Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusLivresHo Chi Minh, Pierre Brocheux

Comptes rendus
Livres

Ho Chi Minh, Pierre Brocheux

Paris, Presses de Sciences Po, 2000, 235 p.
Gilles de Gantès
p. 136-138
Référence(s) :

Ho Chi Minh, Pierre Brocheux, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, 235 p.

Texte intégral

  • 1 Jean Lacouture, Hô Chi Minh (Paris, Le Seuil, 1967) ; Christiane Pasquel-Rageau, Ho Chi Minh (Paris (...)
  • 2 William Duiker, Ho Chi Minh (New York, Hyperion Books, 2000, 695 p.).

1Après Jean Lacouture, Christiane Pasquel-Rageau et Daniel Hémery1, Pierre Brocheux livre sa biographie de Hô Chi Minh en langue française. Il ne s’agit pas d’une biographie classique qui retracerait la vie du personnage étudié suivant un ordre strictement chronologique et on n’y attendra pas de révélation sur tel ou tel détail de la vie du personnage ; son parcours est résumé dans les vingt et une premières pages, nécessairement très succinctes. Brocheux analyse les travaux publiés, notamment en vietnamien (un des apports les plus intéressants de l’ouvrage) et en anglais (la biographie de William Duiker2, parue en même temps que celle de Brocheux, est beaucoup citée). Le lecteur n’apprendra donc rien de nouveau sur ces points controversés que sont la date de naissance de Hô Chi Minh, le sens à donner à sa candidature à l’École coloniale, les dates de son séjour à Londres ou bien, plus important, sur ses relations avec Phan Chu Trinh à Paris, son effacement politique relatif et sa survie dans l’URSS des années 1930, ou sa mise à l’écart supposée dans les années 1960.

  • 3 Sophia Quinn-Judge, « Ho Chi Minh. New Perspectives from the Comintern Files », in Viêt Nam. Source (...)

2Il est vrai qu’il paraît difficile actuellement d’inventer des archives nouvelles concernant le personnage. Les fonds d’archives sont d’ailleurs peu cités, sauf celui du SPCE (Service de Protection du Corps Expéditionnaire), conservé au Centre des Archives d’Outre-mer d’Aix-en-Provence. Concernant les sources britanniques, Brocheux signale que la police de Singapour ou de Hong-Kong a « certainement » relevé des informations (p. 23) ; il faudrait y ajouter les archives de la police municipale de Shanghai, conservées à Washington, dont l’importance a été signalée par Sophia Quinn-Judge3. De la même façon, des témoins de premier ordre qui auraient pu fournir un éclairage original et inédit, tel Raymond Aubrac qui hébergea Hô Chi Minh au moment de la Conférence de Fontainebleau ou Charles Fourniau qui le rencontra plusieurs fois à Hanoi dans les années 1960, n’ont pas été consultés (les souvenirs publiés par Aubrac en 1996 sont cependant cités une fois). L’intérêt de cette biographie ne réside donc pas dans l’apport de faits nouveaux, mais dans une analyse synthétique de l’état actuel des connaissances et, également, des images (l’analyse des manuels scolaires vietnamiens, p. 39, est particulièrement intéressante) concernant Hô Chi Minh. Brocheux s’est attaché à exposer les différents problèmes de méthode que peut rencontrer l’historien étudiant le personnage de Hô Chi Minh et à recenser les questions encore discutées sur la carrière du personnage : il s’agit donc d’une sorte de « guide de recherche ».

3L’ouvrage suit un plan thématique. Dans une première partie (pp. 27-98) sont analysées les diverses images qu’a laissées Hô Chi Minh (Chap. 1 à 4 : par lui-même, par ses camarades, par ceux de ses adversaires qui l’ont approché, par les Vietnamiens d’aujourd’hui). On y découvre des remarques originales et des idées qui seraient à creuser dans des recherches futures. Brocheux signale, par exemple (p. 28), que Hô Chi Minh consacre deux pages à la Shoah dans une autobiographie publiée en pleine guerre d’Indochine, ce qui est étonnant à la fois pour un Asiatique et pour un homme formé en URSS et, aussi, dans la conjoncture des années 1950. Bien qu’un peu court (cinq pages), le second chapitre, consacré au regard de ses compagnons de route, laisse entrevoir un Hô Chi Minh boute-en-train et plein d’humour.

4Le chapitre suivant est plus riche et plus varié. Parmi les éléments de réflexion qu’il propose, Brocheux met en lumière (p. 50) combien Hô Chi Minh fut influencé, intellectuellement et « sentimentalement », par l’exemple indien, un point rarement signalé. Il met également en valeur le témoignage de Graham Greene, qui comparait Hô Chi Minh à une sorte de « Mister Chips ». Le personnage, créé par le romancier britannique James Hilton – Graham Greene se référait sans doute au roman plutôt qu’à son adaptation cinématographique citée par Brocheux –, est devenu un archétype du maître de classe britannique, sévère mais juste. De fait, la comparaison permet de concilier les images contradictoires qu’a laissées Hô Chi Minh. Dans une deuxième partie (pp. 99-205), sont exposées les questions soulevées par le parcours de Hô Chi Minh : ses rapports avec les Occidentaux, l’URSS, le léninisme et le communisme, sa façon d’exercer le pouvoir et sa gestion de la cassure sino-soviétique. Les chapitres y sont d’importance inégale.

