Navigation – Plan du site
Articles

Jean Baffie, savant interdisciplinaire et passeur de savoir

Jean Baffie, Interdisciplinary Scholar and Knowledge Conveyor
Pierre Le Roux
p. 11-21

Résumés

Pierre Le Roux retrace dans cet article la carrière de Jean Baffie, chercheur transdisciplinaire spécialisé sur l’Asie du Sud-Est et plus particulièrement sur la Thaïlande. S’attachant à montrer comment J. Baffie a construit sa vie de chercheur et de passeur de savoir, P. Le Roux nous entraîne sur les pas de cet infatigable érudit, passionné et passionnant, des études montpelliéraines jusqu’à la retraite du CNRS. L’auteur présente également à la suite de cet article une bibliographie quasiment exhaustive des travaux de J. Baffie.

Haut de page

Texte intégral

1Tous ceux qui s’intéressent à l’Asie du Sud-Est, continentale et insulaire, ainsi qu’aux mondes des diasporas chinoises, qu’ils soient chercheurs, enseignants, étudiants ou érudits, connaissent probablement le nom de Jean Baffie, et ceci dans un large spectre de disciplines et spécialités aussi différentes entre elles que complémentaires : l’ethnologie, l’anthropologie sociale, l’anthropologie urbaine, la muséologie, l’architecture, la sociologie et l’économie, la science politique, l’orientalisme, la linguistique, l’histoire, la géographie, la diplomatie, le journalisme, l’enseignement du français… Et si ce n’est pas le cas, ces gens devraient le connaître. Mais, pour la plupart des personnes concernées, la vision qu’elles ont de Jean Baffie est en quelque sorte tronquée. Un peu comme une musique enregistrée en dolby stéréo mais qu’on écouterait en mono croyant avoir affaire à l’essentiel mais passant à côté en grande part. En effet, le plus souvent, on présente Jean Baffie comme un sociologue, si l’on s’arrête au point de vue disciplinaire, ce qu’il est assurément ; ou bien on le voit uniquement comme un spécialiste de la Thaïlande – l’ancien Siam –, ce qu’il est également assurément. Mais ce n’est pas tout… En réalité, Jean Baffie est un véritable chercheur interdisciplinaire et pour cette raison difficile à classer. En cela, il ressemble à certains de ses maîtres, comme Georges Condominas et André-Georges Haudricourt. Comme eux d’ailleurs, en plus de la compétence scientifique qui le caractérise, il possède ce caractère enjoué, sympathique, agréable, généreux et plutôt équanime, toujours un peu dans les nuages, propre au savant des images d’épinal, dont la figure mythique la plus emblématique reste le professeur Tournesol des mythiques aventures de Tintin et Milou, et dont la face réelle est très bien représentée par Haudricourt, savant hors-normes qui dépasse les frontières entre disciplines, linguiste, botaniste, anthropologue, théoricien de la technologie en tant que science humaine, agronome, fondateur de la génétique en France, mais sans jamais se prendre au sérieux, sans pédanterie et avec, toujours, une immense gentillesse et une curiosité aimable et généreuse pour les autres, quels qu’ils soient, français ou étrangers, professeurs et chercheurs réputés, simples étudiants ou parfaits inconnus. Et le caractère de Jean Baffie est également ainsi. Mais ce qui caractérise par-dessus tout ce méridional chaleureux et disert, intellectuellement alerte et physiquement valeureux, grand de taille, à l’imposante carrure, au malicieux sourire, c’est d’abord son enthousiasme communicatif demeuré étrangement intact au long des années et toujours perceptible à l’automne de sa vie, sa grande curiosité intellectuelle, son immense et remarquable érudition – et ceci n’est pas une flatterie facile, juste un constat –, sa méticulosité enfin et son goût pour le détail dans un souci constant de recherche de véracité, en reflet voulu fidèle de la réalité observée et dont il cherche à rendre compte.

