Navigation – Plan du site
Articles

Ethnogenèse des Thaïs-Ko-Kong : une « ethnie-frontières » dans un espace transfrontalier. Hommage à Jean Baffie, mon achan

Ethnogenesis of Thais-Ko-Kong: A “Border Ethnicity” in a Cross-Border Area. Tribute to Jean Baffie, my Achan
Thanida Boonwanno
p. 93-116

Résumés

La délimitation des frontières entre le Siam et la France (l’Indochine française), en 1904, a eu pour effet la séparation des populations siamoises entre ces territoires nouvellement frontaliers. Ko Kong était l’un de ces territoires que les Siamois occupaient depuis l’époque où ces confins, entre le Siam et le Cambodge, étaient mal délimités. Certaines études historiques et géographiques sur l’espace littoral du Cambodge (Pourtier 1969, 1971) montrent que les populations pionnières de Ko Kong sont venues d’endroits divers tels que la Chine, le Siam et le Vietnam. Cette assertion justifie de questionner « qui sont les Thaïs-Ko-Kong ? » puisque l’espace littoral de Ko Kong avant l’époque de la colonisation française n’accueillait pas seulement les Siamois. Cette question simple, posée par mon co-directeur de thèse, Jean Baffie, m’a été indispensable pour étudier ensuite l’ethnogenèse des Thaïs-Ko-Kong.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Boonwanno (2014), thèse d’anthropologie menée sous la direction de Chantal Zheng et Jean Baffie à A (...)

1L’étude de l’ethnogenèse des Thaïs-Ko-Kong est une partie de ma thèse intitulée « Frontières d’une ethnie des frontières : Les Thaïs-Ko-Kong », soutenue le 4 juillet 20141. En Thaïlande, peu d’études anthropologiques sur la frontière thaïlandaise-cambodgienne ont été effectuées. La majorité des travaux concerne les espaces transfrontaliers de la Thaïlande et de la Birmanie. Parmi les universitaires thaïlandais, ce sont plus particulièrement les anthropologues, les politologues et les historiens pour qui la frontière est devenue un objet d’étude. Concernant la frontière thaïlandaise et laotienne, il existe l’ouvrage de Jakkrit Sangkhamanee (2006), un anthropologue qui travaille sur la construction de l’identité des commerçants sur la zone frontière, limitrophe du fleuve, dans la subrégion du Grand Mékong. Nous pouvons également citer une thèse en géographie de Wasana La-Orngplew (2012) sur le processus et les conséquences d’expansion des hévéas sur l’espace des hauts plateaux du Laos. Citons également le travail d’une anthropologue de l’université de Chiang Mai, Pinkaew Laungaramsri (2012), qui étudie l’expansion des plantations des hévéas dans la zone frontalière du sud du Laos. Une thèse en géographie humaine, de Soimart Rungmanee (2014), étudie la transformation agraire de l’espace transfrontalier thaï-lao. S’agissant de la frontière thaïlandaise et birmane, il y a les thèses en anthropologie de Decha Tangseefa (2003), Pinkaew Laungaramsri (2006) et Busarin Lertchavalitsakul (2014). En science politique, nous pouvons citer la thèse de Thirawut Senakham (2007) qui étudie les personnes déplacées thaïes du Ténasserim en Birmanie et celle de Puangthong Rungswasdisab (1995) pour les frontières thaïlandaise et cambodgienne, auteur dont le travail scientifique continue sous le nom de Puangthong Pawakapan (2013). Nous pouvons enfin mentionner la thèse en histoire et civilisations de Nathaporn Thaijongrak (2013), soutenue à l’université de Paris, et les travaux historiques de Thibodi Buakamsri (2017).

2Pour comprendre l’identité « Thaïs-Ko-Kong », Jean Baffie, mon co-directeur de thèse, m’a suggéré de commencer par l’étude de la formation du groupe, grâce à une approche interdisciplinaire ethnologique, géographique et historique. Pour tenter de répondre à sa question « qui sont les Thaïs-Ko-Kong ? », J. Baffie formule quatre hypothèses :

  • premièrement, dans la mesure où l’espace littoral de Ko Kong accueille, depuis longtemps, des populations d’origines diverses, il est probable que les populations qui se définissent elles-mêmes comme siamoises ne soient pas une ethnie homogène ;
  • deuxièmement, la langue thaïe a été choisie comme langue vernaculaire car le Siam avait jadis gouverné sur ce territoire de Ko Kong, mais c’est peut-être également parce que les populations siamoises étaient plus nombreuses, tandis que les Khmers y étaient moins présents ;
  • troisièmement, J. Baffie fait remarquer que les professions de la pêche et les activités halieutiques sont la spécialité des Chinois et des Vietnamiens. Il est donc possible que les Thaïs-Ko-Kong soient une ethnie hétérogène de Siamois, Chinois ou Vietnamiens ;
  • quatrièmement, J. Baffie fait l’hypothèse que les ancêtres des Thaïs-Ko-Kong, qui seraient donc en partie chinois ou vietnamiens, viennent des provinces orientales contiguës de Trat et de Chanthaburi où se trouvent des communautés vietnamiennes et, à Chanthaburi, leur cathédrale. À ce titre, l’ouvrage de Roland Pourtier (1971) et l’article de Marie Alexandrine Martin (1983) donnent des pistes, selon J. Baffie, sur les liens possibles entre les Sino-Vietnamiens de Trat et Chanthaburi et les Sino-Siamois de Ko Kong.

3Avant de tenter de répondre à la question posée grâce à l’étude des littératures scientifiques et aux enquêtes de terrain, il nous faut commencer, comme l’a suggéré J. Baffie, par comprendre la notion de « frontière » pour les Thaïlandais et plus généralement dans la région du Sud-Est asiatique, grâce, en particulier, aux ouvrages d’un historien thaïlandais, Thongchai Winichakul, et ceux d’un géographe français, Michel Bruneau.

4Dans son ouvrage intitulé Siam Mapped : A History of the Geo-Body of a Nation, Thongchai Winichakul (1994) affirme que le Siam n’a jamais eu de frontières fixes avant l’arrivée des Européens à l’époque coloniale. C’était auparavant un territoire sans limite et sans borne. La frontière fixe du royaume de Siam a été la conséquence d’une convention signée avec les Français et les Anglais. Cela ne signifie pas pour autant que le Siam n’a jamais eu de cartes avant de signer ces conventions. À une époque plus ancienne, il existait déjà des cartes cosmographiques et des cartes régionales. Mais le Siam n’a eu des cartes officielles universellement acceptées que lorsqu’il a signé les conventions avec les Français et les Anglais. Ainsi, ce geo-body du Siam est né d’une carte modelée par les divers traités de 1893, 1899, 1902, 1904 et 1907. L’autre travail remarquable sur la notion de « frontière » en Asie du Sud-Est est celui d’un géographe français, Michel Bruneau, qui s’est intéressé à la formation des États et aux logiques territoriales dans cette région. Son article sur « La notion de frontière et sa signification dans la Péninsule indochinoise » dans la revue Moussons (Bruneau 2001) ainsi que son livre intitulé L’Asie d’entre Inde et Chine. Logiques territoriales des États (Bruneau 2006) expliquent la formation des États de l’Asie du Sud-Est avec la délimitation des frontières à l’arrivée des colonisateurs français et britanniques. Selon ses travaux, la délimitation des frontières des États du Sud-Est asiatique a commencé à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Dans la péninsule indochinoise, la frontière des États a été fixée sur une carte entre 1890 et 1910. L’État siamois a adopté un modèle spatial indien dont l’idéologie emprunte au brahmanisme et au bouddhisme nommé en thaï Mandala. L’État mandala ne se définit ni par son périmètre ni par ses frontières, qui sont mal délimitées, imprécises et très fluctuantes (Bruneau 2001 : 50).

5En écho aux propos de Winichakul et Bruneau, l’espace frontalier de Ko Kong a bien été délimité par des frontières terrestres et maritimes fixées par la Convention franco-siamoise du 13 février 1904 et le protocole du 29 juin 1904 qui établissent les frontières entre le Siam et les territoires formant l’Indochine française pour la région comprise entre Tonlé Sap (« Grand lac ») et le golfe du Siam, ainsi que par le Traité franco-siamois du 23 mars 1907 qui entrait dans davantage de détails et précisait que le gouvernement siamois cédait à la France les territoires de Battambang, Siem Reap et Sisophon en échange des territoires de Dan Sai et de Trat, ainsi que de toutes les îles situées au sud du cap Lemling, y compris Ko Kut. Ko Kong n’étant pas mentionné, il demeura donc français. Avant l’année 1904, Ko Kong était donc, simplement, un espace frontalier flou ou mal délimité, réclamé par les autorités siamoise et khmère.

Où est Ko Kong ?

Fig. 1. Espace li...Fig. 1. Espace littoral de Ko Kong

Fig. 1. Espace littoral de Ko Kong

Source : Grundy-Warr, King & Risser (1996 : 92).

