Navigation – Plan du site
Articles

Marcheur de villes, passeur de mots : Jean Baffie initiateur à la lecture de Bangkok

City Walker and Word Broker: Jean Baffie as Initiator for Reading Bangkok
Charles Goldblum
p. 49-63

Résumés

Quelles connaissances pour explorer les villes d’Asie du Sud-Est ? Dans ses travaux et publications sur Bangkok et les villes thaïlandaises, Jean Baffie multiplie les angles de vue, les échelles de temps et d’espace, usant d’une érudition peu commune pour mettre en résonance les toponymes et les termes désignant la ville, les récits de fondation et l’imagerie populaire, les espaces physiques et les pratiques sociales. Le présent article invite à un parcours singulier à travers ces fragments de textes, pour y découvrir, à travers l’exploration d’une ville particulière, de ses lieux, de ses pratiques et de ses mots, la construction originale d’un savoir analytique sur les espaces sociaux de l’Asie du Sud-Est contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

Une ville est une portion de territoire surchargée d’interactions. En un sens, ce qui reste du site naturel d’origine peut fonctionner comme facteur structurant de la communauté urbaine […] ; mais, en règle générale, c’est le paysage urbain dont nous devons nous occuper, c’est-à-dire l’environnement fabriqué par une population urbaine pour son usage. Là encore, il s’agit d’un assemblage de textes. (Hannerz 1983 : 365-386.)

Énonciations piétonnières […]. L’acte de marcher est au système urbain ce que l’énonciation (le speech act) est à la langue […]. (Certeau 1990 : 148.)

  • 1 La justesse et la précision de ses comptes rendus dans la revue Moussons suffisent à s’en convaincr (...)

1Jean Baffie a l’érudition modeste et néanmoins exigeante1. Ceci vaut pour un domaine auquel sur des modes distincts nous portons un intérêt commun, celui des villes d’Asie du Sud-Est comme voie d’entrée vers la diversité des espaces sociaux (Condominas 1980) et la complexité culturelle de cette aire (O’Connor 1983). Parcourir Bangkok avec Jean, ou plus précisément « marcher » la ville, tient de l’expérience de la ville à livre ouvert, l’espace urbain s’y révélant dans son épaisseur langagière, mêlant histoire et étymologie.

  • 2 Ainsi de la remarquable synthèse intitulée « étudier les villes thaïes », que Jean Baffie co-signe (...)
  • 3 Dans la suite du texte, les références à cet ouvrage sont mentionnées : Dictionnaire, précédé de l’ (...)

2Des travaux en cours me donnant l’occasion de reparcourir quelques-unes de ses contributions, je souhaiterais faire partager, dans une lecture parfois croisée au risque de quelque raccourci, un aperçu des multiples facettes et de l’originalité de son apport à la recherche sur les villes sud-est asiatiques – apport de connaissance et aussi, à bien y regarder, apport de méthode2, auquel son Dictionnaire insolite de la Thaïlande3 (rédigé avec Thanida Boonwanno [2012]) offre une manière de contrepoint.

  • 4 Les noms en caractères gras correspondent à des lieux mentionnés sur la carte (fig. 1).
  • 5 « Dès les années 1960, les services officiels considéraient Ban Khrua comme un salam (slum) » (Baff (...)

3Pour ce cheminement urbain par les textes, je partirai de ses travaux du courant des années 1980 sur Ban Khrua4 Nua, « le village des Chams de Bangkok », initialement et pour un temps lieu d’investigation commun. Là où les autorités thaïlandaises, en particulier le National Housing Authority5 (NHA-kankheha haeng chat), et parfois aussi les universitaires (ainsi de ce chercheur réticent à retourner sur un terrain insalubre en bord de canal, auquel il attribuait l’origine d’un panaris) (« Khlong », Dictionnaire : 73-74) ne voulaient voir qu’un slum ou plus précisément l’une des trois composantes du slum de soi King Phet (« Slum King Phet », Dictionnaire : 134) – le troisième, par ordre d’importance, des 1020 slums de Bangkok répertoriés par Sopon Pornchokchai (1985) –, c’est avant tout la singularité du village urbain dans sa composante ethnique (chame) et religieuse (musulmane), ainsi que dans sa profondeur historique, dans la longue durée, que Jean Baffie nous fait découvrir. L’installation du village au xviiie siècle, dans la période de la fondation de Bangkok en tant que capitale du Siam, comme village « du régiment des volontaires chams » (muban krom asa cham), avant-poste dans la défense de la capitale, le singularise parmi les nombreux villages ethniques que Bangkok comptait alors.

4Aujourd’hui au cœur de la métropole sans en être totalement absorbé, sa position relative à l’ensemble urbain dans ses lieux, formes et pratiques en fait un témoin privilégié de l’évolution de la capitale – et, à certains égards, de l’évolution du concept même de capitale en Thaïlande. L’intérêt de la démarche est notamment de mettre en évidence (et de tenir ensemble) les liens entre la ville de fondation royale et ses composantes villageoises dont certains aspects sont encore vivaces – ainsi « l’imam de la mosquée garde encore des allures de chef de village » (Baffie et al. 1987 : 27) –, tout en demeurant attentif au devenir urbain contemporain.

Variations sur l’origine : composantes villageoises et ville de fondation

  • 6 Je me réfère à une observation verbale de Jean dont je n’ai cependant pas retrouvé trace dans ses é (...)
  • 7 « Ban Khrua, le village des Cham de Bangkok, se trouve actuellement situé entre le khlong (canal) M (...)
  • 8 Même si Jean Baffie nous apprend par ailleurs que le canal tire son nom Mahanak non directement de (...)