Fig. 1Fig. 1

Fig. 1

© Louise Pichard-Bertaux

  • 1 Association française de la recherche sur l’Asie du Sud-Est.

2Si Jean Baffie est connu d’abord comme spécialiste de la Thaïlande et, plus largement, de l’Asie du Sud-Est, son intérêt pour ce pays et cette aire est né au hasard d’une rencontre, celle de sa future épouse prématurément disparue, Sumitra, alors qu’il était encore étudiant à Montpellier en sociologie et psychologie et alors que les dossiers et travaux universitaires qu’on lui avait demandés jusque-là le poussaient plutôt vers l’Océanie (avec un mémoire portant sur l’habitat dans la région du Haut-Sépik en Papouasie Nouvelle-Guinée) ou vers l’Afrique, ce qu’encourageait son histoire familiale. En effet, comme confié par Jean Baffie lui-même à Christophe Caudron et Louise Pichard-Bertaux dans la transcription d’un entretien paru en 2017 dans la Lettre de l’AFRASE 1 (vol. 92) et reproduit dans le présent numéro de Moussons, ses parents l’avaient prénommé comme son oncle paternel mort sans doute assassiné en Guinée dans la décennie 1960, au temps de Sékou Touré, où il était ingénieur dans une grande mine de bauxite, près de Boké. Le monde est petit car, moi qui ai fait la rencontre de Jean Baffie en Thaïlande en 1988 et qui suis depuis resté lié d’amitié avec lui, j’ai fait le chemin exactement inverse, ayant vécu en Guinée-Conakry sous le régime de Sékou Touré dans les années 1970 où mon père œuvrait, ingénieur lui aussi, dans ce qui était alors la plus grande usine d’Afrique, à Fria, une mine justement d’extraction de la bauxite : celle où avait travaillé le fameux oncle.

3Après une formation classique en lettres, Jean Baffie passa une licence de sociologie en 1974, une autre de psychologie l’année suivante en même temps qu’une maîtrise de sociologie à l’université Paul Valéry de Montpellier, et il entama dès l’automne 1975, une fois ses diplômes en poche, l’apprentissage de la langue siamoise à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris (INALCO). Puis il obtint un diplôme d’études approfondies de connaissance du Tiers-Monde (sociologie, géographie, histoire) de l’université Paris VII Jussieu en 1976 et il soutint dans la même université et pour la même spécialité, sous la direction de Pierre Brocheux, une thèse de doctorat de 3e cycle en 1981 : « Les transformations de la société urbaine thaïlandaise. Essai de sociogenèse des villes thaïes ». Déjà, le noyau d’une bonne part de son programme de recherche apparaît concentré dans cet intitulé. Il montre un goût prononcé et une facilité pour les langues : outre le latin et le grec, il parle et écrit l’anglais et lit l’espagnol, l’allemand ainsi que le lao. Quant à la langue thaïe, il la maîtrise totalement, la lisant et la parlant non seulement couramment mais avec une connaissance intime de ses arcanes littéraires les plus élevés. Une part non négligeable de son immense bibliothèque personnelle, que j’ai vue de mes yeux et qui n’est donc pas un mythe, est d’ailleurs constituée d’ouvrages savants ou populaires ainsi que de milliers de livres de crémation en langue thaïe.

