Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusLivresInitiation rituelle et arts marti...

Comptes rendus
Livres

Initiation rituelle et arts martiaux. Trois écoles de kanuragan javanais, Jean-Marc de Grave

Paris, Association Archipel, « Cahiers d’Archipel », n° 33, et Paris, L’Harmattan, « Recherches asiatiques », 2001, 373 p.
Hélène Bouvier
p. 129-130
Référence(s) :

Jean-Marc de Grave, Initiation rituelle et arts martiaux. Trois écoles de kanuragan javanais, Paris, Association Archipel, « Cahiers d’Archipel », n° 33, et Paris, L’Harmattan, « Recherches asiatiques », 2001, 373 p.

Texte intégral

1« La relation sociale au sens large n’est-elle pas un combat qui se renouvelle de façon perpétuelle ? » (p. 7). Telle est l’interrogation de départ, originale, que se pose Jean-Marc de Grave dans cet ouvrage fondé sur sa thèse de doctorat d’anthropologie sociale, menée sous la direction de Daniel de Coppet et soutenue en 1997 à l’EHESS (Paris).

2L’auteur part du constat qu’il n’existe pratiquement pas de recherche sur les arts martiaux indonésiens ni sur le système de valeurs qui les sous-tend et qu’en dépit des nombreux travaux sur le théâtre d’ombres wayang kulit, qui soulignent le thème central de la guerre et du combat dans ce répertoire, les pratiques physiques et mentales qui s’y rapportent n’ont guère été étudiées. Il comble donc un blanc dans la recherche javanologique. Pour répondre à sa question initiale, il s’efforce d’« envisager les relations sociales javanaises comprises au travers de la formation aux pratiques martiales, base de la formation traditionnelle des “émotions” et du “caractère” » (p. 7).

3Plusieurs terrains indonésiens alimentent ce travail : un an à Célèbes-Sud (1991), deux ans à Yogyakarta (1992 et 1995), puis à nouveau vingt-et-un mois en 1998-1999. Une implication personnelle et une initiation aux pratiques décrites fournissent à l’auteur d’autres outils d’interprétation que la seule analyse extérieure. Cette observation très participante, alliée à une maîtrise réelle de l’indonésien et du javanais, caractérise ce travail soucieux des changements de société et de contemporanéité.

4Avant de m’intéresser au corps du texte, je signalerai la faiblesse de l’index, qui limite son utilité en l’état : un choix d’entrées éclectique (pourquoi « système de culture » pour une seule page, et pas « ressenti », terme de base récurrent ?), pas de renvoi aux équivalences en français pour les termes javanais ou indonésiens, des occurrences très incomplètes (pour kanuragan, pivot du livre dès les premières pages, l’index n’indique que les pages 9, 18, 163 et 168, en dépit d’apparitions multiples ailleurs), des noms d’auteurs absents (les auteurs de référence cités dans l’introduction, dont Louis Dumont) ou bien ordonnés par ordre alphabétique de leur prénom (Daendels à Willem, ou Raffles à Thomas).

5Les références méthodologiques sont Durkheim, Mauss et, surtout, Louis Dumont pour sa définition de la valeur « […] en référence aux sociétés de type holiste dans lesquelles la pensée n’est pas dissociée de l’acte, et la valeur n’est pas dissociée de l’idée. Cette non-séparation de l’idée et de la valeur permet une interprétation plus en rapport avec le point de vue interne des sociétés non-modernes » (p. 15). A Daniel de Coppet, c’est la notion de « configuration socio-cosmique » qui est empruntée, et le postulat selon lequel « [l]e tout vers lequel toute action sociale est dirigée, c’est la société et l’univers combinés » (p. 16).

6A travers trois écoles de Yogyakarta, représentant trois formes de pratiques martiales, le kanuragan, le tenaga dalam et le pencak silat, qui partagent un travail fondamental de contrôle émotionnel, l’auteur étudie la formation du « ressenti » (traduction très appropriée pour rasa, terme de référence javanais et indonésien qui veut dire à la fois « sensation », « émotion » et « sentiment ») sur la base des pratiques martiales, les systèmes de transmission, les valeurs de référence et leur adaptation au contexte moderne.

