Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Comptes rendusThanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโ...

Comptes rendus

Thanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโณ หนุนนาฬิกาสู่เวลาทางสังคม/Social Time and Temporalities

Bangkok, Illuminations editions, 2563 (2020), 174 p.
Jean Baffie
p. 203-206
Référence(s) :

Thanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโณ หนุนนาฬิกาสู่เวลาทางสังคม/Social Time and Temporalities, Bangkok, Illuminations editions, 2563 (2020), 174 p.

Texte intégral

1La notion de temps ne semble guère avoir sa place dans les dictionnaires classique de sociologie (Boudon et al. 2005). C’est notamment pour cela que le petit livre de Thanida Boonwanno est précieux.

2Originaire de Bangkok, T. Boonwanno, après avoir obtenu une licence au département de sociologie et d’anthropologie de la faculté de sciences politiques de l’université Chulalongkorn de Bangkok, puis une maîtrise dans un programme international sur les études du Sud-Est asiatique de la même université, est devenue, en 2008, maître de conférences au département de sociologie et anthropologie de l’université Naresuan de Phitsanulok, ville située au nord de Bangkok. Bénéficiant d’une bourse de son université, elle a obtenu, en 2010, un master 2 d’anthropologie à l’université de Provence puis un doctorat d’anthropologie en juillet 2014 à Aix-Marseille Université, à la suite de quoi elle a repris son enseignement universitaire. Ses cours concernent particulièrement les méthodes qualitatives en sciences sociales et la théorie en sociologie et en anthropologie.

  • 1 J’ai fait un compte rendu de son premier livre dans le n° 34 de Moussons (Baffie 2019). Plus récemm (...)

3Le livre présenté ici – à ma connaissance son deuxième1 – est divisée en deux parties bien distinctes.

4Partie 1 : หนุนนาฬิกาสู่เวลาทางสังคม (remonter l’horloge vers le temps social)

5Dans cette première partie, T. Boonwanno se livre à une étude systématique des théories sur le temps social, d’abord chez E. Durkheim (1858-1917) et ses disciples (p. 17-51), puis chez les sociologues fonctionnalistes comme P. Sorokin (1879-1968) et R. Merton (1910-2003) (p. 53-65). Elle consacre ensuite un développement à l’anthropologue anglais E. E. Evans-Pritchard (1902-1973) et ses travaux sur les Nuer, qui a une position intermédiaire. Elle revient ensuite à un sociologue de l’école durkheimienne avec W. Grossin (1914-2005) en s’attachant plus particulièrement à la notion de temporalité (wela champho). Dans un dernier chapitre (p. 87-104), elle cherche à faire une synthèse des travaux de l’école durkheimienne sur le temps social et ceux du sociologue allemand – devenu anglais – N. Elias (1897-1990).

6Le lecteur ou la lectrice sera impressionné par le nombre important de sociologues auxquels il est fait référence dans cet essai. Il faut noter la quantité de références faites à des travaux francophones (2/3 des 102 références de la bibliographie finale). Cela ne devrait pas manquer d’inciter des étudiants thaïlandais à venir poursuivre des études supérieures en France. Le regret que l’on peut formuler est l’absence d’exemples ou de cas thaïlandais, tirés, par exemple, des divers terrains faits jusqu’ici par l’autrice, notamment dans le cadre de sa thèse sur les Thaïs Ko Kong.

7Par ailleurs, mais il s’agit ici plus d’une suggestion que d’une critique, il aurait pu être intéressant de voir comment des disciplines voisines de la sociologie traitent de cette notion de temps. Je pense ainsi à l’anthropologie culturelle avec J. Fabian et son magistral Le Temps et les Autres (Fabian 2006) et même à une certaine géographie avec, par exemple, C.-P. Péguy, qui publia en 2001 un recueil intitulé Espace, temps, complexité. Vers une métagéographie (Péguy 2001).

