Navigation – Plan du site
Articles

Sportifs, scouts et nationalistes : itinéraire de deux jeunes Vietnamiens (1940-1945)

Sportsmen, Scouts and Nationalists: Itinerary of two Young Vietnamese People (1940-1945)
Brice Fossard
p. 93-107

Résumés

Pendant la Seconde Guerre mondiale les activités sportives et le scoutisme en Indochine étaient dirigés par l’administration coloniale française pour contrôler la jeunesse et empêcher l’essor du nationalisme. Mais malgré cette politique, de nombreux jeunes vietnamiens ont rejoint le Vietminh en 1945. Grâce à l’étude du parcours de deux adolescents vietnamiens, cet article vise à démontrer comment ces activités culturelles ont pu jouer un rôle dans leur engagement politique contre la France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretiens réalisés à Hanoi en 2012 avec Hoàng Đạo Hùng et en 2015 avec Đặng Văn Việt.
  • 2 Voir notre thèse de doctorat, Fossard (2017).

1Le 2 septembre 1945, Hồ Chí Minh proclame l’indépendance du Vietnam à Hanoi devant une foule innombrable. De jeunes vietnamiens rejoignent alors le front vietminh et s’engagent dans une guerre de neuf ans contre la France. Đặng Văn Việt et Hoàng Đạo Hùng1 appartiennent à cette fraction de la jeunesse qui se mobilise pour l’indépendance. Tous deux ont été formés dans les écoles coloniales, ont participé à des activités sportives ou scoutes surveillées par l’administration et la police. Nous émettons alors l’hypothèse selon laquelle ces structures de loisir ou d’éducation ont servi de matrice à leur réflexion politique, en dépit de la propagande vichyste à laquelle ils étaient soumis. Cinq années de recherche dans les archives coloniales nous permettent d’affirmer que des activités culturelles occidentales ont été utilisées par des Vietnamiens pour susciter un engagement nationaliste chez les plus jeunes2.

  • 3 Brocheux (2003a), Hémery (1994), Guillemot (2012).
  • 4 Pholsena (2013), Ngô Văn (2000), Trinh Van Thao (2004).

2L’historiographie récente de l’Indochine a quelque peu délaissé cet aspect culturel au profit de l’étude des structures coloniales qui visaient à maintenir la présence de la France en Asie. Les réactions des leaders politiques sont assez bien connues grâce à des travaux de référence3 ; cependant les comportements de la jeunesse indochinoise le sont moins4, même si nous pouvons comparer nos sources avec le témoignage de Pierre Brocheux (2003b : 32-53). Nous nous proposons d’analyser ici l’engagement politique de deux adolescents vietnamiens confrontés à des choix politiques cruciaux pour leur avenir. Nous avons eu la possibilité de lire leurs mémoires et surtout de les interroger sur leur parcours avant 1945 : leurs témoignages n’ont pas de valeur universelle, c’est évident, mais ils nous renseignent sur les attentes d’une partie de la jeunesse indochinoise et sur sa formation politique, qui se déroule entre la fin des années 1930 et 1945. Bien qu’ils soient relativement âgés au moment de l’interview, en 2012 pour Hoàng Đạo Hùng et 2015 pour Đặng Văn Việt, tous les deux avaient d’excellents souvenirs de leur passé et des actions auxquelles ils avaient participé. Hoàng Đạo Hùng se rappelait encore parfaitement du chant scout appris au cours de la guerre, qu’il interpréta en français, plus de soixante-douze ans après. De son côté, Đặng Văn Việt n’a pas cessé d’écrire sur son passé ; il a déjà rédigé dix-huit livres lorsque nous le rencontrons en novembre 2015 et a participé à de nombreuses cérémonies officielles au Vietnam afin de témoigner de ce que fut la guerre de libération.

3En quoi la pratique des sports et du scoutisme a-t-elle favorisé l’essor du sentiment national chez ces deux jeunes garçons ?

4Dans un premier temps, nous allons démontrer que les sports et le scoutisme ont joué un rôle dans la formation politique de ces deux jeunes. Dans un deuxième temps, nous allons identifier les étapes de leur engagement politique au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Le stade et la meute : espaces ludiques ou lieux de formation politique ?

5Hoàng Đạo Hùng a douze ans en 1940 et Đặng Văn Việt vingt ans lorsque la nouvelle de la défaite militaire de la France parvient en Indochine. Ces deux garçons sont élèves, le premier à Hanoi et le second au lycée Khải Định à Hué. Ils incarnent l’une des facettes des élites de leur pays car ils sont issus de l’ancienne élite mandarinale : le grand-père d’Hoàng Đạo Hùng et le père de Đặng Văn Việt ont exercé des fonctions administratives au Tonkin et à la cour de Hué. Ce qui leur assure un niveau de vie assez confortable et une scolarisation dans les meilleures écoles franco-annamites.

6Ils sont aussi tous les deux membres des Éclaireurs de France, depuis 1934 pour Hoàng Đạo Hùng, depuis 1937 pour Đặng Văn Việt, l’année où est créée la Fédération indochinoise des associations de scoutisme, qui regroupe les cinq entités qui composent l’Indochine, le contigent le plus important étant celui du Tonkin avec 2 250 Éclaireurs (Raffin 2005 : 72). Les deux garçons participent à toutes les activités scoutes classiques comme les sorties nature et le camping une fois par semaine.

  • 5 Il est commissaire général des scouts du Tonkin, ancien instituteur.

7Nous remarquons que la guerre ne constitue pas du tout une rupture dans l’apprentissage des sports pour les jeunes car leurs aînés poursuivent la mission de formation commencée dans les années 1930, surtout s’ils sont membres de la communauté éducative. Certains comme Hoàng Đạo Thúy5, le père d’Hoàng Đạo Hùng, profitent de la guerre et de la frénésie de manifestations sportives pour continuer à travailler avec les jeunes indochinois sur les stades. Mais cela ne débouche pas forcément sur un engagement politique avéré, que ce soit pour les jeunes ou leurs aînés. Car selon nos témoins, la pratique sportive reste un moment de détente et n’a pas d’autre objectif.

