Navigation – Plan du site
Articles

Les conséquences politiques du Đổi Mới et du déclin de l’utopie communiste dans les relations du Viêt Nam avec les associations « patriotiques » outre-mer (1988-1992)

The Political Consequences of Đổi Mới and the Decline of Communist Utopia in Vietnam’s Relations with “Patriotic” Organization Overseas (1988-1992)
Christophe Vigne
p. 153-178

Résumés

Durant la guerre du Viêt Nam, le gouvernement révolutionnaire nord-vietnamien a bénéficié du soutien de Vietnamiens de l’étranger rassemblés au sein d’associations dîtes « patriotiques ». Après la victoire du pouvoir communiste (1975), et la réunification du pays (1976), ces associations sont tenues à l’écart de la vie politique vietnamienne. Ce n’est qu’à partir de 1986, et de l’amorce de la politique du Đổi Mới (Renouveau), que la classe politique vietnamienne leur accorde un droit de parole. Mais très vite, les prémices de l’effondrement des régimes socialistes d’Europe de l’Est font souffler un vent de démocratie au sein de la communauté vietnamienne outre-mer. Jusque-là subordonnées au Parti communiste vietnamien (PCV), les associations « patriotiques » réclament, au côté d’autres mouvements politiques de la diaspora, des évolutions démocratiques au Viêt Nam. Ce n’est qu’au début des années 1990 que Hanoi parvient à affaiblir cette dissidence et à construire un nouveau rapport avec les associations « patriotiques ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à propos du Đổi Mới : Bảo An & Tréglodé (2009 : 123-124) et Tréglodé (2018).
  • 2 Lê Duẩn, secrétaire général du PCV depuis 1960 et défenseur d’une ligne conservatrice, décède en ju (...)
  • 3 Citons entre autres Phạm Hùng, Nguyễn Văn Linh, Võ Văn Kiệt, Võ Chí Công et Đỗ Mười.

1À l’occasion de son VIe Congrès, organisé à Hanoï en décembre 1986, le Parti communiste vietnamien (PCV) officialise le Đổi Mới (Renouveau1). Inspirée par la perestroïka, cette politique avait déjà tenté de s’affirmer au début des années 1980. Il faut cependant attendre l’affaiblissement du courant conservateur et le retrait de certains de ses protagonistes2 pour qu’elle devienne la priorité du PCV. Pour autant, il ne s’agit pas d’un renouvellement idéologique radical de la classe politique vietnamienne (Lechervy 1997 : 119). C’est plutôt le constat d’échec des politiques précédentes et l’urgence dans la mise en œuvre de réformes pragmatiques qui ont facilité l’arrivée au pouvoir de dirigeants acquis à une ouverture politique et économique depuis déjà plusieurs années3. Ceux-ci s’engagent dans des réformes substantielles touchant l’ensemble des secteurs du pays (économique, financier, juridique, administratif) et concernant toute la société vietnamienne. Le Đổi Mới met fin à l’isolement du Viêt Nam et entraîne d’importants changements dans la vie quotidienne des Vietnamiens. Longtemps soumise à un contrôle très strict, la population a désormais la possibilité d’accéder à la culture occidentale, de se déplacer librement dans le pays et de voyager à l’étranger.

  • 4 Đỗ (2009 :180-181).
  • 5 En 1945, Hồ Chí Minh proclame l’indépendance vietnamienne et fonde la République démocratique du Vi (...)
  • 6 Entre 1945 et 1975, la communauté vietnamienne de l’étranger compte environ 150 000 personnes essen (...)
  • 7 « Cộng đồng người Việt Nam ở nước ngoài là một phần của dân tộc Việt Nam, Trích tham luận của đồng (...)

2Cette ouverture sur le monde s’accompagne d’une vision nouvelle des relations internationales. Il s’agit notamment de sortir de la dépendance vis-à-vis de l’URSS en suivant la ligne directrice « Maintien de la paix et développement économique4 » (Giữ vững hòa bình, phát triển kinh tế). C’est dans ce contexte que la République socialiste du Viêt Nam5 (RSVN) envisage de renouveler sa politique envers la communauté vietnamienne exilée qui regroupe plus d’un million de personnes6. La plupart ont fui le Viêt Nam à la suite de la victoire des communistes (1975) et vivent en Occident. Après les avoir placés au ban de la nation pour des raisons sécuritaires, la RSVN accorde une reconnaissance symbolique aux Vietnamiens de l’étranger (Việt Kiều) et les considère à nouveau comme « une partie intégrante du peuple vietnamien7 ». Des mesures sont annoncées afin de faciliter leurs retours temporaires et leur participation économique (envois de biens et de devises). Par ailleurs, la RSVN s’engage à reconsidérer le rôle des associations des Việt Kiều « patriotes ».

