Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusLivresVietnam-Cambodge, une frontière c...

Comptes rendus
Livres

Vietnam-Cambodge, une frontière contestée, Michel Blanchard, Paris, L’Harmattan, 1999, 172 p.

Laurent Gédéon
p. 138-139
Référence(s) :

Michel Blanchard, Vietnam-Cambodge, une frontière contestée, Paris, L’Harmattan, 1999, 172 p.

Texte intégral

1Vietnam-Cambodge, une frontière contestée se livre à une analyse approfondie du litige frontalier qui oppose ces deux États, particulièrement sur les plans géopolitique, historique, et sociologique. Dans une rétrospective sur l’évolution historique de la notion de frontière, l’auteur rappelle qu’en Europe frontières zonales et frontières linéaires ont longtemps coexisté avant que ces dernières ne s’imposent à partir du xviie siècle. C’est ainsi, souligne-t-il, qu’aujourd’hui « la frontière linéaire est devenue le référent unique et obligé, y compris, malgré sa nature exogène, dans les États du Tiers-Monde ». Cependant, cette importation de la territorialité dans les pays colonisés au xixe siècle s’est faite au détriment de certains peuples et ethnies, dont les membres se sont vus brutalement séparés par une frontière qui ne faisait sens que pour l’administration coloniale. Cette « invention territoriale » est à la base de nombreux conflits territoriaux, particulièrement celui qui oppose le Cambodge au Vietnam.

2L’origine des problèmes frontaliers entre Vietnam et Cambodge remonte au xviie siècle, époque où les Vietnamiens ont commencé à s’implanter en Cochinchine à la faveur du Nam Tiên. Cette pénétration, qui s’est poursuivie au long des deux siècles suivants, a eu comme conséquence l’annexion progressive de l’ensemble de la Cochinchine. Cette situation fut par la suite largement entérinée par la France lors de la délimitation des frontières à la fin du xixe siècle. Ainsi que le souligne très justement l’auteur, ces avancées territoriales vietnamiennes successives furent favorisées par les différences de conception entre Cambodgiens et Vietnamiens au sujet du concept même de frontière. Les Vietnamiens, écrit-il, avaient une conception « dynamique » des frontières ; ainsi, à l’instar des Chinois, ont-ils toujours considéré que, dans leurs poussées expansionnistes, ils apportaient la civilisation à des peuples de moindre valeur. Les Khmers, à l’inverse, percevaient leur royaume comme un espace ethnique et culturel stable aux limites cependant imprécises, incluant en fait toute région où étaient perçus les impôts royaux.

3Mis en veilleuse à l’époque coloniale puis au cours des deux conflits du Vietnam, le contentieux entre les deux États connaît une brusque résurgence à partir de 1975. La multiplication des provocations de la part des Khmers Rouges déclenche l’intervention armée du Vietnam au Cambodge. C’est au cours de l’occupation qui s’ensuit que sont conclus divers traités frontaliers (1982, 1983 et 1985). Signés entre le Vietnam, d’une part, et l’entité non reconnue par l’ONU qu’était alors la République Populaire du Kampuchéa (RPK), de l’autre, ces traités voient aujourd’hui leur validité juridique au plan international mise en question, d’autant plus que le Cambodge était alors occupé par les troupes vietnamiennes. Bien que des négociations se poursuivent actuellement entre les deux États, la situation sur le terrain se caractérise par la récurrence d’incidents plus ou moins graves opposant les gardes-frontières des deux pays, notamment autour de la région de Xvay Riêng, où se situe le fameux « bec de canard », une saillie de la frontière entre les rivières Vàm Co Dông et Vàm Co Tây. Ces négociations achoppent sur plusieurs points sensibles, qui sont d’ordre technique, telles les différences existant entre le tracé de la carte dressée par les services cartographiques de l’Indochine en 1954 et la réalité du terrain, ou d’ordre politique, tels l’immigration vietnamienne vers le Cambodge et le problème de la contrebande vers le Vietnam.

4Dans ce dossier, le Cambodge, qui n’est pourtant pas dépourvu d’arguments valides, apparaît en position de faiblesse. L’auteur démontre très bien que cette situation découle du fait que les dirigeants khmers accumulent les contradictions, tour à tour campant sur des positions irrédentistes au sujet des Khmers du delta du Mékong, puis reconnaissant l’intangibilité des frontières héritées de la période coloniale. Ces changements sont liés au fait que le problème frontalier représente avant tout pour les Cambodgiens un enjeu de politique intérieure. Cependant, même si les positions du prince Sihanouk ne convergent pas toujours avec celles des courants ultra-nationalistes du général Lon Nol ou de l’ancien président du FNLPK, M. Son Sann, l’auteur rappelle que l’ensemble des milieux nationalistes a largement approuvé la thèse de M. Sarin Chhak qui, parue en 1964, a considérablement influencé la pensée politique au Cambodge. Dans son étude, ce dernier soutenait en effet que son pays n’avait jamais connu de véritables frontières internationales avec les pays de l’ancienne fédération indochinoise, mais seulement des limites administratives imposées, qui avaient gravement porté atteinte à son intégrité territoriale. Cette situation, qui n’a jamais vraiment été acceptée par les Khmers, alimente les soupçons de ceux qui, aujourd’hui encore, accusent le Vietnam de volonté expansionniste et doutent de son réel désir de stabiliser les frontières. Cette accusation est rejetée par les Vietnamiens, qui se plaignent de l’ingratitude des Cambodgiens et mettent en avant le fait que le Vietnam a déjà signé, sans problème majeur, d’autres accords frontaliers, terrestres avec le Laos et maritimes avec la Thaïlande.

5Ce blocage persistant nuit aux deux États, mais aucun n’a fait appel à la Convention de Vienne du 29 mai 1969 qui, si elle affirme l’intangibilité des frontières héritées de l’époque coloniale, permet cependant des arrangements dans certains cas particuliers, dont pourrait se prévaloir aussi bien le Vietnam que le Cambodge. De même, aucune des deux parties n’a jamais évoqué le recours possible à un tiers pour régler le problème. Pourtant, un conflit ouvert ferait courir à la région un réel danger de déstabilisation, alors qu’un règlement entre les deux États, accompagné d’une reconnaissance internationale de la frontière commune, permettrait le développement d’une coopération rendue d’autant plus nécessaire par leur intégration à l’ASEAN.

6Au total, cet ouvrage présente une synthèse claire et détaillée du litige frontalier khméro-vietnamien, bien que l’on puisse regretter que le champ d’étude y soit limité à son volet terrestre. Nous aurions aussi souhaité qu’y soient incluses des cartes plus nombreuses et beaucoup plus précises, qui sont indispensables lorsqu’il s’agit d’un problème géopolitique aussi pointu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Gédéon, « Vietnam-Cambodge, une frontière contestée, Michel Blanchard, Paris, L’Harmattan, 1999, 172 p. »Moussons, 4 | 2001, 138-139.

Référence électronique

Laurent Gédéon, « Vietnam-Cambodge, une frontière contestée, Michel Blanchard, Paris, L’Harmattan, 1999, 172 p. »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/3874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.3874

Haut de page

Auteur

Laurent Gédéon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search