Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42ArticlesUn refuge au pied du Vercors. L’e...

Articles

Un refuge au pied du Vercors. L’expérience du centre provisoire d’hébergement de Cognin-les-Gorges (1977-1992)

A Refuge in the Vercors Foothills. The Experience of the Temporary Accommodation Center (1977-1992)
Philippe Hanus
p. 31-54

Résumés

Entre 1977 et 1992, environ 2 750 réfugiés, cambodgiens, laotiens et vietnamiens ont séjourné au centre provisoire d’hébergement de Cognin-les-Gorges (Isère). Pouvoirs publics et monde associatif ont alors coopéré pour organiser l’accueil des familles asiatiques dans ce petit village des Préalpes. Cette singulière expérience sociale basée sur la rencontre entre des personnes exilées et la population locale a marqué les esprits. Cet article se propose d’en retracer l’histoire et d’en interroger les mémoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression anglaise « boat people », dont l’équivalent n’existe pas en langue française, désigne (...)

1Dans la seconde moitié des années 1970, le « petit écran » a fait vivre, presque en direct, à des millions de téléspectateurs occidentaux la tragédie des boat people1 égarés en mer de Chine. Dans un élan compassionnel nombreux furent les Français qui, par humanisme, conviction religieuse ou politique, ont durablement uni leurs efforts pour recevoir des familles exilées dans leur commune. Attitude philanthropique dont témoigne cette manchette du journal Var Matin du 30 novembre 1978 : « Les Varois toujours plus généreux, prêts à accueillir une centaine de réfugiés. » Le 24 juin 1981, le quotidien catholique La Croix publie une enquête confirmant que cette mobilisation dans l’accueil, ainsi que dans l’insertion économico-sociale, des Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens ne faiblit pas. Pour étayer son propos, le journaliste s’est rendu dans une permanence de la Fédération pour l’aide et le secours immédiat aux réfugiés du Sud-Est asiatique, dont le standard résonne d’appels téléphoniques en provenance de toutes les régions de France : « Vous appelez des Sables-d’Olonne… Vous pouvez accueillir une femme seule… Il y a une réfugiée qui vous conviendrait au centre d’hébergement de Reims… Je vous recontacte ». Des plus hautes autorités de l’État aux Maisons des jeunes et de la culture (MJC), en passant par les paroisses rurales et les organisations patronales, la population française a, semble-t-il, manifesté des sentiments de bienveillance et de compassion à l’égard des exilés du Sud-Est asiatique pendant plus d’une décennie (Meslin 2020 : 49-92).

  • 2 Celle-ci a été accompagnée de rencontres scientifiques et artistiques sur le thème de l’accueil des (...)

2Afin de mieux comprendre comment une telle dynamique hospitalière, fédérant acteurs institutionnels, associations à but humanitaire et représentants du monde économique, a été mise en œuvre sur le terrain, je porterai mon regard sur l’expérience du centre provisoire d’hébergement (CPH) de Cognin-les-Gorges, situé au pied du massif du Vercors, à une quarantaine de kilomètres de Grenoble, qui a accueilli 2 750 réfugiés entre 1977 et 1992. Pour ce faire, je m’appuierai sur une recherche ethno-historique, initiée en 2017 par la municipalité de Cognin, qui a débouché sur l’écriture d’un ouvrage (Hanus & Vanderlick, 2020) et la réalisation d’une exposition itinérante : « Sur la route de l’exil. Un centre d’hébergement pour réfugiés à Cognin-les-Gorges (1977-1992)2 ».

3Pour rédiger le présent article, je me suis appuyé sur une trentaine d’entretiens (réalisés par Benjamin Vanderlick au printemps 2017) avec des exilés adultes et leurs enfants, arrivés en France en bas âge, permettant de saisir les trajectoires personnelles et familiales, mais aussi avec des militants de diverses organisations non gouvernementales (ONG), des élus locaux, enseignants et salariés du centre. Ceux-ci ont été complétés par l’analyse d’un corpus d’archives publiques et privées, des articles de presse, des œuvres testimoniales, combinés aux données statistiques disponibles dans la littérature scientifique.

4Après avoir brossé à grands traits le contexte géopolitique international, puis les modalités de l’accueil en France des populations réfugiées en provenance d’Asie du Sud-Est, je présenterai les particularités de la mise en place d’un centre d’hébergement en milieu rural. Je me focaliserai ensuite sur l’aspect expérientiel de la vie au foyer de Cognin-les-Gorges en mettant tout particulièrement l’accent sur la rencontre entre populations réfugiée et riveraine, ainsi que sur les formes d’ancrage des exilés dans leurs nouveaux territoires de vie, des années 1970 à nos jours ; manière de faire entendre la voix de ces « oubliés tombés dans les crevasses de l’histoire » (Diaz 2021 : 19) et ainsi de leur redonner une place légitime dans la mémoire collective, en allant à l’encontre d’une perspective globale et désincarnée des flux migratoires (Galitzine-Loumpet & Saglio-Yatzimirsky 2018).

Crise humanitaire dans un contexte de guerre froide

  • 3 Les termes « Indochine » et « Indochinois » apparaissent constamment dans les documents d’époque. I (...)

5À partir du printemps 1975, différentes organisations révolutionnaires d’obédience communiste prennent le pouvoir dans les pays de l’ex-Indochine française3 : les Khmers rouges s’emparent du Cambodge, tandis que le Pathet Lao triomphe au Laos et que les forces du Nord Vietnam provoquent la chute de Saïgon. Ces nouveaux régimes accouchent de dictatures qui n’auront de cesse de traquer, emprisonner et exécuter celles et ceux qui sont perçus comme des ennemis, et vont ainsi placer la population dans un climat délétère de privations, de surveillance et de délation. En outre, l’instauration de tels États totalitaires favorise le développement de conflits entre classes sociales ainsi qu’entre ethnies et active, particulièrement au Cambodge, l’opposition entre « urbanité décadente » et « ruralité authentique », accrus par les déplacements forcés de milliers d’individus. C’est dans un tel contexte, exacerbé sur le plan international par les enjeux idéologiques de la guerre froide, qu’environ trois millions de personnes en provenance de la péninsule indochinoise sont contraintes à l’exil entre 1975 et 1990.

6Après celui des pays riverains – en particulier la Thaïlande où sont installés des camps de fortune, dont certains sous administration du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) – l’engagement à accueillir des États-Unis, du Canada, de l’Australie ainsi que de nombreux États européens est ainsi mis à rude épreuve.

  • 4 Entre 1970 et 1990, les statistiques officielles recensent 128 531 ressortissants de l’ancienne Ind (...)
  • 5 Nonobstant son engagement pour la cause des réfugiés, la diplomatie française éprouve bien des diff (...)

7L’exode massif et continu de populations persécutées et la réponse internationale non moins massive à cette crise, projettent le HCR dans un rôle de chef de file à l’occasion d’une opération humanitaire hautement médiatisée. Ce fort élan de solidarité va se concrétiser en France à travers l’accueil de près de 130 000 personnes, pendant une quinzaine d’années environ4. Celles-ci bénéficient d’un traitement exceptionnel du fait de la récente élaboration d’un cadre juridique international en matière de droit d’asile : la Convention de Genève de 1951, complétée par le protocole de Bellagio de 1967, impose aux États la prise en charge des réfugiés (Lochak 2013). On pourrait voir dans cet accueil un simple altruisme social et solidaire de la part de la France à l’égard de ces étrangers, ex-colonisés. Mais la mobilisation française en faveur des réfugiés prend une tournure éminemment politique, dans le contexte idéologique de la guerre froide. Elle permet en effet à la France post-gaullienne de réaffirmer son adhésion au bloc euratlantique (Meslin 2006 : 36 ; Akoka 2020 : 186). Cette prise de position est d’autant plus remarquée que l’accueil des réfugiés du Sud-Est asiatique prête à la mandature Giscard-d’Estaing, placée à droite sur l’échiquier politique, un caractère philanthropique, traditionnellement associé aux valeurs de la gauche. Cette image est d’autant plus importante pour la France qu’elle peut ainsi redorer son blason de « pays des droits de l’homme », entaché par le souvenir des guerres de décolonisation5. Par ailleurs, en dépit de leur revendication de neutralité politique, les mouvements humanitaires de la décennie 1970-1980, sont ainsi mis en scène, à travers la spectacularisation télévisuelle du sauvetage des boat people, comme la preuve tangible de la supériorité morale des régimes occidentaux sur les régimes communistes (Ryfman 2016).

Création d’un dispositif national d’accueil des réfugiés

8Au cours des années 1970, tandis que la France est confrontée à un ralentissement de son économie, les pouvoirs publics mettent en place une série de mesures protectionnistes, notamment celle qui consiste à fermer les frontières à l’immigration de travail, à partir du 3 juillet 1974, et à favoriser le retour volontaire des étrangers. Cependant, cette réorientation de la politique migratoire française n’empêche pas l’accueil de réfugiés en provenance du Chili, après le coup d’État contre Salvador Allende, ni celui des rescapés du Sud-Est asiatique après la prise de Saïgon. Cette paradoxale « hospitalité républicaine » (Gotman 2001 ; Bessone 2015) en contexte de crise économique a de quoi surprendre, mais au-delà de la philanthropie, les pouvoirs publics ont une approche très utilitariste et pragmatique de la situation. Pour les services de l’État, le migrant désirable prend désormais le visage de l’Asiatique, décrit dans les discours publics comme un travailleur docile et discret, ambassadeur d’une civilisation millénaire, spirituelle et raffinée. Aussi, ces « bons étrangers » bénéficient-ils d’une intégration facilitée, grâce à cette construction idéologique et au mouvement de solidarité pour les victimes des dictatures communistes (Meslin 2011 : 83 ; Luguern 2016).

