Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Comptes rendusFrançois Doré, Chanthaburi. 11 an...

Comptes rendus

François Doré, Chanthaburi. 11 ans d’histoire commune franco-siamoise

Paris, Soukha éditions, 2021, 70 illustr., bibliographie, 88 p.
Jean Baffie
p. 209-212
Référence(s) :

François Doré, Chanthaburi. 11 ans d’histoire commune franco-siamoise, Paris, Soukha éditions, 2021, 70 illustr., bibliographie, 88 p.

Texte intégral

1Avant son retour en 2022 vers ses Charentes d’origine, l’auteur de cet ouvrage, François Doré, était une véritable institution à Bangkok. Après une formation de journaliste, il était arrivé au Laos au début des années 1970, puis, comme beaucoup d’autres, s’était replié vers Bangkok, à la suite de l’arrivée des communistes au pouvoir à Vientiane en 1975. Quand j’ai fait sa connaissance, il y a un peu plus d’une décennie, il avait plusieurs casquettes. Il dirigeait une agence de voyage, était à la tête d’une entreprise liée aux compagnies d’assurance françaises dont le but était de prendre en charge les touristes français victimes d’accidents (généralement de la route) pendant leurs séjours en Thaïlande. Surtout, pour le chercheur, il possédait la Librairie du Siam et des Colonies, d’abord située sur la rue Phetchaburi, puis au soi (ruelle) 1 de la rue Sukhumvit à Bangkok. L’amateur éclairé comme l’universitaire ou le diplomate de passage y trouvaient des trésors, des livres anciens – principalement de langue française – sur tous les pays de la région sud-est asiatique, la spécialité de F. Doré étant la littérature de l’Indochine coloniale, les ouvrages de fiction principalement, qu’il semblait avoir tous lus et analysés pour le mensuel local Gavroche dans lequel il avait une rubrique intitulée « Les Écrivains de l’Indochine ». Enfin, il était particulièrement actif comme délégué général pour la Thaïlande du Souvenir Français, une association créée en 1887 se proposant d’agir pour préserver la mémoire des soldats morts pour la France.

2Il se propose ici de raconter l’histoire des quelques onze années d’occupation française de la ville de Chanthaburi du 7 août 1893 au 5 janvier 1905. Cette occupation devait durer le temps que le gouvernement siamois mettrait à exécuter les clauses d’un traité signé en août 1893, à savoir l’évacuation par les Siamois de la rive droite du Mékong et le « retour » au Cambodge de provinces alors contrôlées par le Siam.

  • 1 Ce bois, qui est classé dans les genres des Aquilarias et des Gyrinops de la famille des Thymelaeac (...)

3Le nom de Chanthaburi évoque pour les Thaïlandais la lune (duangchan) et le lundi (wanchan), jour de la lune, mais également un arbre le tonphrachan ou chan hom, le bois de santal1 utilisé pour l’encens mais également comme plante médicinale, et deux variétés de poissons nuanchan, l’un d’eau douce, l’autre de mer. Comme le montre le symbole de la province, un lapin regardant la lune, c’est le premier sens que retiennent aujourd’hui les Thaïlandais. F. Doré précise qu’autrefois c’était le deuxième sens qui était préféré.

  • 2 Un missionnaire venu en 1711 avait dénombré 130 catholiques vietnamiens, présents depuis plusieurs (...)

4De nombreux chercheurs et étudiants thaïlandais ont parlé des aspects politiques et diplomatiques de cette occupation. Certains semblent avoir exploité toutes les sources de langue thaïe disponibles et donnent de précieuses indications sur les aspects économiques et juridiques, les déplacements de population, etc. (Suratanakavikul 1985 ; Taweethong 2007) mais F. Doré s’est plus attaché à nous révéler la vie quotidienne des garnisons françaises de Chanthaburi. En fait, seul l’encadrement était composé de Français tandis que les troupes consistaient en fantassins annamites, soit au total 150 au départ et jusqu’à 400 au maximum des effectifs. Ces soldats venaient parfois en famille et s’intégraient plutôt bien car, depuis deux siècles, la province comptait une importante communauté de réfugiés vietnamiens catholiques, dont un prêtre des Missions étrangères de Paris (MEP) avait la charge2.

  • 3 Il évoque le cas d’un sous-lieutenant français nommé Burang-ye (Buranier ?), qui avait eu un fils d (...)

