Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Comptes rendusEugénie Mérieau, Constitutional B...

Comptes rendus

Eugénie Mérieau, Constitutional Bricolage. Thailand’s Sacred Monarchy vs. The Rule of Law

Oxford, Hart, coll. “Constitutionalism in Asia”, 2021, appendice (p. 269-281), bibliographie (p. 282-317), index (p. 319-326), 326 p.
Jean Baffie
p. 199-203
Référence(s) :

Eugénie Mérieau, Constitutional Bricolage. Thailand’s Sacred Monarchy vs. The Rule of Law, Oxford, Hart, coll. “Constitutionalism in Asia”, 2021, appendice (p. 269-281), bibliographie (p. 282-317), index (p. 319-326), 326 p.

Texte intégral

  • 1 Le parti fut dissout par la Commission chargée des élections (khanakammakan kanlueaktang) le 21 fév (...)
  • 2 Selon l’histoire officielle, c’est le roi Prajadhipok (1925-1935) qui a bien voulu octroyer sa prem (...)

1L’auteure, Eugénie Mériau, est bien connue des spécialistes de la Thaïlande et des Thaïlandais en général. Après des études de sciences politiques, elle a soutenu, en mai 2017, une thèse intitulée « Le constitutionnalisme thaïlandais à la lumière de ses emprunts étrangers : une étude de la fonction royale », à l’Inalco de Paris sous la direction de Marie-Sybille de Vienne et de Gilles Delouche, que l’on peut considérer comme une première étape vers l’ouvrage présenté ici. Après des post-docs en Allemagne et à Singapour, elle est devenue maîtresse de conférence en droit public à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Pour les Thaïlandais, elle est d’abord connue pour avoir épousé, en 2016, Monsieur Piyabutr Saenkanokkul, d’abord enseignant en droit à l’université Thammasat et un des animateurs du mouvement de juristes contestataires Nittirat, puis secrétaire général (lekkhathikan) du parti progressiste Anakhot mai (avenir nouveau) qui obtint 80 des 500 sièges de députés aux élections législatives de 2019, faisant de lui le troisième parti du pays1. Elle-même enseignait alors à la faculté de Droit de l’université Thammasat de Bangkok dans un programme international puis travailla pour le King Prajadhipok Institute2, un organisme indépendant visant à promouvoir la démocratie en Thaïlande. Sa célébrité locale est également due à deux émissions qu’elle anima sur des chaînes de télévision thaïlandaises.

2Un article de langue thaïe disponible sur Internet (https://www.thaimoveinstitute.com/​28533/​) l’a violemment attaquée. Son titre est déjà éloquent « la femme française qui est derrière Piyabutr gagne sa vie sur le territoire thaïlandais mais ne respecte pas les trois institutions fondamentales », l’allusion finale désignant la nation, la religion et la monarchie.

3« La France est sans doute le pays qui a connu le plus grand nombre de constitutions : quinze en un peu plus de deux siècles, soit en moyenne une tous les quinze ans » peut-on lire sur Internet, l’auteur du texte ayant simplement oublié la Thaïlande puisque le pays en est à sa 20e constitution depuis 1932, soit une constitution tous les 4 ans et demi (Yonpiam 2020 : 9). Si pour l’étudiant en science politique, nourri des systèmes politiques français ou américain, l’étude des constitutions va de soi, pour celui intéressé par la vie politique en Thaïlande, la constitution est infiniment dévalorisée puisqu’un militaire vainqueur d’un coup d’État commence par dissoudre l’assemblée et supprimer la constitution. Ajoutons que la constitution « provisoire » de 1959 (20 articles) dura jusqu’en 1968. On sait pourtant que cette décennie fut essentielle dans le processus de promotion de la monarchie thaïlandaise.

4Ceci pour dire que la constitution en Thaïlande n’est pas un sujet toujours pris au sérieux. Cependant, en réalité, dans le livre d’E. Mérieau, ce n’est pas la constitution mais la monarchie qui est le principal objet d’étude. Toutefois, dans les circonstances actuelles, l’étude de cette institution passe vraisemblablement mieux, associée à un élément aussi classique et universellement accepté que la constitution.

