Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Comptes rendusJean-Luc Maurer, Indonésie : l’en...

Comptes rendus

Jean-Luc Maurer, Indonésie : l’envol mouvementé du Garuda. Développement, dictature et démocratie

Genève, Graduate Institute Publications, elivres de l’Institut, 2021, 459 p., DOI : 10.4000/books.iheid.7876
Jean-Marc de Grave
p. 239-243
Référence(s) :

Jean-Luc Maurer, Indonésie : l’envol mouvementé du Garuda. Développement, dictature et démocratie, Genève, Graduate Institute Publications, elivres de l’Institut, 2021, 459 p., DOI : 10.4000/books.iheid.7876

Texte intégral

  • 1 Sans toutefois plus de précision sur leur nombre, leurs qualités respectives, ni sur la façon dont (...)

1En sept chapitres et une conclusion, Jean-Luc Maurer nous livre ici le résultat de huit années de recherches intensives qui s’appuient sur des entretiens menés avec soixante-huit chercheurs du monde académique spécialisés sur l’Indonésie, ainsi qu’un important corpus bibliographique touchant l’histoire, la politique et l’économie de l’archipel. Comme cela apparaît en fin d’annexe, des entretiens ont aussi été conduits avec des étudiants de Yogyakarta et « de simples citoyens représentant l’éventail des classes sociales, activités socio-professionnelles et obédiences religieuses1 ».

2Pour cette présentation, je voudrais procéder en deux étapes. La première consistera à parler des grandes lignes de force de l’ouvrage. La seconde consistera à discuter l’approche conceptuelle qui en ressort.

3Contenu descriptif : une histoire indonésienne bien sentie

4Ce qui impressionne tout d’abord le lecteur, c’est la très bonne mise en perspective effectuée par l’auteur. Il s’agit en premier lieu des données démographiques et géographiques qui vont de la période coloniale néerlandaise récente (xixe-xxe siècles) à aujourd’hui (chap. 1, annexes 2, 3, 8, 10, 13). Il s’agit ensuite de la profondeur diachronique développée, servant d’appui à une analyse fine de la situation politique, économique et géostratégique (les autres chapitres).

5Le panorama complet des données démographiques de l’archipel aboutit, par exemple, à la situation actuelle d’une frange encore très jeune de la population – comme en Chine – et évoque (sans toutefois y répondre) la question des risques qui se poseront dans un futur proche lors du vieillissement de cette catégorie sociale, à l’heure où les taux de croissance démographique sont à la baisse. Une autre question traitée en détail est celle du déséquilibre démographique de Java qui accueille 56 % de la population pour 1/7e du territoire, avec néanmoins un pourcentage qui ne cesse de diminuer depuis 1900.

6Les parties historiques sont remarquablement bien mises en perspectives et elles bénéficient de synthèses bibliographiques très riches. Ceci est notamment vrai des périodes néerlandaise (chap. 2) et post-indépendance (chap. 3 et 4). Une continuité est relevée entre les royaumes agraires à agriculture et États centralisés, avec les différents systèmes mis en place par les Hollandais : « mercantilisme brutal » de la période d’exploitation privée de la Compagnie des Indes Néerlandaises, capitalisme d’État du xixe siècle avec la mise en place du « système des cultures », « libéralisme économique » fin xixe, et « politique éthique » du début du xxe. On regrettera toutefois l’absence de points de vue intérieurs d’historiens indonésiens ou d’Indonésiens en général.

7Concernant la période post-néerlandaise, deux phases sont particulièrement intéressantes car pourvues d’une actualité très marquée. On peut ainsi suivre les linéaments de la politique des États-Unis vis-à-vis de l’Indonésie à l’époque paroxystique de la guerre froide, ainsi que l’évolution étape par étape de la montée progressive et inexorable du futur général et président Suharto – surnommé « père du développement national » – et ce jusqu’à la fin, en 1998, de son régime dictatorial (3.3. et chap. 4).

8On peut également suivre par le menu – à la suite des descriptions fournies sur les débuts de la période « démocratique » (chap. 5 et 6) – la mise en place et le développement des politiques de l’actuel président depuis 2014, Joko Widodo, dit Jokowi (chap. 7). Ce chapitre met bien en perspective la façon par laquelle la volonté de Jokowi de démocratiser l’Indonésie tout en la modernisant – pour faire bénéficier le plus grand nombre de la prospérité économique – se heurte aux aspects contextuels des réseaux en place depuis Sukarno et Suharto, au développement intensifié des islams orthodoxe et radical, ainsi que des distensions régionales, notamment celle de Papua.

