Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusConférencesEighth International Conference o...

Comptes rendus
Conférences

Eighth International Conference on Thai Studies

Nakhom Phanom, Thaïlande, 9-12 janvier 2002
Louise Pichard-Bertaux
p. 115-116

Texte intégral

1La Conférence Internationale des Études Thaïes, qui réunit tous les trois ans les chercheurs de toutes disciplines dont les travaux sont centrés sur la Thaïlande et le Laos, se tient alternativement en Thaïlande et dans un pays occidental. La précédente a eu lieu en juillet 1999 à Amsterdam et la prochaine se tiendra aux États-Unis, en Illinois, en 2005. Cette huitième édition a été organisée par l’Université Ramkhamhaeng, qui, outre son important campus à Bangkok, possède une antenne à Nakhom Phanom, petite bourgade assoupie le long du Mékong, dans le Nord-Est. L’accent ayant été mis cette année sur les études Isan et les relations entre la Thaïlande et le Laos, le lieu était très bien choisi.

2Installée dans le plus grand hôtel de la ville, le Nakhon Phanom River View, la conférence était fort bien organisée : une signalisation et des informations claires, des supports de travail nombreux et précis – chaque participant s’est vu remettre un programme détaillé, un recueil de résumés, un fascicule contenant le texte intégral des keynote addresses, un CD-Rom comportant la plupart des contributions de l’ensemble de la conférence et une copie papier des interventions du panel choisi – et, enfin, des buffets somptueux ! Toutes les conditions matérielles étaient donc réunies pour que les quelque quatre cents chercheurs thaïs et étrangers (dont deux Français seulement !) exposent leurs travaux et échangent leurs points de vue dans une parfaite sérénité.

3Les communications étaient réparties en dix-neuf panels, que l’on peut rassembler autour de quatre axes : l’histoire, l’évolution de la société, les diverses expressions de la culture et les relations entre la Thaïlande et le Laos.

4En histoire, le ton fut donné par un discours du Professeur David K. Wyatt, intitulé « History is more than a nation », qui insistait sur la nécessité de repenser les recherches en histoire en fonction des peuples plus que des frontières, ce qui est particulièrement pertinent pour l’histoire de la Thailande et du Laos. L’un des trois panels d’histoire, intitulé « The reinterpretation of Thai history », allait d’ailleurs dans ce sens.

5Les six panels dédiés à l’évolution de la société thaïe traitaient de sujets aussi divers que l’environnement, les rapports hommes-femmes, les impacts de la crise économique, le développement rural, la diaspora thaïe et les réformes politiques.

6L’axe comprenant le plus de panels – huit – était celui consacré à la culture. Celui dans lequel j’intervenais, « Literature as a reflection of Thai society », s’est tenu presque uniquement en thaï, les intervenants et auditeurs étant majoritairement thaïs. Les corpus utilisés très variés, allant de la littérature classique aux nouvelles contemporaines, en passant par la poésie moderne et la littérature orale, ont permis d’offrir une vision kaléïdoscopique de la société thaïe et de son développement. Dans ce même axe « culturel », on peut regrouper les panels traitant des media, de la crise culturelle, de la langue thaïe – panel dans lequel la communication intitulée « The pretended obscene riddle vs. intended obscene riddle in Thai society » ne manquait pas de sel – la musique, les cultures minoritaires, les arts du spectacle et, enfin, les croyances populaires.

7Le dernier thème regroupait deux panels : les études Isan, un panel lui-même divisé en trois sections – perspectives sociales, politiques et culturelles –, et les relations entre la Thaïlande et le Laos. Le panel des études Isan, qui étaient donc à l’honneur lors de cette conférence, était sous la présidence de Grant Evans.

8Une multitude de thèmes, un nombre impressionnant de communications et un foisonnement d’idées ont donc marqué cette conférence. Et pourtant, comme bien souvent lors de ces grands rassemblements, on part avec un goût d’inachevé. Le temps réservé à chaque panel était trop court pour permettre une réelle discussion après chaque communication, ou même pour effectuer une synthèse à la fin du panel. Dans le quotidien The Nation du 10 janvier 2002, Nantiya Tangwisutjit met en question la nécessité de continuer à tenir ces conférences internationales et, dans un article intitulé « A wasteland of papers », paru dans le même quotidien le 16 janvier, il s’inquiète de la baisse de qualité des travaux scientifiques exposés. Interrogé à ce sujet, le Professeur Wyatt se prononce cependant contre l’idée de sélectionner les communications, déclarant que les chercheurs doivent prendre leurs responsabilités.

9La pérennité de ces conférences des études thaïes n’est donc pas mise en péril. Et peut-être faut-il simplement se dire que, comme pour tous les bons festivals culturels, l’intérêt de ces grandes conférences ne se trouve pas dans les communications, mais dans les rencontres et discussions « off-panel » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Pichard-Bertaux, « Eighth International Conference on Thai Studies »Moussons, 4 | 2001, 115-116.

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « Eighth International Conference on Thai Studies »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.3477

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search