Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusLivresEast Timor. A Bibliography, Jean ...

Comptes rendus
Livres

East Timor. A Bibliography, Jean A. Berlie

Paris, Les Indes savantes, 2001, 225 p.
Antonio Guerreiro
p. 119-122
Référence(s) :

Jean A. Berlie, East Timor. A Bibliography, Paris, Les Indes savantes, 2001, 225 p.

Texte intégral

1À l’extrémité de la chaîne des Petites Îles de la Sonde, la partie orientale de l’île de Timor a fait couler beaucoup d’encre depuis plus de vingt-cinq ans, à la suite de son annexion brutale en 1976 et de sa transformation en une province indonésienne (Timor Timur, ou Timtim). Atteignant près de 600 km de long (en y ajoutant l’île de Roti, située à son extrémité occidentale), Timor est la plus grande île de cet arc insulaire. D’un point de vue ethnographique, elle partage un certain nombre de traits culturels avec les sociétés des Moluques du Sud (Maluku Tenggara : Wetar, Kisar, Babar, Tanimbar, Kei, Aru) et avec celles de Nusa Tenggara Timur (Flores, Lomblen, Alor, Solor). L’ensemble de l’île a une population d’environ deux millions de personnes, dont 850000 pour la partie orientale.

  • 1 L’appellation française actuelle, « Timor Oriental », coexiste avec l’appellation East Timor (en an (...)
  • 2 J.A. Berlie (éd.), Macau 2000, Oxford, Oxford University Press, 1999.
  • 3 I. Rowland (éd.), Timor. Including the Islands of Roti and Ndao, Oxford & Denver, Clio Press, « Wor (...)

2En mai 2002, le territoire de Timor Oriental, placé sous l’administration de la mission des Nations-Unies (UNTAET), a accédé à l’autodétermination sous l’appellation officielle de Timor Lorosae1. La bibliographie compilée par Jean Berlie paraît à point nommé, quand un regain d’intérêt se manifeste pour cette région après les événements brutaux de septembre-octobre 1999, suivant l’organisation d’un référendum par l’ONU, à l’initiative de l’Indonésie. Auteur d’un ouvrage de référence sur l’ancien établissement portugais de Macau à l’heure de la décolonisation2, Berlie poursuit donc avec cette bibliographie l’étude des implantations lusitaniennes dans le sud-est asiatique. Ce petit livre original, rédigé en langue anglaise, ne reprend pas l’ensemble des références citées dans trois bibliographies, plus généralistes, consacrées au Timor Oriental (Rowland 1992 et Sherlock 1980 et 1981)3.

3Le titre de East Timor pourrait surprendre, puisque l’ouvrage inclut également un certain nombre de sources traitant de la partie occidentale de l’île, ou encore de son ensemble. Ce choix fait sens, renvoyant à l’ancienne division territoriale héritée du colonialisme portugais et néerlandais, qui s’est stabilisée dans les années 1850 après un accord entre le Royaume des Pays-Bas et celui du Portugal. L’auteur a pris le parti de constituer une bibliographie sur des domaines spécialisés (linguistique, récits de voyage, histoire, ethnologie, religion, droit, thèses de doctorat inédites…). En outre, il donne à son travail une dimension d’actualité en indexant partiellement la couverture de presse des événements au Timor Oriental – notamment, Le Monde et Le Monde diplomatique, ainsi qu’une sélection d’articles parus dans International Herald Tribune et Far East-ern Economic Review –, sur les négociations entre l’Indonésie, l’ONU et les diverses factions du mouvement indépendantiste, de 1997 aux violents prolongements de 1999-2000.

4La bibliographie est organisée en treize parties, qui s’articulent grosso modo du général au particulier : bibliographies ; thèses et documents inédits ; dictionnaires et linguistique ; journaux et bulletins d’informations ; généralités et récits de voyage ; histoire ; économie et agriculture ; ethnologie et folklore ; ethnolinguistique et ethnobiologie ; religion ; législation, droit et droit coutumier (adat law) ; administration et affaires politiques et militaires du territoire ; et relations internationales et régionales. Enfin, une copieuse partie est consacrée aux archives portugaises, consultées par l’auteur au Portugal et dans la région Asie-Pacifique (Australie, Macau, Timor ; pp. 187-207).

5Une courte postface (« Elections in East Timor », pp. 208-211), basée sur des enquêtes de terrain de l’auteur, s’interroge sur les enjeux de l’émergence d’une démocratie dans le contexte des élections législatives de 2002, dont les acteurs sont les anciens et les nouveaux partis politiques qui couvrent l’ensemble du spectre – des pro-intégrationnistes aux socialistes (APODETTI, UDT, PDC, KOTA, PST…) –, tandis que le mouvement « historique » de résistance armée à la présence indonésienne, le FRETILIN, s’institutionnalise dans la vie sociale et politique par la formation, en 2000, du CNRT (Conseil National du Timor Oriental), en concertation avec la mission de l’ONU. À ce propos, l’ancien chef militaire du FRETILIN, le très charismatique Alexandre José Gusmão, dit Xanana, emprisonné pendant plusieurs années à Jakarta, se présentait à l’élection présidentielle de 2002, fort du soutien de tous les partis politiques.