  • 2 Khlong signifie un canal en français.

6Ko Kong est une province littorale de l’ouest du Cambodge. Au nord de la province se trouve le district thaïlandais de Khlong2 Yai, de la province de Trat. À l’ouest, le golfe de Thaïlande. À l’est et au sud, les provinces cambodgiennes de Pursat, Kampong Speu, Kampot, Kompong Som et Sihanouk Ville.

7Le mot thaï et khmer « ko » signifie « île » en français. Mais la province de Ko Kong ne couvre pas seulement une partie de l’île, elle désigne aussi un territoire continental contigu à la Thaïlande (voir la carte ci-dessous).

  • 3 J’emploie ici ce terme qui fait référence à l’ancien nom de la Thaïlande.
  • 4 Patchan Khirikhet s’orthographie de plusieurs manières en alphabet thaï : ปัจจันตคีรี เขตร, ปัตจันต (...)
  • 5 Du côté siamois, elle bénéfice de l’ambiguïté de la frontière concernant l’occupation de ce territo (...)

8Selon l’histoire siamoise3, Ko Kong était jadis gouverné par le Siam. Il a été nommé en thaï « Patchan Khirikhet4 » par le roi Mongkut en 1855. Il n’existe pas d’archives siamoises indiquant clairement depuis quelle époque Ko Kong était sous juridiction siamoise. Parmi les documents historiques disponibles (Duke 1962 ; Bunnag & Surattanakawikun 1984 ; Grabowsky 2004), il ressort que Ko Kong devient une unité administrative quand, en 1855, un décret royal divise la province de Trat pour constituer une nouvelle province, Patchan Khirikhet, et faire de Ko Kong une ville frontalière siamoise5. Du côté des documents khmers, la thèse du prince Norodom Ranariddh soutient que Ko Kong appartenait au Cambodge, mais qu’il était volontairement laissé au Siam par le gouvernement khmer car cet espace littoral était très insalubre et sans intérêt. Les Siamois ont donc annexé ce territoire. Norodom Ranariddh fait référence à une lettre du 3 décembre 1887, écrite par le résident supérieur de France à Kampot et adressée au résident supérieur de France au Cambodge :

La province de Ko Kong était autrefois administrée par un gouverneur. Mais l’éloignement de cette province, l’absence des voies de communication, l’absence d’aptitudes maritimes chez les Cambodgiens firent que les gouverneurs nommés ne purent y demeurer et que le Roi du Cambodge ne pouvant les y maintenir et ne voulant pas abandonner une nouvelle partie de son Royaume aux Siamois, chargea le Gouverneur de Kompong Som du soin d’administrer la province de Kohkong et de la lui conserver. (Norodom 1976 : 126-127.)

9Du fait de l’absence de frontières établies, tant le Siam que le gouvernement colonial français au Cambodge réclamaient, à cette époque, la souveraineté sur le territoire de Ko Kong. La copie de la lettre adressée à Monsieur le ministre des Affaires étrangères (via la Légation de France au Siam) du 8 mars 1902 indique l’empiétement des Siamois sur le territoire cambodgien. Cette lettre montre en détail que le gouvernement siamois a installé des postes militaires sur tous les points stratégiques de surveillance et de ravitaillement du Golfe de Siam, depuis le territoire de Trat jusqu’à la pointe de Samit. Ce littoral étant apprécié des contrebandiers – en particulier les jonques d’Hainan – l’autorité siamoise ferme d’autant plus les yeux sur ces opérations de contrebande qu’elle en profite. De fait, les contrebandiers chinois s’établissent à Ko Kong, agglomération sous législation siamoise. La contrebande d’opium, d’alcool et de toutes les denrées taxées de droits de douane profite à Ko Kong tant qu'elle contribue à l’impôt du gouvernement siamois.

10Avant la délimitation des frontières entre l’Indochine française et le Siam, Ko Kong couvrait une partie du district thaïlandais actuel de Khlong Yai. Les Siamois nommaient le centre-ville de Ko Kong, Sao Thong (เสาธง). Aujourd’hui, Ko Kong, définitivement séparé de Khlong Yai depuis 1904, est toujours un espace frontalier. Son centre-ville, Khemarak Phoumin, se trouve dans le district cambodgien de Smach Mean Chey. Le nom de Sao Thong est encore utilisé par les Cambodgiens, mais ils le prononcent Dong Tong (ដងទង់).

Population autochtone et allochtone de Ko Kong

11Pour comprendre le processus de formation d’un groupe ethnique, il faut retracer les informations historiques et géographiques dans lesquelles nous trouverons la relation indissociable entre l’ethnie et la terre. Géographiquement, le territoire induit un mode de vie et une activité qui peuvent être considérés comme des éléments identitaires pour les groupes ethniques considérés. Historiquement, les expériences, les péripéties ancestrales et l’histoire commune forgent l’homogénéité du groupe. Les deux principaux travaux de Roland Pourtier (1969 et 1971) donnent des informations précises sur l’espace littoral de Ko Kong. Selon cet auteur, l’espace littoral du Cambodge est diversement occupé par les différentes ethnies. L’espace littoral à l’ouest de Ko Kong a une population clairsemée tandis que l’espace littoral au sud de Kampot est plus peuplé. L’isolement du littoral n’est pas seulement dû au fait que la mer n’attire pas les Khmers. En plus des raisons historiques, la nature, par le massif des Cardamomes, isole l’espace côtier de la partie intérieure du pays. Les forêts denses et l’abondance des précipitations provoquent également des maladies tropicales comme le paludisme et la dengue (Pourtier 1969 : 1).

12Suivant la thèse de Roland Pourtier, le peuplement de l’espace littoral du Cambodge s’étale sur au moins quatre périodes.

131) Les plus anciens occupants de cette région sont les populations proto-indochinoises : les Samré des Cardamomes (également nommés Pear ou Saoch). Cependant, ces populations ont diminué en raison des incursions des Siamois qui s’approvisionnaient en esclaves (Pourtier 1969 : 47). Selon Adhémard Leclère, les Saoch ou les Chong ont été assimilés par les Cambodgiens. Les Chong métis ou même les Chong « purs » étaient alors déjà vêtus à la mode cambodgienne. Ils se sont habitués à porter les cheveux coupés en brosse à la thaïe et à fréquenter les pagodes bouddhiques. Cependant, certains villages de Chong, au nord de Ko Kong, tout près de la province de Trat, ont conservé les traditions de leurs ancêtres, en particulier le neak ta, leur génie protecteur (Leclère 1910 : 103).

142) La deuxième période voit l’apparition des Annamites (ancien nom des Viêts ou Vietnamiens) et des Chinois. Pourtier se réfère à l’article intitulé « La conquête de la Cochinchine par les Nguyen et le rôle des émigrés chinois », publié en 1942 par Paul Boudet, pour montrer que les Annamites s’emparent de Kampot en 1658, mais qu’ils ne s’établissent que sporadiquement sur le Golfe du Siam. Leur présence s’est limitée à quelques villages de pêcheurs sur les îles où le peuplement des Khmers est très majoritaire. En ce qui concerne les Chinois, même s’ils sont présents au Cambodge depuis l’époque angkorienne, ils ne jouent un rôle important sur le littoral cambodgien qu’à partir de la fin du xviie siècle. Sur la région littorale, délaissée et mal délimitée, les Chinois ont l’opportunité de lever l’impôt, du fait qu’ils disposent d’une maison de jeu et se livrent au commerce et à la piraterie. Ils se livrent également à la culture du poivre dès le xviiie siècle. La grande immigration des Chinois arrive à partir de la fin du xixe et début du xxe siècles (Pourtier 1969 : 51-53).

