Navigation – Plan du site
Articles

Papeete et ses shophouses. La sinisation d’un paysage urbain (1900-1970)

The Shophouses of Papeete: The Sinicization of an Urban Landscape (1900-1970)
Barbara Drouot-Baille

Résumés

Cet article traite des conditions d’émergence d’un quartier chinois dans le centre-ville de Papeete entre la fin du xixe siècle et la seconde moitié du xxe siècle. Il s’agit ici d’analyser le processus de sinisation d’un espace urbain au travers des pratiques d’appropriation de l’espace retenues par les migrants. Privilégiant une approche interculturelle, l’auteur s’attache plus particulièrement à observer les apports mais aussi les aménagements introduits par ces derniers aux plans architectural, domestique, social et publique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En réalité, un protectorat. Les années 1840 furent marquées par le début de l’implantation colonial (...)

1Les premiers Chinois de Tahiti arrivent dans les EFO (Établissements français d’Océanie1) vers 1864, à la demande d’exploitants agricoles européens confrontés à une pénurie de main-d’œuvre. Ce contingent de travailleurs engagés sur contrat est le prélude à de futures arrivées de ressortissants chinois en Océanie, lesquels rejoindront ces îles du Pacifique Sud par vagues successives jusqu’en 1930.

2Dans l’intervalle, et à partir de 1900, les observateurs locaux notent que la petite communauté réside principalement dans le centre-ville, à proximité immédiate du marché de Papeete, laquelle a déjà rang de capitale. Les commentaires et remarques de ces témoins relèvent que le temps passant, certains aménagements architecturaux et usages urbains portent la marque des immigrés chinois, sans que toutefois le terme de sinisation ne soit jamais convoqué. À l’instar d’autres centres urbains dans le monde où sont apparues des Chinatowns, un quartier chinois émerge dans le Papeete du début du xxe siècle et s’impose comme pôle d’attraction commercial. Il perdurera jusqu’à la fin des années 1970.

3Avec le recul, on peut aujourd’hui se demander quelles furent la nature et l’ampleur des modifications introduites par ces migrants asiatiques dans l’espace urbain, mais aussi ce qu’elles révèlent des propriétés de la culture chinoise. Enfin, à travers cet exemple c’est aussi la question même de l’espace comme creuset de pratiques identitaires en situation de migration qui est à nouveau interrogée.

Les Chinois de Tahiti dans la ville

L’installation des Chinois dans le Pacifique Sud colonial français (1865-1929)

4Dans l’imaginaire local polynésien, 1864 est le moment pivot de l’arrivée des premiers Chinois dans les EFO, mais cette date occulte largement le fait qu’elle n’est que la première des trois vagues d’immigration de ressortissants chinois qui continueront de s’installer à Tahiti jusqu’en 1929.

  • 2 Elle représenta jusqu’à 40 % des exportations totales et resta la principale source de revenus de l (...)
  • 3 Située à 40 km au sud de Papeete, sur la côte ouest de l’île de Tahiti.

5Dans le dernier tiers du xixe siècle, la culture du coton, qui est l’une des productions majeures de la colonie2, fait l’objet d’un plan stratégique de la part de l’administration locale, laquelle encourage l’implantation de petites exploitations indigènes et européennes. Dans ce cadre, la Cotton and Coffee Plantation Company ira jusqu’à engager un millier de Chinois arrivés par contingents successifs pour travailler sur la plantation d’Atimaono3.

  • 4 Majoritairement recrutés dans le sud de la Chine, ils étaient essentiellement cantonais et hakka, d (...)
  • 5 D’après les données officielles, mentionnées par Bruno Saura (2002 : 47), entre la fin des années 1 (...)
  • 6 Puisque ce premier contingent n’était constitué que d’hommes, ces derniers privilégièrent des union (...)

6Moins de dix ans plus tard, cette société connut de sérieuses difficultés liées à la reprise de la culture du coton aux États-Unis, au terme de la guerre de Sécession. Les cours mondiaux de la production cotonnière s’effondrèrent. L’entreprise périclita rapidement et fit faillite en 1873. Ses ouvriers agricoles asiatiques ne pouvant plus être rapatriés comme cela était stipulé dans leur contrat d’embauche, l’administration coloniale prit en charge leur retour en Chine. Le succès de l’opération s’avéra très relatif car la majorité d’entre eux ne souhaitait pas rentrer au pays4. Finalement, la majeure partie des 560 Chinois vivant encore en Océanie au début des années 1900 demeura sur le sol polynésien5. Ils bénéficièrent en janvier 1871 d’un titre de séjour provisoire à Tahiti, puis d’un permis de résidence, par l’abrogation en 1875 d’un arrêté antérieur. Commerçants ou non, ils furent soumis aux mêmes impôts, obligations et charges que les Européens ou autres étrangers. La reconnaissance implicite de la présence durable de ce groupe par les autorités locales favorisa une forme d’intégration, confortée par des stratégies matrimoniales rendues nécessairement exogames6.

7La seconde vague de ressortissants chinois en Océanie qui courut de 1907 à 1915 permit la venue sur place de 2 463 migrants, alors que la moyenne annuelle des départs fut de 16. Puis de 1915 à 1920 l’afflux de coolies chinois chuta à 280 entrées par an. Une telle baisse s’explique par des liaisons maritimes que la Première Guerre mondiale rendait difficiles, mais aussi par les mesures que les autorités coloniales adoptèrent afin d’interdire toute nouvelle arrivée non liée à un contrat de travail.

  • 7 Selon que l’on s’en tient à ceux qui s’installent effectivement ou à ceux qui ne resteront que temp (...)

8L’année 1920 marqua le début d’une troisième vague d’immigration, sans doute la plus importante, avec des entrées plus nombreuses en 1924-1925. Robert Moench (1963) l’attribue à la création d’une nouvelle ligne maritime reliant directement Hong-Kong à Papeete, qui permit d’améliorer de manière significative les conditions matérielles d’un voyage qui durait alors malgré tout un mois. Dans cette période, ce seront plus d’un millier de nouveaux ressortissants chinois, voire, selon le mode d’évaluation retenu, plusieurs milliers7 d'entre eux qui fouleront le sol polynésien. Si le statut socio-professionnel et le profil social des tout premiers travailleurs arrivés sous contrat en 1864 sont bien établis (main-d’œuvre agricole exclusivement masculine), les deux vagues d’immigration suivantes recouvrirent, toutes deux confondues, une réalité sensiblement différente.

9À partir de 1907, des femmes émigrèrent vers les EFO, certes en proportion restreinte, mais en progression graduelle au fil du temps (Saura 2002 : 94). La plupart d’entre elles rejoignaient un mari établi à Tahiti, d’autres y étaient envoyées de Chine pour sceller un mariage arrangé à distance avec des hommes qu’elles ne connaissaient pas, tandis que certaines voyageaient tout simplement en famille. La féminisation de l’immigration chinoise de ces années-là qui perdura jusqu’à l’arrêt des arrivées en 1930 contribua à l’installation durable d’une communauté chinoise fonctionnant de manière essentiellement endogame.

  • 8 En 1911, la Compagnie française des phosphates de Makatea (île de 24 km2 située à 220 km au nord-es (...)

10Parallèlement, les hommes restèrent majoritairement recrutés comme main-d’œuvre sous contrat dans les secteurs agricole et industriel8, leurs employeurs étant à partir du début du xxe siècle des Européens mais aussi des Chinois résidant dans la colonie. Certains d’entre eux développèrent en effet des activités agricoles de dimensions conséquentes et étaient en quête de ressources humaines. Ils privilégièrent alors une logique intra-ethnique en recrutant des compatriotes issus de leurs régions d’origine, lesquels étaient souvent des parents au sens large. Ces derniers, dont le recruteur prépayait le voyage, arrivaient munis d’un contrat conforme aux règles édictées par les autorités locales, avant de commencer à rembourser leurs frais de transport sous forme de retenue sur salaire. Enfin, comme le relate Anne-Christine Trémont (2007, section 8), parmi ces migrants certains avaient des objectifs clairement commerciaux, dans la mesure où ils représentaient de grandes entreprises cantonaises soucieuses de s’approvisionner en produits tahitiens, plus particulièrement en produits nacriers, assez lucratifs à cette époque. Fait nouveau, on compte aussi dans cette seconde vague des immigrants libres, échoués dans les EFO pour n’avoir pas pu rester sur le sol américain ou australien ou s’en être fait expulser. Certains d’entre eux se fixèrent dans l’archipel et leur nombre augmenta de 10 % entre les deuxième et troisième vagues d’immigration (Saura 2002 : 98).