5F. Doré utilise presque essentiellement des documents de l’époque, surtout écrits par des diplomates, des militaires, des explorateurs et des journalistes français ayant visité le Chanthaburi lors de ces années 1893-1905. Une traduction en thaï de ce livre serait infiniment précieuse pour les historiens thaïlandais dont les mémoires n’utilisent que les rares sources en langues thaïe et anglaise. F. Doré ne cache pas les aspects plus négatifs de l’occupation française ; il évoque ainsi ce débit de boisson tenu par un Sénégalais et donne ainsi les rares informations disponibles sur les maisons de prostitution (p. 21-22). Et il n’est pas sans intérêt de comparer avec une des rares sources anciennes de langue thaïe qui évoque les « actes inappropriés (mai riaproi) survenus entre les Siamois et les soldats français et vietnamiens » (Sakhon Khotchakhet 1935 : 26). Luang Sakhon Khotchakhet donne de nombreuses indications sur les relations entre officiers français (de grades de sous-lieutenant à capitaine), soldats vietnamiens et population locale (Thaïs et Chinois essentiellement) et parle à ce propos des couples mixtes3.

6Alors qu’il consacre huit pages et de nombreuses et belles photographies à la cathédrale de Chanthaburi (p. 50-58), F. Doré néglige cependant les sources missionnaires qui ne devraient pas être sans intérêt. Il donne la liste des missionnaires présents sur place sur deux siècles (1710-1910) mais ne mentionne pas le voyage qu’y fit Mgr Pallegoix en décembre 1838, lequel consacre encore cinq pages à la ville dans sa célèbre Description du royaume Thai ou Siam de 1854 (Pallegoix 1838, 2017 : 59-63).

7F. Doré est bien trop optimiste quand il suggère que l’exterritorialité et la politique des protégés prit fin vers 1907. Rippawat Chiraphong qui a étudié la question pour sa thèse soutenue en 2016 précise bien que c’est en 1939 que cette politique fut définitivement enterrée (Chiraphong 2016 : 500).

8L’ouvrage de F. Doré peut également servir de guide au touriste francophone souhaitant aller vers cette province. Les chapitres sur le fort de Phikat Khasuek que les Thaïs appellent « le bâtiment rouge » (tuek ou teuk daeng) (p. 41-44), la prison Khuk Khi Kai, nom que F. Doré traduit par « prison des fientes de poulets » (p. 44-45), la cathédrale de Chanthaburi, « le bâtiment le plus photographié de la ville » (p. 50-58) et le site archéologique khmer de Muang Phaniat et le musée du Wat Thong Thua (p. 77-83) apportent un regard nouveau sur des sites que les Thaïlandais connaissent plus ou moins bien.

  • 4 Nul doute pourtant que F. Doré connaît bien cette illustration qu’il a dans sa bibliothèque. Il en (...)
  • 5 Des articles de presse indiquent que les soldats présents étaient un « détachement de tirailleurs a (...)

9Les soixante-dix illustrations, dont de nombreuses photographies récentes prises par l’auteur, constituent un des points forts du livre. Mon seul regret est que la figure 29, intitulée « les tirailleurs annamites et leur salacco » (p. 36) ne soit pas identifiée complètement. En effet, cette illustration, quatrième de couverture (p. 72) du supplément illustré du dimanche 26 février 1905 du Petit Journal montre la « Remise par les autorités siamoises de Krat et de Koh-Kong au représentant de la République française4 ». C’est le 27 décembre 2004 que le phraya Si Sahathep (Seng Wirayasiri de son nom personnel), présenté comme sous-secrétaire d’État du ministère siamois de l’Intérieur, remit Trat et Ko-Kong à Jules Morel, résident supérieur du Cambodge5. Cette illustration, devenue symbole du colonialisme, a été reprise des centaines de fois dans des livres, des articles et même des bandes dessinées de langue thaïe. Mais il est vrai qu’elle concerne davantage Trat et la période qui a suivi celle dont nous parle ici F. Doré. Cette beaucoup plus brève occupation de la région de Trat, à la frontière cambodgienne, devrait constituer le thème d’un livre à venir de François Doré.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 1905a, « La France à Krat », La Politique coloniale, 14 (2971) : 2, 16 février.

ANONYME, 1905b, « La France à Krat », L’Écho de France, 3 (39) : 2, 16 février.

CHIRAPHONG, Rippawat, 2016, La Question de l’exterritorialité et ses conséquences juridiques successives concernant les protégés français au Siam dans le cadre des relations franco-siamoises de 1893 à 1907, thèse d’histoire et civilisations, Paris : Université Paris 7-Denis Diderot.

NAMTHON, Sa-nga [สง่า นามทอน], 1985 [2528], « ประวัติวัดคาทอลิก จันทบุรี 275 ปี » [275 ans d’histoire des églises catholiques de Chanthaburi], อนุสรณ์ สมโภช 275 ปีของการตั้งวัด และ 75 ปีของวัดหลังปัจจุบัน [ouvrage commémorant les 275 ans de l’établissement d’églises (à Chanthaburi) et les 75 ans de l’actuelle cathédrale], s.l.e., s.m.e. : 29-39.