4Jean Baffie enseigna le français en Thaïlande dès la fin des années 1970, au sein de diverses écoles, de l’Alliance française et du département de langue française de plusieurs universités thaïlandaises, dont l’université Sri Nakharin Wirot, avant d’obtenir en 1981 une première bourse de recherche Lavoisier du service de la Formation des Français à l’étranger du ministère des Affaires étrangères qui lui permit de mener sur le terrain en Thaïlande des recherches à plein temps cette fois. À compter de 1983, jusqu’en 1989, il bénéficia d’un contrat d’expertise pour le compte du même ministère, près l’ambassade de France en Thaïlande, dans le cadre d’un projet de formation en anthropologie par la recherche au sein du fameux projet Mahidol, intitulé « Centre de recherche sur les cultures de l’Asie du Sud-Est » en tant que représentant permanent du laboratoire mixte du CNRS et de l’EHESS, le Centre de documentation et de recherches sur l’Asie du Sud-Est et le Monde insulindien (CeDRASEMI) fondé par André-Georges Haudricourt, Lucien Bernot et Georges Condominas et dirigé depuis sa création par ce dernier. Jean Baffie fut membre du CeDRASEMI jusqu’à la disparition du laboratoire en 1985, même si la chaire de G. Condominas prolongea l’intitulé du fameux laboratoire des années plus tard. Après 1985, Jean Baffie poursuivit sa participation à ce programme de formation comme chercheur associé à l’équipe Asie du Sud-Est continentale dirigée par Christian Taillard (unité propre de recherche 300 du CNRS) issue de la partition du CeDRASEMI. Puis, de 1989 à 1990, il signa un autre contrat d’expertise pour le groupe Score Consultant dans le cadre d’une étude sur le tourisme dans la région nord-est de la Thaïlande avant de rejoindre de 1990 à 1992 un programme de recherche conjoint de diverses universités françaises et thaïlandaises et de l’ORSTOM (Office de la recherche scientifique et technique outre-mer devenu le 5 novembre 1998 l’Institut de recherche pour le développement ou IRD), une action thématique programmée sur « les entrepreneurs en Thaïlande et en Corée du Sud » avant de bénéficier à nouveau au début des années 1990 d’une bourse Lavoisier du ministère des Affaires étrangères ; bourse qui, normalement, n’était accordée qu’une seule fois, ce qui souligne indirectement l’intérêt que l’institution portait aux thématiques de recherche de Jean Baffie et à la qualité des résultats obtenus que cette institution encourageait de la sorte.

5En octobre 1992, Jean Baffie intégra le CNRS comme chercheur statutaire et rejoignit l’équipe de recherche ECASE basée à Paris (Ethnologie comparative de l’Asie du Sud-Est, unité propre de recherche 298 du CNRS).

6Cette unité de recherche fut transformée en mai 1993 en Institut de recherche sur le Sud-Est asiatique (IRSEA, unité mixte de recherche 6571 CNRS-université de Provence) et délocalisée d’abord à Aix-en-Provence puis à Marseille. L’IRSEA a été renommé récemment IrAsia (UMR 7306 CNRS-Aix-Marseille université). L’IRSEA, dès sa création, eut la charge et l’héritage de la plus grande partie de la fameuse bibliothèque du CeDRASEMI, considérée comme l’un des fonds documentaires les plus riches d’Europe sur le Sud-Est asiatique. L’IRSEA fut rejoint à Aix-en-Provence en 1995 par le Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (CREDO) puis, en 1999, fut créée une unité mixte de service du CNRS et de l’université de Provence qui reçut la gestion de l’immense bibliothèque créée par la réunion des fonds Asie du Sud-Est (IRSEA) et Océanie (CREDO). L’ensemble des deux UMR et de l’unité mixte de service fut nommé Maison Asie Pacifique qui est aujourd’hui sise à Marseille dans les locaux de l’université, campus Saint-Charles.

7Au sein de l’IRSEA, Jean Baffie fut coresponsable du programme transversal de recherche « Indochine centrale » et surtout responsable des programmes transversaux « villes » et « diasporas chinoises » avant de devenir directeur adjoint de l’IRSEA de 1996 à 1997, puis directeur de la Maison Asie Pacifique de janvier à mai 1999, directeur de l’IRSEA de 2004 à 2007 avant de prendre à nouveau la direction de la Maison Asie Pacifique de 2008 à 2011.

