Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Comptes rendusJames Leonard Mitchell, Luk thung...

Comptes rendus

James Leonard Mitchell, Luk thung. La musique la plus populaire de Thaïlande

traduit de l'anglais par David Magliocco, Paris, Gope Éditions, 2021, 255 p.
Louise Pichard-Bertaux
p. 206-209
Référence(s) :

James Leonard Mitchell, Luk thung. La musique la plus populaire de Thaïlande, traduit de l'anglais par David Magliocco, Paris, Gope Éditions, 2021, 255 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la traduction de Luk Thung. The Culture and Politics in Thailand’s Most Popular Music, paru en 2015 aux éditions Silkworm Books (Chiang Mai, Thaïlande). La récente parution en français permet de faire connaître ce genre musical très particulier qui est redevenu à la mode ces dix dernières années parmi le public des urbains thaïs.

2De construction classique, ce livre de 255 pages offre un panorama très complet du luk thung, traitant en cinq parties aussi bien de l’histoire de ce genre que de son analyse musicologique et de sa réception dans les différents publics thaïs. Les liens avec la politique sont également décrits, montrant l’utilisation de cet art populaire par les politiciens. Quatre annexes très documentées viennent compléter l’ouvrage : une liste des acteurs du luk thung (interprètes, auteurs, compositeurs, producteurs, etc.), des repères chronologiques qui aident à comprendre l’évolution du genre, des liens vers les vidéos des œuvres présentées et un index regroupant les personnes et les œuvres citées dans le texte.

3La première partie est consacrée à l’histoire du luk thung, genre qui s’est développé sous sa forme actuelle en Thaïlande, et plus particulièrement dans le Nord-Est, à partir des années 1960. L’origine du luk thung se trouve dans les phleng thai sakon (chansons thaïes de style international), très répandues dans les années 1930. Le terme luk thung signifie littéralement « enfant des champs » et les paroles des chansons se réfèrent généralement au milieu rural, ou aux ruraux venus tenter leur chance en ville. L’auteur retrace les différentes étapes du luk thung et insiste sur l’identité forte de l’Isan (Nord-Est) qui imprègne le genre. Le lien avec le pouvoir et la politique, qui sera plus précisément abordé dans la dernière partie de l’ouvrage, se dessine déjà. Les deux gouvernements de Plaek Phibunsongkhram, dictateur entre 1938 et 1944 puis entre 1948 et 1957, ont, par les restrictions et interdictions culturelles qu’ils ont imposées, largement contribué à l’émergence du luk thung et des phleng chiwit (chansons pour la vie) dont les paroles dénoncent les difficiles conditions de vie des ouvriers et des paysans et critiquent la société thaïe de cette époque. Alors que le genre a pu être considéré comme mineur et provincial, il revient en force dans les années 2000 quand la culture de l’Isan devient incontournable en Thaïlande.

4[Ecouter : phuyai Li ผู้ใหญ่ลี (Li le chef du village), par Saksri Sri‐akson ศักด์ิศรี ศรีอักษร https://www.youtube.com/​watch?v=3AiIsKc2Ths]

5La double formation en ethnologie et en musicologie de l’auteur lui permet de comprendre réellement le genre luk thung en analysant sa structure musicale ainsi que son évolution. Dans cette deuxième partie, James L. Mitchell examine les différents éléments qui composent le luk thung, et retrace les nombreuses influences que le genre a intégrées. Les instruments de base dans les orchestres de luk thung sont la basse, la guitare électrique, le synthétiseur et les percussions auxquels se mêlent divers instruments traditionnels. L’harmonie est fondée sur une majorité d’accords mineurs, comme le veut la gamme pentatonique traditionnelle. Le rythme est largement inspiré des rythmes occidentaux tels que le slow, la biguine ou le cha-cha-cha. La structure est généralement intro/couplet/couplet/pont/couplet. Des influences occidentales, mais également asiatiques (Inde, Chine, Corée, Japon), marquent fortement le luk thung. Tout comme en littérature, ces influences ont été absorbées et assimilées par les auteurs-compositeurs et font partie intégrante du genre.

6[Ecouter : phuyai Li santana ผู้ใหญ่ลีซานตาน่า (Li le chef du village version Santana) par Rungfah Puping รุ่งฟ้า ภูพิงค์ https://www.youtube.com/​watch?v=xqB54ez4XKA]

7Après la lecture des deux premières parties, qui permettent de mieux comprendre et appréhender le luk thung, le projecteur est braqué sur Soraphet Phinyo, auteur-compositeur né en 1950 en Isan que James L. Mitchell connaît très bien et qui est une grande figure du genre. S’il n’a connu qu’une courte période de gloire en tant que chanteur dans les années 1980, il est un auteur-compositeur et un producteur recherché et l’un des seuls du métier à avoir réussi à vivre de son art dès le début de sa carrière. Il a inspiré, et inspire encore, de nombreux chanteurs de luk thung qui lui demandent des chansons et se placent sous sa protection et avec qui il entretient des rapports de maître à disciple, selon le schéma traditionnel thaï khru-luksit. Ses textes explorent les travers de la société thaïe, les inégalités sociales et entre les sexes, les différences marquées entre urbains et ruraux ainsi que les problèmes spécifiques de l’Isan.