  • 6 CAOM, Sports d’Indochine, 14, 4 avril 1942, p. 4.

8Maurice Ducoroy, commissaire à l’Éducation physique, aux sports et à la jeunesse, a tenté de communiquer certaines valeurs aux adolescents et jeunes hommes qu’il croise dans les écoles de cadres vichystes ou lors des manifestations officielles : il leur parle d’idéal commun, d’esprit de discipline et d’entraide (Brocheux 2014 :113) ; il tente d’en faire des jeunes gens forts et utiles à leur pays comme à l’Empire. Voilà ce à quoi devaient penser les deux cent dix-neuf diplômés de l’ESEPIC, l’École supérieure d’éducation physique d’Indochine située à Phan Thiet, qui constituent les cadres de la jeunesse d’Empire (Gay-Lescot 1991 :40-41) et les deux mille deux cents autres des écoles locales et provinciales (Brocheux 2014 : 112) qui ont été formés entre 1941 et 1945. Il convient ici de rappeler que l’administration Decoux prétendait donner une éducation générale aux jeunes indochinois et français. Elle devait permettre de développer en même temps l’intelligence, le caractère et les muscles6 des stagiaires des écoles de cadres. Une fois ceci acquis, ces compétences devaient améliorer leur vie quotidienne pour le restant de leur vie. Mais une bonne partie des enjeux politiques échappait aux plus jeunes qui s’intéressaient surtout aux jeux et beaucoup moins aux missions qui leur étaient confiées par un régime politique qui n’était pas le leur. Lorsqu’il joue au football à Hué ou Hanoi, Đặng Văn Việt ne se préoccupe pas de la propagande vichyste qui entoure les sports entre 1940 et 1945, bien que celle-ci soit massive et omniprésente.

9Pourtant l’appareil physique et sportif mis en place par Decoux en 1941 a tenté de former une jeunesse unique en rapprochant tous les mouvements (Raffin 2005 : 75) et surtout hâté la formation de milliers de jeunes indochinois qui ont acquis des normes occidentales. Les consignes officielles étaient de développer chez ces jeunes un amour pour leur patrie, un respect pour leur souverain et la France et un attachement sans faille à la personne du maréchal Pétain. Il fallait surtout éviter que de jeunes indochinois désœuvrés ne soient séduits par les influences du Japon, de la Thaïlande et des communistes (Verney 2012 : 321). Au début de son règne, Decoux déplorait le fait que les Indochinois n’étaient pas assez patriotes, qu’ils manquaient de résistance physique, de courage moral et de sens de la solidarité. Il semble qu’en 1944-1945 ces carences aient été comblées car de nombreux jeunes indochinois veulent s’engager désormais dans une action politique : l’indépendance. En quelque sorte, l’amiral Decoux et Ducoroy ont imposé un cadre mental et une préparation physique à des milliers de jeunes que ces derniers utilisent en 1945 contre la France et le Japon.

10Đặng Văn Việt pratique de nombreux sports mais ne mentionne jamais que ces séances aient pu être l’occasion de discussion politique ; les matchs de football, les courses cyclistes, les parties de tennis sont uniquement des activités ludiques, souligne-t-il plusieurs fois au cours de notre entretien. Il n’est jamais question de haine des Français ou de volonté de leur nuire à l’occasion d’un match de football. Même la propagande officielle de Decoux lors de certaines rencontres sportives n’a aucune prise sur ce jeune homme. A contrario, Đặng Văn Việt n’a pas encore été séduit par les mouvements nationalistes ou communistes. Il semblerait donc que ces activités sportives n’aient été l’occasion d’aucune réflexion politique entre jeunes qui se satisfont d’un moment de liberté pour s’adonner à leurs loisirs. Le sport, même encadré par la propagande de Vichy, est vécu par nos témoins comme un moment de détente et non d’embrigadement au service de ce régime.

  • 7 De nouveaux programmes scolaires sont publiés le 14 septembre 1940 par Vichy ; ils sont opérationne (...)

11Un autre avantage du régime vichyste pour certains Indochinois pourrait être son obstination à former des cadres dont les compétences sont universelles : apprendre, commander, découvrir, construire, jouer, obéir, entraîner son corps pour mieux préparer son esprit aux changements. Certaines de ces compétences s’acquièrent à l’école7 que fréquentent Đặng Văn Việt et Hoàng Đạo Hùng ; mais aussi dans les sorties que les Éclaireurs font dans les campagnes autour de Hanoi.

12Paradoxalement donc, certains Indochinois espèrent vraiment que Decoux réussisse son projet pour la jeunesse : il s’agit de nationalistes vietnamiens pour qui les ambitieux programmes de Ducoroy doivent absolument fonctionner car c’est dans les écoles françaises qu’ils pensent recruter les futurs cadres de l’insurrection. Donc plus Vichy étoffe son offre de formation en Indochine (Verney 2012 : 345), plus le nationalisme vietnamien peut y puiser ses cadres. La formation sportive généralisée par Decoux contribue aussi à renforcer le nationalisme en Indochine, tout comme cela fut le cas en Europe entre 1918 et 1940 (Hobsbawm 2001 : 262). Le programme du Vietminh (Ruscio 2000 : 100-101) s’inspirerait même de Decoux selon un rapport des services des renseignements coloniaux selon lequel le Vietminh entend « encourager et aider l’éducation physique nationale pour fortifier la race » (Jennings 2004 : 220).

13Subitement en 1945, des centaines de jeunes sportifs vietnamiens suivent Hồ Chí Minh : l’insouciance de certains jeunes et leur détachement vis-à-vis de la politique disparaissent au profit d’un engagement direct pour prendre leur destin en main. Nous pensons que leur acculturation sportive a pu jouer un rôle dans cette décision car ces jeunes se sentaient prêts intellectuellement et physiquement à se mettre au service de leur pays. Les entraînements et les matchs les ont transformés, sans qu’ils ne s’en rendent compte, même soixante-dix ans après, et leur ont donné de nouvelles capacités pour s’adapter à un environnement très instable. Les activités sportives obligent les pratiquants à acquérir des schémas de jeu et à anticiper face à des situations imprévues. Celles-ci sont en quelque sorte des répétitions pour les actes de la vie quotidienne car les individus sont obligés de s’adapter à un univers changeant, comme pendant un match.

