Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42ArticlesPrincipes éducatifs à l’épreuve d...

Articles

Principes éducatifs à l’épreuve de la migration. Chronique d’une famille vietnamienne en France

Migration-proof Educational Principles: Chronicle of a Vietnamese Family in France
Pôleth M. Wadbled
p. 81-101

Résumés

L'article aborde l'adaptation d’une famille de réfugiés vietnamiens à la vie en France, décrivant la manière dont elle a été confrontée aux défis sociaux, économiques, culturels, l’accent étant porté sur le parcours éducatif, durant la socialisation des enfants : notamment les conséquences sur les enfants de l’adéquation ou au contraire, de l’inadéquation dans le contexte migratoire des attentes des parents tant sur le plan scolaire que sur la transmission culturelle. La réflexion s'appuie sur un travail de terrain longitudinal étalé sur quinze ans, comprenant des observations et des entretiens. Ce récit met en évidence les défis et les ajustements auxquels une famille réfugiée vietnamienne est confrontée en France, en mettant en avant le difficile équilibre entre préservation de la culture d'origine et adaptation, acculturation à la société d'accueil.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article présente la trajectoire sociale d’une famille de réfugiés vietnamiens arrivés en France en 1985 et accueillie dans une ville moyenne où elle est désormais établie. Plus particulièrement, il s’agit de décrire la vie de cette famille et de comprendre la socialisation des enfants, phénomène que j’avais eu l’occasion d’observer dans le cadre d’une ethnographie commencée en 1987 portant sur l’éducation des enfants en contexte migratoire.

2À travers la description de quelques aspects de la vie quotidienne de cette famille, je souhaite montrer comment elle a fait face à des difficultés variées, qu’elle a souvent surmontées, et comment des facteurs sociaux, culturels et économiques, ainsi que l’expérience migratoire, ont influencé, de façon imbriquée, les pratiques éducatives des parents.

3Pour suivre ce parcours, nous dresserons, dans un premier temps, le portrait social de la famille, sa situation au Viêt Nam puis en France ; la migration des réfugiés quoique particulière, s’articule comme pour toute migration autour de ces deux facettes que sont l’émigration et l’immigration (Sayad 2006 [1995]). Ensuite, nous présenterons, dans une approche à la fois chronologique et thématique, quelques aspects saillants et significatifs du parcours de cette famille tels que l’insertion économique, les attentes scolaires, l’organisation de la vie quotidienne, les obstacles rencontrés au long de cette vingtaine d’années en France.

4Notre réflexion repose sur un travail de terrain longitudinal s’étendant sur près de quinze ans. Il s’appuie d’abord sur des observations et entretiens (formels et informels) réalisés dans le cadre d’un travail universitaire portant sur la socialisation des enfants de réfugiés vietnamiens. Parmi la dizaine de familles rencontrées, une relation privilégiée s’est tissée avec l’une d’elles, notamment par le biais du soutien scolaire apporté aux enfants à la demande des parents, puis lors de nombreux temps conviviaux partagés. Une relation amicale et de confiance s’est ainsi établie avec les différents membres de la famille que j’ai ensuite côtoyés très régulièrement, et dont j’ai pu suivre le cheminement d’année en année. Les relations sont aujourd’hui moins fréquentes que naguère, mais le contact n’a jamais été rompu.

5La trajectoire sociale de cette famille et le cheminement de ses membres sont instructifs, même s’ils ne sont ni exceptionnels ni représentatifs des 37 000 Vietnamiens venus en France entre 1975 et 1987, à la suite de la victoire des communistes sur les forces du Sud Viêt Nam. Certains réfugiés, que l’on a naguère appelés les «  boat people  », ont quitté le pays dans des conditions dramatiques, par la mer, sur des embarcations de fortune surchargées qui font étrangement écho à ce qui se passe aujourd’hui en Méditerranée ; d’autres, aux positions sociales plus assurées, ont pu sortir du pays en toute légalité, avec un visa pour un pays occidental. Les pays d’Amérique du Nord, l’Australie, constituaient des destinations préférentielles pour la majorité des personnes, mais les visas pour ces pays étaient comptés et les familles ont dû accepter de partir dans d’autres pays. Tel fut le cas des membres de la famille dont je vais parler ici, qui auraient souhaité partir aux États-Unis, mais ne purent obtenir de visa que pour la France. Ils saisirent toutefois cette opportunité et lorsqu’ils décollèrent de l’aéroport de Hô Chi Minh-Ville, leurs sentiments étaient partagés entre la tristesse de quitter les leurs, le soulagement de fuir des conditions de vie difficiles et l’inquiétude d’atterrir dans un pays gouverné par un président « socialiste », terme de sinistre évocation au vu de leur passé.

Une famille marquée par la guerre et la migration

6Commençons par présenter les membres de cette famille. Le père est originaire de Saïgon, fils aîné d’une famille sino-vietnamienne, urbaine, de classe moyenne. Né à la fin des années 1940, il a vécu depuis son enfance dans un pays en conflit et une fois adulte, il s’est engagé en tant qu’officier dans les « Bérets rouges » des Forces du Sud Viêt Nam. Lors de la victoire des communistes en avril 1975, il fait donc partie des vaincus et subit le traitement qui leur est destiné : interné dans un camp de « rééducation », il est chargé de désamorcer les mines posées pendant la guerre « américaine » puis est envoyé en nouvelle zone économique pour défricher et mettre en culture des terres inhabitées et infestées de moustiques à paludisme. Enfin, de retour à Hô Chi Minh-Ville cinq ans plus tard, il est toujours considéré persona non grata par le nouveau régime, il survit en vendant du tissu jusqu’à ce que les contraintes et restrictions l’amènent à accepter la proposition de sa femme d’un exil vers la France.

7Socialisé dans le cadre culturel confucéen, cet homme défend volontiers les valeurs du respect, de la hiérarchie sociale et de la piété filiale. En tant que chef de famille, il estime devoir pourvoir aux besoins matériels de la famille, d’une part, et devoir veiller en tant que détenteur de l’autorité paternelle, à sa réputation et à la morale de ses membres, d’autre part. À travers nos nombreux échanges, je perçois combien ses statuts de fils aîné, de chef de sa propre famille, mais également ses années de souffrance à partir de l’installation du régime communiste, ont marqué sa personnalité : plusieurs fois, j’observe que son attitude est grave, parfois sombre, et il se montre très soucieux de l’avenir, notamment celui de ses enfants. Pour autant, il n’en est pas moins très hospitalier avec moi ou avec ses amis et, dans les moments de détente, lorsque tout lui semble bien aller, il se met à chanter « comme autrefois », en s’accompagnant de sa guitare.

8La mère est née au début des années 1950, pendant la guerre d’Indochine. Eurasienne, elle a grandi avec sa mère vietnamienne et n’a jamais connu son père, un militaire français, qui l’a toutefois officiellement reconnue. Durant son enfance et sa jeunesse, elle subit, comme de nombreux Eurasiens, perçus comme des traces vivantes de la colonisation, le mépris et le rejet de la part des « vrais Vietnamiens ». Comme des milliers d’autres, sa famille a quitté le nord du pays au moment de la partition en 1954 pour se réfugier au sud, à Saïgon, où elle a grandi. Elle aussi subit l’ostracisme dû à la position de son mari durant la guerre. Elle doit, seule, subvenir aux besoins de la famille durant les années d’emprisonnement de celui-ci, auquel elle ne peut rendre visite qu’à de rares occasions. Décidée à quitter le pays, sa filiation française qui l’a desservie au Viêt Nam lui sera favorable au moins une fois, pour obtenir le visa qui permettra à toute la famille de quitter le Viêt Nam en 1986.

9Influencée elle aussi par les valeurs confucéennes au sein desquelles elle a été élevée, son quotidien est marqué par la pratique bouddhique, comme la plupart des femmes de sa génération. « Général de la maison », comme le dit une expression vietnamienne qu’elle reprend volontiers à propos du rôle de l’épouse, elle a en charge l’éducation quotidienne des enfants et la vie de la maisonnée. Elle y instille une ambiance chaleureuse, étant elle-même souvent enjouée et accommodante, même avec ce qu’elle appelle « le mode de vie français » que les enfants introduisent à la maison. Si le discours met en avant son rôle domestique, j’observe en pratique qu’elle reste souvent subordonnée aux décisions de son mari, le chef de la famille.