8Aujourd’hui, il conviendrait de se demander comment la pandémie de la Covid 19 a modifié notre rapport au temps. L’historien F. Hartog, auteur d’un livre sur le sujet publié en 2020, estimait en février 2022 que « le confinement […] nous a fait entrer dans un temps absolument singulier, dont personne n’avait l’expérience […]. Le temps est suspendu. Il n’y a plus que du présent. Et ce présent n’en finit pas. » (Hartog 2022 : 10.)

9Partie 2 : จอร์จ กองโดมินาส กับมโนทัศน์ทางมนุษยวืทยา ว่าด้วย « ระยะทางสังคม » (Georges Condominas et le concept anthropologique d’« espace social »)

10Cependant, c’est la deuxième partie du livre qui intéressera davantage les chercheurs et chercheuses travaillant sur l’Asie du Sud-Est.

11G. Condominas, que T. Boonwanno n’a rencontré qu’une seule fois, à son domicile parisien, puis dans le petit restaurant japonais très proche où il aimait conduire ses visiteurs, serait ravi de cette publication. En effet, je ne manquais jamais de lui signaler un ouvrage ou un article de langue thaï consacré, entièrement ou partiellement, à ses recherches et publications. La bibliographie donnée par T. Boonwanno ignore malheureusement ces références en langue thaïe, notamment l’opuscule bilingue sur l’espace social qui reprenait le texte d’une conférence donnée au campus de Siriraj de l’université Mahidol de Bangkok (Condominas 1990).

12Après avoir présenté G. Condominas et précisé les influences qu’avaient eu E. Durkheim et M. Mauss, et notamment la notion de « fait social total » développée par ce dernier, T. Boonwanno donne la définition de l’espace social selon G. Condominas et consacre un développement à chacun des types de relations contenus dans la définition.

13La définition, à savoir « l’espace social est l’espace déterminé par l’ensemble des systèmes de relations caractéristique du groupe considéré », est rendue en thaï par ระยะทางสังคม หมายความว่า « ระยะทางที่ถูกกำหนดโดยระบบทั้งหมดของความสัมพันธ์ซึ่งเป็นลักษณะของกลุ่มที่๔กศึกษา » (p. 119).

  1. ความสัมพันธ์ต่อพึ้นที่และเวลา (khwamsamphan to phuenthi lae wela) : relations à l’espace et au temps.
  2. ความสัมพันธ์ต่อสิ่งแวดล้อม (khwamsamphan to singwaetlom) : relations à l’environnement.
  3. ความสัมพันธ์ของการแลกเปลี่ยนทรัพย์สิน (khwamsamphan khong kanlaekplian sapsin) : relations d’échanges de biens.
  4. ความสัมพันธ์ในการสึ่อสาร ภาษาพูดและภาษาเขียน (khwamsamphan nai kansuesan phasa phut lae phasa khian) : relations de communication : langues et écritures.
  5. ความสัมพันธ์ทางเครือญาติและเพื่อน (khwamsamphan thang khueayat lae phuean) : relations de parenté et de voisinage.
  • 2 Mais, il faut reconnaître que l’expression ne s’est pas totalement imposée : beaucoup de chercheurs (...)

14Je dois, encore une fois ici, préciser ce choix – a priori étrange – de traduire espace social par raya thangsangkhom en thaï. G. Condominas devait donner une conférence sur l’Espace social à l’université Mahidol de Bangkok, campus de Siriraj, le 3 juillet 1984. Il me demanda comment il serait possible de traduire espace en thaï, sachant qu’il souhaitait que le terme prenne en compte à la fois l’aspect géographique et l’aspect historique ou temporel. C’est dans le coffee-shop de l’hôtel Trocadero de la rue Suriwong, proche de l’ambassade de France, que je le voyais pour lui soumettre le résultat de mes recherches lexicographiques. Parmi les divers termes et expressions que je lui proposais, il montra une nette préférence pour ระยะทางสังคม (raya thangsangkhom) ; en effet, il était satisfait que l’on puisse utiliser le mot thaï raya pour désigner une distance (rayathang, ระยะทาง) et une durée (rayawela, ระยะเวลา)2.

