Navigation – Plan du site
Entretien

Quelques questions à Jean Baffie

Some Questions to Jean Baffie
p. 241-250

Notes de la rédaction

Cet entretien mené par Christophe Caudron (Aix Marseille Univ, CNRS, UMS MAP, Marseille, France) et Louise Pichard-Bertaux (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) a été publié initialement dans la Lettre de l’Afrase, n° 92, 2016-2017.

Texte intégral

1Jean Baffie est sociologue, spécialiste de la Thaïlande et passionné par l’Asie du Sud-Est. Son engagement dans la recherche depuis son entrée au CNRS en 1992 lui a valu d’être directeur de l’IRSEA, puis de la Maison Asie-Pacifique. Éclectique, curieux de tout, sa bibliothèque est à l’image de son savoir : vaste et ouverte sur de multiples sujets. Soucieux de transmettre, Jean Baffie a suivi de nombreux étudiants, les poussant toujours plus loin sur le chemin de la connaissance. Maîtrisant parfaitement le thaï parlé comme écrit, Jean Baffie est sans conteste l’un des meilleurs chercheurs français sur la Thaïlande. En retraite depuis mai 2016, il est toujours très actif et plein de projets. Christophe Caudron et Louise Pichard-Bertaux l’ont rencontré à Marseille le 21 octobre 2016 et lui ont posé cinq questions sur sa carrière scientifique.

2Louise Pichard-Bertaux

Bonjour Jean. Depuis plus de quarante ans, tu travailles sur la Thaïlande et les pays avoisinants. Peux-tu nous dire, dans un premier temps, ce qui t’a amené vers l’Asie du Sud-Est et la Thaïlande en particulier ?

3Jean Baffie

En fait, c’est grâce à ma femme ! Quand j’étais étudiant à Montpellier, j’ai travaillé sur plein de continents sauf l’Asie, ce qui est assez amusant. En réalité, j’étais plutôt « programmé » pour travailler sur l’Afrique car on m’a donné le nom « Jean Baffie » qui était celui d’un oncle que je n’ai pas connu, mort en Afrique, et qui était ingénieur dans une mine de bauxite en Guinée, dans la région de Boké. Il s’est probablement fait assassiner et, dans la famille, on me disait souvent « un jour, il faudra que tu ailles voir là-bas ». À l’époque, le pays n’était pas ouvert, c’était du temps de la présidence de Sékou Touré.

Étudiant en sociologie puis en psychologie à Montpellier, j’ai fait pas mal de travaux bibliographiques sur l’Afrique, dont un sur l’intellectuel africain sous le régime de l’apartheid en Afrique du Sud et, en sociologie, sur le parti unique en Afrique. Également en ethnologie, pour un petit mémoire bibliographique, j’avais fait un travail sur la case des populations qui habitent dans la région du East Sepik en Nouvelle Guinée, donc en Océanie. Je m’étais amusé dans ce travail à comparer cette hutte réservée aux hommes à la matrice maternelle. C’était une simple hypothèse. En ethnologie, on travaillait aussi sur la région, par exemple sur les fêtes de quartier à Montpellier. Pour ce qui est de l’Europe, j’avais fait une étude sur les villes nouvelles anglaises. Là, on est allés dans la ville de Crawley, en Angleterre. Donc on peut d’ores et déjà dire que je m’éparpillais !

J’ai alors rencontré Sumitra. Au début, je pensais qu’elle était chinoise puis j’ai appris qu’elle était thaïlandaise. Je savais à peu près où était la Thaïlande et que la capitale était Bangkok, mais c’était à peu près tout. C’était vers 1974. Quand j’ai quitté Montpellier pour faire des études sur l’Asie à Paris, j’ai eu des propositions de postes à Montpellier. J’aurais donc pu à cette époque devenir assistant de recherche à l’université de Montpellier. Mais Sumitra voulait faire une thèse sur la religion en Thaïlande et au Viêt Nam. À l’époque, c’était vraiment très différent : personne en province ne pouvait diriger des thèses sur l’Asie du Sud-Est, il fallait monter à Paris. Sumitra avait commencé à travailler sur son sujet et avait écrit des mémoires de recherche sur la Thaïlande. Il a donc fallu que je justifie mon départ auprès de l’université de Montpellier. C’était plus compliqué à cette époque. Donc j’ai dit que je voulais travailler sur la Thaïlande et on m’a laissé partir. J’ai pu m’inscrire en DEA. J’avais rencontré Condo [Georges Condominas] et avais discuté avec lui d’un sujet sur les villes qui m’intéressait déjà. J’avais suivi des cours de sociologie et d’ethnologie urbaines à Montpellier, cela m’intéressait beaucoup. Mais Condo m’a dit qu’il n’était pas compétent pour diriger une thèse sur la ville. J’ai rencontré Charles Goldblum, puis Jean Chesneaux à Paris VII. C’est ce dernier qui m’a présenté Pierre Brocheux. C’est ainsi que j’ai travaillé avec les historiens de Paris VII.