5Les travaux de Jean Baffie engagés dans les années 1980 et ceux, ultérieurs, de Marc Askew (1994, 1996, 2002) convergent ici pour montrer l’imbrication, sur le plan socio-spatial comme sur le plan fonctionnel, mais aussi sur le plan lexical, entre la ville de fondation royale et les villages qui gravitent autour d’elle, en assurent d’une certaine manière le fonctionnement et contribuent à son expansion. Ban (villages) et bang (hameaux au bord de l’eau), avec les minorités qui souvent les peuplent, apparaissent ainsi comme éléments constitutifs de la ville – « Malgré sa situation Ban Khrua n’était pas un village rural » (Baffie & Fournier 1992 : 201) –, dans sa diversité ethno-linguistique et dans son lien avec la citadelle royale, celle de Khrung Thep comme auparavant celle d’Ayutthaya, complexe de temples et de palais qui en garantit l’unité fonctionnelle et symbolique. Ainsi des Chams de Ban Khua Nua, engagés dans la marine de guerre et dont l’encadrement s’inscrivait initialement dans la hiérarchie du système féodal (sakdina) tout en autorisant le maintien de « leurs langues (cham et khmer) et beaucoup de leurs traditions » (Baffie et al. 1987 : 27) ; sous des formes distinctes, on retrouve ce lien fonctionnel et symbolique dans les villages des minorités marchandes (Chinois de Sampheng-Yeowarat ; Indiens de Pahurat) peuplant les canaux (khlong) qui, tel le canal Ong-an, circonscrivent l’espace de la cité royale et marquent sa croissance concentrique (King 2011: 45-49), qui orientent aussi son expansion radiale, tel le khlong Mahanak, celui-là même dans le prolongement duquel (Mahanak Saen Saep) se trouve Ban Khrua Nua. Or, loin des facilités chronologiques, Jean Baffie, avec son intérêt pour l’histoire des toponymes et l’attention rigoureuse qu’il porte à l’étymologie, ouvre ici un autre registre, une autre voie de connaissance, lorsque, croisant les travaux de Sumet Jumsai (1989 : 7- 21 ; 1997), il souligne le sens de Maha Nak, le grand naga, nâga, « serpent en sanskrit, naja grand serpent mythique à plusieurs têtes, divinité des eaux », et renvoie plus largement à une série de termes associés à l’élément aquatique et ayant en commun la consonne finale « ng » (ง)6, tel bang (บาง) ou khlong (คลอง). Sur ce point, la rubrique Ph[r]aya Nak de son Dictionnaire insolite de la Thaïlande (2012 : 113-114) fait écho à son exposé savant sur Ban Krua dans Habitations et habitat – où l’on retrouve précisément le khlong Mahanak et le soi Phraya Nak7 « comme si à dessein on avait donné à ce nouvel axe [terrestre] un nom très proche de celui du khlong Mahanak (“le grand Naga”) dont il prenait la place » (Baffie & Fournier 1992 : 2128).

  • 9 Sur l’incidence des soi sur les formes de l’expansion urbaine, le lecteur se reportera utilement à (...)

6Cette configuration de la ville royale entourée des éléments fondateurs de la ville ordinaire que figure la mosaïque des ban et des bang, s’est maintenue au moins jusqu’aux années 1960 (Askew 2002 : 41), période de l’« atterrissage » de Bangkok pour reprendre la belle expression de Jean Baffie, accomplissant le passage du khlong au soi (rue, voie secondaire, ruelle9). Devenu village de la soie, associé au succès de l’entreprise promue par Jim Thompson (Thai Silk Co.), Ban Khrua figure à nouveau comme le témoin décalé de ce mouvement entamé à l’échelle urbaine dans la seconde moitié du xixe siècle.

  • 10 Voir Cœdès (1948 : 148, « La division du Cambodge : Tchen-la de terre et Tchen-la d’eau ») ; Amiot (...)
  • 11 Jean Baffie relève que la terminologie officielle, en thai, s’est modifiée au cours du temps : à la (...)
  • 12 Tricycles motorisés remplaçant les samlo (cyclo-pousse), interdits à Bangkok depuis 1960 (voir « Tu (...)

7S’entame ainsi le passage du « Ban Khrua des eaux » au « Ban Khrua des terres », avec pour phase intermédiaire le « Ban Khrua des eaux et des terres » – distinction adoptée par Jean Baffie dans sa riche contribution sur « Espace et société à Ban Khrua Nua, un des plus anciens quartiers de Bangkok » (Baffie & Fournier 1992 : 199-230), non sans évoquer, dans la longue durée, la division entre Tchen-la d’eau et Tchen-la de terre aux sources de la formation de l’Empire khmer10. Le processus que traduit localement le percement des rues Phaya Nak (1949-1950) et Banthatthong (1963) trouve une forme provisoire mais significative d’accomplissement avec l’assimilation du village comme composante d’un slum11 désigné significativement à partir du nom d’une voie qui le borde : soi King Phet – statut officiellement sanctionné, en quelque sorte, par le programme pilote de « réhabilitation » (slum upgrading) du NHA (avec l’assistance de la Banque mondiale) dont cet ensemble a fait l’objet à la fin des années 1970 (Goldblum 1987 : 224-227) et socialement corroboré par la conversion partielle des espaces en lieu d’accueil de populations pauvres (notamment conducteurs de tuk-tuk12 originaires d’Isan). Avec son sens de la nuance, Jean Baffie remarque toutefois qu’« encore souvent on trouve un khlong à l’extrémité du soi » (« Soi », Dictionnaire : 134). Du reste, il fait observer, un rien ironique :

Il ne manque pas de spécialistes pour assurer que les canaux de Bangkok ont été comblés au cours des années 1960 pour devenir des rues. Ce fut le cas de quelques-uns dans les quartiers centraux, mais il en reste encore 1 040, soit une longueur totale de 1 911 km. (« Khlong », Dictionnaire : 73.)

8Ban Khrua Nua apparaît ici, dans les travaux de Jean, à la fois comme conservatoire de la mémoire urbaine et acteur de l’évolution spatiale et sociale de Bangkok :

À travers le microcosme de Ban Khrua – et surtout de sa partie nord-est appelée ban Khrua Nua, que nous étudions depuis 1985 – ce sont souvent les transformations de l’espace et de la société de Bangkok dans son ensemble, sinon de toute la Thaïlande, que nous pouvons retrouver et mettre en lumière. (Baffie & Fournier 1992 : 200.)

  • 13 Voir note 5.