6Un cahier de seize photos, une touche personnelle bienvenue dans une bibliographie par ailleurs sérieuse, évoque les reconnaissances de l’auteur dans l’enclave d’Oecussi et sur la petite île d’Ataúro (connue surtout pour ses fameuses statuettes itara) et offre des portraits de personnalités, tels l’archevêque et prix Nobel de la Paix, Mgr Dom Carlos Felipe Belo, et bien sûr Xanana Gusmão. Un index des noms d’auteurs complète l’ouvrage.

  • 4 Par exemple, des atlas géographiques, historiques et linguistiques, tels le Linguistic Atlas of the (...)

7Ce travail minutieux présente 738 références – ouvrages, articles, rapports et documents d’archives, non compris les articles de presse et les bulletins non numérotés – dans différentes langues occidentales et en indonésien – et quelques omissions notables4. Signalons qu’il inclut aussi des résumés rédigés à la manière de « notes de lecture », éclairant les points d’ethnologie ou d’histoire de l’île dans le contexte plus large du Monde insulindien. La profondeur historique est cruciale pour interpréter les conflits et les polarisations géopolitiques dans cette région charnière entre Australie et Indonésie, dont les ressources, surtout celles de la Mer de Timor, attisent les convoitises. De ce point de vue, une présentation des sources qui de prime abord pourrait paraître paradoxale et la juxtaposition de l’actualité la plus récente et des sources historiques, administratives, ou ethnographiques se révèle stimulante. Berlie ne néglige pas pour autant les références à des questions culturelles, notamment l’existence d’une tradition de violence liée en partie aux anciennes pratiques de guerre et de chasse aux têtes, répandues dans l’ensemble de l’île, des côtes à l’intérieur montagneux, qu’il documente à travers des monographies ou des essais.

  • 5 Sous l’impulsion duquel le projet de recherche collectif avait été développé dans la partie orienta (...)

8Par ailleurs, la bibliographie recense l’ensemble des travaux ethnologiques de l’équipe « Timor » du CeDRASEMI – le Centre de recherches et de documentation sur l’Asie du sud-est et le Monde insulindien (1962-1984), dirigé par Georges Condominas –, dont les membres étaient L. Berthe5, C. Berthe-Freiberg, B. Clamagirand et H. et M.-O. Campagnolo, et inclut la thèse de Gérard Francillon, soutenue à Canberra en 1967.

9Le point fort de l’ouvrage consiste dans le dépouillement des sources portugaises, dont les archives du ministère des Colonies à Lisbonne et à Macau, incluant les rapports secrets de la police politique, la redoutée Pide, du régime salazariste et de ses avatars (1933-1974). Ces sources prennent aujourd’hui une importance considérable, puisque les archives locales de l’ex-province indonésienne furent brûlées lors des épisodes de destruction systématique qui suivirent l’annonce des résultats du référendum de septembre 1999.

10Une carte de situation (p. 10) se contente d’indiquer le réseau routier, de Kupang à l’ouest jusqu’à Dili, capitale du Timor Oriental, et la région de Los Palos à l’est, et les villes importantes. Une carte ethnique, montrant aussi les divisions administratives actuelles, aurait permis de replacer les divers groupes de l’ensemble austronésien (branche Central Malayo-Polynesian) et de la famille linguistique dite « papoue » du phylum trans-néo-guinéen dans leurs aires d’habitat respectives.

11En bref, cette bibliographie constitue un outil de référence pour développer la connaissance, abordée à travers un ensemble de disciplines scientifiques, des différentes facettes de l’île de Timor et, particulièrement, du Timor Oriental. Avec les titres de ses références traduits en anglais, elle sera utile à tous ceux qui ne lisent pas l’allemand, le néerlandais, le portugais, ou l’indonésien et devrait bénéficier d’une large diffusion en Europe et en Asie, coïncidant avec l’émergence d’une nouvelle entité au sein de l’ASEAN.

Haut de page

Notes

1 L’appellation française actuelle, « Timor Oriental », coexiste avec l’appellation East Timor (en anglais) et la dénomination Timor Loro Sa’e (« Timor Lever de Soleil », en langue tétum), commune en indonésien sous la forme Timor Lorosae. La désignation Propinsi Timor Timur fait surtout référence à la période d’administration indonésienne (1976-1999). Avant 1976, la partie orientale de l’île était connue en Indonésie sous le nom de Timor Portugis, « Timor portugais », ou Daerah Timor Timur. La partie occidentale se nomme Propinsi Timor Barat, province de Timor Occidental (en anglais, West Timor). Enfin, les travaux historiques font référence à l’ensemble de l’île comme Pulau/Pulo Timor (malais-indonésien), ou Ilha de Timor (portugais). En malais, la lingua franca de l’ensemble de l’archipel depuis des siècles, le mot timor ou timur, avec ses deux graphies, signifie simplement la direction « Est » ou « l’Orient ».