10Les enfants sont au nombre de trois : les deux premiers, nés au Viêt Nam, étaient âgés, à leur arrivée en France, de 13 ans, pour la fille aînée et 5 ans pour son frère cadet. Ils ont partagé la vie difficile de leurs parents à Hô Chi Minh-Ville. Le garçon dit ne pas se souvenir de la vie au Viêt Nam. En revanche, la fille aînée raconte que, considérée comme une « fille de traître », elle n’avait pas l’autorisation de fréquenter l’école du quartier et passait la plupart de son temps, alors qu’elle avait entre 3 et 8 ans, livrée à elle-même, dans la rue, pendant que sa mère travaillait pour subvenir aux besoins de ses propres frères et sœurs. Ces années d’internement du père restent pour elle une sombre période. Elle se rappelle également la relation difficile avec son père, à son retour, père qui lui était alors quasi inconnu après cinq ans d’absence. Dans le récit qu’elle fait de cette période avant l’exil, les tristes souvenirs semblent compensés par ceux, plus joyeux, des jours de fête, des jeux collectifs et aussi des moments passés avec les autres membres de la famille : grands-parents, oncles, tantes et cousins dont une bonne partie a été dispersée, par la suite, installés aujourd’hui aux États-Unis et en Australie. Le troisième enfant est une fille, née en France, deux ans après l’arrivée de ses parents. À la différence de ses frère et sœur, son rapport au Viêt Nam se construit en France, par le biais de la vie familiale : c’est ce que j’observe à travers ses pratiques linguistiques, alimentaires, ou encore à travers l’apprentissage des règles de civilité ou par le biais des activités proposées dans l’association des Vietnamiens à laquelle participent ses parents.

11À son arrivée à Paris, la famille a suivi le parcours alors classique d’accueil des réfugiés d’Asie du Sud-Est des années 1980 : après un séjour en région parisienne, elle est envoyée dans une ville moyenne de l’ouest de la France, prise en charge dans un centre provisoire d’hébergement (CPH) pour un séjour d’environ six mois ; la demande du statut de réfugié y est faite avec l’aide du centre et est obtenue rapidement ; puis la famille obtient un logement HLM dans les hauteurs d’un immeuble d’un quartier périphérique de la ville ; enfin, l’aide du CPH (Simon-Barouh 1981) permet également une insertion professionnelle du père par le biais d’une formation de technicien en maintenance électronique. Les deux enfants sont inscrits dans les écoles du quartier : en maternelle pour le garçon, en classe adaptée d’abord, puis ordinaire, du collège pour la fille aînée. Ce seront les établissements scolaires de la petite dernière quelques années plus tard, puisque la famille restera dans le même appartement pendant plus de trente ans.

L’organisation des espaces de la vie quotidienne : adaptation et continuité

12Une fois réglés les aspects administratifs et matériels, la vie quotidienne s’organise dans un environnement en grande partie nouveau et déstabilisant : les parents soulignent souvent le climat avec ses rigueurs hivernales inconnues jusque-là ; la langue qu’il faut apprendre à maîtriser pour se faire comprendre ; le temps qui s’écoule selon une temporalité différente, jugée plus rapide ; l’alimentation « française » qui est différente également, mais contournée grâce aux achats effectués dans les commerces asiatiques qui émergent dans les années 1980 et surtout, par des ravitaillements à Paris dans les grandes surfaces spécialisées du 13e arrondissement. Les parents doivent enfin s’adapter à une pratique religieuse devenue minoritaire, sans pagode à proximité, ce qui les obligent à se déplacer régulièrement à Nantes ou Paris et incite les familles à se contenter d’un autel au sein du domicile.

13Le mode d’habitat change aussi. La vie dans l’appartement s’est peu à peu mise en place : le suivi longitudinal, que permettent nos liens réguliers, me donne l’occasion d’observer de nombreux signes d’appropriation culturelle des lieux. Chacun prend ses marques : la mère investit la cuisine qu’elle a pu équiper d’ustensiles et d’ingrédients spécifiques à la cuisine vietnamienne, sans oublier le petit autel au génie du foyer sur le sol. Lorsque je passe quelques heures avec les enfants, pour l’aide aux devoirs après la journée d’école, s’échappent de la cuisine les parfums si caractéristiques du riz parfumé, des herbes aromatiques (coriandre, aneth), du soja, du nuoc-mâm, de l’oignon frit, promesses du repas bientôt servi, dont les saveurs semblent toujours très appréciées des enfants. Véritable extension de la cuisine, le balcon est investi par la cuisinière qui y fait pousser les herbes nécessaires à la composition des plats. La cuisine est essentiellement le lieu de préparation des repas qui sont pris dans la salle à manger.

14Nous sommes souvent installés, pour les devoirs, dans la pièce qui forme le salon-salle à manger : les meubles sont de facture française mais l’aménagement est celui souvent adopté en Asie avec un espace central dégagé, les fauteuils, la table, le buffet et le téléviseur étant placés le long des murs, sur lesquels sont accrochés des tableaux de bois laqué à incrustations de nacre, représentant des valeurs et des personnages traditionnels confucéens, que l’on retrouve également sous forme de statuettes sur le poste de télévision. Sur le buffet, la mère a édifié un autel aux ancêtres et à Bouddha où, au moment des dates clés du calendrier bouddhique, elle dispose des offrandes de plats, des fruits et des bâtons d’encens. C’est aussi dans cette pièce que la famille regarde la télévision, principalement les chaînes françaises, mais aussi des cassettes vidéo puis des DVD de variétés ou de films en vietnamien. Les parents aiment visionner des films chinois ou de kung-fu, mais me montrent aussi des spectacles et autres karaokés d’artistes vietnamiens exilés aux États-Unis. Par le biais de ce riche environnement matériel et immatériel, les enfants sont bercés tout au long de leur enfance par la langue, les mélodies, les histoires, les parfums et les saveurs les reliant à la culture vietnamienne.

15L’espace de l’appartement est ensuite organisé par génération et activité : les enfants partagent la même chambre, dormant dans des lits distincts, séparés par une armoire. L’aînée explique qu’elle ne veut pas dormir seule dans l’autre chambre disponible qu’elle juge trop « froide », libérant ainsi la pièce pour en faire une salle de jeux et d’étude. Les parents ont eux aussi leur chambre. Lorsque naît la petite dernière, on m’explique qu’il n’est pas question de la laisser dormir seule dans sa chambre. Pendant les trois premières années de sa vie, j’observe qu’elle est sous la constante et bienveillante surveillance d’un des membres de la famille, ses parents, sa sœur ou son frère : souvent dans les bras ou sur les genoux de l’un ou de l’autre. Elle dort auprès de sa mère, ou avec son frère et sa sœur, selon les circonstances du moment, tandis que le berceau prêté par des amis servira au rangement des vêtements. Les enfants partagent cette chambre commune sommairement aménagée, tout au long de leur enfance et adolescence, jusqu’au départ des aînés, la benjamine se retrouvant alors pour la première fois seule dans sa chambre.

16Au fil des années, je constate que l’essentiel de la vie familiale se déroule dans le salon-salle à manger : les repas y sont pris en famille le plus souvent possible. Les premières années, la mère, ne travaillant pas, elle a le temps de cuisiner, aidée par sa fille qui apprend ainsi les bases de la cuisine vietnamienne. Les baguettes sont de rigueur pour tous ; les enfants nés au Viêt Nam sont déjà expérimentés et la petite dernière apprend, elle aussi, très vite à s’en servir. Les heures des repas sont rythmées par les obligations des uns et des autres avec une plus grande souplesse pendant les vacances et les fins de semaine. Les enfants peuvent alors veiller tard le soir, autorisés à jouer ensemble ou restant à visionner un film avec leurs parents.