14Dans certains cas, la pratique sportive aurait permis l’apprentissage de normes ou de valeurs venues d’Occident qui participent à la formation d’un citoyen : apprendre des éléments d’une culture étrangère ; obéir à des règles arbitrales librement consenties ; regarder au-delà de son village pour appréhender le monde avec curiosité ; développer une sociabilité entre jeunes qui décident eux-mêmes de leur avenir ; incorporer cet apprentissage dans une nouvelle culture, indochinoise et européenne, afin de transformer leur vie puis leur pays. Le courage, le sens de l’effort et du sacrifice pour un collectif, l’abnégation sont des valeurs essentielles transmises par les sports et qui peuvent trouver une application concrète dans la vie quotidienne en dehors du stade.

15De plus, les sports seraient un produit d’appel pour attirer de nouveaux adhérents vers le scoutisme. Hoàng Đạo Hùng écrit dans ses mémoires que les idées de Baden-Powell se sont diffusées au Tonkin grâce à des Français qui attirent les jeunes indochinois en leur faisant faire du sport. Le but de ces Français n’était sûrement pas d’affaiblir la position coloniale de leur pays mais de participer à la formation physique, intellectuelle et morale de jeunes Indochinois pro-français. Les adolescents annamites qui fréquentent ces troupes se livrent à des « jeux d’enfants » (Denis 2003 : 195) qui paraissent bien innocents et aucune autorité coloniale n’imagine que certains d’entre eux se préparent, à leur corps défendant, au combat anti-impérialiste.

16Pourtant, les activités menées par les Éclaireurs en Annam et au Tonkin ont un impact direct sur leur conscience politique, surtout si les chefs sont vietnamiens. Đặng Văn Việt se souvient de ces années cruciales pour lui car il y découvre la Loi et la morale des Éclaireurs de France : le scout aime sa patrie nous dit-il ; il doit vénérer les héros et les grands hommes selon les principes de Lord Baden-Powell. Or ces héros sont ceux du Vietnam, ce sont les empereurs qui ont permis à ce pays de s’extraire de la domination chinoise. Assez souvent les noms des troupes et meutes sont ceux de ces empereurs victorieux, comme Trần Hưng Đạo. Ces jeunes vietnamiens prennent donc conscience de leur histoire glorieuse et réalisent qu’ils ont un rôle à jouer pour libérer leur pays colonisé par la France et occupé par le Japon. Les slogans de ces troupes sont des références directes à l’époque de l’indépendance ; marteler ces slogans à chaque réunion des Éclaireurs servait à rappeler d’où vient le Vietnam et vers quoi il doit se diriger : un pays uni et libre. C’est ce pays que ces jeunes citadins apprennent à découvrir au travers de leurs randonnées et des camps qui structurent leurs activités : les campagnes autour de Hanoi n’ont plus de secret pour eux grâce à des jeux de piste organisés par leurs chefs de meutes ou de troupes. Le scoutisme rencontre alors un certain succès « parce que les jeunes aiment jouer et posséder un idéal » (Thuy 1996 : 12-14).

17Il y a cependant une distinction entre les sports et le scoutisme : les sports ne sont pas vécus par les pratiquants comme des moments de formation politique car aucun message nationaliste ne leur est délivré ; en outre, Đặng Văn Việt ou d’autres témoins ne se souviennent pas que les matchs aient été investis de cette mission : battre les Français sur le plan symbolique, sportif, avant de le faire les armes à la main. Un match de football contre des Français reste un moment ludique et non un affrontement colonial. À l’inverse, le scoutisme est une école de formation politique assez efficace en dépit de la surveillance de la police de Sûreté générale.

Le passage à l’acte.

  • 8 CAOM, Sports d’Indochine, 20, 16 mai 1942, p. 35.

18Đặng Văn Việt poursuit ses études de médecine (Bezançon 2002 : 268) tout en restant très actif au sein de l’équipe de football de « l’University club ». Ce jeune homme et ses camarades se sont lancés dans un tout autre programme : ils ont bien cultivé leur corps et leur esprit8 mais leurs pensées sont tournées vers le Vietnam et son leader, Hô Chi Minh. En effet, le Parti communiste indochinois a réussi à survivre en s’implantant dans les campagnes du Vietnam, du Cambodge et du Laos (Brocheux 2004 : 283) et sa propagande atteint la capitale où résident Hoàng Đạo Hùng et Đặng Văn Việt.

  • 9 Hoang Dao Hung, Hoi Ky Cua, les Souvenirs, p. 19. Il s’agit d’un carnet personnel que son fils nous (...)

19Si certains se forgent une conviction très rapidement, tel Đặng Văn Việt, d’autres ont besoin de plus de temps : Hoàng Đạo Hùng se dit prêt uniquement en 1943 à saisir toutes les opportunités d’intervenir contre les Français et ce à la moindre occasion. C’est la découverte d’un « dépliant du Vietminh » en 1943 à Hanoi qui lui permet de connaître ce mouvement de résistance et de vraiment s’intéresser au sens que peut prendre son engagement politique en tant que jeune vietnamien. Il lit ensuite des journaux et des documents qui l’informent sur le comportement des « treize martyrs à Yên Bái » en 1930 qui « devant la guillotine crient : Vive le Vietnam9 ». C’est aussi à partir de 1943 que les communistes vietnamiens s’intéressent aux organisations de jeunesse, comme ils le firent en 1936-1938, et tentent de les infiltrer (Brocheux 2004 : 277). Hoàng Đạo Hùng et ses camarades à Hanoi récupèrent des tracts vietminh, les impriment et les distribuent le plus discrètement possible, dans tous les lieux publics. Ce qu’ils réalisent là n’est pas exceptionnel car au même moment, d’autres jeunes indochinois décident de s’engager dans la Résistance en France, qu’ils soient communistes ou démocrates (Peschanski 2002 : 109). Parmi eux figure un jeune professeur d’histoire, Nguyen Van Chi (1906-1980) qui entre dans un réseau lyonnais (Dalloz 2006 : 173).