9C’est aussi avec Ban Khrua que s’effectue le retour vers le présent, Jean Baffie se faisant anthropologue de la modernité urbaine. Dans ce jeu subtil de correspondances généalogiques entre microcosme et macrocosme, espaces de fondation et ville contemporaine, auquel Jean Baffie nous engage, confrontant profondeur historique des lieux et profondeur étymologique des mots, le slum lui-même, dans sa forme anglo-thaïe de salam13 (สลัม), trouve également sa place. Retour sur image, car dans sa version « thaïsée » le slum demeure-t-il le même ? Sur ce registre des mots et du sens, Bangkok fait l’objet du même type d’opération de double démontage généalogique : ce n’est certes pas sous cette désignation, mais sous celle de Krung Thep que les Thaïlandais désignent leur capitale, alors que celle-ci est couramment désignée par les étrangers sous le nom de Bangkok. Cependant, les analyses de Jean Baffie présentées dans la suite de mon commentaire montrent clairement que ceci ne fait pas pour autant de Bangkok un nom « étranger ».

Vers une anthropologie de la modernité urbaine thaïlandaise ?

10Dans son exploration du sens de la ville par les mots, par le lexique, par les toponymes, Jean ne pouvait évidemment omettre l’étape des termes génériques. Son article « À propos des noms désignant la ville en langue thaïe » (Baffie 2011 : 29-50) est exemplaire de sa démarche et permet d’en apprécier la pertinence et la richesse. Plutôt que de figer le champ lexical, Jean fait des définitions de la ville, de leur variation dans le temps et dans l’espace, un véritable objet de recherche ; n’ignorant pas les complexités de la polysémie et les incertitudes relatives à l’origine des lieux et des mots – à l’écoute de leurs résonances à travers l’histoire et les mythes –, il procède par itération, associant divers registres de signification. Après avoir rendu brièvement compte de l’historiographie de la traduction avec ses insuffisances généralistes, c’est par le particulier de Bangkok et de Thon Buri que Jean engage la réflexion sur leur désignation, et non à partir d’une contraignante mise en correspondance de la terminologie thaïe avec les termes génériques désignant la ville en français ou en anglais. Jean n’a assurément pas attendu la vogue des post-colonial studies pour pratiquer le décentrement du regard. L’analyse de l’énoncé complet et officiel du nom de la capitale : Krungthep mahanakhon amonrattanakosin mahintharayutthaya mahadilokkaphop noppharattana ratchathani burirom udom ratchaniwet mahasathan amonphiman owatan sathit sakkathattiyawitsanu kamprasit – repris dans son historique et dans celui de sa traduction anglaise –, lui permet ainsi de repérer quatre manières de se rapporter à la ville-capitale : krung, nakhon, thani, buri. Il écarte au passage quelques idées reçues concernant Bangkok dont il confirme, par l’étymologie, les origines thaïes, où l’on retrouve le terme bang associé au cours d’eau, puis au village au bord de l’eau. La discussion quant à l’étymologie des toponymes de la capitale proposée par divers auteurs croise aussi les questions spatiales de délimitation de la capitale où l’on rencontre précisément Thon Buri :

Depuis 1971, krungthep mahanakhon, la capitale de la Thaïlande, c’est-à-dire Bangkok pour les étrangers, inclut à nouveau Thon Buri. (Baffie 2011 : 32.)

11Dans ce cheminement par les mots à la rencontre des fragments de réalité urbaine qui sont chaque fois aussi des entrées multiples dans les voies de connaissance, d’interprétation renouvelée des espaces sociaux, c’est à la construction d’une lecture adéquate à la capture du sens de cette réalité mouvante que sont les organismes urbains qu’il œuvre.

12Poursuivant la discussion des hypothèses relatives à l’étymologie des noms de la capitale thaïlandaise, Jean Baffie met en évidence, sous la rubrique : « Krung, le fleuve, le roi, la capitale et le royaume » (ibid. : 33), pour le krung (กรุง) de Krungthep comme pour le bang (บาง) de Bangkok, le lien entre le terme générique associé à la capitale (krungthep) et l’élément aquatique – sans pour autant omettre de signaler l’existence de désignations concurrentes, telle mueang luang. Il affirme ainsi le caractère exploratoire de sa démarche et la valeur hypothétique de ses interprétations. En fait, cette prudence va de pair avec la richesse de ses références interprétatives, associées à l’éventail des confrontations linguistiques : avec le môn, le thaï, le birman, le khmer, le vietnamien, le malais, le pâli, le sanskrit, etc. Sa réflexion sur mueang (« Mueang, de la principauté thaïe à la ville ou inversement » [ibid. : 36]) – terme se rapportant à la ville et au territoire que Marc Askew, se référant à Richard O’Connor (1983), considère comme la matrice des formulations politiques, symboliques et territoriales constituant le fondement de l’« urbanisme indigène du Sud-Est asiatique » (Askew 1996 : 205, note 2) – illustre la qualité du propos. Jean Baffie en identifie la présence dans toutes les langues de la famille thaïe, précisant qu’il fut à la source de l’approche de Georges Condominas sur les « systèmes d’autorité par emboîtement » (Condominas 1977 : 42, note 118). Au-delà des termes majeurs mentionnés, il souligne la richesse lexicale du thaï dans ses diverses manières de nommer la ville : thani (ville royale), buri (le bourg), chiang et wiang, etc. Pour l’examen de ces autres termes, on ne peut que renvoyer à son article de référence (Baffie 2011), non sans noter toutefois son intérêt permanent pour l’écho des mots de la ville dans la modernité (urbaine en l’occurrence) ; ainsi de l’extensivité des désignations au temps des « villes nouvelles » : Nawa Nakorn ; Mueang Thong Thani, où l’on retrouve les termes clés. Ces mises en perspective linguistiques, historiques et culturelles, ces confrontations avec la littérature scientifique contemporaine (ainsi de ses références à Sumet Jumsai), mais aussi avec la production littéraire et musicale – sophistiquée ou populaire – composent, sans pesanteur inutile, une approche multidimensionnelle de la complexité du fait urbain thaïlandais – approche que je me risquerai à qualifier d’anthropologique, en tout cas jamais éloignée de l’histoire comparée et de la sociolinguistique.