17Aux yeux des parents, la vie familiale est prépondérante sur les autres activités de chacun. Alors que la vie au Viêt Nam était, selon eux, davantage tournée vers l’extérieur, la vie en France a pour effet de resserrer les liens familiaux et il n’est guère de séparation envisageable des membres de la famille en dehors des obligations scolaires et professionnelles. D’ailleurs, l’emploi du temps des enfants est soigneusement encadré : les retours de l’école, par exemple, sont étroitement surveillés. Les parents ont calculé le temps du trajet et, si un écart de quelques minutes est toléré, les enfants doivent justifier leur retard, à défaut de quoi ils savent qu’ils seront sanctionnés. Mes observations répétées sur plusieurs années montrent que les enfants respectent généralement ces consignes tant qu’ils sont enfants, mais à l’adolescence, ils rechignent un peu et se sentent contraints par ces règles lorsqu’ils les comparent avec les consignes plus libérales dont bénéficient les autres enfants du quartier (Wadbled 2001). Les parents affirment et assument être peu permissifs sur ce point, car leur appartement, situé en hauteur, ne leur « permet pas de surveiller » les activités de leurs enfants s’ils sont dehors et ils craignent de possibles mauvaises influences de fréquentation ou relations nouées au bas de l’immeuble.

18À ma connaissance, tous les temps libres, à l’appartement ou en sortie, se déroulent en famille. Les enfants partagent avec les parents les week-ends à la maison, les sorties à la mer ou chez des amis. Il n’est pas question d’organiser des séjours chez des camarades français ni de partir en colonie de vacances : les parents sont très réticents à confier leurs enfants à autrui et à les laisser « loin » d’eux, même pour une journée. Pour prendre un exemple significatif, c’est à l’âge de 22 ans et après moult recommandations de prudence de la part des parents que la fille aînée a eu l’autorisation de m’accompagner une journée à Paris, puis l’année suivante, deux jours dans le centre de la France à l’occasion de célébrations religieuses bouddhiques. C’était la première fois qu’elle passait la nuit hors de sa famille.

Deux enjeux essentiels pour les parents : l’insertion économique et la réussite scolaire

19Pour cette importante facette de la vie qu’est le travail, tout fut à reconstruire en France. Le père, après une formation en dépannage électronique, a peiné à trouver du travail et a dû subir une longue période de chômage, durement ressentie. À cette époque, sa femme a suppléé un temps, seule, aux besoins de la famille, employée comme cuisinière dans des établissements fabricant des mets asiatiques. Cette inversion des rôles a engendré une situation délicate au sein du couple parental : le père s’est senti dépossédé de son rôle de pilier économique et s’est vu plusieurs fois astreint à la garde des enfants pendant que sa femme était au travail. Au-delà de l’aspect strictement économique, c’est le cadre des valeurs confucéennes des parents, fondé sur une stricte hiérarchisation des rapports sociaux entre les individus, qui s’est trouvé, un temps, perturbé par la contradiction, par exemple, entre les principes genrés transmis aux enfants et cette situation s’imposant aux parents. Elle fut résolue en 1997, par la décision d’ouvrir, avec l’apport d’une somme réunie à l’aide d’une tontine, un restaurant de cuisine vietnamienne, proposant des plats à consommer sur place et à emporter. Grâce à ce projet, le père devint en quelque sorte le chef d’entreprise, accueillant les clients et tenant la caisse ; il retrouva un rôle en adéquation avec son statut masculin, tandis que la mère occupait une place pivot prolongeant celle prise à la maison, prenant en charge la confection des plats dans la cuisine du restaurant.

20Malgré l’intensité du travail et la longueur des journées, ce fut pendant quelques années une période plutôt faste, bien vécue par les parents ; le retour pour chaque conjoint à une position adéquate à la conception des rôles au sein de la famille se manifestait notamment dans l’attitude du père, beaucoup plus détendu et souriant durant cette période. Pour lui, le statut de chef d’entreprise valorisant et clairement affiché lui permettait de retrouver une place honorable au regard de ses obligations familiales et sociales.

21Le restaurant « marchait » bien, regroupant une clientèle nombreuse et diverse : des clients « français », habitants du quartier, ainsi que des employés travaillant à proximité s’y retrouvaient régulièrement et également des compatriotes venant de toute l’agglomération. Les économies réalisées ainsi que les facilités administratives grâce à l’acquisition de la nationalité française permirent aux parents d’organiser des voyages pour retrouver, le temps des quelques semaines de vacances annuelles, les membres de la famille restés au Viêt Nam, ou ceux désormais installés en Australie et aux États-Unis. Pour une question de coût, mais aussi pour des raisons politiques, la famille se répartit les voyages selon les années et les destinations : la mère et la fille aînée firent, les premières, le voyage au Viêt Nam, sans le père qui ne souhaitait pas y retourner ni retrouver un régime dont il craignait de possibles représailles du fait de son passé militaire en faveur du Sud Viêt Nam. Il choisit d’aller, l’année suivante, en Australie où étaient exilés ses parents et frères. Enfin, toute la famille fit un séjour aux États-Unis, là où les parents avaient tant espéré aller lors des premiers temps de l’exil, pour y retrouver une tante et leurs cousins.

22L’école constitue un autre enjeu important. Comme pour la plupart des autres familles d’origine vietnamienne, l’école, les savoirs scolaires et l’acquisition des connaissances dans ce cadre renvoient à des valeurs confucéennes très présentes, partagées et fréquemment rappelées par l’ensemble des parents. L’école, grâce au diplôme qu’elle octroie, est perçue comme le seul moyen d’ascension sociale des enfants à laquelle les parents aspirent, eux qui estiment avoir subi en France, pour la majorité, un important déclassement professionnel par rapport à leur situation passée au Viêt Nam. Les enfants sont donc fortement incités non seulement à « bien travailler » à l’école, mais à viser l’excellence. Le père reconnaît que sa fille aînée est une bonne élève, après seulement trois ans de présence dans le pays, mais il choisit d’adopter une attitude empreinte d’une certaine sévérité :

Je sais qu’elle travaille bien parce qu’elle n’est en France que depuis trois ans, mais je veux qu’elle travaille mieux et je ne veux pas lui dire que c’est bien. Je lui dis : « tu travailles mal, tu fais des fautes en français, il faut faire mieux. » Si je ne dis pas comme ça, si je ne suis pas sévère, elle arrête les efforts. Je fais ça pour elle, pas pour moi, je n’aime pas faire le rôle comme ça, mais il faut ! 

23Les enfants sont donc très appliqués à l’école, même si la mère, regrettant le rythme scolaire plus souple du Viêt Nam, a de la peine à voir partir ses enfants « trop tôt » le matin, surtout en hiver. Les parents évaluent le système scolaire français à l’aune de leur expérience passée ailleurs, et l’estiment inadéquat à certains égards : trop léger en maternelle et trop lourd à l’entrée en CP. Selon le père, il faudrait : « apprendre à lire et écrire dès la maternelle, parce qu’en CP, c’est trop lourd ». Ils regrettent également le système vietnamien et sa discipline plus stricte qu’en France où disent-ils : « les enfants perdent beaucoup de temps et apprennent peu ». L’école constitue l’un des lieux de dissonance entre leur conception de l’éducation fondée sur la rigueur, l’obéissance, l’effort, la discipline, l’autorité des adultes et celle qu’ils perçoivent de la société française, comme l’autonomie, la valorisation de l’individualité ou encore ce qu’ils estiment être du laxisme de la part des enseignants.