15Les erreurs sont peu nombreuses et jamais très importantes. Dire que G. Condominas était d’origine vietnamienne (p. 112) est un raccourci que lui-même ne faisait jamais sauf dans quelques plaisanteries dont il était tout de même friand. Il aimait se dire quarteron, avec seulement un quart de sang vietnamien, puisque sa mère était métisse vietnamo-portugaise. Et sa mère, elle-même, avait une mère chinoise hakka. Le sang vietnamien était donc relativement réduit et sa pratique de la langue vietnamienne était très limitée. Il était particulièrement fier de son père, Louis Condominas, sous-officier français engagé dans les troupes coloniales, grand broussard, dont il publia une partie des écrits (Condominas 1988)

16Également, le centre créé par G. Condominas, le CeDRASEMI, a le sens de Centre de documentation et de recherche sur l’Asie du Sud-Est et le monde insulindien. À sa création, l’aspect documentation était essentiel ; sa bibliothèque – aujourd’hui dispersée entre l’université de Nice et la Maison Asie-Pacifique (MAP) de Marseille – était de toute première importance (p. 134).

17La transcription en thaï des noms propres pose de vraies difficultés. Ainsi, comment prononcer Durkheim pour le transcrire le plus correctement possible ? Le nom est considéré comme un paronyme de Turckheim, une commune, proche de Colmar, dans le département du Haut Rhin. Le nom est prononcé « à l’allemande » [tyʁkhaim] ou [tyʁkaim] et il ne fait guère de doute que le nom de Durkheim puisse être prononcé de la même manière si l’on considère qu’en allemand les consonnes d et t sont parfois peu distinctes. Mais on est également en droit de prononcer Durkheim à la française comme c’est le cas pour le nom de famille noble de Turckheim (ou Türckheim) [tyʁkhɛm], également d’origine alsacienne. T. Boonwanno choisit d’écrire ดูร์ไกม์ [du :kaj], les consonnes r et m étant écrites mais non prononcées.

18D’autres noms ont posé problème comme celui de N. Elias que T. Boonwanno choisit d’écrire selon sa prononciation anglaise นอเบิร์ต [nɔʁbœt] เอไลอัส [elajas]. Issu d’une famille juive, né dans ce qui est aujourd’hui la Pologne, qui était alors dépendant de l’Allemagne, mais expatrié dès 1933 en Suisse, puis en France, avant de se fixer longtemps en Angleterre, puis d’enseigner au Ghana, en Allemagne, puis aux Pays-Bas où il décède en 1990 à l’âge de 92 ans, N. Elias a dû entendre son nom prononcer de diverses manières.

19Les toponymes et ethnonymes ne sont pas sans pièges non plus. Ainsi, Sar Luk devrait être écrit ซาร์ลุก [saluk] plutôt que ซาลัก [salak] et Imerina et Merina se prononcent plutôt [imən] et [mən] et devraient être rendus en อิมืร์น ou มรืน plutôt que ไอเมอรินา et เมรีนา.

  • 3 La bibliographie finale comprend une trentaine de références à des publications de G.  Condominas, (...)

20Une décennie après la disparition du maître, la seconde partie de cet ouvrage est un bel hommage à G. Condominas. Il contribuera surtout à faire connaître son concept d’espace social qui permet une approche globale des groupes étudiés. Il est particulièrement intéressant qu’il soit publié en Thaïlande, à partir de références de langue française3, car, dans ce pays, c’est trop souvent à partir de publications anglo-saxonnes et de traductions anglaises que la recherche française finit par être connue.