153) La troisième période est celle où Ko Kong est annexé par les Siamois. Paul Campion (1886) remarque que la région côtière de Ko Kong, de la pointe Samit jusqu’à la frontière, est fort peu peuplée, à l’exception de petits groupes de Siamois qui progressent vers Ko Kong depuis Chanthaburi et Trat. Il n’y a pas que des Siamois dans cet espace ignoré, mais aussi des Chinois et des Vietnamiens proscrits et misérables. P. Campion écrit : « une chose qui manque par-dessus tout sur cette côte, c’est l’élément cambodgien ». Les habitants sont en général des Siamois ayant pour coolies et domestiques des Chinois et des Annamites (Campion 1886 cité dans Pourtier 1969 : 54-55). Selon Marie Martin, les Siamois de Ko Kong sont venus de Chanthaburi et de Trat. Ces Siamois ont édifié, dans les îles, des villages de pêcheurs. Cette occupation date au moins du xixe siècle, lorsque Bangkok s’empara des provinces de Battambang, de Siem Reap et de Ko Kong (Martin 1983 : 187). Yothaphirom, un Thaï-Ko-Kong, ancien chef du village de Ko Po, nous donne l’image d’un espace littoral métissé où Siamois et Chinois vivent ensemble dans les mêmes villages. Selon lui, tout le long du littoral se trouvent des villages de Thaïs-Ko-Kong. Ces derniers occuperaient principalement les villages le long de la rivière Khlong Khuen et surtout le village de Ko Po. La profession principale des habitants de Ko Po n’est ni la pêche ni la riziculture, mais le commerce. La majorité des habitants est composée de Sino-siamois. Le village de Ko Po avait un port pour l’exportation des produits locaux vers Bangkok et la Chine (Yothaphirom 2008 : 49, 51). Un autre village, Ko Kapi, était aussi un port ancien d’exportation des produits à Ko Kong. Selon Pourtier, Ko Kapi est un village où les habitants sont majoritairement thaïs. Il est aussi le port le plus important de la côte, le plus actif de tous les ports construits sur la mangrove de Ko Kong. Autrefois, Ko Kapi organisait la pêche sur la côte nord de Ko Kong. C’était le siège de la coopérative des pêcheurs et d’une maison des commerçants de Singapour qui achetaient de grosses quantités de poissons. Avant la création de la capitale de Khemarak Phoumin, Ko Kapi était un centre commercial de la côte où se trouvait une trentaine de boutiques : épiciers, quincailliers, couturiers, bijoutiers. Le monopole de Ko Kapi apporta la richesse à ses habitants. Il y avait de grandes et riches maisons décorées de balcons en bois travaillés à la manière de ceux de Chanthaburi (Pourtier 1969 : 265-266).

164) La quatrième et dernière période est celle de la progression des Khmers vers l’ouest. Après la cession de Ko Kong aux Français, ce territoire est resté principalement occupé par les Chinois et les Siamois. Ko Kong devient une ville en développement lorsque la province du même nom est détachée de Kampot pour en faire une province à part entière, avec Khemarak Phumin pour capitale. Cette ville devint une base des forces armées royales khmères. Un palais de vacances du roi Sihanouk fut même bâti à Ko Kong. L’image d’espace littoral isolé de Ko Kong a alors évidemment changé. Ce fut une période où Ko Kong accueillit de nouveaux migrants, surtout des Khmers.

17Selon les conditions de peuplement du littoral occidental-méridional du Cambodge décrit ci-dessus, nous voyons que Ko Kong était autrefois une mosaïque ethnique dont les populations d’origines diverses sont imbriquées par la diversité de leurs langues et de leurs cultures. Volker Grabowsky explique que le siamois dans cette région littorale de Ko Kong était lingua franca. Le groupe ethnique thaï constitue le groupe dominant au sud de Ko Kong, mais il y a d’autres groupes tels que les Vietnamiens, les Chinois, dont beaucoup originaires de Hainan, et les Malais qui peuvent cohabiter dans les villages de pêcheurs (Grabowsky 2004 : 198).

Délimitation des frontières : point de départ du processus d’ethnogenèse

18Plusieurs ouvrages ont tenté de décrire le paysage littoral de Ko Kong et d’expliquer géographiquement et historiquement les conditions du peuplement de Ko Kong avant l’époque de l’État moderne (Pourtier 1969, 1971 ; Martin 1983 ; Grabowsky 2004). Ils m’ont permis de donner quelques explications sur qui sont les « Thaïs-Ko-Kong ». Nous savons déjà qu’il n’y a pas que les Siamois habitant à Ko Kong. Nous pouvons de plus faire l’hypothèse qu’il est possible que les Thaïs-Ko-Kong soient partiellement chinois ou même vietnamiens. Il est possible qu’ils parlaient thaï parce qu’ils étaient sous le contrôle du gouvernement du roi siamois. Et ils s’identifiaient comme Siamois en raison de liens familiaux au Siam, ou encore parce qu’ils payaient des impôts aux fonctionnaires siamois.

  • 6 Le rong est une plante qui donne le caoutchouc. Son nom scientifique est Garcinia hanburyi Hook de (...)

19Cependant, avant la délimitation des frontières, il n’y a pas de « Siamois de Ko Kong » ou de « Thaïs-Ko-Kong ». Les habitants de Ko Kong se percevaient comme des Siamois à part entière, payant l’impôt siamois. Yothaphirom se souvient que luang Yothaphirom, son ancêtre et dernier gouverneur de Ko Kong, avait été collecteur de la taxe du caoutchouc de rong6. Ko Kong est riche en gomme-gutte (rong thong en thaï). La taxe récoltée pour la plantation et le commerce du caoutchouc de gomme-gutte a rapporté d’importants dividendes au gouvernement siamois de l’époque. Les commerçants locaux de l’époque exploitaient le caoutchouc de la gomme-gutte, mais aussi les bois précieux, la cardamome, les cornes d’animaux sauvages et les herbes et les transportaient sur leurs propres jonques pour les vendre à Bangkok (Yothaphirom 2008 : 51). Le sentiment d’être siamois, comme tout Siamois en général, a été explicitement manifesté lorsque les habitants de Ko Kong apprirent que la région de Ko Kong n’était plus sous autorité siamoise.

Mon grand-père m’ a raconté que, quand les villageois thaïs se sont réveillés un beau matin, ils ont compris qu’ils étaient devenus des Cambodgiens. Tous ont fondu en larmes. (Entretien avec Prasert Siri en 2010.)

20Être « siamois ou thaïs-Ko-Kong » a pris son sens lorsque les habitants de Ko Kong ont été séparés du Siam et sont restés à Ko Kong, territoire devenu officiellement cambodgien. Ko Kong a été occupé par la France en 1904 suivant le Protocole du 29 juin 1904. La France et le gouvernement siamois du roi Chulalongkorn venaient de signer la Convention franco-siamoise du 13 février 1904. Selon celle-ci, le gouvernement siamois cédait à la France pour le Laos les territoires frontaliers entre Luang Prabang, les provinces de Mueang Phichai, Mueang Nan et les territoires frontaliers de la rive droite du Mékong, en contrepartie du départ des troupes françaises de Chanthaburi, en vertu de la Convention du 3 octobre 1893. Mais les troupes françaises ont continué d’occuper Trat, la province voisine de Chanthaburi, et ses îles, y compris celles de Ko Kong, pour s’assurer que les frontières de la rive droite du Mékong passent réellement sous domination de la France. Par conséquent, la province de Trat, ses îles et Ko Kong demeurèrent sous domination du gouvernement français. Luang Khiri Nami Thawip, gouverneur de Patchan Khirikhet (Koh Kong), proclame ainsi, le 29 décembre 1904, que :

[…] Par ce traité, sa majesté a décidé de concéder à la France le territoire de Prachan Khirikhet (Koh Kong) en échange de certains avantages acquis par ce traité. Il est conséquemment porté à la connaissance de toutes les personnes intéressées que la province de Patchan Khirikhet (Koh Kong) est devenue territoire français. Il doit être clairement entendu que cette cession ne concerne que les droits du gouvernement siamois sur le territoire susdit. Le traité n’affecte en rien les droits individuels des personnes habitant lesdits territoires, et ne porte aucune atteinte à leurs droits de propriété. (Yothaphirom 2008.)

21Le rapport de Caix de Saint-Aymour indique que : « ce qui est le plus étonnant pour l’occupation française de Trat et Ko Kong, c’est que la population était majoritairement siamoise » (R.C. [Robert de Caix de Saint-Aymour] 1905 : 185). Le processus de khmérisation de la région destiné à résoudre le problème de sous-peuplement des Khmers sur le littoral de Ko Kong amène à distinguer plus encore l’identité « Thaïs-Ko-Kong » en territoire cambodgien.

  • 7 Prayot Yothaphirom écrit que les fonctionnaires khmers et les autres Khmers de Ko Kong appelaient l (...)

22La délimitation des frontières entre les gouvernements siamois et français est donc le point de départ de la création de l’ethnonyme « Thaïs-Ko-Kong ». L’histoire est une mémoire commune qui leur a permis de devenir un groupe relativement homogène. Le mot « Thaï » ajouté au mot « Ko Kong » nommait une identité distincte en territoire cambodgien. Les expressions « Siem-Ko-Kong7 » ou « Thaï-Ko-Kong » renforçaient cette conviction qu’ils n’étaient pas Khmers, qu’ils étaient Thaïs et qu’ils n’étaient qu’originaires de Ko Kong.

23Après la cession de Ko Kong au Cambodge, nombre de Siamois habitant dans cette région ont émigré au Siam. La plupart des émigrants faisaient partie des élites ou étaient des fonctionnaires : chef de district, juge, etc. Ceux qui ne sont pas partis, alors même que les gouvernements siamois et français leur en donnaient alors la possibilité, sont ceux qui ne voulaient pas quitter leur maison et se séparer de leur ferme.

  • 8 Le temple khmer qui se situe sur la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge. Il était occupé pa (...)