24Le travail scolaire occupe une place importante : les devoirs sont faits au retour de l’école et d’autres sont donnés, pendant les jours de congés ou les vacances, par le père qui considère que ce « temps vide » doit être occupé, notamment par l’amélioration des connaissances scolaires. Ces devoirs de vacances prennent souvent la forme d’exercices de mathématiques puisés dans le manuel scolaire, par exemple, matière que le père est le plus à même de maîtriser. En revanche, son niveau de langue n’est pas suffisant pour faire de même en français ou en grammaire. Les enfants s’exécutent, mais considèrent parfois comme excessive l’exigence de leur père, alors que leurs camarades du quartier s’amusent à l’extérieur. Ils se plaignent : « on travaille tout le temps », et « on ne peut pas sortir ! »

25Si les sorties des enfants sont effectivement étroitement contrôlées et limitées, ils ne sont pas pour autant confinés. Dès qu’ils en ont eu les moyens, les parents ont acheté une voiture d’occasion permettant de sortir le dimanche, d’emmener leurs enfants visiter des familles compatriotes chez qui ils retrouvaient d’autres enfants, ou encore d’aller à la pêche aux crabes ou à la plage pour se baigner, à la belle saison.

Un travail familial et associatif de transmission culturelle

26La plupart des amis des parents sont des compatriotes, réfugiés comme eux. Certains sont d’anciens étudiants venus en France avant 1975 et restés après la victoire communiste de 1975. La plupart sont cependant réfugiés comme eux, et ont connu la douloureuse et dangereuse expérience de la fuite en bateau, de la vie précaire pendant de longs mois dans les camps en Thaïlande, de l’exil dans un pays non choisi. Quelques-uns seulement sont arrivés en France directement en avion.

27Si tous ont acquis la nationalité française sans difficulté, après quelques années de vie en France, en tant que parents, ils sont très attachés à la transmission de la culture vietnamienne. Ils acceptent que leurs enfants soient « comme les Français dehors », mais exigent d’eux qu’ils se comportent comme de « vrais Vietnamiens » à la maison.

28La transmission culturelle se fait à la fois de façon implicite, par imprégnation, et aussi, de façon active par le biais d’activités soigneusement choisies. Les enfants acquièrent une partie de ces connaissances au sein de la famille, par le biais de la langue, à travers l’enseignement des valeurs considérées comme spécifiques, mais aussi à travers des contacts extérieurs : le réseau de sociabilité, les amis de la famille, et l’organisation d’activités culturelles et festives au sein de l’association jouent un rôle important.

29L’association occupe en effet une place particulière dans la vie de la famille et au-delà pour la collectivité des autres réfugié·e·s d’origine vietnamienne installé·e·s localement. D’une part, elle affirme et affiche le souci de la continuité, voire de la fidélité, avec les valeurs et la culture du pays d’origine aux yeux de tous ceux qui se considèrent, au-delà de leur diversité sociale, comme des compatriotes ; elle joue également un rôle de médiation à l’égard de la société d’accueil, par le biais notamment des manifestations culturelles et festives qu’elle organise localement et qui sont ouvertes au public, comme la fête du Nouvel An.

30Cette association fut d’abord fondée par d’anciens étudiants et étudiantes originaires du Sud Viêt Nam, venus étudier en France avant 1975. Par la suite, avec l’arrivée des réfugié·e·s non étudiant·e·s, ses effectifs ont notablement augmenté et elle est devenue une association communautaire politiquement située : son nom, « l’association des Vietnamiens libres », marquait clairement son opposition idéologique au régime en place. L’association a été un point d’ancrage important pour la famille dans les premières années de vie en France. Elle assurait le rôle d’un espace convivial d’entre-soi, où l’on pouvait faire connaissance de nouveaux-venus, compatriotes eux aussi, ou retrouver des connaissances du pays, et échanger sur la vie en France, obtenir des conseils sur les démarches administratives, etc. Par le biais de l’association, la famille se créa un solide réseau amical et retrouvait ainsi un peu de l’atmosphère du pays lors des temps collectifs organisés : participation régulière à des sorties en fin de semaine, aux fêtes traditionnelles ou bouddhiques ou encore aux commémorations lors de dates du calendrier national.

  • 1 Littéralement : « père, mère, manger ». C’est la formule de politesse utilisée au début de chaque r (...)

31L’association joue également un rôle important auprès des enfants, dans la transmission de l’identité culturelle. Les parents souhaitent que leurs enfants s’insèrent au mieux dans la société française, « réussissent », mais ils sont également soucieux du maintien de la part vietnamienne de leur identité, qu’ils perçoivent parfois menacée du fait de la prégnance des autres manières d’être et de faire qu’ils rencontrent dans l’environnement français. De façon régulière et explicite, ils rappellent aux enfants leur appartenance culturelle, dont les codes ne correspondent pas toujours à ceux en vigueur dans la société française. Par exemple, l’exigence de la politesse et d’obéissance aux aînés sont exprimées autant dans les mots (admonestations, recommandations) que dans les postures du corps. Ainsi, avant chaque repas familial, les enfants sont tenus d’inviter les parents à manger par la formule rituelle : « ba, ma, an com1 » ; ils saluent les adultes avec déférence, les bras croisés sur la poitrine, tête baissée. Ils ont rapidement su distinguer les codes culturels différents car lorsque je suis présente au déjeuner, je suis, d’emblée, gratifiée d’une bise ou d’une poignée de main parce que, me dit-on : « les Français font comme ça ».

32Face à ces diverses injonctions, la réaction des enfants diffère : la fille aînée dont la socialisation primaire s’est effectuée au Viêt Nam avait sans doute déjà intériorisé ces codes culturels avant d’arriver en France, elle adopte une attitude de consentement sincère qui convient à son entourage. Son frère, arrivé plus jeune, connaît également ces codes, mais préfère manifestement les manières de faire « à la française », sans se sentir autorisé à le dire explicitement. Lors d’une étude réalisée dans son école, j’ai eu l’occasion de le voir évoluer dans son cadre scolaire et j’ai constaté une grande différence de comportement entre l’univers familial où il se montrait calme et silencieux, ce qui était attendu de lui, et l’école où il extériorisait davantage ses opinions et ses émotions, à l’instar des autres enfants. Pour ses parents, comme pour d’autres réfugiés vietnamiens rencontrés, ces manières d’être (plus extraverties) sont perçues avec ambivalence par les parents, car s’ils apprécient de voir leurs enfants « bien intégrés », ils craignent le retrait et la disparition des valeurs et notamment de la langue vietnamienne, considérée comme un élément essentiel.

33Pour la benjamine de la famille, née en France en 1987, les trois premières années de sa socialisation se déroulent dans un environnement culturel principalement viêtnamien ; il en va ainsi de l’alimentation, de la langue ou de l’apprentissage des règles sociales. Comme c’est l’usage au Viêt Nam, elle est très souvent portée dans les bras de l’un ou l’autre membre de la famille et élevée quasiment sans contrainte. Son éducation formelle commence après ces premières années lorsque, notamment, ses parents estiment qu’elle a l’âge de comprendre les codes relatifs aux relations sociales et les principes moraux.

La langue comme marqueur de socialisation à l’épreuve du rapport majoritaire-minoritaire

34Comme la plupart de leurs amis, les parents tiennent à ce que leurs enfants connaissent l’histoire du Viêt Nam, sa culture et la langue. On retrouve cette forte préoccupation chez la plupart des populations immigrées qui y ont toujours vu une manière de garder les liens avec le pays d’origine, sa culture et surtout avec la langue des grands-parents. Dès les années 1930, par exemple, on sait que les familles polonaises installées en France proposaient des cours de polonais aux enfants, mais aussi l’apprentissage de chants et de danses (Ponty 2008). Plus tard, les Portugais, les Marocains et les Turcs ont eu les mêmes préoccupations.

35Sur ce point, notamment, les parents sont très vigilants, exigeant que les enfants s’adressent à eux en vietnamien et non en français comme ils tendent à le faire au fur et à mesure que le temps passe. L’usage de la langue maternelle est jugé comme un signe important de respect des aînés et du partage des valeurs et de la culture, elle est un élément identitaire fort, comme le disent clairement les parents : « celui qui parle la langue fait honneur à ses parents ; on est honteux si les enfants ne comprennent pas ! » La langue est perçue comme le lien le plus solide avec le pays d’origine et l’identité nationale : « ça peut donner le goût de connaître le pays de leurs parents. Il faut penser qu’on est toujours des Vietnamiens, apprendre à parler, écrire, et penser qu’un jour, on va retourner là-bas ».