9Cette réalité d’ordre socio-politique conduit malgré lui Jokowi à adopter des mesures non-conformes à une certaine orthodoxie démocratique et finalement à contracter, pour son second mandat, des alliances avec des héritiers de l’ancien Ordre nouveau de Suharto. C’est ainsi qu’il nomme ministre de l’Intérieur Subianto Prabowo – ex-beau-fils de Suharto, et principal concurrent de Jokowi aux deux dernières élections présidentielles – dans l’espoir de s’en faire un allié, notamment pour parvenir à contrer le développement de l’islam radical, bref, à minimiser autant que possible les dissensions politiques pour favoriser l’essor économique qu’il a fixé pour l’Indonésie.

10L’auteur conclut ainsi sur un questionnement quant à savoir si l’Indonésie ne serait finalement pas l’objet d’un phénomène structurant qui la verrait ne pouvoir développer véritablement son économie que dans une situation politique autoritaire.

11Approche conceptuelle : développement humain ou développement des « élites » ?

12Dès l’introduction, l’auteur nous fait part de sa volonté d’« accorder une attention spéciale au lien complexe et ambigu qu’entretient le développement avec la dictature et la démocratie » (p. 15). Pour ce faire, il propose d’appréhender « la réalité de la société » sous le « triple éclairage Économique/Social/Politique » en accord avec l’« indice de développement humain » des Nations unies. Celui-ci inclut un indicateur économique, mais aussi des indicateurs – catégorisés comme « sociaux » – de « santé (espérance de vie) et d’éducation (durée de scolarisation) », servant tous trois de témoins de réduction des inégalités. Notons d’emblée que la question d’un développement humain reconnu comme effectif suivant le point de vue des intéressés n’est pas abordée, d’autant que c’est « le niveau d’analyse national » que l’auteur privilégie, laissant de côté « la dimension culturelle » (p. 13-14).

13Pour prendre les choses dans leur ordre d’importance analytique, l’auteur nous dit donc vouloir présenter, sans en privilégier une, les dimensions politiques, économiques et sociales (p. 14). Si ses descriptions des deux premiers aspects sont convaincantes, j’ai en revanche du mal à voir en quoi consiste son analyse sociologique, outre le fait qu’il a essentiellement recours à des données de seconde main, principalement celles d’historiens et de politologues qui travaillent sur des sources écrites, c’est-à-dire qui rendent compte de la vision de ceux qui les ont écrites, ou encore de géographes et d’économistes qui s’intéressent principalement aux cadres sociaux normatifs. La dimension sociale se voit donc réduite à une portion minime.

  • 2 Ceci rejoint aussi la volonté de l’auteur de traiter du social mais pas du « culturel » : si les fo (...)

14Si l’on reprend par exemple les aspects saillants d’éducation et de santé : les pratiques et les savoirs locaux – au même titre que les langues régionales – participent eux aussi du développement local et national. Les ignorer (ou les évoquer de façon lapidaire) revient donc bien à situer d’emblée l’analyse dans une perspective résolument évolutionniste. Nous tombons ainsi dans le même type d’ambiguïté que présentent les politiques contradictoires de l’Unesco par lesquelles on prétend par exemple valoriser les savoirs locaux, mais on pousse en même temps à les patrimonialiser ainsi qu’à scolariser tous les enfants, c’est-à-dire contribuer dans les deux cas à soustraire savoirs et personnes aux modes d’existence et d’organisation sociale qui donnent sens à leur existence2.

15De ce fait, la question des implications non pas seulement acculturantes mais plus largement « associalisantes » – pour ne pas dire anomiques – du développement, de la modernité, du centralisme politique ou des institutions internationales, n’est pas suffisamment clairement posée. Privilégier les niveaux politique et économique ne permet pas ici de rendre compte du niveau social, dans la mesure en tout cas où l’on admet que ces trois niveaux puissent être distingués.

  • 3 Sur cette question, voir l’œuvre de M. Cernea – conseiller pour les politiques sociales à la Banque (...)

16Cet aspect me semble directement lié à la problématique générale de l’ouvrage. Une conclusion plus sociologique que de dire que le développement d’un pays ne dépend pas directement de la nature de son régime politique aurait été de souligner le fait que le développement est soutenu par une forme d’éthique supérieure directement liée à la prospérité, laquelle suppose une forme de stabilité ou de régularité – jusque-là nous restons dans le spectre analytique développé par J.-L. Maurer – par rapport auxquelles les populations se sentent concernées, dimension qui manque à l’ouvrage3.

  • 4 Des formules comme : « le pays est encore loin d’avoir atteint un niveau de développement satisfais (...)
  • 5 Il y aurait par exemple un taux de reproduction démographique idéal, un taux de croissance idéal, u (...)