  • 9 Mais aussi, 1 233 personnes sur 1 899 étrangers, soit 65 % des étrangers vivant en ville. Recoupeme (...)

11Au gré de ces flux et reflux migratoires la communauté chinoise essaima dans les archipels voisins des EFO tandis que certains de ses membres s’installèrent à Tahiti même, dans des districts ruraux et semi-ruraux mais aussi à Papeete, le centre-ville exerçant sur eux un pouvoir d’attraction non négligeable. Si 46 % des 459 chinois recensés en 1908 résidaient à Papeete, leur nombre avait triplé en 1926 (1 233 personnes). Les Chinois représentaient alors 11 % de la population totale de la colonie et 31 % de sa population urbaine9.

Chinois à Papeete : des marqueurs identitaires urbains classiques

12Les premiers témoignages d’une présence chinoise en ville remontent à la fin du xixe siècle, mais cette présence est alors peu visible et stabilisée. De 1873 à 1878 les migrants se livrent surtout au colportage et à d’autres métiers itinérants. Ils vivent alors dans de modestes maisons en bois qui relèvent plus de la cabane que du logement au sens propre du terme. Selon toute vraisemblance, ces activités étaient développées par une partie des premiers travailleurs chinois engagés par la plantation de coton d’Atimaono. Ils furent rejoints par quelques autres congénères arrivés entre-temps de Chine par des bateaux de passage dans la colonie. En 1900, l’octroi plus large de permis de résidence eut sans doute raison de l’itinérance et du colportage puisque ces différentes activités se fixèrent dans la ville où l’on comptait alors 77 patentés possédant magasins, restaurants ou ateliers.

13Dans les années qui suivirent, correspondant à un accroissement significatif de ressortissants asiatiques dans les EFO, leur visibilité s’affirma dans l’espace urbain. L’embryon communautaire initial se renforça et se structura alors plus systématiquement. En témoignent la célébration de fêtes rituelles asiatiques (Nouvel An) et la diversification des activités : restaurants (5 ouvertures d’établissements sur 6 furent le fait de Chinois en 1920), magasins de détail, ateliers de couture et de tailleurs, boucheries, salons de coiffure, menuiseries, magasins d’horlogerie, échoppes de cordonnier, boutiques de photographie, établissements d’import-export, maisons de jeux, mais aussi banques, etc. Une telle expansion ne manqua pas d’irriter certains Européens, ainsi que le rapporta la presse en 1922 :

  • 10 Journal L’Écho de Tahiti, 11, du 10 juin 1922, cité par Francis Cheung (1998 : 308).

Le commerçant européen n’a plus qu’à fermer ses portes car le commerçant chinois l’a supplanté en tout : importation, exportation, boucherie, boulangerie, débits de boissons, restauration10.

  • 11 Le terme « Métropolitain » désigne les résidants originaires de France métropolitaine installés dan (...)

14Dès lors, il n’est pas étonnant qu’à l’instar d’autres quartiers urbains investis par des communautés exogènes ailleurs dans le monde, le visiteur ait été frappé par un sentiment d’étrangeté qui rompait avec celui éprouvé dans le reste de la ville. Les alentours du marché de Papeete de ces années-là se teintent de spécificités qui touchent tout autant au visuel qu’à des sons et des effluves jusque-là inconnus. Immédiatement perceptibles, ainsi qu’en témoignent les photos d’époque, sont les enseignes commerciales ou les menus de restaurants libellés en caractères chinois, même si ces initiatives restent encore discrètes. Dans le Papeete de ce début de siècle en effet, la plupart des enseignes qui affichent le patronyme du commerçant avant sa pratique commerciale est le plus souvent transcrite en chinois romanisé (Yat Lee, Tailleur, Joseph Atem, Parfumerie, etc.). Les rues accueillent une foule métisse et cosmopolite : Polynésiens, Européens, Métropolitains11 et bien entendu Chinois, déambulent sur les trottoirs, scrutent les vitrines, vendent ou achètent, marchandent ou tout simplement observent. Ce regard du capitaine Félix Broche à propos des lieux de jeux et de leurs tenanciers chinois peut donner une idée de l’atmosphère si particulière qui imprègne alors le quartier du marché dans son ensemble :

  • 12 L’observateur fait ici référence aux tenanciers des maisons de jeu, assimilés à des hommes de relig (...)

Les prêtres12 en plein vent, proposant aux passants, dans les odeurs qui s’agrippaient aux maisons de bois, les beignets aux bananes et le lait de coco, le tissu bariolé et les vêtements de confection à l’européenne, toute la verroterie qui plaisait aux Tahitiens. Dans les gargotes obscures […], on buvait une atroce piquette. Plus loin, des rideaux de bambou et des portes entrebâillées suggéraient d’autres plaisirs. (Cheung 1998 : 19-20.)

  • 13 L’un des pionniers chinois du commerce moderne en Polynésie française (voir son témoignage dans Ass (...)

15Il ne faut toutefois pas se méprendre : la petite communauté a tendance à réduire ses relations avec les autres ethnies et vit en vase clos, privilégiant des activités attachées à ses besoins spécifiques : fabrication de fromage de soja, feuilles de moutarde salées, tiges de taro ou firi-firi (beignets locaux), porc laqué… par ailleurs proposés aux clients de la colonie dans de nombreuses échoppes. Il y a aussi des enfants, comme le relate Amine Aline13, qui arpentent les rues en tous sens, recueillant pour leurs parents les déchets de salade au marché de Papeete ou ramassant des noix de coco utilisées pour nourrir les canards domestiques. D’autres, en marge de leur scolarité, vendent des journaux ou torréfient le café chez des employeurs de leur connaissance. Ces derniers se font d’ailleurs remarquer en s’interpellant de magasin à magasin dans leur langue natale, laissent leurs boutiques ouvertes jusque tard dans la soirée y compris le dimanche et les jours fériés, alors que d’autres ont déjà déserté la ville :

À cinq heures, vient enfin le moment de la délivrance ! Sans attendre une minute de plus, employés et patrons, gros et petits fonctionnaires détalent avec un égal empressement, comme des gens sur lesquels se seraient depuis longtemps fermées les portes des prisons et pour qui sonnerait enfin l’heure de la liberté. (Cheung 1998 : 338.)

L’irruption d’une architecture exotique14 autour du marché de Papeete

  • 14 Conçu au sens du terme « exotisme » tel que défini au xixe siècle : « Le terme d’exotisme, introdui (...)

16En étudiant les photos d’époque avec un peu plus d’attention, il apparaît qu’à ces marqueurs identitaires développés par tout groupe de migrants durablement installé, s’en ajoutent d’autres, essentiellement architecturaux, qui viennent renforcer le sentiment d’un ailleurs asiatique au centre-ville. Pour mieux comprendre les raisons pour lesquelles ce bâti crée une impression diffuse de se trouver en Asie au cœur même du quartier du marché, il faut le resituer dans le contexte du Papeete de l’époque.

Papeete dans les années 1900 : vers la « verticalisation » du paysage urbain

17Autour de 1865, Georges Perin, voyageur de passage en Océanie décrivit la ville de Papeete comme un assemblage de petites cases en bois à varangues, enfoncées dans des jardins de bananiers, d’orangers, de citronniers, de buraos et de goyaviers. Il dépeignit les propriétés encloses par des barrières peintes en blanc, le palais du gouvernement assimilable à un blockhaus, le cercle militaire qui possédait un jardin traversé par une petite rivière, ainsi que les casernes, les cabarets et l’église catholique. À cette époque, les maisons à étages étaient rares, il n’y en aurait eu que trois ou quatre dans toute la ville. Les villas généralement noyées dans la végétation étaient basses et de plain-pied, mais légèrement surélevées par une ou deux marches donnant accès à la véranda couverte. Cette dernière symbolisait une certaine oisiveté locale et surtout la douceur de vivre sous les tropiques.