  • 6 Le choix d’une structure associative veut éviter une éventuelle crise diplomatique avec les gouvern (...)
  • 7 Organisme, créé par la loi du 23 juillet 1952, chargé de veiller à l’application, en France, de la (...)

9Le gouvernement français inaugure une politique d’accueil et d’encadrement des réfugiés du Sud-Est asiatique, à l’issue du Conseil des ministres du 5 mai 1975. Celle-ci s’appuie concrètement sur le Comité national d’entraide franco-vietnamien, franco-cambodgien et franco-laotien, structure associative présidée par l’ancien ministre Jean Sainteny6. Des quotas fixent mensuellement le nombre d’arrivants, de 700 à 1 500 par mois selon les périodes. C’est la Croix-Rouge qui est chargée d’escorter jusqu’en France les réfugiés, qui sont dans l’obligation de déposer une demande de reconnaissance individuelle auprès de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra)7. Mais, dans la mesure où l’État organise lui-même leur transfert vers la France, en leur délivrant des visas avant leur départ, ils obtiennent le statut de réfugié quasi systématiquement et n’ont pas à apporter les preuves de leur persécution, comme c’est le cas d’ordinaire. En lien avec les préfectures, le secteur associatif se voit alors confier la responsabilité de piloter ce dispositif, de la prise en charge quotidienne des réfugiés à la coordination des différents acteurs mobilisés dans leur insertion socio-économique. Face à la densité et la longévité de l’exil du Sud-Est asiatique, la décentralisation de l’accueil s’impose rapidement comme un enjeu important, une condition nécessaire à la réussite du dispositif (Massé 2001). En outre, certains experts craignent la constitution de « communautés asiatiques », voire de « ghettos jaunes » en région parisienne (Simon 2015).

Le modèle du centre provisoire d’hébergement

10Pour les exilés, majoritairement arrivés par avion à Orly, le temps du séjour dans un centre de transit de la région parisienne dure deux à trois semaines. Il est consacré à un contrôle sanitaire de dépistage, une mise à jour des documents administratifs, ainsi qu’à une information générale sur la vie en France. La grande majorité d’entre eux est ensuite transférée vers l’un des 116 centres provisoires d’hébergement (CPH) répartis dans 68 départements, soit un réservoir d’environ 4 500 places. La plupart des CPH sont d’anciens foyers pour travailleurs immigrés, en partie inoccupés depuis l’arrêt de « l’immigration de travail » en juillet 1974, ou des édifices vacants disséminés en territoire rural. L’accès à tel ou tel CPH varie selon les places disponibles, les possibilités d’embauche dans le bassin économique local et les réseaux personnels des réfugiés. Certaines régions urbanisées et à forte densité industrielle comme la région Rhône-Alpes offrent davantage d’opportunités d’emploi à court terme. Le secteur tertiaire est bien représenté dans les grandes villes, tandis que les candidats à l’agriculture, en particulier les Hmong du Laos, sont prioritairement affectés dans les zones rurales comme les Cévennes ou le Jura (Gauthier 2001).

11Les centres provisoires d’hébergement, comme leur nom l’indique, ne sont ni des camps, ni des ghettos pour réfugiés. En principe, le terme « provisoire » implique un programme bien précis : le réfugié, après un séjour de trois mois – qui est souvent renouvelé jusqu’à six, voire neuf, mois – qui lui permet de récupérer des traumatismes de la guerre ou de l’internement et d’acquérir des linéaments de langue française, doit pouvoir acquérir une autonomie suffisante pour quitter le centre, se loger, vivre de son travail et affronter les tâches quotidiennes. Le temps de séjour en centre est donc considéré comme une période d’accompagnement social avant la reprise du cours normal de l’existence. Il est aménagé afin de régler les problèmes les plus importants pouvant nuire à une insertion sociale de qualité : les aspects sanitaires, les questions d’ordre culturel, les problèmes économiques et sociaux. Après l’expérience du CPH, les réfugiés doivent trouver des logements individuels et chercher un emploi afin de redevenir autonomes. Ce sont alors souvent les comités d’accueil à l’échelle municipale qui les aident dans leurs démarches.

12Traumatisés par les événements qui les ont obligés à quitter leur pays, puis par l’exil lui-même, les réfugiés, dès leur arrivée, se trouvent confrontés simultanément à une multitude de problèmes administratifs, matériels, linguistiques, sanitaires, psychologiques. Pour ceux, nombreux, qui ne disposent pas d’attaches familiales en France, l’hébergement au sein du CPH, sorte de « foyer de substitution », est donc un moment crucial susceptible de les aider à prendre place dans la société française.

13Les réfugiés ont certes la possibilité de choisir la région et parfois le centre dans lequel ils vont être envoyés, mais ils ne disposent guère d’informations relatives au contexte géographique précis, d’où la déconvenue de certaines familles provenant des villes lorsqu’elles se retrouvent dans des territoires ruraux isolés.

Le centre d’hébergement de Cognin : au service de l’accueil d’urgence

14La région Rhône-Alpes, qui compte une quinzaine de CPH, se distingue par son dynamisme, tant du point de vue des effectifs accueillis que du point de vue des formes d’accueil expérimentées, aussi bien en ville qu’en milieu rural. Au cours de l’été 1979, le préfet de l’Isère, Jean-Claude Aurousseau, se félicite de la collaboration entre organismes (para)publics et associations :

  • 8 « Visite du préfet de l’Isère au centre d’hébergement des réfugiés du Sud-Est asiatique », Journal (...)

J’ai constaté que l’accueil des Vietnamiens se fait de façon exemplaire et que les possibilités de développement de cette action au cours des prochains mois seront très importantes. Actuellement […] il y a à peu près cent-vingt réfugiés qui sont dans le département de l’Isère […]. Cent supplémentaires à partir de septembre dans les foyers de jeunes travailleurs et cent supplémentaires dans les maisons familiales de vacances à partir de septembre, ce qui vous indique qu’il y a la variété des supports qui vont nous permettre d’accueillir dans des conditions parfaites ces réfugiés et leur permettre de se réinsérer le plus rapidement possible dans la vie économique du département8.

Organiser l’accueil de familles réfugiées en Isère

15C’est sur la commune de Lumbin, à une quinzaine de kilomètres de Grenoble, dans la maison familiale de Louis Fabre, un ingénieur retraité engagé dans le catholicisme social, qu’est installé, dès le printemps 1975, le premier CPH de l’Isère. Cette ancienne demeure bourgeoise avait été aménagée après 1945 en centre de vacances catholique. Avec l’appui des membres d’un réseau de chrétiens progressistes grenoblois, Louis Fabre y organise l’accueil de quelque 450 réfugiés du Laos, Cambodge et Vietnam du 8 mai 1975 au 15 juin 1977. Épuisé par cet incessant labeur et de nombreuses tracasseries administratives, il se voit contraint de renoncer à son activité d’hébergement au début de l’été 1977 (Cogne & Duclos 2008 : 117). Anticipant la fermeture du CPH de Lumbin, les responsables du Secours catholique isérois se mettent en quête d’un lieu de substitution susceptible d’accueillir les familles de réfugiés. Ils finissent par découvrir l’existence d’un édifice vacant à Cognin-les-Gorges : le pensionnat Saint-Joseph, institution éducative religieuse ouverte dans les premières décennies du xxe siècle ayant cessé son activité en novembre 1974. Cet édifice, désormais propriété de la commune, est en friche.

Le centre d’hébergement, une opportunité pour le village de Cognin ?

  • 9 Association créée à Grenoble en 1979 dans le but, comme le précisent ses statuts, « de mobiliser to (...)
  • 10 Entretien du 15 février 2017.

16Dans la séance du 10 mai 1977 du conseil municipal de Cognin-les-Gorges, le maire Louis Boucher évoque la démarche en cours avec le Secours catholique et la Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales (DDASS) en vue de la location de l’ancien pensionnat. Les « conditions de logement demandées paraissent pouvoir être satisfaites ». La municipalité se montre donc favorable à sa location. On devine l’intérêt pour un petit village, majoritairement agricole d’à peine 350 habitants – organisé autour de sa mairie-école, son église et son bar-épicerie – aux ressources financières limitées, d’une telle opportunité : aides publiques, emplois, développement des commerces locaux. En outre, la location proposée serait financièrement « très intéressante ». Enfin, pour pourvoir à l’instruction des jeunes réfugiés, il est décidé l’ouverture d’une classe supplémentaire dans l’école communale. La proposition du Secours catholique est donc acceptée à l’unanimité des voix du conseil et le nouveau CPH ouvre ses portes en juin 1977. Sa gestion directe est confiée au Comité dauphinois de secours aux réfugiés du Sud-Est asiatique9. Au cours des six premiers mois, afin de respecter les normes des lieux recevant du public, de nombreux travaux doivent être réalisés : « Il a fallu refaire tous les sanitaires, les escaliers, mettre des fosses septiques, et mettre en sécurité le bâtiment. Il a fallu aménager des dortoirs, remettre les cuisines en état, refaire l’électricité, les plomberies, repeindre. Ce sont des artisans locaux qui ont travaillé à cette remise en état » expliquent Joseph Michallet et Albert Glénat, deux anciens conseillers municipaux10.

Une équipe polyvalente

  • 11 Archives du Secours catholique de l’Isère, Registre des entrées et sorties du personnel.
  • 12 Entretien du 15 février 2017. Simone Michallet est l’épouse d’un ancien conseiller municipal.