5Les trois objectifs de l’étude sont clairement définis (p. 10). 1. Repenser et de définir la catégorie de « monarchie constitutionnelle » dans sa relation avec le constitutionnalisme et l’état de droit (Rule of Law) ; 2. Montrer, en opposition avec la thèse du sécularisme, comment l’acculturation des emprunts constitutionnels repose sur une instrumentalisation politique de la religion ; 3. Utiliser le terme de bricolage comme concept et méthode pour l’étude des emprunts constitutionnels en privilégiant les importateurs aux exportateurs.

  • 3 Une des premières à utiliser cette expression, la sociologue Kim Lane Scheppele, définissait, en 20 (...)

6En fait, le plan ne suit pas ces trois objectifs. Ainsi, le concept de bricolage est présenté d’emblée (p. 20-27) et ce n’est qu’en conclusion qu’il y est fait à nouveau allusion (p. 250-256) où la notion d’ « ethnographie constitutionnelle » est introduite3. Autrefois, on aurait simplement parlé de contextualisation ou d’approche globale. C’est à peu près ce que dit l’auteur en page 27 : il s’agit avant tout de « comprendre et interpréter comment le bricolage constitutionnel fonctionne dans le cadre thaïlandais et jusqu’à quel point ce processus rend compte de la spécificité apparente de la monarchie thaïe ». Est résumé en une phrase de la même page le contenu du livre : il « documente les fondations constitutionnelles de l’autorité, du pouvoir et de la légitimité du roi avec le soutien des doctrines élaborées de l’état de droit » .(p. 27).

7L’ouvrage présente trois parties et onze chapitres si l’on inclut l’introduction et la conclusion, chacune des parties comprenant trois chapitres. Pour chaque partie, le premier chapitre étudie les textes fondamentaux, les projets puis les constitutions à partir de 1932, le deuxième se concentre sur les « doctrines », en fait les commentaires par les juristes influents de l’époque, tandis que le troisième s’intéresse aux pratiques politiques, principalement les actions du roi (p. 28). La structure respecte très largement la chronologie puisque la première partie traite de la période précédant la Seconde guerre mondiale, à savoir du système ancien puis tout particulièrement de l’établissement d’une monarchie constitutionnelle en 1932 (p. 35-101), que la deuxième partie traite de la période de la guerre froide, précisément de la constitution de 1947 à celle de 1997 (p. 105-173), et que la troisième partie concerne la période contemporaine ou post-guerre froide (p. 177-246). Il convient de souligner la cohérence de la structure de l’ouvrage. Et dans le détail, il apporte une masse de connaissances pas toujours connues du non juriste.

8Toutefois, les imperfections ne manquent pas. E. Mériaux, qui remercie sur deux pages l’aide apportée par un nombre considérable de personnes, parmi lesquelles la plupart des chercheurs spécialistes de la politique thaïlandaise et de l’histoire contemporaine de la Thaïlande, aurait dû donner à l’un d’entre eux son manuscrit pour une dernière relecture. Ainsi, E. Mériaux dit vouloir donner la transcription des noms de personnes selon la préférence de chacun mais ne respecte pas toujours cette règle. Il est ainsi bien connu que la famille Pramoj, qui a donné deux premiers ministres, a le plus souvent choisi Pramoj plutôt que Pramot. Notons qu’en bibliographie, dans la liste des livres de crémation, dans la traduction anglaise, le nom de Seni Pramoj figure à la place de son frère Kukrit (p. 291). De même un des personnages les plus importants de l’histoire du pays est le prince Damrong Rajanubhab dont le nom est ici rendu en Damrong Rachanuphap (p. 70) et Damrong Rajanuphap (p. 67, 321). Les exemples pourraient être multipliés : Likhit Dhiravegin plutôt que Thiravekin, etc. L’armée ne semble pas beaucoup intéresser l’autrice. C’est le grade de général qui est attribué à Sarit Thanarat, alors que l’essentiel de l’activité concernée par l’ouvrage se fit lorsqu’il était maréchal. De même, les maréchaux Phibul Songkhram et Thanom Kittikachorn ne voient jamais leurs grades mentionnés ; ils sont familièrement désignés comme Sarit, Thanom. Et quand le titre de général est donné, comme pour Sa-ngad Chaloryu (p. 123), il s’agit d’une erreur puisque l’intéressé, le militaire le plus connu des années 1976-1978, était amiral (phon ruea-ek).