24Les Thaïs qui ont décidé de rester à Ko Kong ont subi beaucoup de discriminations politiques et culturelles après l’époque de colonisation française. Vers les années 1950, il était interdit par les fonctionnaires cambodgiens que les habitants thaïs à Ko Kong parlent thaï en public. La langue thaïe a toutefois été secrètement enseignée par les moines thaïs au temple et était parlée seulement à la maison. Yothaphirom écrit dans son mémoire que les Thaïs-Ko-Kong avaient consigne de ne pas parler thaï et que ceux qui désobéissaient étaient condamnés à payer une amende de 50 riels. De plus, il était interdit de lire des livres thaïs, et même de conserver des livres thaïs chez soi (Yothaphirom 2008 : 176-177). Les fonctionnaires khmers surveillaient le comportement des Thaïs-Ko-Kong afin qu’ils ne pratiquent pas les traditions thaïes. Les Thaïs-Ko-Kong opposés à la politique khmère étaient appelés « têtes thaïes » par les Khmers (ka ban Siem กะบาลเสียม, en khmer, ou hua thai หัวไทย, en thaï) » (Yothaphirom 2008 : 183). La vie des habitants thaïs à Ko Kong fut encore plus difficile lors du conflit entre la Thaïlande et le Cambodge à propos de l’affaire du sanctuaire de Preah Vihear8. Les Thaïs-Ko-Kong ont alors souvent été soupçonnés d’être des espions à la solde de la Thaïlande. Beaucoup de Thaïs-Ko-Kong ont été injustement accusés et punis, parfois même tués, après des accusations de fonctionnaires khmers. Pour la plupart, ces Thaïs-Ko-Kong sont morts après avoir été accusés d’être des rebelles. Sur ce point, Prasert Siri, un Thaï-Ko-Kong et ancien chef du district thaïlandais de Hat Lek, dit que :

Les fonctionnaires khmers ont considéré que les Thaïs-Ko-Kong pourraient être encore plus dangereux à l’avenir. Pour eux, les Thaïs-Ko-Kong étaient comme des échardes. (Entretien avec Prasert Siri en 2010.)

25L’époque du général Lon Nol n’était pas différente de celle de Sihanouk pour la vie des habitants thaïs à Ko Kong. Yothaphirom a écrit dans son mémoire que le général Lon Nol (sous le gouvernement de Norodom Sihanouk) a présidé une réunion de villageois à Ko Kapi. Il a fait allusion à des massacres possibles de Thaïs-Ko-Kong en ces termes : « Même si les 5 000 Thaïs-Ko-Kong devaient mourir, cela ne causerait aucun bouleversement pour le pays khmer. » (Yothaphirom 2008 : 211.)

26Même si les habitants thaïs de Ko Kong souffraient de la différence socio-culturelle et du soupçon des autorités cambodgiens, ils continuaient à vivre dans les villages de Ko Kong, dont ils étaient originaires. Au cours de mon enquête de terrain, la plupart des informateurs ont déclaré que Ko Kong était leur lieu de naissance. C’est là qu’il y a leur terrain, leur maison, leur rizière, les buffles. Tandis qu’en territoire thaïlandais ils n’ont rien.

Villages des Siamois à Ko Kong après la délimitation des frontières de 1904

27Pendant la période de la colonisation française, un certain nombre d’habitants de Ko Kong quittent définitivement ce territoire et s’installent en ville à proximité de Khlong Yai, de Trat ou Chanthaburi, tandis que d’autres restent à Ko Kong. Les administrateurs français ont commencé à faire un recensement pour l’impôt. Le rapport du 9 janvier 1905 de Monsieur Simon explique que la province de Ko Kong, à ce moment-là, se compose des neuf communes suivantes :

  • Commune de Bang Kasap9. C’est le plus gros centre de la province peuplé surtout de Siamois et de Cambodgiens, en plus petit nombre. Les habitants de cet endroit exploitent le bois de chauffage et cultivent des rizières.
  • Commune de Kas Po10. Située sur une rivière, à une demie heure en barque de la mer. C’est un village très peuplé de Siamois et de Chinois. Il y a aussi des Cambodgiens et des Vietnamiens11. On peut y aller uniquement par voie de mer. Les habitants de cet endroit cultivent des rizières et plantent des cocotiers et des noix d’arecs.
  • Commune de Kas Kapik12. C’est un village sur la mer peuplé de Siamois, de Chinois et de quelques Vietnamiens. Pour y aller, on fait le voyage par voies de mer et de terre. Il faut à peu près une heure pour y arriver par ces deux voies. Les habitants pratiquent la pêche de crevettes. Dans cette commune est comprise l’île de Kas-Kong dans laquelle se trouvent les hameaux de Ao-Yai et de Ao-Ke.
  • Commune de Thanon Kabu13. C’est un village sur la mer peuplé de Siamois et de quelques Chinois et Vietnamiens. Seule la voie maritime est praticable. Les habitants pratiquent la riziculture et la pêche de crevettes.
  • Commune de Tatay. Ce village est sur une rivière à environ six heures de la mer. Les habitants sont des Siamois et des Cambodgiens. Il y a très peu de Chinois.
  • Commune de Trapaeng Rung. Il s’y trouve des Siamois, des Cambodgiens, mais peu de Chinois. Seule la voie maritime est praticable. Les villageois pratiquent la riziculture et la pêche de crevettes.
  • Commune de Khlong Yai. Les habitants sont des Siamois et des Chinois. Ils ont leurs rizières et pêchent des crevettes.
  • Commune d’Any14. Les Cambodgiens y sont majoritaires. Il y a aussi des Siamois et des Chinois. Ils pratiquent la pêche de crevettes et la riziculture. Seule la voie maritime est praticable.

28Pendant les années 2010-2013, j’ai mené des entretiens avec plusieurs informateurs thaïs-Ko-Kong, nés dans des villages de la province de Ko Kong. La carte ci-dessous montre les emplacements des villages :

Fig. 3. Emplaceme...Fig. 3. Emplacement des villages des habitants thaïs à Ko Kong

Fig. 3. Emplacement des villages des habitants thaïs à Ko Kong

Source : modifié de Google Map, 2017.

29Des Thaïs habitaient des villages proches de la frontière comme Pak Khlong, Ko Po, Peam Krasaop, Ta Tai, Trapaeng Rung ; d’autres habitaient des villages en bord de mer : Ko Kapi, Ko Sralau, Preak Khsach, Yeay Saen, Ta Ni, Phrihi Meas, Kiri Sakor, Thma Sa, jusqu’au district d’Andoung Tuek ou encore celui de Sre Ambel, comme le confirme le chef de canton, Tid Suksawat :

Un jour, je suis allé dans la banlieue de Na Kluea (นาเกลือ) (à Sre Ambel). J’ai rencontré un homme qui nous a vendu des bouteilles de miel en très grand nombre. J’ai donc parlé en thaï avec mes amis pour dire que je pensais que ce n’était pas du vrai miel, mais qu’il devait être entièrement artificiel. Le vendeur m’a immédiatement répondu dans un thaï très clair : « Mon frère, c’est totalement du vrai. Croyez-moi, j’ai tout récolté moi-même ». J’ai ainsi tout acheté. Pouvez-vous le penser ; il y a des Thaïs qui se cachent partout dans la province de Ko Kong, même dans des lieux où je ne pensais jamais pouvoir rencontrer des Thaïs-Ko-Kong. (Entretien Tid Suksawat en 2012.)

Mythe d’origine sur la frontière à Ko Kong

30Pourquoi les Thaïs-Ko-Kong ne sont-ils pas rentrés en Thaïlande après l’octroi de Ko Kong à l’Indochine française ? Hormis leurs réponses sur la propriété du sol, de la maison et de la rizière, les Thaïs-Ko-Kong évoquent souvent l’ancienne limite entre le Siam et le Cambodge à Ko Kong. C’est un récit qui se transmet de génération en génération et qui a une fonction importante pour entretenir le souvenir de l'ancienne appartenance de Ko Kong au Siam. La présence des Siamois sur le territoire de Ko Kong est ainsi légitimée. Les documents historiques et les archives tant siamoises que khmères mentionnent très peu les Thaïs-Ko-Kong. Face au peu de mentions de l’existence de ce groupe, les Thaïs-Ko-Kong ont peut-être créé d’une certaine manière leur propre histoire.