17Le 1er septembre 1977, les statistiques de l’établissement précisent que 90 réfugiés sont déjà hébergés au sein du nouveau CPH de Cognin. Ceux-ci sont encadrés par une équipe d’une vingtaine de salariés, renforcée ponctuellement par quelques personnes dont les missions sont de courte durée. La liste du personnel employé au centre fait apparaître une centaine de patronymes de 1977 à 1992, parmi lesquels quelques exilés, embauchés ponctuellement en cuisine, comme moniteurs interprètes ou encore comme surveillants de nuit11. Le recrutement d’habitants du village pour des vacations a certainement joué en faveur de l’appropriation symbolique de cet établissement par les riverains : « On a des cousines qui sont allées travailler là-haut, à la cuisine, ou pour garder les petits. Et puis notre gendre, après l’armée, il s’est fait embaucher pour déménager les réfugiés ou pour les conduire chez le dentiste, le médecin, à la pharmacie » raconte Simone Michallet, habitante de Cognin12.

  • 13 JT Alpes, France 3, 21 mars 2009.

18À quelques exceptions près, le personnel du centre de Cognin a très peu d’expérience dans le domaine de l’accueil des étrangers ou de l’urgence. Cependant, au fil du temps, cette équipe polyvalente se professionnalise et fait montre d’un engagement important comme en témoigne sa directrice, Claire Billari, qui, dit-on, se rend « disponible jour et nuit13 ». Le personnel semble répondre aux besoins de façon pragmatique dans la vie quotidienne de la structure, ainsi qu’en témoigne Christiane Veyret, officiellement embauchée comme monitrice éducatrice :

  • 14 Agent hospitalier, âgée de 59 ans lors de l’entretien du 20 avril 2017.

Du lundi au vendredi, je gardais les petits, tant qu’ils ne pouvaient pas aller à l’école, pour que leur maman puisse apprendre le français. Au centre, j’ai presque tout fait : la pharmacie, les soins, le ménage, l’entretien. Je téléphonais aux entreprises quand il y avait un problème de chaudière. J’ai fait la cuisine. J’allais faire les courses à Saint-Marcellin et me rendais à Seyssinet pour apporter le linge tous les deux mois. Je faisais aussi des tours de garde du vendredi au lundi matin14.

Trouver refuge au pied de la montagne

19Au départ de Paris les réfugiés sont convoyés en autocar jusqu’au centre de Cognin, qu’ils rejoignent fréquemment de nuit. Cet « accueil 24h/24 » suppose une extrême souplesse dans l’organisation du travail et un sens aigu des responsabilités. Il s’agit en effet de prendre en charge des personnes sans ressource, fatiguées d’avoir franchi des milliers de kilomètres à pied, en bateau, en avion ; des personnes déboussolées par la guerre, la vie dans les camps et la séparation brutale d’avec leurs proches. Kim Dung Tran, venue du Vietnam et ancienne résidente du CPH de Cognin, se souvient :

  • 15 Épouse d’un ancien fonctionnaire vietnamien, âgée de 78 ans lors de l’entretien du 20 mars 2017. El (...)

On s’est enfuis au mois de juin 1978 […] On part, toute la famille, avec les cousins, les parents […]. On était sur un bateau de dix-huit mètres avec cent trente personnes à bord […]. Le troisième jour, un bateau de pêche thaïlandais nous a approchés […]. Tout le monde a eu peur, on a sauté sur le bateau thaïlandais. On était tombé sur quelqu’un de gentil […]. On a passé un mois dans un centre de réfugiés en Thaïlande. Après on est montés à Bangkok. On est restés une semaine à Bangkok et après l’ambassadeur a demandé pour qu’on soit considérés comme réfugiés politiques en France, ou en Australie ou aux États-Unis. La France nous a proposé en premier […]. Après on est arrivés à Paris où il fallait rester au moins une dizaine de jours pour faire tout ce qui est papiers […]. On est arrivés à deux familles, mais la famille de mon oncle a fait un transfert par le centre de Créteil. Et nous on a atterri au centre d’Herblay […]. Je crois que c’est dans une résidence étudiante. À Paris, ils nous demandaient de choisir notre destination, Bordeaux, Toulouse, etc. Ils donnent les endroits qui ont des centres de réfugiés et ils nous font une proposition. Et on a fait la proposition de Grenoble. On ne connaît pas Cognin-les-Gorges. Et après, on nous amène par là. On arrive au mois d’août 197815.

20Ce que laisse entendre la suite de son témoignage, c’est qu’au terme d’un parcours sinueux, des familles élargies, séparées durant l’épreuve de l’exil, peuvent se retrouver hébergées dans le même CPH.

Une barrière montagneuse comme seul horizon ?

21Les réfugiés rejoignent un territoire inconnu et sont souvent déphasés. Ils n’ont la plupart du temps de la France qu’une représentation tronquée, celle de Paris en « ville lumière », et découvrent une ruralité à mille lieues de ces imaginaires de carte postale. Aussi, lorsqu’ils aperçoivent le site de Cognin, avec ses impressionnantes falaises couvertes de forêts, ont-ils le sentiment d’être perdus « au milieu de nulle part » et se sentent-ils écrasés par la barrière montagneuse du Vercors. Kim Dung Tran explique son désarroi : « Là on se dit : “ c’est foutu, ils nous ont enfermés à la montagne ! En prison, à nouveau !” À l’époque, on est encore dans le traumatisme de la guerre. Toutes les montagnes nous entouraient comme ça et nous on était très tristes, parce qu’au Vietnam les endroits où on a habité, sont en pleine ville ». Ce témoignage est corroboré par celui d’une réfugiée cambodgienne, Dany Long-Huiban, qui rejoint Cognin durant l’été 1988, après un séjour de six longues années dans les camps de Thaïlande :

  • 16 Elle est âgée de 62 ans lors de l’entretien du 20 avril 2017. Native de Phnom Penh elle est arrivée (...)

J’ai atterri à Créteil dans un centre d’hébergement de réfugiés politiques. J’y suis restée un mois, pour me soigner. Une fois que la santé va bien, on nous envoie à Cognin. Au début, je ne connais pas, j’ai juste dit à la directrice de Créteil, j’aime bien moitié la montagne, moitié la mer. Et on m’a proposé là. C’était dur au pied des montagnes. Ça me rappelle les périodes communistes, à l’époque où j’ai quitté mon pays, on a marché dans la montagne, pour traverser la frontière du Cambodge et arriver en Thaïlande. C’était des montagnes, des arbres, comme à Cognin. Mais c’est choquant, au début quand vous arrivez dans le village, c’était un peu triste, parce qu’on sort de la guerre et j’ai vécu en Thaïlande, c’était pas le paradis non plus. On n’a pas le droit de sortir des camps, on est entourés de barbelés. Et la nuit, il y a des bandits qui viennent violer les femmes et voler16.

22Pour ces exilés, la montagne est un lieu à fuir car

[Il est] peuplé seulement par les mauvais esprits et les tribus sauvages. Certains, au début de leur séjour, ne se sentent pas rassurés de devoir vivre dans un tel environnement. Il faut que les animateurs du centre organisent des promenades dans la montagne pour qu’ils constatent qu’il y a beaucoup de maisons et de gens et que c’est donc un lieu civilisé et rassurant. (Barou 1988 : 49.)

23Au bout de quelques semaines au centre de Cognin, les exilés s’adaptent et profitent de cette « parenthèse » pour reconstruire la cellule familiale au sortir des épreuves de la guerre et de l’expérience concentrationnaire. Pendant six ou huit mois, ils bénéficient d’un accompagnement social et d’une certaine bienveillance avant le grand saut dans la société française : « Au centre, quand on est arrivé, on met quand même longtemps pour sortir. Ils nous ont laissé nous reposer. Après, on n’entend plus la guerre, c’était reposant » se souvient Dany Long-Huiban.

24Outre un accompagnement par des psychologues, le CPH dispose d’une infirmière à mi-temps et d’une auxiliaire puéricultrice à temps plein. Les soins au centre sont prodigués par le docteur Ménade de Vinay qui se rend sur place une fois par semaine. S’il y a nécessité d’une intervention chirurgicale ou d’une hospitalisation, les réfugiés peuvent se rendre à l’hôpital de Saint-Marcellin ou au centre hospitalier universitaire de Grenoble, où l’équipe du professeur Ambroise Thomas, spécialiste des maladies tropicales, est très impliquée dans le suivi sanitaire des réfugiés souffrant de problèmes intestinaux et de nombreux parasites.

La vie quotidienne des réfugiés

25Dans le centre, chaque famille dispose d’une vaste pièce de 40 à 50 m2 qu’elle aménage à sa guise. Pour les plus démunis, la solidarité s’organise via le Secours catholique qui met à la disposition des réfugiés du matériel de cuisine ou des vêtements de seconde main, collectés dans tout le département. Chaque cellule familiale est responsable du ménage dans sa chambre, mais doit aussi effectuer des tâches d’entretien dans les parties communes : vider les poubelles, balayer le réfectoire, etc. D’aucuns parmi les réfugiés constatent qu’il est difficile de recevoir amis et familles en visite dans le centre en raison de la promiscuité qui y règne. On privilégie donc les retrouvailles à l’extérieur de l’établissement.

  • 17 Entretien du 20 mars 2017.

26Les repas sont préparés par l’équipe du centre. Les premiers temps, cette cuisine de collectivité de « tradition française » n’était pas adaptée aux goûts des réfugiés asiatiques : « En arrivant, j’étais presque anorexique, je n’arrivais pas à manger la nourriture française. La viande en France, c’est sans goût, du coup, ma mère, il fallait qu’elle récupère cette viande et après qu’elle la mette encore mariner dans des sauces épicées avant de la couper en tout petits morceaux » explique Thi Thanh Thuy Tran, arrivée en France en 1978, à l’âge de 17 ans17.