36Toutefois, pour les enfants, si le vietnamien est leur langue  maternelle, elle a très vite été supplantée par le français, plus souvent utilisé à l’école et avec les camarades, y compris ceux d’origine vietnamienne. Les usages de la langue vietnamienne restent donc circonscrits aux besoins du quotidien et souvent, lorsque les enfants grandissent, le vocabulaire leur manque, leurs conversations sont alors émaillées de mots ou d’expressions en français. Les parents se heurtent ainsi à de nombreuses situations où leur injonction à jouer en utilisant le vietnamien fait face à des pratiques désormais ancrées dans la société environnante. Les parents se voient répondre par exemple : « Mais ce jeu-là, on ne le connaît qu’en français ! » Les enfants développent un rapport à la langue qui n’est pas celui de leurs parents (Simon-Barouh 1988). La prédominance du français sera encore plus marquée pour la petite dernière de la famille pour qui le français sera très tôt présent à la maison comme à l’école, par le biais de ses frère et sœur.

  • 2 Les psycholinguistes parlent d’attrition qui est « la réduction ou le tassement des connaissances l (...)

37Pour mieux résister à l’érosion linguistique2 et essayer de combler les lacunes culturelles qui tendaient à s’étendre, un membre de l’association, parmi les plus lettrés, proposa d’organiser des enseignements le dimanche après-midi, à un petit groupe d’enfants. Ainsi, pendant quelques années, il dispensa des cours de langue vietnamienne, avec des séquences de lecture, d’écriture, mais aussi des récits sur l’histoire du pays, avec ses grandes figures héroïques et quelques éléments de littérature adaptés aux enfants : contes, comptines, poèmes. Un concours annuel présidé par un jury composé de parents permettait d’évaluer les connaissances des enfants qui étaient récompensés de petits cadeaux selon leur niveau de connaissances. Cette évaluation eut des effets sur la vie familiale, les enfants ayant les moins bons résultats étant, ensuite, plus suivis par les parents soucieux de conserver une image positive aux yeux des membres de l’association. Lors de ces après-midis, les parents de l’association animaient aussi des temps récréatifs sous forme de jeux collectifs traditionnels vietnamiens (le dragon) ou encore, aux beaux jours, lors des sorties pique-nique de l’association, la confection de cerfs-volants, jeu traditionnel très apprécié au Viêt Nam.

  • 3 Voir le rapport Bénisti en 2005 qui incitent les mères migrantes à parler le français à leur enfant (...)

38Tous ces efforts pour maintenir le bilinguisme et le biculturalisme de leurs enfants, partagés par de nombreuses associations rassemblant des parents migrants, ont peu de chance de parvenir à inverser la tendance à l’attrition de la langue maternelle, dans le contexte français marqué à cette époque par un investissement politique croissant dans la langue, considérée comme un facteur central d’intégration3. On sait d’ailleurs que « les enfants détenant véritablement une compétence langagière double ne représenteraient que 5 à 15 % des enfants perçus comme étant bilingues » constatent Dalila Rezzoug, Sylvaine De Plaën, Malika Bensekhar-Bennabi et Marie-Rose Moro (2007).

39Durant les décennies 1980 et 1990, les enfants évoluent et grandissent dans cet univers hybride (Hall 2000) dans lequel les enfants ont à cœur de se conformer aux exigences familiales, communautaires, tout en s’adaptant aux attentes de l’établissement scolaire. Les deux univers culturels de référence se conjuguent, mais parfois, aussi, s’opposent. Par exemple, lorsque l’enseignante, en maternelle, demanda aux élèves de décrire leur chambre ou de raconter la fête de Noël en famille, le cadet préféra s’inventer une chambre individuelle afin de répondre aux normes domestiques qu’il percevait à travers les dires des copains de sa classe ; de même, il décrit des cadeaux de Noël, imaginaires, puisque cette fête, à l’époque, n’était pas célébrée dans la famille. Cet écart entre les normes inculquées par les parents et celles perçues de la société française s’accentua avec le temps. Même si les enfants ont appris à composer avec ces deux facettes de leur socialisation, cet écart devient plus difficile à vivre au moment de l’adolescence, notamment pour les deux aînés. Bien qu’il n’y ait pas eu, à ma connaissance, de conflit ouvert au sein de la famille, les relations entre parents et enfants furent parfois tendues. Le père estimait par exemple que sa fille de quinze ans était trop « rebelle » et celle-ci me confiait son sentiment d’être soumise à une éducation beaucoup plus stricte que ses amies françaises. Elle regrettait aussi d’être « surveillée de près » par son père qui, ayant minuté le trajet de retour de l’école, lui demandait des justifications pour tout retard de plus de cinq minutes. Quant aux sorties avec les amies, elles n’étaient généralement pas autorisées. Pour le fils, la surveillance des sorties fut plus souple, mais la pression à la réussite scolaire, ressentie comme particulièrement forte et difficile.

40D’un côté, les adolescents comprenaient qu’ils devaient incarner cette appartenance vietnamienne minoritaire, s’exprimant, entre autres, par un fort respect filial, une soumission sans faille à l’autorité du père et une participation active aux codes de la « communauté », portés par l’association, suivant en cela le processus d’une socialisation-ethnicisation décrit par Danielle Juteau (2015). De l’autre, ils participent aux mondes sociaux du majoritaire, au sein d’une forme scolaire, exigeante elle aussi, dont les modalités s’articulent et parfois divergent avec le modèle familial : une socialisation-adaptation au milieu environnant, supposant une acculturation dynamique, quotidienne, accompagnée du sentiment, pour les enfants, de choisir ainsi une vie plus libre, plus souple bref, plus attrayante.

41Il est à noter que la benjamine, quelques années plus tard, a bénéficié d’un régime éducatif plus souple que ses aînés, résultat d’un réajustement de l’attitude des parents, notamment du père, à la suite de tensions vécues avec les « grands ». Cette évolution est aujourd’hui soulignée par la fille aînée qui estime que sa petite sœur n’a pas eu à subir autant de contraintes et de surveillances qu’elle. On retrouve là des processus éducatifs classiques, et une évolution dans le temps, partagée dans de nombreuses familles.

42L’origine sociale était autrefois souvent mentionnée pour comprendre les destins scolaires, mais on sait aujourd’hui combien les pratiques éducatives familiales sont aussi très importantes. « Les normes familiales et ces pratiques s’avèrent plus prédictives des destinées scolaires que l’origine sociale, même s’il existe une forte corrélation entre ces deux variables » soulignent Marie Duru-Bellat et ses co-autrices (2018). La scolarité primaire et secondaire des trois enfants se déroula dans les établissements scolaires du quartier avec des parcours différenciés. La fille aînée rattrapa en grande partie le retard linguistique qu’elle avait à l’arrivée. Très studieuse, ses résultats, sans être excellents, furent toutefois suffisants pour lui permettre de suivre le cursus secondaire général. Mais, n’ayant pas obtenu le baccalauréat, à la fin des années 1990, âgée de 23 ans, elle choisit d’entrer dans le monde du travail.

43Son frère, scolarisé en France dès la maternelle, eut moins de problèmes d’adaptation que sa sœur aînée. Il se montra bon élève, assidu, studieux, jusqu’au lycée où un « changement d’attitude » est noté par ses professeurs, période où il manifesta son désintérêt pour l’école, assorti d’absences répétées. Ses résultats scolaires ont alors chuté, ce qui compromit la suite de son parcours. Ce point sera abordé plus en détail plus loin, puisque cela eut pour effet de bouleverser pendant plusieurs années la vie du jeune homme et celle de sa famille. Le parcours scolaire de la benjamine fut, pour les parents, globalement satisfaisant : elle obtint sans difficulté le baccalauréat et choisit d’étudier les sciences humaines à l’université, cursus qu’elle interrompit cependant au bout de deux ans, préférant elle aussi entrer dans la vie active.

