Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42ArticlesFamilles lao à Saint-Claude (Jura...

Articles

Familles lao à Saint-Claude (Jura) dans les années 1990. Abondance des emplois et subordination dans le travail

Lao Families in Saint-Claude (Jura) in the 1990s. Full Employment and Subordination at Work
Pierre Billion-Laroute et Hélène Bertheleu
p. 55-80

Résumés

Cet article décrit les conditions de vie et de travail d’ouvriers et d’ouvrières lao partis vivre dans la petite ville industrielle et cosmopolite de Saint-Claude dans le Jura, épargnée par le chômage. Il propose, à partir d’un travail ethnographique, de comprendre l’intégration socio-économique de ces hommes et ces femmes venu·e·s vivre à Saint-Claude avant tout « pour le travail ». Le questionnement se situe à la croisée de la sociologie du travail et d’une sociologie des relations interethniques. Comment cette population réfugiée d’Asie du Sud-Est vit-elle l’expérience du travail ouvrier, à l’usine ou à domicile ? La plupart appartenait autrefois aux classes populaires de leur pays, avant de devoir fuir et quitter leur pays. Assiste-t-on, dans cette petite ville, à un processus de prolétarisation ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le qualitatif lao fait référence au groupe statistiquement et sociologiquement majoritaire qui, au (...)

1Dans les années 1990, la petite ville industrielle et cosmopolite de Saint-Claude dans le Jura compte une cinquantaine de familles lao1. Constituées essentiellement de réfugié·e·s arrivé·e·s en France entre 1977 et 1985, elles se sont installées dans cette commune rurbaine à partir de 1988 et y forment désormais une « communauté́ » regroupée dans quelques immeubles de logements sociaux de la ville. Saint-Claude est alors une petite ville industrielle de 13 000 habitants où les travailleurs lao, comme d’autres, sont embauchés comme ouvriers dans la plasturgie, dans la métallurgie, la lunetterie, la diamanterie, etc. La région reste en France une des plus épargnées par le chômage grâce, notamment, aux sous-traitants de l’industrie automobile ainsi qu’à une tradition industrielle jurassienne déjà ancienne et prompte à la reconversion.

2Pour les familles que nous avons rencontrées, Saint-Claude constitue un lieu de seconde installation en France, la première correspondant à la région où la famille a été accueillie, dans une diversité de régions souvent pauvres en emplois, à une époque où le chômage sévit durement. Le choix de venir s’installer à Saint-Claude, commune relativement éloignée des principaux centres urbains, s’explique pour tous par l’attractivité de l’emploi. Il fait suite, pour la plupart, à des difficultés à trouver du travail compte tenu des faibles compétences linguistiques, à des situations de chômage prolongées ou à des expériences d’emploi particulièrement peu satisfaisantes dans les secteurs comme l’agriculture, le maraîchage ou l’agro-alimentaire (abattoirs), par exemple. Pour ces ménages en difficulté, parfois endettés, la possibilité que le mari et la femme trouvent tous les deux un emploi sur place est un argument souvent avancé. On raconte que le « premier arrivé » serait un jeune stagiaire d’origine laotienne, venu y faire sa formation, qui aurait ensuite proposé à ses amis et sa famille de venir s’installer. La commune offrant des possibilités d’embauche inconnues ailleurs, le bouche-à-oreille a ensuite fonctionné, l’installation des ménages dans des logements jugés peu chers s’est multipliée. Nous avons pu nous-mêmes constater auprès de Lao de Rennes, de Nantes, de Paris, de Lyon, de Dijon ou de Nancy rencontré·e·s lors de fêtes et rituels lao, combien cette petite ville était connue des « compatriotes », tou·te·s décrivant la situation exceptionnelle de la région au regard de l’emploi.

3Durant la décennie des années 1990, le nombre des familles vivant dans les cités HLM, augmente rapidement et passe de 20 à 45, tandis qu’un volant d’une quinzaine de personnes a opté pour de courts séjours, hébergées chez des membres de leur famille ou dans une chambre du foyer de jeunes travailleurs. Ce sont souvent des personnes plus jeunes, célibataires, qui travaillent quelques semaines puis repartent, pour revenir quelques mois plus tard. Certain·e·s sont plus âgé·e·s, poussé·e·s par le chômage qui s’impose depuis de longs mois, comme pour ce père de famille, ancien instituteur au Lao, vivant à Rennes depuis 10 ans, le projet de partir s’installer à Saint-Claude se précise, sans enthousiasme : « si j’y vais, c’est pour un programme. Dans le projet de ramasser. Rester cinq ans, ou peut-être que trois, pour le travail, ramasser de l’argent puis s’en aller ». Sa femme, qui boucle les fins de mois en acceptant de petits contrats de travail chez un maraîcher, à ramasser les tomates sous les serres, est d’accord, mais s’inquiète de l’avenir qu’y trouveront ses quatre enfants.

4Cet article propose de comprendre l’intégration socio-économique de ces hommes et femmes venu·e·s vivre à Saint-Claude avant tout « pour le travail ». Le questionnement se situe à la croisée de la sociologie du travail et d’une sociologie des relations interethniques. Comment cette population réfugiée d’Asie du Sud-Est vit-elle l’expérience du travail ouvrier ? La plupart appartenaient autrefois aux classes populaires de leur pays, vivant en milieu rural dans des familles de riziculteurs ou avaient des emplois de petits employés, avant de devoir fuir, quitter leur pays et leur situation. Quelques-un·e·s étaient un peu mieux lotis et appartenaient à des familles de petits commerçants ou d’artisans installés dans de petites villes. Aujourd’hui, ils·elles sont devenu·e·s des ouvriers et des ouvrières dans une ville industrielle où les emplois sont abondants. Parmi eux·elles, nous n’avons pas rencontré d’anciens fonctionnaires ou militaires pourtant nombreux à avoir fui leur pays et à s’être installés en France, plutôt dans les grandes villes. Assiste-t-on à un processus de nivellement et de prolétarisation comme l’observe l’anthropologue Jean-Pierre Hassoun (1988) à propos des populations Hmong réfugiées à la même période ?

  • 2 Billion-Laroute (1999) et Bertheleu (1994).

5L’enquête ethno-sociologique a été réalisée en 1992-1993 en grande partie par observation participante auprès d’une quinzaine de familles lao, rencontrées à Saint-Claude au cours de deux séjours de terrain de chacun trois semaines (Billion-Laroute 1992). Une dizaine d’entretiens formels ont été menés dans un second temps, avec quelques employeurs et chefs d’équipe et avec les membres de ces familles qui comprenaient le mieux le français (certains ont parfois aidé en nous présentant des collègues ou des parents et en traduisant leurs propos). Une partie de ces personnes nous connaissaient pour nous avoir déjà rencontrés à Rennes, lors des activités de l’association Amis Lao, ville où certains entretenaient des liens familiaux et où s’est tenue une partie de notre terrain de doctorat, entre 1986 et 19932. Aujourd’hui, nous faisons le choix de publier une partie de ce travail d’enquête, parce qu’il permet de comprendre une dimension peu explorée, celle du travail, et montre l’importance du processus d’ouvriérisation. En effet, pour situer ces familles dans un contexte plus large, on remarque qu’au recensement de 1990, la population active de nationalité cambodgienne, laotienne ou vietnamienne comprend près de 57 % d’ouvriers qualifiés et non qualifiés, et 13 % d’employés du commerce et personnels de service : une majorité a donc participé, en arrivant en France, d’un processus d’ouvriérisation, loin du stéréotype commun de l’Asiatique commerçant ou chef d’entreprise. L’enquête MGIS (Mobilité géographique et insertion sociale) de l’Ined, qui concerne aussi ceux qui ont acquis la nationalité française, confirme ces chiffres en montrant que 60 % d’entre eux sont ouvriers et que 80 % des hommes et 75 % des femmes originaires d’Asie du Sud-est ont un patron français (Tribalat 1995). Aujourd’hui encore, on connaît assez mal le devenir de ces populations en France. Cet article propose de restituer le quotidien et l’ordinaire des expériences et des relations de travail de ces ouvriers peu familiers du travail industriel, dans un contexte « banal » et local.

6À Saint-Claude, à cette époque, l’abondance d’emploi semble se payer de conditions de travail éprouvantes, de faibles salaires et, pour certains, d’un statut d’emploi précaire. Ces conditions du travail pourraient paraître anachroniques. Le « temps des O.S. », dont parlait Abdelmalek Sayad (1991), n’est-il pas révolu ? Nous verrons que non et que beaucoup consentent sans discussion à des conditions de travail difficiles. Ce serait toutefois une erreur de considérer ce comportement comme une particularité culturelle ou comme le simple reflet d’un phénomène de « satisfaction relative ». Derrière l’apparent fatalisme se cachent des opinions nuancées, des difficultés à vivre le travail ouvrier et une certaine désillusion quant aux conditions matérielles de vie que réserve le pays d’installation. Le propos de cet article est organisé en deux parties, la première porte sur l’expérience du travail ouvrier que ces hommes et ces femmes ont découverte en l’espace de quelques années, la seconde sur le travail à domicile, qui constitue parfois un travail d’appoint, auquel toute la famille participe.

L’expérience du travail ouvrier

  • 3 Fait rare en France, cette population réfugiée a généralement été accueillie au sein d’un réseau de (...)

7Comme dans beaucoup d’autres villes en France, ces « Asiatiques » dont la majorité est devenue rapidement française3, passent quasiment inaperçus au sein d’une population locale à l’histoire migratoire ancienne, dans un contexte régional particulièrement pluriethnique. D’autant que les Laotiens comme les Cambodgiens et les Vietnamiens occupent alors, dans l’opinion, une place privilégiée au palmarès des « minorités ethniques », pour utiliser un terme que la presse et les élus récusent. Le diagnostic exprimé par les acteurs locaux semble d’ores et déjà̀ tranché à Saint-Claude comme ailleurs : ni communautarisme ici, ni discrimination, ni « problème d’intégration », pas même l’ombre d’une « deuxième génération », bref une situation si lisse qu’elle invite à aller au-delà des apparences.

