Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusLivresThaïlande. Bouddhisme renonçant, ...

Comptes rendus
Livres

Thaïlande. Bouddhisme renonçant, capitalisme triomphant, Bernard Formoso

Paris, La Documentation française, coll. « Asie Plurielle », 2000, 179 p.
Jean Baffie
p. 134-136
Référence(s) :

Bernard Formoso, Thaïlande. Bouddhisme renonçant, capitalisme triomphant, Paris, La Documentation française, coll. « Asie Plurielle », 2000, 179 p.

Texte intégral

1Les ouvrages d’introduction à un pays sont loin d’être aussi faciles à écrire qu’il pourrait sembler de prime abord. La recherche étant généralement très spécialisée, rares sont les spécialistes dont les connaissances couvrent la totalité des domaines devant être abordés. Et même dans ce qui pourrait paraître comme son propre domaine, le chercheur hésite souvent à signer une synthèse qui, au vu des délais habituels de publication, risque rapidement de paraître dépassée. Et pourtant, il existe probablement un large public pour ce type d’ouvrages : étudiants, hommes d’affaires, touristes cultivés, etc. Dans le cas de la Thaïlande, les auteurs de ces tentatives – plus ou moins heureuses – de synthèses ont surtout été jusqu’ici de jeunes Français résidents (volontaires du Service national ou enseignants dans des universités locales) ou des journalistes aux séjours répétés.

2Bernard Formoso, dont l’ouvrage s’inscrit dans une collection dirigée par Pierre Gentelle, un éminent géographe du CNRS et spécialiste de la Chine, était un des mieux placés pour relever le défi. Après avoir mené des recherches sur les Tziganes de la région de Nice, Formoso, actuellement professeur d’ethnologie à l’université de Paris X – Nanterre, étudie la Thaïlande depuis 1984. Il est devenu un des meilleurs connaisseurs de la région Isan, le nord-est thaïlandais, de culture lao, avant de se spécialiser également sur la minorité chinoise de ce pays et, tout particulièrement, celle de la province de Khon Kaen.

  • 1 On sait que Au milieu du monde. Plateforme, le dernier roman de Michel Houellebecq (Paris, Flammari (...)

3Ce type d’ouvrage devrait être quasiment inattaquable car il devra servir de première référence à tout un public d’étudiants, de journalistes, voire de romanciers décidés – sur le modèle d’un Houellebecq1 – à situer leur action en Thaïlande. Or les erreurs sont ici relativement abondantes. Il suffira toutefois d’en relever quelques-unes.

4L’idée de publier des vignettes extraites d’autres ouvrages est intéressante, mais il convient de bien vérifier la qualité de ceux-ci et l’exactitude des faits dans les passages retenus. Or le passage sur Bangkok (p. 23) contient de nombreuses inexactitudes ou approximations. Ainsi, ce n’est qu’une des étymologies proposées du mot Bangkok qui le ferait dériver de bang makok (« village riverain des oliviers sauvages »). Quant au nom complet de Bangkok, ce n’est certes pas Krungthep Ratanakosin, mais Krungthep Mahanakhon Amon Rattanakosin Mahintharayutthaya Mahadilok Phop Nopharat Ratchathani Buriram Udom Ratchaniwet Mahasathan Amon Phiman Owathan Sathit Sakkathathiya Witsanu Kanprasit – selon une édition ancienne du Guinness Book of Records, il s’agissait même du plus long nom de ville connu. Par ailleurs, ce n’est pas le roi Ramkhamhaeng qui fonda le royaume de Sukhothai en 1279. Il n’est en fait que le troisième roi de cette principauté et ne peut ainsi guère être appelé « le premier souverain du Siam » (p. 39).

  • 2 Voir Jean Baffie, « Ethnic groups in the Central Plain: The setting of a mosaic », in Perspectives (...)

5À l’évidence, les parties plus directement concernées par l’ethnologie sont les meilleures. Toutefois la carte ethnique (p. 36) est loin d’être parfaite. Les Shan et les Lü sont aussi des populations thaïes (ou taïes). La plaine centrale a une composition ethnique beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît ici2. Et les Khmers sont loin d’être aussi nombreux à l’est de Bangkok (provinces de Trat, Chanthaburi, Sa Kaew…).

  • 3 Voir p. 207 in Jean Baffie, « Les Chinois de Thaïlande, le cas d’une minorité dominante », Historie (...)

6Il faut aussi être très prudent lorsque l’on parle du nombre de Chinois en Thaïlande (pp. 46, 121). On ne connaît pas en réalité leur nombre. Des estimations vont de 8 à 16,7 %, mais il est exceptionnel que les auteurs expliquent comment ils sont arrivés à ces chiffres3. Formoso semble d’ailleurs se contredire, puisqu’à la page 46 ses 13 % représentent l’ensemble des Thaïlandais d’origine chinoise, mais pas à la page 121.