Fig. 1. Un coin d...Fig. 1. Un coin de la rade, Papeete, vers 1862

Fig. 1. Un coin de la rade, Papeete, vers 1862

Source : photo de Gustave Viaud (Gleizal 1990).

18Le Papeete des années 1900, soit quelque trente-cinq ans plus tard, abritait toujours de petites maisons en bois à volières, entourées de grands jardins champêtres. Cependant, la ville avait déjà commencé à se « verticaliser » du fait qu’elle était devenue le centre de toutes les activités administratives, politiques et commerciales. Certains de ses bâtiments officiels étaient construits en briques et comportaient un étage. C’est à cette époque qu’à l’initiative des Chinois le quartier du marché changea de configuration architecturale selon une évolution amorcée dès les années 1880 que relevaient certains commentateurs :

[…] Petit à petit, ces citadins (les Chinois) parvinrent à acheter tous les terrains autour de la place du marché, sur lesquels ils bâtirent des immeubles en bois d’un nouveau modèle, comprenant un magasin, restaurant ou atelier au rez-de-chaussée, et un appartement d’habitation au premier étage, avec une avancée sur le trottoir pour protéger les clients, contre la pluie et le soleil. (Gleizal 1990 : 48.)

19Cette description, pour anodine qu’elle puisse paraître au flâneur de l’époque ou au lecteur contemporain, éveille pourtant immédiatement l’attention de l’observateur familier de l’environnement urbain chinois. En effet, ce mode de bâti correspond à un type architectural fort répandu en Asie du Sud et du Sud-Est. Répertorié par les architectes comme shophouse, il est au fondement de l’urbanité asiatique (Pedelahore de Loddis 2003 : 93) et chinoise. Ne s’agirait-il pas alors de la transposition – au cœur du Papeete du xixe siècle – d’un modèle importé de Chine par les migrants cantonais et hakka installés en Océanie ? Sans doute faut-il auparavant en approfondir les origines et caractéristiques.

Le shophouse : modèle architectural structurant de l’espace urbain en Chine du Sud et en Asie du Sud-Est

20À cet égard, plusieurs hypothèses prévalent, issues des champs architectural, urbanistique et anthropologique.

  • 15 À ce sujet, voir Charles Goldblum (1985 : 127) : « Cette figure de l’origine […] prend appui sur ce (...)
  • 16 Ancienne appellation d’une grande région méridionale de Chine couvrant aujourd’hui les provinces du (...)

21Dans le premier cas, le shophouse aurait tout d’abord émergé dans les grands centres urbains chinois méridionaux, notamment dans le Canton pré-industriel du xviiie siècle, mais aussi à Shanghaï, avant d’essaimer au Siam, en Annam (Vietnam), en Indonésie, en Malaisie, à Taïwan, à Singapour et à Hong Kong. Aujourd’hui, en Chine continentale, certains chercheurs s’appuient sur cette thèse initialement proposée par Charles Goldblum15 pour développer l’idée que ce modèle architectural trouverait ses sources bien en amont du développement urbain de Canton, puisqu’une grande partie des habitations rurales du sud du pays se caractérisent très tôt par la présence d’un étage (Goldblum 1985 : 139-150). On fait même référence au style « lingnan » (嶺南)16 pour désigner la région où cette architecture se serait particulièrement développée, pour ensuite être adaptée aux contraintes (environnementales, économiques, sociétales, etc.) des régions ou pays où elle fût reprise. De fait, un rapide tour d’horizon permet de mettre en évidence que qilou à Shanghaï, tanglou à Hong Kong, « maisons-tube » au Vietnam ou « lit d’anguille » au Japon comportent bien tous les mêmes invariants archétypaux de bâti.

22De manière complémentaire, pour Ronald G. Knapp, l’idée que le modèle du shophouse serait originaire de Chine du Sud ne semble pas faire de doute, puisqu’il rend compte de sa configuration particulière au travers de considérations climatiques : une ouverture étroite en façade et une profondeur appréciable de l’espace permettant de protéger l’intériorité de la chaleur de rayons solaires trop directs, mais aussi des ouvertures intérieures assurées par des puits de lumière entretenant une circulation d’air savamment régulée (Knapp 1990 : 18-19).

  • 17 Conclu le 29 août 1842 entre la Grande-Bretagne et la Chine, le traité de Nankin mit un terme à la (...)

23Pour leur part, les travaux d’Alain Viaro font de la shophouse une production interculturelle à l’interface des logiques foncières du colonisateur occidental en Asie du Sud-Est et des habitus domestiques du marchand chinois, explorateur précoce des pays limitrophes grâce aux voies maritimes ouvertes en mer de Chine (Viaro 1992 : 139-150). Ainsi en est-il par exemple du modèle tel qu’il aurait émergé à Batavia sur l’île de Java, fruit d’une convergence entre la trame urbaine mise en place par les Hollandais (parcellaire profond et étroit, divisé en lots de dimensions standards) et caractéristiques de l’occupation de l’espace urbain en Chine du Sud : unité également longue et étroite, mais aussi polyfonctionnelle (commerce et résidence), tout autant que contiguë à d’autres unités identiques le long d’une même rue. Un processus de métissage similaire aurait prévalu à Singapour, administrée quant à elle par les Britanniques. Dans ce cas, à l’organisation d’un parcellaire proche de celui des Hollandais, le modèle du shophouse se serait enrichi d’un élément architectural nouveau, matérialisé par l’obligation coloniale d’y adjoindre le fivefoot way, ou « trottoir sous arcades » d’origine anglo-indienne. Enfin, toujours dans cette perspective interculturelle, l’émergence du modèle à Canton serait quant à lui consécutif au traité anglo-chinois de 184217, aboutissant à la logique combinée du modèle de Batavia et de celui de Singapour. Formellement, il se serait donc traduit par l’édification du « shophouse anglo-indo-chinois » en Chine du Sud.

  • 18 Voir plus haut.

24La question des origines effectives de cette figure architecturale reste probablement à approfondir si on pense notamment à l’adjonction d’un étage (ou de plusieurs étages) au-dessus de la partie située au rez-de-chaussée, caractéristique que l’on retrouve pourtant en Chine rurale, comme cela en est attesté dans la région méridionale du Fujian18. Toujours est-il que dans le Canton de la fin du xixe siècle, ce modèle de bâti est d’une part largement répandu au sein de la ville dont il en structure en grande partie la morphologie et, d’autre part, ses caractéristiques architecturales et spatiales sont définitivement stabilisées. On peut en synthétiser les éléments-clés ci-après.

25Du point de vue morphologique, l’unité-type qui accueille une famille se présente avec une « devanture » étroite, tandis que l’intérieur est profond et se prolonge vers l’arrière, dans un univers assez obscur, parfois troué d’un ou plusieurs puits de lumière (souvent des cours intermédiaires). Son rez-de-chaussée est occupé par un commerce, un dépôt ou un atelier. L’étage, quant à lui, accueille les parties privées dédiées à l’habitat domestique (salon, chambres, autel des ancêtres, toilettes, etc.). Comme le relève Charles Goldblum, la langue anglaise particulièrement concise retiendra opportunément le terme de « shophouse » en insistant sur la fonction commerciale. Il en va de même pour son équivalent en chinois mandarin (店屋 – dianwu – ou parfois 店住– dianzhu), mais à l’inverse de sa traduction française devenue « habitat-commerce ».

Fig. 2. Shophouse...Fig. 2. Shophouse : isolat

Fig. 2. Shophouse : isolat

  • 19 Bien que la partie commerciale, au rez-de-chaussée, ne soit pas ici mise en exergue, le choix de ce (...)

Source : Urban Redevelopment Authority19, Singapore Government.