L’accès à l’emploi

8L’ensemble des personnes rencontrées le disent : trouver un emploi à Saint-Claude est chose facile. Les emplois sont abondants, particulièrement ceux peu qualifiés et soumis à des conditions de travail difficiles comme un horaire de nuit ou un horaire en roulement de deux ou trois fois huit heures, de même que des emplois à la chaîne, répétitifs et soumis au rythme de la machine.

9Compte tenu du taux de chômage (26,2 % des Laotiens en 1990) et de leurs difficultés d’insertion professionnelle passées (Billion-Laroute 2001), les Lao considèrent que cette abondance d’emploi est une chance à saisir, quelles que soient les conditions rencontrées. Ainsi, l’une d’entre eux : « Ici, c’est bien, il y a du travail. Bien sûr c’est le SMIC, mais il y a du travail pour deux et ça va, le loyer n’est pas cher ». Si, dans un deuxième temps, les conditions de travail amènent certains d’entre eux à relativiser leur point de vue, il reste que tous soulignent globalement l’abondance d’emplois et la facilité d’embauche. Les Lao, comme beaucoup de Sanclaudiens, ont accès à ces emplois presque exclusivement par l’intermédiaire des agences de travail temporaire, instrument de flexibilité – quantitative et qualitative – du travail par excellence (Belkacem et al. 2011). Comme l’explique un jeune homme qui vit depuis six ans dans la région, c’est le contremaître qui a le pouvoir d’embaucher, mais le « tri » est réalisé par l’agence d’intérim : « Dans les boîtes ici, c’est le chef d’équipe qui commande, ce n’est pas le patron. Si je lui présente un ami qui cherche du travail, le chef dit que c’est tout par intérim ». Cette délégation de pouvoir à l’agence d’intérim n’empêche pas certaines dérogations, permettant un traitement privilégié à l’égard des « Français », ce qui n’échappe pas à l’observation des salariés d’origine étrangère :

Le chef, si tu demandes pour du travail ou pour t’inscrire, il te dit : « il n’y a rien ! » Bon, tu ne peux rien dire, tu ne vas pas porter plainte, il n’y a rien c’est tout. Parfois, il y a un Français qui va venir, il va lui dire oui pour lui faire plaisir, il va pouvoir s’inscrire. Mais en fait, c’est tout par intérim.

10Hormis ce privilège du travailleur « blanc », déjà observé ailleurs (Brun & Cosquer 2022), le bureau d’une des agences de travail temporaire de la ville est un passage obligé pour les ouvriers lao comme pour les autres étrangers.

11Les entreprises sanclaudiennes du fait de leur petite taille et des impératifs de flexibilité de la production délèguent les tâches de recrutement à ces agences. Le responsable de production d’une usine d’ustensiles ménagers en plastique explique les avantages de ce système. Son usine emploie 110 personnes environ, dont 20 à 40 % d’étrangers selon les périodes :

  • 4 Il s’agit de l’Agence nationale pour l’emploi, devenue Pôle Emploi en 2008.

On a maintenant quelque chose de royal pour faire notre tri, ce sont les agences temporaires. Je crois que ça, ça a supprimé, ça dépasse de loin l’ANPE4, etc. Il y a une chose certaine, c’est que l’ANPE ne sera jamais aussi motivée qu’une agence temporaire qui a un nom à soutenir, qui nous vend de la main-d’œuvre, qui triera sa main-d’œuvre elle-même, qui l’a sélectionnée. Elle vous sert, vous avez déjà essuyé 50 % des plâtres [...]. Quand un Turc se présente par exemple, je dis, alors vous allez vous inscrire chez Ecco (agence locale de travail temporaire) et c’est Ecco qui me l’enverra éventuellement [...]. Les agences d’intérim procèdent par l’essai dans des boîtes types. Il y a des plâtres quand même. Mais ils ont des fichiers, de très bons fichiers. Ecco par exemple, ils ont un fichier où ils ont recensé tous les étrangers et tout. Ils les ont testés dans diverses entreprises. S’il y a un problème, bon, vingt-quatre heures après ils nous les reprennent, ils nous les échangent.

12La collaboration étroite entre employeur et agences d’intérim se fait, on le sait, au moyen de catégorisations raciales et de stéréotypes ethniques (Giraudo 2007), tout comme nous l’avions observé chez les employeurs bretons (Billion-Laroute 1999). Ces pratiques peu visibles produisent des limites du point de vue managérial, qu’expriment bien la crainte de la concentration ethnique et le souci de diversifier la composition ethnique de la main-d’œuvre, afin d’éviter les jalousies et les potentiels conflits. Aussi, ce même employeur déclare-t-il sans ambiguïté : « Je n’ai jamais été un gros consommateur [d’Asiatiques], parce que je ne veux pas non plus faire une annexe de Taiwan ici ! »

13L’objectif de l’employeur est de disposer d’une main-d’œuvre sûre, adaptable, et d’éviter les « erreurs », qui ferait perdre du temps et de l’argent à l’entreprise. Dans la même logique, il souhaite éviter la période de formation ou d’adaptation quand il embauche quelqu’un : il ne veut pas « essuyer les plâtres ». On voit ici clairement les avantages de ce mode de recrutement pour les employeurs de la région. Les propos tenus montrent comment le responsable se représente la main-d’œuvre étrangère, qu’il veut pouvoir choisir, sélectionner et échanger rapidement en cas de problème. Dans une telle vision de la main-d’œuvre, comme un flux de personnes qu’on doit pouvoir gérer rapidement, comme un stock, l’agence joue un rôle essentiel de filtre des travailleurs. Cette logique a au moins deux effets corollaires pour tous les ouvriers et les ouvrières embauché·e·s par le biais de l’agence de travail intérimaire. D’une part, le personnel de l’agence devient central dans le recrutement. Il faut s’y présenter régulièrement, « faire bonne figure », se montrer toujours cordial pour obtenir un nouveau contrat, au point que ces moments passés à l’agence constituent un travail en soi comme le soulignent plusieurs sociologues (Jounin 2009b ; Chauvin 2010). Ils·elles doivent « faire preuve de débrouillardise explicite et entretenir en coulisses une relation de connivence avec l’employé(e) de l’agence d’intérim, qui leur permettra de passer du bas au haut de la pile des dossiers » (Pruvost 2011). D’autre part, au fil des contrats et des expériences qu’ils·elles sont amené·e·s à vivre dans les entreprises qui les embauchent successivement, ils·elles doivent veiller à ce que leur réputation ne se démente pas auprès de l’agence, et donc éviter tout incident avec le chef d’équipe qui serait susceptible d’altérer leur réputation. Les missions d’intérim doivent donc être honorées avec tout le « professionnalisme » demandé, ce qui suppose une attitude au travail conformiste et peu revendicative. Ces conditions ne semblent pas défavorables aux travailleurs et aux travailleuses lao, plutôt apprécié·e·s par les chefs d’équipes comme par les professionnel·le·s des agences de travail intérimaire. Dans d’autres secteurs, comme le bâtiment, le sociologue Nicolas Jounin montre également que l’intérim permet la mise en concurrence des travailleurs étrangers entre eux, ce qui n’empêche pas qu’ils soient recherchés par les employeurs, car « ces travailleurs-là sont légalement et socialement plus vulnérables » (Jounin, 2009a : 419).

14Les relations de travail apparaissent ainsi déterminées, dès le moment de l’embauche, par ces pratiques de recrutement. Ces dernières s’opposent au recrutement par cooptation que nous avions observée dans les petites et moyennes entreprises bretonnes. Ici au contraire, chaque personne en quête d’un travail se retrouve seule face à la recherche d’emploi et aux agences de travail temporaire. Concrètement, les hommes et les femmes lao auprès de qui nous avons enquêté, n’ont aucune aide extérieure (aucun « piston ») comme celle observée ailleurs, soit par le biais du réseau d’amis ou compatriotes, soit par la médiation des acteurs de l’accueil comme c’est le cas souvent dans d’autres régions. Ce constat ne signifie pas cependant que les ouvrier·ère·s étranger·ère·s échappent aux représentations ethno-raciales et aux formes variées de catégorisation, notamment aux stéréotypes quant à leurs capacités à occuper tel ou tel poste. De leur côté, les salarié·e·s et demandeur·euse·s d’emploi échangent entre eux·elles de nombreuses informations sur les exigences et les critères de recrutement, s’informant des règles du jeu du marché de l’emploi local et de ses acteurs.

Des relations de travail marquées par la malléabilité du salarié

15Le mode de recrutement et de sélection de la main-d’œuvre, par quelques agences de travail temporaire qui en ont le monopole, ainsi que le petit nombre d’entreprises susceptibles d’embaucher, créent un milieu local où tout se sait ou finit par se savoir. Cette situation, typique de ces zones industrielles très circonscrites dans l’espace, influence les relations de travail et la manière qu’ont les Lao de les appréhender. Ils·elles font preuve d’une grande malléabilité au travail, d’un certain conformisme et d’une discrétion qui satisfont les employeurs et les chefs d’équipe. Cet employeur sanclaudien, qui les appréhende avant tout comme des Asiatiques, explique : « Il est certain qu’actuellement, au hit-parade des étrangers, la main-d’œuvre reconnue comme la plus intéressante, c’est quand même les Asiatiques. [...] Si on a des choix à faire maintenant avec les chefs d’équipe, bien souvent ça tombe sur un Asiatique. » Ou encore : « Ils sont dans leur coin. Il y a une certaine discrétion. Ce sont des gens qui arrivent, qui se posent, qui font leur boulot. » Cette manière d’être au travail, où domine une acceptation silencieuse des conditions imposées par l’employeur, fait écho à ce qu’observe Jean-Pierre Hassoun dans les années 1980 auprès d’ouvriers hmong. Il évoque notamment une « pratique assez systématique de l’évitement de la relation directe dans l’approche des personnes, que l’on peut qualifier de manière plus générale de “proxémique” du repli en situation migratoire », marquée par la crainte de ne pas pouvoir « maîtriser les rites d’interaction en vigueur dans le monde du travail occidental » (Hassoun 1988 : 42).

