Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendusMusiqueGamelan Degung. Classical Music o...

Comptes rendus
Musique

Gamelan Degung. Classical Music of Sunda, West Java, Gamelan ensemble lingkungan Seni Degung, Jugala/Bandung, with Euis Komariah and Ida Widawati

1 CD, Leiden, Pan Records 2053 CD, « Ethnic series  », 1996, 53’; notice en langue anglaise 11 p., carte, 7 photos ; texte et enregistrements d’Ernst Heins, 7 plages enregistrées en studio (1992)
Dana Rappoport
p. 153-154
Référence(s) :

Gamelan ensemble lingkungan Seni Degung, Jugala/Bandung, with Euis Komariah and Ida Widawati, Gamelan Degung. Classical Music of Sunda, West Java; 1 CD, Leiden, Pan Records 2053 CD, « Ethnic series », 1996, 53’; notice en langue anglaise 11 p., carte, 7 photos ; texte et enregistrements d’Ernst Heins, 7 plages enregistrées en studio (1992)

Texte intégral

1L’éditeur néerlandais Pan Records apparaît aujourd’hui comme un des éditeurs les plus actifs dans le domaine des musiques traditionnelles d’Indonésie, avec un bon nombre de disques à son catalogue 2002, dont notamment une collection d’archives en voie de constitution. Le disque présenté ici, datant déjà de quelques années, est exceptionnel par sa qualité.

2Le disque Gamelan Degung, enregistré par l’ethnomusicologue néerlandais de l’Université d’Amsterdam, Ernst Heins, présente une très subtile tradition musicale de Sounda, dans la province de Java Ouest, en Indonésie. Les Soundanais, au nombre d’environ trente millions, sont pour la plupart aujourd’hui musulmans. Pour une grande partie, leur tradition musicale consiste en de la musique pour le gamelan (orchestre de métallophones et de percussions), qui était exclusivement réservé, comme symbole de prestige, aux maisons des aristocrates (bupati) et était joué de façon cérémonielle pour le plaisir de leurs invités.

3Le choix de Sounda n’est certes pas des plus originaux, puisqu’il existe déjà de ces musiques plusieurs disques édités, mais ces éditions récentes laissent surtout entendre un style « variété », plus mélangé, présentant le plus souvent du jaipongan, une musique nouvelle des années 1970 à base traditionnelle. La production présentée ici s’en distingue par son classicisme et sa pureté.

4Les gamelans les plus connus en pays sounda, le gamelan salendro et le gamelan degung, tiennent tous deux leur nom de leur accord scalaire. Dans le cas du gamelan degung, auquel ce disque est consacré, cet accord correspond à l’échelle pelog degung, une échelle pentatonique spécifique à deux demi-tons, qui lui confère cette couleur si doucement mélancolique.

5Le gamelan degung regroupe une petite formation de huit à dix personnes, jouant des métallophones à lames, des jeux de petits gongs bulbés (bonang), une flûte, un gong suspendu, une paire de tambours. À l’origine exclusivement masculin et instrumental, c’est seulement à partir des années 1950 qu’y furent insérées des parties vocales féminines (voir plages 2, 4 et 6) et qu’il fut utilisé pour accompagner les drames dansés ou les spectacles de marionnettes. Aujourd’hui, cette musique est jouée lors des mariages ou des fêtes des classes moyennes et supérieures.

6Ernst Heins est un vrai connaisseur, dont la thèse de doctorat, en 1977, était consacrée à un orchestre soundanais. Il nous présente ici les plus fins musiciens, le groupe Jugala, un ensemble de huit instrumentistes, accompagné par deux chanteuses réputées, Euis Komariah et Ida Widawati. La qualité de l’enregistrement ne laisse pas à désirer non plus, les sept plages de ce disque ayant été enregistrées en studio professionnel à Bandung.

7La notice, de nature ethnomusicologique, est bien documentée. On y trouve d’abord une comparaison entre le gamelan degung soundanais et le gamelan javanais de la province de Java Centre, puis une présentation historique du répertoire, ainsi que son usage social et ses caractéristiques musicologiques. La structure musicale de chaque morceau est donnée à lire en système chiffré. Toutes les plages du disque présentent la même échelle.

8On doit pourtant signaler quelques petites lacunes. Par exemple, la place du gamelan degung par rapport aux autres formes orchestrales soundanaises n’est pas décrite. De plus, l’organisation instrumentale est bien présentée par un schéma mais, comme souvent, les termes vernaculaires ne sont pas traduits en anglais, ce qui rend le schéma moins lisible pour un béotien. Enfin, notons une erreur dans la légende de la photo en page 10, qui montre, comme il se doit, un homme jouant du bonang, et non pas la chanteuse Euis Komariah.

9En dépit de ces réserves de détail, ce cédé bien référencé et bien documenté est l’un des meilleurs disques de gamelan degung jamais produits.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dana Rappoport, « Gamelan Degung. Classical Music of Sunda, West Java, Gamelan ensemble lingkungan Seni Degung, Jugala/Bandung, with Euis Komariah and Ida Widawati »Moussons, 4 | 2001, 153-154.

Référence électronique

Dana Rappoport, « Gamelan Degung. Classical Music of Sunda, West Java, Gamelan ensemble lingkungan Seni Degung, Jugala/Bandung, with Euis Komariah and Ida Widawati »Moussons [En ligne], 4 | 2001, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/moussons.4049

Haut de page

Auteur

Dana Rappoport

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses Universitaires de Provence
  • Logo Irasia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search