Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Comptes rendusSarah Turner, Annuska Derk & Jean...

Comptes rendus

Sarah Turner, Annuska Derk & Jean-François Rousseau, éd., Fragrant Frontier. Global Spice Entanglements from the Sino-Vietnamese Uplands

NIAS Press, Copenhague, 2022, 272 p.
Caroline Grillot
p. 227-230
Référence(s) :

Sarah Turner, Annuska Derk & Jean-François Rousseau, éd., Fragrant Frontier. Global Spice Entanglements from the Sino-Vietnamese Uplands, NIAS Press, Copenhague, 2022, 272 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage attractif rassemble une série d’enquêtes menées par des géographes, anthropologues et chercheurs en sciences sociales européens, nord-américains, chinois et vietnamiens, sur la filière qui relie producteurs, commerçants et consommateurs de trois épices : l’anis étoilé, la cardamome noire et la cannelle. Il se base sur des entretiens réalisés le long des régions frontalières sino-vietnamiennes, au cœur des marchés nationaux, jusqu’aux sites Internet commercialisant ces produits régionaux. L’ensemble présente le grand avantage de discuter des multiples problématiques abordées en analysant les points de vue de tous les acteurs de cette longue chaîne de collaborateurs – producteurs, transporteurs, grossistes, détaillants, revendeurs, commerçants – ainsi que les agents étatiques encadrant à l’échelle locale la mise en place des politiques nationales en matière de gestion forestière et de contrôle des productions.

2L’entrée en matière dans le sujet situe les échanges de ces précieuses épices dans une longue histoire à l’échelle internationale qui connaît une nouvelle dynamique depuis le tournant du millénaire. Pour autant, la prudence s’impose puisque ce panorama est rapidement suivi d’une démystification des trois épices en démontrant combien leur identification taxinomique s’avère bien plus complexe que ne le suggèrent les descriptions sur leur conditionnement en boutique et qui se trouve à l’origine de la complexité d’un marché qui certes les remet en valeurs, mais de façon très inégale. Une autre caractéristique essentielle de ces trois épices provient du fait que leurs cultivateurs et leurs commerçants appartiennent à des groupes ethniques distincts, induisant une division des fonctions révélatrice des rapports de pouvoirs évoqués tout au long des études de cas. Si les commerçants (grossistes, intermédiaires, exportateurs, détaillants) sont majoritairement issus du groupe Kinh, les cultivateurs appartiennent aux groupes ethniques des hautes terres du Vietnam et de Chine. Yao et Hmong ont intégré la cardamome noire dans leur stratégie de subsistance pour répondre aux besoins grandissants de ressources, Yao et Tày choisissent la cannelle pour diversifier leurs sources de revenus, tandis que la récolte de l’anis étoilé représente une source financière fiable et traditionnelle pour les Nùng et Tày ; chacune de ces approches stratégiques reflétant leur capacité d’adaptation aux changements contextuels et à la transition agricole qui leur est imposée.

3Après l’identification des épices puis des différents acteurs de la filière, les auteurs optent pour une répartition logique des chapitres conduisant graduellement le lecteur vers une analyse synthétique des thématiques abordées. Trois études de cas présentent les spécificités de la production des trois épices au Vietnam, suivies de l’examen des circonstances particulières entourant l’exploitation de plantations en Chine, avant de s’intéresser plus particulièrement à la commercialisation globale de ces produits et à la leur promotion. Enfin, une synthèse des problématiques abordées conclut cette série de contributions en ouvrant sur des questionnements plus larges sur l’avenir des relations fragiles entre tous les acteurs impliqués dans les réseaux commerciaux soumis à un environnement fragilisé.

4Trois axes de réflexion jalonnent l’analyse des chaînes de production, de négociation et de commercialisation des trois épices. Le premier concerne les relations entre États vietnamien et chinois et producteurs d’épices dans leur programmation, leur gestion et leur adaptation à une transition agricole vers une économie de marché mise en place depuis une trentaine d’années. Comment concilier deux visions de l’agriculture de subsistance ? Monoculture ou diversification des cultures, pratiques coutumières ou plantations sélectives ? Choix de production libres, soutenus ou restreints ? Quel est l’impact de l’imposition de normes ou de la certification « indication géographique » (GI) ? Dans ce cadre de relations tendues, le deuxième angle d’analyse porte sur l’aptitude des cultivateurs à s’adapter aux fluctuations du marché des épices. Quel pouvoir de négociation, quel contrôle peuvent-ils garder sur les différents nœuds des filières qui les relient aux consommateurs des produits de leur labeur ? Quelle place occupent notamment les divers intermédiaires et commerçants dans la création de valeur des productions ? Quel accès aux informations du marché laissent-ils aux producteurs ? Et quelle représentation de leur savoir-faire est retenue pour la promotion d’épices inégalement valorisées ? Toutefois, au-delà du contexte politique et économique qui perturbe et limite fortement l’adaptabilité des producteurs, de nouveaux facteurs extérieurs fragilisent davantage l’équilibre et la durabilité des cultures elles-mêmes – phénomènes climatiques extrêmes, maladies des arbres – et contribuent à maintenir une nécessaire diversification de moyens de subsistance et le recours à d’autres activités professionnelles pour préserver un équilibre économique.

  • 1 De l’anglais de-commodification, processus qui implique l’utilisation conscience de facteurs non éc (...)