La (grande) ville à la lumière de l’imagerie populaire

13De la fondation de la ville, Jean Baffie nous a entraînés vers ses origines villageoises et, avec la réflexion sur les termes génériques de ban et bang, vers les récits de fondation de l’espace habité, les mythes et légendes du naga. Cette lecture savante, Jean Baffie ne la réserve pas aux grands récits fondateurs, il l’applique aussi bien à l’imaginaire urbain de la bande dessinée populaire (katun lem la bat), peuplé de dragons, de géants, de fantômes (phi) et de figures sataniques. Il est vrai qu’au-delà du support littéraire, graphique ou cinématographique, la surnature ne constitue pas un domaine séparé dans l’univers thaïlandais. Comme le note Jean Baffie à propos de l’évocation, lors de la construction de l’aéroport international Suvarnabhumi, de la manifestation d’un génie du sol réclamant un sanctuaire : « comme il fallait s’y attendre, le surnaturel fut de la partie » (« Suvarnabhumi », Dictionnaire : 141). Dans son article intitulé : « Le dragon dévoreur de ville » (mangkon klun muang), figure de la grande ville dans les bandes dessinées populaires de la Thaïlande » (Baffie 1995 ), Jean Baffie se plaît à explorer cette fantasmagorie, au travers des 63 volumes de la collection KRTPS de la maison d’édition Sakon sélectionnés sur critères urbains. Parcourant les récits et figurations graphiques, il met en évidence une chaîne signifiante, à la fois manière de didactique de la ville et symptôme d’une hantise, voire d’une haine de la grande ville actuelle (Jean Baffie évoque ici les Khmers rouges). C’est cette « ville de l’argent, des richesses, la ville des commerçants » dont Jean Baffie, dans son remarquable article sur les mots désignant la ville (Baffie 2011 : 43), saisit l’annonce dans le toponyme Thon Buri et dans une terminologie urbaine nouvelle : thana, nikhom, talat qui, dans l’imagerie des tours, des condominiums, dans les évocations de Silom, quartier du luxe et des plaisirs, fait irruption. Métropole illimitée, ville de contrastes physiques, qui trouve comme un point de fuite dans l’évocation d’un passé idéalisé, de l’harmonie de la cité légendaire, limitée par ses enceintes, puisant ses références dans Ayutthaya comme incarnation urbaine d’un âge d’or ; mais aussi ville de contrastes sociaux avec le thème du « campagnard qui vient se frotter à Bangkok » (Baffie 1995 : 25) (ban nok khao krung : village, extérieur, entrer, capitale), thème récurrent également dans les chansons populaires de la capitale (luk krung), celles-ci constituant en quelque sorte le pendant des chants de la rizière (luk thung) reflétant « la société rurale, le mode de vie et la culture des villages » (« Chants de Bangkok » ; « Chants de la rizière », Dictionnaire : 27-28) – si la musique s’est adaptée aux instruments occidentaux, on reste ici sur le registre de la chanson thaïe, fût-elle de « style moderne ». L’opposition, le contraste apparaît avec les goûts musicaux de la jeunesse citadine, ses engouements et la façon de les exprimer : « J-Pop (Japanese popular music) », « K-Pop (Korea Pop Music) fever » (Dictionnaire : 69 ; 70-71) renvoyant à des styles de consommation (mangas, modes vestimentaires, séries télévisées), et à ses lieux de prédilection, ainsi de Royal City Avenue (« RCA », Dictionnaire : 123) et de ses « boîtes » à la mode fréquentées par les adolescents aisés.

14Jean Baffie s’attache ainsi, par touches, à relever, dans les représentations des bandes dessinées comme plus largement dans les formes populaires d’expression, les marques de distinction sociale que recèlent les différences de vocabulaire et de prononciation entre les milieux populaires avec les nouveaux arrivants (ban nok) et les riches Bangkokiens (setthi). Ce même intérêt pour les formes d’expression populaire transparaît jusque dans sa préface à l’ouvrage novateur que, sous le titre Écrire Bangkok, Louise Pichard-Bertaux (2010) consacre à « la ville dans la nouvelle contemporaine en Thaïlande », lorsqu’il observe :

Bien entendu, il existe d’autres nouvelles et romans – dans une littérature parfois plus « populaire » – également très utiles pour la connaissance de la ville thaïe contemporaine, fictions sur les « slums » – c’est-à-dire les bidonvilles – et sur les ban chatsan (« villages de lotissements ») des banlieues de Bangkok. (Baffie 2010 : 11.)

Typologies urbaines : figures de la stratification socio-spatiale

15Cette démarche fait écho aux esquisses typologiques par lesquelles Jean Baffie, en sociologue, rend compte de la construction urbaine et territoriale des différenciations, hiérarchies et inégalités sociales :

  • à l’échelle d’un espace singulier, en référence aux formes distinctives de l’habitat et à leur évolution dans le quartier de Ban Khrua : habitations végétales des plus pauvres (ban khung phuk), maisons ordinaires de bambou (mai phai sisuk), maisons flottantes (ruan phae) ; maisons traditionnelles des nobles et des riches en teck (ban mai sak ) sur pilotis (de style Panya puis Manila) pour partie détruites lors de la construction des rues Phaya Nak et Banthatthong dans les années 1950-1960, pour partie transformées en ateliers, puis en foyers locatifs (Baffie & Fournier 1992 : 210-220) ; rangées de « compartiments chinois » en bois (hong thaew) ou en maçonnerie (tuek thaew) associés au développement commercial et pavillonnaire sur les nouvelles voies (« Compartiments chinois », Dictionnaire : 40-41) ;
  • à l’échelle de la métropole et au-delà, l’attention étant portée sur la terminologie nouvelle dérivée de l’anglo-américain, mais néanmoins intégrée à la langue thaïe : l’opposition hi-so (high society)/lo-so (low society) relevée dans le Dictionnaire (66 et 82-83) définit un registre de distinction sociale associé aux formes actuelles de la consommation – le Dictionnaire nous apprend que les Thaïlandais « sont les plus gros acheteurs de Mercedes Benz après les Allemands » (« Benz », Dictionnaire : 17) –, voire à la façon de « consommer » la ville :

Avec le développement des classes moyennes aisées, les centres commerciaux sont devenus plus que des lieux de commerce, de vrais centres de la vie urbaine. (« Grands magasins », Dictionnaire : 64-65.)