26Par ailleurs, dans l’espace urbain, le shophouse ne se conçoit pas en une unité isolée puisqu’il s’inscrit généralement en contiguïté avec d’autres habitats-commerces du même type dans l’alignement d’une même rue, souvent de part et d’autre d’une même voie et qu’il communique par ailleurs avec ces derniers au niveau du rez-de-chaussée (mitoyenneté immédiate) grâce à une avancée couverte.

Fig. 3. Shophouse...Fig. 3. Shophouse : alignement et contiguïté des isolats

Fig. 3. Shophouse : alignement et contiguïté des isolats

Source : NuriaPrieto, Shophouse Penang, 20 décembre 2014, http://tectonicablog.com/​?p=85828.

27Il y a donc, comme en Chine du Sud, une succession d’édifices contigus à front de rue, devant lesquels court un passage couvert. Ainsi en témoigne Denys Lombard :

La rue marchande rectiligne avec ses deux rangées de boutiques ou toko, disposées face à face, est attestée au Fujian et au Guangdong. (Lombard 1990, vol. 2 : 236.)

28On pourrait ajouter à cette description que dans sa partie arrière le commerce débouche souvent sur une ruelle semi-privée à ciel ouvert, le long de laquelle court généralement un caniveau évacuant les eaux usées.

29Enfin, il faut ajouter certains autres éléments architecturaux spécifiques : les toitures, les cloisons de séparation à l’étage, les piliers porteurs correspondant au parcellaire (donc rapprochés), ainsi que le matériau bois généralement privilégié (le bois symbolisant la vie en Chine).

Le quartier du marché de Papeete et ses alentours : la sinisation par le bâti

30Du statut d’EFO à celui de Polynésie française, l’analyse des documents historiques – photos, comptes rendus, ouvrages – sur une période d’un siècle environ (1880 à 1970), ainsi que les témoignages recueillis auprès d’anciens habitants chinois du centre-ville confirment bien l’émergence puis la généralisation du style shophouse aux alentours immédiats et adjacents du quartier du marché de Papeete.

  • 20 De même à Raiatea, une des îles proches de Tahiti, où une grande partie de la communauté chinoise s (...)
  • 21 À l’époque, Papeete est un centre essentiellement administratif, politique et d’affaires. Toutes le (...)

31Tout contribue ici à siniser l’environnement visuel et à en rappeler le modèle asiatique initial : on y retrouve l’unité caractéristique construite en bois dont la façade en rez-de-chaussée est étroite et encadrée de piliers. Elle ouvre l’accès à un commerce, plongeant vers un intérieur obscur et profond qui dépasse souvent les cinq mètres20 comme en Chine du Sud. Cette partie commerciale trouve à l’étage son parfait équivalent en superficie, dédié quant à lui à un espace privatif, ici une partie d’habitat21 qui comporte une terrasse en surplomb, elle-même encadrée de cloisons légères généralement installées dans le prolongement des piliers au sol.

32Enfin, tout comme dans le modèle asiatique d’origine, on relève que la mitoyenneté entre unités est bien conservée, puisque le principe de contiguïté privilégiant l’alignement de plusieurs habitats-commerces côte à côte et orientés perpendiculairement à la rue est respecté. De même, dans certains cas le passage arrière semi-privatif a pu être préservé. Moyennant quelques variantes fonctionnelles, il en sera ainsi jusqu’à la disparition progressive du style à la fin des années 1970, comme en témoigne l’œil du photographe Jean-François Bosmel (fig. 4).

Fig. 4. La rue du...Fig. 4. La rue du marché

Fig. 4. La rue du marché

© Jean-Claude Bosmel, Papeete, 1974.

33À y regarder de plus près cependant, il s’avère que certains principes induits par ce nouveau type architectural ont dû composer avec les contraintes environnementales et foncières locales. En attestent des compromis notables, au rang desquels le sacro-saint alignement de commerces (principe de contiguïté) se faisant face de part et d’autre d’une même rue. Globalement, ces aménagements ont trait à l’implantation spatiale mais aussi à la morphologie des bâtiments.

34Le marché de Papeete actuel, qui s’est considérablement étendu depuis, était de dimensions bien plus réduites dans les années 1900 et de forme rectangulaire. Il ne dépassait alors pas 100m de long sur 64m de large, mais fut rapidement bordé de quatre rues longeant chacune de ses façades. Pôle d’attraction occupant l’espace central d’un parallélépipède, il contraignait ceux des promoteurs immobiliers chinois possédant du foncier sur place à bâtir sur les seuls trottoirs disponibles restants, à savoir ceux qui lui étaient opposés. Ainsi, contrairement à l’esprit d’origine, l’alignement des shophouses s’organisa ici non pas de part et d’autre d’une même voie de communication et sur toute sa longueur (comme à Batavia par exemple où l’on pu semble-t-il conserver l’alignement perpendiculaire aux voies de communication), mais plus logiquement sur un seul côté de rue et autour du marché de Papeete. En témoigne le cliché suivant (fig. 5), avec au premier plan le marché et au fond les premiers bâtiments de facture asiatique, lesquels iront en s’organisant sur son pourtour.

Fig. 5. Marché de...Fig. 5. Marché de Papeete, croisement de la rue Halles et de la rue du 22 septembre 1914, vers 1920

Fig. 5. Marché de Papeete, croisement de la rue Halles et de la rue du 22 septembre 1914, vers 1920

Source  : anonyme (Gleizal 1990).

35Dans les rues adjacentes, la présence de shophouses en enfilade est aussi attestée mais on ne retrouve plus l’invariable déploiement qui les caractérise, que ce soit en un alignement continu d’unités mitoyennes ou par un positionnement de part et d’autre d’une même rue. Une archéologie fine du recensement des bâtiments de facture chinoise dans le centre-ville jusque vers 1945 souligne de manière complémentaire que leur répartition urbaine est dispersée, apparaissant comme en pointillé, mais que le temps passant un processus de concentration opéra. Jusque-là plusieurs configurations coexistent : certains bâtiments dont la façade de quelques dizaines de mètres ne rassemble pas plus d’une dizaine de shophouses sont isolés dans la ville, parfois deux d’entre eux sont séparés par des constructions plus occidentales dans une même rue ou se font face mais en chicane. S’y ajoutent des immeubles n’occupant que des coins de rue. D’un point de vue morphologique, il apparaît dès lors plus judicieux de raisonner en termes de « blocs » de shophouses pour décrire l’emprise de ce style architectural sur l’espace urbain du Papeete d’alors.

  • 22 Tout comme à Singapour, en Thaïlande, et de manière générale dans le Sud-Est asiatique au sens larg (...)

36Puisque le principe d’une transposition par la communauté chinoise d’un modèle architectural est à présent acquis, on peut le relier à quelques concepts théoriques, tout en gardant à l’esprit que ce type architectural insiste en Océanie sur la fonction du bâtiment – commerce et habitat22 – son aspect extérieur et son agencement dans l’espace. Ce « copier-coller » aménagé en fonction des circonstances et que la rencontre entre cultures rend ici si manifeste, participe d’un processus que pratique généralement tout groupe étranger en situation de migration durable. Dans ce contexte, faire vivre son identité passe notamment par l’importation d’un style architectural familier et dont il s’agit de reproduire les manifestations matérielles et symboliques.

  • 23 Le concept d’appropriation de l’espace est utilisé en anthropologie notamment. Il désigne le proces (...)

37Sur la base de ce constat on peut amorcer de manière plus précise l’analyse de la morphologie urbaine du Papeete d’alors et de son cœur, le quartier du marché, en termes d’appropriation de l’espace23 et par suite logique, en termes identitaires. À cet égard, Marion Segaud (2007) note que dans la préface à L’Habitat pavillonnaire, Henri Lefebvre (2001) considère le concept d’appropriation comme l’un des plus importants de l’héritage de la réflexion philosophique. Pour sa part, Chombart de Lauwe (1979) l’examine à la lumière du changement social. Dans leur sillage, M. Segaud rend compte du phénomène de la manière suivante :

S’approprier un espace, c’est établir une relation entre cet espace et le soi (se le rendre propre) par l’intermédiaire d’un ensemble de pratiques. Il s’agit donc d’attribuer de la signification à un lieu ; cela peut se faire au niveau sémantique, à travers les mots et par les objets et les symboles qui leur sont attachés. C’est un processus, un ensemble d’actions qui évidemment varient selon les sociétés, les époques, les individus et qui peuvent souvent être assimilées à des rituels. Nettoyer, ranger par exemple, participe de rendre propre mais d’instituer un rapport au monde et à l’autre. […] Ces pratiques résultent d’une culture à partir de laquelle l’habitant, le citadin organise (consciemment ou non) son univers quotidien. On peut s’aider de la notion de modèle ou d’habitus pour comprendre l’aspect routinier de la vie quotidienne. (Segaud 2007 : 88.)