  • 18 Aggée de 86 ans lors de l’entretien du 17 avril 2017. Elle est salariée au centre dès son ouverture (...)

27Au fil du temps, l’intendance du CPH élabore une cuisine métissée correspondant davantage aux codes alimentaires des pensionnaires : « On faisait cuire du riz deux fois par jour. Les dames réfugiées m’avaient appris à le faire cuire à leur façon. Sinon on faisait de la cuisine française. Et elles avaient quand même un petit coin cuisine pour elles où elles pouvaient si elles voulaient – avec ce qui était déjà cuit – accommoder les plats à leur façon » raconte Reine Crêt, la cuisinière de l’époque18. Les premières familles ayant transité par Cognin, désormais installées à Grenoble, rendent visite à celles nouvellement arrivées et leur font parvenir des provisions asiatiques : « il y avait une famille qui était réfugiée en Thaïlande avec nous et donc quand on est arrivés, ils nous ont donné le nuoc-mâm pour manger, c’était quelque chose d’extraordinaire pour nous » se souvient Kim Dung Tran. Ces ressources alimentaires fournissent aux personnes en exil le moyen de manifester concrètement leur appartenance culturelle, ce qui contribue à les maintenir symboliquement en vie (Krowolski & Simon-Barouh 1993).

28Pendant toute la durée du séjour, les familles perçoivent un petit pécule leur permettant de couvrir les dépenses de première nécessité. En outre, sitôt le récépissé des cartes de séjour établi, elles perçoivent également les allocations familiales.

29Chaque samedi, les réfugiés peuvent ainsi se rendre au marché de Saint-Marcellin où ils trouvent quelques vendeurs de produits alimentaires asiatiques. L’un d’eux, marchand ambulant, se déplace également à Cognin une fois par mois. Le fait que le centre soit ancré dans un terroir agricole permet à ses pensionnaires de trouver sur place des denrées complémentaires : « À l’époque on avait des vaches. Et donc ils venaient chercher le lait à la ferme tous les soirs » explique l’ancien conseiller municipal, Joseph Michallet. Certains se livrent même à des activités de cueillette, ramassant l’ail des ours dans les sous-bois et les jeunes pousses de bambous qui s’épanouissent sur les rives des cours d’eau de ce village situé à 270 mètres d’altitude. Enfin, certains réfugiés cultivent des légumes sur un lopin de terre mis à leur disposition, à proximité du centre.

Apprendre les rudiments de la langue française

  • 19 Reportage au centre d’hébergement de Cognin, Journal télévisé FR3-Alpes, 17 mai 1989, Archives INA, (...)

30« Première urgence en arrivant à Cognin, apprendre le français. À raison de six heures par jour, les adultes se familiarisent avec la prononciation, le vocabulaire et la grammaire de notre langue19 ». Comme l’explique le journaliste dans ce reportage télévisé réalisé en 1989, les cours d’alphabétisation pour adultes sont intensifs car absolument nécessaires à l’insertion dans la société française, mais également fort utiles dans la recherche d’un emploi. Les pensionnaires doivent en effet apprendre, à travers la pratique de la langue, les rouages administratifs, les codes du travail, mais aussi les normes françaises. Trois professeurs, dont deux à mi-temps, assurent deux cours de niveau différent. Rita Savin, formatrice au centre, se souvient :

  • 20 Ibid.

Pour certains, c’est assez rapide, lorsqu’ils ont suivi des cours d’alphabétisation dans les camps ; idem pour ceux qui ont appris la langue française dans leur pays d’origine. Mais nous avions aussi beaucoup de primo-arrivants qui ne connaissaient pas du tout la langue française20.

31Les réfugiés qui maîtrisent des linéaments de français, appris en contexte (post)colonial, mettent à profit ces bases pour venir en aide aux autres pensionnaires. Chacun d’entre eux reçoit un enseignement de six heures de cours par jour, cinq jours par semaine pendant toute la durée du séjour à Cognin. Un effort est entrepris pour orienter cet enseignement vers la maîtrise d’un langage pratique, adapté aux exigences de l’insertion professionnelle et sociale. Somalay Kas-Hennequin native du Cambodge, expérimentée dans l’enseignement du français auprès d’enfants allophones (qui intervient au centre en tant que formatrice), met en œuvre une méthode particulière : sur un grand morceau de tissu elle accroche des figurines représentant des personnages évoluant dans un décor qui peut être domestique, professionnel ou un espace public. Cette technique audiovisuelle consiste à jouer de petites scènes devant les élèves qui doivent expliquer en français ce qu’ils voient et parler à la place des personnages. Ces séquences servent non seulement à les faire s’exprimer mais également à leur montrer les comportements, les habitudes et les coutumes françaises et à permettre une comparaison avec la société khmère. Son enseignement concerne des compatriotes marqués par de terribles événements, qui apprennent à se reconstruire en exil. Elle explique dans un récit autobiographique écrit quelques années plus tard, en 1990 :

Chacun de mes élèves, ici, doit apprendre lui-même à tenir son rôle dans la société française et à se mettre en situation. Comme la voix doit trouver le ton juste, le corps lui aussi doit adapter ses attitudes aux nouvelles conditions de vie […]. Désormais je parle avec des gens qui ont la même sensibilité, les mêmes préoccupations et les mêmes besoins de communiquer. La situation dramatique au Cambodge ne les laisse pas indifférents. Ce sont des hommes et des femmes qui n’ont pas encore oublié la faim, la peur et la souffrance. Je retrouve avec eux des émotions à partager. Je peux exprimer sans réserve mes émotions et mes sentiments. (Kas & Garnier 1990 : 49.)

Une école communale ouverte aux enfants réfugiés

32Avec l’ouverture du centre, l’école communale de Cognin – qui reçoit en moyenne annuelle un peu plus de 40 enfants réfugiés, soit environ 600 élèves allophones entre 1977 et 1992 – devient le lieu d’une expérience sociale inédite et un laboratoire de pédagogie active.

  • 21 Entretien du 18 avril 2017. Il est arrivé à Cognin en 1988, à l’âge de 8 ans.
  • 22 Entretien du 19 avril 2017. Elle est arrivée à Cognin en 1981 à l’âge de 35 ans.

33Lors de leur arrivée à Cognin, la plupart des enfants ne parlent pas français, à l’exception des représentants des élites ayant fréquenté les écoles françaises. La priorité est donc l’apprentissage linguistique, ce qui nécessite la présence constante de l’enseignante à leur côté : « La langue, ça a été difficile. Alors que j’étais à l’école régulièrement, je n’ai commencé à la maîtriser que vers l’âge de seize ans. Ils étaient conscients qu’on était différents, donc, ils nous proposaient davantage d’écoute » raconte Le Van Than, qui a été un jeune pensionnaire du CPH21. Or, cette tâche incombant aux enseignantes est rendue plus difficile avec le modèle de la classe unique, au sein de laquelle cohabitent des élèves de niveaux différents : CE2, CM1 et CM2. De surcroît, en raison des arrivées et départs incessants des familles de réfugiés, la progression normalement attendue ne peut être suivie. Il convient de préciser que les institutrices qui s’occupent des enfants réfugiés doivent faire travailler l’ensemble des élèves et ne sont pas spécialisées. Elles se forment « sur le tas », au contact direct des élèves ; cette expérience est difficile mais extrêmement gratifiante si l’on en croit les témoignages. Au fil du temps, avec beaucoup d’ingéniosité et de dévouement, ces enseignantes mettent en place un dispositif d’immersion directe au sein du cursus ordinaire des élèves. La cour de récréation est un lieu extrêmement intégrateur, favorable aux interactions spontanées entre enfants : « Ça c’est la magie de l’enfance, ça s’est fait complètement naturellement. Les Cognards allaient chercher les réfugiés dans leur coin, jouaient avec eux » (Annie Seguin, institutrice22).

34Une classe adaptée aux réfugiés avait été ouverte dès 1977, mais elle est fermée quelques années plus tard du fait d’une supposée baisse d’effectifs dans l’école communale. À de nombreuses reprises, le maire et les enseignantes, appuyés par les associations de parents d’élèves, se mobilisent pour que cette troisième classe dédiée spécialement à l’accueil des réfugiés soit maintenue. Dans un courrier adressé sous forme de plaidoyer à l’Inspection académique, demandant le maintien de la troisième classe à Cognin, en date du 12 avril 1984, l’institutrice Annie Seguin explique :

  • 23 AM Cognin, Dossier école communale.

Ces enfants arrivent pour la plupart ignorant totalement la langue française et n’ayant été scolarisés que quelques mois, et ceci très souvent dans des camps de façon très rudimentaire. De plus, ils ne restent pas une année scolaire complète d’où des effectifs très variables, des arrivées et des départs ayant lieu pratiquement tous les mois, ce qui ne simplifie en rien la tâche des enseignants. De façon à ce que ces enfants s’intègrent plus facilement, ils sont trois heures par jour (par roulement) dans les deux autres classes. Les enseignants de ces classes ayant déjà à leur charge trois cours de français ne peuvent que bien difficilement s’occuper d’alphabétisation. Sans la troisième classe, leur tâche devient quasi impossible, si ce n’est en abandonnant complètement les réfugiés à leur sort... 23.

35Certains enfants, traumatisés par l’épreuve de la guerre, nécessitent un accompagnement psychologique spécifique :

  • 24 Religieuse d’origine vietnamienne, employée comme interprète au centre.
  • 25 Annie Seguin. AM Cognin, Dossier école communale.