  • 10 Tri Tân signifie « esprit nouveau » : cette revue s’intéresse beaucoup plus aux questions politique (...)
  • 11 Le nom Thanh Nghị signifie « opinion éclairée » ; cette revue publie cent vingt numéros entre 1941 (...)

20Deux revues participent à l’éveil d’une conscience politique des Vietnamiens : Tri Tân10 de Nguyễn Văn Tố et Thanh Nghị11 de Vũ Đình Hòe. Cette dernière revue écrite en quốc ngữ est l’une des plus importantes pour l’intelligentsia vietnamienne des années 1941-1945 car elle publie des réflexions sur la question de la modernité du Vietnam grâce à des emprunts faits à la culture française. Au cours des années 1941-1945, quelques articles concernent les thèmes sur lesquels nous travaillons : nous avons repéré quatre articles sur les sports, trois sur les camps de jeunesse, trois autres sur la jeunesse et la politique, deux sur les scouts et enfin un seul sur l’éducation physique. Plus généralement, ces réflexions portent sur le monde rural, l’industrialisation et l’état de l’économie du Vietnam (Brocheux 2014 : 121).

21Au début de l’année 1945, un article retient notre attention car l’auteur est Hoàng Đạo Thúy (Abbassi & Errais 2004 : 62) et son texte s’intitule « Préparer la Jeunesse ». « La jeunesse doit être forte physiquement pour travailler et il faut une tête bien faite pour bien travailler ». Ce conseil très général peut s’appliquer autant à la vie quotidienne de chaque individu qu’aux jeunes vietnamiens. Cependant, il s’agit bien d’eux car Hoàng Đạo Thúy leur recommande de « travailler en groupe » et d’être prêts à recevoir des « tâches difficiles » puis de ne rien faire pour soi mais pour le groupe ou le pays. Donc leur action collective doit être guidée vers ce but : travailler pour leur pays. Hoàng Đạo Thúy les prépare à servir un État qui n’existe pas encore en février 1945 car rien ne laisse présager le coup de force japonais du 9 mars et l’apparition d’un gouvernement vietnamien. Même s’il est leur est possible de penser que l’indépendance approche car l’Allemagne est presque conquise par les Alliés, la France est libérée depuis l’hiver 1944 et le régime de Vichy a fui en Allemagne. Dans ce contexte très particulier, le régime de l’amiral Decoux ne représente plus que lui-même alors que les Japonais n’ont de cesse de développer le thème de « l’Asie aux Asiatiques ». Cette nouvelle situation politique est le moment clé choisi par Hoàng Đạo Thúy pour rappeler à la jeunesse sa mission vis-à-vis de son pays. L’objectif qu’il avait depuis la fin des années 1920 semble pouvoir se concrétiser enfin en février 1945. Certaines de ses recommandations sont même issues de son univers scout : « […] pour forger la jeunesse, il faut utiliser le monde entier comme champ de bataille ou lieu d’entraînement ». Si les jeunes vietnamiens doivent étudier consciencieusement et faire un peu de sport pour acquérir plus de motricité, ils doivent aussi penser à se relaxer en participant à des activités volontaires pour construire des digues ou des stades poursuit-il. Le but de cet engagement civique est de se mettre au service de son pays, de sa nation. Il n’y a bien sûr aucune connotation politique plus précise car la guerre n’est pas finie et Hoàng Đạo Thúy ne peut pas risquer d’être incarcéré en étant plus précis sur son orientation politique. Étant neutre et très général dans ses propos, il ménage les susceptibilités françaises et n’éveille pas les soupçons de la Sûreté générale. Ses jeunes lecteurs apprennent ainsi qu’un Vietnamien conscient de son rôle dans son pays doit éveiller autant ses facultés physiques qu’intellectuelles.

22Cependant, le 9 mars 1945 change le rapport de force entre Français et Japonais. Sur les ruines de l’empire colonial français apparaissent trois nouveaux régimes politiques : au Laos, le roi se maintient au pouvoir ; au Cambodge, le roi Norodom Sihanouk proclame unilatéralement l’indépendance du pays ; enfin en Annam, le Japon donne le pouvoir à Bảo Đại qui proclame aussi l’indépendance du Vietnam le 11 mars 1945 (Tertrais 2007 : 357).

23En mars 1945, aucun jeune indochinois ne regrette publiquement la disparition de l’administration Decoux et son remplacement par les Japonais. Ce régime qui s’efface sous leurs yeux a néanmoins réussi à développer leur sentiment patriotique, en rappelant le passé glorieux de leur pays, et leur sentiment nationaliste (Brocheux 2014 : 116). Il y a parmi eux onze mille scouts (Brocheux 2004 : 277) en 1944 dont les chefs n’ont pas tous encore choisi leur orientation politique même si beaucoup réalisent que l’indépendance est proche. À l’instar d’Hoàng Xuân Hãn (1908-1996), ils sont persuadés du futur changement de leur destin national mais angoissés par l’ignorance du chemin qui les y mènerait (Brocheux 2014 : 119).

  • 12 Issu d’une famille de lettrés et docteur en droit en 1937, ce poste est son premier rôle politique (...)

24Au Vietnam donc, le chef de l’État nomme l’historien Trần-Trọng-Kim (Dalloz 1998 : 35) comme Premier ministre. Son équipe est composée du docteur Trần Đình Nam, ministre de l’Intérieur ; Trần Văn Chương, ministre des Affaires étrangères ; le professeur Hoàng Xuân Hãn est ministre de l’Éducation (Dalloz 2006 : 116) ; l’avocat Trịnh Đình Thảo (ibid. : 246) devient ministre de la Justice ; l’avocat Vũ Văn Hiền12 est ministre des Finances ; le Dr Nguyễn Hữu Thị (ibid. : 69) est ministre du Ravitaillement ; le Dr Vũ Ngọc Ánh a le poste de ministre de l’Assistance ; l’avocat Phan Anh (Dalloz 2004 : 73) est nommé ministre de la Jeunesse ; enfin le Docteur Hồ Tá Khanh devient ministre de la Santé publique et Lưu Văn Lang, ministre des Travaux publics (Bảo Đại 1980 : 106-107).

