Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Comptes rendusHenri Roux, Pimploy Parkpriaw (พิ...

Comptes rendus

Henri Roux, Pimploy Parkpriaw (พิมพ์พลอย ปากเพริยว) (traduction), การปฏิวัติสยาม ๒๔๗๕ ในทัศนะของพันโท อองรี รูซ์/La Révolution siamoise d’après le Lieutenant-Colonel Henri Roux

Bangkok, Matichon, numéro spécial du mensuel Sinlapa-Watthanatham, 2021, 227 p.
Jean Baffie
p. 265-268
Référence(s) :

Henri Roux, Pimploy Parkpriaw (พิมพ์พลอย ปากเพริยว) (traduction), การปฏิวัติสยาม ๒๔๗๕ ในทัศนะของพันโท อองรี รูซ์/La Révolution siamoise d’après le Lieutenant-Colonel Henri Roux, Bangkok, Matichon, numéro spécial du mensuel Sinlapa-Watthanatham, 2021, 227 p.

Texte intégral

1Il s’agit ici de huit rapports envoyés par le lieutenant-colonel Henri Roux, attaché militaire français à Bangkok, à son ministère de tutelle à Paris, entre le 24 juin 1932, jour du coup d’État militaire qui mit fin au régime de monarchie absolue siamoise, et le 30 novembre de la même année. En dehors du premier, ils sont classés « secrets », les originaux se trouvant au Service historique de la Défense, à Paris.

  • 1 Les francophones ont également lu deux autres articles publiés du même diplomate, et, aujourd’hui, (...)

2Les Thaïlandais comme les historiens étrangers connaissaient mieux le précédent attaché militaire à la légation de France à Bangkok, le baron (colonel) de la Pomarède, surtout pour un court article (9 pages) publié sur le sujet, mais en anglais, dans la revue Pacific Affairs (La Pomarède 1934)1.

3À l’origine de ce livre se trouve un des très nombreux mémoires d’études françaises préparés pour leur maîtrise par les étudiants du département de français de l’université Silpakorn de Nakhon Pathom sous la direction de Pensiri Charoenpote, Kannika Chansang, Prayat Nichalanont et Bernard Wirth. Le mémoire de Pimploy Parkpriaw sur le lieut.-col. Roux a été préparé sous la direction de M. Prayat Nichalanont, lui-même auteur d’une thèse sur « Le monde paysan thaï vu par la littérature thaïlandaise, 1950-1980 », soutenue en 1991. Pimploy, qui n’a pas embrassé de carrière universitaire, vit actuellement au Canada.

4Henri Germain Antoine Roux est né le 18 août 1882 à Bressols, une commune du Tarn-et-Garonne, près de Montauban. Son père était tailleur. Entré en 1901 à l’École militaire spéciale de Saint-Cyr, il en sortit en 1903 avec le grade de sous-lieutenant. Il devint lieutenant en 1907. En 1912-1913, il était au département de la géologie de l’Indochine. Il apprit de nombreuses langues : allemand, espagnol, lao, vietnamien et thaï. Il prit part à la Première guerre mondiale et fut décoré de la Légion d’honneur. De 1931 à 1936, il fut attaché militaire à la légation de France de Bangkok. Il semble qu’il prit sa retraite en 1947 et s’installa en Indochine.

5Quand il s’installa à Bangkok, le lieutenant-colonel Roux avait une réputation bien établie dans le domaine de l’ethnologie. Il avait publié dans le Bulletin de l’École Française d’Extrême-Orient deux longs articles sur les minorités akha, phu noi, puis khmu qui firent longtemps autorité (Roux 1924 ; Roux & Tran 1927). Le premier article mentionné a été récemment traduit en anglais et publié à Bangkok sous forme d’ouvrage (Roux 2011). Le chef de bataillon Roux de l’infanterie coloniale – son grade à l’époque – commandait alors le 5e Territoire militaire du Nord Laos, à la frontière chinoise. Il fit partie de ces militaires ethnologues dont les figures les plus connues sont sans doute le lieutenant-colonel Auguste Bonifacy (1856-1931) et le commandant Étienne Lunet de Lajounquière (1861-1933) (Michaud 2014). Dans un numéro d’octobre 1931, signalant la nomination du lieut-col. Roux à la légation de France au Siam, un journaliste commentait : « tout le monde regrettera que le meilleur annamitisant de nos officiers d’active ne retourne pas en Indochine » (Anonyme 1931 : 271).