  • 8 L’association adopte seulement ce nom en 1975. Lors de sa création, elle se nomme l’Union pour la C (...)
  • 9 Crée en 1969, le Gouvernement révolutionnaire provisoire du Sud Viêt Nam (GRP) est le bras politiqu (...)

3Ces associations ont soutenu l’effort de guerre des communistes vietnamiens en envoyant de l’argent et en menant des actions de propagande et d’agitation politique. Au début des années 1980, elles sont présentes au Japon, en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Fondée en 1948, l’Union générale des Vietnamiens de France8 (UGVF) est la doyenne de ce réseau. En s’appuyant sur son ambassade à Paris, la RSVN exerce un fort ascendant sur son devenir et lui dicte la marche à suivre. En revanche, le PCV a une influence réduite sur les autres associations qui se sont spontanément constituées dans les années 1960 à l’initiative d’étudiants sud-vietnamiens soutenant le Gouvernement révolutionnaire provisoire du Sud Viêt Nam (GRP9). En 1976, après la réunification du pays et la disparition du GRP, toutes les associations « patriotiques » font allégeance à la RSVN.

4Néanmoins, leurs membres s’inquiètent des décisions des dirigeants vietnamiens et aspirent à prendre part à la vie politique de leur pays d’origine. Mais la méfiance de rigueur à l’encontre des Việt Kiều fait que le PCV ne leur accorde pas ce privilège. D’abord ignorées par les conservateurs, leurs revendications trouvent une écoute attentive auprès des rénovateurs. Ainsi, à l’approche du VIe Congrès du PCV, les associations « patriotiques » ont pour la première fois la possibilité d’exprimer leurs avis concernant l’avenir du Viêt Nam.

  • 10 Nous prenons ici la liberté d’utiliser le terme russe glasnost (transparence) pour évoquer le proce (...)

5En effet, les rénovateurs du PCV ont, pour asseoir leur légitimité et faire montre de leur volonté de changement, mis en marche un véritable processus de démocratisation. La population, y compris les Vietnamiens de l’étranger, a eu la possibilité de participer, dans une certaine mesure, à la vie politique du pays. Mais très vite, la glasnost10 vietnamienne échappe à ses protagonistes et les place sous les feux de la critique. À compter de 1988, le déclin de l’utopie communiste et la chute des régimes communistes d’Europe de l’Est favorisent l’émergence d’un mouvement pro-démocratique au sein de l’immigration vietnamienne. Cette dissidence prend une ampleur internationale et fédère différents courants politiques des communautés exilées en Europe et aux États-Unis. Elle est aussi en lien avec les dissidents de l’intérieur et prône l’instauration du pluralisme politique au Viêt Nam.

  • 11 Comme le souligne Đỗ Hiền, les grands documents politiques du Viêt Nam ne « contiennent aucune trac (...)
  • 12 Professeur de philosophie et un temps militant communiste, Georges Boudarel (1926-2003) a vécu au V (...)

6Quelle était la force de ce mouvement et quelles conséquences a-t-il eu sur la politique du Đổi Mới ? Comment a réagi le PCV et comment a-t-il réussi à écarter ce qu’il considère comme un danger potentiel pour son existence à un moment où il traverse une période d’instabilité11 ? C’est à ces questions que le présent article s’efforce de répondre en privilégiant l’étude du dialogue ayant pris effet entre les Việt Kiều « patriotes » (yêu nước) et la RSVN. Il s’appuie pour ce faire sur la revue Đoàn Kết (Union) publiée par l’UGVF dont la collection est grande partie consultable à la Bibliothèque universitaire des langues et des civilisations (Bulac). Ce travail a également eu recours au fonds documentaire Georges Boudarel12 de l’Institut d’Asie Orientale de Lyon qui contient de nombreux articles issus des revues publiées au sein de l’immigration vietnamienne entre le début des années 1980 et la fin des années 1990. Ces publications sont progouvernementales, anticommunistes ou, comme cela est le cas pour la revue trimestrielle Chroniques vietnamiennes, trotskistes. Cette dernière fut publiée par des Vietnamiens de France entre 1986 et 1991.

