH). Il présente la partie historique du mémoire doctoral, ainsi que l’indique sa publication dans la collection « Linguistique historique » de cet éditeur, spécialisé dans l’édition d’érudition.

2Le projet de ce travail naît d’un sentiment « que le mot laïcité était employé mal à propos, de manière abusive ou surprenante » (p. 11), que l’autrice pense, à juste titre, partagé. Celle-ci renvoie à ces 30 dernières années avec le débat sur le « principe de laïcité », où la laïcité était principalement invoquée à propos de la religion musulmane, à la pétition « Sauvegardons la laïcité de la République », lancée par la Ligue de l’enseignement en février 2008, et à sa haute fréquence dans la rhétorique de Marine Le Pen à partir de fin 2010. Soulignant que « ces occasions sont récurrentes depuis une trentaine d’années, au point que laïcité devient équivoque », contestant l’idée souvent naïve « qu’il est illusoire de prétendre rechercher dans l’histoire le “vrai” sens d’un mot », ce travail vise à démontrer « que l’on ne peut réduire un mot à une signification immuable mais qu’il faut analyser les facettes linguistiques, psychologiques, historiques et sociales de ses emplois pour en décrire les contours sémantiques propres à chaque époque » (p. 12). S’inscrivant dans la lignée de Sonia Branca-Rosoff et Jacques Guilhaumou (1998), dont elle étend la démarche de la néologie à l’étude de l’ensemble des faits de variation lexico-sémantique, V. Thiéry-Riboulot vise à « s’élever au-dessus des discours simplificateurs et clivants » (p. 13).

3Organisée diachroniquement à un premier niveau, cette enquête commence à la période antique, notamment avec Homère, et s’achève en 1988. Ce vaste empan historique (diachronique) se double d’un empan non pas tant lié à la géographie qu’à la langue, i. e. la Grèce, la latinité et l’Angleterre, ainsi que l’indique la mention du terme laïcité sur le site du Vatican.

4Ainsi, la première partie de l’ouvrage est dédiée à la période qualifiée de pré savante, qui va de l’Antiquité jusqu’à 1500, cette borne chronologique haute étant celle de la naissance du terme laïque et de son association au christianisme. La deuxième partie, consacrée à la forme savante laïque, s’étend de 1500 à 1900. La troisième partie est dévolue aux mots concurrents laïcisme et laïcité. Chevauchant chronologiquement la deuxième partie, elle s’étend de 1795 à 1944. La quatrième partie, enfin, est consacrée au seul mot laïcité dans les débats de 1879 à 1988, notamment à travers le traitement de laïciser, laïcisation et laïcisateur. Cette structuration de l’ouvrage montre qu’au-delà de l’histoire d’un mot, c’est bien l’histoire d’une famille de mots que nous propose l’autrice.

5Les partitions et l’économie diachroniques de l’ouvrage n’empêchent pas les allers-retours entre la période de référence et la contemporanéité (ainsi la latinité et le Vatican, déjà cité, le chapitre V de la partie 2). À partir de l’époque moderne, les coupures diachroniques sont affirmées comme imputables aux emplois du mot, mais elles sont bien entendu liées au domaine du politique (Révolution française, écrits de l’Abbé Grégoire, loi Ferry, réformes de l’après-guerre, accession de François Mitterrand au pouvoir) au regard des liens établis entre le contexte historique, social et politique, en lien avec le discursif, indiquant l’inscription forte du terme dans le domaine du politique.

6L’ouvrage retrace avec minutie les étapes de l’évolution de la notion de laïcité au gré de la sécularisation de la société (école, institutions charitables et médicales) et du politique qui passe par la remise en question des hiérarchies établies (ainsi, la diffusion rapide des termes laïcisation, laïciser, laïcisateur à partir de 1879 est un indicateur puissant de cette sécularisation) jusqu’à la période d’amuïssement du mot et son intervention dans le cadre de la seule question scolaire.