17La dimension éthique (ou non) du développement – qui est au centre des réflexions de l’anthropologie du développement, un peu oubliée dans l’ouvrage – n’est pas frontalement abordée ici. Nous comprenons ainsi implicitement – par l’interrogation sur la nature politique du développement, le style d’écriture, les formules utilisées4 – qu’il existe une forme de développement idéal, dont la nature reste pourtant difficile (impossible ?) à formuler malgré les critères quantitatifs et qualitatifs avancés par les institutions internationales5.

18Si l’on prend par exemple le cas du colonialisme européen tel que l’aborde l’auteur (1.3.), il y voit un « bilan globalement négatif » et critique vertement ce colonialisme sauf pour des applications qu’il juge positives comme la vaccination, l’éducation et les bases structurelles du développement économique. Il procède en gros de la même façon dans son analyse du régime dictatorial de Suharto (3.3. et chap. 4).

  • 6 De plus, il existe d’autres formes de développement obéissant à d’autres directivités idéologiques, (...)

19Ces séquences – colonialisme, suhartoïsme et autres – et la continuité qu’y souligne l’auteur paraissent finalement incomplètes par manque de recul comparatif (si ce n’est celui qui est rapidement – et de façon un peu décalée – introduit en fin d’ouvrage avec des pays d’Asie du Sud-Est). Le développement industriel a en effet une histoire, et même des histoires. Les aspects très coercitifs du colonialisme néerlandais ne diffèrent guère dans leurs grandes lignes de la façon par laquelle le développement industriel s’est imposé en Europe si ce n’est que pour l’Indonésie la coercition s’exerce sur une durée moindre et se trouve de fait plus concentrée – période coloniale et Ordre nouveau6.Les périodes coercitives, pour homogénéisantes qu’elles puissent paraître, se présentent comme des moments aux effets standardisants qui se répercutent sur l’ensemble des différentes tendances sociales sans forcément annihiler celles-ci dans leurs spécificités, mais en les contraignant néanmoins à adapter leur expression au formalisme ambiant.

20Ouverture : dimension religieuse et politique du développement

21Pour élargir la perspective en tirant vers une analyse d’anthropologie sociale, cette dimension cumulative du partage des critères normatifs apparaît à son tour liée aux grandes religions et, donc, à l’écriture – double critère central d’hégémonie, puis d’une certaine forme de développement pour le second. Les grandes religions sont, à leur tour, constitutives de la formation des États (Hocart 1954 ; Scott 1985 ; Graeber 2014) ainsi que du développement (Graeber 2014 ; Creswell 1996 ; Rist 1996). L’analyse de tels critères induit une diachronie qui dépasse le cas indonésien et sud-est asiatique mais peut aider à les éclairer par la comparaison – comme l’a d’ailleurs fait James Scott, pourtant qualifié de « génial anthropologue » (p. 428) par l’auteur mais sans solliciter son analyse sur les formes de développement alternatives à l’État centralisé.

22Dans cette perspective, la vraie question à l’heure actuelle serait d’analyser plus avant et de tirer des conclusions sur les politiques imposées par des « élites » opportunistes, fascinées par des nouveautés conceptuelles et pratiques qu’ils reprennent à leur profit généralement au détriment des cohésions sociales et environnementales, sans que le souci de développement humain ou autre ne constitue leur motivation première. Ils reprennent à leur insu – comme l’ont bien montré Gilbert Rist (1996) ou Michael Singleton (2004) dans une perspective tracée par Louis Dumont (1991) – les dimensions politiques et religieuses du développement.

23Ces pistes de réflexions complémentaires n’enlèvent rien aux qualités de l’ouvrage de Jean-Luc Maurer soulignées en première partie du compte rendu, ouvrage qu’il faut à tout prix lire pour se familiariser avec les logiques politiques et économiques de l’archipel indonésien.

Haut de page

Bibliographie

CERNEA, Michael M., éd., 1985, Putting People First. Sociological Variables in Rural Development, New York : Oxford University Press.

CRESSWELL, Robert, 1996, Prométhée ou Pandore, Paris : Kimé.

DUMONT, Louis, 1991, Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris : Le Seuil.

ESCOBAR, Arturo, 1995, Encountering Development. The Making and Unmaking of the Third World, Princeton : Princeton University Press.

GRAEBER, David, 2014, Debt. The First 5 000 Years, Brooklyn : Melville House.

HOCART, Arthur M., 1954, Social Origins, Londres : Watts and co.

RIST, Gilbert, 1996, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris : Presses de Sciences Po.