L’efflorescence d’un mouvement démocratique outre-mer

  • 13 Voir tableau 1 en annexe.

7Dès le début des années 1980, la communauté vietnamienne d’outre-mer est traversée par une activité culturelle et politique intense s’exprimant à travers de nombreuses publications. Entre 1975 et 1995, Nguyễn Hùng Cường et Nguyễn Anh Tuấn (1997) recensent 630 journaux et périodiques principalement édités aux États-Unis, au Canada, en Australie et en France. La plupart de ces publications sont opposées au régime communiste vietnamien et plusieurs d'entre elles sont liées aux mouvements pro-démocratiques de la diaspora tels que l’Alliance pour la démocratie au Viêt Nam (Liên minh Dân chủ Việt Nam) fondée en 1981 et l’Alliance Viêt Nam Liberté (Liên Minh Việt Nam Tự Do) fondée en 1991. Non exhaustive, la compilation proposée par Nguyễn Hùng Cường et Nguyễn Anh Tuấn ne fait que partiellement mention de la dizaine de revues publiées par les associations pro-gouvernementales13.

8C’est dans leurs colonnes que les Việt Kiều « patriotes » ont, à l’approche du VIe Congrès du PCV, haussé le ton devant le mutisme dont a fait preuve Hanoï à l’égard de leurs aspirations politiques. Ils ont ainsi obtenu une nouvelle liberté de parole et un droit de regard sur le devenir de leur pays d’origine. Profitant de cette opportunité, les membres pro-démocratiques des associations « patriotiques » se montrent très critiques vis-à-vis des autorités vietnamiennes et les somme d’affirmer plus fortement le début de démocratisation qui se fait jour au Viêt Nam. Galvanisé par les soubresauts que connaît le monde communiste, ce courant intensifie sa contestation pour finalement rompre avec le communisme et exiger le pluralisme politique au Viêt Nam. Entre-temps, les frondeurs des associations « patriotes » se sont rapprochés des idées véhiculées par la revue Thông Luận qui envisage un processus de réconciliation nationale incluant la coopération de toutes les mouvances pro-démocratiques agissant dans et en dehors du Viêt Nam. À un moment où de multiples observateurs prévoient la disparition de tous les régimes communistes, cette perspective fait de nombreux émules dans les rangs de la dissidence.

La fronde des associations « patriotes »

  • 14 « Dans une lettre adressée aux “dirigeants et compatriotes du Vietnam” les associations vietnamienn (...)

9En décembre 1986, l’annonce du Đổi Mới fait naître de grands espoirs dans les associations « patriotiques ». Certains adhérents attendent de pied ferme des évolutions en termes de démocratie. Mais, moins d’un an plus tard, ils s’inquiètent de la tournure que prend la politique du Đổi Mới et s’en enquièrent une première fois auprès des autorités vietnamiennes. Le 7 août 1987, des représentants des associations de Berlin-Ouest, de RFA, de Belgique, de France et du Canada sont reçus à Hanoï par le président du Conseil des ministres, Phạm Hùng, auquel ils remettent une lettre14 invitant les dirigeants vietnamiens à accélérer les réformes dont a besoin le Viêt Nam.

  • 15 La Lettre salue en particulier les mesures autorisant les Vietnamiens qui se sont exilés après 1975 (...)
  • 16 Nguyễn Văn Linh est l'auteur d’une série d’articles intitulée « Choses à faire immédiatement » à la (...)
  • 17 Les signataires demandent la suppression du Lý Lịch (CV contenant les origines socio-politiques d’u (...)
  • 18 Considérant que le renouvellement des élites du pays et la formation de cadres spécialisés sont des (...)
  • 19 Cela fut interprété comme un signe de réticence au changement par la revue Đoàn Kết.