31Trois récits sur l’ancienne frontière siamoise circulent chez les Thaïs-Ko-Kon. Le premier mentionne la délimitation de la frontière à la pointe Laem Tian. Selon les Thaïs-Ko-Kong, l’ancienne frontière siamoise-khmère était située à la pointe de Laem Thian à Ko Kong. Là se trouvaient des arbres à deux branches qui délimitaient autrefois le territoire siamois. Les Thaïs-Ko-Kong croient à l’existence de ces arbres à deux branches comme frontière ancienne, même s’ils ne les ont jamais vus. Dans le second récit, l’ancienne frontière siamoise était sur la baie de Suriwong Khlong Po, mais la commission mixte a fait l’erreur de confondre les mots Khlong Po et Ko Po. Les Français ont alors rusé pour délimiter la frontière à partir du village de Ko Po plutôt qu’à partir de la baie de Suriwong Khlong Po. Grâce à cela, les Français ont gagné beaucoup plus de territoires. Le troisième récit explique que la perte du territoire de Ko Kong est due à la tricherie de la commission mixte de délimitation des frontières. Les commissions françaises voulaient cette terre et les commissions siamoises ont participé à la tromperie. Dans ce récit, c’est un fonctionnaire siamois qui a aidé les Français à tricher sur la délimitation des frontières. Il s’appelle Phraya Sri. Une phrase revient souvent dans les propos des informateurs que j’ai interrogés : « Phraya Sri kong dindaen พระยาศรีโกงดินแดน » (« C’est Phraya Sri qui triche sur les territoires »). Voici un exemple d’une histoire sur la tricherie de Phraya Sri et des Français.

Phraya Sri a reçu un pot-de-vin des fonctionnaires français. En réalité, la frontière devait être délimitée à Laem Thian, dans la baie Suriwong. Mais il y a aussi Laem Thian de Ko Kut. Phraya Sri a ainsi fait la promesse aux Français de couper les territoires à partir de Laem Thian de Ko Kut. Ainsi les Français ont gagné plus de territoires. Il a eu l’intention de tricher sur les territoires. Il travaillait pour les Français. Il n’a pas pu rentrer en Thaïlande. Finalement, il a été tué avec de la strychnine par les Français. (Entretien avec Laem en 2011.)

32Une seule personne, impliquée dans la délimitation des frontières, fait écho à l’histoire racontée par les Thaïs-Ko-Kong, elle possède un nom proche de Phraya Sri. Il s’agit de Phraya Sri Sahathep. Ce dernier a été nommé par le gouvernement siamois pour remettre les territoires de Trat et de la province de Ko Kong au représentant de la République française en 1904. Il est possible que l’intervention de Phraya Sri Sahathep, lors de la cérémonie de remise des territoires, se soit imprimée dans le souvenir des ancêtres des Thaïs-Ko-Kong.

33Cependant, il faut noter que ces trois récits étaient racontés seulement parmi le groupe des Thaïs-Ko-Kong pour légitimer l’identité siamoise des anciens habitants de Ko Kong.

Grande immigration à l’époque des Khmers rouges

34De nombreux Thaïs-Ko-Kong n’ont pas survécu au régime des Khmers rouges. Le plus grand nombre des réfugiés thaïs-Ko-Kong ne sont arrivés en Thaïlande qu’après l’entrée des soldats khmers rouges dans les villages de Ko Kong. Les Thaïs de Ko Kong vont retourner en Thaïlande principalement par deux voies : la mer et la montagne, selon l’emplacement des villages d’où ils ont fui. Si les villages étaient situés au bord de la mer tels que Praem Krasoap, Praek Khsach, Yeay Saen, Phrihi Meas, Ta Ni, Ko Kapi, ou Ko Sralau, les villageois prenaient la mer et débarquaient proche des villages situés à Khlong Yai en Thaïlande. La fuite par voie de terre était plus longue et plus difficile que celle par voie de mer.

  • 15 L’Organisation des Thaïs-Ko-Kong ou Ongkan Thai Ko Kong องค์การไทยเกาะกง est un mouvement politique (...)
  • 16 Tea Banh est le ministre de la Défense du Cambodge, qui est thaï-Ko-Kong. Son père était un Chinois (...)

Je suis partie du village de Noen Takhian avec mes voisins. Nous étions environ 600 personnes dans cette immigration. Dans le village de Noen Takhian, il restait encore une partie des villageois qui n’ont pas pu échapper aux Khmers rouges. Nous nous étions déjà bien préparés pour cette fuite. Pendant notre travail collectif dans la rizière, nous nous étions fixé un rendez-vous pour fuir. C’est un soldat de l’organisation des Thaïs-Ko-Kong15, un soldat de Tea Banh16, qui nous a guidés vers la Thaïlande. (Entretien avec Kanya Amphon en 2010.)

Nous avons rencontré des difficultés dans notre immigration. Nous avons traversé la forêt, la rivière et la montagne à la saison des pluies. Il a plu très fort. Cela a retardé notre marche. De plus, dans notre groupe, il y avait des enfants et des personnes âgées. Donc, nous n’avons pas du tout pu marcher vite. En route, nous avons rencontré les soldats thaïs-Ko-Kong de Tea Banh qui avaient installé une base militaire dans la forêt. Ils nous ont donné des bananes à manger. Nous avons passé une nuit avec eux avant qu’ils ne nous guident vers la Thaïlande. (Entretien avec Ladda Khiaokhachi, 53 ans en 2010.)

  • 17 Le gouvernement thaïlandais a tenté de résoudre le problème des immigrants thaïs-Ko-Kong par quatre (...)

35Les Thaïs-Ko-Kong ont passé une partie de leur vie sous le régime des Khmers rouges. Nous pouvons distinguer les Thaïs-Ko-Kong ayant pu fuir avant la fin du régime des Khmers rouges et ceux qui, n’ayant pu s’enfuir, sont restés au Cambodge jusqu’à la fin du régime. La distinction a été établie par le gouvernement thaïlandais lui-même pour catégoriser les immigrants et a déterminé le statut juridique des immigrants thaïs de Ko Kong jusqu’à nos jours17. En réalité, les deux groupes ont cette expérience commune du régime khmer rouge telle que la mort de membres de leur famille, le travail sur la ferme collective, la famine et la dissimulation de l’identité thaïe.

J’avais très faim. Certaines personnes sont mortes car elles n’avaient plus d’énergie. J’ai vu plusieurs personnes mourir devant mon nez. Parfois la femme était en train de recevoir du riz, mais, trop tard, le mari était déjà mort. La nuit venue, je n’arrivais pas à dormir parce que j’avais trop faim. (Entretien avec Tong Sangchan en 2010 à Ko Kong.)

J’avais trop faim. Je savais que l’igname me rendrait ivre mais j’en mangeais néanmoins. J’ai rêvé de manger du dessert. Mon mari a rêvé de manger du buffle grillé. Dans le passé, nous n’avions jamais pensé que nous devrions manger de l’igname. Nous n’avions même jamais planté d’igname. Mais, l’igname était devenue comme une nourriture rare et précieuse à l’époque des Khmers Rouges. Nous avons eu le sentiment que c’était très bon. (Entretien avec Namkhang Boonsong en 2012 à Ko Kong.)

36Les années 1975-1979 furent une période de grand exode pour les habitants thaïs de Ko Kong. Un grand nombre d’immigrants tant cambodgiens que thaïs a afflué dans les provinces thaïlandaises limitrophes. Dans le seul district de Khlong Yai, il y a eu à peu près cent mille réfugiés cambodgiens qui ont fui par la montagne Banthat. En 1982, le quotidien thaïlandais The Nation Review a rapporté qu’il y avait 8 000 immigrants thaïs-Ko-Kong qui s’étaient enfuis du Cambodge dans la province de Trat. Ces populations avaient dû être classées comme immigrants cambodgiens pour être logées dans un camp de réfugiés dans le district de Mai Rut à la place du camp d’origine à Khao-I-Dang où la majorité des personnes déplacées était des Khmers (Anonyme 1982). Dans un article intitulé « Ethnic Thais : Refugees in their Own Land », publié dans le journal Bangkok Post du 21 novembre 1980, Spindler rapporte que le nombre des Thaïs-Ko-Kong au Cambodge a énormément diminué après le régime des Khmers rouges. Le nombre des Thaïs-Ko-Kong était à peu près de 40 000 personnes en 1971, il en restait approximativement 6 000 en 1975 (Spindler 1980).

Khlong Yai : la patrie ou terre de diaspora

Fig. 4. Khlong Ya...Fig. 4. Khlong Yai-Ko Kong

Fig. 4. Khlong Yai-Ko Kong

Source : modifié de Google Map, 2017.

  • 18 Khao Wong est une gorge de la montagne Banthat qui se situe dans le district de Khlong Yai. À Khao (...)

37Avant 1979, dans le district de Khlong Yai, devant la gorge de la montagne Khaowong (เขาวง)18, un premier camp a été construit pour accueillir les réfugiés de Ko Kong. Ensuite, le 26 mai 1979,la Croix-Rouge thaïlandaise, sur recommandations de la reine de Thaïlande, a fait officiellement ouvrir le camp de réfugiés de Khaolan (เขาล้าน), dans le sous-district de Mai Rut, du district de Khlong Yai. Ce centre s’appelait Centre Ratchakarun de la Croix-Rouge thaïlandaise à Khaolan (Sun Ratchakarun Saphakachat Thai Khaolan ศูนย์ราชการุณย์ สภากาชาดไทย เขาล้าน).

  • 19 Le district de Khlong Yai se compose de trois cantons (tambon en thaï) : Mai Rut, Khlong Yai et Hat (...)