De formation, mes disciplines étaient plutôt la psychologie et la sociologie. À Montpellier, je craignais qu’avec une maîtrise de sociologie je ne puisse rien faire contrairement à une maîtrise de psychologie qui ouvrait plus de possibilités, comme psychologue par exemple. Mon mémoire de sociologie était assez étonnant, le professeur, Jean Servier, était spécialiste des Kabyles et il m’avait imposé un sujet : un mémoire sur le travail. J’ai donc décidé d’écrire sur l’idéologie du travail sous le régime de Vichy. Vous voyez que c’est quand même très différent ! Le fait que le maréchal Pétain parle de « Révolution », c’était une sorte de retour au passé. J’ai voulu l’aborder de manière assez symbolique, en utilisant les quatre éléments fondamentaux : la terre, l’eau, l’air et le feu. Ce qui a fait perdre la guerre à la France selon la logique de mon mémoire, c’était l’air et le feu : l’air étant les intellectuels et le feu la société moderne représentée par l’ouvrier de l’industrie. D’où le retour vers les autres éléments, la terre et l’eau pendant le régime de Vichy. La terre pour le « retour à la terre », les paysans et l’eau, c’était les marins : l’idéologie de l’époque voulait que ce soit l’armée de terre qui ait perdu la guerre et non la marine. C’est pourquoi les marins occupaient des postes de pouvoir à Vichy ainsi que dans les colonies comme avec l’amiral Decoux en Indochine. Ce mémoire avait plu quand même, même si c’était un peu étonnant !

4Christophe Caudron

Ce que l’on peut remarquer, c’est que l’aspect politique est déjà très présent dans ton travail.

5JB

Oui, bien qu’en l’occurrence, ce n’était pas l’aspect politique qui m’intéressait dans le régime de Vichy. Cependant il est vrai qu’en ce qui concerne la Thaïlande, j’ai tout de suite travaillé sur la situation politique. Je suis arrivé en Thaïlande en 1978. Avant cela, à Paris, je ne pouvais pas suivre tous les séminaires de Condo car Jean Chesneaux avait placé ses séances au même moment, le mardi matin. En revanche, Sumitra, qui elle faisait sa thèse à l’EHESS, suivait les cours de Condo et me les enregistrait. Mais je fréquentais tout de même le CeDRASEMI [Centre de Documentation et de Recherche sur l’Asie du Sud-Est et le Monde Insulindien créé en 1962] j’allais à la bibliothèque où Alain Forest et Annick Lévy travaillaient aussi à cette époque.

  • 1 « Les transformations de la société urbaine thaïlandaise : essai de sociogenèse des villes thaïes »