16La discrétion et la malléabilité sont aussi constatées par celles et ceux qui portent un regard critique sur leurs collègues. C’est le cas de ce jeune intérimaire qui décrit son travail comme facile, en donnant pour preuve que, dans son atelier, il est entouré de femmes. Il remarque que la faible maîtrise du français au sein de l’équipe ne facilite pas la communication, mais que les salariées développent néanmoins des relations de travail et des connivences de genre :

Entre elles, elles arrivent à se connaître, à la pause, et elles sont solidaires. [...] Dans cet atelier, elles sont toutes pareilles. Il y a toutes les races, mais les différences ne se voient plus. Parce qu’elles sont toutes dans les mêmes conditions. Alors elles sont comme des amies, elles se parlent des allocs, de leur vie, tout ça. [...] Elles sont très sympas.

17Ces liens tissés au travail permettent-ils de se défendre, d’empêcher le chef d’équipe d’augmenter la cadence, comme ce fut le cas justement dans cet atelier ? Les solidarités naissantes ne seront manifestement pas suffisantes, si l’on en croit les propos rapportés par ce jeune qui déplore qu’« elles n’ont rien dit ».

18Si les formes de consentement dominent, comme le montre également Karine Meslin (2011) dans son travail auprès de Cambodgien·ne·s devenu·e·s ouvrier·ère·s dans la région nantaise, les tensions et difficultés rencontrées dans les relations de travail ne sont pas rares et obligent certains à quitter leur contrat en CDI pour revenir à l’intérim, comme au moment de leur arrivée. Ils « choisissent » de passer d’un contrat d’intérim à un autre pour éviter justement d’être astreints à ce conformisme, amenant à accepter silencieusement des relations de travail imposées. C’est le cas de cet homme de 38 ans :

Je suis un de ceux qui restent en intérim, alors que beaucoup d’autres Lao ont des contrats, sont embauchés. Parce que moi, je parle beaucoup. J’ai voulu changer d’entreprise, pour changer d’air. J’en avais marre de mon boulot. C’est pour ça que je suis en intérim.

19Certains adoptent cette tactique qui fait de l’intérim une modalité permettant l’alternance de périodes de travail et de chômage. Elle est particulièrement appréciée des plus jeunes, comme l’explique l’un d’eux, parlant de son neveu :

Kham a fini son contrat la semaine dernière. Il va toucher son chômage et en profiter pour rentrer voir sa famille à Bordeaux. C’est comme ça qu’on s’en tire, qu’on tient. On travaille et puis on touche un peu le chômage et on recommence. Les jeunes font comme ça à Saint-Claude.

20La précarité, souligne cependant N. Jounin (2009a) n’est pas toujours synonyme d’instabilité : certain·e·s travaillent depuis des années avec le même chef d’équipe et la même agence d’intérim, l’entreprise ayant intérêt à « fidéliser » les salariés, malgré leur statut d’intérimaire.

21Pour plusieurs d’entre eux, être « embauché », c’est-à-dire être sous contrat à durée indéterminée, signifierait que l’on accepte de se taire au travail et qu’on se conforme aux attentes de l’encadrement, à propos des cadences notamment. Dans ce bassin d’emploi, les Lao ne sont pas les seuls à partager une telle attitude. Certains d’entre eux attribuent d’ailleurs l’absence de revendication et la malléabilité à de vieilles habitudes patronales encouragées par l’attitude craintive des autres travailleurs étrangers présents avant eux à Saint-Claude. Ainsi, cet ouvrier de 35 ans, employé dans la plus importante usine de la ville (environ 500 salariés), analyse la situation de son entreprise au regard de l’attitude de soumission des salariés étrangers les plus anciens :

Dans la boîte, il y a beaucoup de Turcs, Arabes, Algériens, Marocains qui travaillent. Certains Arabes y travaillent depuis 25 ans. Ils n’osent rien dire. Ils sont venus en France pour l’argent, c’est tout. Ils n’osent rien dire au patron, ils ont peur. C’est comme ça que le patron a pris l’habitude des gens comme ça.

22Kolith, jeune chômeur de 21 ans, affirme qu’il est plus revendicatif que ses aînés et pour le prouver, il raconte l’échange qui lui vaut aujourd’hui, de ne plus pouvoir travailler :

Je n’ai pas été repris après mon premier contrat parce que j’ai parlé au contremaître, au régleur. Il est venu me dire qu’il fallait travailler, ne pas parler, aller plus vite. Je lui ai demandé : mais vous, est-ce que vous avez déjà travaillé huit heures à mon poste ? Il m’a répondu que non, mais il n’était pas content. Ensuite, il n’a plus voulu me reprendre. C’est lui qui est en relation avec l’agence d’intérim. Il leur a téléphoné dix jours avant la fin de mon contrat et leur a dit qu’il ne pouvait pas me reprendre. C’est comme ça que ça se passe, on ne peut rien faire.

23Pour les Lao les plus âgés, la malléabilité est généralement vue comme une nécessité, la plupart veillent à ne pas s’exposer à une telle situation, et jugent d’ailleurs avec sévérité une telle attitude. Ainsi, la mère du jeune cité ci-dessus préfèrerait qu’il se montre plus docile face au contremaître :

Mon fils n’est pas comme nous. Il ne supporte pas les chefs. Nous, on accepte de travailler, n’importe quel travail. Quand le chef dit quelque chose, on laisse aller, on dit : c’est pas grave, et puis on laisse aller. On dit : c’est pas grave, et puis on travaille sans rien dire. Voilà, c’est comme ça qu’on arrive à gagner de l’argent et à s’en sortir. Ce n’est pas la même manière de penser. Mon fils, il n’accepte pas ça.

24Malgré ces divergences face à des relations de travail difficiles, la manière dont ces travailleurs négocient leur position débouche rarement sur des conflits. Plusieurs nous confirment que tout conflit aboutirait d’abord à clore toute possibilité d’embauche. Ils expliquent également que les occasions de communication avec les collègues et supérieurs hiérarchiques restent limitées, pour plusieurs raisons. La première est linguistique : parmi les plus âgés, une grande partie maîtrise peu le français, et ne se risque pas à soutenir une discussion. Deuxièmement, le contexte de travail n’est guère propice aux échanges : l’environnement est souvent bruyant et chaque salarié est rivé à son poste ; enfin, ils et elles sont soumis à des impératifs draconiens de productivité qui passent par des cadences imposées par les machines et par un chronométrage de chaque geste, ce qui autorise peu d’échanges. Ces salariés se trouvent donc souvent dominés à double titre : les conditions de recrutement et de gestion de la main-d’œuvre, d’une part, empêchent toute velléité de revendication, d’autre part, les caractéristiques mêmes de cette population réfugiée – arrivée récemment et découvrant les « règles du jeu » du monde ouvrier – la placent dans une situation minoritaire à laquelle ce marché local de l’emploi est habitué, faisant appel aux « travailleurs immigrés », s’exprimant peu ou difficilement en français, depuis plusieurs décennies.

25Un des enquêtés qui s’exprime le mieux en français décrit cette situation de domination de manière réaliste et désabusée :

Au travail, avec les Français, moi, je comprends beaucoup de choses. Les autres Laotiens eux, souvent, ils ne comprennent pas. Heureusement ! Ils ont parfois du mal à comprendre pour le travail. Mais ce que disent les Français derrière, quand ils rient, se moquent, là ils comprennent, mais pas toujours ! Moi, dans l’atelier, il y en a un qui est vraiment mauvais. Il vient souvent me voir et me dit : mais pourquoi tu es venu là toi, pourquoi tu rentres pas chez toi ? On dit rien. Mais parfois, ça arrive [de répondre]. J’ai un ami, qui travaille avec moi, il s’énervait, il commençait à gueuler et à vouloir se battre avec l’autre. Je lui ai dit de ne rien dire, je lui ai expliqué. Si je n’étais pas là, ça ferait des histoires. J’explique aux autres.

26Les salariés échapperaient donc en partie à l’impact négatif de ces moqueries et réflexions xénophobes ou racistes grâce à une maîtrise insuffisante de la langue. On peut toutefois en douter : même peu à l’aise en français, ceux-ci ne sont pas dupes, ils devinent l’animosité, perçoivent les regards, mais se gardent de réagir, sous peine de déclencher une dispute qui leur serait défavorable, ayant finalement l’effet d’affaiblir encore davantage leurs marges de manœuvre. Le choix du silence n’empêche pas la tension de monter à l’intérieur de soi et se ressent à la maison. Un jeune décrit ainsi le retour du travail de son père : « Mes parents, eux, au boulot, ils encaissent. Mon père, il encaisse, il dit rien. Mais quand il rentre à la maison, tu as vu, pendant un long moment, il dit rien, il est tendu ». En effet, la tension est palpable, elle redouble la fatigue physique : le père reste longtemps silencieux comme s’il devait digérer tout ce qu’il avait vécu dans la journée. Ce contexte de relations de travail pèse donc lourd dans la perception qu’ont les Lao de leur travail. La satisfaction qu’ils et elles expriment en insistant sur l’abondance d’emplois, s’estompe rapidement quand on évoque plus en détail les relations de travail au quotidien.

