Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sophorntavy Vorng, A Meeting of Masks. Status, Power and Hierarchy in Bangkok

NIAS Press, 2017, glossaire des termes thaïs, illustrations, bibliographie, index, 194 p.
Jean Baffie
p. 233-237
Référence(s) :

Sophorntavy Vorng, A Meeting of Masks. Status, Power and Hierarchy in Bangkok, NIAS Press, 2017, glossaire des termes thaïs, illustrations, bibliographie, index, 194 p.

Texte intégral

1Contrairement à ce que l’on pourrait penser en lisant le titre de ce livre1 et après avoir appris que l’auteur a été l’élève d’un des anthropologues urbains américains les plus connus, il s’agit moins ici d’une étude ethnologique sur Bangkok que d’une sociologie des classes moyennes et des élites thaïlandaises. L’ouvrage semble être pour une bonne part issu de la thèse intitulée « Status City : Consumption, Identity, and Middle Classes Culture in Contemporary Bangkok » que Sophorntavy Vorng a soutenue en 2009 à l’université de Sydney sous la direction de Richard Basham, auteur donc d’un des premiers manuels d’anthropologie urbaine (Basham 19782). De fait, il y est beaucoup question de statut, de distinction et de consommation. L’auteur de référence qui revient le plus fréquemment est, sans surprise, outre Basham, Pierre Bourdieu.

  • 3 Le nom chinois pourrait être Wāng 汪 ou Huáng 黄 que l’on pronconce Wong (Vorng) en chinois teochiu.

2Sophorntavy Vorng est cependant présentée comme une anthropologue formée en Australie. Contrairement à ce que pourrait suggérer son nom, elle n’est pas thaïlandaise, mais semble plutôt d’origine cambodgienne ou sino-cambodgienne3. Au moment de la publication du livre, elle est chercheure post-doctorante à l’institut Max Planck, plutôt spécialisée dans l’étude des religions. Des versions anciennes de parties de cet ouvrage ont été publiées dans les revues City and Society, The Asian Journal of Social Sciences et Urbanities.

  • 4 Ces termes ne sont malheureusement pas tous repris dans le court « glossaire des termes thaïs » (p. (...)

3Sophorntavy Vorng a fait un terrain assez long, au total environ dix-huit mois continus en 2005-2007, puis à nouveau quelques mois en 2010-2011, après avoir obtenu son doctorat donc, mais reconnaît que sa maîtrise de la langue thaïe était, surtout au départ, très insuffisante et qu’elle dût avoir recours à un assistant de recherche bilingue. Même si elle fait un usage relativement abondant de notions données en langue thaïe4, elle ne semble pas lire couramment le thaï puisque la bibliographie ne comprend qu’un seul titre dans cette langue alors que, sur le thème qu’elle a choisi, les références possibles sont relativement nombreuses.

4Sophorntavy a, cependant, – cela fait peu de doutes – mené des entretiens avec de nombreux habitants de Bangkok et donne d’assez longs extraits de ceux-ci. Toutefois, les indications fournies sont généralement approximatives : ni le profil exact, ni le lieu, ni la date de l’interview ne sont précisés. Par exemple : « Rani, une étudiante… » (p. 147) ; parfois, mais pour des citations d’une dizaine de lignes, il est seulement indiqué : « un autre informateur a noté » (p. 102) ou « un autre informateur a raconté une histoire concernant un de ses amis… » (p. 103). Et l’extrait qui occupe plus de la moitié de la page 120 est simplement attribué à « un résident de Bangkok » ! Cela relève d’une bien trop grande désinvolture, d’une expérience minime en la matière, voire d’un encadrement insuffisant. Il ne manque pas de maladresses comme les citations indirectes : « Williams, 1973 :1, as cited by Callahan, 2005 : 107 » (p. 13), « Boyer, 1988, cited in Harvey 1990 : 295 (p. 41) », seuls les seconds étant mentionnés dans la bibliographie. La bibliographie renforce également cette idée de relative « paresse » intellectuelle lorsque l’auteur mentionne pour de nombreux auteurs seulement les extraits cités dans le recueil de textes bien connu (et bien pratique pour un débutant) de Clark Neher, Modern Thai politics : from Village to Nation (Neher 1979).