38Le district de Khlong Yai, qui jouxte Ko Kong, est donc le premier endroit qui a accueilli les réfugiés thaïs de Ko Kong. Avant le Traité franco-siamois du 1907, Khlong Yai est une petite ville de la province de Patchan Khirikhet ou Ko Kong. Après la cession de Ko Kong, Khlong Yai était restée au Siam et est devenue le canton de l’extrémité orientale de la province de Trat. En 1959, ce canton de Khlong Yai a été promu au rang de district du fait de l’augmentation de sa population19. Après la chute du régime des Khmers rouges, des Thaïs-Ko-Kong sont retournés dans leur maison de Ko Kong, tandis que les autres Thaïs-Ko-Kong sont restés dans plusieurs villages des trois cantons de Mai Rut, Khlong Yai et Hat Lek dans le district de Khlong Yai, en Thaïlande. La majorité d’entre eux a donné pour raison de ne pas retourner à Ko Kong l’insécurité et la perte de tous leurs biens. Pour les Thaïs-Ko-Kong qui ont décidé de rentrer à Ko Kong, ils avancent une raison unique : ils ont toujours été de Ko Kong, c’est là que sont leur terre et leur maison.

39Une tante thaïe-Ko-Kong à qui j’ai rendu visite à Ko Kong a expliqué pourquoi être restée avec toute sa famille à Ko Kong, même si elle a dû devenir cambodgienne :

Nous ne possédons ni terre ni maison en Thaïlande. À Ko Kong, nous avons la terre pour la riziculture et le verger. Au moins, c’est suffisant pour nous nourrir. (Entretien avec Namkhang Boonsong en 2012.)

40Les Thaïs demeurant encore à Ko Kong le font pour des raisons diverses : ils veulent garder la terre de leurs ancêtres et la transmettent de génération en génération ; certains croient même que Ko Kong sera un jour restitué à la Thaïlande ; ou même, ils restent à Ko Kong afin de témoigner que cette région frontalière appartint jadis aux Thaïs.

41Aujourd’hui, il y a des Thaïs-Ko-Kong qui habitent en Thaïlande et au Cambodge. En Thaïlande, la majorité des Thaïs-Ko-Kong se trouve dans le district de Khlong Yai dans la province de Trat. Au Cambodge, les données récoltées montrent qu’aujourd’hui il y a encore des Thaïs-Ko-Kong à Ko Po, Cham Yeam, Khao Phang, Nong Kok, Khlong Pikka, Huang Kratha, Pakkhlong, Sao Thong, Na Bat, Khlong Muang, Bang Krasob, Bang Khaya, Ko Kapi, Ko Salao, Ani, Phrihi Meas, Laem Dan, Ko Sa, Ko Kong, Ko Chao, Hin Khao ou Thma Sa, Sa Oui, Cha O, Ta Tai, Ta Kaeo, Preak Krasach, Trapaeng Rung, Ta Kat, Noen Takhian, Chi Phat, Laem Pro, Phnom Krung, Sre Ambel, Leam Thian. Mes informateurs m’ont indiqué que la zone où habitent les Thaïs-Ko-Kong se termine à Thma Bang, le district nord-est de Ko Kong et à Sre Ambel, le district sud-est de Ko Kong.

Thaïs-Ko-Kong : des gens entre deux pays ou une population résiduelle

42Ko Kong-Khlong Yai est toujours un espace frontalier. Avant la délimitation des frontières, Ko Kong était une ville limitrophe à l’extrême est du Siam. Après l’établissement des frontières fixes, Ko Kong se trouve confiné à l’extrême ouest du Cambodge. À toute époque, Ko Kong et Khlong Yai furent l’un et l’autre un espace transfrontalier pour les Thaïs-Ko-Kong. D’après moi, les Thaïs-Ko-Kong sont une « ethnie-frontières », c’est-à-dire un groupe d’une population qui s’est formé involontairement après la délimitation des frontières terrestres et maritimes entre la France (pour le Cambodge) et le Siam, à partir de 1904. Avec le temps, ce groupe s’est formé à partir de l’expérience qui consiste à survivre ensemble dans un pays au milieu de gens parlant une langue différente.

43Pourtant, une question se pose : les Thaïs-Ko-Kong sont-ils des gens entre deux pays ou une population résiduelle ? Les Thaïs-Ko-Kong apparaissent comme des habitants à la fois du Cambodge et de la Thaïlande grâce à leurs relations familiales qui leur donnent toutes opportunités pour traverser la frontière et profiter des avantages en tout genre de cet espace frontalier. Certains sont vraiment des gens de deux pays car ils ont deux nationalités. Ils profitent de l’espace transfrontalier de Ko Kong- Khlong Yai pour les commerces et les services médicaux. Les Thaïs-Ko-Kong sont semble-t-il assez opportunistes et profitent économiquement et juridiquement des avantages de l’espace frontalier. Néanmoins, l’identité des Thaïs-Ko-Kong est une identité d’une population résiduelle, fixée à un lieu. Leur ethno-toponyme « Thaïs-Ko-Kong » a été inventé parce qu’ils ne pouvaient s’identifier strictement ni aux Thaïs « khon thai » ni aux Khmers « khon khamean ». Les Thaïs-Ko-Kong n’osent pas s’identifier aux Thaïs car ils ont été séparés du Siam depuis longtemps avec le territoire de Ko Kong. Ils ne peuvent pas non plus s’identifier aux Khmers parce que leur langue maternelle est la langue thaïe. Tous mes informateurs le répètent : « Au Cambodge, on nous désigne comme Thaïs. En Thaïlande, on nous appelle Khmers. »

44Cette expression explique très bien, d’une part, la complexité de l’identité des Thaïs-Ko-Kong et, d’autre part, exprime le sentiment mélancolique d’une population attachée à un territoire mais qui n’est acceptée par aucun des deux pays.

Conclusion

45Il semble que l’histoire de la délimitation des frontières peut nous aider à comprendre le point de départ de la formation des Thaïs-Ko-Kong en tant que « groupe ethnique » thaï en terre cambodgienne. Cependant, l’aspect géographique de l’espace littoral isolé de Ko Kong est aussi important pour expliquer les conditions du peuplement et faire quelques hypothèses sur les pionniers de la région. Nous pouvons penser Ko Kong jadis comme un espace littoral clairsemé et délaissé, occupé principalement par les Chinois, les Vietnamiens et les Siamois à une époque où l’absence de frontières fixes entre les États était une situation politique normale dans la région continentale de l’Asie du Sud-Est. Du moins, cela nous permet-il de penser que les Thaïs-Ko-Kong sont un pseudo-groupe ethnique composite aux origines diverses qui s’est formé involontairement par la cartographie officielle des États modernes.

46L’identité « Thaïs-Ko-Kong » a graduellement été forgée par plusieurs événements qui bouleversèrent leur vie. Le premier événement est celui de la cession, quand ils devinrent des Siamois résiduels sur un territoire cambodgien. Ils se percevaient alors comme l’ensemble des « nous » vivant sur la terre des « autres ». Durant l’époque de Sihanouk et du général Lon Nol, ils vécurent des expériences discriminantes, ce qui renforça leur identité Thaïs-Ko-Kong. Le tournant le plus important fut le moment où ils furent des réfugiés en Thaïlande, à l’époque des Khmers rouges. Leur migration en Thaïlande loin d'être un retour vers la patrie les ostracisa plus encore lorsqu'ils furent accueillis par le gouvernement thaïlandais comme réfugiés du Cambodge.

47Ainsi, la genèse des Thaïs-Ko-Kong ne provient pas de la volonté propre des membres de ce groupe, mais fut due à des influences extérieures. Même si les Thaïs-Ko-Kong parlent thaï dans la forme dialectale de la région orientale de Thaïlande, ils s’identifient en tant qu’héritiers des Siamois et même s’ils possèdent, par naturalisation, la nationalité thaïlandaise, ils n’osent pas se définir comme Thaïs proprement dits. À l’inverse, ils se disent toujours Thaïs-Ko-Kong même s’ils sont Cambodgiens par la nationalité. L’auto-identification avec l’ethno-toponyme « Thaïs-Ko-Kong » est le meilleur moyen pour eux de s’affirmer et d’exister placés comme ils sont dans une position ambiguë sans véritable intégration sociale et culturelle dans un espace interstitiel incertain entre les deux États.

Haut de page

Bibliographie

ANONYME, 1982, « Voluntary Relocation for Khmers to Step Up » ?, The Nation Review, 11 mars.

BOONWANNO, Thanida, 2014, « Les Frontières d’une ethnie des frontières : Les Thaïs-Ko-Kong », thèse de doctorat en anthropologie, Aix-Marseille Université.

BOUDET, Paul, 1942, « III. La conquête de la Cochinchine par les Nguyên et le rôle des émigrés chinois », Bulletin de l’école française d’Extrême-Orient, 42 : 115- 132. DOI : 10.3406/befeo.1942.5494, www.persee.fr/doc/befeo_0336-1519_1942_ num_42_1_5494.