Il y en a qui étaient choqués. Ça se ressentait dans le comportement avec les autres élèves, avec l’adulte. En récré, ils étaient un peu agressifs. Ça ne s’est pas produit la première année. Ça s’est produit par la suite. C’est la troisième institutrice, Chantal Gosset, qui prenait souvent en charge ce genre de comportement. Elle montait très souvent au centre, discuter avec les responsables et la famille quand il y avait un problème. Solange Nguyen (monitrice-interprète du CPH) faisait alors l’intermédiaire et la sœur Marie Joachim la traduction24. Il y avait les Cambodgiens qui étaient restés longtemps dans des camps. Je me souviens d’un élève qui n’avait presque plus d’ongles à force d’avoir gratté la terre pour manger des racines. Ça, ça avait beaucoup frappé les autres enfants25.

Interrelations entre populations réfugiée et villageoise

36Dans un petit village, les nouveaux-venus ne laissent jamais indifférent, qu’ils viennent du proche ou lointain ailleurs. Ils suscitent des sentiments mêlés et contradictoires en fonction du contexte : attrait, curiosité, mais aussi parfois de l’inquiétude, voire de l’hostilité dans certaines circonstances. Quand bien même les recensements attestent-ils de la présence régulière de saisonniers italiens dès la seconde moitié du xixe siècle, ainsi que d’autres travailleurs immigrés européens à partir de 1920, le nombre important de réfugiés en provenance de divers continents – 60 personnes par an en moyenne pour un village de 350 habitants – a nécessairement marqué les esprits des villageois.

  • 26 Âgé de 70 ans lors de l’entretien du 18 avril 2017.

37Durant les quinze années de cette expérience, une frontière symbolique paraît s’être maintenue entre le centre d’hébergement – que l’on appelle régulièrement « là-haut », comme pour signifier un ailleurs dans les témoignages recueillis – et le reste de l’agglomération villageoise. Dans la mesure où les réfugiés sont occupés en journée au sein même de la structure d’accueil par diverses activités quotidiennes, les habitants les côtoient finalement assez peu dans les rues du village. Albert Glénat26, agriculteur et ancien conseiller municipal, se souvient :

J’avais des échanges avec eux parce que ma femme travaillait là-haut. Donc, j’allais y manger et on discutait. Avec les Laotiens, il y a eu des contacts qui étaient plus faciles, plus étroits. Moi personnellement, j’ai échangé avec des Laotiens, des Vietnamiens un peu, mais des Cambodgiens très peu. Ils étaient plus renfermés. Ils parlaient du génocide quand ils étaient là, alors que le génocide personne n’en parlait. Les Hmong, les autres les regardaient de haut.

38Le village de Cognin possède quelques commerces, qui sont autant de lieux de sociabilité ; des rencontres s’y déroulent ponctuellement entre « villageois » et « réfugiés ». Ainsi en va-t-il du bistrot où les jeunes de tous horizons aiment à se retrouver autour d’interminables parties de baby-foot ou de flipper.

39C’est à l’occasion des mariages et autres cérémonies célébrés au centre et pour lesquels les membres du personnel sont sollicités comme témoins, que le lieu a pu s’ouvrir aux riverains. Ancien élu, Joseph Michallet fait remarquer avec une pointe d’humour qu’il y avait à Cognin « deux fois plus de mariages de réfugiés que de Français ». En la circonstance, certains habitants ont été amenés à jouer le rôle de la « famille absente » lors de ces cérémonies. Les liens noués en ces occasions ont pu s’étoffer dans la longue durée.

Avec les habitants de Cognin, on n’a pas trop le temps de discuter. On se dépêche pour apprendre la langue et aller travailler. Dans nos rêves, c’est travailler, avoir un petit appartement pour vivre, pour les enfants. On n’ose pas aller à leur rencontre. Par contre on fait la fête avec les Villageois, souvent, pour notre Nouvel An à nous, ou le Nouvel An chinois, ou Noël. (Dany Long-Huiban, entretien du 20 avril 2017.)

  • 27 « Le Noël des réfugiés asiatiques », JT FR3 Alpes, 24/12/1987, Archives INA, LXC02006868.

40En effet, à intervalles réguliers, ces fêtes du calendrier civil et religieux favorisent des rencontres ponctuelles entre population réfugiée et villageois. Pour les exilés, ce sont des occasions privilégiées de participer aux traditions dauphinoises, notamment lors de la « vogue » (fête votive), des comices ou des foires agricoles et pour les « gens du pays » de découvrir certains traits culturels de l’Asie du Sud-Est. Le Nouvel An vietnamien ou khmer est prétexte à l’organisation de fêtes au centre, au cours desquelles s’opère « la rencontre des mondes ». Celles-ci, reprenant le rituel des kermesses scolaires, intègrent fréquemment des saynètes de théâtre populaire : « Pour le Têt, nous les enfants, on faisait le spectacle. On était peut-être une petite quinzaine de gamins à être maquillés en gendarmes ». Le Van Than évoque ici une interprétation de la « Tactique du gendarme » de Bourvil, préparée en classe, qui a marqué les esprits des villageois. Les rituels liés au Nouvel An génèrent d’authentiques expériences interculturelles : « Les réfugiés, quand ils vous souhaitaient la bonne année, ils vous nouaient des bracelets avec des petits morceaux de fil en coton, puis ils faisaient un geste dessus, pour vous porter bonheur » se souvient Reine Crêt, l’ancienne cuisinière. Un reportage télévisé présente les festivités de Noël à Cognin en 1987. On y découvre, outre la préparation collective des traditionnelles bûches, une représentation de danses khmères interprétées par de jeunes pensionnaires, puis l’arrivée du Père Noël venu distribuer des cadeaux aux enfants. Ensuite, trois adolescents asiatiques, accompagnés de leurs guitares, interprètent en langue vietnamienne, Sarà perqué ti amo de Ricchi e Poveri, chanson culte de la variété italienne, que la foule enthousiaste des convives reprend à l’unisson en frappant dans les mains27.

41D’aucuns parmi les témoins se souviennent également de la grande fête organisée pour le dixième anniversaire de l’établissement, qui a rassemblé une foule importante en présence de dignitaires catholiques et de représentants des autorités civiles. Il s’agissait, selon ses protagonistes, d’honorer le village de Cognin pour son accueil, de souligner l’efficacité du centre et de son personnel et de proposer une rencontre amicale à tous ceux qui aident les réfugiés.

42Le pays de Saint-Marcellin connait une réelle dynamique culturelle et associative toute l’année. Aussi, durant les fins de semaine, des activités de loisir sont-elles régulièrement proposées aux pensionnaires qui prennent la forme d’ateliers de gymnastique, de couture ou d’excursions à la découverte de la région et en particulier du Vercors. Les réfugiés se souviennent avec émotion de « sorties à la neige », élément que la plupart d’entre eux n’avaient jamais pu observer directement avant leur exil en France. Pendant les congés scolaires, les enfants peuvent également fréquenter les centres de loisirs, la patinoire de Grenoble ou partir en colonies de vacances. L’association des étudiants vietnamiens de Grenoble vient régulièrement proposer des activités culturelles au centre. Les pensionnaires du CPH ont aussi la possibilité de participer à des voyages d’agrément à Paris ou sur la Côte d’Azur. Il existe enfin un système de parrainage des réfugiés dans des familles bénévoles des environs qui leur proposent des loisirs chaque fin de semaine. D’autres formes d’hospitalité s’inventent également spontanément grâce au réseau de parents d’élèves.

Le long chemin de l’insertion dans la société française

43Au sortir de leur expérience de plusieurs mois au CPH de Cognin, les réfugiés sont censés reprendre une existence autonome. Un réseau de solidarités piloté par Solange Nguyen, la monitrice-interprète qui les suit, se tisse et permet au centre d’être informé des difficultés rencontrées par ses anciens pensionnaires dans la recherche d’un logement et de travail. Le personnel de l’établissement, connaissant bien les réfugiés, sert souvent d’intermédiaire avec les employeurs lors du retour sur le marché du travail ou lors du choix d’un appartement.

Trouver un nouveau logement

44Les réfugiés s’épaulent souvent entre eux, notamment les « pionniers », ayant rejoint la France dès 1975, ou d’autres immigrés asiatiques installés en France de longue date qui aident les derniers arrivés dans leurs démarches. Afin de structurer cette aide, une association des Cambodgiens de l’Isère se constitue à Grenoble en 1980. Enfin, le Comité dauphinois de secours aux réfugiés du Sud-Est asiatique apporte son soutien actif dans la recherche de logements. Il bénéficie de relais efficaces au sein de nombreux comités locaux répartis dans l’ensemble du département qui établissent des listes d’appartements disponibles ou réquisitionnés par telle ou telle municipalité. Des possibilités d’hébergement sont ainsi offertes à Bourgoin-Jallieu, La Tour du Pin ou Vienne, mais aussi dans des stations de villégiature riches en parc immobilier, comme Autrans ou Uriage-les-Bains. Le Comité dauphinois dispose en outre de structures relais sur l’ensemble du département, et en particulier dans l’agglomération grenobloise, comme le foyer Sonacotra de Seyssinet-Pariset ou le centre d’adaptation des adolescents réfugiés (pour mineurs isolés) de Saint-Martin-le-Vinoux. Dans la Drôme voisine, c’est le CALD (Centre d’Amélioration du Logement de la Drôme) qui met à disposition certains foyers de travailleurs migrants de Valence (Bouchardeau & Waechter 2020).