10Ses signataires sont conscients des avancées15 réalisées mais les jugent encore insuffisantes au vu des multiples difficultés que rencontre le pays. Dans la continuité de la politique prônée par Nguyễn Văn Linh16, ils demandent « davantage de transparence et de démocratie, la suppression des discriminations à caractère politique17, et en dernier lieu, l’ouverture du pays et la préparation de la relève18 ». Rendu public à l’occasion d’une conférence de presse, le contenu de cette lettre est relayé par les journaux méridionaux Sài Gòn Giải Phóng et Tuổi Trẻ. En revanche, le journal Nhân Dân a uniquement mentionné la visite des représentants des Việt Kiều « patriotes » et n’a pas fait mention de leurs doléances19. Malgré les réserves de ce quotidien, on constate que le PCV est plus ouvert au dialogue qu’auparavant et que la glasnost vietnamienne a un impact réel sur la vie politique et sur la liberté d’expression.

11En mars 1988, les associations « patriotiques » montrent une nouvelle fois leur unité et leur détermination à stimuler le processus démocratique s’amorçant au Viêt Nam. À l’occasion d’un colloque organisé à Dourdan (France), quatre-vingt-six de leurs adhérents, en majorité des intellectuels (scientifiques, économistes, sociologues) ont débattu de questions économiques et politiques (Hoang 1989 : 22). Mais contrairement à leur souhait, les propositions émanant de cette rencontre n’ont pas été prises en compte par les dirigeants vietnamiens.

  • 20 Les associations signataires sont les suivantes : l’Union générale des Vietnamiens de France, l’Uni (...)
  • 21 À cette occasion, Đỗ Mười (1917-) brigue le poste de Premier ministre. Révolutionnaire de la premiè (...)
  • 22 Elle reproche notamment aux autorités vietnamiennes de passer sous silence la grave famine touchant (...)
  • 23 « Dans une lettre ouverte adressée à l’Assemblée nationale vietnamienne, les associations vietnamie (...)

12Loin d’être découragées, les associations « patriotes » poursuivent leur action et le 20 juin 1988, sept d’entre elles20 adressent une lettre ouverte à l’Assemblée nationale qui doit tenir séance du 22 au 28 juin pour élire un nouveau premier ministre21. Cette nouvelle missive s’avère extrêmement alarmante sur la situation du Viêt Nam22 et fait part « d’inquiétudes devant les hésitations du pouvoir révolutionnaire dans sa lutte contre les forces conservatrices et immobilistes23 ».

  • 24 Ibid.

13Les signataires somment le PCV et l’État « d’affirmer plus nettement encore la politique d’ouverture du pays […] afin que le Viêt Nam progresse au même rythme que le monde, au rythme des changements profonds que connaît notamment l’Union soviétique24 ». En dernier lieu, ils invitent les autorités vietnamiennes à confier le pouvoir aux personnes acquises au changement et ayant les compétences et la détermination pour mettre en œuvre les résolutions prises lors du VIe Congrès.

  • 25 Ibid.

14La revue Đoàn Kết indique que le contenu de la lettre ouverte des associations « patriotiques » est en étroite corrélation avec les nombreuses autres motions et pétitions adressées au même moment à l’Assemblée nationale25. Les premiers soubresauts démocratiques du monde communiste vivifient la glasnost vietnamienne qui prend une ampleur inattendue. On assiste au Viêt Nam à un renouveau de la presse, de la littérature et des sciences humaines et à la formation de nombreux clubs politiques.

15Déconcerté par la puissance de cette vague démocratique, le PCV temporise et prend des mesures pour la contenir. C’est dans ce contexte que les membres réformateurs des associations « patriotiques » se réunissent à nouveau en mai 1989 à Francfort. Les intervenants (au nombre de cent-cinquante) se montrent cette fois-ci, selon la revue Chroniques vietnamiennes, beaucoup plus acerbes envers le PCV :

Convoqués au moment du massacre de Tien An Men et du nouveau « tournant conservateur » du parti, les congressistes étaient encore sous le choc des événements. Le ton fut vif, les discussions animées, les critiques incisives. Ce fut une « contestation directe » et sans détour. (Hoang 1989 : 22.)