5Dans cet ouvrage, les autrices et auteurs s’efforcent à travers l’examen des échanges de cannelle, d’anis étoilé et de cardamome sur les zones frontalières sino-vietnamiennes de pallier le manque de recherches sur les filières marchandes de produits de bases. De la comparaison de leurs travaux émergent plusieurs thèmes : le fonctionnement des marchés et réseaux frontaliers, le processus complexe de création de valeur qui s’opèrent à chaque étape des transactions commerciales, le rôle délicat des agents étatiques et les formes de résistance des cultivateurs, sans oublier la « dé-marchandisation » des produits au cœur des stratégies marketing1. Transversal à presque tous les chapitres, le concept de création de valeur éclaircit en effet le fonctionnement et les rouages des liens entre tous les acteurs de la filière épices, ce que l’exemple de la cannelle illustre particulièrement. La valeur n’est pas inhérente à l’écorce elle-même, mais découle du flou concernant sa taxonomie, des discours sur son authenticité et de la folklorisation de ses producteurs. L’utilisation de facteurs non économiques pour accroître sa valeur provient donc du cheminement qu’elle suit, de la plantation de cannelier au petit sachet chez le détaillant européen qui la commercialise, au cours duquel elle se voit attribuer à chaque maillon une certaine qualité, un prix, une valeur et une direction de vente ; la qualité négociée et promue prime donc sur l’espèce pour en définir la valeur. Si l’indication géographique (GI) s’en mêle, la confusion augmente puisque sous prétexte de tisser un lien entre producteur et consommateur, cette certification vise davantage à accroître la valeur des épices qu’à protéger les cultivateurs contre l’exploitation au sein de marchés soumis aux règles capitalistes. La valeur attribuée à une épice se niche donc dans le discours que chaque acteur de la filière modèle en fonction de sa cible, générant ainsi des profits dont les producteurs ignorent généralement l’ampleur.

6Un autre constat particulièrement intéressant auquel ces différentes études parviennent est la résistance des groupes ethniques engagés depuis plus ou moins longtemps dans la culture et la récolte des trois épices. Les auteurs soulignent combien les perspectives et les systèmes de connaissances des groupes ethniques se retrouvent mis à mal par des programmes agricoles inadaptés, flous et souvent incohérents que les agents étatiques tentent de mettre en place : l’encouragement de certaines monocultures suivi de restrictions de plantations et de mesures protectrices de l’environnement, l’insuffisance des moyens mis en place pour prémunir les cultivateurs des aléas climatiques dévastateurs et des perturbations du marché, l’absence de dialogue et de reconnaissance des savoirs empiriques, etc. La précarité économique dans laquelle ces signaux contradictoires plongent les cultivateurs depuis des années semble inciter ces derniers à privilégier la préservation d’une diversification des moyens de subsistance qui leur permet de se prémunir contre l’instabilité des filières et le discours de modernisation servi par des fonctionnaires peu impliqués qui manquent de considération pour les pratiques locales mieux informées.

7Ainsi, entre des comportements du marché dont le manque de transparence fragilise les producteurs au bénéfice de certains intermédiaires et le manque de soutien efficace des structures étatiques, au Vietnam comme en Chine, la culture de la cannelle, de la cardamome noire et de l’anis étoilé peine encore à assurer des revenus stables et réguliers à une population ethnique davantage mise en scène pour répondre à l’imaginaire du consommateur que reconnue pour son savoir agronomique. Après les promesses des débuts, certains producteurs, prudents ou résilients, ont abandonné ces tentatives de transition agricole souvent centrées sur la monoculture, tandis que d’autres se sont tournés plus régulièrement vers des activités salariées complémentaires.

8En suivant le parcours de trois épices le long de ses réseaux commerciaux, les auteurs et autrices de cet ouvrage original, passionnant, visuel (photos et liens vidéo) et presque parfumé nous invitent à comprendre du point de vue de tous ses acteurs le fonctionnement relativement indiscipliné de cette filière spécifique des marchés frontaliers, ses dilemmes et les incohérences auxquels elle se confronte. Si les notions de création de valeur, de dé-marchandisation et de confiance/défiance dans les rapports commerciaux guident l’analyse de ce secteur, l’ouvrage explore également l’impact de nouveaux défis auxquels ses acteurs apprennent à répondre, tels que la concurrence de l’industrie pharmaceutique, la pression du marché chinois, les impératifs écologiques et les évènements climatiques extrêmes qui anéantissent parfois des années de soins et d’investissements. On regrettera peut-être le parti pris de prêter une attention plus soutenue au volet vietnamien de ces dynamiques marchandes, mais on appréciera celui de s’intéresser de très près aux activités agricoles et aux stratégies de subsistance de groupes ethniques habituellement plus visibles dans les études socioculturelles. Parvenu au bout de cette lecture extrêmement instructive, nul doute que le lecteur portera un regard plus circonspect sur les petits pots d’épices rangés sur l’étagère de sa cuisine. À quand le prochain volume consacré aux coulisses du commerce de gingembre, curcuma, noix de cajou et autres poivres de cette région ?

Haut de page

Note de fin

1 De l’anglais de-commodification, processus qui implique l’utilisation conscience de facteurs non économiques pour accroître la valeur d’un produit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Grillot, « Sarah Turner, Annuska Derk & Jean-François Rousseau, éd., Fragrant Frontier. Global Spice Entanglements from the Sino-Vietnamese Uplands »Moussons, 42 | 2023, 227-230.

Référence électronique

Caroline Grillot, « Sarah Turner, Annuska Derk & Jean-François Rousseau, éd., Fragrant Frontier. Global Spice Entanglements from the Sino-Vietnamese Uplands »Moussons [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/11423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.11423

Haut de page

Auteur

Caroline Grillot

Chercheuse associée à l’Institut d’Asie orientale de Lyon (IAO).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search