38On comprend donc bien à présent qu’aux manifestations extérieures, physiques, imprimées à l’espace, cet effet de territorialisation autour du quartier du marché et de ses environs ont dû venir s’adjoindre des manifestations symboliques selon la pratique d’usages sociaux et culturels propres à la communauté chinoise de ces années-là.

Des modes d’habiter, de coexister et de travailler inconnus

39Marion Segaud et Françoise Paul-Levy (1983) relèvent dans leurs travaux de synthèse sur l’espace que ce dernier se donne à lire et/ou qu’il « communique ». Elles retiennent un certain nombre de situations à travers lesquelles les configurations spatiales d’un environnement donnent ou délivrent du sens. Étudions deux d’entre elles.

  • 24 Pour exemple, Claude Lévi-Strauss a ainsi pu mettre en évidence comment la configuration spatiale d (...)
  • 25 On pense aussi au cas des tribus nomades du Sud marocain dont les trois types d’habitat, Fricq, Dou (...)

40Dans la première, l’observateur saisit une réalité à travers l’espace formalisé, formé, ce qui revient à dire qu’il métacommunique. En interrogeant la forme et en la décryptant, l’observateur avisé est capable d’extraire les grandes valeurs d’un système culturel et social d’un groupe humain donné. C’est donc l’observation anthropologique qui, dans ce cas, met en évidence la configuration24. Dans la seconde situation, les formes se prêtent à une interprétation spontanée ; on suppose ici qu’elles traduisent quelque chose des relations sociales que l’observateur lambda saisit et qu’il comprend (tout comme l’utilisateur qui « habite » ces relations sociales). Par exemple, l’hôtel aristocratique du xviiie siècle en France reflète, par l’isolement des locaux des domestiques, groupés autour des basses-cours et la présence d’antichambres, le caractère particulier des relations que l’aristocratie de l’ancien régime entretient avec les « gens du peuple25 ».

  • 26 « L’architecture urbaine, de façon générale, et la forme compartiment, en particulier, ne sont pas (...)

41Ces analyses montrent que l’espace « communique » par la médiation de ses configurations spatiales : le bâti, les formes et les agencements informent bien – l’anthropologue ou le flâneur – sur les systèmes culturels et/ou sociaux de ceux qui les habitent. Pourtant, en poussant la réflexion, on se rend bien compte que le rôle de ces configurations spatiales est double : elles renseignent sur les propriétés d’un groupe, tout autant qu’elles les « imposent » à leur environnement. Aussi celui-ci n’est-il plus seulement le siège d’une territorialité qui s’exprime au travers de représentations matérielles, mais il est parallèlement parcouru de plans symboliques, lesquels s’affichent et sont médiatisés par des valeurs culturelles, des pratiques ou des usages sociaux26.

Shophouses de Papeete : les valeurs d’un groupe dans l’espace

42Les shophouses apparaissent donc visuellement comme entassés les uns contre les autres en de petites unités presque toutes identiques, à la fois dans leurs dimensions et dans leur affichage extérieur. Francis Cheung décrit d’ailleurs bien le centre-ville du Papeete des années 1920-1930 tout en mettant en évidence leur emprise sur l’environnement urbain :

[Les grandes firmes européennes] coexistent avec une multitude de boutiques chinoises qui s’entassent les unes contre les autres, presque toutes identiques : les magasins qui communiquent entre eux sont d’un pittoresque étonnant et rappellent les quartiers chinois des métropoles américaines. (Cheung 1998 : 337.)

43Si au rez-de-chaussée les commerces communiquent effectivement entre eux par l’extérieur, au travers d’une allée couverte et continue qui les longe, il n’en est pas de même pour l’étage supérieur qui abrite les parties domestiques et privatives. Chaque famille y dispose, au-dessus de la galerie, de son balcon séparé de celui de ses voisins immédiats par des cloisons légères.

44Ici, une logique horizontale (le rez-de-chaussée), vient croiser celle, verticale, de l’habitat domestique (premier étage), tandis que l’emboîtement des shophouses de Papeete, tout comme leur modèle originel, traduit les valeurs communautaires (partage d’une même organisation de l’espace) tout autant que collectives (la proximité) du petit groupe de migrants chinois de l’époque.

  • 27 « Compartiment» est une autre dénomination du modèle shophouse. Ici, l’accent est mis sur le princi (...)
  • 28 Se reporter notamment à Yongsong Huang (1994).

45De fait, à l’origine, le shophouse et sa distribution en compartiments correspondraient à un mode de partage de l’espace urbain privilégié par certains groupes socio-professionnels spécifiques : marchands et artisans, lesquels sont généralement organisés en confréries. Par ailleurs, comme le rapporte Christian Pedelahore de Loddis, les quartiers à compartiments27 (shophouses) constituent une figure de découpage collectif du sol, procurant à chaque membre un accès relativement égalitaire à l’espace public marchand. Une analyse qui n’est pas sans rappeler l’espace de vie alloué aux familles rurales de Chine méridionale regroupées en villages. Ce sont surtout les tulou ou « constructions de terre » de la province du Fujian qui illustrent ce phénomène de la manière la plus frappante28. Que ces constructions à étages regroupant souvent plusieurs dizaines de familles, soient de forme carrée, ronde ou rectangulaire, ouvertes sur l’extérieur ou fermées sur elles-mêmes, comme cela est le cas de l’habitat hakka, elles témoignent toutes d’une organisation de l’espace soigneusement pensée de manière à ce que chaque famille ait la même superficie à vivre que ses voisines. Fait notable, on y retrouve au moins deux des principes constitutifs de leur pendant urbain, puisque ces espaces à vivre sont contigus les uns aux autres et qu’ils s’élèvent sur un ou plusieurs étages.

  • 29 Voir à ce sujet les travaux de Geert Hofstede (1994) ou ceux de Fons Trompenaars (1993). Le champ i (...)

46Cette tendance à privilégier l’égalitarisme comme mode d’organisation sociétal n’est pas sans rappeler certaines « stratégies » adoptées par les sociétés dites de groupe29, dont la vision du monde, sous-tendue et médiatisée par des lois implicites, tend à réduire au maximum la compétition entre membres d’une même communauté. Si un certain seuil de concurrence est toléré, il doit cependant être maintenu dans des proportions acceptables au regard des valeurs du groupe, sous peine d’en faire exploser la cohésion interne (en Asie la mythique « harmonie ») et par voie de conséquence, la pérennité.

  • 30 C’est en réalité ici toute une vision du monde propre à la culture chinoise qui s’exprime au traver (...)

47Bien que moins perceptible de l’extérieur, mais plus repérable au travers des témoignages des occupants, c’est aussi dans la verticalité que la communauté chinoise de Papeete projeta dans la ville de cette époque sa conception très particulière de l’articulation intime entre espace privé et espace public. À l’instar de la figure du yin et du yang, l’un et l’autre sont en effet conçus non en opposition mais profondément liés l’un à l’autre30. Historiquement en effet, la demeure chinoise se présente sous la forme d’un vaste carré de plain-pied, dont l’entrée principale, toujours méridionale, ouvre sur une succession d’espaces se déployant le long d’un axe imaginaire sud-nord. L’enchaînement d’intervalles pleins ou vides (édifices ou courées-frontières) se déploie alors comme autant d’obstacles, allant du plus public des espaces (yang : lumineux, ouvert, masculin) comprenant la salle d’accueil, la salle de réception, les divers salons, etc. – au plus privé d’entre eux (yin : sombre, préservé, secret, féminin) –, autel des ancêtres, chambres à coucher. La profondeur de la demeure chinoise permet donc que le plus intime soit aussi ce qui est le plus soustrait au regard extérieur. Lorsque la maison chinoise ne peut s’étendre au sol et est contrainte de gagner en hauteur, en milieu urbain par exemple, les sphères du public et du privé courent alors du bas vers le haut, en verticalisant le plan horizontal initial sud-nord. Le commerce au rez-de-chaussée est espace public : sphère de représentation, tandis que l’étage accueille les activités privées et protégées par la famille (l’habitat domestique). À Papeete, on y trouve un petit salon et des chambres modestes, souvent en enfilade. Les effets personnels destinés aux occasions exceptionnelles (fêtes du Nouvel An, fêtes religieuses, etc.) sont rangés dans une ou deux armoires dans les chambres et, s’il y a lieu, des objets de valeur sentimentale (photos) ornent les murs.