7La première partie, « Un centre de kanuragan javanais. Transmission, références mythiques et rituelles », présente les différents niveaux de l’enseignement de l’école Trah Tedjokusuman, profondément enraciné dans la mystique et les rituels javanais et justifiant donc l’étude du système de correspondance javanais (commun à de nombreuses autres écoles) et également du rapport avec les esprits germains, le mariage socio-agraire, la reconduction de la croissance végétale, ainsi que sa relation avec le mythe de création de l’alphabet syllabique javanais et avec certains épisodes du théâtre d’ombres. Ainsi « transparaissent les idées-valeurs ultimes de la société javanaise auxquelles se rattachent les pratiques martiales » (p. 20), « la transmission des connaissances n’étant pas avant tout la perpétuation d’un savoir », mais celle « d’une façon d’être, de percevoir et de concevoir le monde » (p. 120).

8Dans la deuxième partie, deux écoles sont présentées. La première, l’école de tenaga dalam Marga Luyu, se déclare la plus ancienne école de ce courant à Yogyakarta ; elle allie des éléments javanais à une forte influence de l’islam. La seconde école, Merpati Putih, est une école de pencak silat « de dimension nationale », membre de l’IPSI (Fédération nationale de pencak silat) qui concilie javanité et impératifs nationaux indonésiens, initie notamment les militaires aux techniques d’invulnérabilité, et évacue les éléments « trop mystiques » de ses pratiques (p. 229). L’auteur compare également ces trois pratiques martiales au niveau de leur pratique et de leur transmission. Un parallèle intéressant est aussi établi (pp. 308-311) entre le chevalier ksatria et le champion-héros pendekar lelana.

9Dans sa conclusion, l’auteur résume d’abord clairement les résultats de son étude comparative et l’éventail qui se déploie du kanuragan au tenaga dalam et jusqu’au pencak silat : la structure morphologique javanaise de base (à cinq et trois éléments) est de moins en moins visible, la densité rituelle diminue et le mythe se dissocie de l’action. « L’étude des techniques révèle le rôle central de la formation du ‘ressenti’. Elle met en relief l’adéquation qui s’établit entre la densité rituelle et la densité de la formation à laquelle s’oppose la faiblesse spatiale et temporelle des cérémonies influencées par le formalisme religieux et la sécularisation concomitante » (p. 331).

10Suivent trois « propositions conclusives » (pp. 333-338) qui déroulent la vision, l’on devrait même dire le credo, de l’auteur, et sont intitulées successivement : « 1. Valoriser l’étude des systèmes de formation en rapport avec les valeurs sociales » ; « 2. Mieux souligner la spécificité et les limites de l’investigation scientifique comme référence ultime des systèmes éducatifs, de recherche et de production » ; « 3. Prendre en considération les valeurs propres de la localité » ; et les derniers mots de l’auteur appellent à résister à « l’incapacité formellement retransmise de s’investir dans l’action ».

11Pour mieux convaincre, cette dernière partie aurait peut-être bénéficié d’étayages historiques, philosophiques et psychologiques mais, si l’on n’est pas obligé de partager le postulat de départ d’un monde indonésien originellement holiste aux prises avec une modernité occidentale individualiste, ni la conviction d’une « mésorientation » du système de transmission éducatif occidental, le travail réalisé ici constitue néanmoins une contribution importante à la javanologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Bouvier, « Initiation rituelle et arts martiaux. Trois écoles de kanuragan javanais, Jean-Marc de Grave »Moussons, 4 | 2001, 129-130.

Référence électronique

Hélène Bouvier, « Initiation rituelle et arts martiaux. Trois écoles de kanuragan javanais, Jean-Marc de Grave »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.3871

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search