45C’est grâce à ces réseaux d’entraide que la famille Tran parvient à trouver un logement dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble. Thi Thanh Thuy Tran raconte :

Une infirmière du centre est allée à l’office HLM en expliquant que nous sommes une famille réfugiée, que nous sommes prioritaires pour un appartement […] C’était bien, la Villeneuve : il y avait l’école en dessous, le parc derrière, le centre social, le centre de santé. Le marché n’était pas loin non plus. Mais tous les week-ends, on retournait à Cognin, pour voir s’il y avait des nouveaux qui avaient besoin de soutien psychologique.

Chercher un travail

46Certains réfugiés réapprennent progressivement l’autonomie en effectuant, via l’interconnaissance rurale, de « petits boulots agricoles » spécifiques à la région. Le Van Than se souvient :

À Saint-Sauveur, il y avait une femme qui travaillait dans la cuisine du centre. Elle nous invitait souvent à sa maison pour ramasser ses cerises. Et on a aussi beaucoup ramassé et mondé les noix. Et tous les jours on travaillait en famille. Ça permettait d’arrondir les fins de mois pour mes parents.

47Au milieu des années 1970, l’insertion professionnelle des réfugiés ne pose pas de problème particulier (Billion-Laroute 1998 : 253). Garantie par la sélection préalable du CPH et la médiation des travailleurs sociaux, la main-d’œuvre asiatique est en effet fort prisée des entrepreneurs de la région. Il existe chez certains employeurs qui louent leur supposée « docilité », un mode de relation un peu « paternaliste » avec les Asiatiques, hérité de la période coloniale. En outre, la compassion pour les boat people finit par l’emporter, faisant de l’embauche du réfugié une nécessité humanitaire. Des entreprises industrielles encore peu touchées par la crise voient dans les réfugiés du Sud-Est asiatique les possibles remplaçants des ouvriers maghrébins que devait chasser la politique d’incitation au retour mise en place à la fin des années 1970 (Gastaut 2000).

  • 28 Archives du Secours catholique, Rapport d’activité du CDSR, 1987.

48Au cours des années 1980, la situation économique se dégrade et une bonne partie des emplois sont désormais précaires, aussi bien pour les réfugiés que pour les travailleurs français qui expérimentent alors le travail intérimaire. La plupart des Asiatiques, notamment ceux appartenant aux élites qui ont émigré dès 1975, vont accepter des emplois sous-qualifiés et vivre ainsi une forme de déclassement social. Certains exilés regrettent que leurs qualifications initiales ne soient pas prises en compte lorsqu’on leur propose un travail en France (Nann 2007). Il y a en effet parmi les ex-pensionnaires de Cognin des ingénieurs, des médecins, des fonctionnaires, affectés à des tâches d’ouvrier, d’agent d’entretien, etc. Mais comme le dit un rapport du Comité dauphinois : « leurs attentes sont irréalistes dans le contexte économique28 ». Après un premier emploi de survie, ils se tournent alors, avec plus de réussite, vers les moyennes ou petites entreprises de confection, de restauration ou de conditionnement : « Des réfugiés ont été embauchés aux papèteries de Domène ; des médecins du Laos travaillent en tant qu’infirmiers et un Cambodgien a ouvert une bijouterie sur le cours de la Libération. Mais la plupart, après six mois, un an de travail a ouvert des restaurants » estime Sœur Marie Joachim (Cogne & Duclos 2008 : 123). Les métiers du commerce alimentaire ou de la restauration peuvent en effet constituer une ressource permettant au réfugié d’assurer sa survie (en évitant le déclassement social), dans la ville où il est nouvellement installé. Pour les clients exilés, le « commerce ethnique » où l’on peut se procurer des denrées directement importées du pays et échanger quelques nouvelles dans sa langue natale sans avoir à subir de regards inquisiteurs joue un rôle consolateur.

  • 29 Archives du Secours catholique, cahiers OFPRA, 1980-81.
  • 30 ONG fondée en 1958 par René Péchard, spécialisée dans l’accueil des familles asiatiques exilées en (...)

49Les registres d’entrée et de sortie du centre de Cognin29 montrent une grande diversité de trajectoires après le séjour au centre : plusieurs personnes partent s’installer à Aoste, La Mûre, Saint-Marcellin, Vinay ou Voiron. Au-delà des bassins d’emploi isérois, les réfugiés de Cognin-les-Gorges trouvent du travail en Drôme (Bourg-lès-Valence, Saint-Donat-sur-Herbasse, Saint-Jean-en-Royans), Savoie (Albertville, Chambéry) et Haute-Savoie (Scionzier). Des groupes de bénévoles contactent la Caisse d’allocations familiales de Chambéry ou de Valence, ce qui facilite leur insertion professionnelle. L’ONG « Les enfants du Mékong30 », permet à des familles ayant séjourné à Cognin de trouver un logement et un travail à Chambéry. Dans la vallée de l’Arve en Haute-Savoie, les industries du décolletage et de la téléphonie sont également pourvoyeuses d’emplois.

50Les pensionnaires de Cognin privilégient donc l’ancrage régional. En 1987, environ 50 % d’entre eux sont insérés dans le bassin d’emploi de Grenoble, 17 % dans la région de Saint-Marcellin, 7 % en région lyonnaise, 6 % dans les Savoie et l’Ain, 20 % hors de Rhône Alpes, dont 11 % en Île de France (Barou 1988 : 50).

Maintien d’une vie communautaire en situation d’exil

51Si la plupart des réfugiés de Cognin-les-Gorges sont parvenus à reconstruire leur vie familiale, professionnelle et sociale en France, en faisant montre d’esprit d’initiative et de faculté d’adaptation, le souvenir de l’événement traumatique à l’origine du départ ne cesse toutefois jamais de les hanter. L’expérience de la guerre, de la prison ou de la vie en camp revêt des formes spécifiques dont les effets sur les personnes sont particulièrement dévastateurs à court et long terme, ainsi que l’explique Dany Long-Huiban :

Quand j’ai quitté mon pays, je n’ai pas pu amener ni les papiers ni rien. Des photos, j’en ai pas non plus. Rien ! On n’en a pas parce que Pol Pot a tout détruit. On vit mais on n’a pas d’identité. C’était dur, c’était effacé. Et quand on arrive en France, on ne veut pas parler. Au travail, je ne parle pas de ma vie privée, parce qu’après, les gens savent votre point faible. Des fois c’est douloureux. Donc c’est effacé le passé. Je recommence une nouvelle vie.

52Pour raconter ces histoires traumatiques, il n’y a pas de mot, pas de partage possible parce que la personne est renvoyée au souvenir de l’horreur qu’elle a vécue et parce qu’elle est hantée par les blessures de l’arrachement à son pays. C’est la raison pour laquelle on dit que le trauma coupe le sujet de ses relations d’objet et le renvoie à lui-même et à une forme de violence continue (Saglio-Yatzimirsky 2018). La reconstruction de l’individu, la restructuration de la famille, du groupe d’appartenance se réalisent donc lentement et de façon très partielle, au départ dans des lieux comme le CPH de Cognin, puis lors du retour progressif à la « vie ordinaire ».

53Au fil du temps les exilés parviennent cependant à développer une vie communautaire dynamique qui leur permet de maintenir symboliquement des relations avec leur pays d’origine et de transmettre certaines références spirituelles et culturelles aux nouvelles générations. En ce qui concerne la pratique religieuse (à part pour la minorité catholique qui fréquente parfois l’église du village) les pensionnaires ont la possibilité de se rendre dans différents centres bouddhistes de la région grenobloise, en particulier celui de Montchardon édifié en 1975 sur les contreforts du Vercors, près d’Izeron, à une quinzaine de kilomètres de Cognin. Pour résister aux souvenirs des terribles événements vécus et à la mélancolie de l’exil, ils puisent également dans un répertoire de coutumes et traditions réactualisées qui fédèrent les membres de la diaspora autour d’une appartenance commune. Au cours de ces fêtes, les exilés essaient de maintenir vivantes certaines pratiques culturelles (chant, danse, recettes de cuisine), sociales ou religieuses et de les transmettre aux jeunes générations. Ces cérémonies jouent également le rôle de « fêtes vitrines » (Simon-Barouh 1998 : 217). Il n’est donc pas rare que des hôtes français soient conviés à ces rencontres au cours desquelles s’élabore une représentation quelque peu théâtralisée, voire mythifiée, de la communauté. Cette nouvelle construction identitaire permet de faire face à la vie en exil, préserve le sentiment d’une continuité tout en intégrant le changement de la nouvelle situation (Bertheleu 1998 : 238). Mais cette continuité correspond moins à une réalité globale antérieure qu’à des attitudes qui, dans la migration, ont pris une valeur de symbole et auxquelles se rallient avec plus ou moins de distance les jeunes générations :

Ce qui est bizarre, c’est que ma fille, elle est née ici, elle a refusé que je lui fasse connaître le Vietnam, jusqu’à ce qu’elle entre au lycée. Et c’est là que tout le monde lui posait des questions sur le Vietnam, sur elle. Mais elle au départ, ça ne l’intéressait pas trop. Et pourtant elle parlait couramment vietnamien. Elle connaît aussi beaucoup de recettes. Elle était toujours à manger des plats asiatiques avec la grand-mère et le grand-père. Au Vietnam, elle y est allée deux fois, quand elle avait 17 ans, je l’ai emmenée, mais ça ne l’intéressait pas beaucoup. Ensuite quand elle a eu son Master, en 2011, c’est elle qui a demandé à venir au Vietnam avec moi. Philippe mon mari est parti avec nous. Ça l’a intéressé beaucoup plus, les histoires du Vietnam. (Kim Dung Tran, entretien du 20 mars 2017.)