8[Ecouter : num na khao, sao na kleua หนุ่มนาข้าว สาวนาเกลือ (le garçon des rizières et la fille des salines) par Soraphet Phinyo สรเพชร ภิญโญ et Nong Nut Duangchiwan น้องนุช ดวงชีวัน https://www.youtube.com/​watch?v=zlKsvsOll78]

9Les fans et la scène actuelle du luk thung sont au centre de la quatrième partie qui interroge le rapport du public aux chanteuses, chanteurs et chansons du genre. La relation entre artistes et spectateurs est marquée par une interaction très forte avec la communauté des fans. Pendant les concerts, un espace libre est laissé devant la scène afin que les admirateurs puissent venir honorer les artistes et leur offrir des fleurs ou des guirlandes et des couronnes faites de fausses fleurs et de billets de banques, vrais ou faux ! Ces couronnes, appelées phuang malai, sont vendues sur place ou fabriquées par les fans eux-mêmes. Cette coutume provient du théâtre populaire appelé likê. Les dons en argent peuvent atteindre plusieurs milliers de bahts et sont conservés par les artistes. L’auteur met en évidence cette relation très forte qui unit artistes et fans, dans le respect mutuel, ainsi que l’importance de la culture Isan dans la société thaïe actuelle.

10[Ecouter : khon ban diaokan คนบ้านเดียวกัน (Les gens qui viennent du même village) par Phai Phongsathon ไผ่ พงศธร https://www.youtube.com/​watch?v=wv-G-kM9pUs]

11Dans la cinquième et dernière partie, James L. Mitchell expose l’utilisation du genre luk thung par les politiciens pour attirer les millions d’électeurs ruraux et de l’Isan en particulier. Dans les années 1970, les « chansons pour la vie » des opposants au régime en place s’inspiraient déjà du luk thung. L’opposition entre Chemises jaunes et Chemises rouges qui a débuté après le coup d’état de 2006 et le renvoi du Premier ministre Thaksin Shinawatra n’a pas été que politique. Différents courants musicaux ont été récupérés par les deux camps et se ont opposés. Les Chemises jaunes, de classes aisées, plus urbains et conservateurs, ont plébiscité les artistes de variété ou de musique classique thaïe tandis que les Chemises Rouges, ruraux et pauvres, se sont emparés des chansons du luk thung. L’auteur décrit parfaitement les jeux de pouvoir et d’idéologies qui ont secoué la scène du luk thung ces dernières années.

12[Ecouter : rak khon suea daeng รักคนเสื้อแดง (Aimez les partisans des Chemises rouges) par Pae Bangsanan แป๊ะ บางสนาน https://www.youtube.com/​watch?v=VA6av9kA1jQ]

13Cet ouvrage, riche et extrêmement complet, est un ouvrage de référence incontournable pour qui veut étudier non seulement les mouvements musicaux thaïs mais également la culture Isan dans son ensemble et son imbrication avec la société thaïe actuelle. Très documenté, bien structuré, c’est un livre solide et dont la traduction en français est très bienvenue. David Magliocco, directeur inspiré des éditions Gope et traducteur de cet ouvrage, nous offre ici une belle contribution aux études thaïes.

14Sur la forme, les noms propres et les titres des chansons pourraient être écrits en thaï dans le corps du texte, et non pas seulement en annexe. Le choix de franciser le terme Isan en l’accordant (issanais) est également discutable. Mais ce ne sont que des détails qui n’enlèvent rien aux qualités de cet ouvrage.

15Les études thaïes en France sont de moins en moins représentées au fur et à mesure des années et les décès de Gilles Delouche, Marcel Barang et Wanee Pooput en 2020 laissent un grand vide quant à l’étude et la traduction de la littérature thaïe. Heureusement, en ce qui concerne les recherches ethno-musicales, deux jeunes chercheurs du Centre Asie du Sud-Est contribuent par leurs travaux à la connaissance de ce domaine et de l’Isan. Pierre Prouteau a soutenu le 22 juin 2021 une thèse intitulée « Bouddhisme, corps et machines : les sound systems de Phetchabun, Thaïlande » et Edouard Degay Delpeuch le 16 décembre 2022 une thèse intulée « Down The Rabbit Hole : une anthropologie de la circulation des médias thaïlandais à l'heure de la globalisation numérique ». Ceci augure, espérons-le, un renouveau des recherches sur la Thaïlande en France.

16Le remarquable travail de James Leonard Mitchell fournit donc une contribution notable à la recherche en ethno-musicologie dans l’aire thai-lao et apporte un éclairage très précieux sur la culture Isan et sur sa place dans la société thaïe actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Pichard-Bertaux, « James Leonard Mitchell, Luk thung. La musique la plus populaire de Thaïlande »Moussons, 40 | 2022, 206-209.

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « James Leonard Mitchell, Luk thung. La musique la plus populaire de Thaïlande »Moussons [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 09 février 2023, consulté le 30 mai 2023. URL : http://journals.openedition.org/moussons/10155 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.10155

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Analyste de sources en langues vernaculaires d’Asie, ingénieure de recherche (CNRS), Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search