Les conditions de travail : cadences, horaires et pénibilité

27Le même phénomène se produit quand on aborde la description des conditions de travail, les horaires, la pénibilité et les cadences. Elles apparaissent comme le revers de l’accès facile à l’emploi. Lorsqu’on demande à ces salariés de décrire les conditions de travail, les Lao estiment souvent leur travail aisé, car les tâches ne sont pas compliquées, mais ils le disent aussi pénible, car les gestes sont généralement répétitifs. Au cours des entretiens, comme à travers les échanges informels au retour du travail, elles et ils décrivent des situations de travail où la pénibilité vient essentiellement du fait des impératifs de productivité qui se traduisent concrètement par le rythme mécanique d’une machine automatique, celui d’une chaîne d’assemblage ou d’usinage. Voici quelques exemples de description des tâches effectuées. Ce premier ouvrier travaille dans une entreprise sous-traitante de l’industrie automobile :

Mon travail est facile. Il suffit d’appuyer sur des boutons et ça découpe les insignes Renault, celles qui sont collées sur le volant des voitures ensuite. Après, je range les signes dans les caisses. Des plaques non découpées arrivent sur un tapis roulant. Je ne peux pas m’arrêter. Il faut donc arriver dix minutes en avance le matin pour préparer les caisses à côté de la machine. La machine avance tout le temps, automatique, et si j’arrête, si je ne prends pas les pièces, elles partent à la poubelle. C’est un travail qui ne demande aucune qualification, qui ne demande pas de réfléchir. Je suis toujours dans la même position à regarder la machine avec les deux mains sur les boutons. (Homme, 38 ans, ouvrier intérimaire.)

28Cet autre travaille également pour une usine de pièces automobiles :

Le travail d’usinage n’est pas dur. Il faut mettre la pièce sur la machine, et puis on appuie sur des boutons et ça usine tout seul. Et puis c’est au tour d’une autre pièce, comme ça, tout le temps. (Jeune de 22 ans, ouvrier intérimaire.)

29L’un d’eux, plus âgé, est salarié d’une fonderie :

Le travail est facile. Il s’agit de surveiller la machine, de mettre la matière dans un moule, de peser. Mais les poids sont indiqués. On te dit un kilo, tu mets un kilo dans le moule et c’est tout. (Ouvrier de fonderie, 47 ans.)

30Un de ses collègues, 38 ans, a une tâche de contrôle de la qualité du produit :

Mon travail chez Biriez, c’est un boulot de femme ! Tu prends les pièces, des petites pièces, tu les regardes, tu contrôles et hop, tu les jettes à côté, c’est tout.

31Beaucoup font ce premier constat de facilité puis soulignent les nombreux inconvénients de ce type de tâche. Leurs remarques se concentrent sur trois aspects essentiels : le rapport au temps (chronométrage, cadences, horaires de nuit ou en roulement) ; les relations avec la hiérarchie immédiate (petits chefs et régleurs) ; et le rapport à la machine et à l’espace de travail (répétitivité et rythme de travail, mais aussi postures, bruit, éclairage, c’est-à-dire tout ce qui a trait à l’environnement de travail). Les contraintes du travail ouvrier se traduisent par un temps particulièrement imposé, objectivement et subjectivement (Grossin 1981). Plusieurs évoquent le chronométrage, comme cet ouvrier qui explique qu’il doit remplir une fiche tous les jours en indiquant combien de temps il a passé à nettoyer sa machine. Certains se montrent très critiques, comme ce jeune intérimaire de 20 ans, d’origine lao, travaillant dans un atelier d’usinage de pièces automobiles. Il associe les mauvaises conditions de travail à la présence de femmes qui à ses yeux acceptent trop facilement la cadence imposée. Il choisit de décrire la situation comme s’il y était extérieur, pour mieux marquer son souci de pouvoir échapper à cette condition :

À l’usine, je trouve ça vraiment trop ! Je ne travaille qu’avec des femmes, je suis entouré que de femmes pratiquement ! Elles ne disent pas grand-chose vu qu’elles ne parlent pas du tout ou très peu le français. [...] Bon, du coup, ce n’est pas l’atelier où on a les meilleures conditions de travail. L’entreprise profite de la situation. L’autre jour, on a vu débarquer des chefs dans l’atelier avec des gens qui sont venus chronométrer les tâches. Ils ont trouvé qu’elles pouvaient travailler encore plus vite. Et voilà !

32Les contraintes de temps pèsent ainsi sur de nombreux·ses salarié·e·s qui déclarent ne pas s’en accommoder facilement même après plusieurs années de travail. Un ouvrier d’une trentaine d’années, habitant le foyer de jeunes travailleurs tout proche, explique que le temps de travail est minuté, et que les temps de pause sont très courts :

Tu n’as pas le temps de manger. Juste une demi-heure. Tu manges sur place, devant la machine, face à face [...] Et pour pisser hein ! Si tu es obligé vraiment de faire vite, tu es obligé d’y aller en vitesse et de revenir vite. Tu ne peux pas toujours demander à quelqu’un de te remplacer ou au chef, au régleur, ils sont parfois ailleurs.

33Malgré tout, beaucoup s’estiment chanceux de ne pas devoir travailler de nuit, car de nombreux emplois obligent à des horaires décalés ou en équipe de 2/8 ou 3/8. Cet ouvrier de 50 ans, l’un des plus âgés parmi ceux rencontrés, installé à Saint-Claude depuis une décennie, explique qu’il cherche avant tout à éviter le travail de nuit. Il dit avec une certaine lassitude :

Ici, on n’a pas le choix, tout le monde travaille en équipe. C’est 5h00-13h00 ou bien 13h00-21h00. Il y a aussi la nuit, mais ce n’est pas bien [...] Le travail de nuit c’est beaucoup plus dur. Ce n’est pas normal, travailler la journée, ça suffit, c’est déjà pas mal ! [...] Ceux qui travaillent la nuit, ils se fatiguent. Ça ne tourne plus bien dans leur tête ! Parce que, tu sais comme Kéo mon beau-frère là, tu le connais, ils se couchent quand les autres se lèvent, quand leur femme et leurs enfants sont debout. Ça ne va pas !

Extrait du journal de terrain de Pierre Billion-Laroute, Saint-Claude, 14 avril 1992

Je suis hébergé depuis quelques jours chez Peng, père de famille de 45 ans, qui s’apprête à partir au travail à midi : il est « de l’équipe de l’après-midi ». Il prend son repas assis à terre dans le salon-salle à manger. Le sol est protégé par des feuilles de papier découpées dans un rouleau récupéré dans une usine, parfois ce sont des publicités ou des journaux d’annonces trouvés dans la boîte aux lettres. Un reste de riz gluant, une assiette de riz parfumé et du padek (saumure de poisson) ainsi que quelques morceaux de porc cuisiné et de viande séchée ont été préparés par sa femme partie plus tôt à l’usine. Sa fille, présente en cette période de vacances scolaires, lui a réchauffé les mets puis s’en est allée chez une amie dans un immeuble voisin. Pour ma part, j’attends le réveil d’un de ses voisins qui travaille de nuit, qui doit m’accompagner pour rencontrer un couple de personnes âgées. Mon hôte prend le temps de manger devant la télévision. On se connaît depuis plusieurs années : je reste là, assis près de lui, regardant aussi la télévision. J’ai plusieurs fois observé des moments de transition pareils à celui-ci. Le soir par exemple. La fatigue au retour de l’usine, la douche pour se laver et, surtout, se détendre ; quitter le jean et le polo pour nouer autour de la taille un pantalon traditionnel en coton ; le silence de cet homme volontiers enjoué auquel répond la réserve des enfants, qui savent que ce n’est pas le moment de solliciter leur père ; puis, après une cigarette, la conversation qui lentement reprend sa place… Cette fois, en cette fin de matinée, c’est le départ pour le travail. Je remarque ses coups d’œil fréquents à la pendule du mur. L’homme s’inquiète manifestement de ne pas arriver en retard quand, soudain, il constate que la pendule est en panne. Après quelques instants de trouble, nous finissons par trouver l’heure. L’inquiétude retombant, l’homme me sourit et dis : « Tu sais, je ne peux pas arriver en retard. Je travaille au moule. Et puis, quand l’heure est passée, ils ferment les portes. Ils retirent une demi-heure ou même une heure de paye ! »

34Le contrôle de la production et de la productivité, les cadences et l’automatisme du rythme de travail, tout cela dépend bien sûr de la surveillance qu’opèrent les régleurs et les chefs. Les ouvriers évoquent ces derniers, mais font rarement allusion à des interactions longues ou à des conflits. Comme nous l’avons dit plus haut à propos des relations de travail, l’embauche dépend souvent d’une entreprise de travail intérimaire. Cependant, ce sont le chef ou le régleur qui vont répercuter à cette dernière toute information et établir la réputation de l’ouvrier. Leur pouvoir est donc important. Le comportement des salariés s’efforce ainsi d’être conforme au rythme et au niveau de production attendus. Parfois, le poids du contrôle de la hiérarchie est souligné comme, plus haut, avec l’expérience du chronométrage.

35La contrainte s’incarne parfois en un chef, particulièrement désagréable : « Le chef, chez Mariani, c’est un Irakien. On l’appelle Bagdad. Il a le niveau bac +2, c’est pour ça qu’il est chef. Il gueule souvent, il est fou ! » Ses éclats de voix ou, quelquefois, une impolitesse flagrante sont particulièrement mal ressentis. Mais, en général, les Lao considèrent la situation avec fatalité. Les petits chefs et les régleurs sont, eux aussi, à leur niveau, contraints par l’organisation de la production à contrôler, chronométrer, rendre compte, surveiller plus ou moins directement, ils sont un des rouages d’une situation qui les dépasse. Au-delà du chef, c’est beaucoup plus le rythme et la pénibilité des tâches que les ouvriers évoquent. Et d’ailleurs, dans certains cas, celle-ci ne dépend pas directement du contremaître, car le rythme est contrôlé directement par la machine :

Je dois faire neuf cartons en huit heures, c’est tout. Et puis, il ne faut pas qu’il y en ait trop à passer à la poubelle. Parce que la machine avance tout le temps, automatique. Et si j’arrête, si je ne prends pas les pièces, elles partent à la poubelle. De toute façon, c’est l’ordinateur qui contrôle. Il y a un programme. Si j’arrête, c’est marqué par l’ordinateur. Tout est marqué. C’est comme ça qu’ils font maintenant, ils contrôlent par la machine, pas avec quelqu’un directement.

