Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Articles« Construire la dépendance et la ...

Articles

« Construire la dépendance et la résistance » : la politique migratoire allemande vécue par deux femmes migrantes philippines

“Building Dependency and Resistance”: German Migration Policy as Experienced by Two Filipino Migrant Women
Davi De Carvalho Malheiros
p. 197-216

Résumés

Les politiques migratoires des États réglementent le séjour des étrangers sur leurs territoires. Elles le font à travers des mesures juridiques qui peuvent contribuer à façonner des trajectoires d’intégration, en fonction des statuts qu’elles établissent. En même temps, les étrangers en question ne sont pas passifs et peuvent opposer une résistance dans le rapport qu’ils construisent avec les États et avec les normes juridiques qui les concernent. En partant du cas de figure des femmes migrantes philippines en Allemagne, cet article aura pour objectif de discuter les liens entre la politique migratoire allemande, les résistances aux mesures juridiques et les trajectoires d’intégration qui découlent de cette relation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’une manière générale, nous avons opté pour l’utilisation du féminin quand il est question, par ex (...)

1D’une manière générale, nous nous intéresserons ici à la relation entre les politiques migratoires des États et les trajectoires d’intégration des individus1 qui franchissent leurs frontières. Nous tenterons plus particulièrement de réfléchir aux liens entre la politique migratoire de l’Allemagne et les trajectoires d’intégration de deux migrantes philippines, auxquelles nous nous sommes intéressé dans le cadre d’une enquête ethnographique de plusieurs années mêlant récits de vie et observation auprès de groupes informels de femmes migrantes philippines dans la région allemande du Bade-Wurtemberg. L’enquête est constituée de nombreuses observations diversifiées, de 21 entretiens enregistrés effectués auprès de femmes philippines en Allemagne entre 2015 et 2020 et d’une grande diversité de matériaux recueillis de façon informelle comme des photographies d’événements organisés par des migrants philippins en Allemagne (soirées de gala, fêtes de fin d’année), des notes concernant à la fois le terrain, le travail d’enquête, des rencontres et entretiens informels effectués au fil des années, et enfin l’analyse de documents portant sur les activités de l’ambassade des Philippines et sur celles des associations. Le choix des deux trajectoires présentées ci-après est lié à leur caractère idéal-typique par rapport à notre problématique. Nous mobiliserons tout de même, pour étayer nos propos, d’autres trajectoires de migrantes philippines rencontrées au cours de l’enquête.

2La problématique sur laquelle se fonde l’article repose sur une constatation et trois prémisses. Commençons par la constatation. Asuncion Fresnoza-Flot et Gwenola Ricordeau (2017a) ont observé que les politiques migratoires des États conditionnent, en fonction des dispositions prévues, l’accès des étrangers à la citoyenneté, au welfare et au marché du travail. De ce fait, ces politiques constitueraient un puissant levier d’intégration, mais aussi d’exclusion, des étrangers, selon leur statut juridique (Fresnoza-Flot & Ricordeau 2017b ; Chang 2017). La première hypothèse porte sur la possibilité d’une résistance des migrantes philippines face aux contraintes structurelles exercées par la politique migratoire allemande. La seconde postule que les mesures introduites par la politique en question ont pu façonner des trajectoires d’intégration distinctes, en fonction du cadre légal que ces mêmes mesures imposaient aux nouvelles venues. Enfin, le troisième postulat propose de comprendre les mesures introduites par la politique migratoire comme étant le résultat d’une conjonction (souvent) ambiguë et imparfaite entre, d’une part, les intérêts économiques et géopolitiques de cet État, et, d’autre part les mutations à l’œuvre dans la société allemande, portant à la fois sur l’identité nationale et sur le rapport aux étrangers (Prat-Erkert 2014 ; Sebaux 2016).

3L’article se divise en trois parties. La première et la deuxième partie proposent une introduction et une contextualisation, tandis que la troisième est dédiée au « dialogue » de ces premiers éléments avec les apports des matériaux d’enquête. Ainsi, la première partie développe la problématique et détaille l’évolution historique de la politique migratoire allemande. Cette partie aborde également la dimension légale des migrations dans le cadre du travail et du mariage. La seconde partie propose de contextualiser les migrations philippines vers l’Allemagne. La troisième partie aborde concrètement la relation entre la politique migratoire allemande et les deux trajectoires d’intégration des migrantes philippines. Elle se termine par les conclusions qu’il est possible d’en tirer sur la relation entre la politique migratoire des États (et spécifiquement de celle de l’Allemagne) et les trajectoires d’intégration des étrangers à partir de ces deux cas.

Réglementer : la politique migratoire allemande et les étrangers

4Nous nous pencherons ici, dans un premier temps, sur l’évolution historique de la politique migratoire allemande. Nous verrons ainsi comment l’État allemand a bâti depuis l’après-guerre (et jusqu’à nos jours) sa politique migratoire et les mesures qui la caractérisent. Puis nous aborderons le cadre légal des migrations dans le cadre du travail et du mariage. Nous précisons que l’expression migration dans le cadre du mariage doit être comprise ici au sens que lui donnent Rajni Palriwala et Patricia Uberoi (2008), à savoir la migration de celles et ceux qui ont rejoint leur futur·e époux·se avec un visa de fiancé·e pour se marier, ou qui se sont marié·e·s à l’étranger avant de rejoindre leur conjoint allemand à travers le mécanisme du regroupement familial. De même, nous entendons les migrations dans le cadre du travail comme étant celles dans lesquelles le travail constitue la raison de l’obtention du titre de séjour par l’étranger.

L’évolution historique de la politique migratoire allemande : les débuts de l’après-guerre et les travailleurs qualifiés

  • 2 Nous l’avons interviewée au cours d’un après-midi du mois de février 2019 dans la banlieue d’Offenb (...)

5La politique migratoire allemande et les mesures juridiques associées ont aussi une histoire, dont il faut tenir compte pour réfléchir à la façon dont les étrangers concernés vivent ces mesures. Bettina Severin-Barboutie (2018) et Kerrie Holloway et.al. (2021) brossent un portrait de cette politique depuis 1955, à partir du moment où l’Allemagne a commencé à faire appel à la main-d’œuvre étrangère pour répondre aux besoins de son économie en ruines après le conflit mondial de 1939-1945. Selon B. Severin-Barboutie (2018), cette politique d’importation de main-d’œuvre étrangère (principalement peu qualifiée) née dans l’immédiat après-guerre se prolongera jusqu’en 1973. L’infirmière à la retraite Luzviminda2, âgée de 71 ans lorsque nous l’avons interviewée, est arrivée en Allemagne au cours de cette période. Sa trajectoire biographique porte en quelque sorte les marques de l’expérience faite par les migrantes philippines de l’après-guerre de la politique migratoire allemande. D’un côté, on retrouve une certaine facilité en termes de stabilisation du séjour. De l’autre, un parcours moins encadré par des mécanismes étatiques de gestion de la présence des étrangers – les lois de l’immigration, les agences nationales et régionales, etc. :

J’ai une amie – ma camarade de classe – qui est déjà ici depuis presque six mois. Elle n’arrêtait pas de m’écrire [aux Philippines], avant qu’il n’y ait le téléphone ou quelque chose comme ça. Et puis elle m’a dit « Oh, tu peux venir ici. Tu n’as pas besoin d’étudier la langue. Je suis arrivée ici sans rien. » Elle m’a encore dit : « D’accord, mais tu peux aller [habiter] dans la même région que moi quand tu viens ici ? ». Le gouvernement ne pouvait pas nous distribuer, c’était ça le problème. Alors, je me suis dit : « C’est bon, ce n’est pas un problème. » (Luzviminda, entretien réalisé en 2022.)