8Jean Baffie, chargé de recherche de 1re classe du Centre national de la recherche scientifique français, est bien en réalité un savant à l’ancienne, très atypique, ce que l’on appelait jadis un « humaniste » ; trouveur interdisciplinaire ; fouilleur d’archives et d’épaves éparses, discrètes, enfouies ou cachées ; curieux nanti d’une sorte de sixième sens qui l’oriente thématiquement et sur le plan documentaire de façon remarquable. Si son grade administratif à l’heure de sa retraite professionnelle, en mai 2016, ne semble pas correspondre à cette description rapide mais lucide de lui, c’est qu’il faut prendre en compte à la fois la modestie qui le caractérise, mais également et peut-être surtout sa passion véritable pour la recherche scientifique qui lui prenait et continue de lui prendre l’essentiel de son temps, son énergie et son attention, lui faisant oublier de rendre rapports d’activité, listes de travaux, fiches d’évaluation et autres notes de synthèses qui permettent de poser sa candidature à des postes prestigieux ou à des avancements de grade. Sa vocation le pousse, nourrie par les ineffables plaisirs issus de trouvailles sublimes et improbables et des poussées d’adrénaline que cette adorable capricieuse qu’est la recherche scientifique donne à certains cœurs passionnés qui lui consacrent leur vie en vibrant à l’unisson des émotions fortes que les aléas, succès et défaites de leurs enquêtes, parfois dramatiques, suscitent en eux.

9Géographe, historien et sociologue de formation, Jean Baffie est devenu ethnologue sous l’influence, sur le modèle et suivant l’enseignement de Georges Condominas, son maître principal, et il a passé des années, des décennies au vrai, à étudier, saisir, comprendre la Thaïlande en tous ses aspects, y compris les plus ignorés et ésotériques, notamment sociologiques, architecturaux, historiques, politiques, ethnologiques, géographiques, économiques, sa bibliographie en atteste. Il a également fait porter son attention sur les villes d’Asie du Sud-Est, en particulier en Thaïlande à partir du pilier central, autant représentation de l’axe divin issu de l’influence hindouiste ancienne que poteau sacrificiel valant cœur de la cité et du royaume ; aires et thèmes dont il est devenu l’un des meilleurs spécialistes mondiaux, avec une dilection particulière pour les mégalopoles de Bangkok et Manille, jadis horizontales dans des collectifs à structure politique essentiellement verticale et devenues peu à peu et si rapidement, depuis la moitié des années 1980, des villes verticales au sein de sociétés tendant à s’horizontaliser suivant le modèle largement imposé de l’Occident ; cet Occident prétendant si fort apporter le progrès à tous quand l’harmonie traditionnelle des jours, principautés et villages d’antan se perd, s’effilochant en vagues souvenirs attendrissants mais obsolètes car la tradition baisse partout la garde devant l’efficacité auto-affirmée des temps nouveaux, vecteurs de soi-disant progrès. Il faut savoir par exemple que Jean Baffie s’est abonné des années durant à de nombreux journaux philippins et spécifiquement manillais, quotidiens, hebdomadaires ou mensuels, de façon à suivre au plus près, et finement, la sociologie de la grande métropole de Manille qui lui servait de contrepoint notamment à celle entreprise du non moins gigantesque Bangkok. Il s’intéresse aussi aux diasporas chinoises, notamment d’Asie du Sud-Est, dont il est l’un des meilleurs connaisseurs reconnus sur le plan international. Sa curiosité semble sans limite et tous les thèmes l’intéressent, comme le montre sa bibliothèque personnelle de l’ordre de 40 000 titres, estimation sans doute assez juste – là encore nulle exagération mais un constat. Au passage, signalons que l’actuelle bibliothèque de la Maison Asie Pacifique, considérée comme l’un des fonds documentaires les plus riches de France sur l’aire qu’elle couvre compte elle aussi de près de 40 000 volumes, articles et documents !