  • 5 Entre la mi-mars et le 19 mai, plus de 80 manifestants – la plupart non violents – furent tués par (...)
  • 6 Et si je remonte aux décennies précédentes, je dois ajouter que j’ai beaucoup pratiqué le quartier (...)
  • 7 Quelques rares maisons sont bien connues comme celle de la maison Varavarn sur le soi Ton Son. Elle (...)
  • 8 Ils sont, en revanche, au cœur du livre publié en 2016 par Serhat Ünaldit (Ünaldi 2016).

5Cet ouvrage traite en principe d’abord de ce que l’auteur nomme les deux centres de Bangkok : ce qui est désigné comme Rattanakosin, le centre politico-religieux dans la ville ancienne (plan, page 47), et Siam-Ratchaprasong, le centre moderne largement dédié à la consommation. En fait, c’est surtout depuis qu’en 2010 ce secteur a été occupé par les Chemises rouges s’opposant au gouvernement d’Abbhisit Vejjajiva (décembre 2008-août 2011)5, que certains chercheurs, dont Sophorntavy Vorng, ont pris l’habitude de parler d’un espace continu baptisé « Siam-Ratchaprasong ». Cela semble conforté par la passerelle qui relie les stations de BTS (métro aérien) de Siam et de Chitlom. C’est presque essentiellement ce second centre qui est étudié ici. Nommé « downtown Bangkok » sur le plan 4 de la page 60, il correspond à la portion de la ligne de BTS de Sukhumvit comprise entre la station Siam et celle de Phrom Pong. C’est en réalité le Bangkok des centres commerciaux les plus luxueux du moment et celui des touristes et des résidents étrangers. Cela couvre ainsi une grande partie du quartier japonais, de celui d’une douzaine d’ambassades, d’innombrables hôtels et condominiums pour résidents étrangers, deux quartiers de bars pour Occidentaux (Nana Plaza et soi Cowboy), etc. C’est aussi un quartier intellectuel avec deux universités (Chulalongkorn et Sri Nakharin Wirot [deux campus]), le siège d’une société savante, la Siam Society. On y trouve une dizaine de librairies, certaines exclusivement d’ouvrages en anglais (comme les Asia Books) et Siam Square est le lieu incontournable pour les cours de rattrapage, le soir et surtout le week-end. Pour avoir eu un bureau pendant un an dans le quartier (en 2000) et logé plusieurs mois, depuis 2008, dans divers hôtels et un condominium de ce secteur6, je sais que la population thaïlandaise y est particulièrement peu nombreuse7. Si l’on excepte les centres commerciaux, les hôtels, les lieux de distraction nocturne et les universités, les édifices et établissements qui occupent le plus d’espace dans le quartier sont le palais Sra Pratum de la princesse héritière, le Stade National, le Royal Bangkok Sport Club, le siège de la police nationale, trois hôpitaux et le monastère bouddhique Pathum Wanaram. En schématisant, on pourrait soutenir que les seuls nationaux à demeurer réellement dans ce quartier du « downtown » sont les quelques résidents du palais et les habitants de quelques slums, dont celui situé derrière le monastère ! Mais Sophorntavy Vorng ne s’intéresse guère à ces cas extrêmes8. Notons que l’auteur a choisi de largement ignorer des centres commerciaux plus populaires que l’on trouve dans le quartier comme Maboonkrong (MBK), Big C, Pantip Plaza et le Platinium Fashion Mall.

6Les trois premiers chapitres du livre (p. 21-111) sont assez généraux et traitent de la différentiation sociale dans la société thaïlandaise, tout particulièrement des classes moyennes et supérieures. Le chapitre premier (p. 21-35) part du système féodal traditionnel (sakdina) pour en venir à la situation sociale d’aujourd’hui en insistant particulièrement sur le rôle des classes moyennes. L’auteur veut présenter un modèle émique (emic), mais, malgré l’usage important de termes thaïs, les erreurs ou approximations montrent les limites de l’analyse : ainsi, il n’y a pas dans le système thaï ancien une si nette opposition entre chao (princes) et khunnang (nobles) (p. 21), de fait, de nombreux khunnang étaient des chao.

  • 9 Dans son dictionnaire thaï-français, Madame Praewpayom Boonyapaluk donne « moment opportun », « de (...)