7Il est incorrect d’écrire que les Thaïs « empêchèrent sur leurs domaines rizicoles tout empiétement d’étrangers qu’ils n’auraient pas préalablement inféodés, bouddhisés, bref “domestiqués” » (p. 43). En fait, le système d’intégration traditionnel était particulièrement lâche. Les divers peuples continuaient à pratiquer leurs traditions et à parler leurs langues et ils jouissaient même d’une certaine autonomie politique car ils étaient commandés, lorsque c’était possible, par des leaders de leurs ethnies. Seuls ces derniers étaient tenus de connaître la langue et les traditions thaïes puisqu’ils servaient d’intermédiaires avec les rouages supérieurs de l’État.

  • 4 Voir p. 58 in Charan Malulin, Kitima Amonthat et Phonphimon Trichot, Thai kap lok mutsalim. Suksa c (...)

8La province de Songkhla est citée à tort comme une province frontalière de la Malaisie. En fait, seulement un quart de la population de cette province est de religion musulmane. En revanche, il aurait fallu citer Pattani qui, en 1987, comptait 3,57 musulmans pour un bouddhiste4. Et il n’est guère correct de suggérer que l’influence de Penang est prépondérante dans l’extrême sud (musulman), car Penang est surtout connu comme une des provinces les plus chinoises de la Malaysia. Si Penang constituait, à l’époque britannique, un attrait pour les Chinois du sud, au moins jusqu’à la province de Trang, c’est plutôt l’État du Kelantan qui constitue un pôle d’attraction pour les musulmans du sud de la Thaïlande.

9Ce n’est que par interprétation que l’on traduit sakdina, le féodalisme local, par « pouvoir des rizières » (p. 47). Le sens de sakdi est en fait celui de « rang » et il faudrait donc comprendre plutôt « rang traduit par un équivalent général constitué par des superficies de rizière ».

10Les erreurs historiques sont nombreuses, mais relativement mineures. Le roi Taksin fut renversé en 1782, non pas en 1781, et son successeur avait certainement plus de sang môn que chinois. La fin du règne du roi Rama III se situe en 1851. C’est avant de devenir roi que Rama IV fonda la secte Thammayut (pp. 59-61). Le roi Bhumibol fut intronisé en 1947 (p. 68). Il n’est guère exact de dire qu’après le 6 octobre 1976, l’armée prit le pouvoir car, s’il y eut bien un coup d’État militaire, le pouvoir fut confié à des civils. Et il est difficile de soutenir que presque tous les chefs de gouvernement depuis 1976 furent des généraux, car ce fut le cas seulement en 1977-1980 (général Kriangsak Chomanand), 1980-1988 (général Prem Tinsulanonda), 1992 (général Suchinda Kraprayoon) et 1996-1997 (général Chavalit Yongchaiyudt) – seuls Kriangsak et Suchinda durent leur pouvoir à un coup d’État.

11Enfin, il aurait été préférable de donner, au moins à la première occurrence, les noms complets au lieu du seul prénom (Thanom, Phraphat, Prem, Suchinda), même si le nom de famille n’a pas en Thaïlande l’importance qu’il a chez nous. Cela donne une fâcheuse impression d’ouvrage trop rapidement écrit.

12Un des intérêts du type de collection dans laquelle cet ouvrage est publié est la relative fréquence des rééditions, ce qui permet aisément de rectifier le texte. Et même dans le cas où la collection serait supprimée, on peut cependant imaginer que le texte soit repris, par exemple, dans un volume de la collection « Que sais-je ? », qui n’a, depuis les Histoire de la Thaïlande de Pierre Fistié, rien publié sur ce pays qui mérite un compte rendu. Car, malgré les imperfections signalées plus haut, l’ouvrage de Bernard Formoso reste une base digne d’intérêt.

Haut de page

Notes

1 On sait que Au milieu du monde. Plateforme, le dernier roman de Michel Houellebecq (Paris, Flammarion, 2000, 270 p.), se situe pour une bonne part en Thaïlande (Bangkok, Kanchanaburi, Ko Samui, Krabi, Pattaya). Malheureusement, l’ouvrage est truffé d’erreurs les plus grossières.

2 Voir Jean Baffie, « Ethnic groups in the Central Plain: The setting of a mosaic », in Perspectives on Social and Agricultural Change in the Chao Phraya Delta, François Molle & Srihantr Thippawal (éds.), Bangkok: White Lotus, à paraître.

3 Voir p. 207 in Jean Baffie, « Les Chinois de Thaïlande, le cas d’une minorité dominante », Historiens et Géographes, 1999, n° 368, pp. 207-225.

4 Voir p. 58 in Charan Malulin, Kitima Amonthat et Phonphimon Trichot, Thai kap lok mutsalim. Suksa chapho korani chao thai mutsalim (La Thaïlande et le monde musulman: le cas des musulman thaïlandais), Bangkok, Université Chulalongkorn, Institut des Études Asiatiques, 1996, 271 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baffie, « Thaïlande. Bouddhisme renonçant, capitalisme triomphant, Bernard Formoso »Moussons, 4 | 2001, 134-136.

Référence électronique

Jean Baffie, « Thaïlande. Bouddhisme renonçant, capitalisme triomphant, Bernard Formoso »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4026 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.4026

Haut de page

Auteur

Jean Baffie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search