10À Bangkok, avant et à côté de ses recherches sociographiques, historiques, politiques sur la société thaïlandaise ancienne et moderne, sur les diasporas chinoises, et notamment celle du Siam, ou de sa minutieuse étude de la mégalopole de Bangkok dont il est l’un des meilleurs connaisseurs au monde – au point de pouvoir envisager la publication future d’une sorte de dictionnaire historique et étymologique des avenues, rues et ruelles ou soi de Bangkok, travail de titan ! – Jean Baffie avait commencé son œuvre scientifique en participant à un ambitieux programme de recherche, dans une approche d’anthropologie urbaine, de sociologie et d’ethno-architecture, notamment avec les architectes français Pierre Clément et Anne Fournier, d’un quartier du centre de Bangkok, dans le slum (sorte de bidonville) de Ban Khrua. Il s’agissait en fait, à la demande des universitaires thaïlandais partenaires, d’un quartier dont la majorité de la population était musulmane et d’origine chame et non siamoise. Les Chams de ce quartier étaient les descendants de ceux qui avaient fui vers le Siam ou le Cambodge après la destruction du royaume hindouiste du Champa, en fait plutôt des principautés qu’un royaume unifié, par les Viêts à partir du xviie siècle, durant leur fameuse « marche vers le sud », c’est-à-dire la conquête de ce qui est aujourd’hui le centre et le sud du Viêt Nam. Malheureusement, la majorité des travaux de Jean Baffie sur ce quartier cham de Bangkok, étendue sur des années, a surtout été publiée sous forme de rapports multigraphiés évidemment peu diffusés bien que de grande qualité.

11Outre de nombreuses communications dans des colloques et tables rondes, nationaux et internationaux, depuis le début des années 1990, et une participation active et régulière au séminaire hebdomadaire de l’IRSEA, Jean Baffie assura aussi volontairement des cours réguliers annuels à l’université de Provence, à Aix et à Marseille, sur les diasporas chinoises et sur les villes d’Asie du Sud-Est notamment, ainsi que dans des universités étrangères comme l’université Silpakorn en Thaïlande en 2008, dans le cadre d’un master sur le tourisme, avec une approche anthropologique de Bangkok et des villes thaïes, ainsi qu’à diverses reprises, depuis 2012, à l’université de Strasbourg, invité par l’Institut d’ethnologie, le laboratoire Sociétés, Acteurs et Gouvernement en Europe (UMR 7363 CNRS et université de Strasbourg) et la Maison interuniversitaire des sciences de l’Homme en Alsace. Dans le cadre de l’université, Jean Baffie a dirigé de nombreux mémoires de recherche d’étudiants en maîtrise puis en master, a participé à de nombreux jurys de thèse de doctorat et codirigé également plusieurs thèses dont, par exemple, soutenue avec succès en juillet 2014, celle de Thanida Boonwanno, professeur d’anthropologie sociale à l’université de Phitsanulok en Thaïlande, consacrée aux frontières d’une ethnie des frontières : les Thaïs-Ko-Kong (Thaïlande et Cambodge), codirigée avec Chantal Zheng, alors professeur d’Aix-Marseille Université.

