Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Karen Hoffmann-Schickel, Pierre Le Roux, Éric Navet, éd., Sous la peau de l’ours. L’humanité et les ursidés : approche interdisciplinaire

Paris, Connaissances et Savoirs, coll. « Sources d’Asie », préface de Raymond Pujol, 2017, cartes, dessins, photos, 692 p.
Marine Henry
p. 261-263
Référence(s) :

Karen Hoffmann-Schickel, Pierre Le Roux, Éric Navet, éd., Sous la peau de l’ours. L’humanité et les ursidés : approche interdisciplinaire, Paris, Connaissances et Savoirs, coll. « Sources d’Asie », préface de Raymond Pujol, 2017, cartes, dessins, photos, 692 p.

Texte intégral

1Si l’ours est partout le compagnon-miroir de l’homme, il n’existait pas encore une telle somme de contributions consacrée à cet animal. Sous la peau de l’ours, publié en 2017, vient combler ce manque. On y découvre un ours cousin de l’homme. Toujours associé à l’humain, capable dans bien des mythologies d’enlever sa peau pour devenir un homme, l’ours est notre pendant sauvage et inquiétant. Grâce à son gros orteil non-opposable, tout comme celui de l’homme, il peut se tenir debout. Partout, il est vu comme le double de l’homme. Il est respecté et craint, et sa peau, ses dents ou ses griffes sont réputés vecteurs de puissance. L’ours brouille les frontières et habite la limite entre l’homme et l’animal.

2Le recueil traverse le temps et l’espace pour dresser le portrait de l’ours dans l’histoire et dans chacune de ses grandes aires d’habitat. Les contributions, après une présentation générale des ursidés en toutes leurs facettes – de l’éthologie à l’histoire et l’ethnologie au contexte juridique et à la psychanalyse en passant par les ours en peluche –, traitent de l’ours en Europe, en Asie, en Arctique et en Amérique.

3Pas moins de 23 chapitres sont présentés, précédés d’une introduction générale des directeurs de la publication et d’une préface de Raymond Pujol, pionnier de l’ethnobiologie en France. Dans l’avant-propos est rappelée l’importance de la « théorie des trois niveaux » chère à Georges Condominas : tenir compte à la fois des démarches scientifiques occidentales et locales, et confronter les deux au travail de terrain pour approcher la réalité au plus près. Ce contexte scientifique ne quittera pas le livre qui s’inscrit dans une filiation résolument ethnoscientifique. Pierre Le Roux et Karen Hoffmann-Schikel entretiennent aujourd’hui la tradition d’enseignement de l’ethnozoologie initiée par Éric Navet à l’université de Strasbourg, tous trois étant les éditeurs scientifiques de cet ouvrage. Ethnologues, archéozoologues, éthologues, juristes, historiens, photographes, scientifiques venus de diverses institutions (CNRS, Muséum national d’histoire naturelle, université, etc.), spécialistes hors-statut et même étudiants avancés se côtoient et apportent autant d’éclairages différents. On approche ainsi l’ours par de multiples facettes afin d’appréhender le sujet de manière globale sous les regards croisés des 26 contributeurs.

4Sous la peau de l’ours débute par un état des lieux et une présentation de l’ours. On compte aujourd’hui huit espèces d’ours, vivant dans des habitats variés autour du globe. Réparties en cinq genres, Ailuropoda, Helarctos, Melursus, Tremarctos, Ursus, dans leur majorité les espèces sont menacées dans leur environnement naturel par les activités humaines qui modifient directement ou indirectement leur habitat, notamment par la déforestation ou à la suite de bouleversements climatiques.

5L’ours, c’est l’image de l’autre, celui qui est comme nous mais qui n’est pas humain, comme le montre Pierre Le Roux évoquant l’« ours à tête d’homme » des Jawi de Thaïlande du Sud. On trouve chez de nombreux peuples l’évocation de ces hommes des bois, mi-humains, mi-animaux : ici les ours à tête humaine, là les hommes au corps velu qui se comportent comme des ours, animaux sauvages.

6Nombreux sont les récits où l’ours communique avec l’humain, où l’un devient l’autre et où les deux espèces cohabitent. Citant à plusieurs reprises André Leroi-Gourhan, les directeurs de publication rappellent que, partout, l’ours est un homme déguisé et qu’il lui suffit parfois de retirer sa peau pour dévoiler une apparence humaine.