48La plupart du temps l’espace d’habitation à l’étage est largement sous-occupé si on doit le comparer à l’intense et continuelle activité diurne et parfois nocturne du commerce situé au rez-de-chaussée. Selon le statut économique de ses occupants, cette partie dévolue à l’habitat peut être réduite à la simple fonction de dortoir ; elle peut aussi être un lieu d’accueil pour le temps d’un court repos comme la sieste, devenir terrain de jeux ou d’étude pour les enfants dans l’après-midi. Parfois, une chambre non occupée peut se transformer en espace de stockage si cela s’avère nécessaire. Quant au balcon, généralement vacant, il permet d’étendre du linge. Aménagé en pièce fermée, il peut aussi contribuer au séchage de la vanille destinée à l’export.

49Au-delà de cette ordonnance symbolique incarnée par sa configuration spatiale, le shophouse des Chinois de Papeete est un microcosme ouvert sur l’extérieur par sa façade marchande, tout en donnant à voir des rapports sociaux où s’expriment les logiques individuelles, familiales, sociales et entrepreneuriales des Chinois de Tahiti.

Shophouses de Papeete : des pratiques socio-professionnelles dans l’espace

50Dans les années 1920, les commerces chinois autour du marché de Papeete étaient industrieux et témoignaient d’une activité qui ne décrût que plus tard, du moins si l’on en croit la description qu’en fait Richard U. Moench aux alentours de 1963.

51En journée, le magasin accueillait une masse pléthorique de personnel et débordait de son périmètre intérieur pour s’approprier l’espace du passage couvert (trottoir sous arcades) crée par l’avancée du premier étage. Les devantures présentaient des soieries, des articles importés de France, des États-Unis, de Chine, du Japon, dans un bric-à-brac très peu occidental que l’intérieur du magasin ne démentait pas : les rayons s’accrochaient aux cloisons et proposaient couvertures, dentelle, châles, etc. On était loin des autres commerces de la ville dont les rayons étaient bien ordonnés et les trottoirs dégagés.

52Tous, enfants, jeunes hommes, femmes s’affairaient à l’intérieur comme à l’extérieur des magasins, dans un va-et-vient continu de livraisons et semblaient tous mobilisés dans l’intérêt du commerce. L’espace de vente d’une boulangerie pouvait, par exemple, servir de nurserie, les enfants s’endormant au fond de leur landau dans un coin ou au bras de leur mère en train de servir la clientèle. La boulangerie servait aussi de cuisine à la famille, le comptoir permettant de préparer le pain ou faisant office de table à manger.

  • 31 L’archipel des îles de la Société comprend un groupe d’îles où se sont installés en nombre les Chin (...)
  • 32 À l’époque, les commerçants justifaient ce choix notamment parce qu’ils considéraient que leur acti (...)
  • 33 En 1956, on notait déjà des stratégies de segmentation au sein de la famille ; certains de ses memb (...)

53Pour Moench (1998 : 70), dans les îles de la Société31, la famille chinoise est typiquement une unité de production dont les activités se focalisent sur l’activité économique. L’entreprise, qui est d’abord individuelle, est associée à une entité-famille et est généralement de petite envergure32, ne privilégiant pas les associations d’affaires. Cette entité-famille ne se résume cependant pas à sa définition nucléaire (c’est-à-dire les parents et leurs enfants), puisqu’elle associe tous les membres d’une parenté étendue et parfois même d’une parenté fictive, incluant des membres du même lignage ou du même village d’origine. En 1956, le même auteur relevait qu’une famille en centre-ville est généralement composée de sept à huit personnes, parents, enfants, belles-filles et gendres compris (Moench 1998 : 78)33. Ces chiffres ne comprennent sans doute pas les autres individus qui, incorporés au sein de l’activité économique familiale, viennent en accroître le personnel. Il y a, par exemple, les hommes célibataires venus des districts ruraux voisins pour proposer leur force de travail ou ces jeunes filles recrutées en appoint – de jeunes couturières par exemple –, lesquelles finissent par participer à toutes les activités familiales quotidiennes (préparation des repas, garde d’enfant, entretien du magasin, etc.), jusqu’à dormir et vivre sur place. À cela, il faut ajouter les jeunes garçons et filles de familles chinoises vivant dans le district ou à la presqu’île, à quarante kilomètres de là. Pendant la semaine ou pour des trimestres entiers, ces familles confient leurs enfants venus suivre leur scolarité à Papeete à des « cousins de la ville ». Enfin, certains parents proches ou éloignés en provenance des îles périphériques (Moorea, Raiatea, Tubuai, Makatea) et de passage à Papeete pour régler quelques affaires (commerce de vanille, de coprah, de nacre) sont accueillis au sein du groupe et n’hésitent pas eux aussi à « donner un coup de main » quand ils sont présents.

54On a le sentiment que l’organisation ne répond pas ici à des critères systématisés de division du travail. À Papeete, la structure entrepreneuriale chinoise de ce début de siècle n’assignait pas de rôle déterminé aux individus, ce qui était d’ailleurs aussi le cas à l’intérieur de la cellule familiale. Tous étaient mis à contribution, y compris les enfants qui, dès l’âge de six ans, pouvaient être amenés à tenir la caisse, renseigner les clients, faire l’inventaire ou s’occuper du dernier-né. Certaines tâches étaient certes différenciées, comme celles liées à la domesticité ou au commerce (laver le linge, cuisiner, faire les comptes), mais elles n’étaient pas rigidement assignées à l’un ou l’autre sexe (nettoyer le magasin ou toute autre tâche de maintenance). Les hommes pouvaient contribuer largement à la préparation des repas. ll y avait donc une forte tendance pour tous à se former à tous types de rôles et à tous types de fonctions, qu’elles soient domestiques ou professionnelles.

55À cet égard, le concept de « femme au foyer » semblait très étrange à certaines Chinoises du Tahiti d’alors. À l’époque, elles se considéraient généralement comme des « femmes d’affaires », surtout lorsque leur atelier de couture constituait en parallèle un appoint non négligeable à l’économie générale de la famille. À ce titre, elles étaient persuadées de leur légitimité. Les hommes plus âgés étaient d’ailleurs prompts à reconnaître la contribution de leur épouse dans l’expansion du commerce familial et tous admettaient que la femme chinoise dans le commerce travaille plus longtemps et plus dur que les hommes. Il n’était d’ailleurs pas rare que celles-ci soient encore actives à l’heure du coucher quand ceux-là terminaient la soirée par des parties de mah-jong ou des visites aux amis.

56Ces modes d’habiter, de fonder, de coexister… mais aussi ces pratiques socio-professionnelles et ces valeurs exogènes trouvèrent peu à peu leur place au cœur de Papeete au point d’en être devenues partie intégrante au début des années 1970. Toutes proportions gardées et avant qu’un certain nombre d’événements ne l’amène à s’effacer peu à peu, longtemps on retrouva autour du marché de Papeete cette ambiance « extrême-orientale » si caractéristique des quartiers chinois de certaines métropoles dans le monde, comme le releva Francis Cheung (1998).

57Dans la plupart des pays où ils ont émigré, les Chinois de la diaspora ont éprouvé le besoin de recréer un environnement familier pour se créer des repères ou simplement parce que le temps de l’intégration n’était pas encore venu.