  • 26 Les journaux signataires de cette motion sont : Đoàn Kết (France), Đất Nước (Allemagne de l’Ouest), (...)
  • 27 Báo chí của phong trào Việt Kiều ở các nước, [La presse du mouvement des Việt Kiều de tous les pays (...)

Les discussions aboutissent à une critique de fond de sujets sensibles tels que la démocratie, la liberté de la presse, le socialisme et la dictature du prolétariat. À la suite de ce colloque, les journaux des associations « patriotiques » adressent une motion26 au président de l’Assemblée des ministres soulevant la question de la diffusion de la presse des Vietnamiens d’outre-mer au Viêt Nam27. On apprend ainsi que depuis novembre 1988, le Département de la culture et de l’information de Hô-Chi-Minh-Ville limite la distribution des journaux des Việt Kiều au Viêt Nam.

  • 28 Ibid.

16Depuis déjà 6 mois, des représentants des associations « patriotiques » font pression sur le ministère de l’Information et le Comité populaire de Hô-Chi-Minh-Ville pour obtenir la levée de cette limitation. Ils vont même plus loin et demandent que la presse des Vietnamiens d’outre-mer soit plus largement diffusée car, selon eux, les journaux d’information ont un rôle important dans la mesure où ils sont « à la fois la condition obligatoire au Renouveau et à la fois un instrument de mesure de son accomplissement28 ». Parallèlement à cette requête, les rédacteurs des revues « patriotiques » critiquent ouvertement le PCV et l’État.

  • 29 Voir à ce sujet, « Việt kiều ở các nước ủng hộ Phong trào đòi dân chủ của nhân dân Trung Quốc », [L (...)
  • 30 Trần Độ (1923-2002) avait publié plusieurs textes en faveur d’une réforme démocratique du Parti et (...)
  • 31 Voir notamment à ce sujet, Phong (1989 : 45) et Nguyễn Hạnh (1990 : 63).

17Longtemps sous la coupe de Hanoï, la revue Đoàn Kết ne fait plus dans la demi-mesure et publie des articles pour le moins corrosifs. À l’instar des autres revues « patriotes », elle affiche ouvertement son soutien aux manifestants chinois alors victimes de la répression29. Un article paru dans le numéro de juin-juillet 1989, intitulé « De Tien An Men à la place Ba Đình » (Phong 1989a : 55), se demande si le PCV n’est pas en train d’imiter son homologue chinois et de refréner les évolutions démocratiques prenant effet au Viêt Nam. Son auteur, Phong Quang, dénonce notamment la disparition des journaux Tổ Quốc (La patrie) et Độc Lập (L’indépendance), la révocation abusive de Nguyễn Ngọc rédacteur en chef de l’hebdomadaire littéraire Văn Nghệ (Arts et Lettres), les tentatives de mise au pas des journaux Tuổi Trẻ (La Jeunesse) et Sông Hương (Rivière des parfums) et enfin, la mise à l’écart du lieutenant général Trần Độ30, responsable de la Commission centrale des affaires culturelles et artistiques. La revue Đoàn Kết condamne également la campagne de désinformation de certains journaux du PCV qui minimisent les changements démocratiques qui ont lieu en Europe de l’Est31.

  • 32 Voir également à ce sujet les documents reproduits en annexe du mémoire de François Guillemot (1997 (...)

18Les autres journaux d’associations « patriotes » tel que Đất Mới (Terre Nouvelle), Người Việt (Le Vietnamien [Canada]), Diễn Đàn Mới (Nouvelle Tribune [Belgique]) et Ngày Mới (Nouveau Jour [Japon]) accentuent également leur pression sur le gouvernement vietnamien. Leurs rédacteurs désapprouvent sans ambages les excès du PCV qui garde le monopole du pouvoir et s’engage sur la voie du capitalisme en excluant toute forme de démocratisation. Au début de l’année 1990, les membres réformateurs des associations « patriotes » mènent une ultime action commune pour faire entendre leurs revendications dans les hautes sphères de la RSVN. Ils rédigent et diffusent une lettre de pétition connue sous le nom de Tâm Thư qui fait grand bruit au Viêt Nam et dans la communauté exilée32.

