Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Comptes rendusToshihiro Abe, éd., The Khmer Rou...

Comptes rendus

Toshihiro Abe, éd., The Khmer Rouge Trials in Context

Chiang Mai, Silkworm Books, 2019, 309 p.
Jean-Louis Margolin
p. 236-239
Référence(s) :

Toshihiro Abe, éd., The Khmer Rouge Trials in Context, Chiang Mai, Silkworm Books, 2019, 309 p.

Texte intégral

  • 1 En revanche, si le premier condamné, le directeur de la prison centrale S-21, Duch, a beaucoup parl (...)

1Le procès des dirigeants khmers rouges s’est achevé le 22 septembre 2022, avec la confirmation en appel de la seconde condamnation à la prison à vie de Khieu Samphan, ancien chef de l’État du « Kampuchéa démocratique » (KD) – et seul survivant parmi les inculpés. Seize ans d’instruction, de séances, de jugements de première instance ou d’appels. 330 millions de dollars dépensés, et trois condamnés, les poursuites contre trois autres dirigeants de moindre envergure ayant été abandonnées ; et deux autres – Ieng Sary, son épouse Ieng Thirith – étant décédés avant jugement. Cela explique que l’enthousiasme initial soit largement retombé, ainsi que l’intérêt des chercheurs : le procès a donné lieu à de très nombreuses publications avant ses laborieux débuts, et pendant ses premières années, mais à très peu dans la récente période. L’intérêt historique de ses centaines de sessions publiques, des nombreux documents collectés, des centaines de témoignages oraux ou écrits recueillis est cependant très grand1, et l’on aimerait que tout ceci donne lieu à des investigations plus systématiques que celles déjà réalisées.

2C’est pourquoi le présent livre pouvait paraître riche de promesses, et marquer une étape dans l’historiographie – celle du Cambodge autant que celle des procès internationaux pour crimes de masse. Las, le contenu même du procès, et ce qu’il nous a appris sur ce qui restera probablement comme le régime le plus systématiquement inhumain de l’histoire (pas le plus meurtrier, c’est une autre affaire), sont peu envisagés ici. Ce sont beaucoup plus les aspects juridiques (au sens large), ses répercussions dans les médias, la population et sur le système politique cambodgien qui sont développés. C’est loin d’être sans intérêt, mais on espérait un peu plus… En outre, la qualité des huit chapitres (s’y ajoutent introduction et conclusion) est inégale, avec de nombreuses redites rendant parfois la lecture fastidieuse. Le coordinateur, Toshihiro Abe, professeur à l’université Otani (Japon), et spécialiste de la justice transitionnelle, prend une grande place rédactionnelle : auteur des développements liminaire et conclusif, il est également co-auteur de pas moins de trois chapitres.

3Le premier chapitre porte sur le renouveau de la mémoire nationale impulsé par le procès. Cela n’allait pas de soi : lors de la constitution du tribunal, même les juges étrangers se sentirent contraints de cosigner une déclaration assurant que rendre la justice était destiné à consolider l’« harmonie sociale » – concept propre aux régimes autoritaires. Quant à l’acquittement éventuel de certains inculpés (les tribunaux d’après 1945 en prononcèrent beaucoup), il apparaissait par avance contredire le but recherché d’une mémoire nationale unifiée. Ces deux préoccupations amenèrent à restreindre à cinq (au lieu de vingt-cinq initialement envisagées) les inculpations. Il n’était pas question d’inquiéter les ex-cadres khmers rouges, dont certains constituaient les piliers du régime post-communiste, à commencer par l’inamovible Premier ministre Hun Sen. La liste de crimes à poursuivre fut sévèrement restreinte, de même que la période de commission. Par rapport aux précédentes cours criminelles internationales, deux innovations (inspirées par le droit romano-germanique) pouvaient faire envisager un lien renforcé avec la population : la possibilité de constitution de parties civiles, et l’audition de nombreuses victimes – pas seulement de témoins ou d’experts. Cette authentique prise de parole des intéressés fut cependant en partie à l’origine des énormes retards pris par le tribunal, qui menaçaient de lui faire perdre tout sens en face d’accusés très âgés. On restreignit donc progressivement l’expression des victimes et plaignants. Il reste que le recueil de témoignages par diverses associations ad hoc en fut stimulé.