De l’accueil des réfugiés aux demandeurs d’asile

54À partir de 1980, le centre de Cognin s’ouvre à d’autres types de populations que les seuls réfugiés du Sud-Est asiatique, notamment quelques Iraniens arrivés en France à la suite de l’instauration de la République islamique et des Afghans après l’invasion de l’URSS en 1979 ; évolution dont témoigne le président du Comité dauphinois, Richard Pétris :

  • 31 Richard Pétris, est âgé de 70 ans lors de l’entretien du 13 mars 2017. Il avait une trentaine d’ann (...)

La situation géopolitique évoluait. L’Afghanistan est devenu un problème qui n’existait pas auparavant. On a également constaté l’ampleur des problèmes de l’ancien Congo Belge, le Zaïre. On s’est posé des questions et on s’est dit : « mais ce qu’on fait pour les uns, on doit pouvoir le faire pour les autres ». À l’origine, on s’est appelé Comité dauphinois de secours aux réfugiés du Sud-Est asiatique. Et après on a supprimé la référence au seul Sud-Est asiatique pour justement affirmer qu’on avait la volonté de s’ouvrir31.

55Un rapport d’activité du centre de 1988 confirme cette volonté d’accueillir

  • 32 Archives du Secours catholique de l’Isère, Rapport du CDSR, 1990.

[...] des réfugiés ou demandeurs d’asile qui ne relèvent pas du dispositif national dont dépend le CPH de Cognin. Il est précisé que si bon nombre de ces solliciteurs d’asile sont entrés en France clandestinement, leur situation est connue de l’Administration dans la mesure où ils se sont présentés au service des étrangers de la Préfecture pour obtenir un permis de séjour provisoire, dans l’attente de la réponse de l’Ofpra. Il s’agit pour la plupart de réfugiés africains et, depuis 1982, dans la mesure de ses possibilités, le Comité essaie de leur venir en aide également32.

56Cette situation inédite suscite cependant une polémique au sein des administrateurs du centre de Cognin, certains estimant que celui-ci doit concentrer son action sur les seules populations du Sud-Est asiatique. Le président du Comité dauphinois, Richard Pétris, favorable à l’élargissement à d’autres catégories de réfugiés, obtient néanmoins gain de cause, au terme d’intenses discussions.

57Désormais, la rencontre plus ou moins aboutie des cultures et des modes de vie devient une règle fondamentale à Cognin : Africains, Européens de l’Est, Kurdes, Iraniens, Afghans fréquentent en effet les mêmes réfectoires et salles de cours que les Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens. Cette situation génère parfois quelques tensions inhérentes à la cohabitation en contexte d’exil et à la promiscuité dans un même lieu.

58Conçu pour préparer l’intégration des réfugiés asiatiques dans la société française, le dispositif d’accueil devait être provisoire. Mais en 1990, le foyer de Cognin héberge encore 139 individus, isolés ou en famille. Une telle durée, ainsi que des transformations profondes du contexte initial, génèrent quelques tensions, exacerbées par l’épuisement, entre les acteurs impliqués depuis 1977.

59Le Comité dauphinois met définitivement un terme à son activité au CPH de Cognin-les-Gorges le 29 février 1992, dans un contexte de durcissement des politiques d’accueil des demandeurs d’asile en France. Richard Pétris analyse rétrospectivement le contexte dans lequel a été prise cette décision :

  • 33 Les centres d’accueil pour demandeurs d’asile, créés par la circulaire du 26 septembre 1991, offren (...)

Nous, responsables du Comité dauphinois de secours aux réfugiés, gestionnaires du centre de Cognin, nous avons été interpelés par les autorités dont nous dépendions sur les moyens qui étaient engagés. De ce point de vue, nous n’étions que les gestionnaires de budgets alloués par le Dispositif national d’accueil et transmis aux services départementaux décentralisés. On nous a posé la question : Est-ce que vous souhaitez devenir un CADA33 ou bien non ? Et dans ce cas le centre ferme. On a choisi la deuxième solution.

60Cette décision de fermeture du CPH est prise dans un contexte de lassitude du personnel et des bénévoles. Toutefois, jusqu’en 1996, des réunions périodiques avec d’autres organismes comme le Secours catholique ou la Cimade sont maintenues, afin de réfléchir aux besoins de l’accueil des demandeurs d’asile. Cette mise en commun de recherche de solutions s’est concrétisée à travers la création de l’ADA – Accueil de demandeurs d’asile – en 1996 en région grenobloise.

(Re)venir à Cognin-les-Gorges quarante ans plus tard

61« Cognin, sur la route de Grenoble à Valence, les voitures filent au pied du Vercors. Une petite fille aux yeux bridés attend à un carrefour pour traverser, enfant d’ailleurs et de nulle part… » (Le Monde, 11 novembre 1986). Au-delà du cliché sur la « présence exotique » en milieu rural, le journaliste rappelle que, d’un côté, l’expérience de l’exilé est vécue comme une « déterritorialisation » qui peut parfois prendre la forme d’un « arrachement ». Celle-ci incarne le sentiment d’une séparation entre deux lieux (Sayad 1999) ; un lieu que l’on a quitté et qui retient les traces de son vécu et un lieu « vide », marqué par l’absence de mémoire. De l’autre côté, l’installation de nouveaux arrivants met en lumière les processus d’appropriation et de transformation matérielle et symbolique d’un lieu (Halbwachs [1941] 2008 : 128) qui peut alors devenir le support de discours d’appartenance territoriale.

  • 34 « La transition de la mémoire corporelle à la mémoire des lieux est assurée par des actes aussi imp (...)

62De nos jours, il arrive en effet fréquemment que d’anciens résidents du centre d’hébergement reviennent sur les lieux en « pèlerinage » le dimanche, avec des membres de leur famille : « Moi, j’ai pas envie de partir loin de Cognin, souvent il faut que je passe par là. Je regarde le bâtiment où on a vécu, l’église, l’école, et l’épicerie où on a passé un bon moment. Et des fois j’amène ma maman à Cognin. On marche là-bas. On ramasse des châtaignes, des champignons. C’est un lieu que je ne peux pas oublier34 » confie Dany Long-Huiban, jeune trentenaire hébergée à Cognin en 1988, avec sa fille et sa mère. Cette démarche ne manifeste-t-elle pas une forme d’attachement symbolique à ce petit pays lové entre vallée de l’Isère et Vercors ?

63Que retenir d’autre de cette expérience singulière de Cognin ? Sans doute le fait qu’elle a marqué les consciences et généré d’authentiques rencontres entre hôtes (dans les deux sens du terme), dont certaines se sont inscrites dans la durée :

  • 35 Native de Cognin, elle est âgée de 44 ans lors de l’entretien du 15 février 2017.

Et Monsieur Do, qui a le restaurant Saïgon Do, à chaque fois qu’on y va, il sort de la cuisine où il vient nous faire la bise. Ça a toujours été, ce lien… À partir du moment où ils ont quitté le village, ils ont été reconnaissants, je sais pas de quoi ? Parce que du coup, nous on n’a pas forcément fait grand-chose… On les a fréquentés parce que les enfants étaient à l’école. Monsieur Do jouait de la guitare et je me souviens qu’on était tout un troupeau à le regarder jouer de la musique. (Sophie Borel, habitante de Cognin35.)

64Ce sont en effet :

[...] les interactions entre « vrais gens » qui prévalent et rendent toute rencontre possible, réelle, ordinaire même. Au lieu de se raidir il est alors possible que cette altérité se réduise progressivement et que l’interconnaissance augmente de part et d’autre : la langue, les goûts et les croyances, les façons de faire, les modes de vie en général, s’échangent, se discutent, se réapprennent et se transforment. (Agier 2022 : 10.)

65Cette enquête sur les mémoires croisées de l’accueil au centre d’hébergement de Cognin-les-Gorges, nous a permis de découvrir que, contrairement aux idées reçues, l’édifice des préjugés et du racisme se fissure lorsque la relation entre les personnes est effective et non plus fantasmée.

Haut de page

Bibliographie

AGIER, Michel, 2022, « Préface », in Vivre sous la menace. Les sans-papiers et l’État, Stefan Le Courant, Paris : Le Seuil.

AKOKA, Karen, 2020, De l’asile à l’exil, Paris : Le Seuil.

BAROU, Jacques, 1988, Le devenir des réfugiés ayant séjourné dans des Centres provisoires d’hébergement en Rhône-Alpes. Rapport de recherche réalisé pour le compte de la Direction de la Population et des Migrations, Paris : Ministère des Affaires sociales et de l’emploi.

BERTHELEU, Hélène, 1998, « Construction du “nous” et frontières ethniques en devenir : familles lao à Rennes », Bastidiana, 23-24 : 225-248.

BESSONE, Magali, 2015, « Le vocabulaire de l’hospitalité est-il républicain ? », Éthique publique, 17 (1), DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.1745, consulté le 08 novembre 2022.

BILLION-LAROUTE, Pierre, 1998, « Relations de travail et compromis culturel. Les réfugiés lao, des “ouvriers modèles bien intégrés” ? », Bastidiana, 23-24 : 249-274.

BOUCHARDEAU, Philippe & WAECHTER, Pierre, 2020, « Valence, terre d’accueil de “boat people” », Revue Drômoise, 578 : 65-68.

COGNE, Olivier & DUCLOS, Jean-Claude, 2008, Face au génocide. Du Cambodge à l’Isère, Grenoble : Musée de la Résistance et de la déportation de l’Isère.

DIAZ, Delphine, 2021, En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du xviiie siècle à nos jours. Paris : Gallimard.