Je me suis également inscrit aux Langues’O avec Madame Jacqueline de Fels. Goldblum m’avait dit que travailler sur un slum de Bangkok allait être compliqué car il faudrait maitriser la langue thaïe. Et il m’avait prévenu que s’inscrire aux Langues’O ne serait pas suffisant ! La première réaction de Madame de Fels lorsqu’elle a su que je voulais travailler sur Bangkok a été de me dire : « ah, vous allez travailler sur les Chinois ! ». Moi, je n’avais pas fait l’assimilation Bangkok = Chinois. Il n’y a pas que des Chinois à Bangkok ! Madame de Fels était en train de terminer sa thèse sur le roi Taksin. Après une coupure pour faire mon service militaire à Marseille, je suis parti en Thaïlande en 1978 pour faire ma thèse et apprendre la langue. J’ai d’abord enseigné le français à l’université Srinakharin. C’était presque à temps plein, la thèse n’avançait pas ! De plus, j’enseignais aussi à l’école de démonstration de l’université Chulalongkorn. Ma troisième année sur place, j’ai enseigné à l’université de Ramkhamhaeng. Mais c’est à ce moment que Brocheux m’a prévenu que je n’avais plus que six mois pour achever ma thèse. C’était très strict à cette époque. J’ai donc arrêté tous les cours et j’ai commené à écrire ma thèse. J’avais accumulé beaucoup de lectures, je commençais à bien lire le thaï, mais il m’a fallu quand même travailler très rapidement. J’ai soutenu en janvier 1981. Le thème était la sociogenèse des villes thaïes1. C’était quand même assez historique, car j’étais dirigé par un historien, Pierre Brocheux, mais dans mon jury de thèse, il y avait Condo et il y avait un sociologue, Pierre Fougeyrollas, professeur à Paris VII. Donc finalement, j’ai passé deux ans et demi en Thaïlande avant la soutenance, mais c’est surtout les six derniers mois que j’ai travaillé à la thèse.

6LPB

Quelles thématiques de recherche as-tu développées pendant ta carrière ?

7JB

Elles sont totalement éclectiques ! Bien sûr, les dominantes sont celles dont j’ai déjà parlé : les villes et les diasporas chinoises, surtout avec les cours que nous avons lancés avec Michel Dolinski à l’université de Provence sur les villes asiatiques et les diasporas. Ça c’est la base ! Mais par exemple, lorsque Pierre Le Roux m’a demandé de faire une intervention dans son séminaire sur le sacrifice chez les Thaïs et le Laos, j’ai accepté. Au tout début de ma carrière, lorsque nous avons lancé la revue Intermondes à l’université de Ramkhamhaeng, j’ai écrit un article sur les guides de voyage et ensuite, avec Jean-Christophe Simon, un long article sur la bière et les brasseries en Thaïlande et aux Philippines. J’ai aussi travaillé sur le nam pla [saumure à base de poisson] ! Et bien sûr, pendant tout ce temps, j’ai suivi l’actualité politique. On m’a demandé d’écrire les notices sur la situation politique, économique et sociale en Thaïlande dans l’État du monde et ensuite, dans Images économiques du monde. Depuis l’an dernier, je fais un peu la même chose pour l’IRASEC dans la série « L’Asie du Sud-Est ». Je me suis toujours beaucoup intéressé à la situation politique en Thaïlande. Stéphane Dovert, alors directeur de l’IRASEC, m’a demandé d’écrire l’article sur la politique dans la première édition de l’ouvrage Thaïlande contemporaine (2001) et puis, dix ans après, pour la deuxième édition.

Dans ma bibliothèque, il y a un fonds sur la politique assez considérable.

8LPB

Tu as une idée du volume de ta bibliothèque ?

9JB

En fait, en Thaïlande, toute la maison était une bibliothèque. J’ai rapporté tout ça par bateau et camion dans les Cévennes. Mais je ne connais pas exactement le volume total !

10CC

Comment travailles-tu ? Quand tu lisais, tu faisais des notes de synthèse ?

