Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Livres

The Modern Mon-English Dictionary, Nai Tun Way

Bangkok, Tech Promotion & Advertising Co, 2000, xxxiv + 1308 p.
Emmanuel Guillon
p. 145-147
Référence(s) :

Nai Tun Way, The Modern Mon-English Dictionary, Bangkok, Tech Promotion & Advertising Co, 2000, xxxiv + 1308 p.

Texte intégral

  • 1 Voir Aséanie, 3 : 158-161, 1999. Les termes cités ici sont translittérés et ne prétendent pas, sauf (...)

1On sait que la civilisation môn de l’Asie du Sud-Est péninsulaire a joué à maintes reprises au cours de l’histoire un rôle-clé, notamment pour la partie occidentale de cette péninsule (dans la Birmanie et la Thaïlande d’aujourd’hui). Or ce qui rend encore opaque des pans entiers de cette civilisation, et notamment sa littérature, c’est l’absence de dictionnaire complet. Aussi faut-il se réjouir de la récente parution, en Thaïlande, d’un grand dictionnaire môn-anglais. En effet, trois ans après avoir publié, chez le même imprimeur, un important dictionnaire anglais-môn1, Nai Tun Way nous livre ce gros ouvrage de plus de 1300 pages, confirmant ainsi sa remarquable capacité de travail. Cette parution a été rendue possible, comme la précédente, par l’aide financière du Burma Project de l’Open Society de New York.

2L’auteur a commencé sa carrière de lexicographe en signant en 1977, à Rangoun, le premier volume, tout à fait prometteur, de ce qui devait être un dictionnaire complet môn-birman, mais qui, pour des raisons obscures, n’eut pas de suite. Après l’insurrection démocratique de 1988 et les élections de 1990 en Birmanie, candidat malheureux à la députation et menacé par le SLORC, il a dû en 1992 se réfugier à Bangkok, où il a été accueilli par le professeur Sornchai Looareesuwan, doyen de la Faculté de médecine tropicale à l’Université Mahidol, ce qui lui a permis de se consacrer entièrement à son œuvre de compilation, tandis qu’il acquérait la nationalité australienne.

3Rétrospectivement, on perçoit mieux le projet global de Nai Tun Way. Pédagogue ayant longtemps enseigné en lycée à Rangoun et militant de la cause môn, il voulait dans son travail de 1997 aider ses compatriotes à accéder à la langue anglaise directement par le môn et non indirectement par le birman. Le but affiché de son nouveau dictionnaire est de permettre un meilleur accès à la littérature môn, de développer la connaissance de la langue, d’en montrer la richesse lexicale et idiomatique, et surtout de la préserver. C’est la raison pour laquelle, dans son « mode d’emploi » (« How to use the Dictionary »), il se réfère à plusieurs reprises au « travail [lexicographique] de nos ancêtres qu’il faut respecter et suivre », notamment en matière de contractions graphiques. Cette référence à l’histoire a une signification qui dépasse la simple querelle orthographique, et le ton discrètement polémique qu’il emploie (« Je suis vraiment chagriné de voir que les nouveaux écrivains ont brisé toutes les règles que nos ancêtres avaient inventées pour notre vieux système d’abréviations ») le confirme. Il redoute en effet qu’à cause des tendances « modernistes » de ces « nouveaux écrivains » on ne sache bientôt plus lire les manuscrits anciens, dont des milliers dorment, trésor inentamé, dans certains monastères anciens de Thaïlande centrale. Or, derrière cette apparente querelle des Anciens et des Modernes apparaît un double mouvement, contradictoire : une renaissance de la culture môn que certains affirmaient disparue et, d’autre part, faute d’autorité académique incontestée, des divergences d’écriture qui risquent de s’accentuer. Mais c’est peut-être le propre de toute Renaissance que de créer dans un certain désordre. Ces divergences ont d’ailleurs existé à plusieurs reprises dans l’histoire, comme l’attestent souvent les différentes orthographes d’un même mot.

  • 2 A Mon-English Dictionary, publié en 1922 par la Siam Society, puis réédité en 1955 par la Section c (...)

4D’un format inhabituel (16x22 cm) et épais de plus de six centimètres, ce dictionnaire présente un vocabulaire presque trois fois plus riche que celui de Robert Halliday (qui demeure, malgré tout, un précieux lexique de référence)2. Certaines rubriques sont particulièrement étoffées, comme celles relatives aux différents emplois de kyāk, « chose ou être sacré, Buddha » (p. 152 ; où l’on apprend que les Môn édifiaient naguère des stūpa de sable sur âme d’osier), aux couleurs (31 termes, pp. 1212-1213), aux poissons (75 noms, pp. 65-68), ou encore aux maladies (155 termes, pp. 1045-1052). Cette dernière signale que les Môn nomment le SIDA par des termes guerriers (yay dap lāk, litt., « maladie où les défenses tombent », p. 1049), alors que les maladies vénériennes sont des maladies « des villes » ou « des célibataires ». La littérature médicale traditionnelle môn des manuscrits est considérable. Beaucoup de termes, imprimés ici pour la première fois, offrent de nouvelles vues, parfois insolites, de cette culture. Ainsi, on apprend qu’il existe un sport de combat propre aux Môn, le jui thnik (litt., « jambe-coup de pied »), sorte de boxe n’utilisant que les pieds (p. 384), ou qu’une courtisane ou une prostituée est communément appelée une « grenouille » (au, p. 318).