6La crise économique et les tensions sur le marché du travail conduiront le gouvernement allemand à abandonner le recours aux Gastarbeiter, ces travailleurs étrangers qui, dans les discours de l’époque, étaient présentés comme des visiteurs qui n’avaient pas vocation à rester (Holloway et. al 2021). Les années de crise économique (1973-1998) seront ensuite caractérisées par une posture opposée à celle de la période antérieure, à savoir un durcissement généralisé des conditions d’entrée et de séjour des étrangers sur le territoire. Une partie de nos enquêtées sont arrivées en Allemagne pendant cette période. Pour elles, la stabilisation du séjour a été nettement plus difficile et les dispositifs étatiques de gestion de la présence des étrangers plus contraignants.

7Après cette étape de durcissement, les années 1990 connaissent un nouveau bouleversement – notamment à partir de 1998, avec l’accession au pouvoir de Gerhard Schröder. Cette période est caractérisée par une prise de conscience des conséquences du déclin démographique pour l’économie et pour la société allemandes – l’accent étant mis sur la perte de compétitivité et la baisse probable du niveau de vie des Allemands. Les années 1990 ont également été celles d’une prise de conscience de la présence des étrangers dans la vie allemande, chose qui avait jusque-là été niée ou tout simplement ignorée (Prat-Erkert 2014). Selon Cécile Prat-Erkert (2014), il s’agit d’une des principales raisons ayant amené à une volonté de changement de cap par rapport à la ligne imprimée par la politique de durcissement des années 1970. La politique migratoire allemande qui émerge de la chancellerie Schröder deviendra plus volontariste et plus engagée, ce qui s’exprimera notamment par la loi de 2004 sur l’immigration. Cette dernière ouvrira progressivement la porte à des mesures de reprise de l’immigration dite de travail. À la différence de la période allant de 1955 à 1973, la nouvelle politique migratoire s’adressera principalement à des travailleurs hautement qualifiés – comme les scientifiques, même si les besoins en main-d’œuvre qualifiée et notamment soignante (hôpitaux, cliniques) ont, dans une moindre mesure, été aussi priorisés (Holloway et. al 2021). Ceci dit, la politique migratoire de la période a également introduit d’autres mesures importantes d’ouverture vis-à-vis des étrangers, parmi lesquelles la facilitation du regroupement familial pour les travailleurs hautement qualifiés et la possibilité de prolonger d’un an le séjour des étudiants étrangers ayant obtenu leur diplôme en Allemagne. Enfin, la « politique Schröder » a en outre introduit pour la première fois l’obligation pour les primo-arrivants de suivre des cours d’intégration (Integrationskurs). Cette phase est également marquée par une victoire importante des partisans de « l’ouverture » de l’identité nationale à travers, entre autres, l’introduction du droit du sol (Geburtsortsprinzip) dans le code de la nationalité (Prat-Erkert 2014), une mesure adoptée pour la première fois dans l’histoire du pays, à partir de l’année 2000, à la suite des longs débats des précédentes décennies (Bouche 1999). Quant à l’expérience de nos enquêtées arrivées pendant cette période, elle est marquée par une stabilisation du séjour un peu plus aisée que la génération précédente et par un ensemble de dispositifs étatiques plus « tolérants » vis-à-vis des étrangers.

Des années Merkel à la période actuelle

8C. Prat-Erkert (2014) et G. Sebaux (2017) considèrent la période après 2005 comme marquée à la fois par l’attention portée à l’intégration et par l’extension progressive des mesures d’ouverture des années Schröder à l’ensemble des travailleurs étrangers. Parallèlement, cette époque est aussi caractérisée par la persistance des constats concernant le déclin démographique et ses menaces sur le niveau de vie du pays, la croissance économique et la compétitivité internationale (Holloway et.al 2021). Le premier mandat d’Angela Merkel correspond aussi aux débuts de la crise économique de 2007-2008. Malgré cela, les lois sur l’immigration de travail et sur l’immigration (2007) adoptées pendant cette période ont encore une fois introduit de nombreuses nouveautés (Sebaux 2017). D’importants obstacles à l’immigration dite de travail ont ainsi été supprimés, comme la Vorranprüfrung ou l’obligation de vérifier si le poste de travail ne pouvait pas être occupé par un Allemand ou par un résident étranger de même statut, avant qu’un autre étranger ne soit embauché (Prat-Erkert 2014). La Bundesagentur für Arbeit (BA) (en français Agence fédérale de l’emploi) a également eu pour instruction d’adopter la Positivliste, une liste de métiers pour lesquels l’immigration de travail devait être facilitée (Prat-Erkert 2014) – comme les professions de la mécatronique et de l’électrotechnique, mais aussi celles du secteur médical et des soins aux personnes âgées. Par ailleurs, notons au passage que la BA a aussi eu recours durant la période Merkel, notamment via sa centrale de placement des personnes qualifiées et à l’étranger (Zentrale-Auslands und Fachvermittlung ou ZAV), à l’embauche de personnel du secteur des soins, principalement en Asie (Sebaux 2017). Enfin, un autre volet de la loi immigration, à la suite du premier sommet sur l’intégration (2006), a porté sur le renforcement des cours d’intégration et sur l’obligation, en cas de naturalisation, de passer un examen de langue et un test de « citoyenneté » portant sur les valeurs de l’Allemagne (Holloway et.al. 2021). L’accès à la nationalité, déjà plus ouverte depuis Schröder, est ainsi devenue davantage encadrée par des dispositifs de réglementation de l’acquisition.

  • 3 Cette optique tend à mettre en avant uniquement et principalement les bénéfices supposés pour les d (...)
  • 4 Nous avons interviewé Many lors d’une après-midi du mois d’avril 2019 dans un village de la région (...)

9La « période Merkel » est également marquée par les efforts entrepris par le gouvernement fédéral et par certains secteurs de la société pour affirmer et promouvoir l’idée que l’Allemagne est un « pays d’immigration ». G. Sebaux (2017) se réfère à cette tentative comme le principal élément distinctif de cette phase, qui annonce aussi la naissance en Allemagne d’une « culture de bienvenue » vis-à-vis des étrangers – Wilkommenskultur. Néanmoins, Cécile Prat-Erkert (2014) et Stephan Luft (2016) soulignent aussi son principal obstacle constitué par la persistance d’une vision de l’étranger à travers le principe hypocrite du « gagnant-gagnant3 », dominé par un pragmatisme préoccupant en cas de crise ou d’instabilité. De nouveaux éléments s’ajoutent à ces constats, parmi lesquels la progression de l’extrême droite xénophobe en Europe et les difficultés du gouvernement fédéral à faire face à la crise de l’accueil des réfugiés syriens à partir de 2015. L’expérience des Philippines arrivées au cours de ces années se caractérise par une stabilisation du séjour aussi aisée qu’au cours de la phase précédente et par des mécanismes étatiques de plus en plus agissants, mais aussi plus ouverts par rapport à la présence des étrangers en Allemagne. Toutefois, dans les entretiens menés avec les enquêtées, ne transparaît aucune perception d’être les bienvenues en Allemagne. C’est ce qu’on peut constater chez Many4, 39 ans au moment de l’entretien, arrivée en Allemagne pour se marier avec un ouvrier allemand de la région de Karlsruhe :

Many : Oui, c’était trop dur [d’être acceptée par les Allemands] - que je sache qu’ils ne me parlent pas, mais la façon dont ils me regardent.

Davi : Comme quoi ?

Many : Comme, de la tête aux pieds – ou des pieds à la tête.

Davi : Oui, et pourquoi pense-toi qu’ils te regardaient comme ça ?

Many : Parce que je suis asiatique. Pourquoi est-elle ici ? Peut-être qu’elle veut seulement prendre l’argent.

Many : Après quelques années, ils m’ont accepté…
(Entretien réalisé en 2022.)

10Il est difficile de prévoir l’évolution de ces phénomènes. Cependant, compte tenu de la tendance historique des politiques migratoires européennes à s’adapter aux fluctuations de la conjoncture économique, comme nous l’avons observé pour les années 1970, personne ne devrait être surpris par un retour, dans les prochaines années, à une politique de fermeture et de repli sur soi, surtout en cas de non-reprise de l’économie. La redynamisation de l’économie et la maîtrise du chômage pourraient en revanche contribuer au maintien d’une ligne plus ouverte, voire au développement de la Wilkommenskultur allemande. Cette possibilité reste pertinente. Quoi qu’il en soit, il faut se souvenir que la politique migratoire allemande et les logiques sociopolitiques et économiques qui la façonnent possèdent une histoire, et que sa compréhension permet de penser le rapport des étrangers au cadre légal qui en est issu.

La situation juridique actuelle des migrations dans le cadre du mariage

11Nous décrirons ici brièvement quelques éléments du cadre légal prévu par la loi allemande en cas de migration dans le cadre du mariage. Le choix de ne retenir que les étrangers non européens tient au fait que ces derniers sont soumis à des contraintes légales ayant une incidence directe sur leur droit au séjour, contrairement aux ressortissants des États-membres de l’Union européenne, qui peuvent circuler, s’installer et travailler librement en Europe.

12La politique migratoire allemande, comme celle de tous les pays, réglemente les conditions d’entrée et de séjour des étrangers sur son territoire. Elle influence donc de façon considérable les destinées des étrangers qui, dans différents contextes, arrivent en Allemagne. Pour comprendre cette influence dans la vie des migrantes philippines nous commencerons par une brève présentation des cadres juridiques qui s’appliquent aux étrangères non européennes mariées à des Allemands et aux travailleuses étrangères non européennes en Allemagne.

13Selon la loi allemande, les étrangères non européennes mariées à des Allemands ont droit, après dépôt de leur demande et si elles ont obtenu un premier visa en tant que conjointe, à une carte de résidente temporaire (Aufenthalt aus familiären grunden) (Grote 2017). Celle-ci a normalement une durée initiale d’un an et peut être renouvelée tant que l’étranger reste marié (ibid.). Ce droit peut conduire, en cas d’union légale et ininterrompue pendant au moins trois ans, à l’obtention d’une carte de résident permanent (Niederlassungserlaubnis) (Grote 2017). Dans le même temps, les mariages sont légalement soumis, dès la demande de visa, à des vérifications du « bien-fondé » de ces unions, afin d’éviter ce qui est identifié par la loi comme un détournement du droit au regroupement familial (Missbrauch des Rechts auf Familiennachzug) (Müller 2012).

  • 5 Nous avons interviewé Vicky en avril 2018 dans son magasin, situé dans une grande ville de la régio (...)

14En cas de divorce, la loi allemande actuelle prévoit en général le maintien du droit au séjour (Aufenthaltsrecht) pendant un an, si l’étranger peut attester qu’il a été marié pendant au moins trois ans (Grote 2017). Ce dernier peut également conserver son droit au séjour pendant un an en cas de séparation légale, à condition d’être déjà détenteur d’une carte de résident permanent et de prouver qu’il dispose de moyens de subsistance en Allemagne (Grote 2017). L’exigence de trois ans mentionnée ci-dessus ne peut être levée après un éventuel divorce que si le retour de l’étranger dans son pays d’origine représente un danger pour ce dernier, ou si la continuité du mariage n’est pas considérée comme raisonnable – en cas de violences domestiques par exemple (Grote 2017). C’est précisément ce qui est arrivé à Vicky5, à 19 ans vivant dans un petit village rural et dont le mariage avec un menuisier s’est soldé par une séparation après quelques-mois. Vicky a pu prolonger son séjour :

Il [son avocat] a été très gentil parce qu’il était aussi avocat pour mon visa de divorce, oui, alors c’était une bonne affaire, d’accord (rires). Je lui ai payé 300 [euros], et c’était bon, alors j’ai obtenu cela, oui, et ensuite j’étais à plein temps [au travail]. Tu sais, ici, quand toi tu te sépares de ton mari, tu as un an de temps de séparation, et ensuite tu peux divorcer, oui, et le gars (le mari) devrait te soutenir. (Vicky, entretien réalisé en 2022.)

15Enfin, pour ce qui concerne la nationalité, les étrangères non européennes mariées avec des citoyens allemands peuvent soumettre une demande d’acquisition après trois ans de résidence légale – ce délai a été augmenté d’une année par la loi de 2011 visant à lutter contre les mariages jugés forcés ou de « convenance ». C’est ce qui est arrivé à la plupart des enquêtées après l’obtention de leur carte de résidence permanente. D’autres conditions préalables s’imposent cependant à ceux qui souhaitent acquérir la nationalité allemande, comme la preuve de moyens de subsistance ou le fait de posséder au préalable une carte de résident permanent (Grote 2017 ; Bundesministerium des Innern, für Bau und Heimat 2021).

La situation juridique des travailleurs étrangers non européens

16Dans cette sous-partie nous aborderons de façon succincte quelques éléments du cadre légal prévu par la loi allemande en cas de migration dans le cadre du travail.

17Les travailleurs étrangers provenant d’un pays hors Union européenne ont droit à une carte de résident temporaire à la suite de leur embauche. Tout comme les épouses non européennes de citoyens allemands, ils peuvent faire la demande d’une carte de résident permanent, mais cela n’est possible qu’après cinq ans de résidence légale (Grote &Vollmer 2016). Comme pour les étrangers non européens mariés à des citoyens allemands, cette carte de résident permanent pourra leur être octroyée s’ils ont d’abord obtenu une carte de résidence temporaire, et seulement s’ils n’ont pas commis de crime violent, entre autres conditions (Grote & Vollmer 2016). De plus, comme les étrangères non européennes mariés, les travailleuses étrangères ne peuvent acquérir la nationalité allemande qu’à condition de détenir une carte de résident permanent, d’avoir passé le test de naturalisation et/ou de résider de façon fixe en Allemagne depuis au moins 8 ans (Bundesministerium des Innern, für Bau und Heimat 2021). Finalement, aussi bien les étrangères non européennes mariées que les travailleurs étrangers doivent parfois remplir d’autres conditions pour obtenir leur titre de séjour. La loi prévoit ainsi des conditions spécifiques selon le motif du séjour (regroupement familial, études, travail, etc.), qui peuvent changer avec l’évolution des lois en la matière. Quoi qu’il en soit, le non-respect des exigences prévues peut entraîner la perte du droit au séjour et conduire à une situation irrégulière. L’État peut alors prendre des mesures allant jusqu’à l’expulsion de l’étranger ou de l’étrangère du territoire national.