BRUNEAU, Michel, 1991, « Modèle spatiaux des États de l’Asie du Sud-Est continentale », Cahiers de géographie du Québec, 35, 94 : 89-116.

BRUNEAU, Michel, 2001, « La notion de frontière et sa signification dans la Péninsule indochinoise », Moussons, 3 : 33-55.

BRUNEAU, Michel, 2006, L’Asie d’entre Inde et Chine. Logiques territoriales des États, Paris : Belin.

BUAKAMSRI, Thibodi, 2017, « Common Tales, Uncommon People : Ordinary Lives and Worlds of Resistance across the Nineteeth-Century Cambodia », thèse de doctorat en histoire, université de California Berkeley.

BUNNAG, Piyanat et Phuangphet SURATTANAKAWIKUN, 1984, Chanthaburi lae trat: korrani phiphat rawang thai kap farangset [Chanthaburi et Trat : Le conflit entre le Siam et la France 1893-1907], Bangkok : Institut de recherches sur la société, université de Chulalongkorn.

CAMPION, Paul, 1886, « Les îles et les côtes françaises du golfe de Siam », Cochinchine Française. Excursions et Reconnaissances XI, Saigon : Imprimerie Coloniale.

DUKE, Pensri, 1962, Les Relations entre la France et la Thaïlande (Siam) au xixe siècle d’après les archives des Affaires étrangères, Bangkok : Prachandra.

GRABOWSKY, Volker, 2004, « The Thai and Lao Ethnic Minorities in Cambodia : Their History and their Fate after Decades of Warfare and Genocide », in Ethnic Minorities and Politics in Southeast Asia, Kubitscheck, éd., Francfort : Peter Lang, p. 197-224.

GRUNDY-WARR Carl, Rita KING & Gary RISSER, 1996, « Cross-Border Migration, Trafficking and the Sex Industry : Thailand and its Neighbours », IBRU Boundary and Security Bulletin, 4, 1 : 86-97.

HIRSCH, Philip, 2009, « Revisiting Frontiers as Transitional Spaces in Thailand », The Geographical Journal, 175, 2 : 124-132.

LAUNGARAMSRI, Pinkaew, 2012, « Frontier Capitalism and the Expansion of Rubber Plantations in Southern Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 43, 3 : 463-477.

LE GRAUCLAUDLE, Henri, 1935, Le Reviel du Peuple Khmer : Notes en marge d’un voyage au Cambodge de M. Robin, Gouverneur Général de l’Indochine, Hanoi-Hué-Saigon : Presse populaire de l’Empire d’Annam.

LECLERE, Adhémard, 1910, Les Saauch, Saigon : Société des études indochinoises.

LERTCHAVALITSAKUL, Busarin, 2014, « Who Do You Know Over There ? : Fieldwork Experiences in Restricted Southern Shan State, Burma », Journal of Burma Studies, 18, 1 : 83-95.

PAWAKAPAN, Puangthong, 2013, State and Uncivil Society in Thailand at the Temple of Preah Vihear, Singapour : Institute of Southeast Asian Studies.

POURTIER, Roland, 1969, « Les régions littorales du Cambodge. Étude de géographie humaine », thèse de doctorat en géographie, université de Paris 4 Sorbonne.

POURTIER, Roland, 1971, « Les Chinois du Cambodge littoral », Les Cahiers d’Outre-Mer, 93 : 45-72.

MARTIN, Marie Alexandrine, 1983, « Note sur le Cambodge maritime », ASEMI, 14, 3-4, « Rôles et représentations de la mer » : 185-194.

MEKHASOBHON, Rungmanee, 2009 Khon song paendin [Gens entre deux territoires], Bangkok : Ban Phra Athit.

NORODOM Ranariddh, 1976, « Les limites du domaine maritime du Cambodge », thèse de doctorat en droit, université de droit, d’économie et des sciences d’Aix-Marseille.

R.C [Robert de Caix de Saint-Aymour], 1905, « La délimitation de la frontière franco-siamoise », Bulletin du comité de l’Asie française, 50 (mai) : 183-185.

RUNGMANEE, Soimart, 2014, « Compromised Margin : Migration and Agrarian transformation in the Northeastern Thai - Lao Borderlands », thèse de doctorat, université de Sydney, Australie.

RUNGSWASDISAB, Puangthong, 1995, « War and Trade : Siamese Interventions in Cambodia, 1767-1851 », thèse de doctorat, université de Wollongong, Australie.

SANGKHAMANEE, Jakkrit, 2006, « Border Riverscape : Negotiating Space and Identity Construction of the Long-Distance River Traders under the Greater Mekong Subregional Trade Regime », mémoire de master, RCSD, université de Chiang Mai, Bangkok.

SENAKHAM, Thirawuth, 2007, « Thai Phlatthin kap khochamkat khong ongkhwamru waduai rat-chat nai sangkhomthai [Thai Diaspora and Limitations of Nation-State Knowledge in Thai Society] », thèse en sciences politiques, université Thammasat, Bangkok.

SPINDLER Kanjana, 1980, « Ethnic Thais : Refugees in their own land », Bangkok Post, 21 novembre.

TANGSEEFA, Decha, 2003, « Imperceptible Naked-lives and Atrocities : Forcibly displaced peoples and the Thai-Burmese in-between Spaces », thèse de doctorat, université d’Hawai‘i at Manoa.

THAIJONGRAK, Nathaporn, 2013, « Histoire du nord du Cambodge et ses relations avec la Thaïlande durant la période contemporaine », thèse de doctorat, université de Paris 7.

WINICHAKUL, Thongchai, 1994, Siam Mapped : A History of the Geo-Body of a Nation, Honolulu : University of Hawaii Press.

YOTHAPHIROM, Prayot, 2008, « Patchan khirikhet Ko Kong mueang haeng khwam lang [Patchan khirikhet Ko Kong : Ancienne province] », Phra Nakhon Sri Ayutthaya : université de Rajabhat Phra Nakhon Sri Ayutthaya.

Haut de page

Note de fin

1 Boonwanno (2014), thèse d’anthropologie menée sous la direction de Chantal Zheng et Jean Baffie à Aix-Marseille Université.

2 Khlong signifie un canal en français.

3 J’emploie ici ce terme qui fait référence à l’ancien nom de la Thaïlande.

4 Patchan Khirikhet s’orthographie de plusieurs manières en alphabet thaï : ปัจจันตคีรี เขตร, ปัตจันตคีรีเขตร, ปจันตคีรีเขตร. Le nom de la ville se compose de trois noms communs principaux : patchan ou prachan, khiri et khet. Le premier nom, patchan ou prachan, signifie « ce qui fait face à ». Le deuxième nomt, khiri, signifie « la montagne ». Le troisième nom, khet, signifie « la limite, les confins ». L’expression « patchan khiriket » se traduit littéralement par « ce qui face à la montagne représentée comme la frontière ». Historiquement, la ville Patchan Khirikhet (Ko Kong) a été appelée mueang na dan (ville poste avancé), à l’extrême est de la ville Trat. En 1879, le roi Chulalongkorn ordonna de construire des postes pour les marins sur le littoral oriental afin de se protéger de la piraterie et de la menace maritime des étrangers. La station des marins de Ko Kong comptait approximativement 50 marins venus de Bangkok, de Trat et de Klaeng.

5 Du côté siamois, elle bénéfice de l’ambiguïté de la frontière concernant l’occupation de ce territoire. La fondation de Ko Kong comme ville frontalière siamoise n’était donc pas légitimée et acceptée par le Cambodge.

6 Le rong est une plante qui donne le caoutchouc. Son nom scientifique est Garcinia hanburyi Hook de la famille de Guttiferae.

7 Prayot Yothaphirom écrit que les fonctionnaires khmers et les autres Khmers de Ko Kong appelaient les Thaïs-Ko-Kong « Siem Ko Kong (เสียมเกาะกง en thaï) » pour bien les distinguer des Khmers (Yothaphirom 2008 : 128).

8 Le temple khmer qui se situe sur la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge. Il était occupé par les troupes thaïlandaises en 1954, lorsque la France accorda son indépendance au Cambodge. Le 15 juin 1965, la Cour internationale de justice de La Haye décide que le temple appartient au Cambodge et que les troupes thaïlandaises doivent se retirer. Cependant, ce temple de Preah Vihear est devenu de nouveau un sujet politique sous le gouvernement d’Abhisit Vejjajiva en 2010 lorsque des Thaïlandais, partisans des chemises jaunes, ont été arrêtés parce qu’ils empiétaient la zone militaire khmère et avaient cambriolé des données militaires. Du côté thaïlandais, on réclamait les 4,6 km2 de territoires contestés autour des ruines de Preah Vihear.