7Cette position à la frontière de l’humanité et de l’animalité associe l’ours à de grands pouvoirs. Les ours d’Asie du Sud-Est sont aujourd’hui chassés pour leur bile vendue à prix d’or sur le marché chinois. On réalise avec leurs peaux, griffes et dents, des ornements rituels – comme l’explique Bernard Sellato – réputés donner à celui qui les porte la force de l’animal.

8On retrouve tout au long du livre la constatation partagée par plusieurs auteurs : l’ours est en proie à une vague de « mascottisation », transformé en peluche, en image débonnaire d’un Winnie l’Ourson qui ne pense qu’à manger.

9Nous voilà loin de l’animal sauvage qui impressionne et effraie l’homme ! L’ours se retrouve à nouveau identifié à l’homme, cette fois d’une manière différente et plus globale : on retrouve cette tendance à le réduire à la niaiserie un peu partout dans le monde, de Bornéo à l’Europe de l’Ouest. Bernard Sellato résume parfaitement cette idée à la page 340 dans son article sur l’ours de Bornéo : « Notre Euryspilus symbolise ici toute une violence guerrière canalisée dans les habituels circenses globalisants ».

10La cohabitation entre les individus vivant dans leur milieu naturel et les populations locales peut parfois être délicate, et c’est tout la complexité des politiques de sauvegarde des espèces : protéger les populations animales et humaines en permettant une utilisation juste des territoires. Jérôme Pouille dresse un portrait très précis du panda, de son histoire, de celle de sa découverte et de la construction de sa légende, jusqu’à la prise de conscience actuelle de la fragilité des écosystèmes dont il dépend et des politiques de conservation.

11On y apprend que le panda, véritable trésor national chinois, a longtemps été utilisé comme cadeau diplomatique pour honorer les nations amies, puis a été loué à des zoos partout dans le monde, avant que l’indignation des associations écologistes, WWF en tête, ne fasse cesser ces pratiques. Jérôme Pouille expose fidèlement les tractations et jeux de pouvoirs qui ont accompagné la mise en place des politiques de conservation de l’espèce et les expérimentations sociales dans le but de permettre la cohabitation entre l’homme et le panda en favorisant le développement durable.

12Nous avons insisté ici plus particulièrement sur la partie consacrée à l’Asie. En effet, dans les ouvrages classiques antérieurs consacrés à l’ours, l’Asie est souvent le parent pauvre, souvent un peu ignorée, au bénéfice de l’Europe, des Arctiques et des Amériques, régions où l’on trouve les plus grands ursidés, les plus connus du public aussi. Or, Sous la peau de l’ours présente un état des lieux assez exhaustif et plutôt complet sur les ursidés d’Asie, ce qu’il nous apparaissait important de souligner. Dans chaque partie de l’ouvrage, chacune consacrée à une aire – Europe, Asie, Arctique, Amériques – on retrouve une semblable méthodologie avec la présentation de plusieurs textes éclairant chacun le rapport de l’ours à une société et offrant un regard plus régional sur un phénomène précis. Les directeurs de publication laissent au lecteur le soin de faire sa propre conclusion après lecture des textes, préférant offrir une introduction riche en données et pistes de réflexion. Soulignons enfin l’intérêt sinon la beauté des illustrations et photographies proposées au long du livre, notamment grâce à la collaboration de deux photographes spécialisés dont l’un est amérindien.

13Au moment où la plupart des espèces d’ours sont en danger ou en voie de disparition, la sortie de ce recueil, qui semble bien faire le point sur le sujet, est plus que bienvenue et le livre devrait être appelé à rester un document de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Henry, « Karen Hoffmann-Schickel, Pierre Le Roux, Éric Navet, éd., Sous la peau de l’ours. L’humanité et les ursidés : approche interdisciplinaire », Moussons, 31 | 2018, 261-263.

Référence électronique

Marine Henry, « Karen Hoffmann-Schickel, Pierre Le Roux, Éric Navet, éd., Sous la peau de l’ours. L’humanité et les ursidés : approche interdisciplinaire », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2018, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4182

Haut de page

Auteur

Marine Henry

Diplômée d’un master 2 professionnel en anthropologie et muséologie-patrimoine immatériel et collections de l’université de Strasbourg, ancienne chef de projet à la Fédération des écomusées et musées de société de France à Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page