16Ce que traduisent spatialement et visuellement les itinéraires du métro aérien (BTS-skytrain) et du métro souterrain (MRT) :

Contrairement au BTS qui dessert les rues les plus huppées de Bangkok, le MRT passe par les quartiers populaires comme la gare de Hualamphong à l’entrée du quartier chinois, le marché de Khlong Toey, proche du plus grand slum de Bangkok. (« BTS et MRT », Dictionnaire : 21.)

17La différenciation socio-spatiale est de même observée à l’échelle nationale : la liaison physique et symbolique qui s’organise à partir de la capitale unifie le territoire non sans marquer la distance, ainsi que Jean Baffie le relève à propos du Lak Mueang, le poteau fondateur de la ville :

Le Lak Mueang est officiellement le centre symbolique et physique de Bangkok à partir duquel on mesure traditionnellement les distances la séparant des autres villes. (« Lak Mueang », Dictionnaire : 79-80.)

18Associé à l’établissement de la dynastie Chakkri et de sa capitale, il est, selon Hans-Dieter Evers et Rüdiger Korff (2000 : 82), constitutif avec Sanam Luang et le Wat Phra Kaeo de la centralité du royaume. La centralité de la capitale, unifiant le pays autour d’elle, s’exprime également dans le rayonnement de son réseau viaire qu’accentue encore le continuum entre les rues et les routes marquant le réseau terrestre dans ses grands axes, au point d’en faire l’expression physique du centralisme de l’organisation territoriale de la Thaïlande :

Comme la rue Phahon Yothin qui part du Monument de la Victoire à Bangkok et traverse le centre du pays jusqu’à Chiang Mai ou comme la rue Phetkasem qui débute au Monument du Roi Taksin et se dirige jusqu’à la frontière malaise à l’extrême sud, la rue Sukhumvit commence dans le quartier de Soi Nana et traverse quatre provinces de l’Est pour rejoindre le Cambodge. (« Sukhumvit », Dictionnaire : 140.)

  • 14 La thèse de Pornthum Thumwimol pour le doctorat en architecture (2004), « Métamorphose urbaine et p (...)
  • 15 Également orthographié yarn dans des travaux antérieurs de Marc Askew (1996 : 183-210 ; 1994 : 85-1 (...)

19Tous les registres de la centralité et des pouvoirs venant s’y confondre, on comprendra la signification particulière qu’ont pu prendre les dispositions visant à protéger la capitale lors des inondations de novembre 2011 (« Inondations », Dictionnaire : 67-68), celles-ci ayant souvent été perçues de sa périphérie comme des mesures discriminatoires en faveur des Bangkokiens. On pourrait ici risquer un parallèle, à l’échelle urbaine de Bangkok, entre l’idée d’une protection sélective de la centralité face aux inondations et l’optique sélective qui, selon Marc Askew, prévaut dans la récente démarche de sauvegarde du patrimoine de la ville historique – largement circonscrite à la citadelle royale, Rattanakosin14, sans égard pour l’ancienneté des villages ordinaires pourtant composantes de la ville historique – « même si, dans le cas précis de Ban Khrua, les Chams habitaient déjà le quartier il y a 150 ou 200 ans » (Baffie 1993 : 197). Dans son analyse, Marc Askew met en cause la vision élitiste et idéalisée de la ville-capitale ; celle-ci trouve, selon lui, son expression dans le champ patrimonial avec la distinction entre les termes de moradok (dans le sens récent de patrimoine historique, associé à l’intangibilité de la ville royale) et de yan15 (quartier urbain ordinaire, exposé aux aléas du changement). Ban Khrua fait, de ce point de vue, figure de « old yan », emblématique de ce que nous pourrions désigner en français par « quartier dés-hérité », non pas comme privé de patrimoine, mais en quelque sorte spolié de sa valeur patrimoniale (Askew 2002 : 109-110 ; 295-299).

20Dans cette représentation de la grande ville en tant qu’espace social instable, fait d’inégalités et de tensions, source de peur et de violence, le slum paraît occuper une position ambiguë : il est, ainsi que le note Jean Baffie, « du point de vue visuel très proche du village » (1995 : 26), et semble, à ce titre, épouser les traits d’un lieu refuge pour le nouvel arrivant ; passage obligé pour accéder à la modernité urbaine, il est lui-même exposé à la dynamique urbaine dont à sa manière il participe – y compris en tant qu’objet de conflits. Dans la traversée des textes de Jean, cette dimension de scène conflictuelle caractérisant la grande ville en position de capitale fait surface. Scène d’expression des conflits politiques de dimension nationale, de leur cristallisation dans des lieux emblématiques, tels le Monument de la Démocratie sur l’avenue Ratchadamnoen pour les manifestations du mouvement démocratique en mai 1992 et celles des « chemises jaunes » en août 2008, ou, dans l’actualité plus récente, le quartier des affaires et du commerce de luxe de Pathumwan/Siam Square-Intersection Ratchaprasong, pour les actions (occupations et incendies) menées par le mouvement des « chemises rouges » au printemps 2010 (voir Dictionnaire : 33-35 ; King 2011 : xix-xxv), l’espace de la capitale thaïlandaise apparaît également, au regard des épisodes récents de l’histoire de Ban Khrua/soi King Phet, comme enjeu et scène de conflits d’usage localisés, à l’issue incertaine.