11JB

Non, j’ai toujours annoté mes ouvrages, c’est pourquoi ils sont souvent en très mauvais état ! J’ai toujours acheté beaucoup d’ouvrages en thaï, même à l’époque où je ne pouvais pas lire cette langue. Grâce aux Langues’O, je pouvais déchiffrer un peu. Très vite, je suis allé au marché du week-end à Sanam Luang où il y avait le coin des livres un peu séparé du reste. Et là, je lisais les titres des livres en thaï et je me disais « ça a l’air vachement intéressant ! Bon, tu ne peux pas le lire, mais peut-être un jour… ». Et donc j’ai commencé à accumuler des bouquins en thaï. Je me disais « ils vont disparaître » car les bouquins n’étaient tirés qu’à quelques milliers d’exemplaires ou même moins que ça. Si tu laissais passer la chance d’acheter un bouquin, tu n’étais pas sûr de le retrouver deux ans plus tard. Parfois on me demande : « combien de temps faut-il pour pouvoir lire le thaï ? ». En fait, je n’en sais rien. Cela s’est fait tellement progressivement qu’il n’y a un pas un moment où je me suis dit « bon, maintenant, tu peux lire le thaï », ça s’est fait assez naturellement, grâce aussi à la télévision et surtout à la presse locale à laquelle nous étions abonnés. J’ai acheté aussi pas mal d’hebdos des années précédentes. Comme je suis arrivé en 1978, c’était après cette période très importante pour le pays, 1973-1976, qui a été appelée la période démocratique. Certains ouvrages publiés pendant cette période avaient été interdits en 1976. Certaines personnes qui les possédaient les avaient enterrés dans leur jardin car c’était trop risqué d’avoir ces ouvrages à la maison en cas de perquisition. Ils se sont retrouvés sur le marché quelques années plus tard. Grâce aux hebdomadaires de la période 1973-1976, j’ai pu reconstituer l’histoire de ces années-là. C’est ma collection de livres de crémation qui m’est très précieuse, j’en ai sans doute plus de mille. Ce sont des ouvrages très intéressants, parfois en raison de la biographie du disparu quand c’est quelqu’un de connu mais aussi parce qu’il y a dans certains cas une deuxième partie composée d’un ouvrage qui n’existe pas sous une autre forme. Et tout ça, je l’ai trouvé en allant systématiquement au marché du week-end le samedi matin chez les bouquinistes. C’est amusant, car il y a notamment un bouquiniste de la deuxième génération à qui je demande des nouvelles de son père qui était à Sanam Luang à la fin des années 1970.

12CC

À propos de tes méthodes scientifiques. Tes lectures ont-elles orienté tes recherches ? Tes lectures t’ont-elles permis d’appréhender ta méthode scientifique d’une manière spécifique ?

13JB

Oui, bien sûr. Je fais d’abord une recherche par l’écrit de manière très approfondie, mais ensuite, sur le terrain, c’est différent… Prenons l’exemple précis du quartier cham de Bangkok, Ban Khrua, le slum. Quand, avec nos collègues thaïs, on a décidé de travailler sur un quartier, on nous avait indiqué précisément qu’il fallait trouver un quartier, un slum, musulman. Du côté thaï, il y avait des chercheurs musulmans qui voulaient travailler sur un quartier musulman. Je ne sais pas trop pourquoi. Nous avons prospecté avec Anne Fournier, notre collègue architecte, et visité quelques slums musulmans – il n’en manque pas – à Bangkok et à Thon Buri. Finalement, c’est Bandit Chulasai, l’architecte de Chula, qui travaillait avec nous, qui nous a dit : « en centre-ville il y a aussi un slum musulman que je connais un peu parce que je ne logeais pas très loin à une époque ». Pierre Clément enthousiaste nous avait encouragés à travailler là-dessus.

J’ai donc commencé par aller à la bibliothèque nationale pour savoir ce qu’il en était. Après quelques recherches, je me suis dit : « c’est un quartier qui est habité par des musulmans chams originaire du Cambodge ». Le problème est que quand on allait sur le terrain pour demander aux gens : « êtes-vous des Chams du Cambodge ? », ils nous répondaient que non. Cela compliquait les choses ! Il est vrai qu’il y a cet ethnonyme de Khek Khrua. Quand on demandait d’où vennait le nom de Ban Khrua, ils nous disaient : « ça vient de Ban khek khrua ». khek, ce qui veut dire « musulman » en thaï ; khrua, c’est un mot qui veut dire « cuisine », ou « famille », mais pour eux ce n’était pas cham. C’est longtemps après que, un matin, j’arrive dans le quartier, et y a un grand panneau (il n’est pas resté très longtemps mais je l’ai pris en photo, je l’ai toujours). Les intellectuels qui avaient écrit ce panneau, qui s’étaient bien informés, avaient écrit : « voilà, nous sommes des Chams, nous sommes les descendants du khro masa cham, le régiment des volontaires Chams », et ils retraçaient l’histoire du quartier. Je me suis même demandé si ce n’était pas moi qui leur avais suggéré cette histoire, parce que c’était exactement ce que je leur avais dit. Par la suite, il y a eu beaucoup d’études. C’est probablement le quartier de Bangkok sur lequel il y a eu le plus d’études, alors qu’à l’époque, il était tout à fait inconnu par ailleurs. Il avait eu son heure de gloire dans le tissage de la soie, mais on n’avait jamais insisté, à cette époque-là, sur l’origine cham de ce quartier.