21Une dernière remarque critique que l’on peut faire à l’ouvrage de T. Boonwanno est que les deux parties sont totalement autonomes et semblent réunies presque par hasard. Or, la pensée de N. Elias aurait pu faire ce lien. En effet, on a aussi pu écrire d’Elias qu’il a voulu « penser le monde comme un réseau de relations » sur le mode du filet, « fait de multiples fils reliés entre eux » (Heinich 1997: 85, 88).

Haut de page

Bibliographie

BAFFIE, Jean, 2019, compte rendu de Thanida Boonwanno ดิน น้ำ ข้าว และชาวนา ชาติพันธุ์วรรณนาของชาวนาบางระกำ/Land, water, rice and farmers. An ethnography of Bang Rakam farmersMoussons, 34, URL :https://doi.org/10.4000/moussons.5611.

BOUDON, Raymond, BESNARD, Philippe, CHERKAOUI, Mohamed & LÉCUYER, Bernard-Pierre, 2005 [1989], Dictionnaire de Sociologie, Paris : Larousse.

CONDOMINAS, Georges, 1990, L’Espace Social/ระยะทางสังคม, Bangkok : Éditions des Cahiers de France, bilingue français-thaï, traductions par Chatchada Chulya et Sumitra Baffie.

CONDOMINAS, Louis 1988 La Chasse et autres essais, Paris. L’Harmattan. Présentation de G. Condominas.

FABIAN, Johannes, 2006, Le Temps et les autres. Comment l’anthropologie construit son objet, Toulouse : Anacharsis, 1e édition américaine 1983 avec postface de 2006.

FOUCAULT, Michel (มิเชล ฟูโกต์), 2022 [2565], L’ordre du discours/ระเบียบของวาทกรรม Bangkok : Illuminations éditions, traduction et introduction (p. 6-81) de Thanida Boonwanno.

HARTOG, François, 2020, Chronos. L’Occident aux prises avec le temps, Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires ».

HARTOG, François, 2022, « Il n’y a plus que du présent », entretien avec Jean-Michel Normand, Le Monde, 15 février, p. 10.

HEINICH, Nathalie, 1997, La Sociologie de Norbert Elias, Paris : La Découverte, coll. « Repères ».

LEDRUT, Raymond, 1968, L’espace social de la ville. Problèmes de sociologie appliquée à l’aménagement urbain, Paris : éditions anthropos.

PÉGUY, Charles-Pierre, 2001, Espace, temps, complexité. Vers une métagéographie, Paris : Belin, coll. « Géographiques Reclus ».

VIRILIO, Paul 1972 « Espace social », in La Sociologie. Guide alphabétique, Jean Duvignaud, éd., Paris : Denoël, coll. « Médiations », p. 182-186.

Haut de page

Note de fin

1 J’ai fait un compte rendu de son premier livre dans le n° 34 de Moussons (Baffie 2019). Plus récemment, elle a traduit en langue thaïe la leçon inaugurale de Michel Foucault au Collège de France (Foucault 2022), qui comprend une très longue introduction à l’œuvre du philosophe.

2 Mais, il faut reconnaître que l’expression ne s’est pas totalement imposée : beaucoup de chercheurs thaïlandais ont préféré utiliser phuenthi (พึ้นที่) à la place de raya, qui n’a que le sens d’espace géographique. Ajoutons que, même en français, le concept a du mal à s’imposer. En fait, la notion d’espace social avait sans doute été déjà trop utilisée depuis la fin de la décennie 1960 (voir Ledrut 1968 ; Virilio 1972).

3 La bibliographie finale comprend une trentaine de références à des publications de G.  Condominas, treize comptes rendus de ses ouvrages et une dizaine d’hommages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Thanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโณ หนุนนาฬิกาสู่เวลาทางสังคม/Social Time and Temporalities »Moussons, 40 | 2022, 203-206.

Référence électronique

Jean Baffie, « Thanida Boonwanno, ฐานิดา บุญวรรโณ หนุนนาฬิกาสู่เวลาทางสังคม/Social Time and Temporalities »Moussons [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 09 février 2023, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/10153 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.10153

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search