« Infirmières et épouses » : les migrations philippines vers l’Allemagne

Les migrations philippines en Allemagne

18Les Philippins et les Philippines sont présents dans de nombreux pays du Nord comme les États-Unis, le Japon ou l’Italie en tant que travailleurs du secteur des soins, comme marins de la marine marchande ou à la suite d’unions avec les citoyens de ces pays (Salazar Parreñas 2015 ; Constable 2005). Pour ce qui concerne l’Allemagne, les liens les plus récents entre les deux pays, du moins en termes migratoires, remontent surtout à l’embauche par l’Allemagne d’infirmières philippines après la Seconde Guerre mondiale, en particulier à partir de 1965 et jusqu’à l’Anwerbestopp (l’arrêt de l’immigration en 1973) (Lauser 2004 ; Hardillo-Werning 2007). Cette phase caractérisée par des accords d’embauche dans le secteur des soins a été suivie, dans les années 1980 et 1990, par celle de la migration dans le cadre du mariage (Lauser 2004 ; Hardillo-Werning 2007). L’embauche d’infirmières et d’aides-soignantes principalement, a repris à l’heure actuelle et continue – avec les flux dans le cadre du mariage – à relier l’Allemagne aux Philippines (Sebaux 2017). Enfin, il est également important de mentionner les flux de marins philippins, dont environ 40 000 naviguent sous pavillon allemand dans la marine marchande (Liwag Kotte 2013).

19Le ressort principal de ces flux entre les Philippines et l’Allemagne est, d’une part, le vieillissement rapide de la population allemande, qui entraîne une augmentation de la demande en personnel soignant spécialisé. Dans le même temps, la migration dans le cadre du mariage est comme dans d’autres pays du Nord une conséquence de l’intervention accrue, lors des dernières décennies, de facteurs tels que la libéralisation des mœurs ou le développement progressif de l’offre de voyages et des moyens de communication (Le Bail 2018). D’autre part, les flux s’expliquent par les inégalités socio-économiques importantes des Philippines qui font de la migration un moyen d’ascension sociale ; ils s’expliquent également par l’influence d’imaginaires d’origine coloniale et néocoloniale qui y promeuvent le Nord comme une zone de prospérité ; enfin par le poids de l’idéologie patriarcale et de la division sexuelle du travail, en entendant ici le travail au sens de production du vivre (Lauser 2006 ; Hirata & Zarifian 2000 ; Salazar Parreñas 2015 ; Fresnoza-Flot & Ricordeau 2017a). Ces deux derniers facteurs ont pour effet non seulement d’assigner en priorité les femmes à la sphère reproductive et les hommes à la sphère productive, mais aussi de conduire à de fortes inégalités de rémunération entre les femmes et les hommes aux Philippines (Kergoat 2001), encourageant le départ des premières.

Féminisation des flux et reproduction sociale

20Les migrations philippines vers l’Allemagne possèdent une caractéristique qui attire l’attention de ceux qui s’intéressent aux migrations internationales en général : la présence majoritaire de femmes (Destatis 2018). Selon Rhacel Salazar Parreñas (2015) ce caractère féminisé des migrations philippines dans le monde serait principalement dû au développement, durant les dernières décennies, de flux migratoires féminins de travail vers les secteurs de plus en plus marchandisés de l’économie mondiale, comme ceux du travail de reproduction sociale, que ce travail, essentiel à la production et reproduction de la vie, soit rémunéré ou non, comme dans le cas des « épouses migrantes » (Hirata & Zarifian 2000). Ces flux auraient contribué à créer des liens étroits entre, d’une part, les systèmes d’inégalité de genre dans les pays d’installation, ceux du Nord, et ceux des pays d’origine, au sud, et d’autre part, les inégalités entre les nations au sein du capitalisme global (Salazar Parreñas 2015). Sous l’effet de cette dynamique, certains pays du Sud, comme les Philippines, sont devenus des zones d’origine de main-d’œuvre féminine rémunérée ou non rémunérée (infirmières, aides-soignantes, nounous, épouses) pour le travail de reproduction sociale, tandis que certains pays du Nord, comme l’Allemagne, sont devenus des zones de réception de ces flux féminisés.

La question des « épouses migrantes »

21Dans cette partie, nous proposons de repérer quelques-uns des fondements des différences de traitement par les politiques migratoires des États envers les « épouses migrantes » et les « travailleurs migrants ». Il s’agit d’éléments essentiels pour comprendre les contraintes qui façonnent les trajectoires d’intégration des femmes philippines migrant dans un tel cadre, étant donné que ces mêmes fondements impliquent aussi leur stigmatisation dans la société et par les lois sur l’immigration en Allemagne.

22Selon Maïté Maskens (2013) et Manuela Salcedo Robledo (2018), les pays européens construisent généralement leurs politiques migratoires envers les « épouses migrantes », notamment depuis le durcissement des années 1970 à l’égard de l’immigration, à partir du principe de la vérification du « bien-fondé » de leur mariage, qui prend souvent la forme d’un contrôle administratif périodique (Maskens 2013 ; Müller 2012). Pour Hélène Le Bail (2018) et Asunción Fresnoza-Flot (2017), cette politique révèle la crainte de l’augmentation des unions endogames entre des étrangers et/ou entre des individus issus de l’immigration, avec ses possibles conséquences sur l’identité nationale et la cohésion de ces pays (Le Bail 2018). De plus, Hélène Le Bail (2018) et Asunción Fresnoza-Flot (2017) rappellent que le contrôle administratif auquel sont soumis « les épouses migrantes » relève d’une opposition historiquement constituée, au sein des imaginaires sociaux des sociétés européennes, entre les « mariages d’amour » et les « mariages d’intérêt », les premiers étant considérés comme l’expression de valeurs démocratiques et garantes d’une plus grande égalité entre les hommes et les femmes. Ainsi, les « épouses migrantes », notamment en provenance du Sud, sont fréquemment stigmatisées, perçues comme une menace potentielle pour la stabilité du système migratoire, car imaginées comme étant impliquées dans des unions dites « de convenance », en vue d’obtenir un droit au séjour (Le Bail 2018 ; Hervouet & Schiff 2017 ; Salcedo Robledo 2018). Enfin, il convient de rappeler que cette stigmatisation n’a pas lieu uniquement à travers les mesures de contrôle étatiques, mais qu’elle s’exprime aussi au sein des discours, dans les articles de journaux ou de magazines qui relaient des lieux communs à la fois sur ces mariages et sur leurs protagonistes, ces derniers étant désignés soit comme des « victimes » soit comme des « hyperagents » prêts à tout pour s’installer dans le Nord (Schattauer 2020 ; Maskens 2013 ; Le Bail 2018), non sans dénier la complexité de leurs trajectoires et des enjeux à l’œuvre.