Donc, c’est vrai que j’ai toujours confronté le terrain et ce qui était écrit. Parfois c’est l’inverse, l’écrit vient après. Ce n’est pas forcément une priorité à l’écrit. Mais il est vrai que lorsque je vais quelque part, je me laisse comme beaucoup imprégner par ce que je sens, par ce que je vois. Si vous parlez thaï, vous êtes intégré très vite, et vos interlocuteurs se laissent aller à des confidences, des petites choses, qu’un chercheur étranger qui vient de « débarquer » ne peut pas saisir. J’ai vu quelques fois des géographes qui prennent une chaise et qui s’assoient à un endroit – des géographes thaïs, des étudiants – et c’est le spectacle de la rue. Ensuite, ils essaient d’en tirer quelque chose, même sans parler. Je n’ai jamais fait ça mais… C’est de l’observation mais qui n’est pas participante.

14CC

Comment définirais-tu ton approche scientifique ? Est-ce qu’elle s’inscrit dans certains courants de pensée particuliers ?

15JB

Non, en fait, je suis influencé, enfin, j’étais influencé par pas mal de gens, mais souvent c’est un petit peu le thème de ma recherche qui m’indique l’influence à suivre. Par exemple, j’ai écrit un article – je crois qu’il n’est pas publié, il le sera peut-être – sur l’étranger-roi. C’est une thématique qui avait été développée sur l’Océanie par Marshall Sahlins. Lui-même ne l’avait pas tout à fait inventée, parce que c’est un thème récurrent dans la littérature anthropologique. Un amateur dont personne n’a retenu le nom, Edmond Goblot, m’a également inspiré. Il a écrit dans les années 1920 un petit livre, La barrière et le niveau, dans lequel il parlait de la bourgeoisie française du tournant du xixe siècle. Il montrait comment les bourgeois, pour se séparer des classes moyennes ou des autres classes, arrivaient à utiliser certains éléments. J’ai vu que ça avait été réédité aux PUF relativement récemment. En fait, c’est une thématique que Bourdieu a abordée dans ses premiers travaux. Il devait connaître Goblot, parce que les thématiques sont trop proches, mais il ne le cite jamais, je ne sais pas pourquoi.

Une autre personne m’a aussi beaucoup inspiré, encore moins connu que Goblot, c’était un des assistants de sociologie à l’université de Montpellier, Guy Laurens. Il préparerait une thèse sur une confrérie de moines de la région, mais pendant deux ans, il nous a parlé de la non-sectorisation. Ce qui est intéressant c’est que c’est une approche globale : le mouvement de la culture va d’une situation de non-sectorisation à une situation de sectorisation. C’est une notion complexe que l’on peut expliquer par un découpage en sphères qui ont tendance à être étanches, de plus en plus étanches. Je pense que la notion d’« espace social » peut-être rattachée à cette idée. En effet, si l’espace social est censé remplacer la notion de culture, c’est aussi pour englober la totalité du groupe qu’il étudie, et donc étudier tous les aspects pertinents, importants. C’est pour ça qu’il découpe les relations avec la nature, avec tous les systèmes. Beaucoup d’autres personnes m’ont influencé. Je n’ai pas une approche unique mais plutôt adaptée au travail que j’effectue.

16CC

C’est ton objet qui détermine les sources, les outils pour l’étudier…

17JB

Oui, c’est cela.

18LPB

Tu nous as parlé des influences que tu as reçues. Quels conseils donnerais-tu aux jeunes chercheurs ? Que leur as-tu transmis et leur transmets encore ?

19JB

Il est vrai qu’au final, je n’ai jamais trop voulu diriger de thèses. J’ai en revanche dirigé beaucoup de mémoires, de maîtrise ou de master. C’est une question de responsabilité. Former en thèse quelqu’un qui risque de ne pas avoir de travail ensuite, pour moi, ce serait dramatique. Même être codirecteur m’a parfois posé problème. L’étudiant attend un peu que le professeur l’aide ensuite à avoir un poste, si tu n’es pas en situation de le faire, il me semble que c’est moyennement honnête d’accepter de le diriger.