Aspirations sociales, obstacles et déconvenues

44Comme dans la majorité des familles réfugiées vietnamiennes que nous avons rencontrées, les parents partageaient l’ambition que leurs enfants fassent des études supérieures. On retrouve ici le fort investissement des parents dans la scolarité des enfants, que montrent Yaël Brinbaum et Annick Kieffer dans leur travail quantitatif de 2009 qui s’appuie sur des populations migrantes d’autres régions, à savoir d’Europe du Sud et le Maghreb.

45Aux yeux du père comme de la mère, la réussite scolaire constitue un signe social mais aussi culturel important, comme dans la pensée confucéenne dominante au Viêt Nam. L’expérience de l’exil joue également en faveur de cette posture : ils projettent sur leurs enfants une ascension sociale qui, espèrent-ils, compensera le déclassement qui marque leur propre trajectoire. Ils souhaitent voir leurs enfants faire carrière en médecine, en pharmacie ou en informatique, domaines perçus comme valorisants et surtout, selon eux, plus accessibles car ne nécessitant pas une connaissance approfondie du français. Les parents anticipent les difficultés d’insertion professionnelle de leurs enfants, à la lumière de celles qu’ils ont eux-mêmes rencontrées pendant près de dix ans, avant l’ouverture de leur restaurant. La socialisation anticipatrice mise en œuvre par les parents, et leurs efforts pour soutenir la scolarité de leurs enfants, ne sont toutefois pas parvenus à modeler les parcours scolaires à la hauteur de leurs attentes d’ascension sociale.

46En effet, la fille aînée rencontra des difficultés au lycée et accusa finalement un retard difficile à combler, de telle sorte qu’elle termina sa scolarité à la fin du cycle secondaire, préférant trouver un travail rémunérateur pour aider la famille. Le fils, après une période lycéenne chaotique, reprit finalement des études sur le tard, obtint le baccalauréat, et s’inscrivit dans une formation de technicien en filière courte. Tous les espoirs des parents se reportèrent sur la benjamine qui, bonne élève, parvint à accéder à des études supérieures ; elle bifurqua cependant quelques mois plus tard vers le secteur de la vente, où elle passa rapidement de vendeuse à responsable de magasin.

47Les trajectoires scolaires et professionnelles des enfants de cette famille ne confirment pas l’image du « bon élève asiatique » souvent évoquée sans prendre suffisamment en compte les conditions sociales pré-migratoires des familles (Ichou 2013). Comme le soulignent Mathieu Ichou et Marco Oberti (2014) qui ont enquêté auprès de jeunes dans plusieurs lycées, l’hétérogénéité sociale des migrations ne permet pas de chercher une explication du côté des « origines-ethnoculturelles » pour comprendre les résultats scolaires. La corrélation est plus étroite avec l’environnement socio-économique au sein duquel l’enfant puis le jeune a grandi, d’une part, et celui que les parents ont connu avant l’exil, d’autre part. En effet, nous avons rencontré d’autres familles où les enfants ont bel et bien « réussi », comme l’anticipaient leurs parents, devenant médecins ou ingénieurs, mais ils étaient alors souvent issus de familles très instruites, dont les positions sociales étaient naguère moyennes ou supérieures au sein de la société vietnamienne (Simon-Barouh 1995). Dans cette famille, on l’a vu, les parents sont issus des classes moyennes (petits commerçants) de leur pays, mais du fait du contexte de guerre, le père s’est engagé dans les forces armées du Sud Viêt Nam et n’a pas pu poursuivre sa scolarité au-delà du baccalauréat ; la mère a également suivi un cursus relativement modeste. On remarque cependant que leurs attentes sont fortes à l’égard de l’école, même si les pratiques éducatives se révèlent rigides et les ressources trop faibles pour soutenir concrètement la scolarité des enfants. Ces difficultés semblent d’autant plus mal vécues que les performances scolaires des élèves « asiatiques » sont attendues (à la fois par les enseignants et les parents), les enfants ne parvenant pas à répondre à cette représentation du bon élève.

48Ce que nous observons ici fait écho à ce que montrent Yaël Brinbaum et Annick Kieffer dans leurs travaux sur la scolarité des enfants d’immigrés (2009). Eux aussi notent l’importance du milieu social des élèves, mais ils soulignent aussi que si les enfants d’immigrés sont plus souvent orientés vers des filières professionnelles, à milieu social identique, ils sont moins nombreux dans ces filières. On comprend finalement que, pour étudier les inégalités des niveaux d’instruction, il faut tenir compte de nombreux facteurs : des facteurs individuels, familiaux, sociaux, culturels, contextuels, psychosociologiques, sans oublier le rang au sein de la fratrie. Toutefois, la position sociale des membres de la famille, notamment l’éducation reçue par les parents et les pratiques éducatives qu’ils mettent en œuvre ensuite, sont des facteurs importants, sans doute plus agissants que la culture d’origine, pourtant souvent mise en avant par les concernés. Enfin il faudrait rajouter un dernier facteur à prendre en compte, celui de l’âge des enfants à leur arrivée en France. Jean-Luc Primon et ses collègues ont montré que les enfants arrivés avant l'âge de 6 ans ont un parcours scolaire meilleur que ceux qui arrivent après 12 ans (Primon, Moguerou & Brinbaum 2018), or c’est bien ce qui différencie les deux premiers enfants de la famille de la benjamine.

49Si les parents pensaient retrouver un certain équilibre social et financier avec leur entreprise de restauration, ils furent rapidement très pris par cette activité, regrettant de ne pouvoir exercer la même vigilance auprès de leurs enfants. Alors qu’ils avaient été très encadrés jusqu’alors, les enfants firent l’expérience de l’absence régulière des parents, occupés au restaurant une grande partie de la journée et de la soirée. Plus souvent seuls à la maison, ils firent l’apprentissage d’une autonomie jusque-là peu valorisée. Ils n’étaient pas pour autant livrés à eux-mêmes, car la fille aînée, la « grande sœur », comme c’est aussi le rôle des filles aînées au Viêt Nam, était chargée de veiller sur les deux plus jeunes, surveillant leur bonne tenue, le travail scolaire. Elle était également chargée de remplacer autant que possible leurs parents auprès des interlocuteurs de l’école, notamment lors de réunions entre parents d’élèves et professeurs. Les jours de congés scolaires, j’ai souvent observé, dans le restaurant, les enfants venus aider au service ou tenir compagnie aux parents, lors des heures creuses, dessinant ou faisant leurs devoirs, assis à une table inoccupée.