36Plusieurs soulignent la pénibilité des conditions et de l’environnement du travail. La saleté, le bruit, le rythme, les gestes répétés sont les éléments qui reviennent le plus souvent dans les propos. L’un d’eux, 32 ans, qui est parti trop jeune pour avoir eu une expérience de travail dans son pays d’origine, observe dans son environnement de travail un détail qu’il juge significatif : « Dans l’atelier, tu sais les vitres, elles sont en verre dépoli. Ces vitres, elles sont faites pour qu’on produise plus et qu’on ne regarde pas dehors ! » La répétitivité des gestes est souvent citée comme source de tensions et de maux du corps qui, s’ils semblent bénins au premier abord, favorisent par leur répétition la tension physique et psychologique causée par le travail. « J’ai mal dans le cou, je me crispe. Avant de partir le soir [il s’agit d’un travail de nuit], je me masse avec du baume du tigre [pommade au camphre] » (38 ans, ouvrier intérimaire).

37C’est aussi le cas de cet ouvrier, pourtant jeune, qui usine des carters de moteur automobile en alliage : « Chez Mariani, des carters, il faut en soulever ! Un carter, à porter là, ça fait 30 kilos. Et tu limes, il y a les copeaux. Il faut en faire six cents par jour. À force, tu as mal dans le bas du dos et aux mains. » Ces hommes décrivent les effets sur leur corps d’une mise au travail industriel qui intervient relativement tardivement dans leur vie. S’ils appartenaient naguère à des familles de riziculteurs, eux-mêmes ont peu connu ce travail agricole, qui fut surtout celui de leurs parents.

Risques et accidents du travail

38Certains emplois exposent plus que d’autres à des risques d’accident du travail. Le travail au moule est un poste recherché, car il est un peu plus qualifié que d’autres et surtout parce qu’une bonne part de l’atelier dépend de lui, ce qui valorise celui qui en est chargé. Pourtant, il est décrit par mes interlocuteurs comme relativement contraignant, car plus exposé au maniement de la matière. Bounlouane, 48 ans, en CDI depuis cinq ans, explique : « Parfois, il y a un défaut, la matière éclate et ça te rentre sous la peau, sur les mains, les bras [il montre ses nombreuses cicatrices]. » Cette évocation succincte se suffit à elle-même. Recueillie en fin de journée, elle n’appelle pas d’autre commentaire. Bounlouane ajoute : « Oh, tu sais, mon travail c’est un travail manuel, un travail d’ouvrier. » Un de ses voisins, « vieil » intérimaire (vieux au sens où il enchaîne les contrats d’intérim depuis plusieurs années) venu bavarder avec lui à la maison, exprime son sentiment de façon moins euphémisée : « Mon travail, c’est de la merde ! »

39La perception des conditions de travail est subjective et, dans le cas de ces deux hommes plus âgés que leurs collègues, surdéterminée par le déclassement et le sentiment de dévalorisation professionnelle. À Saint-Claude, souvent, les milieux sociaux d’origine sont modestes et ruraux, les personnes ont eu naguère diverses expériences de travail manuel, entrecoupées de moments de chômage, et sont peu qualifiées. Les références passées au monde du travail sont artisanales, techniques ou agricoles, comme celles de la riziculture, connue avant le départ pour les plus âgés, et jugée elle aussi difficile, peu valorisante et surtout moins bien rémunérée. Aussi, ce sentiment de déclassement n’est pas partagé par tous : si le travail est répétitif, la situation est souvent jugée meilleure qu’avant et qu’ailleurs ; les salaires sont fixes et chacun bénéficie de la sécurité sociale.

40Say, ouvrier dans la plus importante entreprise de sous-traitance de pièces automobiles de la ville, explique :

Des accidents du travail ? Oui, il y en a à peu près deux par semaine. C’est souvent. Dans l’usine, il y a une plaque avec les morts, ceux qui ont eu un accident. Il y a un monsieur qui s’occupe du moule. C’est une pièce très lourde. Il faut l’installer avec un câble. Le câble a cassé et lui a coupé tous les doigts. Oh, et il est parti dans toute l’usine en criant et en se tenant le bras… Il y avait du sang partout !... Et c’est pas possible de demander des choses pour empêcher ça. Ce travail, on ne peut pas le faire autrement.

41Les risques encourus sont connus et acceptés. Say précise avec une pointe de fierté : « Aucun Lao n’a eu d’accident du travail jusque-là. Juste quelques petites choses. Des petites coupures de temps en temps. »

42Les conditions dans lesquelles sont vécus ces risques sont importantes : se trouver victime d’un accident du travail lorsqu’on parle peu ou mal le français, lorsqu’on ne peut faire valoir qu’un contrat temporaire et que l’on aspire à un renouvellement de mission d’intérim ou à une embauche définitive, n’a pas les mêmes conséquences qu’un accident touchant un ouvrier « embauché », comme on dit, c’est-à-dire en CDI. L’exemple de Nong Nith, ouvrière intérimaire dans une usine de moulage d’objets en plastique (boîtes, bassines) illustre ce point :

  • 5 Expression lao signifiant littéralement « étranger blanc », au « teint pâle », c’est-à-dire ici les (...)

Ça fait presque un an que je travaille là. Au départ, j’ai été prise pour un contrat d’intérim. Ils m’ont promis une embauche parce qu’ils étaient contents de mon travail, au bout de 5 mois. Le patron m’avait dit la semaine prochaine… Cette semaine-là, le 17 avril, je travaillais depuis une heure, il était cinq heures du matin, j’ai eu mon accident. Ma copine [collègue occupant un poste voisin] m’a demandé de l’aider parce que sa machine avait un problème. Il fallait enlever des poussières là, des débris, dessous. Elle ne m’a pas dit qu’elle remettait en route. J’ai eu le doigt écrasé (une fracture ouverte nécessitant plusieurs semaines d’arrêt). Moi, quand j’ai vu ça, j’ai mis un mouchoir autour et je n’ai rien dit. Je ne l’ai pas dit tout de suite. J’avais mal. Après, le chef a dit : « Oh là là ! Mais il fallait le dire tout de suite ! » Il était étonné. Les Français eux n’auraient pas pu continuer à travailler comme ça. Il m’a emmenée lui-même au médecin. Mais maintenant, je ne suis toujours pas embauchée. Les Marocaines, les khek khao5, elles, elles sont embauchées. Pour moi, le chef ne veut pas. Je ne sais pas pourquoi. Pourtant je travaille bien, mieux que les autres.

43Contrairement aux apparences, le défaut de sécurité des machines ou l’attitude des supérieurs hiérarchiques ne sont pas les seuls facteurs à prendre en compte dans cet exemple. Ce qui entre en jeu, c’est aussi la manière dont Nong Nith définit elle-même la situation. Persuadée qu’elle va être remplacée au poste promis parce qu’elle a été victime d’un accident, convaincue de ne pouvoir expliquer qu’elle aidait une collègue dans une tâche non prévue, elle préfère dissimuler, dans un premier temps, sa blessure. L’assistance, somme toute normale de son supérieur, lui apparaît alors comme une faveur. Tout se passe comme si elle ne pouvait imaginer que son chef la conduirait lui-même chez le médecin et cette situation lui paraît encore – au moment où elle la relate – incongrue, du moins exceptionnelle. À cause de l’accident, elle se considère elle-même comme fautive avant même que ne lui soient formulés des reproches. Ses appréhensions et cette anticipation sont certainement déterminées par une longue expérience de tâches peu qualifiées : elle a déjà occupé d’autres emplois d’ouvrière dans plusieurs usines locales où il est chaque fois conseillé de se taire, d’exécuter, et où la précarité du contrat est devenue la norme. La manière dont Nong Nith a tenté de minimiser sa blessure et même de la dissimuler est à la mesure du peu de marge de manœuvre dont elle estime pouvoir jouir dans les relations de travail. C’est la précarité de son contrat ainsi que le mode d’évaluation de la main-d’œuvre par les agences de travail intérimaire qui expliquent sa réaction. Lorsqu’elle sous-entend que son embauche en CDI a pris du retard depuis cet accident et que d’autres connaissent des conditions plus favorables, c’est encore cette précarité qu’elle décrit et dénonce : il suffit d’un accident pour que les efforts concédés depuis plusieurs mois dans l’entreprise soient réduits à néant.

Le travail à domicile : un rôle d’appoint ?

44Le travail des Lao de Saint-Claude ne revêt pas toujours la forme d’un emploi salarié en usine. De nombreuses familles effectuent également du travail à domicile, les unes occasionnellement, les autres régulièrement. Les entreprises de la région y ont en effet recours pour des tâches de finition ou de petit assemblage, comme l’ébarbage de petites pièces de plastique ou, dans la lunetterie, l’assemblage de cordons à lunettes ou encore des travaux de couture, pour fabriquer par exemple des étuis à lunettes ou des élastiques à cheveux, etc. Le principe est simple : les personnes disposées à travailler viennent chercher chez le fabricant un certain nombre de pièces à réaliser et doivent les rapporter dans un délai de quelques jours à une semaine, le paiement se faisant à la pièce.

45Certaines familles ont connu le travail à domicile avant leur venue à Saint-Claude, alors qu’elles traversaient une période de difficultés économiques. Il s’agit souvent de compléter les revenus touchés par ailleurs, c’est un travail d’appoint, faisant parfois intervenir des parents de passage qui aident ponctuellement celui ou celle qui a accepté le travail et partagent le revenu obtenu, calculé au nombre de pièces réalisées. Cependant, pour quelques familles, le travail à domicile représente une activité principale qui pallie la faiblesse et l’irrégularité des revenus tirés du travail temporaire en usine. À travers trois exemples puisés dans l’expérience de familles distinctes, nous allons envisager différentes dimensions du travail à domicile, selon qu’il est ou non un travail d’appoint.