5Sur le plan anthropologique également, ce dictionnaire est une mine. Ainsi dayui (p. 599), qui désigne les huit poteaux traditionnels de la maison, dont chacun a une signification symbolique, connaît de nombreux dérivés. Il livre également des ethnonymes jusqu’ici inconnus, désignant des ethnies môn-khmer – comme les yyen nit des États shan du sud, ou les yyen kyā de l’État kayah (p. 1062), des ethnies thai, comme les gen, près de Keng Tung (nord de la Birmanie, p. 283) – ou tibéto-birmanes, comme les sit du nord Arakan (p. 1226), qu’il faudra resituer.

6Il existe de nombreuses survivances, révélant un arrière-plan historique parfois inattendu, comme l’expression bhā smi (litt., « école du roi », p. 1257) pour désigner les écoles gouvernementales, ou l’ancienne division du temps de la journée en unités de 24 « minutes », groupées par quatre pour constituer une autre unité de 96 « minutes » (p. 675). On découvre également le sens ancien du terme dakuip, « gouverneur d’une ville », qui est devenu en langue parlée un « filet qu’on tend sur quelque chose ». Or ce mot, qui en Vieux Môn s’écrivait dukup/dukip, est l’un des rares termes qui semblent bien être propres au môn.

7L’étymologie est le plus souvent notée, quand il s’agit des langues indiennes, à quelques exceptions près, comme ekarat, « roi » (p. 52), ou si, « ermite » (p. 1203), d’origine pâli. L’auteur la note également pour des mots d’origine européenne, surtout anglaise, et particulièrement pour des mots techniques, comme « catalogue » (kit ta lak) ou « cassette » (kit sit) (p. 118). Mais il n’y a pas de références au Vieux Môn, sans doute parce que ce dictionnaire se veut « moderne ».

8L’auteur a choisi de ne pas fournir de grammaire en introduction, ni même d’indication sommaire indiquant, par exemple, les formations syntaxiques, préférant y consacrer un ouvrage futur. Une analyse quantitative de certaines occurrences nous confirme pourtant la fonction des affixes dans la langue môn. Un des meilleurs exemple demeure dadah, que l’on pourrait traduire par « état de [quelque chose, quelqu’un] » (il signifiait en Vieux Mon « être ») et auquel l’auteur consacre 37 pages (pp. 556-593). Ce causatif fonctionne exactement comme un préfixe dérivationnel, pour fabriquer des mots ou des expressions abstraites.

  • 3 C’est pourquoi le Mon-Japanese Vocabulary de Yasuyuki Sakamoto (que l’auteur ne cite pas), publié e (...)

9Les niveaux de langue sont parfois notés, qu’il s’agisse de termes emphatiques, comme tla gun pour désigner les moines (litt., « maîtres du mérite », p. 498), ou de formes plus familières, comme tous les mots commençant par hla- avec ses dérivés (pp. 1148-1151), sans toutefois que cette transformation ait été systématiquement traitée. C’est qu’il existe une différence très importante entre môn écrit et môn parlé moderne (et ce n’est pas la moindre difficulté de cette langue). La consonne initiale des mots polysyllabiques a en effet tendance à devenir aspirée, puis à disparaître, alors qu’elle demeure pour le mot écrit3.

  • 4 Ce qu’avait su faire Nai Pan Hla, dans un travail cependant moins ambitieux, An Introduction to Mon (...)

10On regrettera donc les choix de l’auteur en matière de transcription phonétique. Le système vocalique môn, qui est compliqué, est encore plus embrouillé par une notation trop complexe, choisie sans doute dans un souci de grande précision. À l’inverse, le traitement des consonnes ne tient pas compte de l’évolution de la langue qui, depuis la fin du xviie siècle, a vu les occlusives sonores se dévoiser : les séries ga, da, ba, etc., à l’initiale se prononcent désormais ka, ta, pa, etc., en modifiant la voyelle suivante (par exemple, glu, « petit bateau ; mangeoire pour les porcs », se prononce [klu’ng] et non [gl3’ng], p. 306). Dans un but pédagogique et suivant en cela la tradition des bikkhu môn qui apprennent à lire dans les écoles de monastère, l’auteur a voulu rester fidèle à l’écrit au détriment de la prononciation. Mais il s’est ainsi interdit de noter les autres évolutions de la langue, notamment la tendance au monosyllabisme4.

11Cependant, ces réserves ne peuvent occulter l’importance de l’ouvrage. Ce nouvel outil rendra des services considérables pour la lecture des textes môn et permettra, comme le souhaite l’auteur, un accès plus aisé à cette littérature. On ne peut qu’espérer que le programme que l’auteur se propose d’accomplir puisse se réaliser : des dictionnaires môn-môn, môn-birman, môn-thai, etc.

Haut de page

Notes

1 Voir Aséanie, 3 : 158-161, 1999. Les termes cités ici sont translittérés et ne prétendent pas, sauf exception, rendre la prononciation, qui varie parfois selon les dialectes.

2 A Mon-English Dictionary, publié en 1922 par la Siam Society, puis réédité en 1955 par la Section culturelle môn du Ministry of Union Culture de Birmanie.

3 C’est pourquoi le Mon-Japanese Vocabulary de Yasuyuki Sakamoto (que l’auteur ne cite pas), publié en 1976 à Tokyo (Gaikokugo Daigaku), a choisi un classement lexical par les finales.

4 Ce qu’avait su faire Nai Pan Hla, dans un travail cependant moins ambitieux, An Introduction to Mon Language (Kyoto University, Center for Southeast Asian Studies, 1990), en suivant la leçon de H.L. Shorto dans A Dictionary of Modern Spoken Mon (Oxford University Press, 1962).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Guillon, « The Modern Mon-English Dictionary, Nai Tun Way »Moussons, 4 | 2001, 145-147.

Référence électronique

Emmanuel Guillon, « The Modern Mon-English Dictionary, Nai Tun Way »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4039

Haut de page

Auteur

Emmanuel Guillon

Enseignant de môn à l’INALCO (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals