Navigation – Plan du site
Comptes rendus

François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours

Paris, La découverte, coll. « Poches sciences », 2017, 392 p.
Philippe Le Failler
p. 251-253
Référence(s) :

François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours, Paris, La découverte, coll. « Poches sciences », 2017, 392 p.

Texte intégral

1Cette histoire générale du Viêt Nam à l’époque contemporaine bénéficie d’une approche socio-historique fine dont on devine en filigrane qu’elle fut élaborée au fil d’un enseignement universitaire dont cet ouvrage constitue l’aboutissement. On le sait, à l’instar des célèbres ouvrages de la collection « Que sais-je ? », ce type d’exercice reste des plus ardus car il nécessite une compréhension globale des faits et des dynamiques mais aussi, et surtout une connaissance pointue des nombreux travaux spécifiques qu’il convient de synthétiser. Disons-le, le résultat est ici fort satisfaisant, pour dire le moins.

2Débutant au début de l’intervention occidentale pour s’achever sur les enjeux les plus contemporains, l’ouvrage organisé en six grands chapitres privilégie un découpage classique difficilement évitable qui, sous une apparence quelque peu linéaire, permet néanmoins d’appréhender la tonalité générale pour chaque partie concernée. Si l’on omet le premier demi-siècle, cette longue agonie du pouvoir impérial décidément trop sobrement traitée, l’ensemble reste équilibré, consacrant à chaque phase du découpage chronologico-thématique le strict volume d’analyse et de témoignages correspondant à chaque séquence.

3Agréablement rédigé, l’ouvrage est dense mais accessible à tous, dont la richesse est susceptible de surprendre certains spécialistes. Il s’enrichit d’une bibliographie profuse d’une trentaine de pages et d’un apparat critique conséquent qui la double et atteste d’un souci de la preuve et de la source. Sans ignorer les ouvrages classiques, lesquels faisaient la part belle aux sources occidentales, François Guillemot a nourri son propos des recherches historiques les plus récentes avec une dilection revendiquée pour les publications d’auteurs vietnamiens, trop souvent ignorées des lecteurs occidentaux. Au-delà de son analyse propre, en choisissant avec soin les nombreuses citations et encarts qui ponctuent son raisonnement, en privilégiant des textes souvent pas ou peu connus, l’auteur a souhaité laisser aux acteurs, aux témoins et jusqu’au simple quidam le soin d’exprimer leur acception d’une réalité qui fut leur. Ce faisant, il donne ainsi aux Vietnamiens la primauté d’une narration de leur propre histoire, ce qui n’est pas si courant. Le lecteur accède de la sorte à une vision de l’intérieur, faite d’un regard sur soi qui, on le constate, apparaît étonnamment lucide.

4Une fois de plus, serait-on tenté de dire, c’est l’émergence de l’idée nationale vietnamienne qui forme le corps de l’analyse. Au fil des décennies, les ouvrages de Paul Izoard (1961), David Marr (1971, 1981), Philippe Papin (2000) et plus récemment Christopher Gosha (2016), pour n’en citer que quelques-uns, ont envisagé, chacun à leur façon, l’évolution d’un processus de construction où se mêlaient la tentation de la modernité, l’émergence contrainte de l’expression politique et l’évolution heurtée d’un appareil de représentation, le tout assujetti aux aléas du contexte international. Comme ses devanciers, François Guillemot se livre à cet exercice et aborde la question centrale de la légitimité du pouvoir, de la façon dont elle fut confisquée pendant l’intermède colonial jusqu’aux débats les plus récents de la « motion 72 ».

5Le Viêt Nam se veut singulier. L’auteur met l’accent sur les enjeux liés à la construction de la vietnamité et la promotion d’une identité culturelle proprement vietnamienne que promeut un pouvoir central soucieux de forger la notion de « peuple vietnamien » dans un pays comportant 54 groupes ethniques. Autant cet acte volitif impulsé du sommet peut paraître opérant lorsqu’on le conçoit dans le cadre défini par la majorité kinh de la population, autant il perd beaucoup de sa pertinence dès lors qu’est abordée la difficile question de l’intégration des groupes minoritaires dans le cadre national.

6Pour en revenir au titre de l’ouvrage, en évoquant les fractures du Viêt Nam, on en vient à s’interroger sur leur nature et les moyens employés pour les résoudre. Certaines sont artificielles, comme la partition du pays au 17e parallèle, d’autres plus profondes : idéologiques, religieuses, linguistiques, ethniques même. Toujours, F. Guillemot insiste sur la diversité des perspectives qu’ont les Vietnamiens de leur situation et de leur devenir. Avec justesse il évoque autant de « Viêt Nams entrelacés » qui, à chaque fois, ne relèvent pas d’un objet unique envisagé sous des angles différents mais plutôt de réalités diverses amalgamées, qu’elles soient géographiques, économiques ou sociales, qu’il convient de dissocier pour mieux en maîtriser les ressorts.

7À chaque période considérée, les tendances les plus diverses, voire opposées, s’expriment concomitamment, s’entrechoquent et empêchent que se dégage une ligne directrice claire ou une ambition bénéficiant de l’assentiment général. Il revient aux groupes politiques les plus organisés de se disputer le pouvoir et, par les armes le plus souvent, de faire prévaloir leurs options. Pour l’heure actuelle, seule l’expression du dogme officiel a droit de cité mais, même désorganisée et pourchassée, la pluralité des idées suit son cours sans qu’émergent encore de véritables contre-pouvoirs.

8Ne négligeant pas de faire appel aux travaux issus d’autres champs disciplinaires que l’histoire proprement dite, l’auteur apporte un soin particulier à la contextualisation des faits énoncés et rejoint ainsi une pratique plus anglo-saxonne que française. Pêle-mêle, jalonnant l’histoire intellectuelle, on signalera les nombreux passages consacrés aux mouvements littéraires et à l’évolution de la presse. De-ci de-là, par petites touches, l’auteur sensibilise le lecteur à certains aspects qui lui tiennent particulièrement à cœur et auxquels il a consacré des travaux dédiés. Le rôle des femmes dans la guerre, combattantes ou victimes, souvent les deux, est ainsi mis en exergue (Guillemot & Larcher-Goscha 2014), tout comme l’histoire peu connue des partis nationalistes non communistes, tel le mouvement Đại Việt sur lequel l’auteur a jadis centré sa thèse de doctorat (Guillemot 2012).

9Les spécialistes pourront trouver à redire sur la focale choisie : l’ouvrage est pointu sur certains aspects de la guerre d’Indochine ou sur les luttes internes au Sud et trop allusif sur l’époque coloniale et même sur la période contemporaine. De menus déséquilibres sont l’inévitable écueil d’un exercice de ce type. Par ailleurs, si les Français font partie de cette histoire, les Américains, mais aussi les Russes et les Chinois, en sont réduits à la portion congrue, ce qui tend à démontrer un choix de conception : écrire une histoire du Viêt Nam et des Vietnamiens, comme vue de l’intérieur, quitte à traiter dans les grandes lignes les questions allogènes et autres aspects internationaux de la guerre du Viêt Nam.

10Remarquablement documentée, cette histoire du Viêt Nam dresse un état des connaissances où ne manquent que les productions russes et chinoises (mais nul n’est tenu à l’impossible). Accessible grâce au format poche, agrémenté de cartes et de graphiques puisés à la meilleure source, il dispose d’un index et reste un remarquable outil pour les étudiants. Comme souvent, on peut toutefois regretter que les contraintes éditoriales n’aient pas permis l’emploi des signes diacritiques propres à la langue vietnamienne dont l’auteur, de toute évidence, est familier.

Haut de page

Bibliographie

GOSCHA, Christopher, 2016, Vietnam, a New History, New York : Basic Books.

GUILLEMOT, François, 2012, Dai Viêt, indépendance et révolution au Viêt-Nam. L’échec de la troisième voie (1938-1955), Paris : Les Indes savantes.

GUILLEMOT, François & Agathe LARCHER-GOSCHA, éd., 2014, La colonisation des corps, de l’Indochine au Viêt Nam, Paris : Vendémiaire.

ISOARD, Paul, 1961, Le Phénomène national vietnamien. De l’indépendance unitaire à l’indépendance fractionnée, Paris : LGDJ.

MARR, David G., 1971, Vietnamese Anticolonialism, 1885-1925, University of California Press.

MARR, David G., 1981, Vietnmese Tradition on Trial, 1920-1945, University of California Press.

PAPIN, Philippe, 2000, Le Viêt-Nam, parcours d’une nation, Paris : La Documentation française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Le Failler, « François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours », Moussons, 31 | 2018, 251-253.

Référence électronique

Philippe Le Failler, « François Guillemot, Viêt-Nam, fractures d’une nation. Une histoire contemporaine de 1858 à nos jours », Moussons [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 17 mai 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4189

Haut de page

Auteur

Philippe Le Failler

Membre statutaire de l’IrAsia (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia UMR 7306, Marseille, France) et maître de conférences à l’École française d’Extrême Orient (EFEO, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page