Le slum, révélateur des tensions et aléas de la ville contemporaine

21Grignoté dans son entour par la progression des lotissements (ban chatsan) et soumis à une pression foncière renforcée depuis qu’il a été rendu accessible à la moto, le village – désormais situé au cœur de la métropole internationale – a vu, depuis la fin des années 1980, son existence périodiquement menacée par les incidences d’un projet d’autoroute urbaine de l’Expressway and Rapid Transit Authority (ETA) – projet dont Jean Baffie rend compte dans son important article « Espace et société à Ban Khrua Nua. Un des plus anciens quartiers de Bangkok » (Baffie & Fournier 1992). Sensibilisé, dès ses premiers travaux, à la question des menaces pesant sur les slums (voir Baffie et al. 1987), Jean n’a cessé d’être attentif aux risques d’élimination pesant sur Ban Khrua (nonobstant sa réhabilitation par le NHA entre 1978 et 1982) et à la réactivité de ses habitants, ainsi qu’en témoigne son article sur « La lutte de Ban Khrua, village des Chams/Malais de Bangkok, contre la construction de l’autoroute » (Baffie 2003).

  • 16 « The much-publicised resistance of Muslim residents of the village of Ban Khrua in the face of the (...)
  • 17 « The Yan Fights Back: Ban Khrua and the Expressway Authority » (Askew 2002 : 295-299).

22C’est, avant tout, à la cohésion interne d’une communauté musulmane pourtant minoritaire (en nombre, mais non en influence), à sa combativité et à ses soutiens externes dans les milieux intellectuels, parmi les journalistes, les universitaires et les organisations non gouvernementales (ONG), que le village doit d’être maintenu. À la différence de nombreux autres slums frappés d’éviction pour cause de modernisation urbaine, voire de spéculation foncière, il a bénéficié d’une incontestable popularité médiatique16, faisant de ses habitants, comme le relève Jean Baffie, « des modèles de sens civique dont parlent désormais les manuels » (« Slum King Phet », Dictionnaire : 134). Les travaux de Jean ont, à leur manière, contribué à populariser la cause de Ban Khrua ; ainsi de son article en thai (co-signé par Charuwan Lowira) : « Ban Krua adit an rungrot ru anakhot cha dap sun ? » (« Ban Khrua, un quartier rempli de passé et plein d’avenir ? ») (Baffie & Lowira 1992) – article auquel Marc Askew fait explicitement référence dans sa présentation de Ban Khrua comme modèle de résistance du yan17. Il est vrai aussi que le village a, jusqu’à présent, su tirer parti des lenteurs qui caractérisent la mise en œuvre des grands projets en Thaïlande, ainsi que des effets de la crise de 1997 et des incertitudes politiques des années 2000 (Askew 2002 : 295-299 ; Baffie 2003).

  • 18 Expression reprise du titre de l’ouvrage de Colin Rowe et Fred Koetter (1978).
  • 19 Pour une approche développée des formes, espaces et pratiques du commerce à Bangkok, le lecteur pou (...)

23Si Ban Khrua a pu et su se conformer, par phase, à son rythme et dans ses modalités propres au mouvement d’« atterrissage » de Bangkok, qu’en est-il de ses possibilités et capacités d’adaptation à l’ère du Bangkok des airs (tours, autoroutes surélevées et métro aérien) et du souterrain (métro et sous-sol des tours) ? Sans se risquer à de vaines conjectures en la matière, Jean relève ces contrastes qui marquent l’image mutante de Bangkok, ces aléas et conflits d’usage auxquels la ville thaïlandaise contemporaine expose ses habitants. Ce faisant, il rend compte du caractère de « collage city18 » que revêt la métropole thaïlandaise. Il organise ainsi un jeu de correspondances spatio-temporel auquel contribue son Dictionnaire insolite, entre, d’une part, la permanence de la ville de fondation, dont témoigne – outre la cité royale qu’évoque en l’occurrence la référence à Sanam Luang – l’espace ordinaire des canaux, des marchés traditionnels, voire la rémanence de pratiques anciennes ou de mythes dans les toponymes et, d’autre part, la ville contemporaine et sa rupture avec la tradition que semble symboliser Baiyok Tower 2 (Dictionnaire : 15) dans sa quête profane de la verticalité. Des entrecroisements issus de la confrontation des textes de Jean Baffie comme des entrées du Dictionnaire résulte une mise en relation contrastée des fonctions urbaines : entre les marchés traditionnels (marchés flottants, marchés périodiques, marchands ambulants), avec déjà l’ouverture distinctive entre le rural et l’urbain, et l’espace commercial moderne, avec ses étapes que sont le compartiment, élément constitutif de la rue marchande, l’espace commercial horizontal de Siam Square et les « grands magasins » (Dictionnaire : 64-65), tel le grand complexe commercial MBK (Maboonkrong), mais aussi les supérettes, le « 7-Eleven […] devenu incontournable dans la vie des Thaïlandais, surtout des Bangkokiens toujours pressés aux heures de pointe » (Dictionnaire : 11 ; voir aussi « Embouteillages », Dictionnaire : 52)19 ; entre le transport fluvial des bateaux-bus (ruea chang) et ses embarcadères sur le fleuve Chao Phraya ou sur le canal Saen Saep, la gare ferroviaire centrale Hualamphong et son quartier (Dictionnaire : 62), la gare routière de Mochit (« Mochit », Dictionnaire : 63), les tuk-tuk (tricycles motorisés) (Dictionnaire : 148-149), les taxis collectifs (rot song thaeo : « voitures (à) deux rangées (de sièges) » (Dictionnaire : 142-143) et les moto-taxis (motosai rap chang) (Dictionnaire : 96-97), ainsi que les formules modernes de transport collectif urbain, BTS (skytrain) et MTS. On est, de fait, loin d’un simple choix arbitraire des entrées, même si j’ai, je l’avoue, délibérément orienté ma lecture dans le sens d’une entrée en ville et par la ville. Certes les deux auteurs du Dictionnaire mettent en garde le lecteur dans leur « Introduction » : « La capitale n’est pas la Thaïlande profonde » (Dictionnaire : 10). Ils n’en démontrent pas moins, à leur manière, que Bangkok, pour peu qu’on s’y attache, recèle bien une part de la singularité thaïlandaise.