Je trouve que dans mon cas, j’ai eu beaucoup de chance. Le risque en étant expatrié comme je l’étais, c’est de couper les ponts avec le milieu de la recherche. Il se trouve que Condo était dans mon jury de thèse au moment où il y avait un changement de gouvernement en France – la gauche arrivait au pouvoir. On voulait trouver une nouvelle formule de coopération scientifique avec les pays du tiers-monde (c’était l’expression de l’époque). Ce projet de coopération scientifique avec la Thaïlande a alors été possible. Par ailleurs, les pays naturellement ouverts à la France autrefois étaient en guerre et donc complètement fermés. Le Viêt Nam, Laos, Cambodge, après 1975, étaient fermés. C’était le moment où il fallait être spécialiste de la Thaïlande. J’ai soutenu ma thèse en 1981 et à partir de l’année suivante, ce grand projet de coopération en ethnologie piloté par Condo a été lancé avec l’université Mahidol. On m’a proposé d’être le représentant du CeDRASEMI, alors que je n’étais pas membre du labo. C’était un contrat quand même très intéressant qui permettait surtout de garder un lien avec la recherche. Pendant quatre ans, j’ai été le représentant du CeDRASEMI. C’était une intégration inespérée. Ma seconde chance a été la création de l’IRSEA, puisque je suis rentré au CNRS en 1992. Et en 1992, c’était ma première tentative. Thérèse Saint-Julien, la responsable des SHS [sciences humaines et sociales], m’a téléphoné, j’étais à Bangkok, et elle m’a dit que j’étais classé mais que ma candidature ne pouvait être retenue que si j’acceptais de rejoindre le nouveau labo qui devait être délocalisé à Aix-en-Provence. J’étais évidemment ravi ! J’avais reçu un premier courrier me disant que je n’étais pas retenu, fin juin, et deux mois plus tard j’ai ce coup de fil qui me dit que finalement, si j’accepte de rejoindre ce labo, on me « repêche ». C’est vraiment deux coups de chance.

20CC

Tu es tombé chaque fois au bon moment…

21JB

Exactement. Sincèrement, je pense que ce projet aurait eu lieu, mais, pas avec la Thaïlande ; si ça avait été à une autre période… Et puis, là aussi, il y avait eu la délocalisation du CeDRASEMI à Sophia-Antipolis qui n’avait pas trop bien marché puisque le labo avait été dissous. C’était un peu risqué de faire un deuxième essai avec l’ IRSEA. Il faut donc compter sur la chance.

Il faut quand même dire aux étudiants qui s’intéressent à nos aires culturelles qu’il faut pratiquer les langues. Il est vrai que cela dépend où on postule, parce que les collègues de l’IRD changent régulièrement de pays. Mais les ethnologues, doivent investir dans l’apprentissage de la langue, ce qui demande un investissement d’assez longue durée.

22LPB

Et ton investissement au niveau de l’enseignement ?

23JB

On me l’a souvent reproché. Au CNRS, on m’a dit de ne pas enseigner. À certaines époques… Parce qu’à d’autres époques, on a dit que c’était plutôt bien. Alors… C’était plutôt naturel de lancer ce premier cours sur « diasporas », ensuite, il y a eu un second cours sur « villes asiatiques ».

24LPB

Ce cours sur les diasporas, vous l’avez créé quand avec Michel Dolinski ?

25JB

C’est déjà très ancien…

26LPB

  • 2 Aix-Marseille Université depuis 2012.

C’était encore l’université de Provence2, bien sûr ?

27JB

Oui, bien sûr. À l’IRSEA, nous avions lancé avec Jacques Ivanoff un programme « Indochine Centrale » qui marchait assez bien. Très vite deux doctorantes ont souhaité créer un programme « diasporas chinoises ». Je suis donc devenu responsable de « diasporas chinoises ». Au retour de Michel Dolinski nous avons assez naturellement lancé cet enseignement qui a connu un certain succès.

28LPB

Il y a également l’enseignement sur les villes asiatiques…

29JB

Cet enseignement est un peu plus récent, cinq, six ans. Je trouve que l’enseignement pousse à expliquer clairement les choses aux étudiants, et je n’ai jamais regretté de donner ces deux cours. Je tenais à faire chaque fois un cours différent. J’ai donné aussi quelques cours en anthropologie, à la MMSH et souvent, un séminaire, à l’IRSEA. Donc, cela faisait beaucoup d’enseignements et de séminaires, sans compter, évidemment les conférences, les colloques…

30CC

Donc tu aimes ça, la transmission ?