6Son travail à Bangkok fut bien différent. En juin 1932, même s’il était encore relativement nouveau à son poste (et dans cette fonction), il avait déjà de nombreux contacts dans l’armée siamoise, et, bien évidemment, parmi les officiers formés en France, comme l’était en partie le roi Prajadhipok lui-même.

  • 2 Le coup d’État du 6 octobre 1976, dirigé par l’amiral Sa-ngad Chaloyu, fut précédé du massacre de p (...)

7Les rapports du Lieut-col. Roux confirment combien ce premier coup d’État réussi s’est fait dans le calme, voire dans l’indifférence, de la majorité de la population. Finalement, ce fut le prototype suivi par la plupart des dix-neuf coups d’État suivants, l’usage de la violence relevant plutôt de l’exception2. Ce que l’on retient d’abord, c’est l’habileté du roi Prajadhipok qui, alors que sa situation était précaire au mois de juin, était redevenu le personnage central en novembre.

8On peut seulement regretter de ne pas pouvoir lire les rapports de Roux pour les années suivantes. En effet, le 20 juin 1933, un second coup d’État renversa un Premier ministre phraya Manopakon Nitithada, plutôt favorable à la monarchie, pour mettre au pouvoir le général phraya Phahon Phonphayuhasena, un des promoteurs du coup de juin 1932. En octobre 1933, le prince Bovoradet fomenta une rébellion considérée comme pro-royaliste à partir des troupes de la ville de Nakhon Ratchasima. Les troupes rebelles furent cependant écrasées au nord de Bangkok et Bovoradet put s’échapper vers l’Indochine française. Les relations des promoteurs du coup d’État de 1932 avec le roi se détériorèrent à partir de ce moment. En 1934, il fit un voyage en Europe (Allemagne, France, Italie, Vatican, Angleterre, etc). Il s’installa durablement en Angleterre, officiellement pour raison de santé, avant d’abdiquer le 2 mars 1935.

9Disponibles donc aujourd’hui pour un large public en français et en thaï, gageons que ces rapports seront bientôt traduits en anglais, afin d'en élargir l'audience même auprès des spécialistes de la Thaïlande contemporaine. Notons que la lecture de la partie française est parfois insatisfaisante, car la reproduction des rapports en fac-similé est de qualité inégale. Ainsi, c’est lorsqu’on se réfère à la traduction thaïe que l’on comprend le général blessé lors du coup d’État est le phraya Senasongkhram, le texte français étant quasiment illisible à cet endroit (p. 45, 71). Plus généralement, la comparaison des deux textes montre ainsi que ce que Roux nomme coup d’État (militaire) est systématiquement traduit en thaï par kanpatiwat (révolution), plutôt que par ratthaprahan, par exemple.

  • 3 Dans un article paru début 1933, le baron de La Pomarède signale la présence au Siam de deux-cent-v (...)

10L’article de Naris Charaschanyawong qui constitue la seconde partie du livre (45 pages dont sept de notes et une dizaine d’illustrations) n’est pas traduit en français. Il revient largement sur les sources étrangères disponibles concernant ce que les Thaïlandais continuent de nommer « la Révolution de 1932 » alors qu’il serait plus juste de parler des « évènements de 1932-1933 ». Le groupe d’édition et de presse Matichon-Sinlapa-watthanatham a entrepris de traduire en thaï des sources étrangères sur ce qui s’est passé au Siam en 1932. En 2007, ce sont des documents diplomatiques japonais qui ont été traduits en thaï et publiés et le mensuel Sinlapa-watthanatham a même publié un article d’août 1932 du magazine français L’Illustration dans son numéro de juin 2012. D’autres témoignages de journalistes français présents à Bangkok en 1932 pourraient suivre (Clément 1934)3.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 1931, « Échos d’Indochine », L’Indochine. Revue économique d’Extrême-Orient, 128 : 271.