  • 4 Les autres articles sont « chumchon samai kon prawattisat » (les communautés préhistoriques) de Pis (...)

9Le nombre des références en langue thaïe est spécialement impressionnant même s’il faut parfois une loupe pour les lire, le choix de la police et sa taille étant inadéquat. La bibliographie de 36 pages serrées (p. 282-317) sera d’une grande utilité pour l’étudiant, mais sa consultation n’est guère facilitée par son découpage en 13 divisions, ce qui oblige l’autrice à faire des choix et placer ainsi les mémoires de Pridi Banomyong sous la rubrique « Law handbooks and Thai legal commentary » (p. 286). Les noms des auteurs thaïlandais sont classés par les prénoms comme c’est la coutume (surtout pour les publications en langue thaïe) mais il y a des exceptions comme pour Akin Rabibhadana. Parfois, il est possible de se demander si l’autrice connaît directement le livre indiqué comme pour laksana thai (caractéristiques thaïes) donné comme écrit par Kukrit Pramoj (p. 299), alors que celui-ci n’est l’auteur que d’un des quatre articles du livre, article certes important intitulé « Sangkhom thai » (la société thaïe)4.

  • 5 L’article a été repris en 2004 dans un recueil d’articles de Nidhi et une 5e édition est actuelleme (...)

10Une des références les plus importantes et un point de départ de l’argument principal semble être l’article « Ratthathamanun chabap watthanatham thai » que Nidhi Eoseewong a publié en 1991 dans le mensuel Sinlapa-watthanatham, cependant, alors qu’il est aisé de consulter cette publication à Bangkok5, l’autrice se réfère parfois à l’original (p. 14), parfois à sa traduction anglaise dans une revue japonaise (p. 302). C’est une assez longue citation extraite de cette traduction par le chercheur anglais Chris Baker qu’elle donne page 25. Il s’agit ici d’une facilité plutôt désarmante de la part d’une chercheuse thaïsante qui a vraisemblablement l’original à sa disposition.

11L’index est utile mais malheureusement bien incomplet et parfois visiblement bâclé. Nidhi Eoseewong, précédemment cité, n’y figure pas, les titre de noblesse (Mom Luang), les grades militaires (général) sont parfois donnés, mais souvent pas. Le célèbre intellectuel Sulak Srivaraksa (p. 137) devient Sulak Srivilak (p. 171 : 325). Le parti Thai raksa chat est traduit correctement par Thai Save the Nation dans le texte (p. 244-245) mais devient Thai Love the Nation dans l’index (p. 325). L’erreur aurait pu être évitée si la forme thaïe avait été donnée, comme pour le parti Thai rak thai.

  • 6 Dans un article de Moussons de 2015 (numéro thématique sur les migrants asiatiques) j’ai donné un p (...)
  • 7 Avec les quatre références mentionnées dans la bibliographie (p. 288) E. Mériaux donne presque l’in (...)

12L’appendice est d’un intérêt tout particulier puisqu’il donne des éléments biographiques de vingt-deux juristes, dont cinq premiers ministres et deux Occidentaux, ayant eu une contribution majeure au constitutionalisme thaïlandais. Signalons simplement que le neuvième juriste mentionné préférait en langues occidentales écrire son nom personnel Thianliang Hoontrakul et son titre de noblesse phraya Srivisar Vacha plutôt que Thienlieng Huntrakul et phraya Sriwisanwacha (p. 273-274)6 et je soupçonne encore une confusion entre Seni Pramoj et son frère Kukrit, qui fut également premier ministre et qui mérite bien davantage le titre de grand intellectuel (p. 276)7.

13L’ouvrage d’E. Mériau traite principalement du long règne du roi Bhumibol Adulyadej (1946-2016). En 1957, menacé par le Premier ministre, le maréchal Phibul Songkhram, qui se voyait bien en premier président de la République thaïlandaise, il soutint – voire suscita – le coup d’État du maréchal Sarit Thanarat qui lui garantit par la suite une promotion décisive de la monarchie et particulièrement du couple royal. Mais le système laborieusement mis en place depuis lors pourra-t-il se maintenir longtemps avec le successeur du roi Bhumibol, dont la personnalité est – quasiment sous tous ses aspect – absolument à l’opposé ?

