Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Mobilisation de la revue Mots. Les langages du politique

La revue Mots. Les langages du politique se joint à la mobilisation contre toutes les réformes remettant en question les missions de service public de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, et notamment la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR).

Voir l'édito commun des revues en lutte.

Présentation de la revue

La revue Mots. Les langages du politique s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire, à la croisée des Sciences du langage, des Sciences du politique et des Sciences de l’information et de la communication. Mots. Les langages du politique publie des dossiers thématiques, des articles en rubriques « Varia », « Méthodologie » ou « Mots en politique », des notes de recherche, des comptes-rendus de lecture, une bibliographie des publications sur les langages du politique. Les articles sont publiés en français et sont accompagnés de résumés avec mots clés en français, anglais et espagnol.

La revue Mots. Les langages du politique est publiée avec l’appui scientifique du CEDITEC (EA 3119, Université Paris-Est-Créteil), du CRAPE-ARENES (UMR CNRS 6051, Université Rennes 1, Sciences Po Rennes, EHESP), de DIPRALANG (EA 739, Université Paul-Valéry-Montpellier 3), d’ICAR (UMR CNRS 5191, Université Lumière Lyon 2, ENS de Lyon), du LERASS (EA 827, Université Paul Sabatier-Toulouse 3), de Triangle (UMR CNRS 5206, ENS de Lyon, Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon) et de la Société d’étude des langages du politique (SELP).



Revue soutenue par l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
123/2020
De la racine à l’extrémisme : discours des radicalités politiques et sociales

From the root to extremism: political and social radicality in speech
De la raíz al extremismo: discurso de las radicalidades políticas y sociales
Sous la direction de Valérie Bonnet, Béatrice Fracchiolla et Lilian Mathieu

Ce dossier entend traiter « des » radicalités, tant la radicalité ne peut être définie sans envisager son (ses) pluriel(s). Des radicaux, ces Républicains d’autrefois partisans de réformes allant dans le sens de la démocratie et de la laïcité, jusqu’aux doctrines contemporaines dites « radicales » lorsqu’elles vont jusqu’au bout de leurs conséquences, le champ lexical du terme renvoie à des éléments divers qui permettent d’en retracer l’évolution. Cette double appartenance signifie à la fois une forme de retour aux sources (la notion de racine) et son opposé : une transformation extrême entraînant des conséquences majeures. Cette livraison montre ainsi à travers trois études de cas une relation ambivalente à la radicalité. Elle s’intéresse à des stratégies de communication ou de positionnement travaillant l’affichage des radicalités : la polémicité, la réappropriation du stigmate induit par celle-ci, ou au contraire l’atténuation du discours afin d’éviter les sanctions juridiques, ou encore une référence aux origines permettant de se réapproprier une pensée censément antagoniste. Plus globalement, il s’agit ici de cerner ce qu’est un discours radical et comment se traduit le discours des radicalités politiques, sans que cela ressorte nécessairement comme un discours de haine.

Actualités