12Jean Baffie s’est également beaucoup intéressé à l’histoire des Européens en Asie du Sud-Est et en Extrême-Orient, et s’est notamment attaché à retracer la biographie de certains personnages de la geste coloniale française, comme ceux qui relèvent de ce qu’il nomme les étrangers-rois. On pense ici à Mayréna 1er, roi des Sedang au Viêt Nam ou bien à Constantin Phaulkon, premier ministre du roi de Siam Naraï au temps de Louis XIV… Il y en a eu ainsi un certain nombre, aujourd’hui souvent méconnus car oubliés, qui méritent pourtant qu’on s’y intéresse mais cette quête impose une grande érudition locale et régionale. L’épistémologie a également retenu l’attention de Jean Baffie qui s’est attaché durant des années à enrichir nos connaissances sur la vie et l’œuvre de savants orientalistes qui ont marqué les études sud-est asiatiques, comme le grand historien, philologue et épigraphe George Cœdès, auteur notamment de Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie (1948) ou le juriste Robert Lingat, auteur notamment en 1931 d’un ouvrage classique sur l’esclavage dans l’ancien Siam, sur lesquels Jean Baffie a publié une biographie qui n’existait pas encore. Il faut noter d’ailleurs qu’à la fin des années 1990, à l’occasion d’une mission en Australie pour participer à un colloque, Jean Baffie a retrouvé, au terme d’une recherche planifiée, discrète mais efficace, dans la bibliothèque de l’université nationale de Canberra, l’intégralité de l’immense et très riche bibliothèque personnelle de George Cœdès dont le devenir après la mort de l’orientaliste demeurait alors en France un mystère : G. Cœdès (ou son ayant droit ?) avait vendu sa bibliothèque à l’université australienne soucieuse d’accumuler des richesses documentaires sur l’Asie du Sud-Est à la meilleure source, chaque bibliothèque étant unique et reflétant son créateur… Jean Baffie est enfin l’auteur d’un film de confidences autobiographiques avec Georges Condominas à l’hiver de sa vie, au terme de dizaines de séances d’entretien, produit en 2012, et il prépare la parution d’un ouvrage qui complète les heures de film enregistrées et que Condo – le nom que les élèves, parents et amis de Georges Condominas lui donnaient – voyait non comme un livre d’entretiens transcrits mais plutôt comme une sorte d’autobiographie confiée à un de ses disciples parmi les plus proches.

13Membre à vie de la prestigieuse Siam Society et de plusieurs autres sociétés savantes thaïlandaises en géographie, histoire et sciences sociales, membre de l’AFRASE depuis sa création au début des années 1990, également membre du Réseau Asie depuis la création en 2000 par le CNRS, l’IEP de Paris, la Maison des Sciences de l’Homme et diverses autres institutions, Jean Baffie a été distingué par le ministère de l’Enseignement supérieur et élevé à la dignité de chevalier dans l’ordre des Palmes académiques par décret du 9 mars 1993 en remerciement des services rendus en ce domaine d’action en Asie du Sud-Est.

14Chercheur de long terrain, Jean Baffie est ainsi l’un des rares en France spécialisés sur l’aire immense que représente l’Asie du Sud-Est, tant continentale qu’insulaire, qui aurait pu envisager de prendre la suite du séminaire de Georges Condominas consacré à l’ensemble de cette aire à l’École des hautes études en sciences sociales – séminaire fameux intitulé « ethnologie et sociologie de l’Asie du Sud-Est et du Monde insulindien » – en raison de sa connaissance protéiforme et interdisciplinaire devenue si rare dans cette époque d’hyperspécialisation.

15Toute sa vie, Jean Baffie a répondu favorablement à de très nombreuses sollicitations et demandes des uns et des autres, chercheurs scientifiques ou universitaires, diplomates ou entrepreneurs qui se tournaient tous vers lui, considéré comme un véritable expert de la mystérieuse Thaïlande pour eux, à leur arrivée dans ce pays du sourire si déroutant par tant d’aspects pour les néophytes. Mais Jean Baffie, comme le montre son parcours biographique simplement évoqué en bref ici, a également souvent été sollicité par des institutions : ministère de la Recherche, de l’Enseignement supérieur, des Affaires étrangères, IRD, CNRS, universités, via des laboratoires, des unités de recherche et d’enseignement variés.

Fig. 2.Fig. 2.

Fig. 2.