2 J.A. Berlie (éd.), Macau 2000, Oxford, Oxford University Press, 1999.

3 I. Rowland (éd.), Timor. Including the Islands of Roti and Ndao, Oxford & Denver, Clio Press, « World Bibliographical Series », vol. 142, 1992, 117 p. ; K. Sherlock, A Bibliography of Timor Including East (Formerly Portuguese) Timor, West (Formerly Dutch) Timor and the Island of Roti, Canberra, Australian National University, 1980, 292 p. ; et K. Sherlock, The Timor Collection : Acquisitions List, 4th February to 18th December 1980, Darwin, K. Sherlock, 1981, 34 p., 1200 entrées.

4 Par exemple, des atlas géographiques, historiques et linguistiques, tels le Linguistic Atlas of the Pacific Area, sous la direction de S.A. Würm et S. Hattori (Canberra, The Australian Academy of the Humanities, et Tokyo, The Japan Academy, 1983) ; l’Atlas Sedjarah de Muhammed Yamin (Jakarta, Djambatan, 1958) ; et le récent Historical Atlas of South-East Asia, de J. Pluvier (Leyde, E.J. Brill, 1995). En revanche, Berlie n’a pu prendre connaissance de l’Atlas des peuples d’Asie méridionale et orientale de Jean Sellier (Paris, Éd. de la Découverte, 2001), paru à l’automne 2001, qui consacre un article à jour au Timor Oriental (p. 117), mais curieusement sans carte. Sur la situation religieuse, il aurait fallu inclure le résumé exhaustif donné par Église d’Asie, « Timor Oriental « , in Asie Religieuse 2000. Chiffres et données (Paris, Archives des Missions étrangères, Études et documents, n° 11, pp. 139-140). En outre, des travaux importants sur l’archéologie, l’ethnologie, ou l’art de Timor manquent à l’appel : Prehistory of the Indo-Malaysian Archipelago, de P. Bellwood, Sydney, Academic Press, 1985, 370 p. ; et son édition révisée, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1997, 384 p. ; « Baumata » et « Adat Marriage for Christians on the Island of Timor », de P. Middelkoop, in Madjalah untuk Ilmu Bahasa, Ilmu Bumi dan Kebudajaan Indonesia, vol. 86, pp. 519-535 et 538-557, 1958 ; « The Late Stone Age in Eastern Indonesia », de I. Glover, in Prehistoric Indonesia : a reader, P. van de Velde (éd.), Dordrecht, Foris, 1984, pp. 273-295 ; « Motivos Artisticos Timorenses e a Sua Integração », de R. Cinatti, Lisbonne, Instituto de Investigação Científica Tropical et Museu de Etnologia, 1987, 189 p. ; « Arquitectura Timorense », de R. Cinatti, L. de Almeida et S. Mendes, Lisbonne, Instituto de Investigação Científica Tropical et Museu de Etnologia, 1987, 232 p. ; « Atauro », de J. Barros Duarte, in Arts des Mers du Sud. Collections du Musée Barbier-Mueller. Insulinde, Mélanésie, Micronésie, Polynésie, D. Newton (éd.), Paris, Ed. Adam Biro, 1998, pp. 124-129 ; « Ataúro : une île de la Sonde. Ataúro, one of the Sunda Islands », de J. Barros Duarte, in Art Tribal. Bulletin du Musée Barbier-Mueller, vol. I., pp. 17-32, 1990. Enfin, la référence au Peuples de Timor, peuple de Timor : vie, alliance, mort de H. Campagnolo, M.-O. Lameiras-Campagnolo, B. Pereira et E. Veiga de Oliveira (catalogue illustré trilingue portugais-français-anglais d’une exposition au Museu de Etnologia, Lisbonne, Fundação Oriente et Instituto de Investigação Científica Tropical, 1992, 167 p.) est tronquée.

5 Sous l’impulsion duquel le projet de recherche collectif avait été développé dans la partie orientale de l’île, alors sous administration portugaise ; Louis Berthe est décédé en 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Guerreiro, « East Timor. A Bibliography, Jean A. Berlie »Moussons, 4 | 2001, 119-122.

Référence électronique

Antonio Guerreiro, « East Timor. A Bibliography, Jean A. Berlie »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 18 mars 2016, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3483 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.3483

Haut de page

Auteur

Antonio Guerreiro

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search