  • 34 En Malaisie, ce type de monument est aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

58La shophouse, figure de l’urbanité du Sud de la Chine et figure emblématique d’un entre-soi de migrants s’est ainsi exportée dans de nombreux pays d’accueil où la communauté chinoise a élu domicile, notamment en Asie du Sud-Est34 et spécialement dans la Péninsule indochinoise. Moyennant quelques adaptations et métissages, elle a parfois contribué à structurer fortement l’espace urbain comme en Thaïlande ou au Vietnam, débouchant au final sur de véritables Chinatowns. Dans certains cas, il a fallu que les groupes de migrants « inventent » et « bricolent » des relais alternatifs pour que puisse s’exprimer leur identité dans la mesure où celle-ci ne pouvait s’inscrire d’emblée dans l’espace (configuration urbaine stabilisée, entrée dans un habitat préconçu, etc.).

59En Polynésie, le modèle shophouse-compartiment a pu, bon an mal an, frayer son chemin en tant que tel, et ce sans subir de métamorphose notable, du moins en apparence. Mais il n’est jamais parvenu en revanche à donner naissance à une véritable Chinatown, probablement en raison d’événements spécifiques conjugués : endiguement par les autorités coloniales de l’immigration à partir de 1930 ; incendies à répétition, mais aussi et surtout intégration culturelle accélérée par la naturalisation automatique des Chinois de Polynésie française à compter de 1964.

60Néanmoins, par ses qualités architecturales exotiques ainsi que par les pratiques tout aussi exotiques véhiculées par ses occupants, le shophouse a réussi, sur une période relativement courte – moins d’un siècle au total – d’une part à « fabriquer » de nouvelles fonctions urbaines dans le Papeete des années 1900 (introduction du résidentiel dans le centre-ville) et, d’autre part, à marquer fortement son environnement immédiat du fait de son fort pouvoir commercial structurant. Sans doute, cette figure spatiale a-t-elle, malgré tout, permis que le cœur du centre-ville de l’époque accède au rang de « quartier chinois du marché de Papeete » ; statut qu’il conserva, dans l’imaginaire collectif urbain, jusqu’à la fin des années 1970.

Haut de page

Bibliographie

ASSOCIATION WENFA & Bernard HERMANN, 1979, Histoire et portrait de la communauté chinoise de Tahiti, 大溪地華僑, s.l. : Christian Gleizal Éditeur.

CHOMBART DE LAUWE, Paul-Henri, 1979, « Appropriation de l’espace et changement social », Cahiers internationaux de sociologie, 66 : 141-150.

CHEUNG, Francis, 1998, Tahiti et ses îles (1919-1945). Étude d’une société coloniale aux antipodes de sa métropole, Paris : L’Harmattan.

FERREOL, Gilles &, Guy JUCQUOIS, éd., 2004, Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris : Armand Colin , coll. « Exotisme ».

GLEIZAL, Christian, 1990, Papeete 1818-1990, Papeete : Mairie de Papeete, Cobalt productions.

GOLDBLUM, Charles, 1985, Compartiments chinois et chinatowns, matrices de la ville « moderne » en Asie du Sud-Est. éléments de structuration de l’espace urbain en Asie du Sud-Est : architectures et formations spatiales, Paris : Grase, école d’architecture de Paris-Villemin.

HOFSTEDE, Geert, 1994, Vivre dans un monde multiculturel. Comprendre nos programmations mentales, Paris : Les éditions d’organisation.

HUANG, Yongsong, 1994, Les maisons en terre du Fujian, Taipei : Linhansheng Zazhi Shexue ed., 65 & 66 (黃永鬆, 1994, 福建土樓,林漢聲雜誌社學, 台北市,中華民國八十三年五月出版, 上,下, 65 & 66號).

KNAPP, Ronald. G., 1990, The Chinese House, Craft, Symbol and the Folk Tradition, Oxford & Hong Kong : Oxford University Press, coll. « Images of China ».

LEFEBVRE, Henri, 2001, « Préface », in L’habitat pavillonnaire, Henri Raymond, Antoine Haumont, Nicole Haumont, Marie-Geneviève Dezes, Paris : L’Harmattan.

LÉVI-STRAUSS, Claude, 1974 [1958], Anthropologie structurale, Paris : Agora [1re éd. Paris : Plon].

LOMBARD, Denys, 1990, Le Carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Paris : éditions de l’EHESS, 3 vol.

MOENCH, Richard U., 1963, Economic Relations of the Chinese in the Society Islands, Cambridge : Harvard University Press.

PEDELAHORE DE LODDIS, Christian, 2003, « Tribulations d’un modèle urbain dominé, le “compartiment vietnamien” », Architecture et habitat dans le champ interculturel, Paris : L’Harmattan, coll. « Espace et sociétés », p. 91-108.

SAURA, Bruno, 2002, Tinito. La communauté chinoise de Tahiti : installation, structuration, intégration, Papeete : Éditions Au vent des îles.

SEGAUD, Marion & Françoise PAUL-LEVY, 1983, Anthropologie de l’espace, Paris : Centre de documentation industrielle & Centre Georges Pompidou.

SEGAUD, Marion, 2007, Anthropologie de l’espace, habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris : Armand Colin, coll. « U ».

TRÉMON, Anne-Christine, 2007, « Mémoire d’immigrés et malemort : controverses autour du passé coolie chez les Chinois de Tahiti », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 3, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 15 novembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/framespa/381 ; DOI : 10.4000/framespa.381

TROMPENAARS, Fons, 1993, L’Entreprise multiculturelle, Paris : Maxima.

VIARO, Alain, 1992, « Le compartiment chinois est-il chinois ? », Cahiers de la recherche architecturale : architecture et cultures, 27-28 : 139-150.

Haut de page

Note de fin

1 En réalité, un protectorat. Les années 1840 furent marquées par le début de l’implantation coloniale française dans le Pacifique Sud, d’abord aux Marquises puis à Tahiti, où la reine Pomare IV dût accepter le protectorat français (1843). En 1880, Pomare V, son fils, accepta de céder son royaume de Tahiti à la France ; il devint l’élément principal d’une colonie, les Établissements français d’Océanie (EFO).

2 Elle représenta jusqu’à 40 % des exportations totales et resta la principale source de revenus de la colonie jusqu’en 1885.

3 Située à 40 km au sud de Papeete, sur la côte ouest de l’île de Tahiti.

4 Majoritairement recrutés dans le sud de la Chine, ils étaient essentiellement cantonais et hakka, deux groupes ethnolinguistiques distincts de la même province du Guangdong. Ils se cachèrent des autorités afin d’échapper au rapatriement.

5 D’après les données officielles, mentionnées par Bruno Saura (2002 : 47), entre la fin des années 1870 et le début des années 1900, ce nombre de Chinois comprend les anciens employés d’Atimaono et quelques congénères arrivés de Chine, ayant préalablement transité par les États-Unis et l’Australie. La venue de ces derniers aurait compensé de manière assez équivalente les départs et décès de ces premiers Chinois.

6 Puisque ce premier contingent n’était constitué que d’hommes, ces derniers privilégièrent des unions conjugales avec des Polynésiennes.

7 Selon que l’on s’en tient à ceux qui s’installent effectivement ou à ceux qui ne resteront que temporairement dans la colonie avant de repartir. À ce sujet, voir Bruno Saura (2002) et Anne-Christine Trémont (2007).

8 En 1911, la Compagnie française des phosphates de Makatea (île de 24 km2 située à 220 km au nord-est de Tahiti) débuta ses activités d’extraction minière, ce jusqu’en 1966, date de fermeture du site.

9 Mais aussi, 1 233 personnes sur 1 899 étrangers, soit 65 % des étrangers vivant en ville. Recoupements effectués à partir de Saura (2002 : 48, 65).