  • 2 D’autant plus que, loin de se limiter aux ordres reçus, beaucoup firent preuve d’une cruauté partic (...)

4Le second chapitre est le seul à aborder de front l’objet même des procès : les atrocités des Khmers rouges. Bizarrement, il n’utilise cependant guère les acquis des procédures judiciaires, et dresse surtout une synthèse rapide de la bibliographie existante. Il s’agit en particulier de clarifier le rôle différencié des 196 centres de détention repérés. Beaucoup (pas tous) furent aussi systématiquement meurtriers que S-21, mais c’est dans ce dernier que les cadres dirigeants du régime, ou les étrangers, furent torturés, « confessés » et envoyés à la mort. La cour rejeta l’argument invoqué par Duch d’une contrainte venant de ses chefs, et sa demande subséquente (contre l’avis de ses avocats) d’un acquittement. Logiquement, ce rejet aurait dû entraîner l’inculpation de bien d’autres Khmers rouges2. Le Franco-Cambodgien François Im développe ensuite la responsabilité de la « communauté internationale » dans la tragédie khmère rouge. À vrai dire, cette communauté, hors votes à l’Organisation des nations unies (ONU), se limite dans la pratique au Vietnam, aux USA, à la Chine et à l’Asean. Les trois derniers, chacun à sa façon, contribuèrent à la prolongation du conflit durant plus d’une décennie après la chute de Pol Pot (janvier 1979), en soutenant soit directement (Chine), soit indirectement les Khmers rouges. Le Vietnam, quant à lui, avait contribué à leur arrivée au pouvoir (avril 1975), et, à leur corps défendant, les États-Unis aussi, du fait de leurs erreurs et incohérences. Il fallut attendre que la Chine retire son veto à la constitution du Tribunal, au début des années 2000, pour que le procès commence enfin – trop tardivement assurément. Et le puissant soutien de la Chine au KD ne fut pas évoqué…

5Le coordinateur de l’ouvrage et Misseny So signent le chapitre suivant, qui fait le point sur l’existence tortueuse d’une cour au statut spécifique (mi-internationale, mi-cambodgienne), les autres tribunaux spécialisés (Bosnie, Sierra Leone, Timor, etc.) ayant été soit principalement nationaux, soit surtout internationaux. Cela posa beaucoup de problèmes, le moindre étant la nécessité de se conformer au code pénal cambodgien. Plus grave, et à l’origine de plusieurs démissions parmi les juges étrangers, fut l’interventionnisme constant du gouvernement de Phnom Penh, auquel les juges nationaux se montrèrent soumis. Le conflit le plus sérieux porta sur les procès ultérieurs envisagés, refusés par ces derniers, qui empêchèrent également l’audition d’officiels cambodgiens. Il y eut aussi des cas de corruption côté cambodgien… La place des victimes dans les procès méritait bien un chapitre. Là encore les contradictions abondèrent, et conduisirent à une certaine déception. Certes, plus que dans n’importe quel procès international précédent, les victimes eurent droit à la parole. Mais, dès 2010, cette parole fut cantonnée à la phase d’instruction, de manière à accélérer les débats. Il reste que les parties civiles furent en mesure d’intervenir à toutes les phases du procès, y compris pour contester les décisions de la chambre d’accusation. Il y eut bien des frustrations : ainsi, la fonction réparatrice des procès fut comprise par beaucoup de victimes comme devant ouvrir leur droit à des réparations financières, alors que la Cour se donnait pour mission de soutenir des projets collectifs exclusivement (onze sur treize propositions). Une fondation de soutien aux victimes fut cependant créée parallèlement à la procédure. Il y eut, en outre, des cas de rivalités entre plaignants, et des contestations plus fondamentales : pourquoi, par exemple, exclure les Khmers Krom (nés au Vietnam) des cas reconnus de génocide, qui se limitèrent aux Cham et aux Vietnamiens du Cambodge ?