7Plus original, le deuxième chapitre (p. 37-57) oppose le centre politico-religieux ancien de l’îlot Rattanakosin à ce qui est donc présenté par l’auteur comme le centre moderne dominant à savoir le quartier de Siam-Ratchaprasong. Ce chapitre deux traite tout spécialement de la notion de kalathesa (กาลเทศะ ou กาละเทศะ), une expression relativement peu utilisée qui combine les mots temps (กาล kan ou กาละ kala) et espace (เทศะ thesa) et est généralement traduite par convenance ou pondération. L’index montre que le terme est (avec Bangkok) l’entrée la plus fréquente. Ici, il prend plutôt le sens d’adaptation au contexte, au moment et au lieu9. L’expression commence à être à la mode chez les chercheurs anglophones et devrait avoir un certain avenir. Notons que le très savant (et ancien) dictionnaire de McFarland, qui réserve près de deux pages à kan (กาล) donne pour kalathesa une traduction qui aurait mérité davantage de commentaires : « difference in time and of locality » (McFarland 1944, 99).

8Dans le long chapitre trois (p. 59-111), l’auteur précise, en fait, que Siam-Ratchaprasong est surtout le centre de Bangkok pour les Hi-So (membres de la High Society), l’élite, et, par suite pour les classes moyennes prenant cette élite pour modèle. Selon elle, la promotion de ce nouveau centre de Siam-Ratchaprasong, qui a vocation à remplacer le centre ancien de Rattanakosin, indique l’influence grandissante de ces « nouvelles classes moyennes qui ont pu accumuler du pouvoir par leur richesse, leur éducation et leur lien avec la modernité capitaliste » (« an engagement with capitalist modernity ») (p. 70). Elle oppose ceux qu’elle identifie comme Chinois et Sino-Thaïs « cosmopolites » aux « anciennes classes de l’élite aristocratique » (p. 71). On comprend que cette sociologie, même si elle contient bien évidemment une part de vérité, reste malheureusement bien trop réductrice.

9Le chapitre quatre (p. 113-144) traite des relations des Bangkokiens, surtout d’origine chinoise, avec ces provinciaux excédés dont certains sont venus occuper Bangkok en mai 2010 et mettre le feu au centre commercial Central World, présenté comme étant un des temples de la consommation à Bangkok. Enfin, le cinquième et dernier chapitre (p. 145-167) traite de la compétition et des frustrations des habitants de la capitale thaïlandaise. Il est à rapprocher du chapitre introductif puisque les témoignages montrent l’étendue des privilèges et des inégalités dans la Thaïlande urbaine d’aujourd’hui. Comme il semble qu’une majorité des informateurs de l’auteur appartienne à ces groupes sociaux directement concernés (beaucoup sont vraisemblablement même de jeunes Thaïlandais anglophones), le récit compte de nombreux exemples qui ajoutent aux qualités du texte. En revanche, Sophorntavy paraît ignorer les nombreux travaux en thaï sur les classes moyennes de Thaïlande ainsi que des connaissances basiques sur la société siamoise ancienne : sa présentation du système sakdina (« féodal ») reflète vraisemblablement des approximations véhiculées par ses jeunes informateurs.

  • 10 Inauguré le 9 novembre 1956, cet hôtel de première classe de 175 chambres était à 80 % la propriété (...)
  • 11 C’est là que se trouvait également Le Métropolitain, le restaurant français de Pierre Segui (1926-2 (...)