31JB

Oui. Je pense que c’est même indispensable. Alors c’est vrai que, souvent, les étudiants ne posent pas assez de questions, mais bon, y en a qui en posent trop aussi, alors… [rires].

32LPB

Et maintenant ? Quels sont tes projets ? Tu as beaucoup de choses en préparation…

33JB

Là, je fais mes cartons. [rires]. Je dois rendre ma contribution à l’IRASEC sur la situation de la Thaïlande pour l’année écoulée, l’annuaire Asie du Sud-Est 2017. J’ai d’autres projets : je suis en relation avec les éditions Fayard pour publier dans la collection « Histoire des grandes villes » et, parallèlement, je travaille sur un « Dictionnaire encyclopédique des rues de Bangkok ». Ça, c’est mon côté encyclopédiste, aussi. Qu’est-ce que je fais d’autre ? Je pense que je dois avoir encore plein d’articles sous le coude. Et je continue à enseigner un peu.

Fig. 1. Jean l’en...Fig. 1. Jean l’encyclopédiste

Fig. 1. Jean l’encyclopédiste

©Louise Pichard-Bertaux.

34LPB

Tu as aussi mené des entretiens avec Georges Condominas.

35JB

C’est un autre intérêt, dont je n’ai pas parlé. Je suis un peu le biographe à la fois de Condo, de Cœdès et de Lingat. Ça a commencé par Cœdès, en fait. J’ai participé à un projet avec les gens de l’université de Silpakorn, et je ne sais pas pourquoi on m’a demandé, à moi, d’écrire la biographie de Cœdès. Jusque-là, il n’y avait que des notices nécrologiques, il y avait très peu de choses. J’ai eu la chance de rencontrer son fils, l’amiral, qui est peut-être le premier amiral de la flotte khmère. Et donc, il m’a recopié beaucoup d’éléments qu’ils avaient dans leurs archives familiales. Après, c’est vrai qu’il y a eu ces entretiens avec Condo, sur une décennie. Ça, c’est un travail que je dois terminer, quand même. Il faut retranscrire tous ces entretiens et en faire un ouvrage, mais que je vais présenter plutôt comme un ouvrage écrit par Condo, parce que je n’aime pas beaucoup les ouvrages d’entretiens questions-réponses. Pour la Lettre de l’Afrase, ça va mais… Surtout que Condo n’aurait pas aimé ça. Il en parlait comme de sa biographie, donc j’étais là juste pour lui poser des questions, mais souvent d’ailleurs, il n’y répondait pas. Vous connaissiez Condo, il disait ce qu’il voulait dire. Quand je lui posais une question, il me répondait avec une phrase, puis après hop, il enchaînait sur tout à fait autre chose. Donc il vaut mieux enlever les questions, parce que ce ne serait pas pertinent. Et puis alors, le travail sur Lingat, aussi. Là, j’ai deux choses à faire. La famille de Lingat m’a confié un grand sac d’archives de la famille. Donc, il faut que j’écrive la biographie de Lingat. Mais surtout, ils m’ont donné un manuscrit qui m’intéresse beaucoup, sur le foncier dans le Siam traditionnel. C’est un texte qui existe, bizarrement, en thaï, peut-être traduit par Burnay du français en thaï, mais qui a été signé par Lingat, puisque c’est lui qui a signé la version originale en français que je possède. Il y a quand même encore beaucoup de spécialistes du Siam ancien qui ne lisent pas le thaï, donc là, il faut publier cette version en français. Parce que je pense que ça intéresse beaucoup de monde. C’est un sujet qui a été très peu traité. Il faudrait peut-être annoter et faire allusion quand même aux quelques travaux qui ont été publiés depuis. Mais ça reste très précieux. C’est un gros texte, une centaine de feuillets.

36CC

Tu as beaucoup de travail encore !

37JB

Oui, et j’en ai sûrement oublié !

38LPB et CC

Merci Jean.

Haut de page

Note de fin

1 « Les transformations de la société urbaine thaïlandaise : essai de sociogenèse des villes thaïes ».

2 Aix-Marseille Université depuis 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Jean l’encyclopédiste
Crédits ©Louise Pichard-Bertaux.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Quelques questions à Jean Baffie », Moussons, 31 | 2018, 241-250.

Référence électronique

« Quelques questions à Jean Baffie », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4081

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page