Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusLivresMantras et mandarins. Le bouddhis...

Comptes rendus
Livres

Mantras et mandarins. Le bouddhisme tantrique en Chine, Michel Strickmann

Paris, Gallimard/NRF, coll. « Bibliothèque des Sciences Humaines », 1996, 560 p.
Christian Culas
p. 143-144
Référence(s) :

Michel Strickmann, Mantras et mandarins. Le bouddhisme tantrique en Chine, Paris, Gallimard/NRF, coll. « Bibliothèque des Sciences Humaines », 1996, 560 p.

Texte intégral

1Bien que cet ouvrage soit paru depuis déjà plusieurs années, il m’a semblé intéressant, pour plusieurs raisons, d’en proposer un compte rendu. Premièrement, malgré la restriction qu’inspire son sous-titre, Le bouddhisme tantrique en Chine, il propose un panorama à la fois vaste et érudit des manifestations du bouddhisme tantrique en Chine et au Japon, avec de nombreuses plongées dans les pratiques et les doctrines bouddhiques ailleurs, en Inde et au Tibet comme en Thaïlande et au Cambodge. Mais pour respecter l’itinéraire historique, l’auteur expose d’abord la diversité des échanges et les articulations entre le tantrisme et les différentes branches du taoïsme en Chine, renouant ainsi avec ses travaux plus anciens. L’objet de cette étude n’étant pas limité à un seul pays, l’auteur nous entraîne avec lui dans les phénomènes d’emprunts, d’interpénétration et de réinterprétation des rites et des composantes théoriques du bouddhisme tantrique. Cette approche transculturelle et comparative, au meilleur sens du terme, justifie que l’on s’intéresse à ce livre.

2Deuxièmement, la méthode sur laquelle s’appuie Strickmann est décidément originale. Ayant dès l’introduction fait part de sa passion pour les textes et les documents anciens, il fait vite sentir au lecteur à quel point il sait également être à l’écoute des officiants rituels bouddhiques dans divers pays et des commentaires contemporains sur le tantrisme et les bouddhismes. Ceci est particulièrement vrai lorsqu’il raconte comment il a dû se faire ethnographe, s’étant rendu compte que les moines d’un temple bouddhique japonais voisin de son domicile accomplissaient de nombreux rites tantriques rappelant ceux décrits comme disparus en Chine depuis plusieurs siècles. Il est encore trop rare de voir un grand spécialiste des textes anciens se faire ethnographe pour pouvoir appréhender le plus large éventail des possibilités rituelles qui se présentent, encore actives et vivantes, sous ses yeux. Grâce à la finesse de ce travail, la philologie, l’ethnologie et l’histoire s’enrichissent mutuellement de manière éclairante.

3Enfin, un troisième point mérite d’être souligné. Dans l’esprit de la plupart des non-spécialistes, le tantrisme est souvent associé à l’occultisme, à la magie noire, au sacrifice humain et animal et, bien sûr, à de nombreux rites sexuels. Strickmann, faisant œuvre d’historien critique et d’épistémologue, montre ici comment les aspects sulfureux du tantrisme ont été construits par les premiers spécialistes occidentaux pour souligner qu’il s’agissait d’une « dépravation de la doctrine et du rite bouddhiques ». Pour un large public, l’image actuelle du tantrisme est donc fondée en grande partie sur les jugements de valeur des premiers chercheurs occidentaux.

4Tout au long, l’ouvrage guide le lecteur à travers rites et représentations symboliques, des incantations à l’eschatologie, du charme de Kouan-Yin aux statues animées, de l’exorcisme au culte du feu, en s’attachant à mettre en évidence non seulement la logique des actes et des doctrines, mais aussi les filiations historiques et les nombreuses innovations. Plus d’un lecteur sera surpris d’apprendre que, dans de nombreux rites, le taoïsme ancien et le bouddhisme tantrique furent longtemps quasiment confondus.

5En écho à mon premier argument, j’aimerais exprimer deux regrets qui s’appliquent plus à l’éditeur qu’à l’auteur lui-même, puisqu’il s’agit d’une parution posthume. Bien que l’auteur puise ses sources dans plusieurs grandes traditions écrites (Inde, Chine, Tibet, Japon), les textes en alphabets ou caractères vernaculaires sont totalement absents. Un glossaire dans ces langues aurait été un outil performant pour compléter ce vaste travail comparatif. De plus, au vu de l’aire géographique traitée, une carte synthétique montrant les grands foyers du tantrisme, avec des dates-clés permettant de suivre la diffusion de cette branche du bouddhisme, aurait été bien utile. Enfin, j’aimerais faire une mention spéciale au sujet de l’écriture de cet ouvrage, car allier l’érudition historique et philologique à une narration fluide est une gageure que Michel Strickmann a relevée avec une grande élégance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Culas, « Mantras et mandarins. Le bouddhisme tantrique en Chine, Michel Strickmann »Moussons, 4 | 2001, 143-144.

Référence électronique

Christian Culas, « Mantras et mandarins. Le bouddhisme tantrique en Chine, Michel Strickmann »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4033 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.4033

Haut de page

Auteur

Christian Culas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search