10Dans l’ensemble, Sophorntavy Vorng paraît n’avoir qu’une connaissance sommaire de l’histoire de Bangkok et cela se perçoit régulièrement. Jusque dans les années 1960, les centres modernes de Bangkok étaient situés à Wang Burapha et à Charoen Krung (aux environs de la poste centrale), de part et d’autre du Quartier chinois de Sampheng-Yaowarat. Ratchaprasong devint un quartier à la mode au cours des années 1960, notamment avec l’ouverture en décembre 1964 du grand magasin japonais, le Thai Daimaru, le premier lieu de la ville équipé d’escaliers mécaniques, surtout destiné à une clientèle de familles d’expatriés japonais qui commençaient à être nombreuses à Bangkok (Grossman 2009 : 139 ; Bunma et al. 2514 : I, 263). Cette partie de la ville fut développée lors de la guerre du Viêt Nam. Cela commença dès 1956 avec l’ouverture de l’hôtel Erawan10 sur la rue Ratchadamri et en 1957 avec le prolongement de la rue Phetchaburi vers l’est. En 1967, une zone dite de « Rest et recreation » y fut ouverte à l’intention des militaires américains. Le quartier de Ratchaprasong eut lui-même un secteur de bars à soldats avec Gaysorn (Keson) Square11. Dans la décennie 1980, le centre de Bangkok se déplaça sans doute vers les rues Silom, Sathon et Suriwong. C’est ainsi que, le 16 février 1982, le plus haut bâtiment de Bangkok (126 mètres), le siège de la Banque de Bangkok, fut inauguré sur la rue Silom. Aujourd’hui encore, neuf des vingt bâtiments les plus élevés de la ville se trouvent dans ce secteur (https://en.wikipedia.org/​wiki/​List_of_tallest_buildings_in_Thailand). Pour certains, le centre moderne de Bangkok se trouve sans doute aujourd’hui plutôt sur la rue Sukhumvit (du début au soi Ekkamai [soi 63]). Mais tout cela pourrait changer rapidement. L’ouverture de très nombreux centres commerciaux est annoncée dans des quartiers très différents, notamment le long du fleuve Chao Phraya (Jitpleecheep 2017a : B4 ; 2017b : B4). Et surtout, le magnat sino-thaïlandais Charoen Sirivadhanabhakdi développe actuellement le colossal projet One Bangkok, une vraie ville dans la ville avec une surface totale de 1,8 million de m2 sur les rues Rama IV et Witthayu (Mechuchep & Gulbrandson 2017 : 21).

  • 12 Inclure des mots anglais est certes possible dans ce « glossaire des termes thaïs », mais il faut l (...)

11Au-delà de ces réserves, l’ouvrage reste bien utile ; il est agréable à lire et à consulter, tout particulièrement en raison de la présence d’un index. La présence d’une table des illustrations (quatre plans, onze photographies) et d’un glossaire plus complet et plus correct12 en aurait toutefois encore facilité l’utilisation. Son intérêt réside dans l’étude des Hi-So de Bangkok, un groupe social qui avait – jusque-là – plus inspiré la littérature et le cinéma que les travaux universitaires.

Haut de page

Bibliographie

BASHAM, Richard, 1978, Urban Anthropology. The Cross-Cultural Study of Complex Societies, Palo Alto, Californie : Mayfield Publishing Company.

BOONYAPALUK, Praewpayom, 2005 (2548), Photchananukrom thai-farangset chabap yo-Dictionnaire thaï-français (édition abrégée), Bangkok : Chulalongkon mahawithayalai.

BUNMA, Sakchai et al., 2514 (2557), Chotmaihet lao rueang thanon mueang Bangkok [les rues de Bangkok] Bangkok : Samnak-ngan Yotha. Krungthepmahanakhon, 2 vols.

DUBOT, Alice & Jean BAFFIE, 2011, « Chronologie », in Thaïlande contemporaine, Stéphane Dovert & Jacques Ivanoff, éd., Bangkok-Paris : IRASEC-Les Indes Savantes, p. XVII-XLVIII.

FULLBROOK, David, 2012, « Changing Thailand. An Awakening of Popular Political Consciousness for Rights ? » in Bangkok May 2010. Perspectives on a Divided Thailand, Michael J. Montesano, Pavin Chachavalpongpun & Aekapol Chongvilaivan, éd., Singapour-Bangkok : Institute of Southeast Asian Studies-Silkworm Books, p. 131-142.

GROSSMAN, Nicholas, éd., 2009, Chronicle of Thailand. Headline News since 1946, Bangkok-Singapour : Bangkok Post-Editions Didier Millet.

JITPLEECHEEP, Pitsinee, 2017a, « Bangkok Shopping Malls Keep on Growing », The Bangkok Post, 10 juillet.

JITPLEECHEEP, Pitsinee, 2017b, « New Malls to Drive Growth », The Bangkok Post, 9 janvier.

McFARLAND, George Bradley, 1944, Thai-English Dictionary, Stanford : Stanford University Press.

MECHUCHEP, Suphin & Andrew GULBRANDSON, 2017, « The Power of One. Megaprojects Reflect the Transforming Urban Environment in Southeast Asia’s Biggest Cities », The Bangkok Post, « Spectrum ».

NEHER, Clark D., 1979, Modern Thai Politics : From Village to Nation, Cambridge Mass. : Schenkman Pub. Co.