10 Journal L’Écho de Tahiti, 11, du 10 juin 1922, cité par Francis Cheung (1998 : 308).

11 Le terme « Métropolitain » désigne les résidants originaires de France métropolitaine installés dans la colonie.

12 L’observateur fait ici référence aux tenanciers des maisons de jeu, assimilés à des hommes de religion.

13 L’un des pionniers chinois du commerce moderne en Polynésie française (voir son témoignage dans Association Wenfa & Hermann [1979]).

14 Conçu au sens du terme « exotisme » tel que défini au xixe siècle : « Le terme d’exotisme, introduit au xixe siècle pour désigner le goût des mœurs et des paysages étrangers, renvoie à une attitude déjà présente à la Renaissance » (Ferreol & Jucquois 2004 : 133).

15 À ce sujet, voir Charles Goldblum (1985 : 127) : « Cette figure de l’origine […] prend appui sur certaines caractéristiques de l’habitation en Chine du Sud, parmi lesquelles, la mixité de la fonction (commerce-résidence), la forme du parcellaire fonction (parcelles étroites, mitoyenneté), la hauteur des bâtiments (deux niveaux) […]. »

16 Ancienne appellation d’une grande région méridionale de Chine couvrant aujourd’hui les provinces du Guangxi, du Guangdong et l’île de Hainan. Ce style est aussi connu sous l’appellation « 南洋风格建筑 » (nanyang fengge jianzhu) ou « style mer de Chine » par les architectes chinois.

17 Conclu le 29 août 1842 entre la Grande-Bretagne et la Chine, le traité de Nankin mit un terme à la première « Guerre de l’opium » qui avait débuté lorsque les Britanniques étaient intervenus militairement dans l’Empire du milieu pour protéger leurs activités commerciales (1839-1840).

18 Voir plus haut.

19 Bien que la partie commerciale, au rez-de-chaussée, ne soit pas ici mise en exergue, le choix de ce schéma est motivé par le fait qu’il illustre particulièrement bien l’esprit général du shophouse. L’Urban Redevelopment Authority est une institution dépendant du gouvernement de Singapour et en charge de la planification urbaine ainsi que de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine architectural de la ville de Singapour. Site internet : https://www.ura.gov.sg/uol/conservation/vision-and-principles/The-Shophouse.aspx consulté le 12/08/2016.

20 De même à Raiatea, une des îles proches de Tahiti, où une grande partie de la communauté chinoise s’est aussi fixée, des clichés de l’époque témoignent bien que des shophouses se sont invités dans le paysage de Uturoa, la capitale. Comme le rapporte Francis Cheung : « Par exemple à Uturoa, le dénommé Chong Cho lan, n° 2822, habite une maison en bois d’une longueur de 12 mètres sur une largeur de 9 mètres, qui sert aussi de boutique. » (1998 : 276.)

21 À l’époque, Papeete est un centre essentiellement administratif, politique et d’affaires. Toutes les grandes firmes y ont leur siège et si certaines maisons de commerce, européennes, possèdent bien elles aussi un étage, ce dernier est loin d’être dévolu à l’habitat : il accueille la partie bureaux de l’entreprise ou est réservé au stockage de marchandises.

22 Tout comme à Singapour, en Thaïlande, et de manière générale dans le Sud-Est asiatique au sens large. Au Vietnam et au Japon, le type architectural insiste particulièrement sur la profondeur de l’espace intérieur, d’où leur appellation locale de « maison-tube » pour les uns et de « lit d’anguille » pour les autres.

23 Le concept d’appropriation de l’espace est utilisé en anthropologie notamment. Il désigne le processus par lequel un groupe humain éprouve le besoin de marquer l’environnement ou le territoire sur lequel il choisit de s’établir au travers de manifestations identitaires matérielles ou symboliques. Cette territorialisation peut s’opérer par l’intermédiaire de signes visuels, explicites ou implicites, mais aussi par l’intermédiaire de pratiques de vie.

24 Pour exemple, Claude Lévi-Strauss a ainsi pu mettre en évidence comment la configuration spatiale du village bororo en deux parties, reflète l’organisation sociale du village (1974 [1958] : 150).

25 On pense aussi au cas des tribus nomades du Sud marocain dont les trois types d’habitat, Fricq, Douar, Qsar, communiquent un certain nombre de valeurs de par leur forme, l’alignement des tentes, l’alignement replié autour d’un centre, témoignant ainsi de l’importance de l’élément masculin dans la société marocaine.

26 « L’architecture urbaine, de façon générale, et la forme compartiment, en particulier, ne sont pas seulement pures manifestations physiques, mais bien plutôt – pour paraphraser Marcel Mauss – fait social total. Pour le dire autrement, le Compartiment est projection et rabattement, sur le sol de la ville, de l’espace social et coutumier, matérialisation des rapports sociaux de la ville marchande et des extensions urbaines contemporaines. » (Pedelahore de Loddis 2003 : 94.)

27 « Compartiment» est une autre dénomination du modèle shophouse. Ici, l’accent est mis sur le principe de contiguïté du modèle (Pedelahore de Loddis 2003 : 95).

28 Se reporter notamment à Yongsong Huang (1994).

29 Voir à ce sujet les travaux de Geert Hofstede (1994) ou ceux de Fons Trompenaars (1993). Le champ interculturel dégage de notables différences dans les catégories de pensée entre sociétés privilégiant le groupe et sociétés privilégiant l’individu, quant à leur gestion du temps, de l’espace, des relations à l’Autre, des sentiments, etc.

30 C’est en réalité ici toute une vision du monde propre à la culture chinoise qui s’exprime au travers du modèle du shophouse et qui organise la pensée : yin et yang deux entités aux caractéristiques propres, complémentaires et à ce titre en perpétuelle interaction. Deux catégories que l’on a tendance à opposer en Occident sans les articuler l’une à l’autre : homme-femme ; intérieur-extérieur ; cru-cuit ; jeune-vieux, haut-bas, droite-gauche, privé-public, groupe-individu, diffus-spécifique, etc.

31 L’archipel des îles de la Société comprend un groupe d’îles où se sont installés en nombre les Chinois, notamment à Tahiti et Raiatea.

32 À l’époque, les commerçants justifaient ce choix notamment parce qu’ils considéraient que leur activité était suffisante pour couvrir les besoins du marché local.

33 En 1956, on notait déjà des stratégies de segmentation au sein de la famille ; certains de ses membres, sous l’influence de la culture occidentale, avaient tendance à quitter le shophouse familial parce qu’ils souhaitaient s’affranchir de la tutelle parentale. On peut donc penser que plus tôt dans le siècle, la famille qui n’avait pas encore intégré ces valeurs-là restait groupée autour du noyau familial aux nombreux membres.

34 En Malaisie, ce type de monument est aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Un coin de la rade, Papeete, vers 1862
Crédits Source : photo de Gustave Viaud (Gleizal 1990).
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Fig. 2. Shophouse : isolat
Crédits Source : Urban Redevelopment Authority19, Singapore Government.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Fig. 3. Shophouse : alignement et contiguïté des isolats
Crédits Source : NuriaPrieto, Shophouse Penang, 20 décembre 2014, http://tectonicablog.com/​?p=85828.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Fig. 4. La rue du marché
Crédits © Jean-Claude Bosmel, Papeete, 1974.
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Fig. 5. Marché de Papeete, croisement de la rue Halles et de la rue du 22 septembre 1914, vers 1920
Crédits Source  : anonyme (Gleizal 1990).
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Drouot-Baille, « Papeete et ses shophouses. La sinisation d’un paysage urbain (1900-1970) », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 11 juin 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4133 ; DOI : 10.4000/moussons.4133

Haut de page

Auteur

Barbara Drouot-Baille

Après une maîtrise en sinologie à l'université de Provence et un DEA d’anthropologie intitulé « Villes et territoires urbains » (EHESS Paris), Barbara Drouot-Baille a très vite rejoint l’Irsea (UMR CNRS-université de Provence, 1993-2011) où elle a intégré comme chercheur associée l'équipe Diasporas chinoises dirigée par Jean Baffie. Elle a alors étudié les Chinois de Marseille puis, liée pour des raisons personnelles à Tahiti, B. Drouot-Baille a ensuite axé ses recherches sur les Chinois d’Océanie et plus particulièrement de Tahiti.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page