14Ce beau travail – en dépit des imperfections signalées – ayant été accompli avec une réelle maestria, il faut espérer que l’autrice abordera des thèmes au moins tout aussi importants (et auxquels je m’intéresse personnellement davantage) comme le pouvoir politique des militaires, le monde des affaires et la politique, les révoltes populaires ou la corruption en politique.

Haut de page

Bibliographie

BAFFIE, Jean, 2015, « Le chef de triade et le ministre. Paysages biographiques de deux nobles chinois dans la Thaïlande du début du xxe siècle », Moussons, 26 : 19-40.

EOSEEWONG, Nidhi [นิธิ เอียวศรีวงศ์], 1991 [2534], « รัฐธรรมนูญฉบับวัฒนธรรมไทย [la constitution selon la culture thaïe] », Sinlapa-watthanatham ศิลปวัฒนธรรม, 13, 1 (novembre) : 266-285. Repris en 1995 [2538] dans Chat thai mueang thai baeprian lae anusaowari : waduai watthanatham, rat lae ruppakan chitsamnuek [ชาติไทย เมืองไทย แบบเรียนและอนุสาวรีย์ : ว่าด้วยวัฒนธรรม, รัฐ และรูปการจิตสำนึก], Bangkok : Matichon.

MÉRIEAU, Eugénie, 2015, entretien avec Omkaew Kalayanaphong, Muang Thai thao thi hen Sarakhadee, 363 (25 juillet), URL : https://www.sarakadee.com/2015/07/25/eugenie-merieau/.

SCHEPPELE, Kim Lane, 2004, « Constitutional Ethnography : An Introduction », Law & Society Review, 38 (3) : 389-406.

YONPIAM, Chairith, 2020, « New Charter May Not Be Democratic », The Bangkok Post, 10 décembre, p. 9.

Haut de page

Note de fin

1 Le parti fut dissout par la Commission chargée des élections (khanakammakan kanlueaktang) le 21 février 2020 parce que son richissime leader avait accordé au parti un prêt de 6 millions d’euros, ce qui était interdit par la loi. En outre, tous les leaders du parti, dont onze députés, étaient interdits de s’engager en politique pour une décennie. Piyabutr dut renoncer à son poste de député ; il prit alors la direction d’un groupe baptisé Khana Kaona (Mouvement progressiste) qui affiche un statut d’ONG ou de fondation.

2 Selon l’histoire officielle, c’est le roi Prajadhipok (1925-1935) qui a bien voulu octroyer sa première constitution au pays, en 1932.

3 Une des premières à utiliser cette expression, la sociologue Kim Lane Scheppele, définissait, en 2004, constitutional ethnography comme étant « the study of the central legal elements of polities using methods that are capable of recovery the lived detail of the politico-legal landscape » (Scheppele 2004 : 395).

4 Les autres articles sont « chumchon samai kon prawattisat » (les communautés préhistoriques) de Pisit Charoenwong, « Satthapatayakam baep thai doem » (l’architecture ancienne) de Choti Kalayanamit et « Nam » (l’eau) de Sumet Jumsai Na Ayutthaya, qui fut repris sous forme d’ouvrage puis traduit en anglais.

5 L’article a été repris en 2004 dans un recueil d’articles de Nidhi et une 5e édition est actuellement en vente dans les librairies et sur Internet.

6 Dans un article de Moussons de 2015 (numéro thématique sur les migrants asiatiques) j’ai donné un portrait de ce personnage en insistant sur ses origines chinoises (Baffie 2015).

7 Avec les quatre références mentionnées dans la bibliographie (p. 288) E. Mériaux donne presque l’intégralité de la production scientifique de Seni Pramoj, tandis que la bibliographie complète de Kukrit Pramoj prendrait plusieurs dizaines de pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Eugénie Mérieau, Constitutional Bricolage. Thailand’s Sacred Monarchy vs. The Rule of Law »Moussons, 40 | 2022, 199-203.

Référence électronique

Jean Baffie, « Eugénie Mérieau, Constitutional Bricolage. Thailand’s Sacred Monarchy vs. The Rule of Law »Moussons [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 09 février 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/10147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.10147

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search