50Au cours de la décennie 1990, les trajectoires des deux aînés, passant de l’enfance à l’adolescence, se démarquèrent l’une de l’autre. La fille aînée trouva rapidement du travail : d’abord dans un fast-food où, très motivée et responsable, elle devint « manager », puis responsable d’équipe. Au bout de huit ans, quittant ce premier emploi, elle fut embauchée comme employée dans l’usine automobile locale, où, de nouveau, elle gravit rapidement les échelons et obtint un poste à responsabilité. Autonome sur le plan économique, elle obtint à 26 ans l’autorisation de quitter le foyer familial pour s’installer dans son propre appartement, malgré la réticence de ses parents. C’est à cette époque qu’elle fut amenée à gérer un évènement familial au centre duquel se trouvait son frère et qui bouleversa durablement sa vie et l’équilibre de la famille. En effet, nous l’avons évoqué plus haut, le comportement du garçon, d’abord élève studieux et fils obéissant ayant toute la confiance de son père, changea à l’adolescence. À cette époque, les parents étaient très occupés par leur travail au restaurant, lorsque l’adolescent rencontra des difficultés en classe, commença à fréquenter de nouveaux amis et à s’absenter certaines journées au lieu d’étudier au lycée. Cela entraîna son redoublement en fin d’année scolaire, mais le jeune homme cacha la nouvelle à ses parents ; sa grande sœur garda le secret craignant la colère et la sanction du père et elle décida de prendre elle-même en charge son frère. Sous prétexte de suivre de près sa scolarité, elle décida de l’héberger chez elle. Elle considérait, dans la continuité des tâches qu’elle avait souvent assumées en secondant ses parents par le passé, que c’était son rôle de sœur aînée, et que son frère, qui lui promettait de mieux travailler au lycée, avait le droit à l’erreur et méritait sa confiance. Les premiers mois se déroulèrent comme prévu, mais par la suite, le frère reprit ses sorties avec ses amis, jusqu’au jour où, impliqué dans un fait de délinquance en groupe, il fut arrêté, jugé et, majeur au moment des faits, condamné à une peine de prison ferme. Pour les parents qui étaient loin de se douter des activités déviantes de leur fils, la nouvelle fut vécue comme une catastrophe. Le père, tout particulièrement, qui se sentait responsable personnellement de l’éducation et de la conduite de ses enfants, fut envahi par le sentiment de faillite de ce rôle d’éducateur qu’il avait tant investi. Désemparé, cherchant une explication à la dérive de son fils, il imputa cet échec en partie à leur activité professionnelle qui les amenait lui et sa femme à être absents du foyer. Il pensa aussi que ses références à un système éducatif passé, strict et rigoureux, basé sur le modèle qu’il avait connu au Viêt Nam, étaient devenues inadéquates dans le cadre plus permissif de la société française : « J’ai appris à éduquer mon fils pour le Viêt Nam… Je ne sais pas éduquer les enfants pour la France  ». Éprouvant de la honte, les parents firent leur possible pour ne pas ébruiter, au sein de leurs connaissances en France, mais surtout dans leurs familles respectives, que leur fils était en prison pour plusieurs années. Le jugement fut, m’a-t-on dit, particulièrement sévère à une période où la politique en matière de délinquance de « jeunes issus de l’immigration » était voulue répressive et sévère. Durant toute cette période, les membres de la famille ne l’abandonnèrent pas à son sort, mais au contraire, lui rendirent visite régulièrement, lui apportant toute l’aide qu’ils pouvaient. Pour le fils, ce fut une expérience génératrice de douleur et de honte. Après une période de dépression, il parvint à reprendre des études, passa son baccalauréat en prison et y entama une formation professionnelle. Une fois libéré, il retrouva le chemin du foyer familial et trouva du travail, la famille retrouvant un rythme de vie plus serein.

51Les années passant, la question de l’avenir matrimonial des enfants devint une préoccupation centrale pour les parents, notamment à propos de leur fille aînée. Le mari idéal à leurs yeux était une personne d’origine vietnamienne avec qui, supposaient-ils, la proximité culturelle serait immédiate et favoriserait les échanges ; au contraire, les relations avec les Français leur semblaient toujours un peu difficiles, faites de potentielles incompréhensions.

52Le célibat de l’aînée, tandis qu’elle approchait de la trentaine, devint donc un sujet d’inquiétude pour les parents, qui n’envisageaient pas d’autre option pour leur fille qu’une vie construite autour d’un mariage et des enfants. Ils craignaient pour elle une vie de solitude, et un devenir sombre comme le promettent les croyances populaires de la « vieille fille » : sans postérité, la femme non mariée est non seulement dépréciée, mais crainte dans la culture vietnamienne comme dans de nombreux autres systèmes culturels ; les esprits de ces femmes, appelés « bà cô », sont considérés comme dangereux, s’attaquant aux petits enfants vulnérables. Aussi, quand la jeune femme présenta aux parents l’homme français qu’elle souhaitait épouser, ceux-ci acceptèrent le prétendant sans exprimer leur réprobation.

53Le mariage, fixé aux beaux jours, fut l’occasion d’une grande fête réunissant les nombreux amis d’origine vietnamienne des parents, les amis français des deux mariés et aussi quelques membres de la famille venus spécialement des États-Unis. Le déroulement de la journée conjugua obligations françaises et tradition vietnamienne. Dans l’organisation des festivités, le rituel vietnamien précéda le passage à la mairie : au domicile des parents, la jeune femme revêtue de la tunique rouge et du bandeau traditionnel attendit l’arrivée de la procession du marié et de ses amis porteurs d’offrandes à la famille, puis la présentation des mariés devant l’autel des ancêtres et anciens de la famille. Pour la cérémonie à la mairie, la jeune femme troqua la tunique traditionnelle pour une imposante robe de mariée à l’occidentale : blanche, longue et bouffante, avec dentelles et voile de tulle, offerte et confectionnée par l’oncle couturier, venu des États-Unis. La journée continua en combinant moments ou éléments « vietnamiens » et « français », en tout cas vécus comme tels : le rituel des photos du couple dans le décor paysager d’un parc de la ville, suivi d’un grand repas fait de mets vietnamiens réunissant de nombreux convives, amis et famille, se terminant par une imposante pièce montée, coupée et distribuée par les mariés avant la soirée dansante. Pour cette partie de la fête, comme au Viêt Nam, la mariée arborait une troisième tenue, une robe de soirée colorée, plus adaptée aux déplacements et aux mouvements de danse que l’encombrante robe blanche.

54Ce fut un moment fort pour toute la famille qui y voyait la fin d’un célibat jugé néfaste pour leur fille et une avancée de leur intégration dans la société française. Cependant, le divorce des époux après quatre ans de vie commune, ravivèrent les représentations initiales des parents sur la société française, notamment, la faiblesse du lien conjugal en opposition avec la stabilité revendiquée des familles vietnamiennes.

55Après son divorce, leur fille aînée continua son chemin, en autonomie économique, mais aussi sociale, entourée d’un petit réseau d’amis, en grande partie français, sans pour autant délaisser ses attaches familiales. Tout en regrettant de ne pas avoir eu d’enfant, elle trouva cependant un équilibre entre différentes facettes de sa vie : son travail, d’une part, au sein du restaurant familial qu’elle reprit à son compte au départ en retraite des parents en 2009 ; les sorties avec ses amis français d’autre part, et enfin les relations toujours très étroites avec les membres de sa famille. En 2019, aspirant, dit-elle, à « alléger son temps de travail et ne plus avoir les tracasseries administratives de l’entreprise », elle revendit le restaurant pour un emploi de salariée dans la grande distribution.

56De leur côté, à l’instar de l’aînée, le frère et la petite sœur prirent pour conjoint des personnes françaises, mais préférèrent le pacs au cadre plus formel du mariage. Au bout d’une décennie, le fils s’est séparé de sa compagne, se partageant avec elle la garde de leur fille.

57À la différence de ses deux sœurs, l’insertion socioprofessionnelle du fils reste plus difficile, ponctuée de ruptures. Après avoir travaillé pendant quelques années en tant que technicien de maintenance, il a choisi de venir travailler avec sa sœur, dans le restaurant, pendant quelques mois. Puis, insatisfait de ce travail, il a décidé d’ouvrir son propre commerce de plats à emporter vietnamiens, sans succès. Aujourd’hui, sa vie reste instable et il est sujet à la dépression. Comme autrefois, lors de son adolescence, il a trouvé refuge chez sa sœur aînée qui l’héberge et prend soin de lui.

58Pour les parents, la situation des deux aînés va à l’encontre de leurs valeurs : sur le plan matrimonial, le divorce ou la séparation sont vécus comme des échecs ; l’absence d’enfants pour la fille aînée avec l’image négative, néfaste qui y est attachée. Autre motif d’inquiétude pour les parents : la situation du fils, à la fois sur les plans professionnel, social, psychique. Une inquiétude d’autant plus forte qu’étant le seul garçon de la famille, il doit endosser le rôle de transmission des valeurs et des pratiques, notamment, celles du culte des ancêtres, pratiqué par les parents.

59Ce n’est qu’avec leur dernière-née que les parents affichent une certaine satisfaction. La petite sœur remplit la plupart des conditions d’une vie exemplaire : réussite scolaire, avec l’accès aux études supérieures, réussite matrimoniale et maternelle, puisqu’elle elle vit toujours en couple et est mère de trois enfants. Elle fait preuve également d’une réussite professionnelle en tant que responsable des ventes pour une grande enseigne de vêtements.

Conclusion

60Que nous donne à voir ce récit qui retrace plusieurs décennies d’une famille depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui ? Un regard ethno-sociologique sur ces trajectoires nous amène à faire quelques remarques.