19Rendue publique le 22 janvier 1990, la missive comptabilise 650 signatures en juin 1990. Selon Đoàn Kết, elle aurait reçu un accueil plutôt favorable de la part de la « société civile » après avoir été diffusée dans les « forums démocratiques » de Hô-Chi-Minh-Ville, de Huê et de Hanoï et après qu’une émission, retransmise par la BBC en langue vietnamienne le 5 février 1990, y a fait référence à plusieurs reprises. Rédigée sur un ton modéré et conciliant, cette lettre de pétition exhorte néanmoins le pouvoir vietnamien à accomplir des changements radicaux et à accepter le pluralisme politique :

S’adressant aux dirigeants du pays « qui ont tant contribué à la cause de l’indépendance et de l’unité nationales », ils [les signataires] leur demandent de mettre en œuvre « une réforme rapide et fondamentale du système politique – parallèlement aux réformes économiques », réforme basée sur deux principes : séparation effective de l’appareil du Parti de toutes les institutions de l’État ; instauration d’une démocratie pluraliste. (Trần 1990a : 31-32.)

20Sans surprise, la lettre de pétition, de par son contenu et son impact, déplaît fortement au PCV qui considère cette démarche comme un affront. Sous pression, il tolère de moins en moins les critiques et redoute les accointances entre la dissidence de l’intérieur et celle de l’extérieur.

  • 33 Né en 1927 à Hanoï, Bùi Tín est membre du Parti depuis mars 1946 et s'engage dans l'Armée populaire (...)
  • 34 Originaire du nord du Viêt Nam, Hoàng Minh Chính (1922-2008) joue un rôle important au sein du Part (...)
  • 35 La revue Đoàn Kết prend l’initiative de publier et de diffuser une pétition intitulée « Liberté pou (...)

21Par exemple, la revue Đoàn Kết ouvre ses colonnes au général Bùi Tín qui, après s’être exilé en France en septembre 1990, propose une réforme en profondeur du PCV dans un document intitulé « La pétition d’un citoyen » (P. Q. 1990 : 40-41). La scission de cette personnalité qui fut très proche du pouvoir vietnamien fait sensation et porte une nouvelle atteinte à la crédibilité du régime33. Au début de l’année 1991, la revue fait aussi écho des états d’âme de Hoàng Minh Chính34, qui par le passé avait déjà critiqué la toute-puissance du Parti des travailleurs du Viêt Nam, et de Nguyễn Khắc Viện qui a adressé une lettre pétition au président du Conseil d’État, Nguyễn Hữu Thọ, dans laquelle il somme la classe dirigeante vietnamienne d’effectuer des changements (Kiên 1991 : 34-35). Enfin, Đoàn Kết se mobilise pour demander la libération de la poétesse et écrivaine Dương Thu Hương emprisonnée en avril 1991 pour avoir fustigé le PCV et réclamé une société plus juste35.

22La dissidence des associations « patriotes » agit donc en écho et en lien avec la dissidence intérieure. Au cours des mêmes années, elle entame aussi un rapprochement avec un autre mouvement de contestation qui prend racine dans l’immigration vietnamienne. Ce mouvement est porté par la revue Thông Luận défendant notamment l’idée que les Vietnamiens de l’étranger doivent être la tête de pont du renouveau démocratique qui se fait jour au Viêt Nam.

Émergence et influence d’un anticommunisme modéré

  • 36 Sur ces affaires de meurtres encore non élucidées voir le documentaire controversé réalisé par A.C. (...)
  • 37 Créée en 1955, à la suite de la division du Viêt Nam, la République du Viêt Nam est située au sud d (...)

23Bien que contraints de s’exiler aux États-Unis et dans quelques autres pays occidentaux, les anciens dignitaires du régime de Saigon refusent d’admettre leur défaite. Parmi eux, des ministres et des généraux se réorganisent dans un gouvernement de jure et s’érigent comme les uniques opposants au PCV. Leur priorité absolue étant la reconquête militaire du Sud Viêt Nam, ils jugent comme une hérésie toute tentative de dialogue avec l’ennemi. Les anticommunistes modérés de la communauté vietnamienne des États-Unis sont donc condamnés au silence et parfois la cible d’attentats perpétrés par des nébuleuses extrémistes36. Malgré tout, la fin des années 1980 correspond au déclin de l’opposition revancharde, irraisonnée et violente des anciens représentants de la République du Viêt Nam37.