© Louise Pichard-Bertaux

16Outre son rôle de guide et d’interprète, Jean Baffie a donc souvent donné ici une contribution, là un article, travaillant chaque fois, sur demande, sur un thème nouveau pour lui ou prélevant dans ses archives et ses dossiers pour rendre service à tel solliciteur, perdant de ce fait beaucoup de temps qu’il aurait pu consacrer à ses propres recherches et publications. Il a également été systématiquement disponible, et avec une grande prodigalité désintéressée – ce qui est assez rare pour être souligné –, afin aider des personnes moins expérimentées, encourager et conseiller étudiants, doctorants et jeunes chercheurs en demande, qu’ils soient français, thaïlandais ou venus d’autres horizons, qu’ils soient apparemment doués ou besogneux. Seul lui importait le besoin exprimé par ces demandeurs de savoir au passeur qu’il était pour eux et qui, d’ailleurs, les guidait si bien dans les méandres marécageux et un peu effrayants des débuts de leur parcours. Moi-même ai bénéficié toute ma vie, de temps à autre, sur tel ou tel thème et sur simple demande, des lumières de Jean Baffie, toujours sur des sujets aussi variés qu’improbables, ébahi de constater chaque fois la disponibilité de cet homme qui jamais ne refuse une main lorsqu’il s’agit de savoir, d’érudition académique, de recherche scientifique. À chacune de ces occasions – sur plusieurs décennies, y compris lorsque je le sollicitai pour un texte de contribution à un ouvrage collectif en cours, par exemple sur le thème du sel et des saumures paru en 1993 (Le Sel de la vie en Asie du Sud-Est), sur celui des poids et mesures dans la même aire (publié en deux livraisons, en 2004 sur l’Asie du Sud-Est insulaire et en 2008 sur l’Asie du Sud-Est continentale), j’ai pu constater que Jean Baffie a élaboré au long des années de solides dossiers (constitués au moins d’une bibliographie, de coupures de presse, d’articles ou d’ouvrages ou extraits d’ouvrages, dessins ou photographies, etc.) sur des sujets très variés, ceci en amont de publications, articles ou ouvrages envisagés à plus ou moins long terme. Jean Baffie se montre bien ici comme le chercheur passionné et le chasseur d’informations qu’il est avec sincérité. C’est ainsi qu’il disposait à tout coup, en tout cas en ce qui concerne les travaux collectifs pour lesquels je le sollicitais, d’une base documentaire solide sur chacun des sujets proposés, montrant ainsi qu’il avait chaque fois sans préméditation un coup d’avance, comme un bon joueur d’échecs. En cela les Thaïs ne s’y sont pas trompés qui l’appellent achan « maître » plus souvent qu’à leur tour, titre de respect pourtant normalement réservé, factuellement, non à un chercheur mais à un professeur. Au milieu des années 1990, une entreprise française de fabrication de voitures l’avait consulté sur mon conseil, sans donner suite. Je pense sincèrement que si les responsables de cette entreprise qui, depuis, a largement perdu pied en Thaïlande, avaient écouté et mis en pratique les suggestions proposées par Jean Baffie à leur intention et dans leur intérêt, leur image de marque et leur indice des ventes s’en seraient bien mieux portés.

17Au détriment de la publication de ses ouvrages personnels qu’il se réserve pour sa retraite active, Jean Baffie a consacré énormément de temps et d’énergie à la publication d’autres auteurs, épaulant Sumitra, son épouse, professeur de français à l’université Ramkhamhaeng de Bangkok pour créer et diriger la revue francophone Inter-Mondes qui a vu plusieurs numéros publiés durant les décennies 1980-1990, puis œuvrant avec moi à rédiger début 1997 le cahier des charges détaillé soumis au service culturel de l’ambassade de France en Thaïlande de la création d’une revue francophone consacrée à l’Asie du Sud-Est ; projet qui devint la revue semestrielle Aséanie créée à Bangkok. Il rejoignit le comité éditorial de Aséanie tout comme moi durant les premières années avant de se retirer pour participer à une autre aventure éditoriale. En 1999 avait été créée la revue Moussons par Bernard Sellato et moi-même, sur la suggestion et d’après une idée initiale de Pierre-Yves Manguin, Muriel Charras et quelques autres pour faire suite à la revue ASEMI disparue. Jean Baffie rejoignit le comité éditorial en prenant ma suite comme directeur adjoint de la revue avant de prendre la direction effective de la revue quelques années après le départ de Bernard Sellato au terme d’une décennie de dévouement de celui-ci dans la direction de cette revue. Au début des années 1990, Jean Baffie avait participé à la création et à la direction, la première année, des éditions des Cahiers de France, lancées par l’ambassade de France en Thaïlande pour éditer des travaux scientifiques inédits ou de textes traduits des langues locales ou vers les langues locales et consacrés à l’Asie du Sud-Est ou bien à la réédition de travaux classiques devenus introuvables. Il s’était occupé en particulier du premier opus de ces éditions en 1990, rassemblant la traduction en français de deux conférences inédites de Georges Condominas données en thaï à des étudiants thaïs sur le concept d’espace social.