9 Ce nom est orthographié aussi Bang Krassup, Peam Krassup ou Peam Krasaop. Mes informateurs l’appellent Bang Krasop (บางกระสอบ). Il s’agit du second port de la côte nord de Ko Kong construit entièrement sur la mangrove.

10 Il s’agit du village de Ko Po (เกาะปอ).

11 Le document utilise le mot « Annamites ».

12 Il s’agit du village de Ko Kapi (เกาะกะปิ). Dans le livre intitulé Le Réveil du Peuple Khmer, Henri Le Grauclaude écrit que Kas Kapik est la « Venise du Golfe de Siam » (Le Grauclaude 1935).

13 Il s’agit peut-être du village que les villageois thaïs-Ko-Kong appellent Pak Khlong Sanam Khwai (ปากคลองสนามควาย) ou Pak Khlong Thanon Khwai (ปากคลองถนนควาย). Le terme Kabu vient probablement du mot krabue de la langue thaïe et qui signifie le « buffle ».

14 Mes informateurs l’appellent Ta Ni en thaï.

15 L’Organisation des Thaïs-Ko-Kong ou Ongkan Thai Ko Kong องค์การไทยเกาะกง est un mouvement politique sous-terrain fondé par les Thaïs-Ko-Kong. Selon le mémoire universitaire de Yothaphirom (2008: 225-237), l’administration de l’organisation a été divisée en deux parties, une partie civile et une partie militaire. Pour la partie militaire, les soldats sont divisés en deux troupes : les soldats qui gardent les villages et les soldats qui combattent. À ce moment-là, le contrôle de l’organisation des Thaïs-Ko-Kong couvrait principalement la région côtière de l’ouest à partir de Trapaeng Rung jusqu’à la limite frontalière de Laem Thian. Les personnes travaillant pour la partie civile étaient Prasit Chitsin, Prasat Chitsin, Chaem Thammakesorn, Cha Rieng (Chamriang Siriwong), Pracha Ampon, Chamnong Ampon, Bua Singhaphan, Udon Khiaokhachi ; ils avaient la responsabilité du gouvernement, de la culture, du commerce, de l’alimentation, de l’enseignement, ainsi que de l’armement. L’organisation des Thaïs de Ko Kong a aussi fondé des écoles dans plusieurs villages. La plupart des enseignants était des Thaïs-Ko-Kong qui avaient eu la chance de faire des études à l’école du wat Khlong Yai en Thaïlande. Les enfants apprenaient la langue thaïe et l’histoire thaïlandaise dont l’enseignement avait été interdit à partir du gouvernement du prince Norodom Sihanouk. L’organisation répartissait les terres vides entre les villageois qui n’avaient pas leurs propres terres agricoles. Une autre partie des terres avait l’organisation pour propriétaire. Les soldats thaïs-Ko-Kong ont persuadé les villageois de cultiver plus de riz, de maïs, de bananes, de manioc pour leur ravitaillement. Pour contrôler le territoire maritime, l’organisation des Thaïs-Ko-Kong a ouvert le port de Thma Sa afin de faire du commerce avec les habitants des villages de Tharuea Chang et Ban Ao Cho dans la province de Trat en Thaïlande. Concernant la partie militaire de l’organisation, les dirigeants militaires se composaient de Say Phuthong, Rung Phramkesorn, Tea Banh, Mom Saengchan, et Somkhit Saengchan (Mekhasobhon 2009 : 109). Les soldats de l’organisation des Thaïs-Ko-Kong avaient pour fonction de protéger les villages saisis et d’étendre les territoires sous domination.

16 Tea Banh est le ministre de la Défense du Cambodge, qui est thaï-Ko-Kong. Son père était un Chinois de la famille « Tea » et avait pour nom Tea Toek ; il est mort alors que Tea Banh était encore enfant. Sa mère est une habitante originaire de Khlong Yai qui s’appelle Nu Phengchinda. Tea Banh a épousé Tueanchai Thammakeson ou Tao Tuean, la fille de Chaem Thammakeson, un des sept leaders thaïs-Ko-Kong qui a été tué sur ordre du Parti communiste du Kampuchea. Tea Banh et Tueanchai ont trois enfants qui s’appellent Tea Siam, Tea Tyhas et Tea Kanha. Son fils aîné a fait des études et a travaillé à Bangkok. Il a épousé une Thaïlandaise. Tea Banh était un des révolutionnaires qui appartenaient à un mouvement politique sous-terrain à Ko Kong avec Khmer Issarak. Après la chute du régime des Khmers rouges, Tea Banh a été invité à Phnom Penh avec les autres révolutionnaires de Ko Kong. Il a commencé à travailler comme assistant du chef d’État-major responsable des informations de l’armée de terre et de l’armée de l’air. Dans les années 1980-1982, il a été nommé vice-ministre de la Défense. Puis, il a été déplacé pour être ministre des Transports et de la Poste, jusqu’à 1987 où il a été renommé ministre de la Défense. Actuellement, il est ministre de la Défense et vice-Premier ministre de Hun Sen.

17 Le gouvernement thaïlandais a tenté de résoudre le problème des immigrants thaïs-Ko-Kong par quatre résolutions du gouvernement : les résolutions du 5 février 1980, du 9 août 1983, du 4 septembre 1984, du 19 février 1991 ainsi que la lettre du ministère de l’Intérieur N° 0202/2034 du 11 février 1986. En vertu de la résolution du 5 février 1980, les immigrants thaïs-Ko-Kong ont été classés en deux grands groupes : 1) les personnes thaïes déplacées de Ko Kong qui sont entrées en Thaïlande avant le 15 novembre 1977 ; 2) les personnes thaïes déplacées de Ko Kong qui sont entrées en Thaïlande après le 15 novembre 1977. Le ministère de l’Intérieur a choisi le 15 novembre 1977 pour distinguer les immigrants thaïs de Ko Kong car il avait conclu qu’à cette date la situation d’insécurité au Cambodge avait pris fin. Le gouvernement thaïlandais a accordé des droits de naturalisation à diverses occasions, lors des années 1985, 1986, 1987, 1988, 1990, 1999 et 2002. En 1996, le gouvernement thaïlandais a divisé le reste des Thaïs-Ko-Kong qui n’avaient pas encore la naturalisation thaïlandaise en deux sous-groupes : 1) les réfugiés d’origine thaïe de la province de Ko Kong au Cambodge (phu opphayop chueasai thai chak changwat Ko Kong kamphucha ผู้อพยพเชื้อสายไทยจากจังหวัดเกาะกงกัมพูชา) ; 2) les immigrants illégaux d’origine thaïe de la province de Ko Kong (phulopni chueasaithai chak Ko Kong ผู้หลบหนีเชื้อสายไทยจากเกาะกง). Le premier groupe, appelé « réfugiés d’origine thaïe de la province de Ko Kong du Cambodge », est constitué des personnes déplacées thaïes de Ko Kong entrées avant le 15 novembre 1977. Le deuxième groupe, appelé « immigrants illégaux d’origine thaïe de la province de Ko Kong », est constitué des personnes déplacées thaïes de Ko Kong entrées après le 15 novembre 1977.

18 Khao Wong est une gorge de la montagne Banthat qui se situe dans le district de Khlong Yai. À Khao Wong, se trouve la borne de frontière thaïlandaise-cambodgienne numéro 71. Vers Khao Wong, il y a un passage naturel pour les villageois des deux pays pour se rendre du district thaïlandais de Khlong Yai au village cambodgien de Ko Kong.

19 Le district de Khlong Yai se compose de trois cantons (tambon en thaï) : Mai Rut, Khlong Yai et Hat Lek. Les cantons de Mai Rut, Khlong Yai et Hat Lek sont divisés respectivement en 6, 9 et 5 villages côtiers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Espace littoral de Ko Kong
Crédits Source : Grundy-Warr, King & Risser (1996 : 92).
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 2. Ko Kong : Partie de l’île et du continent
Crédits Source : modifié de https://wanderingrach.files.wordpress.com/​2015/​08/​camb.jpg?w=500&h=257.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Fig. 3. Emplacement des villages des habitants thaïs à Ko Kong
Crédits Source : modifié de Google Map, 2017.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 4. Khlong Yai-Ko Kong
Crédits Source : modifié de Google Map, 2017.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thanida Boonwanno, « Ethnogenèse des Thaïs-Ko-Kong : une « ethnie-frontières » dans un espace transfrontalier. Hommage à Jean Baffie, mon achan », Moussons, 31 | 2018, 93-116.

Référence électronique

Thanida Boonwanno, « Ethnogenèse des Thaïs-Ko-Kong : une « ethnie-frontières » dans un espace transfrontalier. Hommage à Jean Baffie, mon achan », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4125 ; DOI : 10.4000/moussons.4125

Haut de page

Auteur

Thanida Boonwanno

Docteur en anthropologie sociale et ethnologie d’Aix-Marseille Université, Département de sociologie et d'anthropologie, université Naresuan, Phitsanulok (Thaïlande).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page