5Dans son ensemble, l’ouvrage laisse l’impression d’une alternance de passages brillants et d’autres plus légers. Cela s’explique en partie par le fait que l’ouvrage semble avoir été rédigé rapidement : la comparaison (p. 104), même pour la réfuter, de la vision de la femme par Hô Chi Minh au « Küche, Kinder, Kirchen » (au pluriel) des Nazis (Brocheux attribue la formule aux « Allemands » en général) et celle de la « légende noire » (élaborée au sujet de Hô Chi Minh par ses adversaires) au « spectre du diabolique docteur Fu-Manchu » (la dernière phrase du livre) auraient pu être évitées. De même, certaines formulations auraient gagné à être précisées. Par exemple, à propos du voyage du futur Hô Chi Minh vers la France en 1911 sur le même navire que Phan Chu Trinh, une remarque, « il va de soi qu’ils ne sont pas logés dans la même classe » (p. 17), reste énigmatique.

6La rapidité de la rédaction entraîne également un déficit d’érudition : même si l’objectif affiché n’était pas de « tout » dire sur le personnage, beaucoup de points essentiels sont éludés. Par ailleurs, le plan thématique induit des redites et des hésitations. Par exemple, tandis que Paul Mus est cité dans le chapitre sur les compagnons de route, Léo Figuères est rejeté dans un autre chapitre. Les relations de Hô Chi Minh avec les femmes sont traitées en plusieurs fois (pp. 82, 102-105) et il est difficile de comprendre l’évolution de l’état matrimonial de Hô Chi Minh. Les redites laissent également l’impression, une fois le livre refermé, que l’auteur n’a pas pris parti sur beaucoup de questions importantes, car des réponses légèrement différentes sont apportées à plusieurs endroits.

7L’engagement, légitime, est cependant présent : parmi les biographies les plus récentes, Brocheux préfère celle par Hémery (qualifiée d’« excellente synthèse » et d’« analyse distanciée et sereine ») à l’ouvrage de William Duiker, un auteur qu’il présente d’emblée comme un « fonctionnaire du Département d’État à Taïwan et au Sud-Vietnam dans les années 60 » et auquel il reproche d’avoir perdu de vue l’essentiel pour avoir récolté tant de renseignements. Mais l’engagement est surtout perceptible dans le chapitre sur l’exercice du pouvoir et il aurait mérité d’être explicité et aussi confronté avec des opinions divergentes. On se contentera ici d’un exemple, la description du rôle de Hô Chi Minh en 1945 : « Si les communistes avaient réussi à neutraliser et même à éliminer physiquement leurs concurrents nationalistes, l’esprit et plus encore les passions nationalistes antifrançaises, déchaînées depuis le 9 mars 1945, qui animaient la majorité des Vietnamiens, rendaient ceux-ci agressifs et les poussaient toujours plus avant » (p. 159). Hô Chi Minh le signale au général Salan, lui demandant de ne pas réimplanter de garnisons françaises, ce qui exacerberait les sentiments antifrançais. Deux questions importantes sont ainsi évacuées sans être discutées : l’élimination des Nationalistes et les conditions de l’exercice du pouvoir en 1945. La conjoncture explique sans doute autant que l’engagement les non-dits : il est difficile, encore aujourd’hui, de poser certaines questions, du moins en France.

8Cette biographie constitue donc une interprétation du passé du Viêt-Nam par un des meilleurs spécialistes français et dans une conjoncture particulière. À ces deux titres, elle restera un texte éclairant.

Haut de page

Notes

1 Jean Lacouture, Hô Chi Minh (Paris, Le Seuil, 1967) ; Christiane Pasquel-Rageau, Ho Chi Minh (Paris, Éditions universitaires, coll. « Les Justes », 1970); Daniel Hémery, Ho Chi Minh. De l’Indochine au Vietnam (Paris, Gallimard, 1990).

2 William Duiker, Ho Chi Minh (New York, Hyperion Books, 2000, 695 p.).

3 Sophia Quinn-Judge, « Ho Chi Minh. New Perspectives from the Comintern Files », in Viêt Nam. Sources et Approches, P. Le Failler & J.-M. Mancini (éds.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1996, pp. 171-188.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles de Gantès, « Ho Chi Minh, Pierre Brocheux »Moussons, 4 | 2001, 136-138.

Référence électronique

Gilles de Gantès, « Ho Chi Minh, Pierre Brocheux »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4027 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.4027

Haut de page

Auteur

Gilles de Gantès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search