61On constate, d’abord, une vision dichotomique des univers culturels chez les parents alors que chez les enfants, les phénomènes d’acculturation à l’œuvre produisent des formes hybrides (Bastide 1960, 1968). Cette situation a contribué un temps à rigidifier les principes éducatifs des parents, amenant un écart grandissant entre eux et leurs enfants, notamment pour les deux aînés. Mais les conséquences malheureuses de cette première expérience éducative en milieu migratoire a conduit le père à réajuster son attitude dans le sens d’une plus grande souplesse avec la benjamine, plus adaptée à la société d’accueil.

62On voit aussi clairement comment la migration constitue un facteur de déclassement social et de déstabilisation des rapports sociaux (Bidet 2018). En effet, le déclassement social déjà amorcé dans le pays d’émigration du fait de la guerre est prolongé pendant une longue période à la suite de la migration dans le nouveau pays d’installation. De même, peut-on constater une déstabilisation des relations sociales au sein la famille, avec pour effet de bouleverser, d’inverser même, à certains moments, les rapports de classe, d’âge et de sexe.

63Tandis que le temps long nous permet de voir comment les différentes générations font face à des défis distincts, le rapport majoritaire-minoritaire (Guillaumin 1972) tel qu’il s’impose aux enfants qui grandissent et deviennent adultes semble plus difficile à vivre pour le garçon que pour les filles. On retrouve ici le même schéma que pour les jeunes garçons et filles des migrations maghrébines qui ont été bien davantage étudiées : formes plus fréquentes de déscolarisation pour les garçons dans les quartiers populaires, filles plus soucieuses de leurs résultats scolaires, etc. Les attentes des parents sont fortes, mais cela ne suffit pas au succès scolaire des enfants, comme le suggère les travaux sur le stéréotype du bon élève asiatique (Simon-Barouh 1995 ; Nann 2007 ; Roquejoffre 2009).

64Enfin, il convient de souligner un dernier aspect relevé de longue date au sein de nombreuses autres migrations : l’importance de l’entre-soi ou, autrement dit, de l’entourage « communautaire » de cette famille, qui fréquente assidûment l’association des « originaires » pour se soutenir mutuellement face aux difficultés inédites engendrées par la migration mais aussi pour partager et transmettre les valeurs jugées les plus importantes et entretenir le sentiment de continuité malgré la migration, vécue comme une rupture. Ici, l’entre-soi est reconstitué au niveau local (Bertheleu 2000), mais s’y ajoute la dimension transnationale, avec une sociabilité diasporique que les outils numériques permettent désormais d’entretenir.

Haut de page

Bibliographie

BASTIDE, Roger, 1960, « Problèmes de l’entrecroisement des civilisations et de leur œuvre », in Traité de sociologie, vol. 2, Georges Gurvitch, éd., Paris : Presses universitaires de France, p. 315-330.

BASTIDE, Roger, 1968, « Acculturation », Encyclopaedia Universalis, vol 1, Paris, p. 102-107.

BERTHELEU, Hélène, 2000, « Cohésion sociale, ethnicité et hiérarchies : fêtes et rituels lao en France », Revue européenne des migrations internationales, 16 (2) : 153-170.

BIDET, Jennifer, 2018, « Migrations et mobilités sociales en contexte transnational », Actes de la recherche en sciences sociales, 225 (5) : 67-82.

BRINBAUM, Yaël & KIEFFER, Annick, 2009, « La scolarité des enfants d’immigrés de la 6ème au baccalauréat : différenciation et polarisation des parcours », Population, 64 (3) : 561-610.

DURU-BELLAT, Marie, FARGES, Géraldine & VAN ZANTEN, Agnès, 2018, Sociologie de l’école, « chap. 8, les pratiques éducatives des familles », 5e édition, Paris : Armand Colin, coll. « U », p. 181-205.

GUILLAUMIN, Colette, 1972, L’idéologie raciste, genèse et langage actuel, Paris-la Haye : Mouton de Gruyter.

HALL, Stuart, 2000, « Une perspective européenne sur l’hybridation : éléments de réflexion », Hermès, La Revue, 28 (3) : 99-102.

ICHOU, Mathieu, 2013, « Différences d’origine et origine des différences : les résultats scolaires des enfants d’émigrés/immigrés en France du début de l’école primaire à la fin du collège », Revue française de sociologie, 54 (1) : 5-52.

ICHOU, Mathieu & OBERTI, Marco 2014, « Le rapport à l’école des familles déclarant une origine immigrée : enquête dans quatre lycées de la banlieue populaire », Population, 69 (4) : 617-658.

JUTEAU, Danielle, 2015, L’ethnicité et ses frontières, Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

MUNI TOKE, Valelia, 2009, « Fantasmes d'un plurilinguisme pathogène : le cas des rapports dits “Bénisti” », Le français aujourd’hui, 164 : 35-44.

NANN, Stéphanie, 2007, « Les Cambodgiens en France, entre l’image et la réalité », Migrations Société, 109 (1) : 147-162.

PONTY, Janine, 2008, Les Polonais du nord ou la mémoire des corons, Paris : Éditions Autrement.

PRIMON, Jean-Luc, MOGUEROU, Laure & BRINBAUM, Yaël, 2018, « Les enfants migrants à l’école française. Accueil, parcours, relégation et expériences scolaires d’après l’enquête “Trajectoires et Origines” », Revue européenne des migrations européennes, 34 (4) : 13-43.

ROQUEJOFFRE, Alain, 2006, Une « communauté » asiatique en France. Le rôle des travailleurs sociaux dans l’acculturation, Paris : L’Harmattan.

REZZOUG, Dalila, DE PLAËN, Sylvaine, BENSEKHAR-BENNABI, Malika & MORO, Marie-Rose, 2007, « Bilinguisme chez les enfants de migrants, mythes et réalités », Le français aujourd’hui, 158 (3) : 58-65.

SAYAD, Abdelmalek, 2006 [1995], L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité, Paris : Raisons d’agir.

SIMON-BAROUH, Ida, 1981, « L’accueil des réfugiés d’Asie du Sud-est à Rennes, Pluriel-débat, 28 : 23-55.

SIMON-BAROUH, Ida, 1988, « Le vietnamien », in Vingt-cinq communautés linguistiques de la France, Geneviève Vermès, éd., Paris : L’Harmattan, p. 89-97.

SIMON-BAROUH, Ida, 1995, « Le stéréotype du bon élève asiatique », Migrants-Formations, 101 : 18-45.

WADBLED, Martine, 2001, « la transmission culturelle active dans les familles vietnamiennes en France », Hommes et Migrations, 1234 : 95-102.

Haut de page

Note de fin

1 Littéralement : « père, mère, manger ». C’est la formule de politesse utilisée au début de chaque repas, par les enfants, qui invitent ainsi les parents à manger.

2 Les psycholinguistes parlent d’attrition qui est « la réduction ou le tassement des connaissances linguistiques initialement acquises. Ce phénomène, qui est non seulement soumis à un effet d’âge mais également à la fréquence et à la qualité des sollicitations verbales, peut aller jusqu’à l’extinction d’une langue initialement acquise » (Rezzoug et al. 2007).

3 Voir le rapport Bénisti en 2005 qui incitent les mères migrantes à parler le français à leur enfant pour faciliter leur intégration (Muni Toke 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pôleth M. Wadbled, « Principes éducatifs à l’épreuve de la migration. Chronique d’une famille vietnamienne en France »Moussons, 42 | 2023, 81-101.

Référence électronique

Pôleth M. Wadbled, « Principes éducatifs à l’épreuve de la migration. Chronique d’une famille vietnamienne en France »Moussons [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/11034 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.11034

Haut de page

Auteur

Pôleth M. Wadbled

Pôleth M. Wadbled est sociologue de formation, axant ses recherches sur les relations interethniques, ses travaux portent sur : l'histoire des migrations en régions (Centre Val de Loire, Bretagne, Aquitaine), les rapports socio-sexués, la socialisation, l'école, les religions, et la laïcité ; elle exerce en tant que sociologue-directrice à l'ODRIS (Observation Diffusion Recherche Intervention en Sociologie).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search