Troisième salaire pour les uns, revenu d’appoint pour les autres

46Le premier exemple est celui d’un couple ayant trois enfants scolarisés. L’homme a 38 ans et travaille de nuit à l’usine. La femme, elle aussi, a travaillé à l’usine, mais se trouve, au moment de l’enquête, au chômage depuis plusieurs mois. La sœur aînée de l’époux, elle aussi ouvrière d’usine, réside régulièrement chez eux pour des durées variant de quelques semaines à plusieurs mois, lorsque le besoin d’argent s’en fait sentir. Elle quitte alors temporairement la ville où elle habite avec sa propre famille, à 200 km de là.

47Dans cette famille, le travail à domicile est assuré officiellement par l’épouse au chômage, mais en pratique, l’ensemble du ménage intervient et « aide » : l’époux dans la journée, la sœur le soir et en fin de semaine. Comme dans bien d’autres familles, le nombre de pièces accepté est en effet trop important pour que la femme puisse assurer seule le travail dans le temps imparti. Pendant notre séjour, il est arrivé que l’agence de travail temporaire lui propose de façon inopinée un contrat de travail en usine, qu’elle doit accepter sous peine de ne plus être appelée ; dans ce cas, les membres de la famille se voient sollicités pour effectuer l’ouvrage à domicile auquel elle s’était engagée.

48Il s’agit ici de cordons à lunettes en coton ou en métal doré ou argenté, sur lesquels il faut enfiler un anneau destiné à être accroché aux montures de lunettes. La tâche est méticuleuse, mais très répétitive. C’est le mari qui va chercher en voiture les caisses contenant de nombreuses liasses où pendent des cordons qu’il faut veiller à ne pas emmêler. Sa femme, ainsi que lui-même et sa sœur, travaillent le plus souvent assis à terre – les cordons étalés sur une chaise ou un tabouret – ou bien installés à une table.

49Pour cette famille, l’assemblage des cordons est un moyen de compléter des revenus insuffisants, compte tenu du statut d’ouvrier intérimaire des deux époux, des périodes régulières de chômage et du taux d’endettement du ménage. Le mari n’hésite pas à en parler comme d’un troisième salaire qui s’ajoute au sien et, selon les périodes, à celui de sa femme ou aux allocations de chômage que celle-ci touche. Il souligne avec une certaine fierté qu’il est l’un des seuls à trouver autant d’ouvrage à domicile. Cependant, pour cette famille, la survie financière ressemble à l’art de combiner les différentes sources de revenu en faisant en sorte de ne pas perdre le droit aux allocations de chômage qui demeurent essentielles lorsque l’offre de travail baisse. En effet, durant certaines périodes de l’année, il n’est plus possible de trouver du travail à domicile, ce qu’il faut donc anticiper. Cela implique concrètement qu’une partie de l’ouvrage à domicile ne soit pas déclarée. Cela suppose de longues heures de travail méticuleux et une organisation collective qui implique, d’une part, l’utilisation maximale du temps laissé à cet homme après son travail de nuit et son sommeil, et, d’autre part, l’utilisation de la main-d’œuvre familiale présente ou de passage, conditions pour que le revenu du ménage soit ainsi nettement amélioré. Ces revenus supplémentaires permettront par exemple de financer les cours de conduite automobile de sa femme, puis l’achat d’un second véhicule lui facilitant les déplacements familiaux et professionnels. Les frais d’un voyage aux États-Unis pour visiter la famille durant les congés d’été pourront ainsi être engagés ainsi que l’envoi de mandats à d’autres membres de la famille en France, au Laos et en Argentine.

50Dans le deuxième exemple, la famille est composée des parents et de quatre enfants. Le travail à domicile ne prend pas une place importante, il est réduit à compléter ponctuellement les revenus du ménage. La mère, ouvrière d’usine le jour, accepte de temps en temps un peu d’ouvrage de couture (des élastiques à cheveux, des étuis en cuir ou tissu) qu’elle effectue le soir et les fins de semaine. Elle possède en effet deux machines à coudre acquises quelques années auparavant, lorsqu’elle vivait en région parisienne. À cette époque, la totalité de son revenu et celui de son mari dépendaient de la couture. Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui, mais elle considère que la couture, dans la mesure où c’est un travail à domicile, lui permet de gagner facilement un peu d’argent quand le besoin s’en fait sentir.

51Enfin, dans le troisième exemple, le ménage est composé d’un couple âgé, tous deux allocataires du fonds national de solidarité (FNS), et de leur fille mariée, qui travaillent tous les trois à l’assemblage d’élastiques à cheveux puis à leur habillage de tissu. Seule leur fille est déclarée, mais le nombre de pièces qu’elle accepte assure du travail pour trois personnes, ses parents et elle. Dans ce foyer, le travail à domicile retrouve la place prépondérante qu’il avait dans le premier exemple, avec quelques variantes. Là encore, et plus que dans le premier exemple, le travail à domicile complète substantiellement le revenu apporté par le gendre et mari qui travaille quant à lui comme mécanicien dans un garage.

Quand toute la famille participe

52On le voit dans ces exemples, l’implication des membres de la famille est indispensable au respect des délais et à l’exécution des différentes tâches.

Extrait du journal de terrain de Pierre Billion-Laroute, Saint-Claude, 11 avril 1992

Lorsque j’entre dans la pièce principale de l’appartement qui compte quatre pièces, on m’explique que neuf personnes sont là en ce moment, les enfants et des membres de la famille. L’espace du salon est complètement investi par le matériel : les élastiques, les pièces de tissu et les emballages de carton. Au premier plan, assis sur le canapé, le père sort les élastiques de grands cartons posés au sol et les découpe à la dimension voulue. Puis il coupe de la même manière du tissu froncé, livré sous forme de tube, qui sera destiné à habiller les élastiques et à les transformer en de coquets ornements pour les cheveux. Au fond de la pièce, sur la table de salon, sa femme coud au moyen d’une machine à coudre portative le bout des élastiques au tissu afin de les y fixer. Elle fait cela en continu, c’est-à-dire avec le même fil, ce qui nécessitera une troisième opération, couper les fils qui relient entre elles les différentes pièces, tâche qu’effectuera son mari, relayé ensuite par un des enfants rentrés de l’école. Enfin, au bout de la chaîne, dans la cuisine attenante, la fille finit l’ouvrage en cousant – avec une machine à coudre professionnelle sur pieds cette fois – chaque bout de l’élastique afin que celui-ci forme un anneau et prenne sa forme définitive.

53On voit ici que l’accomplissement du travail nécessite la collaboration de trois à quatre personnes même si, en fin de compte, seule l’une d’entre elles (la fille) possède une fiche de paye. Comme souvent dans le travail à domicile, l’aide ponctuelle des enfants est requise et permet que cet ouvrage payé à bas prix et à la pièce soit retourné dans les temps, et devienne rentable. C’est le cas dans la deuxième famille où la mère avait accepté l’assemblage apparemment facile d’étuis à lunettes : il fallait faire trois coutures simples et rectilignes, un ourlet et insérer une tige souple dans le haut de l’étui. Mais bientôt, en faisant les premières pièces, elle s’aperçoit qu’il faut une ultime étape visant à retourner chaque étui avec précaution sans laisser de faux pli. Les enfants, en rechignant pour la forme, s’attaqueront à cette tâche au moyen d’outils improvisés pour repousser chaque coin de l’étui cousu et permettront de rendre ceux-ci dans les délais et dans l’état souhaité par le donneur d’ordre.

54Parfois, certaines personnes se font aider par un membre de leur famille, vivant dans une autre région. Étant disponible, il ou elle apporte son aide, en étant hébergé sur place. Le travail à domicile peut ainsi s’inscrire dans une dynamique d’échanges entre parents, dans une vision collective de la tâche qui renoue avec celle que certain·e·s ont connue naguère au Laos, en milieu rural. Ayant avancé les frais de transport de sa sœur au chômage venue d’une ville éloignée de 800 km, la mère trouve une compensation financière en faisant participer sa sœur au travail à domicile, considérant que la tâche est plus agréable en la faisant ensemble et en s’assurant ainsi de terminer plus rapidement. Contraintes économiques, sociabilité et solidarité familiale trouvent donc là un point de rencontre.

Stratégies et contraintes autour de la négociation du prix et du temps

55Le travail à domicile présente aussi l’avantage, évoqué notamment par les mères, de concilier l’activité productive aux tâches reproductives, notamment la garde et l’éducation des enfants. Cette forme de travail ne soumettrait pas, ou du moins pas de la même façon que le travail d’usine, l’ouvrière à la temporalité et à l’espace industriels. Comparé au chronométrage de la chaîne de production et à l’espace impersonnel de l’atelier, ce travail semble en effet plus « libre » et apprécié pour cette raison. Il permet aussi aux personnes âgées par exemple – bien qu’elles soient peu nombreuses à Saint-Claude –d’avoir une activité économiquement valorisée et de participer aux revenus de la maisonnée.

56Plusieurs personnes, au cours des entretiens, insistent sur cet aspect de la temporalité et y voient une des clés du « succès » des Laotiens dans le travail à domicile à Saint-Claude. Cette femme de 55 ans explique : « Avant, la couture, c’étaient les Turcs qui faisaient ça. Maintenant le patron ne leur donne plus. Il a vu que les Laotiens faisaient ça plus vite et mieux. Il n’y a plus que les Laotiens qui le font. » Les Laotiens travailleraient donc plus vite. C’est également ce que dit Oupradith (40 ans) à son tour : « Nous, on travaille plus vite. On a été habitués à travailler dur et puis on travaille le week-end, ça ne nous gêne pas, on n’a pas la même façon de voir que les Français. On peut travailler quand on veut. »

57Ces explications mettent en avant des habitudes culturelles ; en effet, le travail s’effectuait en partie à domicile au Laos, notamment en milieu rural, ce qui permet d’y voir une conception ethnique du temps qui serait particulièrement adaptée à ces tâches à faire à domicile. Cette manière de présenter les choses sous un jour culturaliste la rend-elle acceptable aux yeux des ouvriers qui sont fiers de tout ce qu’ils parviennent à réaliser ? Avec cette façon de travailler à la maison et collectivement, le temps industriel et ses contraintes pénètrent dans la maison. Dans l’exemple donné précédemment, celui de la famille fabriquant des élastiques à cheveux, la rationalisation du temps, de l’espace et de la main-d’œuvre disponible saute aux yeux. Si l’usage du temps diffère, celui-ci n’est jamais extensible. Les nombreuses heures passées à assembler, enfiler, coudre, découper, trier, viennent empiéter sur les moments disponibles pour s’occuper des enfants, recevoir ou rendre visite aux amis, se rendre à des fêtes ou à des cérémonies religieuses, etc.