NISAI, Phloi [พลอย นิสสัย], 1976 [2519], « เก็บบันทึกเรื่องเมืองจันทบุรีโบราณ [notes sur la ville ancienne de Chanthaburi] », Sinlapakon ศิลปากร, 19 (6) : 52-65.

PALLEGOIX, Jean-Baptiste (Mgr), 1839, « Relation d’un voyage à Chanthaburi, suivie d’un aperçu sur la tribu des Tchongs », Bulletin de la société de géographie, XII (1) (septembre-octobre) : 169-171.

PALLEGOIX, Jean-Baptiste (Mgr), 2017, Description du royaume Thaï ou Siam, Genève : Olizane, 1e édition, 1854.

SAKHON KHOTCHAKHET (Luang) (หลวงสาครคชเขต) ou Prathuan SAKRIKANON (ประทวน สาคริกานนท์), 1972, จดหมายความทรงจำสมัยฝรั่งเศสยึดเมืองจันทบุรี พ.ศ. 2436 ถึง พ .ศ. 2445 [Souvenirs de l’occupation de Chanthaburi par les Français de 1893 jusqu’à 1902], Bangkok, éditions Sripanya, 1e édition, 1952 (2495)

SAKHON KHOTCHAKHET (Luang) (หลวงสาครคชเขต) ou Prathuan SAKRIKANON (ประทวน สาคริกานนท์1935 (2478) « จดหมายเหตุสมัยฝรั่งเศสยึดเมืองจันทบุรี (archives de l’occupation française de Chanthaburi) » livre de crémation de Mme Khao Supphachatturat, 12 avril, URL : https://finearts.go.th/storage/contents/2020/08/file/ADXtBBBqlrgvkOy13lTAg7emJymPiV3qEsaELssD.pdf.

SURATANAKAVIKUL, Phuangphet [พวงเพชร สุรัตนกวีกูล], 1985 [2528], « การยึดครองจันทบุรีของฝรั่งเศสในรัชสมัยพระบาทสมเด็จพระจุลจอมเกล้าเจ้าอยู่หัว/The Occupation of France in Chanthaburi in the reign of king Rama V », Warasan Kasetsat (Sangkhom), 6 (1) : 1-13.

TAWEETHONG, Nualmorakot [นวลมรกด ทวีทอง], 2007 [2550], สภาพสังคมของเมืองจันทบุรีและตราศภายใต้การยึดครองของฝรั่งเศสถึ่งสิ้นสุดการปกครองแบบเทศาภิบาล พ.ศ. 2436-2476/Social context in Chanthaburi and Trat from the French occupation to the end of the « Thesaphiban » administrative system, 1893-1933, mémoire de master d’histoire, Bangkok, université Chulalongkorn.

Haut de page

Note de fin

1 Ce bois, qui est classé dans les genres des Aquilarias et des Gyrinops de la famille des Thymelaeaceae, est connu en français sous de très nombreux noms comme « bois d’aigle », « bois des dieux », « calambac », ou « calambour », « gaharu », « bois de oud », « bois d’agar », « bois d’argile », « bois d’aloès », « bois de gélose ».

2 Un missionnaire venu en 1711 avait dénombré 130 catholiques vietnamiens, présents depuis plusieurs décennies (Namthon 1985 : 29).

3 Il évoque le cas d’un sous-lieutenant français nommé Burang-ye (Buranier ?), qui avait eu un fils de Mme Thim, une Siamoise. L’officier aurait ensuite emmené sa famille siamoise avec lui à Trat quand Chanthaburi fut évacué, mais l’abandonna quand il fut rappelé en France. L’enfant fut rebaptisé Sitrat et adopté par luang Sakhon Khotchakhet, lui-même (Sakhon Khochaket 1935 : 48-50)

4 Nul doute pourtant que F. Doré connaît bien cette illustration qu’il a dans sa bibliothèque. Il en fit ainsi un commentaire dans un texte qu’il diffusa le 1er mars 2019 en sa qualité de « Délégué du Souvenir français de Thaïlande » à la suite d’une visite qu’il fit à la ville de Trat, le 12 février de la même année.

5 Des articles de presse indiquent que les soldats présents étaient un « détachement de tirailleurs annamites » de Chanthaburi et « 40 gardes indigènes cambodgiens » (Anonyme 1905a et Anonyme 1905b).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « François Doré, Chanthaburi. 11 ans d’histoire commune franco-siamoise »Moussons, 40 | 2022, 209-212.

Référence électronique

Jean Baffie, « François Doré, Chanthaburi. 11 ans d’histoire commune franco-siamoise »Moussons [En ligne], 40 | 2022, mis en ligne le 14 février 2023, consulté le 31 mai 2023. URL : http://journals.openedition.org/moussons/10164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.10164

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search