SAHLINS, Marshall, 1972, Stone Age Economics, Chicago : Aldine-Athertone.

SCOTT, James C., 2009, The Art of Not Being Governed. An Anarchist History of Upland Southeast Asia, New Haven, Connecticut : Yale University Press.

SINGLETON, Michael, 2004, Critique de l’ethnocentrisme. Du missionnaire anthropophage à l’anthropologue post-développementiste, Paris : Parangon.

Haut de page

Note de fin

1 Sans toutefois plus de précision sur leur nombre, leurs qualités respectives, ni sur la façon dont on recourt à leur témoignage. On déplorera aussi l’absence d’index.

2 Ceci rejoint aussi la volonté de l’auteur de traiter du social mais pas du « culturel » : si les formes traditionnelles de savoirs et savoir-faire ne font pas partie du social, alors quel est le statut de ceux de la modernité ? De fait, en quoi réside l’intérêt de dissocier l’aspect culturel du social ?

3 Sur cette question, voir l’œuvre de M. Cernea – conseiller pour les politiques sociales à la Banque Mondiale (1974-1997) – et notamment l’ouvrage classique qu’il a coordonné Putting people first (1985).

4 Des formules comme : « le pays est encore loin d’avoir atteint un niveau de développement satisfaisant », « la précarité du secteur dit informel » (p. 18), et dont certaines témoignent de la violence symbolique de l’idéologie développementiste : « accélérer sa croissance pour permettre […] une éradication définitive des pires formes de pauvreté » (p. 16), « les tribus de chasseurs-cueilleurs de Nouvelle-Guinée, vivant encore comme à l’âge de pierre » (p. 76), Sukarno « apprenti sorcier irresponsable » (p. 134) ou « obsédé par la poursuite de ses phantasmes » (p. 138). Concernant le chômage en Indonésie, plutôt que d’en rester aux statistiques, il conviendrait aussi de préciser le sens que peut avoir une telle notion dans une région qui se caractérise par l’entraide collective que viennent concurrencer les pratiques formelles du salariat et de la propriété individuelle. Il en va de même concernant le terme très méprisant d’« illétrisme » (et les statistiques très dévalorisantes qui l’accompagnent, voir 3.2.) dans des contextes où les traditions orales justement linguistiquement et cognitivement très riches se voient concurrencées par la pratique scolaire et les savoirs décontextualisés, provoquant la perte progressive des langues et savoirs locaux, des formes locales de gestion de l’environnement et des communs. C’est justement dans ce type d’articulation de logiques différenciées que la prise en compte de la dimension sociale – et non pas moins économique et politique – qui caractérise l’Indonésie gagnerait à être prise en compte.

5 Il y aurait par exemple un taux de reproduction démographique idéal, un taux de croissance idéal, une gouvernance idéale garante d’une démocratie idéale, une maîtrise idéale des catastrophes – naturelles ou non, les deux ne sont pas distinguées –, un développement soutenu mais garant d’une écologie environnementale équilibrée (la question de savoir si la chose est possible est esquivée). Une analyse de l’idée de prospérité pourrait aussi apporter de l’eau au moulin de la comparaison, celui par exemple de Marshall Sahlins développé dans Stone Age Economics suivant lequel elle dépend avant tout de la détermination des besoins à satisfaire, et non de la propension à remplir des besoins imposés qui se renouvèlent et se cumulent sans cesse. Dans cette optique, le « développement » des institutions internationales et des gouvernements se ramène finalement à du bien-être matériel artificiel (au sens étymologique « dû à l’art ») et imité, se situant au-dessus de la nature de façon omnipotente en suivant le tracé des « sciences ».

6 De plus, il existe d’autres formes de développement obéissant à d’autres directivités idéologiques, comme celles des islams indonésiens : formes de prêts, logiques d’intérêt, rapport au foncier, lien à l’aumône et à l’éthique, etc., comparaisons qui éviteraient de donner une impression d’objectivité absolue du développement à l’occidentale (à ce sujet, voir Escobar 1995 ; Singleton 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc de Grave, « Jean-Luc Maurer, Indonésie : l’envol mouvementé du Garuda. Développement, dictature et démocratie »Moussons, 42 | 2023, 239-243.

Référence électronique

Jean-Marc de Grave, « Jean-Luc Maurer, Indonésie : l’envol mouvementé du Garuda. Développement, dictature et démocratie »Moussons [En ligne], 42 | 2023, mis en ligne le 12 décembre 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/moussons/11449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.11449

Haut de page

Auteur

Jean-Marc de Grave

PU, Département de sociologie-anthropologie de l'Université de Tours, CITERES UMR 7324, équipe COST.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search