58D’ailleurs, celui qui évoque plus haut la conception laotienne du temps en vient finalement à constater qu’ici, tout va vite, tout s’accélère :

Au Laos ou en Thaïlande, le temps est plus long. Tu n’as pas remarqué ? Les journées commencent à six heures le matin, jusqu’à six heures le soir. Moi je le remarque parce qu’ici, c’est beaucoup plus rapide, on va plus vite, les gens regardent leur montre. Là-bas, les gens vont plus lentement, les journées passent plus longuement. Quand les gens m’écrivent de là-bas, ils me disent souvent que ça fait longtemps qu’ils n’ont pas reçu de nouvelles. J’ai regardé l’autre fois le mandat que j’avais envoyé [cet homme envoie régulièrement une somme d’argent à sa famille], je l’avais gardé pour voir. Ça faisait cinquante jours ! Pour nous ici, c’est rien et eux ils disaient qu’ils n’ont rien reçu depuis très longtemps.

59Tout s’accélère en France, mais aussi tout se compte. Qu’ils soient ou non habitués à partager la semaine en jours de travail et en fin de semaine de temps libre, les Lao doivent compter leur temps disponible et évaluer si le travail confié pourra être terminé dans les délais. Ainsi, il est fréquent que l’ouvrage à domicile soit terminé au moyen de longues heures de travail dans les derniers jours précédant la date butoir, c’est alors que la participation des enfants est requise. Les contraintes de productivité pèsent lourdement sur chaque famille qui est amenée à maximiser son temps. La modulation des heures travaillées chaque jour, le retardement de l’exécution de l’ouvrage se paient inévitablement par de plus longues heures de travail les derniers jours, et par une fatigue accumulée au fil des jours. Certains finissent par abandonner :

J’ai fait le travail de couture des élastiques pendant un an et demi. Après je l’ai laissé à Mme Khannaly, c’était trop fatigant. Même la couture des étuis, j’ai arrêté. Les enfants étaient obligés de m’aider, je travaillais beaucoup, tous les jours, même le dimanche, pendant le pique-nique avec les autres Laotiens, j’étais obligée d’en faire [des finitions] et tout le monde m’aidait. Quand il y en avait trop, c’était toute la famille qui travaillait.

60Preuve de la prégnance sur la vie de ces familles lao de ce que l’on pourrait appeler une temporalité industrielle ou capitaliste, c’est-à-dire basée sur le calcul, la prévision et la maximisation, on peut évoquer les tentatives de maîtrise du temps de travail et du prix payé à la pièce pour ce travail à domicile. Une des personnes enquêtées (parmi celles qui ont la plus longue expérience du travail à domicile) explique ses calculs et ses stratégies par rapport à ces deux données essentielles, que sont le temps et le salaire :

Je travaille vite. Mais je ne veux pas le laisser voir au patron. S’il me donne du travail à faire en cinq jours et que je le finis en trois jours, je ne fais pas signe. Pendant les deux jours gagnés, je peux me reposer. Il arrive que le patron me donne du travail et me dise qu’il pense qu’on peut en faire 50 pièces à l’heure. À partir de ça, il fixe son prix à la pièce. Moi, même si je sais que je peux en faire 70 ou 80 pièces à l’heure, je dis pouvoir en faire moins. Sinon, il va baisser le prix payé à l’unité et alors, le travail n’est pas reconnu. C’est possible de faire ça parce que le patron compare avec le travail d’un ouvrier à l’usine. Mais l’ouvrier est payé à l’heure et pas à la pièce. Il n’a pas la même motivation à aller vite. Et puis moi je trouve le travail facile, mais les patrons, eux, ils trouvent ça minutieux.

61Pour lui, la productivité atteinte, mais masquée aux yeux du patron, permet d’obtenir un meilleur prix à la pièce en faisant un calcul basé sur une double prévision : celle de la productivité qu’il est capable d’assurer et celle des conditions que le patron est susceptible d’accepter. Il semble satisfait d’ailleurs des résultats de cette transaction restée implicite. Le salaire horaire finalement obtenu correspond cependant à peine au salaire minimum, sans compter que deux personnes sont requises une partie de la journée pour assurer l’ouvrage dans les délais. Il faut enfin préciser que toutes les familles impliquées sont loin de pouvoir bénéficier d’une telle marge de manœuvre, comme le fait cet ouvrier en sous-évaluant le nombre de pièces que sa famille peut fournir à l’heure. Facilement accessible, venant comme un complément salutaire à des salaires en usine peu élevés, le travail à domicile n’est donc pas pour autant une activité rentable et lucrative.

La tentation du contractage

62En suivant le fil de ces stratégies de maximisation du temps et de l’argent péniblement gagné grâce au travail à domicile, on s’aperçoit combien l’obligation de compter, prévoir, calculer ses profits et ses pertes s’est imposée aux travailleurs et travailleuses lao. On s’éloigne alors des rationalisations enchantées et culturalistes, qui insistent tantôt sur les possibilités de concilier vie familiale et travail, tantôt sur une « conception lao du temps », un habitus culturel qui serait adapté à la situation. Ces stratégies peuvent, on va le voir, empiéter sur les relations entre les familles et induire des changements profonds dans les rapports qui les unissent. Ainsi en témoigne la pratique naissante du contractage (ou sous-contractage pour paraphraser l’expression anglaise sub-contracting) qui, d’une logique de solidarité, en arrive à l’instauration de rapports d’exploitation économique entre les familles.

63Oupradith, qui vantait plus haut sa capacité de négociation du prix à la pièce évoque son projet de devenir intermédiaire :

J’aimerais pouvoir trouver du travail pour les autres, trouver les contrats. J’amènerais le travail à domicile aux autres et moi, je prendrais ma part [...] Quand j’ai trop de cordons à faire, j’en donne une partie à mon beau-frère et ma belle-sœur puis je leur donne l’argent. Mais je ne partage pas en deux vraiment. Si par exemple, je prends du travail pour une valeur de cinq, on partage le travail en deux, mais pour l’argent, je prends trois et je leur donne deux. Enfin, en général, je prends environ un tiers du prix à la pièce pour moi. Eux ils ne le savent pas. Mais c’est normal, c’est moi qui ai trouvé le travail, je vais le chercher, je suis responsable. C’est ma fiche de paye [...] J’ai déjà gagné beaucoup d’argent comme ça.

64Profitant de sa capacité à négocier un bon prix avec le patron, et grâce à son expérience et sa bonne maîtrise du français, il tente de maximiser ses gains en faisant travailler ses proches. C’est rentable parce qu’il est le seul à connaître le prix à la pièce proposé par le patron. Peu répandue et restant discrète, cette pratique traduit le poids des contingences économiques sur les relations « entre compatriotes ». Des relations de coopération et d’entraide unissent ces mêmes personnes à d’autres moments comme pour la garde des enfants, de nombreux services mutuels (coupe de cheveux, préparations culinaires, etc.), l’hébergement de la parenté, la mise en commun des connaissances et des informations pour des démarches administratives, ou encore le soutien financier en cas de maladie ou de décès, par exemple. Cependant, les contraintes économiques, la faiblesse des salaires, la pression opérée par l’exigence de productivité, la raréfaction du temps disponible, entraînent parfois des pratiques d’exploitation entre familles, qui deviennent source de conflits. Le profit dégagé du sous-contractage, lorsqu’il est finalement connu ou ne serait-ce que soupçonné, contrevient aux relations de confiance et ne respecte pas le principe (du moins apparent) des relations de solidarité, désintéressées et gratuites.

65Cette pratique du contractage et le conflit qu’elle révèle, oscille entre une logique utilitariste et une logique de la coopération où le calcul n’est pas avouable. La difficulté de concilier les deux logiques génère potentiellement le conflit. Avec le travail à domicile, le calcul strictement économique, la maximisation font leur entrée dans la sphère privée des relations inter-familiales ou intra-ethniques. Mais en même temps, ils ne sont pas avouables, restent en partie cachés, font l’objet de règles floues, tandis qu’ailleurs, nous l’avions par exemple observé au Canada (Bertheleu & Billion-Laroute 1997), le statut d’intermédiaire du contracteur est clair et les conditions de travail explicites. Ici, les rapports économiques entre les familles ne peuvent être formalisés et donc objectivés sous peine de mettre en péril la relation qui les unit, une relation vécue subjectivement sur le mode de la coopération et de la solidarité.

Conclusion

66Nous posions plus haut la question du nivellement social et du processus d’ouvriérisation observé ailleurs à la même période. Comme nous l’avons montré, cette situation sanclaudienne est singulière, à bien des égards, et ne doit pas être généralisée à l’ensemble des familles lao installées en France. Deux éléments sont à retenir ici et diffèrent de la situation observée par Jean-Pierre Hassoun auprès des réfugiés hmong (1988). D’une part, la venue à Saint-Claude des ouvriers et des ouvrières que nous avons rencontré·e·s intervient dans un second, voire un troisième, temps de leur trajectoire en France, après avoir obtenus de précédents emplois difficiles et décevants, et à la suite de périodes de chômage qui ont eu un effet prégnant, les poussant à déménager dans cette petite ville loin de leur premier ancrage, et souvent loin de la famille élargie. D’autre part, si l’on se réfère à la hiérarchie sociale qui avait cours au Laos, avant leur départ, nous avons rencontré à Saint-Claude les couches sociales les plus modestes. Celles et ceux qui appartenaient autrefois aux classes moyennes et supérieures, plus souvent installées en Île-de-France ou dans les grandes villes, y sont restés et n’ont pas vécu cette nouvelle étape professionnelle, que nous décrivons ici, des Lao de Saint-Claude.