18Depuis peu, Jean Baffie est officiellement retraité mais, en nos domaines de pensée et d’action, s’arrête-t-on vraiment ? Il poursuit ainsi ses recherches, continue de prodiguer des cours à des étudiants chanceux qui font leur miel de l’expérience et des savoirs patiemment accumulés par cet observateur hors-pair, donne des conférences et rédige plus que jamais articles et ouvrages, profitant à présent d’une sorte de trésor qui lui a été souvent accordé avec parcimonie lors de son activité et dont le destin lui est plus prodigue à présent : un peu de temps pour penser, relire ses notes et écrire, foin des rapports et autres évaluations si chronophages et stériles qui inondent de plus en plus le grand métier qu’ils rapetissent au prétexte de plus d’efficacité, d’utilité, en réalité d’asservissement bureaucratique et ultralibéral. Jean Baffie prépare ainsi, notamment, deux ouvrages qui lui tiennent à cœur, l’un en forme de monographie sur les Chinois de Thaïlande, sujet qu’il connaît mieux que personne mais qui lui demande beaucoup de temps, ne serait-ce que pour trier et bien utiliser la masse énorme d’informations collectées, l’autre en forme de manuel didactique ô combien utile, sur l’anthropologie urbaine et l’ethnologie de la ville, sujet qui le passionne également depuis longtemps et sur lequel il a beaucoup à apporter.

19Ceux qui le connaissent et l’apprécient à la fois comme homme et comme savant voulaient lui rendre un hommage scientifique et amical mérité. Voici donc ce modeste florilège qu’ils dédient, tous ensemble, à phi Jean nommé ainsi parce que celui-ci est devenu à force d’intimité curieuse autant siamois de culture et de cœur qu’un Thaïlandais, parce qu’il est notre « frère aîné », sinon en âge au moins en savoir, et reçu comme tel au Siam où nul ne s’adresse à lui sans faire précéder son nom personnel de ce titre ou de celui de « maître », à bon escient.

Haut de page

Bibliographie

CŒDÈS, George, 1948, Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris : de Boccard (réédition en 1964).

LINGAT, Robert, 1931, L’Esclavage privé dans le vieux droit siamois (avec une traduction des anciennes lois siamoises sur l’esclavage), Paris : Domat-Montchrestien, coll. « études de sociologie et d’ethnologie juridiques ».

Haut de page

Note de fin

1 Association française de la recherche sur l’Asie du Sud-Est.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Crédits © Louise Pichard-Bertaux
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2.
Crédits © Louise Pichard-Bertaux
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 531k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Le Roux, « Jean Baffie, savant interdisciplinaire et passeur de savoir », Moussons, 31 | 2018, 11-21.

Référence électronique

Pierre Le Roux, « Jean Baffie, savant interdisciplinaire et passeur de savoir », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 11 mai 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4083 ; DOI : 10.4000/moussons.4083

Haut de page

Auteur

Pierre Le Roux

Ethnologue, professeur, Institut d’ethnologie, université de Strasbourg, membre du SAGE (UMR 7363 CNRS, université de Strasbourg).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page