Navigation – Plan du site

Avant-propos

Louise Pichard-Bertaux
p. 7-9

Texte intégral

1Initié par Pierre Le Roux, ce numéro de Moussons rassemble des articles et notes de recherche dont le fil conducteur est le respect et l’amitié que les auteurs ont voulu montrer à Jean Baffie, spécialiste de la Thaïlande et, plus largement, de l’Asie du Sud-Est. Interdisciplinaires, les travaux de Jean Baffie sont essentiels à la compréhension de cette aire géographique. Chercheur au CNRS, il a dirigé l’IRSEA à Marseille et a également été responsable éditorial de Moussons. Ce dossier fait écho à plusieurs thèmes de recherche de prédilection de Jean Baffie que sont la ville, la diaspora chinoise ou la langue thaïe. Les chercheurs qui ont écrit dans ce numéro ont croisé le chemin de Jean au cours de sa longue carrière et ont trouvé dans ses travaux une inspiration sans cesse renouvelée. Si certains articles dépassent les frontières de l’Asie du Sud-Est et font une incursion en Australie et à Tahiti, c’est pour mieux montrer l’exceptionnelle capacité de Jean Baffie à s’intéresser au monde sans œillères et sans barrières.

2Introduisant ce florilège, Pierre Le Roux retrace le parcours de ce chercheur curieux et éclectique qui inlassablement parcourt d’un même pas allègre les rues des capitales asiatiques et les rayons des bibliothèques. Mêlant une solide connaissance du terrain et un savoir encyclopédique sur cette aire, Jean Baffie a publié un nombre considérable d’articles dont Pierre Le Roux a dressé une liste la plus exhaustive possible.

3Dans son article « Marcheur de villes, passeur de mots : Jean Baffie initiateur à la lecture de Bangkok », Charles Goldblum nous entraîne dans le sillage de Jean à travers les rues et quartiers de Bangkok et, plus particulièrement, à Ban Khrua. Bien au-delà d’une simple visite de la ville, puisque, comme l’écrit l’auteur, « parcourir Bangkok avec Jean, ou plus précisément “marcher” la ville, tient de l’expérience de la ville à livre ouvert, l’espace urbain s’y révélant dans son épaisseur langagière, mêlant histoire et étymologie ».

4Gilles Delouche présente ensuite une fine analyse d’un long poème en siamois intitulé « Le Poème de la prédiction sur la fin d’Ayudhya ». L’auteur se pose la question de la datation de l’œuvre, sans doute postérieure à la chute d’Ayudhya et en interroge la forme comme le fond pour en tirer diverses hypothèses.

5La transmission du savoir et l’aide aux jeunes chercheurs sont depuis toujours des principes chers à Jean Baffie. Thanida Boonwanno, dont Jean a dirigé les travaux de thèse de doctorat en ethnologie, lui rend ici hommage en présentant un article sur une zone frontalière entre Thaïlande et Cambodge. L’expression « ethnie-frontière » que Thanida utilise à propos des Thaïs-Ko-Kong lui a été proposée par Jean lors de leurs fructueux échanges sur son travail.

6La question de l’organisation sociale et spatiale d’un village du Viêt Nam est ensuite examinée par Bernard Formoso dans un article en anglais : « Social and Spatial Organization of the Tai Deng of Mai-Châu (Viêt-Nam) before 1954 ». L’analyse des données ethnographiques recueillies en 2000 par l’auteur lui a permis d’explorer à la fois le politique et la symbolique de l’espace social.

7Barbara Drouot-Baille aborde la thématique phare des recherches de Jean Baffie dont elle fut la collaboratrice à l’IRSEA : la diaspora chinoise, ici étudiée dans le contexte tahitien. Son article « Papeete et ses shophouses. La sinisation d’un paysage urbain (1900-1970) » analyse comment les Chinois arrivés à Tahiti à la fin du xixe et au début du xxe siècles ont transformé la ville de Papeete, non seulement d’un point de vue urbanistique mais également culturel.

8Bernard Sellato, avec qui Jean Baffie a longtemps travaillé à l’IRSEA, offre un panorama des différentes fonctions de la vannerie à Bornéo dans son article intitulé : « La vannerie à Bornéo : fonctions sociales, rituelles, identitaires ». Il y démontre comment un objet « par sa création et son usage, possède un sens au-delà de sa forme et de sa fonction primaire et contribue à la construction de la société ».

9Invité hors des frontières habituelles de Moussons, Bernard Moizo présente une recherche sur les aborigènes d’Australie et leur relation et leur résistance à la mondialisation. Son article « Mais où sont les rituels d’antan ? Les aborigènes des Kimberleys (Australie) et la mondialisation » pose la question de l’équilibre délicat entre refus et résilience.

10Deux notes de recherche viennent conclure ce numéro. La première traite de la difficulté de traduire le thaï et notamment la littérature. Les obstacles syntaxiques et culturels sont nombreux et ont souvent été l’objet de discussions animées entre Jean Baffie et moi-même.

11La seconde note porte sur la cérémonie du wai khru, le respect et le salut au maître, qui est très pratiquée en Thaïlande dès lors qu’il existe une relation maître-disciple : éducation, arts, sports, etc. Edouard Degay-Delpeuch étudie pour ses travaux de thèse le milieu musical thaïlandais et a pu observer un groupe de musiciens accomplir ce rituel d’hommage. Marine Henry, diplômée d’un master 2 d’ethnologie, a elle souhaité participer à ce florilège sous la forme d’une recension d’ouvrage.

12Pierre Le Roux et moi-même avons pris beaucoup de plaisir à réunir ces textes et nous espérons que Jean Baffie les appréciera. C’est bien peu au regard de tout ce qu’il nous a transmis et de ce qu’il nous apprendra encore, mais nous sommes heureux de pouvoir lui dédier ce florilège, comme un wai khru offert à notre achan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louise Pichard-Bertaux, « Avant-propos », Moussons, 31 | 2018, 7-9.

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « Avant-propos », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 11 mai 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4082

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Ingénieur de recherche à Aix Marseille Université, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France, Louise Pichard-Bertaux traduit et analyse des corpus de la littérature thaïe contemporaine. Membre de l’axe « Littératures d’Asie » de l’IrAsia, elle collabore à l’édition de la revue en ligne IDEO et participe aux différentes manifestations organisées par cet axe. Depuis janvier 2018, elle dirige l’UMS Maison Asie-Pacifique à Marseille ; louise.bertaux-pichard@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page