Trajectoire d’intégration et politique migratoire : les structures et la résistance à ces dernières

23Voyons maintenant comment la politique migratoire allemande, plus précisément les mesures qui en découlent, façonne les trajectoires d’intégration de deux femmes migrantes philippines, dont les parcours sont brièvement présentés, l’un dans le cadre du mariage et l’autre dans le cadre du travail. Ce sera l’occasion d’aborder la question de la résistance aux contraintes imposées par la politique migratoire. Nous verrons dans quelle mesure le fait de résister permet à ces épouses de faire face à divers obstacles générés tant par des pratiques que par des discours nationaux. La notion de résistance est utilisée ici au sens de Jean-Paul Payet (2014), selon lequel l’ordre inégalitaire est vécu par les individus de façon ambivalente et non pas en tant que simple soumission. De cette manière, on peut être amené à vivre les inégalités comme un acte de résistance, comme une forme de renoncement en vue de maintenir des espaces de liberté ou même en tant que mode de retournement d’un stigmate à travers la création d’un espace symbolique qui neutralise le poids des valeurs dominantes (ibid.).

Des trajectoires d’insertion et de participation sociale

24Nous avons vu plus haut comment le statut d’époux/épouse de citoyen allemand ou bien de travailleur étranger peut mener à des degrés divers de reconnaissance par l’État. Nous avons également observé que ces différents degrés de reconnaissance se traduisent par des droits et des obligations diverses (comme le fait de devoir attester du « bien-fondé » du mariage), qui dans le cas des « époux migrants » peuvent conduire à une dépendance vis-à-vis du conjoint national, en raison notamment de l’obligation légale d’être marié depuis trois ans avant de pouvoir obtenir un titre de séjour stable. Sur le plan des discours, nous avons vu que ceux-ci ont en général tendance à stigmatiser les étrangers non européens mariés avec des Allemands, alors que la présence du travailleur étranger non-européen tend depuis quelques décennies à être mieux acceptée par la société allemande. Les « trajectoires d’intégration » que nous présentons maintenant sont comprises comme des trajectoires d’insertion et de participation à des réseaux de relations qui promeuvent, entre autres choses, la santé et la résilience des individus face aux difficultés (Berkman, Brissette & Seeman 2000).

Une « trajectoire d’infirmière » marquée par l’autonomie

  • 6 Maria Clara a été interviewée en avril 2019 dans un petit village de la région de la Forêt Noire.

25Maria Clara avait 32 ans lorsque nous nous sommes rencontrés dans le café du village où elle habite depuis 2016 avec sa sœur, également infirmière, toutes deux ayant été embauchées dans le cadre du même contrat de transfert de main-d’œuvre soignante entre les Philippines et l’Allemagne. Fille d’une infirmière originaire du sud de l’Archipel, qui avait elle aussi travaillé en Allemagne dans les années 1970, et d’un père médecin, la jeune femme est arrivée à l’hôpital où elle travaille aujourd’hui après avoir postulé à un poste d’infirmière par le biais d’une agence d’embauche locale liée indirectement à la ZAV (Zentrale Auslands Fachvermittlung) et à la BA (Bundesagentur für Arbeit). Lors de cette rencontre, nous avons parlé de ce qui pourrait différencier son parcours de ceux d’autres migrantes philippines, arrivées « pour se marier ». Maria Clara6 nous a alors livré un point de vue très intéressant sur les trajectoires d’intégration que la politique migratoire allemande a pu façonner dans ces deux cas distincts, celles arrivées dans le cadre du travail ayant été soutenues durant leur adaptation initiale à la vie en Allemagne, ce qui n’est pas le cas des simples « épouses » :

Ah, d’accord, eh bien, celles qui sont ici depuis deux décennies déjà, j’ai personnellement beaucoup de respect pour elles parce que je sais que la plupart d’entre elles – ou peut-être certaines – sont venues ici juste pour se marier, mais elles n’ont pas eu de cours de langue ou d’agences de travail, alors elles sont juste venues ici en connaissant le gars qu’elles voulaient épouser, et elles ont tout appris par elles-mêmes. Elles ont appris la langue par elles-mêmes, elles ont trouvé du travail par elles-mêmes – personne ne les a aidées, pas même le gouvernement – et la plupart d’entre elles ont des petits négoces, elles ont aussi des négoces aux Philippines, donc, pour moi, c’est très – ouais, je trouve ça vraiment étonnant. Certaines d’entre elles sont venues ici sans rien. Elles avaient juste l’assurance que lorsqu’elles arriveraient ici, l’homme ou le type viendrait les chercher à l’aéroport, et puis ils… C’est une nouvelle vie – c’est une vie totalement nouvelle, et c’est tout. Pour nous, c’était – c’est différent parce que nous sommes venues ici pour travailler, donc pendant deux ans nous avons dû étudier la langue, nous avons dû étudier la culture, nous avons eu le temps de nous préparer. Pour eux, ils n’avaient pas ça. Elles sont juste venues ici, et tout était différent, et elles ont dû tout apprendre par elles-mêmes, ouais. (Maria Clara, entretien réalisé en 2022.)

26Les trajectoires d’intégration et d’adaptation de celles qui sont arrivées « pour travailler » tendent en effet à être plus stables et plus positives pour ce qui est de l’insertion dans des réseaux de relations, mais également de l’apprentissage de la langue, de l’acculturation et du rapport aux démarches administratives courantes. Il convient cependant de noter que Maria Clara est arrivée à une époque où les travailleurs disposaient davantage d’outils favorisant leur intégration, on l’a vu, par rapport à d’autres périodes de la politique migratoire allemande. De même, l’opposition travail/mariage n’est pas le seul facteur influençant les trajectoires d’intégration. D’autres éléments, comme le fait d’avoir des parents qui ont eux aussi connu une expérience de migration ou encore les caractéristiques de la région d’arrivée, peuvent infléchir leur trajectoire : ce fut le cas de Maria Clara, mais aussi d’autres femmes migrantes rencontrées au cours de l’enquête, dont l’arrivée en zone rurale a constitué un obstacle. Ainsi, cette tendance à une trajectoire plus stable n’exclut pas la présence d’obstacles et ne rend pas les trajectoires de celles arrivées dans le cadre du travail parfaitement stables. Maria Clara comme son amie et aînée Luzviminda racontent par exemple la difficulté à supporter la distance d’avec la famille :

La vie est dure ici. Vous gagnez plus, vous avez de l’argent, vous pouvez acheter ce que vous voulez, mais vous devez aussi travailler plus dur, et c’est plus difficile parce que vous travaillez avec des étrangers et vous êtes un étranger, donc vous avez, oui, toute cette intégration, cette discrimination. Vous devez y faire face tous les jours, donc maintenant ça fait partie de l’image plus grande que je vois, donc oui, mais maintenant je pense – je dis à ma mère, « Ok, pour ce mois-ci je ne peux pas envoyer d’argent parce que je dois payer ceci » ou « j’économise pour cela », et ils comprennent ça parce que, heureusement, ils peuvent le comprendre parce qu’ils ont été ici aussi (Maria Clara, entretien réalisé en 2022.)

Avant, oh mon Dieu, combien je payais pour un téléphone, et puis j’entendais ma mère pleurer, ouais. […] Vous ne pouviez pas l’empêcher de – quand elle entendait ma voix, elle commençait à faire « ahhhh » [sangloter]. (Luzviminda, entretien réalisé en 2022.)