25Tous ces hommes sont issus des écoles franco-annamites et presque tous ont étudié en France dans les facultés de droit ou de médecine. La priorité absolue de cette équipe est de remplacer au vite que possible les autorités administratives françaises. Si cela ne pose pas trop de problèmes au niveau central, il faut trouver dans toutes les anciennes provinces gérées par les résidents français, les responsables qui incarneront le nouveau pouvoir.

  • 13 Il s’agit d’une erreur de métier.

Rallier la jeunesse du Vietnam aux idées nouvelles sera le premier point sur lequel le cabinet Tran Trong Kim porte son effort. Utilisant les organisations mises en place sous l’amiral Decoux en application des directives de Vichy, le jeune avocat Phan-Anh, il est âgé de trente-trois ans et a obtenu sa licence en droit à Montpellier, leur donne une nouvelle orientation et les mobilise au service de l’indépendance. Ces mouvements de jeunes vont devenir une pépinière de cadres. À Hué, l’adjoint du ministre est un ancien technicien employé à la centrale électrique13, Ta Quang Buu, que je connais bien. En Cochinchine, le docteur Pham Ngoc Thach donne à l’organisation le nom de [Jeunesse d’avant-garde]. Fortement appuyé par les Japonais, il obtient des résultats remarquables. (Bảo Đại 1980 : 108.)

  • 14 ANV, Hanoi, centre n°1, Mairie de Hanoi, D 623491, constitution de groupements de la Jeunesse dans (...)

D’autres sources confirment les mémoires de Bảo Đại en ce qui concerne ces mouvements de jeunesse : le ministre de la Jeunesse déclare en effet qu’il a l’intention de créer des groupements de jeunesse dans les provinces et les villes qui n’en ont pas14. À cette époque, la construction d’un Vietnam indépendant nécessite le contrôle effectif des centres urbains. Ces jeunes Vietnamiens qui sont promus cadres d’un nouveau pays sont bacheliers ; ils doivent être de bonne moralité et en bonne santé selon les directives ministérielles. Ces critères correspondent à des centaines de jeunes dont Hoàng Đạo Hùng et Đặng Văn Việt ; pourtant ni l’un ni l’autre ne proposent leur service au nouveau régime car ils n’ont pas la même lecture du nationalisme que Bảo Đại. Celui-ci trouve pourtant un certain écho parmi la jeunesse car Phan Anh recrute des jeunes issus des écoles de Decoux (Jennings 2004 : 271) au printemps 1945.

  • 15 Ibid.

26De nouvelles structures, directement issues de l’ère coloniale, apparaissent dans cet embryon d’État : les associations de jeunesse vietnamiennes. Des moniteurs d’éducation physique, formés à Phan Thiết entre 1941 et 1945, demandent au maire de Hanoi l’autorisation de créer une association qui s’occuperait de la jeunesse du Vietnam et leur enseignerait l’éducation physique15. Le maire accepte si cette société ne comporte que des moniteurs et qu’elle s’interdit, comme à l’époque coloniale, toute discussion politique. Il n’y a donc apparemment pas de rupture institutionnelle et culturelle entre la colonisation et les premières semaines de l’indépendance : l’État vietnamien se structure grâce aux élites formées par la France républicaine et aux écoles de cadres de Vichy. Nous pouvons cependant douter de l’état d’esprit de ces jeunes cadres vietnamiens formés à Phan Thiết car une majorité des 2 500 moniteurs d’éducation physique formés dans les années 1940 sont passés au Vietminh (Nguyễn Thụy Phương 2013 :109)

27Mais quel doit être le comportement de cette jeunesse envers la patrie ? C’est la question que se pose Đinh Gia Trinh dans les colonnes de Thanh Nghị en mai 1945 (Đinh Gia Trinh 1945a). Elle doit se mettre à la disposition du gouvernement Trần Trọng Kim pour protéger le pays et maintenir sa sécurité ; elle doit aussi « être forte intellectuellement et physiquement pour préserver l’indépendance du pays ». L’exemple qu’il donne aux jeunes vietnamiens est celui des jeunes scouts qui se mettent au service des communautés dans les villages en reconstruisant les routes et les ponts à Thái Bình et Nam Định, ou en participant aux travaux des champs. Đinh Gia Trinh est plus précis encore que ne l’était Hoàng Đạo Thúy car il demande aux jeunes vietnamiens de se mettre au service de l’État avec un esprit solide et un corps musclé. Depuis l’effacement des Français, il est plus facile de communiquer sur les capacités physiques indispensables permettant l’indépendance du pays. C’est la première fois depuis le début du xxe siècle que nous pouvons réellement connecter ces deux informations : le sport et l’indépendance. Jusqu’à présent, tous les auteurs et acteurs que nous avons croisés ont imaginé qu’il y avait une connexion possible entre les deux mais cela restait du domaine de l’hypothèse. Avec l’article de Đinh Gia Trinh nous avons le premier exemple concret : en mai 1945, le Vietnam a retrouvé son indépendance ; sa jeunesse peut garantir cette situation rêvée depuis quatre générations en mettant en avant autant ses qualités physiques qu’intellectuelles.

28Le Vietnam a surtout besoin de ceux qui veulent modifier radicalement la société selon Đinh Gia Trinh : le but est bien de se débarrasser des Français, du régime colonial surtout à cause duquel la liberté, découverte par les étudiants en France, ne peut pas exister. La guerre a accéléré la propagande autour de l’amour de la Patrie. Nous pensons que l’histoire enseignée aux élites vietnamiennes par des Français leur a permis de réfléchir à la place de leur pays dans le concert des nations ; c’était une première phase, celle de l’accès à la culture occidentale. Désormais, ces jeunes doivent entrer dans une seconde phase, celle de l’action « pour servir le pays et le sauver » selon Đinh Gia Trinh (1945b).

  • 16 ANV, Hanoi, centre n°1, Mairie de Hanoi L84 5550, fonctionnement de l’association de football « Lac (...)

29Le maintien d’associations sportives dynamiques répond à cette exigence et la société « Nôi Châu » participe à cet élan pour servir le pays. Elle fait son assemblée générale dès le mois de juin 1945 et propose diverses activités aux jeunes de Hanoi comme le football, le basket, le volley, la natation, le water-polo et même le tourisme, ce qui démontre un bel optimisme16.

30De nouvelles sociétés se font enregistrer auprès de l’administration vietnamienne pour des cours de sport ou d’auto-défense. Leurs demandes qui étaient jusqu’alors rédigées en français le sont désormais en vietnamien en juin 1945.

  • 17 Hoàng Đạo Hùng, Hoi Ky Cua, les Souvenirs, p. 14, carnets personnels.

31Bảo Đại a donc nommé un gouvernement qui possède pour la première fois dans l’histoire de ce pays un ministère de la Jeunesse. Il crée aussi un Conseil national de la jeunesse qu’il confie à Hoàng Đạo Thúy, le responsable des « Routiers EDF », les adolescents de plus de dix-huit ans. Mais Hoàng Đạo Thúy s’enfuit en juillet 1945 parce qu’il refuse de travailler avec le souverain 17 ; il rejoint les rangs de la Ligue pour l’indépendance du Vietnam qui entend réunir toutes les tendances nationalistes. Hoàng Đạo Hùng, constatant que son père est entré en résistance ouverte contre Bảo Đại, décide de le suivre dans le maquis. Le père et le fils font la même analyse du régime de Bảo Đại : c’est un pion du Japon qui vit ses derniers jours de guerre avant une victoire inéluctable des États-Unis. De son côté, Đặng Văn Việt abandonne ses études de médecine en troisième année ; il revient à Hué pour entrer dans une école militaire ouverte par Phan Anh où il reste comme stagiaire entre juin et août 1945. À première vue, leur choix politique les emmène vers deux options nationalistes bien distinctes ; mais Đặng Văn Việt était déjà membre du Vietminh quand il se rend à Hué. Ces deux jeunes combattent donc pour la même tendance politique et s’agrègent aux effectifs que Võ Nguyên Giáp a regroupés dans une armée populaire de libération (Hémery 2007 : 50). Leur tactique est celle de la guérilla : ils doivent agir en secret, avec rapidité, avec de l’esprit d’initiative (aujourd’hui à l’est, demain à l’ouest), apparaître et disparaître sans laisser de trace. Pour les jeunes dont nous parlons, ces techniques de guerre ressemblent à ce qu’ils ont appris chez les Éclaireurs, ce que confirme Hoàng Đạo Hùng au sujet des techniques d’embuscades.

32Il n’est guère évident pour un jeune vietnamien de se situer dans la galaxie des mouvements « nationalistes » car les leaders locaux sont assez indécis sur leur ralliement et les mouvements rivaux sont nombreux : le mouvement scout et les Jeunesses de Première ligne de Tạ Quang Bửu sont importants au centre du pays (Brocheux 2014 : 113) ; au sud les Jeunesses d’Avant-garde du docteur Phạm Ngọc Thạch, un agent du PCI, côtoient les scouts de Cao Triều Phát, qui appartiennent à la branche de Bạc Liêu (Brocheux 2014 : 97) ; au nord les Jeunesses Phan Anh se développent dans toutes les provinces et sont courtisées par les Jeunesses Đại Việt ; il y a aussi les Jeunesses Sociales de l’Alliance Đại Việt qui essaient de regrouper toutes les personnes de droite, opposées au communisme (Guillemot 2012 : 209-214). Ces jeunes scouts servent de service d’ordre lors des grandes manifestations nationalistes à Saigon, par exemple, en 1945 (Cantier & Jennings 2004 : 113).

33Nul ne sait pour qui travaillent les deux cent mille Jeunesses d’Avant-garde dirigées par le docteur Phạm Ngọc Thạch de Saigon et le million de sympathisants en Cochinchine (Guillemot 2012 : 248). Thạch aurait bénéficié de l’appui du gouverneur japonais Minoda et aurait créé une milice qu’il mettrait au service de l’occupant japonais et de la population vietnamienne selon un militant trotskyste Ngô Văn :

Il mobilise tous ceux qui sont valides à partir de treize ans, dans les centres urbains mais aussi jusqu’au fin fond des campagnes, pour les embrigader dans une organisation à laquelle on adhère par la prestation d’un serment d’obéissance absolue aux supérieurs. Vêtus d’un uniforme et armés d’un bâton de bambou effilé, ces « scouts » défilent sous un drapeau jaune frappé d’une étoile rouge en chantant « En route », hymne exaltant les anciens héros, vainqueurs des Chinois au fleuve Bach dang et à Chi lang. La non-adhésion à cette organisation « équivaut à ne pas aimer la patrie ». (Ngô Văn 2013 : 151.)

Ce mouvement paramilitaire joue sur l’ambiguïté autour du nationalisme en attirant beaucoup de jeunes sans préciser s’ils appartiennent à un mouvement de droite comme le Đại Việt ou d’extrême gauche comme le Vietminh. Le docteur Thạch bénéficie de l’enthousiasme de milliers de jeunes vietnamiens prêts à sacrifier leur vie pour obtenir l’indépendance que le Japon leur a permis d’avoir en mars 1945. Les mots « độc lập », indépendance, ou « cứu quốc », sauver la nation (Guillemot 2012 : 266), sont des thèmes fédérateurs très efficaces auprès de ces jeunes. Le 22 août 1945 pourtant, ce mouvement de Saigon se rallie au Vietminh (Dalloz 1998 : 116) qui voit ainsi affluer des milliers de jeunes volontaires.

34Au même moment, une délégation Vietminh se dirige vers le palais de Bảo Đại et obtient la reddition du souverain ; Đặng Văn Việt fait partie de l’escouade armée qui fait descendre les couleurs impériales. Il réalise ce jour-là son premier acte en tant que militaire au service du nouveau régime.

35De son côté, le jeune Hoàng Đạo Hùng apprécie peu les critiques de certains membres du Vietminh à son encontre ; le fait qu’il soit Éclaireur le rend suspect aux yeux des combattants qu’il vient de rejoindre. Ceux-ci considèrent que sa formation religieuse signifie qu’il a été formé par les Français et qu’il n’est donc pas totalement fiable. Pourtant, sa formation scoute est réinvestie dans des actions militaires, lorsqu’il s’agit de surveiller les militaires coloniaux ou de préparer des embuscades dans le maquis. Peu à peu cependant, un climat de confiance s’installe entre les jeunes maquisards, qu’ils soient scouts ou non.

Conclusion

36L’engagement de Hoàng Đạo Hùng peut s’expliquer par l’aura de son père. Celui de Đặng Văn Việt est plus complexe car son entourage familial ne l’influence pas. Il y a cependant un point commun entre ces deux jeunes : le fait qu’ils aient participé à des activités sportives ou scoutes au cours desquelles leur pays était mis en valeur. Ces activités de plein air ont contribué à créer un esprit de camaraderie et de solidarité qui se révèle très utile sur le plan militaire dans les rangs de la résistance ; ensuite, le glorieux passé historique de leur pays leur est rappelé très souvent, soit par les cadres scouts, soit par l’administration Decoux. Enfin, ces jeunes ont pris conscience qu’ils formaient la nouvelle élite dont avait besoin le Vietnam pour être indépendant. Physiquement et intellectuellement ces jeunes se sentaient prêts à relever de nouveaux défis.

37Il est indéniable que l’administration Decoux a imposé à ces jeunes une formation technique leur permettant de servir n’importe quel pouvoir par la suite, car ces jeunes indochinois ont surtout appris « à servir ». Pourtant, chacun d’eux a développé sa propre conscience politique, souvent en fonction de l’intense propagande imposée par Vichy. Les options politiques sont nombreuses en 1945 : suivre Hồ Chí Minh, adhérer au Đại Việt ou bâtir un véritable régime démocratique (Jennings 2004 : 272). Ils sont donc plusieurs dizaines de milliers prêts à l’action au cours de l’été 1945 (Brocheux & Hémery 2007 : 339) ; ce qu’ils ont appris dans les clubs et les meutes les a préparés, consciemment ou non, à ce nouveau défi.

Haut de page

Bibliographie

ABBASSI, Driss & Borhane ERRAÏS, 2004, « Les « Journées Borotra » en Afrique du Nord (avril-mai 1941) », Sport et propagande politique pour « la Grande France » », Outre-Mers, 91, 342-343 : 51-64, en ligne https://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2004_num_91_342_4082, DOI : https://doi.org/10.3406/outre.2004.4082

BẢO ĐẠI, 1980, Le dragon d’Annam, Paris : Plon.

BANCEL, Nicolas, Daniel DENIS & Youssef FATES, 2003, éd., De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Paris : La Découverte.

BEZANÇON, Pascale, 2002, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris : L’Harmattan.

BROCHEUX, Pierre, 2003a, Hô Chi Minh, du révolutionnaire à l’icône, Paris : Payot, coll. « Essai biographique ».

BROCHEUX, Pierre, 2003b, « Une adolescence indochinoise », in De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Nicolas Bancel, Daniel Denis, Youssef Fates, éd., Paris : La Découverte, p. 32-53.

BROCHEUX, Pierre, 2004, « Le mouvement indépendantiste vietnamien pendant la Seconde guerre mondiale (1939-1945) », in L’Empire colonial sous Vichy, Jacques Cantier, Eric Jennings, éd., Paris : Odile Jacob, p. 277-283.

BROCHEUX, Pierre & Daniel HÉMERY, 2007, Indochine, la colonisation ambigüe, 1858-1954, Paris : La Découverte.

BROCHEUX Pierre, 2014, Histoire du Vietnam contemporain. La nation résiliente, Paris : Fayard.

CANTIER, Jacques & Eric JENNINGS, 2004, L’empire colonial sous Vichy, Paris : Odile Jacob.

DALLOZ, Jacques, 1998, « Les Vietnamiens dans la Franc-maçonnerie coloniale », Revue française d’Histoire d’Outre-mer, 85, 320 : 03-118, en ligne https://www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1998_num_85_320_3659, DOI https://doi.org/10.3406/outre.1998.3659.

DALLOZ, Jacques, 2004, « Francs-maçons d’Indochine à l’épreuve du régime Decoux », Outre-Mers, 91, 342-343 : 25-39, en ligne https://www.persee.fr/doc/outre_1631-0438_2004_num_91_342_4080, DOI : https://doi.org/10.3406/outre.2004.4080.

DALLOZ, Jacques, 2006, Dictionnaire de la Guerre d’Indochine, 1946-1954, Paris : Armand Colin.

DENIS, Daniel, 2003, « Le sport et le scoutisme, ruses de l’Histoire », in De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962, Nicolas Bancel, Daniel Denis & Youssef Fates, éd., Paris : La Découverte, p. 195-209.

ĐINH Gia Trinh, 1945a, « Le devoir de la jeunesse envers la Patrie », Thanh Nghị, 107, 5 mai (réed. EFEO, 2009).

ĐINH Gia Trinh, 1945b, « L’esprit nouveau de la jeunesse », Thanh Nghị, 108, 12 mai (réed. EFEO, 2009).

FOSSARD, Brice, 2017, Les sports, le scoutisme et les élites indochinoises. De l’entre-soi colonial à la libération nationale (1858-1945), thèse de doctorat en Histoire contemporaine des relations internationales, Paris 1 en co-tutelle avec l’université de Lausanne.

GAY-LESCOT, Jean-Louis, 1991, Sport et Éducation sous Vichy, Lyon : PUL.

GUILLEMOT, François, 2012, Đại Việt, indépendance et révolution au Viêt-Nam, l’échec de la troisième voie, 1938-1955, Paris : Les Indes savantes.

HOÀNG Đạo Thúy, 1945, « Préparer la jeunesse », EFEO, Thanh Nghị, n° spécial, 5 février (rééd. EFEO, 2009).

HÉMERY, Daniel, 1994, Hô Chi Minh. De l’Indochine au Vietnam, Paris : Découvertes Gallimard.

HÉMERY, Daniel, 2007, « L’Indochine à l’âge des extrêmes, protestations et révolutions xixe-xxe siècles, III, 1940-2006 », « De la “guerre des dix mille jours” à la mondialisation : la révolution déconcertante (1940-2006), http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article9821, mis en ligne le 13 février 2007.

HOBSBAWM, Eric 2001, Nations et nationalisme depuis 1780, programme, mythe, réalités, Paris, Gallimard : coll. « Folio Histoire ».

JENNINGS, Eric, 2004, Vichy sous les tropiques, la Révolution Nationale à Madagascar, en Guadeloupe, en Indochine 1940-1944, Paris : Grasset.

NGÔ VĂN, 2000, Viêt-Nam, 1920-1945 : révolution et contre-révolution sous la domination coloniale, Paris : Nautilus.

NGÔ VĂN, 2013, Au pays de la cloche fêlée. Tribulations d’un Cochinchinois à l’époque coloniale, Paris : L’Insomniaque.

NGUYỄN THỤY PHƯƠNG, 2013, L’école française au Vietnam, 1945-1975 : de la mission civilisatrice à la diplomatie culturelle, thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Paris 5.

PESCHANSKI, Denis, 2002, Des étrangers dans la Résistance, Paris : Les éditions de l’Atelier, Musée de la Résistance nationale, Corlet.

PHOLSENA, Vatthana, 2013, « Une génération de patriotes. L’éducation révolutionnaire, du Laos au Nord-Vietnam », in Communisme. Vietnam 1920-2012, de l’insurrection à la dictature, Stéphane Courtois, éd., Paris : Vendémiaire, p. 231-258.

RAFFIN, Anne, 2005, Youth Mobilization in Vichy Indochina and its Legacies, 1940-1970, Londres : Lexington Books.

RUSCIO, Alain, 2000, Hô Chi Minh. Textes 1914-1969, Paris : L’Harmattan.

TERTRAIS, Hugues, 2007, « L’Indochine en guerre », in Dictionnaire de la France coloniale, Jean-Pierre Rioux, éd., Paris : Flammarion.

TRINH VAN THAO, 1995, L’École française en Indochine, Paris : Khartala.

TRINH VAN THAO, 2004, Les compagnons de route de Ho Chi Minh. Histoire d’un engagement intellectuel au Viet Nam, Paris : Karthala.

THUY HOANG DAO, 1996, « Notes sur le scoutisme vietnamien », Passé et Présent, 27 : 12-14.

VERNEY, Sébastien, 2012, L’Indochine sous Vichy, Paris : Riveneuve éditions.

Haut de page

Note de fin

1 Entretiens réalisés à Hanoi en 2012 avec Hoàng Đạo Hùng et en 2015 avec Đặng Văn Việt.

2 Voir notre thèse de doctorat, Fossard (2017).

3 Brocheux (2003a), Hémery (1994), Guillemot (2012).

4 Pholsena (2013), Ngô Văn (2000), Trinh Van Thao (2004).

5 Il est commissaire général des scouts du Tonkin, ancien instituteur.

6 CAOM, Sports d’Indochine, 14, 4 avril 1942, p. 4.

7 De nouveaux programmes scolaires sont publiés le 14 septembre 1940 par Vichy ; ils sont opérationnels en Indochine à la rentrée 1941 ; Bibliothèque nationale du Vietnam, Hanoi, L’Echo du Cambodge, 13 août 1941, p. 2.

8 CAOM, Sports d’Indochine, 20, 16 mai 1942, p. 35.

9 Hoang Dao Hung, Hoi Ky Cua, les Souvenirs, p. 19. Il s’agit d’un carnet personnel que son fils nous a confié.

10 Tri Tân signifie « esprit nouveau » : cette revue s’intéresse beaucoup plus aux questions politiques, aux sports et à l’éducation que Thanh Nghị selon les repérages que nous avons faits entre 1941 et 1945. Elle a publié deux cent douze numéros entre 1941 et 1945. En 2009, Philippe Le Failler et Lại Nguyên Ân en ont publié une version électronique dans la collection « Documents pour servir à histoire de l’Asie », EFEO - Dirox, HCMV. Selon Trinh Van Thao (1995 : 149-150) qui reprend les chiffres parus dans Thanh Nghị le 28 octobre 1944, le nombre d’élèves est de 731 000 élèves pour 24 M d’habitants en 1944, soit 3 % ; la Cochinchine en aurait 205 000 soit 4 % ; le Tonkin, 284 000 soit 3 % de sa population ; le Cambodge 69 000 soit 2,3 % ; l’Annam 161 000 soit 2,6 % et le Laos, 12 000 soit 1,2 % en 1942.

11 Le nom Thanh Nghị signifie « opinion éclairée » ; cette revue publie cent vingt numéros entre 1941 et 1945. Nous nous servons ici de l’édition électronique réalisée par Philippe Le Failler et Nguyễn Phương Ngọc en 2009, « Documents pour servir à histoire de l’Asie », EFEO - Dirox, HCMV.

12 Issu d’une famille de lettrés et docteur en droit en 1937, ce poste est son premier rôle politique de premier plan.

13 Il s’agit d’une erreur de métier.

14 ANV, Hanoi, centre n°1, Mairie de Hanoi, D 623491, constitution de groupements de la Jeunesse dans les provinces du Tonkin, 5-1945 et 20-8-1945, 14  p.

15 Ibid.

16 ANV, Hanoi, centre n°1, Mairie de Hanoi L84 5550, fonctionnement de l’association de football « Lac Long », 27-11-1930 et 11-7-1945, 68 p.

17 Hoàng Đạo Hùng, Hoi Ky Cua, les Souvenirs, p. 14, carnets personnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brice Fossard, « Sportifs, scouts et nationalistes : itinéraire de deux jeunes Vietnamiens (1940-1945) », Moussons, 32 | 2018, 93-107.

Référence électronique

Brice Fossard, « Sportifs, scouts et nationalistes : itinéraire de deux jeunes Vietnamiens (1940-1945) », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4389 ; DOI : 10.4000/moussons.4389

Haut de page

Auteur

Brice Fossard

Brice Fossard est docteur ès sciences du sport et de l’éducation physique de l’université de Lausanne et docteur en Histoire de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il étudie les sports et les élites indochinoises après avoir travaillé sur les enjeux économiques autour de l’exposition coloniale d’Hanoi en 1902.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page