CLÉMENT, Pol, 1934, « Chez nos voisins et amis au Siam », Le Monde Colonial Illustré, XI : 22-23.

FUWONGCHAROEN, Puli, 2016, « Kanpatiwat ph. s. 2475 nai saita khong “khon nok”. Ekkasan thangthut wasuai sayam yuk lang plianplaeng kanpokkrong/The Revolution of 1932 in the Eyes of “Outsiders”. Diplomatic Documents Concerning Siam after the Fall of the Old Regime », King Prajadhipok’s Institute Journal, 14 (2) : 47-62.

LA POMARÈDE (baron de), 1933, « Le Siam et les influences étrangères », Affaires étrangères, 3 (8) : 457-477.

LA POMARÈDE (baron de), 1934a, « Le nouveau Siam et ses tendances », Études (5 septembre).

LA POMARÈDE (baron de), 1934b, « The Setting of the Siamese Revolution », Pacific Affairs, 7 (3) : 251-259.

MICHAUD, Jean, 2014, « French Military Ethnography in Colonial Upper Tonkin (Northern Vietnam), 1897-1904 », Journal of Vietnamese Studies, 8 (4) : 1-46.

PARKPRIAW, Pimploy, 2010, La révolution siamoise de 1932 d'après le lieutenant-colonel Henri Roux, Nakon Pathom, université Silpakorn, mémoire de maîtrise, département d’études françaises, URL : http://www.sure.su.ac.th/xmlui/handle/123456789/8570?attempt=2&.

ROUX, Henri, 1924, « Deux tribus de la région de Phongsaly (Laos septentrional) », Bulletin de l’École française d'Extrême-Orient, 24 : 373-500.

ROUX, Henri, 1954, « Quelques minorités ethniques du Nord-Indochine » France-Asie, numéro spécial, 92-93 : 135-419.

ROUX, Henri, 2011, The Akha and Phu Noi minorities of Laos in the 1920’s, Bangkok : White Lotus, traduction de l’article de 1924 par E. J. Tips.

ROUX, Henri & TRAN-Van-Chu, 1927, « Les Tsa Khmu », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 27 : 169-222.

SEIDENFADEN, Erik, 1956, « An Appreciation of Col. Henri Roux’s Quelques minorités ethniques du Nord Indochine », Journal of the Siam Society, 43 (2) : 143-145.

Haut de page

Note de fin

1 Les francophones ont également lu deux autres articles publiés du même diplomate, et, aujourd’hui, disponibles sur Internet (La Pomarède 1933, 1934a et 1934b).

2 Le coup d’État du 6 octobre 1976, dirigé par l’amiral Sa-ngad Chaloyu, fut précédé du massacre de plusieurs centaines d’étudiants de l’université Thammasat de Bangkok, mais les auteurs de ces massacres étaient des policiers des frontières et des scouts de village et non des militaires.

3 Dans un article paru début 1933, le baron de La Pomarède signale la présence au Siam de deux-cent-vingt Français, dont « douze ou treize » conseillers du gouvernement. Il s’agit surtout de juristes mais il y a également parmi eux trois ingénieurs diplômés de l’École centrale de Paris attachés au service de la ville de Bangkok (La Pomarède 1933 : 465). Le nombre de missionnaires devait être encore plus important.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Henri Roux, Pimploy Parkpriaw (พิมพ์พลอย ปากเพริยว) (traduction), การปฏิวัติสยาม ๒๔๗๕ ในทัศนะของพันโท อองรี รูซ์/La Révolution siamoise d’après le Lieutenant-Colonel Henri Roux »Moussons, 41 | 2023, 265-268.

Référence électronique

Jean Baffie, « Henri Roux, Pimploy Parkpriaw (พิมพ์พลอย ปากเพริยว) (traduction), การปฏิวัติสยาม ๒๔๗๕ ในทัศนะของพันโท อองรี รูซ์/La Révolution siamoise d’après le Lieutenant-Colonel Henri Roux »Moussons [En ligne], 41 | 2023, mis en ligne le 27 juin 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/10821 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.10821

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Sociologue, historien, chargé de recherches au CNRS de 1992 à 2016. Chercheur associé à Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search