27Enfin, les femmes arrivées dans le cadre du travail ont des trajectoires caractérisées typiquement, comme dans cet exemple, par des actes de résistance aux contraintes qu’elles ont rencontré au cours de leur intégration, notamment aux préjugés sur « les Asiatiques » auxquels Maria Clara a fait face à son travail et qu’elle nous a racontés ce jour-là. Il s’agit d’une autre limite à la tendance à la stabilité de leur trajectoire :

Oui, et puis je leur dis – bien sûr, je me sens offensée – genre : « Nous mangeons avec une fourchette, un couteau ou peut-être une cuillère. Nous avons les mêmes choses, nous mangeons les mêmes choses que vous. Nous mangeons aussi des salades, nous mangeons aussi du pain, nous mangeons aussi de la viande – des steaks et d’autres choses encore », mais comme ils ne le savent pas – la plupart d’entre eux, ils ne le savent pas – oui, même mes collègues, la plupart d’entre eux ne savent pas où se trouvent les Philippines. Ils pensent que les Philippines sont la capitale de la Malaisie, ou ils pensent que ça fait partie de l’Indonésie, ou ils pensent que c’est la Thaïlande (rires). Ils pensent tous que les Philippines et la Thaïlande sont le même pays, alors j’essaie de leur dire : « Ce n’est pas le même pays. Nous sommes voisins, mais nous avons aussi des cultures très différentes », et c’est très difficile à expliquer parce que c’est totalement différent (Maria Clara, entretien réalisé en 2022.)

« Trajectoire d’épouse » : entre dépendance et résistance

  • 7 Nous avons interviewé Ana en avril 2018 pendant une réunion de la communauté philippine dans un res (...)

28Ana7 est une Philippine de 69 ans que nous avons interviewée et rencontrée plusieurs fois entre 2018 et 2019. Originaire de Visayas, elle est arrivée en Allemagne en 1983, donc pendant la période de fermeture et de repli sur soi du pays, après s’être mariée avec un Allemand divorcé qu’elle a rencontré lorsque ce dernier était en vacances aux Philippines. Ana vient d’une famille d’instituteurs. Sa grande sœur a été la première à se marier avec un Allemand, rencontré au début des années 1980. Les trajectoires d’intégration d’Ana et des femmes arrivées dans le cadre du mariage sont généralement marquées par la dépendance vis-à-vis du mari et par l’isolement, tout du moins au départ. Ana nous avait décrit cet aspect durant notre rencontre en 2018 :

Oui, il m’a dit qu’il voulait m’épouser, et puis quand j’étais ici en Allemagne, je pleurais toujours. Il travaille et je suis seule dans la maison, et le temps n’est pas bon. Le temps, c’est très, hum – je suis – je suis habituée au bruit, avec les enfants. Ma famille, nous sommes nombreux, et puis, euh, nous nous voyons toujours à l’extérieur de la maison, et, euh, et c’est différent (Ana, entretien réalisé en 2022.)

  • 8 Dans l’ordre de mention : ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la (...)

29Il convient cependant de mentionner qu’Ana, qui a été femme au foyer durant la plus grande partie de sa vie en Allemagne (alors que l’accès au travail aurait pu constituer un vecteur d’autonomie), n’a pas pu bénéficier de la protection et attention qui sont désormais accordées aux étrangers non européens époux d’Allemands en cas de divorce. Ana n’a pas non plus pu profiter des dispositifs récents de protection en cas de violences domestiques (Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen und Jugend & Bundesministerium der Justiz und für Verbraucherschutz 20198). Qui plus est, notre enquêtée a dû dépendre de son conjoint allemand quant à la stabilité du séjour, cette dépendance n’ayant pas été saisie en profondeur par les mesures ultérieures telles que la garantie du séjour sous certaines conditions après le divorce ou la garantie du droit au travail (ibid.).

30Toutefois, la trajectoire d’intégration d’Ana n’a pas été uniquement marquée par des obstacles. Ana, comme d’ailleurs plusieurs autres Philippines arrivées dans le cadre du mariage que nous avons pu rencontrer, montre une grande capacité de résistance aux contraintes liées à l’isolement et à la dépendance, qu’elle est parvenue à réduire grâce à la constitution de réseaux d’interconnaissance et à des stratégies fondées sur la réappropriation d’éléments du quotidien (comme le temps libre, les tâches domestiques ou le travail). Ces mêmes réseaux et stratégies contribuent à compenser les effets de la dépendance qui, avec les années, peut céder la place à l’autonomie, comme ce fut le cas pour Ana. En outre, il est important de souligner que de nombreuses femmes, après leurs premières années en Allemagne, obtiennent la nationalité allemande ou la résidence permanente, ce qui concourt également de manière décisive à contrecarrer la dépendance des débuts. Lors d’une rencontre en 2018, Ana nous avait décrit comment elle avait constitué son premier réseau d’interconnaissances, dont la vitalité semblait forte. De même, Jimena, que nous avons interviewée en 2015 dans sa maison de la campagne de l’État de Rhénanie-Palatinat montre comment elle s’entoure rapidement de connaissances afin de ne pas rester isolée, s’appropriant des éléments du quotidien pour construire son réseau et rompre la dépendance :

Ana : Hmm, c’était il y a très longtemps – très longtemps, et Anton [son fils] était encore si petit, oui. Nous nous réunissons quand nous – quand nous – j’ai commencé avec, euh – à l’université populaire (Volkshochschule), nous avons commencé à travailler. Nous nous rencontrons –

Davi : Oh, dans le – dans l’école pour apprendre l’allemand ?

Ana : Um hmm, ouais, et ensuite, quand nous avons, euh, des fêtes d’anniversaire, nous sommes – nous sommes invitées, et les autres, elles invitent nos amies, et ensuite nous rencontrons, euh, différents, euh – et ensuite, euh, il y a – il y a certaines que nous n’aimons pas ; certaines que nous aimons. Les gens que nous aimons, alors nous y allons ensemble.

Davi : Et ensuite, vous – vous avez commencé à organiser d’autres – ?

Ana : Oui, oui.

Ana : des réunions, des rencontres et des fêtes
(Ana, entretien réalisé en 2022.)

Jimena : Ensuite, j’étais presque seule à la maison pendant les week-ends s’il était avec ses amis.

Davi : Et comment faire ? Je veux dire, vous n’appeliez pas un ami –

Jimena : Je sortais. J’allais au parc avec les enfants. Je devrais faire quelque chose contre cela. (Jimena, entretien réalisé en 2022.)

31La trajectoire d’intégration d’Ana, comme celle d’autres Philippines arrivées en Allemagne dans le cadre du mariage, se caractérise par davantage d’instabilité et une plus grande précarité, notamment lors des premières années. En cela, la dépendance vis-à-vis du conjoint national pour obtenir un statut stable, imposée par la politique migratoire allemande à l’étranger marié, constitue un obstacle de taille. Ainsi, comme nous nous sommes attachés à le montrer précédemment, le principal problème demeure le fait que la reconnaissance juridique passe par la dépendance vis-à-vis du conjoint allemand, plutôt que de promouvoir une relation directe de reconnaissance au-delà du statut d’époux d’un national. Cette situation encourage également les discours soupçonneux à l’égard des étrangers non européens mariés avec des Allemands. Cela contribue à troubler davantage et à rendre plus ambiguë leur rapport avec l’État allemand, et l’accès à la stabilité de séjour qui en dépend. Ce cadre légal qui influence la trajectoire d’intégration a été modelé par la politique migratoire et par la façon dont l’Allemagne a bâti son rapport aux étrangers en général et aux « époux migrants » en particulier, en alternant constamment contrainte et protection au fil de son évolution, en fonction des besoins, notamment économiques, de l’Allemagne lors de chaque phase de son histoire.

Conclusion

32Les trajectoires d’intégration brièvement présentées ici suggèrent, tout comme les autres parcours examinés lors de notre enquête, que le rapport entre politique migratoire et trajectoires d’intégration a été et reste aujourd’hui encore profondément marqué par la dépendance de l’« époux étranger » vis-à-vis du conjoint national, une dépendance que les lois de l’immigration contribuent à consolider et que les analyses strictement juridiques ne rendent pas visibles. En ce sens, la politique migratoire participe à la construction de trajectoires d’intégration moins stables et moins positives, rendant plus difficile l’insertion des étrangers dans des réseaux de relations larges, lesquels sont importants en matière de santé et de résilience. Nous avons vu que cette même politique migratoire est globalement toujours à l’œuvre aujourd’hui répondant aux fluctuations de la conjoncture économique et aux logiques sociales qui orientent l’action des États à l’égard des étrangers, comme la xénophobie et le nationalisme ; elle est également soutenue par les représentations normatives des rapports hommes-femmes, du mariage ou de la famille. Pour ce qui est des trajectoires d’intégration telles qu’elles sont vécues, on a constaté que beaucoup de Philippines parviennent à surmonter les obstacles imposés par la politique migratoire allemande – quel que soit le cadre de la migration, travail ou mariage. Ce dépassement est le produit de leur résistance vis-à-vis de ces structures sociopolitiques et juridiques et c’est grâce à lui que la relation de dépendance s’amenuise souvent avec le temps ou que les limites de la stabilité peuvent être affrontées. Enfin, la reconnaissance légale et la protection des étrangers mariés à des Allemands au-delà même de leur statut, notamment dans les premières années après la migration, associées à la lutte contre les discours qui les stigmatisent, contribuent à promouvoir des trajectoires d’intégration plus stables et plus positives du point de vue de l’insertion au sein de réseaux larges de relations.

Haut de page

Bibliographie

BERKMAN Lisa F., GLASS Thomas A., BRISSETTE Ian, SEEMAN Teresa E., 2000, « From Social Integration to Health : Durkheim in the New Millennium », Social Science & Medicine, 51 : 843-857, DOI : 10.1016/s0277-9536(00)00065-4.

BOUCHE, Nicolas, 1999, « La réforme de 1999 du droit allemand de la nationalité », Revue internationale de droit comparé, 54 : 1035-1072, DOI : 10.3406/ridc.2002.17773.

BUNDESMINISTERIUM DES INNERN, FÜR BAU UND HEIMAT, 2021, Becoming a German citizen by naturalization, URL : https://www.bmi.bund.de/SharedDocs/faqs/EN/topics/migration/staatsang/Erwerb_der_deutschen_Staatsbuergerschaft_durch_Eingbuergerung_en.html, consulté le 8 juillet 2023.

BUNDESMINISTERIUM FÜR FAMILIE, SENIOREN, FRAUEN UND JUGEND, BUNDESMINISTERIUM DER JUSTIZ UND FÜR VERBRAUCHERSCHUTZ, 2019, Greater Protection in Cases of Domestic Violence : Information on the Act on Protection Against Violence, Berlin : Bundesministerium für Familie, Senioren, Frauen und Jugend, Bundesministerium der Justiz und für Verbraucherschutz, URL : https://www.bmj.de/SharedDocs/Downloads/DE/Service/Formulare/Mehr_Schutz_bei_haeuslicher_Gewalt_ENG.pdf?__blob=publicationFile&v=7, consulté le 8 juillet 2023.

CHANG, Hsin-Chieh, 2017, « A Two-Step Social Integration Model for Transnational Marriage Migrants in Taiwan and South Korea : “Marital Family First, Host Society Second” », in International Marriages and Marital Citizenship : Southeast Asian Women on the Move, Asuncion Fresnoza-Flot & Gwenola Ricordeau, éd., New York : Routledge, p. 176-196.

CONSTABLE, Nicole, 2005, Cross-border Marriages : Gender and Mobility in Transnational Asia, Philadelphia : University of Pennsylvania Press.

DESTATIS, 2018, Bevölkerung und Erwerbstätigkeit : Ausländische Bevölkerungs Ergebnisse des Ausländerzentralregisters, Artikelnummer 2010200187004, Wiesbaden : Destatis, URL : https://www.destatis.de/DE/Themen/Gesellschaft-Umwelt/Bevoelkerung/Migration-Integration/Publikationen/Downloads-Migration/auslaend-bevoelkerung-2010200187004.pdf?__blob=publicationFile, 8/3/23).

FRESNOZA-FLOT, Asuncion & RICORDEAU, Gwenola, 2017a, « Introduction : International Marriages of Southeast Asian Women through the Lens of Citizenship », in International Marriages and Marital Citizenship : Southeast Asian Women on the Move, Asuncion Fresnoza-Flot & Gwenola Ricordeau, éd., New York : Routledge, p. 1-23.

FRESNOZA-FLOT, Asuncion & RICORDEAU, Gwenola, éd., 2017b, International Marriages and Marital Citizenship : Southeast Asian Women on the Move, New York : Routledge.

FRESNOZA-FLOT, Asuncion, 2017, « Time-embedded Marital Citizenship : Thai Migrant Women and their Mixed Unions in Belgium », in International Marriages and Marital Citizenship : Southeast Asian Women on the Move, Asuncion Fresnoza-Flot & Gwenola Ricordeau, éd., New York : Routledge, p. 41-53.

GROTE, Janne, 2017, Family Reunification of Third-country Nationals in Germany : Focus-Study by the German National Contact Point for the European Migration Network (EMN), Nuremberg : Bundesministerium für Migration und Flüchtlinge.

GROTE, Janne & VOLLMER, Michael, 2016, Opportunities to Change the Residence Title and the purpose of stay in Germany : Focus-Study by the German National Contact Point for the European Migration Network (Working paper n°67), Nuremberg : Bundesministerium für Migration und Flüchtlinge.

HARDILLO-WERNING, Mary. L, 2007, « Filipino Women Migrants in Germany », in In De Olde Worlde : Views of Filipina Migrants in Europe, Filomenita. Mongaya Høgsholm, éd., Quezon city : Philippine social science council, p. 270-282.

HERVOUET, Ronan & SCHIFF, Claire, 2017, « Des épouses dominées ? Mariages transnationaux, inégalités dans le couple et parcours de vie en France de femmes russes, biélorusses et ukrainienne », Recherches familiales, 14 : 95-106, DOI : 10.3917/rf.014.0095.

HIRATA, Helena & ZARIFIAN, Philippe, 2000, « Travail (le concept de) », in Dictionnaire critique du féminisme, Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré & Danièle Senotier, éd., Paris : Presses universitaires de France, p. 230-235.

HOLLOWAY, Kerrie, MOSEL, Irina, SMART, Christopher, FAURES, Diego, HENNESSEY, Gemma, KUMAR, Claire, & LEACH, Amy, 2021, Öffentliche Narrative und Einstellungen gegenüber Geflüchteten und anderen Migranten : Länderprofil Deutschland – zweite überarbeitete Fassung : ODI, URL : http://www.jstor.org/stable/resrep51390.1, consulté le 8juillet 2023.

KERGOAT, Danièle, 2001, « Le rapport social de sexe : de la reproduction des rapports sociaux à leur subversion », Actuel Marx, 2 : 85-100, DOI : 10.3917/amx.030.0085.