67Cette situation sanclaudienne semble relever de l’anachronisme. Les ouvriers et les ouvrières lao que nous avons rencontrés sont-ils les derniers représentants de conditions de travail de moins en moins répandues ? Dans ces petites et moyennes entreprises contraintes à des rapports de sous-traitance avec de grands groupes et vers lesquels a été transféré un certain nombre de tâches d’exécution, la gestion de production « en flux tendus » est assurée par ces ouvriers d’origine étrangère, souvent intérimaires, qui sont employés pour faire face aux besoins de la production. La situation décrite n’est pas exceptionnelle, elle est comparable à ce que d’autres ont pu observer à la même époque dans d’autres petites villes comme Cholet ou Bonneville (Alili 1993) qui présentent des caractéristiques proches. Les employeurs mobilisent cette main-d’œuvre étrangère pour sa disponibilité et sa capacité d’adaptation que génèrent ces formes de solidarité familiale qui se déploient quand il le faut. Ils apprécient la manière dont leurs employés prennent parfois appui sur les réseaux de compatriotes, tout particulièrement dans cette configuration de sous-traitance en flux tendus (Guillou & Wadbled 2006).

68Lorsque le travail entre dans le domicile, les exigences de productivité pénètrent la sphère privée et rejaillissent sur les rapports entre parents et entre familles, pour le meilleur (solidarité matérielle, avance d’argent aux nouveaux venus) comme pour le pire (exploitation des compatriotes, y compris les personnes âgées et les plus jeunes). Sous les apparences d’une activité indépendante, ce type de travail masque un rapport de subordination important vis-à-vis d’entreprises qui « externalisent » les tâches de finition, payent peu, tout en exigeant des délais courts. Elles s’appuient sur une « solidarité captive » (Bertheleu & Billion-Laroute 1997) entre familles lao sur laquelle certains « compatriotes » projettent leur propre carrière.

69Enfin, il faut souligner que la situation est différente pour les plus jeunes, qui n’ont pas connu le travail au Laos et qui ont bénéficié d’une scolarité plus longue : ils et elles se montrent plus critiques à l’égard de ces situations de travail et observent la relation de subordination avec distance, sans y consentir, ou bien selon des modalités vécues comme temporaires. Pour elles et eux, la formation et l’expérience doivent permettre d’évoluer, et leur vision du travail veut échapper aux réseaux ethniques, vécus comme plus contraignants que facilitants, même si ils et elles bénéficient néanmoins de la solidarité familiale, ce qui leur ait régulièrement rappelé. L’enquête reste à mener auprès de cette nouvelle génération, qui travaille aujourd’hui massivement, mais était encore peu représentée dans ce contexte sanclaudien des années 1990.

Haut de page

Bibliographie

ALILI, Rochdi, 1993, « Les Laotiens de Bonneville », Hommes et Migrations, 1166 : 31-34.

BELKACEM, Rachid, KORNIG, Cathel & MICHON, François, 2011, Visages de l’intérim en France et dans le Monde, Paris : L’Harmattan.

BERTHELEU, Hélène, 1994, Organisation collective et ethnicité. Familles lao à Rennes, Grenoble et Montréal, thèse de doctorat en sociologie, université de Rennes.

BERTHELEU, Hélène & BILLION-LAROUTE, Pierre, 1997, « Cloisonnement ethnique et solidarité captive. Familles lao dans le quartier de Côte-des-Neiges » in Un quartier pluriethnique à Montréal : Côte-des-Neiges, Deidre Meintel, Sylvie Fortin, Victor  Piché & Danièle Juteau, éd., Paris : L’Harmattan, p. 229-261.

BILLION-LAROUTE Pierre, 1992, « Les Lao dans le Jura », Dialogues. Échanges et Cultures du Monde, 21 : 21-22.

BILLION-LAROUTE, Pierre, 1999, Économie, travail et relations inter-ethniques : l’intégration socio-économique de minorités laotiennes en France et en Amérique du nord, thèse de doctorat en sociologie, université de Rennes.

BILLION-LAROUTE, Pierre, 2001, « Où sont passés les “travailleurs réfugiés” ? Trajectoires professionnelles des populations du Sud-Est asiatique », Hommes et Migrations, 1234 : 38-49.

BRUN, Solène & COSQUER, Claire, 2022, Sociologie de la race, Paris : Armand Colin.

GIRAUDO, Gregory, 2007, « Travail intérimaire. Discrimination silencieuse, racisme flottant et gestion de l’indicible », Hommes et Migrations, « Nouvelles figures de l’immigration en France et en Méditerranée », 1266 : 142-151.

GUILLOU, Anne Yvonne & WADBLED, Martine, 2006, « Maçons turcs, un exemple de stratification ethnique dans l’économie bretonne », Hommes et Migrations, 1260 : 81-95.

GROSSIN, William, 1981, Des résignés aux gagnants, Nancy : Publications universitaires de Nancy II.

HASSOUN, Jean-Pierre, 1988, « Hmong à l’usine », Revue française de Sociologie, XXIX : 35-53.

JOUNIN, Nicolas, 2009a, « Travailleurs immigrés entre discrimination et précarité : L’exemple de l’intérim dans le bâtiment », in Étrangers et sociétés : Représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Pilar González-Bernaldo, Manuela Martini & Marie-Louise Pelus-Kaplan, éd., Rennes : Presses universitaires de Rennes.

JOUNIN, Nicolas, 2009b, Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris : La Découverte.

MESLIN, Karine, 2011, « Les réfugiés cambodgiens, des ouvriers dociles ? Genèse et modes de pérennisation d’un stéréotype en migration », Revue européenne des migrations internationales, 27 (3) : 83-101.

PRUVOST, Geneviève, 2011, « Le hors-travail au travail dans la police et l’intérim. Approche interactionniste des coulisses », Communications, 89 (2) : 159-192.

SAYAD, Abdelmalek, 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles : De Boeck coll. « L’Homme, l’Étranger ».

TRIBALAT, Michèle, éd., 1995, Faire France. Une grande enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris : La Découverte, coll. « Essais ».

Haut de page

Note de fin

1 Le qualitatif lao fait référence au groupe statistiquement et sociologiquement majoritaire qui, au Laos, détient la majorité des ressources et du pouvoir. Il exclut d’autres populations laotiennes qui, minoritaires au Laos, ont été néanmoins nombreuses parmi les réfugiés, comme les Hmong. Nous adoptons ces distinctions ethniques parce qu’elles sont pertinentes aux yeux des enquêté·e·s qui, s’ils·elles ont la même nationalité d’origine, ne partagent pas la même langue, ni ne se fréquentent en France. Il n’est pas rare de rencontrer dans les réseaux lao des personnes de nationalité thaïlandaise, dans la mesure où les Lao vivent de part et d’autre du fleuve Mékong qui sépare les deux pays.

2 Billion-Laroute (1999) et Bertheleu (1994).

3 Fait rare en France, cette population réfugiée a généralement été accueillie au sein d’un réseau de centres provisoires d’hébergement dont les services administratifs ont été enjoints de construire les dossiers de naturalisation de leurs pensionnaires, pour un traitement collectif et accéléré. Cela explique qu’une majorité des personnes soit française.

4 Il s’agit de l’Agence nationale pour l’emploi, devenue Pôle Emploi en 2008.

5 Expression lao signifiant littéralement « étranger blanc », au « teint pâle », c’est-à-dire ici les Maghrébins et les Turcs essentiellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Billion-Laroute et Hélène Bertheleu, « Familles lao à Saint-Claude (Jura) dans les années 1990. Abondance des emplois et subordination dans le travail »Moussons, 42 | 2023, 55-80.

Référence électronique

Pierre Billion-Laroute et Hélène Bertheleu, « Familles lao à Saint-Claude (Jura) dans les années 1990. Abondance des emplois et subordination dans le travail »Moussons [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/10969 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.10969

Haut de page

Auteurs

Pierre Billion-Laroute

Pierre Billion-Laroute a été enseignant-chercheur en sociologie à l’université de Tours, au département Carrières sociales et à l’UMR 7324 CITERES (CNRS, université de Tours), avant qu’un accident interrompe et transforme sa vie professionnelle en 2010. Sa thèse a porté sur les conditions de travail des réfugiés lao en France, aux États-Unis et au Canada, dans les années 1990. Il a ensuite travaillé une dizaine d’années sur les migrations, les relations interethniques et l’histoire des immigrations en Région Centre et en Région Poitou-Charentes. Il a été membre actif de l’association régionale Mémoires plurielles (memoiresplurielles.org) qui travaille à faire connaître l’histoire des migrations dans la région Centre Val-de-Loire et à la sensibilisation des adultes et des enfants sur les discriminations et les préjugés ethniques et racistes.

Hélène Bertheleu

Hélène Bertheleu est professeure de sociologie à l’université de Tours et l’UMR 7324 CITERES (CNRS, université de Tours), équipe CoST. Elle étudie depuis vingt ans les migrations, les relations interethniques et les politiques d’intégration en France et au Canada. Ses derniers travaux portent sur les mobilisations et formes d’engagement « au nom de la mémoire » interprétées comme une des modalités d’une citoyenneté pratique, en actes. Elle s’intéresse également au processus de patrimonialisation des migrations en France, en observant comment les acteurs associatifs rendent visibles et font (re)connaître les migrations. Elle appartient également à l’institut Convergences Migrations, porté par le CNRS et le Collège de France et co-dirige la collection Migrations aux Presses universitaires François-Rabelais.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search