24Dans cette approche de la ville par ses composantes visibles et imaginaires, socio-spatiales et langagières, dans la traversée de ces fragments d’espaces et de temps auxquelles les travaux de Jean Baffie obligeamment nous convient et les sondages en profondeur qu’elles occasionnent sur le registre de la langue et des modes d’énonciation, c’est la construction subtile d’une connaissance de la ville thaïe qui, engagée à partir de sa thèse sur « Les transformations de la société urbaine thaïlandaise. Essai de sociogenèse des villes thaïes » (Baffie 1980), s’élabore et qui dans la lecture transversale de ses textes se révèle.

25Quant à cette brève incursion dans les travaux de Jean Baffie, elle ne se veut qu’une manière d’écho à la richesse du propos et une marque de reconnaissance amicale, sans prétention aucune à l’exhaustivité.

Figure 1 : « Inne...Figure 1 : « Inner Bangkok »

Figure 1 : « Inner Bangkok »

Carte illustrant l’article de Marc Askew (1996 : 199).

© Mark Askew. Carte reproduite avec l’aimable autorisation de l’auteur et de ISEAS Publications.

Haut de page

Bibliographie

AMIOT, Joseph Marie et al., 1789, Mémoires concernant l’histoire, les sciences, les mœurs, les usages, etc. des Chinois ; par les missionnaires de Pékin, tome quatorzième, Paris : Nyon l’aîné et fils.

ASKEW, Marc, 1994, « Bangkok and the Transformation of the Thai City », in Cultural Identity and Urban Change in Southeast Asia. Interpretative Essays, Marc Askew & William S. Logan Geelong, éd., Victoria : Deakin University Press, p. 85-115.

ASKEW, Marc, 1996, « The Rise of Moradok and the Decline of the Yarn : Heritage and Cultural Construction in Urban Thailand », Sojourn, 11, 2 : 183-210.

ASKEW, Marc, 2002, Bangkok, Place, Practice and Representation, Londres-New York : Routledge, coll. « Asia’s Transformations ».

BAFFIE, Jean, 1980, Les transformations de la société urbaine thaïlandaise. Essai de sociogenèse des villes thaïes, thèse de 3e cycle, université Paris 7-Denis Diderot.

BAFFIE, Jean et al., 1987, « Les slums de Bangkok, dynamismes et précarité », Cahiers des Sciences Humaines (ORSTOM), 23, 1 : 15-34.

BAFFIE, Jean & Anne FOURNIER, 1992, « Espace et société à Ban Khrua Nua, un des plus anciens quartiers de Bangkok », in Habitations et habitat d’Asie du Sud-Est continentale. Pratiques et représentations de l’espace, Jacqueline Matras-Guin & Christian Taillard, éd., Paris : L’Harmattan, coll. « Recherches asiatiques », p. 199-230.

BAFFIE, Jean & Charuwan LOWIRA, 1992, « Ban Krua adit an rungrot ru anakhot cha dap sun ? » (Ban Khrua, un quartier rempli de passé et plein d’avenir ?), Sinlapa Watthanatham (octobre) : 176-186.

BAFFIE, Jean, 1993, « Des musulmans dans la cité bouddhique : l’exemple de la Thaïlande », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 68, 1 : 189-200.

BAFFIE, Jean, 1995, « “Le dragon dévoreur de ville” (mangkon klun muang). Figures de la grande ville dans les bandes dessinées populaires de Thaïlande », Journal des anthropologues, 61-62 : 21-40.

BAFFIE, Jean, 2003, « La lutte de Ban Khrua, village des Chams/Malais de Bangkok, contre la construction de l’autoroute », in Péninsule indochinoise et Monde malais : Relations historiques et culturelles. Centenaire de l’École française d’Extrême-Orient, Po Dharma & Mak Phoeun (textes réunis par), Kuala Lumpur : ministère de la Culture, de l'Art et du Tourisme, Malaysia/École française d’Extrême-Orient, p. 15-73.

BAFFIE, Jean, 2010, « Préface », in Écrire Bangkok. La ville dans la nouvelle contemporaine en Thaïlande, Louise Pichard-Bertaux, Paris : Connaissances et savoirs, coll. « Sources d’Asie », p. 7-13.

BAFFIE, Jean, 2011, « Mueang, Krung, Nakhon, Thani et les autres. À propos des noms désignant la ville en langue thaïe », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 18 : 29-50.

BAFFIE, Jean & Louise PICHARD-BERTAUX, 2011, « Introduction : étudier les villes thaïes », Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 18 : 11-27.

BAFFIE, Jean & Thanida BOONWANNO, 2012, Dictionnaire insolite de la Thaïlande, Paris : Cosmopole (1re édition 2011).

BOONTHARM, Davisi, 2005, Bangkok. Formes du commerce et évolution urbaine, Paris : éditions Recherches/IPRAUS, coll. « Archithèse ».

CERTEAU, Michel de, 1990, L’invention du quotidien 1. Arts de faire, Paris : Gallimard, coll. « Folio Essais ».

CHARMES, Éric, 2000, « Impasses et voies traversantes : formation et transformations de l’espace viaire en périphérie de Bangkok », thèse de doctorat en urbanisme et aménagement, sous la direction de Charles Goldblum, École nationale des ponts et chaussées.

CŒDÈS, George, 1948, Les États hindouisés d’Indochine et d’Indonésie, Paris : De Boccard, coll. « Histoire du monde » (rééd. 1989).

COHEN, Eric, 1985, « A Soi in Bangkok – The Dynamics of Lateral Urban Expansion », Journal of the Siam Society, 73, 1-2 : 1-35.

CONDOMINAS, Georges, 1977, « Pour une définition anthropologique du concept d’espace social », Asie du Sud-Est et Monde insulindien (ASEMI), VIII, 2 : 5-54.

CONDOMINAS, Georges, 1980, L’espace social. À propos de l’Asie du Sud-Est, Paris : Flammarion, coll. « Science ».

EVERS, Hans-Dieter & Rüdiger KORFF, 2000, Southeast Asian Urbanism. The Meaning and Power of Social Space, Münster-New York : LIT Verlag-St.-Martin’s Press.

GOLDBLUM, Charles, 1987, Métropoles de l’Asie du Sud-Est. Stratégies urbaines et politiques du logement, Paris : L’Harmattan, coll. « Villes et entreprises ».