LAUSER, Andrea, 2004, Einer guter Mann ist harte Arbeit : Eine ethnographische Studie zu philippinischen Heiratsmigrantinnen, Bielefeld : Transcript Verlag.

LAUSER Andrea, 2006, « Philippine Women on the Move : A Transnational Perspective on Marriage Migration », Internationales Asienforum, 37 : 321-337.

LE BAIL, Hélène, 2018, « Les migrations par le mariage : épouses souhaitées mais stigmatisées. État de la littérature abordant la question sous l’angle du travail reproductif et de la menace : focus sur l’Asie de l’Est », Cahiers du Genre, 1 : 19-43 DOI : 10.3917/cdge.064.0019.

LIWAG KOTTE, Emmalyn, 2013, « Philippinische Seeleute auf europäischen Schiffen : Der Verlust von Arbeitsplätzen droht », Südostasien, 3 : 55-57, DOI : 10.11588/soa.2013.3.4024.

LUFT, Stephan, 2016, Die Flüchtlingskrise : Ursachen, Konflikte, Folgen, Munich : Verlag C.H. Beck.

MASKENS, Maïté, 2013, « L’amour et ses frontières : régulations étatiques et migrations de mariage (Belgique, France, Suisse et Italie) », Migrations Société, 6 : 41-60, DOI : 10.3917/migra.150.0041.

MÜLLER, Andreas, 2012, Misuse of the Right to Family Reunification : Marriages of Convenience and False Declarations of Parenthood (Working paper n°43), Nuremberg : Bundesministerium für Migration und Flüchtlinge.

PALRIWALA, Rajni & UBEROI, Patricia, 2008, « Exploring the Links : Gender Issues in Marriage and Migration », in Marriage, Migration and Gender, Rajni Palriwala & Patricia Uberoi, éd., New Delhi : Sage publications, p. 23-63.

PAYET, Jean-Paul, 2014, « Résistance (le concept de) », in Dictionnaire des inégalités, Alain Bihr & Roland Pfefferkorn, Paris : Armand Colin, p. 342-343.

PRAT-ERKERT, Cécile, 2014, « La politique migratoire : entre volontarisme et réticences », Allemagne d’aujourd’hui, 4 : 138-153, DOI : 10.3917/all.210.0138.

SALAZAR PARREÑAS, Rhacel, 2015, Servants of Globalization : Migration and Domestic Work (2e éd.), California : Stanford University press.

SALCEDO ROBLEDO, Manuela, 2018, « Le véritable amour : le dispositif de soupçon à l’égard des couples binationaux », Autrepart, 86 : 23-41, DOI : 10.3917/autr.086.0023.

SCHATTAUER, Göran, 2020, « Kriminelle Schleuser nutzen Fake-Hochzeiten : Geschäft mit Scheinehen boomt : Ausländer dürfen nach Heirat in Deutschland bleiben », Focus, 17 février, URL : https://www.focus.de/politik/sicherheitsreport/prozess-gegen-mutmassliche-schleuserbande-schlupfloch-deutschland-illegal-einreisen-scheinehe-schliessen-bleiberecht-erhalten_id_12785016.html, consulté le 8 mars 23.

SEBAUX, Gwénola, 2016, « Nationalité et citoyenneté : l’Allemagne post-migratoire au défi », Allemagne d’aujourd’hui, 4 : 209-224, DOI : 10.3917/all.218.0209.

SEBAUX, Gwénola, 2017, « La politique migratoire du 3e gouvernement Merkel en temps de crise », Allemagne d’aujourd’hui, 4 : 94-113, DOI : 10.3917/all.222.0094.

SEVERIN-BARBOUTIE, Bettina, 2018, « Multiple Deutungen und Funktionen : Die organisierte Reise ausländischer Arbeitskräfte in die Bundesrepublik Deutschland (1950er-1970er Jahre) », Geschichte und Gesellschaft, 2 : 223-249, URL : https://www.jstor.org/stable/26534545, consulté le 8 juillet 2023.

Haut de page

Note de fin

1 D’une manière générale, nous avons opté pour l’utilisation du féminin quand il est question, par exemple, de nous référer « aux étrangers », « aux migrants », etc. Cela se doit avant tout au fait qu’il s’agisse, dans notre enquête, de femmes migrantes. En outre, le choix tient compte du scénario des migrations dans le cadre du mariage et du travail (dans le domaine des soins) en Europe de l’Ouest, car les femmes y prédominent par rapport aux hommes.

2 Nous l’avons interviewée au cours d’un après-midi du mois de février 2019 dans la banlieue d’Offenburg durant un déjeuner de la communauté philippine de la région.

3 Cette optique tend à mettre en avant uniquement et principalement les bénéfices supposés pour les deux parties (l’État et la société allemande et les migrants). Si l’approche en question est liée à la volonté politique de montrer l’optimisme de l’Allemagne vis-à-vis de l’immigration, il n’en reste pas moins que la réalité est beaucoup plus complexe. En effet, les calculs effectués par l’État pour décider de la politique migratoire peuvent éventuellement ne pas correspondre aux intérêts des migrants – notamment en cas de durcissement des mesures d’entrée et de séjour. En outre, les avantages en question – présupposés par une telle perspective – peuvent facilement être remis en question, puisque de nombreux étrangers qui migrent en Allemagne finissent, de fait, par y occuper des emplois mal rémunérés et/ou socialement dévalorisés. De cette manière, l’optique du « gagnant-gagnant » rend difficile, voire impossible, de concevoir la dimension du conflit. Il en résulte l’invisibilisation de phénomènes telles que la précarité des migrants et leurs stratégies pour y faire face, les conséquences du durcissement des politiques migratoires, la xénophobie, etc.

4 Nous avons interviewé Many lors d’une après-midi du mois d’avril 2019 dans un village de la région de Baden-Baden durant une rencontre de la communauté philippine de la région.

5 Nous avons interviewé Vicky en avril 2018 dans son magasin, situé dans une grande ville de la région de Renchen.

6 Maria Clara a été interviewée en avril 2019 dans un petit village de la région de la Forêt Noire.

7 Nous avons interviewé Ana en avril 2018 pendant une réunion de la communauté philippine dans un restaurant de la banlieue d’Offenburg.

8 Dans l’ordre de mention : ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse ; ministère fédéral de la Justice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Davi De Carvalho Malheiros, « « Construire la dépendance et la résistance » : la politique migratoire allemande vécue par deux femmes migrantes philippines »Moussons, 42 | 2023, 197-216.

Référence électronique

Davi De Carvalho Malheiros, « « Construire la dépendance et la résistance » : la politique migratoire allemande vécue par deux femmes migrantes philippines »Moussons [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/11331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.11331

Haut de page

Auteur

Davi De Carvalho Malheiros

Docteur de l’Université de Strasbourg en Sociologie et titulaire d’un master en études du développement, il s’intéresse depuis longtemps aux migrations de femmes philippines vers l’Europe de l’Ouest –en particulier vers l’Allemagne. Son thème de recherche de prédilection ce sont les stratégies de résistance des femmes migrantes en Europe – objet de sa thèse de doctorat, soutenue en 2022. L’auteur est à l’heure actuelle chercheur associé au laboratoire LINCS (Laboratoire Interdisciplinaire en études culturelles), de l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search