6Suit l’un des chapitres les plus instructifs de l’ouvrage. Au prix de quelques répétitions avec ce qui précède, il fait le point sur les sentiments contradictoires de l’opinion cambodgienne à l’égard de ce « drame national » qu’ont été les procès. La méfiance, certes, était initialement grande, et, en 2008, 36 % de la population ignorait ce qu’était le tribunal des Khmers rouges. Il faut dire que la justice, corrompue et aux mains des puissants, a fort mauvaise réputation au Cambodge. Mais, progressivement, beaucoup se mirent à suivre les retransmissions des séances publiques, et ceux qui étaient convoqués comme plaignants ou témoins virent leur prestige s’accroître dans leur voisinage – au point de se montrer fort mécontents s’ils ne pouvaient s’exprimer (souvent trop longuement) en session plénière. Une véritable noria de bus amenait à tour de rôle des habitants des provinces éloignées pour assister à une séance, avec retour immédiat à domicile. Il est cependant difficile de percevoir leurs réactions. On peut peut-être regretter que la très large focalisation sur S-21 ait mis un peu de côté les prisons locales, et donc la province.

7Un peu moins riche d’enseignements est l’étude suivante, qui scrute l’attitude des médias face aux procès, et ce que cela induisit dans la population. Le premier grand choc fut, à la télévision, les 72 jours de l’interrogatoire de Duch, en 2009. L’accusé ne se retranchant pas dans le silence, et offrant une défense articulée, cela constitua aussi l’occasion de familiariser le public avec des procédures judiciaires dignes de ce nom. La conception courante des chefs khmers rouges comme autant de monstres ou de fous en fut également profondément modifiée. Quant à la presse écrite, celle qui alors penchait pour l’opposition couvrit plus abondamment le déroulé des procès, en se montrant plus réceptive aux positions des juges étrangers (presque tous occidentaux), et en critiquant l’interventionnisme du pouvoir dans les débats judiciaires. Le tribunal perdit cependant de son prestige du fait de la corruption des juges cambodgiens, de son coût exorbitant en regard du petit nombre de jugements, et en particulier des sommes dépensées pour la santé des accusés, par-là plus favorisés que l’immense majorité des Cambodgiens. Le dernier chapitre porte sur la matérialisation de la mémoire de cette terrible période. Elle est inégale : rien par exemple sur le site du réservoir de Kamping Puoy, alors mis en place à un coût humain très élevé. Le DCCam, organisme indépendant d’investigations sur le génocide, a mis en place cinq expositions permanentes sur les évacuations forcées des villes en 1975. En revanche, les 24 musées provinciaux, peu actifs et moins encore visités, n’évoquent presque jamais la période. La mémoire physique, ce sont aussi les pagodes qui exposent des amoncellements de squelettes dans des reliquaires transparents, le musée du génocide sur le site de la prison S-21, et le mémorial des tueries de masse, à Choeung Ek – mieux tenu depuis qu’il a été cédé à un consortium privé. Le DCCam a également entrepris de publier une vaste monographie du district d’Anlong Veng, l’un des deux derniers bastions des Khmers rouges, où Pol Pot est enterré.

8Dans sa conclusion, T. Abe revient sur les défauts les plus manifestes du tribunal, y compris l’exacerbation d’une forme de concurrence entre victimes (parties civiles/simples plaignants, témoins autorisés ou non à s’exprimer devant la Cour, groupes reconnus comme ayant fait l’objet d’un génocide, et les autres…). Il reste que les autres formes de justice transitionnelle – tribunaux coutumiers, commissions justice et réconciliation – n’ont pas toujours fait mieux. La trace du tribunal des Khmers rouges vivra longtemps.

Haut de page

Note de fin

1 En revanche, si le premier condamné, le directeur de la prison centrale S-21, Duch, a beaucoup parlé, et partiellement reconnu les faits qui lui étaient reprochés, les autres inculpés ont tout nié, et se sont murés dans le silence.

2 D’autant plus que, loin de se limiter aux ordres reçus, beaucoup firent preuve d’une cruauté particulière – trait commun à tous les épisodes historiques comparables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Margolin, « Toshihiro Abe, éd., The Khmer Rouge Trials in Context »Moussons, 42 | 2023, 236-239.

Référence électronique

Jean-Louis Margolin, « Toshihiro Abe, éd., The Khmer Rouge Trials in Context »Moussons [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/11444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.11444

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Margolin

Historien de l’Asie orientale contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search