OUYYANONT, Pornphant, 2001, « The Vietnam War and Tourism in Bangkok’s Development, 1960-1970 », Southeast Asian Studies, 39, 2 : 157-187.

ÜNALDI, Serhat, 2016, Working towards the Monarchy. The Politics of Space in Downtown Bangkok, Honolulu : University of Hawai’I Press.

VORNG, Sophorntavy, 2012, « Incendiary Central : The Spatial Politics of the May 2010 Street Demonstrations in Bangkok », Max Planck Institute for the Study of the Religious and Ethnic Diversity, http://www.mmg.mpg.de/fileadmin/user_upload/documents/wp/WP_12-04_Vorng_Incendiary-Central.pdf.

Haut de page

Note de fin

1 Ainsi que celui donné au haut de la quatrième page de couverture : « Living high and low in modern Bangkok ».

2 Voir http://sydney.edu.au/arts/anthropology/postgrad_research/recent_graduations.shtml. Elle travaille actuellement à un projet intitulé « Religion, Marginality and Addiction in Northern Thailand » dans lequel elle étudie l’influence de l’État thaïlandais et des missionnaires chrétiens dans la région de Chiang Rai. Notons que R. Basham, lui-même, après s’être intéressé notamment aux Indiens de Malaisie, a beaucoup étudié la Thaïlande.

3 Le nom chinois pourrait être Wāng 汪 ou Huáng 黄 que l’on pronconce Wong (Vorng) en chinois teochiu.

4 Ces termes ne sont malheureusement pas tous repris dans le court « glossaire des termes thaïs » (p. ix-x). Ainsi, pour la seule page 14, khet, Khopkhet, khaetkhanthasima,chonabot, jaloen ne figure pas dans ce glossaire. On y trouve bien muang, mais sous la forme mueang.

5 Entre la mi-mars et le 19 mai, plus de 80 manifestants – la plupart non violents – furent tués par l’armée et environ 2 100 furent blessés. Voir l’article de David Fullbrook, chercheur et journaliste, présent sur les lieux (Fullbrook 2012).

6 Et si je remonte aux décennies précédentes, je dois ajouter que j’ai beaucoup pratiqué le quartier de Ratchaprasong quand ma banque, Indosuez, se trouvait à Ratchadamri, que c’était la voie que je prenais quotidiennement pour me rendre aux services culturels de l’ambassade de France, etc.

7 Quelques rares maisons sont bien connues comme celle de la maison Varavarn sur le soi Ton Son. Elle avait été construite en 1930-1931 par cette famille d’architectes d’origines princières. Elle est aujourd’hui un devenu le Spa 1930 (http://www.spa1930.com/html/history.html).

8 Ils sont, en revanche, au cœur du livre publié en 2016 par Serhat Ünaldit (Ünaldi 2016).

9 Dans son dictionnaire thaï-français, Madame Praewpayom Boonyapaluk donne « moment opportun », « de la manière convenable », « au moment convenable », « à l’endroit convenable », « avec discernement » (2005 : 63).

10 Inauguré le 9 novembre 1956, cet hôtel de première classe de 175 chambres était à 80 % la propriété du gouvernement thaïlandais (Grossman 2009 : 89). 

11 C’est là que se trouvait également Le Métropolitain, le restaurant français de Pierre Segui (1926-2007), un des meilleurs restaurants européens de l’époque. Mais Segui, lui-même ancien pilote militaire en Indochine, fut par la suite plus connu pour avoir joué de petits rôles dans The Deer Hunter (1978) et Apocalypse Now (1979).

12 Inclure des mots anglais est certes possible dans ce « glossaire des termes thaïs », mais il faut les rendre selon la prononciation et la graphie thaï : foenitchoe plutôt que furniture, intoe plutôt que inter. Donner les mots directement en thaï (เฟอร์นิเจอร์ et อินเตอร์) aurait permis d’éviter cette maladresse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Sophorntavy Vorng, A Meeting of Masks. Status, Power and Hierarchy in Bangkok », Moussons, 30 | 2017, 233-237.

Référence électronique

Jean Baffie, « Sophorntavy Vorng, A Meeting of Masks. Status, Power and Hierarchy in Bangkok », Moussons [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4013

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Chercheur associé à l’IrAsia, Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page