HANNERZ, Ulf, 1983, Explorer la ville. Éléments d’anthropologie
 urbaine, Paris : Les éditions de Minuit, coll. « Le sens commun » (éditions américaines, 1980, traduction d’Isaac Joseph).

JUMSAI, Sumet, 1989, « Oceanic Origins of Thai Culture », in Culture and Environment in Thailand. A Symposium of the Siam Society, Bangkok : Siam Society, p. 7-21.

JUMSAI, Sumet, 1997, Naga. Cultural Origins in Siam and the West Pacific, Bangkok : Chalermnit & DD Books.

KING, Ross, 2011, Reading Bangkok, Singapour : NUS Press.

O’CONNOR, Richard, 1983, A Theory of Indigenous Southeast Asian Urbanism, Singapour : Institute of Southeast Asian Studies.

PICHARD-BERTAUX, Louise, 2010, Écrire Bangkok. La ville dans la nouvelle contemporaine en Thaïlande, Paris : Connaissances et savoirs, coll. « Sources d’Asie ».

PORNCHOKCHAI, Sopon, 1985, 1020 Bangkok Slums. Evidence, Analysis, Critics, Bangkok : School of Urban Community Research and Actions.

ROWE, Colin & Fred KOETTER, 1978, Collage City, Cambridge, Mass. : The MIT Press.

THUMWIMOL, Pornthum, 2004, « Métamorphose urbaine et permanence paysagère, les aventures de la patrimonialisation. L’île de Rattanakosin, Bangkok 1978-1997 », thèse de doctorat d’architecture, sous la direction de Pierre Clément, université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis.

Haut de page

Note de fin

1 La justesse et la précision de ses comptes rendus dans la revue Moussons suffisent à s’en convaincre.

2 Ainsi de la remarquable synthèse intitulée « étudier les villes thaïes », que Jean Baffie co-signe avec Louise Pichard-Bertaux (2011 : 11-27).

3 Dans la suite du texte, les références à cet ouvrage sont mentionnées : Dictionnaire, précédé de l’entrée concernée et suivi de la ou des pages de référence.

4 Les noms en caractères gras correspondent à des lieux mentionnés sur la carte (fig. 1).

5 « Dès les années 1960, les services officiels considéraient Ban Khrua comme un salam (slum) » (Baffie & Fournier 1992 : 220).

6 Je me réfère à une observation verbale de Jean dont je n’ai cependant pas retrouvé trace dans ses écrits.

7 « Ban Khrua, le village des Cham de Bangkok, se trouve actuellement situé entre le khlong (canal) Mahanak et la rue Phaya Nak, deux allusions au même naga. » (Baffie & Fournier 1992 : 200.) Phaya Nak est la translittération courante pour le nom de la rue concernée.

8 Même si Jean Baffie nous apprend par ailleurs que le canal tire son nom Mahanak non directement de son caractère aquatique, mais d’un canal de l’ancienne capitale d’Ayutthaya portant le nom du bonze qui, au xvie siècle, l’avait fait creuser (Baffie & Fournier 1992 : 200).

9 Sur l’incidence des soi sur les formes de l’expansion urbaine, le lecteur se reportera utilement à l’article d’E. Cohen (1985), « A Soi in Bangkok – The Dynamics of Lateral Urban Expansion », ainsi qu’à la thèse d’E. Charmes (2000), « Impasses et voies traversantes : formation et transformations de l’espace viaire en périphérie de Bangkok ».

10 Voir Cœdès (1948 : 148, « La division du Cambodge : Tchen-la de terre et Tchen-la d’eau ») ; Amiot et al. (1789 : 111-120, « Du Royaume de Tchen-la »).

11 Jean Baffie relève que la terminologie officielle, en thai, s’est modifiée au cours du temps : à la fin de 1981, l’expression : laeng suam som (lieu dégradé), adoptée en 1958, « jugée trop péjorative, fut remplacée par celle de chumchon ae-at (mot à mot “communauté entassée”, “communauté trop dense”) » (Baffie & Fournier 1992 : 220-221).

12 Tricycles motorisés remplaçant les samlo (cyclo-pousse), interdits à Bangkok depuis 1960 (voir « Tuk-tuk », Dictionnaire : 148-149).

13 Voir note 5.

14 La thèse de Pornthum Thumwimol pour le doctorat en architecture (2004), « Métamorphose urbaine et permanence paysagère, les aventures de la patrimonialisation. L’île de Rattanakosin, Bangkok 1978-1997 », présente une approche détaillée du plan de sauvegarde de la cité royale.

15 Également orthographié yarn dans des travaux antérieurs de Marc Askew (1996 : 183-210 ; 1994 : 85-115).

16 « The much-publicised resistance of Muslim residents of the village of Ban Khrua in the face of the Expressway Authority’s determination to build a freeway bypass in central Bangkok has shown vividly how the few old yan of the city are in danger of being sacrificed to make way for urban “development” in the guise of infrastructure efficiency » (Askew 2002 : 110).

17 « The Yan Fights Back: Ban Khrua and the Expressway Authority » (Askew 2002 : 295-299).

18 Expression reprise du titre de l’ouvrage de Colin Rowe et Fred Koetter (1978).

19 Pour une approche développée des formes, espaces et pratiques du commerce à Bangkok, le lecteur pourra utilement se reporter à l’ouvrage de Davisi Boontharm (2005) issu d’une thèse de doctorat en architecture sur ce thème.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « Inner Bangkok »
Légende Carte illustrant l’article de Marc Askew (1996 : 199).
Crédits © Mark Askew. Carte reproduite avec l’aimable autorisation de l’auteur et de ISEAS Publications.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Goldblum, « Marcheur de villes, passeur de mots : Jean Baffie initiateur à la lecture de Bangkok », Moussons, 31 | 2018, 49-63.

Référence électronique

Charles Goldblum, « Marcheur de villes, passeur de mots : Jean Baffie initiateur à la lecture de Bangkok », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4091 ; DOI : 10.4000/moussons.4091

Haut de page

Auteur

Charles Goldblum

Professeur émérite, université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, chercheur associé à l’UMR 3329 AUSser (CNRS/ENSA Paris-Belleville).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page