DJEGHAM, Myriam, 2011, Au cœur de l’Ofpra. Demandeurs d’asile et réfugiés en France, Paris : La Documentation Française.

GAUTHIER, Éric, 2001, « Le maraîchage, nouvelle étape du parcours hmong », Hommes et Migrations, 1234 : 61-71.

GALITZINE-LOUMPET, Alexandra & SAGLIO-YATZIMIRSKY, Marie-Caroline, 2018, « Face à l’exil au risque des subjectivités », Journal des anthropologues, Hors-série, URL : http://journals.openedition.org/jda/7561 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jda.7561, consulté le 06 novembre 2022.

GASTAUT, Yvan, 2000, L’immigration et l’opinion en France sous la Ve République, Paris : Seuil.

GOTMAN, Anne, 2001, Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris : PUF.

HALBWACHS, Maurice, [1941] 2008, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte. Étude de mémoire collective, Paris : PUF.

HANUS, Philippe & VANDERLICK, Benjamin, 2020, Sur la route de l’exil. Un centre d’hébergement pour réfugiés à Cognin-les-Gorges (1977-1992), Valence : Centre du patrimoine arménien.

HASSOUN, Jean-Pierre, 1997, Hmongs du Laos en France, Paris : PUF.

KAS, Somalay & GARNIER, Marie, 1990, Somalay. Récit authentique, Grenoble : éd. Solange Brault de Bournonville.

KROWOLSKY, Nelly & SIMON-BAROUH, Ida, 1993, Autour du riz : le repas chez quelques populations d’Asie du Sud-Est, Paris : L’Harmattan.

LOCHAK, Danièle, 2013, « Qu’est-ce qu’un réfugié ? La construction politique d’une catégorie juridique », Pouvoirs, 1 (144) : 33-47.

LUGUERN, Liêm-Khê, 2016, « La représentation des immigrants », Hommes & Migrations, 1314, DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.3694, consulté le 12 décembre 2022.

MASSÉ, Jean-Pierre, 2001, « Genèse et institutionnalisation du dispositif d’accueil des réfugiés politiques en France », Les Cahiers de la Sécurité intérieure, 45 : 45-68.

MESLIN, Karine, 2006, « Accueil des boat people : une mobilisation politique atypique », Plein droit, 70 : 35-39.

MESLIN, Karine, 2011, « Les réfugiés cambodgiens, des ouvriers dociles ? Genèse et modes de pérennisation d’un stéréotype en migration », Revue européenne des migrations internationales, 27 (3) : 83-101.

MESLIN, Karine, 2020, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France, Bordeaux : Éditions du Détour.

NANN, Stéphanie, 2007, « Les Cambodgiens en France, entre l’image et la réalité », Migrations sociétés, 109 : 147-162.

RICOEUR, Paul, 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Le Seuil.

RYFMAN, Philippe, 2016, Une histoire de l’humanitaire, Paris : La Découverte.

SAGLIO-YATZIMIRSKY, Marie-Caroline, 2018, La voix de ceux qui crient. Rencontre avec des demandeurs d’asile, Paris : Albin Michel.

SAYAD, Abdelmalek, 1999, La Double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris : Le Seuil.

SIMON, Gildas, éd., 2015, Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique, Paris : Armand Colin.

SIMON-BAROUH, Ida, 1998, « Regard sur les migrants d’Asie du Sud-Est en France et leurs descendants », Bastidiana, 23-24 : 183-224.

Haut de page

Note de fin

1 L’expression anglaise « boat people », dont l’équivalent n’existe pas en langue française, désigne à l’origine les individus de nationalité vietnamienne qui se sont enfuis par voie maritime de leur pays après la prise de Saïgon par les troupes communistes en 1975. Les images de ces familles égarées en mer ont été abondamment diffusées dans la presse et dans les médias audiovisuels.

2 Celle-ci a été accompagnée de rencontres scientifiques et artistiques sur le thème de l’accueil des exilés d’hier et d’aujourd’hui, en partenariat avec l’intercommunalité Saint-Marcellin-Vercors-Communauté, le Centre du patrimoine arménien de Valence et le réseau Traces, histoire, mémoires et actualité des migrations en Auvergne-Rhône-Alpes.

3 Les termes « Indochine » et « Indochinois » apparaissent constamment dans les documents d’époque. Ils attestent d’une forme de persévérance du lien colonial au sein de la société française des années 1970.

4 Entre 1970 et 1990, les statistiques officielles recensent 128 531 ressortissants de l’ancienne Indochine, entrés légalement sur le territoire français (Hassoun 1997).

5 Nonobstant son engagement pour la cause des réfugiés, la diplomatie française éprouve bien des difficultés à se positionner dans le conflit URSS/USA-Chine en Asie du Sud-Est : elle s’abstient lorsqu’il s’agit de reconnaître une représentation cambodgienne à l’ONU en 1979, mais propose néanmoins un soutien officieux au Vietnam sur le plan matériel en plein blocus.

6 Le choix d’une structure associative veut éviter une éventuelle crise diplomatique avec les gouvernements en place en Asie du Sud-Est.

7 Organisme, créé par la loi du 23 juillet 1952, chargé de veiller à l’application, en France, de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 (Djegham 2011 : 40).

8 « Visite du préfet de l’Isère au centre d’hébergement des réfugiés du Sud-Est asiatique », Journal télévisé FR3-Alpes, 25/07/1979, Archives INA, LXC01000400.

9 Association créée à Grenoble en 1979 dans le but, comme le précisent ses statuts, « de mobiliser tous les moyens d’actions pour porter secours aux réfugiés dans les pays concernés ou pour les accueillir en France, en liaison avec tout organisme public ou privé, dans le respect de la personne humaine et de sa dignité ». Composé à la fois de personnes morales et physiques, il fédère divers organismes d’envergure nationale ou nés d’initiatives locales, parmi lesquels une quarantaine de municipalités iséroises.

10 Entretien du 15 février 2017.

11 Archives du Secours catholique de l’Isère, Registre des entrées et sorties du personnel.

12 Entretien du 15 février 2017. Simone Michallet est l’épouse d’un ancien conseiller municipal.

13 JT Alpes, France 3, 21 mars 2009.

14 Agent hospitalier, âgée de 59 ans lors de l’entretien du 20 avril 2017.

15 Épouse d’un ancien fonctionnaire vietnamien, âgée de 78 ans lors de l’entretien du 20 mars 2017. Elle arrive en France en 1978, à l’âge de 39 ans.

16 Elle est âgée de 62 ans lors de l’entretien du 20 avril 2017. Native de Phnom Penh elle est arrivée en France en juillet 1988, après avoir passé six ans dans les camps de Thaïlande.

17 Entretien du 20 mars 2017.

18 Aggée de 86 ans lors de l’entretien du 17 avril 2017. Elle est salariée au centre dès son ouverture en 1977.

19 Reportage au centre d’hébergement de Cognin, Journal télévisé FR3-Alpes, 17 mai 1989, Archives INA, GRC8905194827.

20 Ibid.

21 Entretien du 18 avril 2017. Il est arrivé à Cognin en 1988, à l’âge de 8 ans.

22 Entretien du 19 avril 2017. Elle est arrivée à Cognin en 1981 à l’âge de 35 ans.

23 AM Cognin, Dossier école communale.

24 Religieuse d’origine vietnamienne, employée comme interprète au centre.

25 Annie Seguin. AM Cognin, Dossier école communale.

26 Âgé de 70 ans lors de l’entretien du 18 avril 2017.

27 « Le Noël des réfugiés asiatiques », JT FR3 Alpes, 24/12/1987, Archives INA, LXC02006868.

28 Archives du Secours catholique, Rapport d’activité du CDSR, 1987.

29 Archives du Secours catholique, cahiers OFPRA, 1980-81.

30 ONG fondée en 1958 par René Péchard, spécialisée dans l’accueil des familles asiatiques exilées en France et les projets éducatifs.

31 Richard Pétris, est âgé de 70 ans lors de l’entretien du 13 mars 2017. Il avait une trentaine d’année lors des événements.

32 Archives du Secours catholique de l’Isère, Rapport du CDSR, 1990.

33 Les centres d’accueil pour demandeurs d’asile, créés par la circulaire du 26 septembre 1991, offrent aux demandeurs d’asile un lieu d’accueil pour toute la durée de l’étude de leur dossier de demande de statut de réfugié. Cet accueil prévoit leur hébergement, ainsi qu’un suivi administratif, sanitaire et social, ainsi qu’une aide financière alimentaire. Ils sont en général gérés par des associations.

34 « La transition de la mémoire corporelle à la mémoire des lieux est assurée par des actes aussi importants que s’orienter, se déplacer, et plus que tout habiter. […] Ainsi les “choses” souvenues sont-elles intrinsèquement associées à des lieux. Et ce n’est pas par mégarde que nous disons de ce qui est advenu qu’il a eu lieu ». (Ricoeur 2000 : 49.)

35 Native de Cognin, elle est âgée de 44 ans lors de l’entretien du 15 février 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Hanus, « Un refuge au pied du Vercors. L’expérience du centre provisoire d’hébergement de Cognin-les-Gorges (1977-1992) »Moussons, 42 | 2023, 31-54.

Référence électronique

Philippe Hanus, « Un refuge au pied du Vercors. L’expérience du centre provisoire d’hébergement de Cognin-les-Gorges (1977-1992) »Moussons [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/10906 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.10906

Haut de page

Auteur

Philippe Hanus

Docteur en histoire, Ethnopôle « Migrations, Frontières, Mémoires », Le Cpa à Valence, LARHRA UMR 5190.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search