7Cette enquête s’appuie sur tous les aspects de la lexico-sémantique : analyse des évolutions et relations morphologiques, lexicales et sémantiques (antonymie, synonymie, champs lexicaux, champs sémantiques, analyse des allomorphes, analyse onomasiologique et sémasiologique, analyse des collocations et cooccurrences), mais aussi discursive (sentiment linguistique, usage, énonciation). Elle est opérationnalisée par diverses méthodes de collecte et d’analyse de données : analyse de corpus, analyse outillée, corpus lexicographique. On note une inventivité dans la constitution de ceux-ci : titres, presse, ouvrages, propagande électorale, dictionnaires, bases de données (Frantext, ECCO, Wikisource), éléments que le lecteur retrouve en annexes.

8Pour soutenir cette démonstration, la palette argumentative et démonstrative de l’autrice est vaste, convoquant une grande diversité d’auteurs et d’approches, au risque de provoquer un effet chaudron ou de solliciter une école de pensée de manière ad hoc. On pense notamment à Gustave Guillaume, cité sans que la psychomécanique du langage, conceptuellement évolutive, n’apparaisse dans le reste du texte, ou à l’utilisation de la notion de « formule » (Alice Krieg-Planque, d’après Jean-Pierre Faye). Par ailleurs, l’articulation de ces différents courants est parfois un peu hardie, V. Thiéry-Riboulot défendant sa thèse parfois au prix d’ajustements qui lui sont personnels.

9Soulignant à juste titre qu’il ne faut pas confondre le mot et la chose, ce travail est souvent amené à questionner davantage le concept que le mot, sans que soit posé de manière explicite le glissement de l’un à l’autre. De plus, si le texte affiche un lien entre le politique, le social et le linguistique, la langue et son histoire sont parfois un peu oubliées, points qui auraient pu éclairer utilement le propos, notamment dans le chapitre sur la langue anglaise.

10Enfin, sur le plan de la forme, si l’ouvrage se lit allègrement, on aurait souhaité un travail plus synthétique et davantage éditorialisé, car le travail (méritoire) de rédaction doctorale transparaît encore beaucoup. Au titre de cette éditorialisation, certains chapeaux, et surtout les conclusions – très didactiques –, sont encore trop analytiques alors que l’économie de l’ouvrage aurait supposé des espaces plus synthétiques, tant le texte est foisonnant. Ainsi, un index rerum serait profitable au lecteur ou à la lectrice, le guidant dans les méandres de cette démonstration complexe. À ce titre, si l’index nominum est le bienvenu, il aurait été intéressant de présenter et de contextualiser certains acteurs cités dans le texte.

11Quoi qu’il en soit, ce passionnant ouvrage traitant des luttes d’influence, des changements de domaine (de l’ecclésiastique au politique), des débats autour des lois laïques de la IIIe République, des débats diplomatiques et géopolitiques ne peut manquer d’intéresser les lecteurs de Mots. Enfin, si le lecteur ou la lectrice se sent frustré(e) quant à la borne chronologique haute de 1988, qu’il ou elle sache que la partie contemporaine a fait l’objet d’un livre paru en octobre 2022 dans les « Conférences » de l’École Pratique des Hautes Études sous le titre Usage, abus et usure du mot laïcité. Ce dernier ne manquera pas de compléter utilement l’impressionnante somme qu’est Laïcité : histoire d’un mot.

Haut de page

Bibliographie

Branca-Rosoff Sonia et Guilhaumou Jacques, 1998, « De “société” à “socialisme” : l’invention néologique et son contexte discursif. Essai de colinguisme appliqué », Langage et Société, no 83-84, p. 39-77.

Krieg-Planque Alice, 2003, Purification ethnique : une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Bonnet et Sylvianne Rémi-Giraud, « Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot »Mots. Les langages du politique, 133 | 2023, 160-162.

Référence électronique

Valérie Bonnet et Sylvianne Rémi-Giraud, « Véronica Thiéry-Riboulot, Laïcité : histoire d’un mot »Mots. Les langages du politique [En ligne], 133 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/mots/32779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/mots.32779

Haut de page

Auteurs

Valérie Bonnet

Université Toulouse 3, LERASS

Articles du même auteur

Sylvianne Rémi-Giraud

Professeur honoraire, université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search