Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusLivresChine. Un continent… et au-delà ?...

Comptes rendus
Livres

Chine. Un continent… et au-delà ?, Pierre Gentelle

Paris, La Documentation française, coll. « Asie Plurielle », 2001, 175 p.
Stéphanie Beth et Anne Charier
p. 144-145
Référence(s) :

Pierre Gentelle, Chine. Un continent… et au-delà  ?, Paris, La Documentation française, coll. « Asie Plurielle », 2001, 175 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage complète la collection « Asie Plurielle » dans laquelle sont déjà parus des volumes consacrés à l’Indonésie, à l’Inde, au Vietnam, à la Thaïlande et à Sri Lanka. Cette collection, destinée aux non-spécialistes, brosse un panorama historique et géopolitique de ces différents pays.

2Ce volet sur la Chine, de Pierre Gentelle, directeur de recherches au CNRS et agrégé de géographie, est composé de trois parties : « Une genèse toujours recommencée », une présentation de la société chinoise marquée par son histoire ; « La marche cahotante vers la modernité », qui révèle la persistance d’inégalités sociales malgré une ouverture incontestable ; et enfin « Le mouvement vers la mondialisation », ou comment la Chine aspire à trouver sa place parmi les grandes puissances. Ces trois parties sont elles-mêmes subdivisées en chapitres et sous-chapitres, agrémentés de graphiques, cartes, schémas, tandis que des tableaux, placés en annexe, synthétisent les données socio-économiques. Des notes explicatives permettent, au long de la lecture, d’éclairer certains événements majeurs de l’histoire chinoise. Tous ces éléments facilitent la compréhension des phénomènes abordés. Gentelle propose également, outre une vaste bibliographie, une liste de sites Internet que le lecteur pourra consulter.

3L’auteur propose tout d’abord une vision géographique de la Chine pour mieux en comprendre l’économie, l’histoire et la société. Il présente une société chinoise extrêmement imprégnée de son passé qui, malgré un immobilisme apparent, a connu de grands changements au long des dynasties. Il résulte de cette histoire une constante dualité entre le pouvoir et la société. D’une part l’État, centralisé, omniprésent, exerce un pouvoir autoritaire : contrôle coercitif des naissances, de l’immigration, répression des minorités. D’autre part le peuple n’a pas sa place dans la vie politique. Alors que les autorités clament haut et fort l’unité de la nation chinoise, la réalité est tout autre. Le mythe de la pureté ethnique (prédominance des Han) est ébranlé par la pluralité des minorités ethniques (7 % de la population) et les Chinois s’identifient autant en référence à leur région ou à leur clan qu’en référence à la nation. Un des éléments communs à tous les Chinois reste la spécificité de leur pensée, marquée par le confucianisme, le culte des ancêtres et une vision cosmique et duale du monde. Aujourd’hui, le danger d’une croissance trop rapide de la population est moindre et, à l’heure où les mœurs changent, où la Chine se modernise et s’urbanise, c’est plutôt le problème de la qualité de la vie qui semble au cœur des débats.

4Pourquoi la civilisation chinoise, en avance sur le reste de la planète jusqu’au xviiie siècle, n’a-t-elle pas su trouver la place qu’elle mérite dans le monde ? Pour l’auteur, l’archaïsme et l’instabilité politique empêchent toute réelle modernisation. Et le retard dans la transition économique et sociale engendre inévitablement un accroissement des inégalités, par exemple, dans le domaine de la santé et de l’éducation, ou entre les villes et les campagnes. Un autre problème est l’omniprésence de la corruption, pratique institutionnalisée au sein de la classe dirigeante, qui a mainmise sur les richesses, comme au sein de la société dans son ensemble. La priorité pour la Chine est alors la mise en place d’un État de droit qui saurait conjuguer progrès économique et justice sociale.

5Si la Chine ne suit pas encore toutes les règles du capitalisme, elle devra tôt ou tard les adopter en vue de son entrée prochaine dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pour cela, elle doit faire des efforts de démocratisation et résoudre les questions de revendication de territoires considérés comme chinois. Son passage progressif au système capitaliste, malgré les difficultés rencontrées, lui permettra d’accroître sa puissance et de regagner ainsi l’admiration de l’Occident. Gentelle insiste donc sur la nécessité de continuer dans la voie des réformes et de l’ouverture.

6Cette analyse de la Chine met en relief les nombreux paradoxes qui composent le paysage chinois et permet d’en comprendre, grâce à une approche socio-culturelle, le système actuel. Tous les aspects de la culture chinoise ne sont évidemment pas abordés, par exemple, l’art, la philosophie, ou la vie quotidienne. Cependant cet ouvrage, clair et bien structuré, est un outil pédagogique efficace qui s’adresse aussi bien au spécialiste qu’au néophyte désireux de s’ouvrir au monde chinois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Beth et Anne Charier, « Chine. Un continent… et au-delà ?, Pierre Gentelle »Moussons, 4 | 2001, 144-145.

Référence électronique

Stéphanie Beth et Anne Charier, « Chine. Un continent… et au-delà ?, Pierre Gentelle »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4035 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.4035

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search