  • 38 Hoàng Cơ Minh était vice-amiral au sein des Forces maritimes spéciales de la République du Viêt Nam (...)

24En décembre 1987, les commandos du général Hoàng Cơ Minh38 qui ont pris le maquis dans la jungle laotienne sont facilement mis hors d’état de nuire par l’Armée populaire. Cet échec et la perspective de plus en plus plausible d’un réchauffement entre Hanoï et Washington rendent caduc tout espoir de renverser par les armes le pouvoir en place au Viêt Nam. Les défenseurs de cette stratégie sont d’autant plus discrédités que le mouvement dans lequel ils s’activent, le Front national unifié pour la libération du Viêt Nam, est traversé par un scandale financier.

25L’affaiblissement des anticommunistes radicaux coïncide avec l’émergence d’un courant plus modéré. Les évolutions politiques se faisant sentir dans le monde communiste et la liberté de parole prenant lieu et place dans certains journaux du Viêt Nam et dans ceux des associations « patriotiques » de l’étranger offrent un terreau favorable à son épanouissement.

  • 39 C’est ainsi que se définit cette revue en couverture : « Nguyệt San Thông Tin Nghị Luận ». Elle est (...)
  • 40 En 1998, l’association prend ses quartiers dans l’Essonne et déménage en Seine et Marne au début de (...)

26Le « mensuel d’information et de débat d’idées39 », Thông Luận, incarne particulièrement bien cette tendance. Cette revue, dont le premier numéro paraît en janvier 1988, diffuse des thèses qui ne tardent pas à influencer les délibérations politiques animant la communauté vietnamienne de l’étranger. Publiée par l’Association Vietnam Fraternité40, dont le siège se situe en région parisienne, elle ouvre ses colonnes à différentes opinions tout en privilégiant une approche intellectuelle constructive et dénuée de toute propagande.

  • 41 Fondée en 1964, cette association est anticommuniste et soutient la République du Viêt Nam.
  • 42 Tôn Thất Thiện (1924-2014) est l’auteur de nombreux écrits et traductions publiés en vietnamien, en (...)

27Les instigateurs de Thông Luận sont décrits par Georges Boudarel comme « des hommes dans la force de l’âge, solidement installés dans des fonctions techniques, commerciales ou professorales en France surtout, mais aussi un peu partout en Occident  » (Boudarel 1996 : 341). Les collaborateurs les plus en vue du mensuel sont notamment Nguyễn Gia Kiểng, l’ancien président de l’Association générale des étudiants vietnamiens à Paris41 (AGEVP), le juriste Trần Thanh Hiệp qui fut un temps le président du Pen Club vietnamien d’outre-mer, et Tôn Thất Thiện42, professeur de linguistique à l’université de Trois Rivières (Québec) et ancien ministre de l’Information du gouvernement sud-vietnamien.

  • 43 Voir à ce sujet Tôn (1989 : 3-6) et Nguyễn Anh Tuấn (1989 : 4-5).
  • 44 Lê Khắc Thanh, « Une authentique réforme du système politique est indispensable», Quân Đội Nhân dân(...)

28Les rédacteurs de Thông Luận considèrent que le Viêt Nam s’est engagé dans une impasse et proposent diverses solutions pour l’aider à en sortir. Ils s’inspirent pour cela des évolutions démocratiques qui ont lieu dans les régimes communistes d’Europe de l’Est43. La plupart reconnaissent que depuis le VIe Congrès, un changement s’est produit au Viêt Nam. Néanmoins, à l’exemple de Nguyễn Gia Kiểng, ils proposent également au PCV de déposer le pouvoir et de le remettre aux citoyens de l’intérieur et de l’étranger (Boudarel 1996 : 344). L’idée d’une démission des dirigeants communistes, aussi optimiste soit-elle, n’est pas exclusive au groupe Thông Luận. Un article de la revue des Việt Kiều « patriotes » du Canada (Đất Việt, février-mars 1988) l’évoque également. Au début de l’année 1989, cette éventualité apparaît de manière plus surprenante dans les colonnes du journal de l’armée populaire vietnamienne où l’un de ses rédacteurs propose que « l’ensemble des décisions revienne aux députés et aux organes gouvernementaux44 ». Cependant, la dissolution du PCV n’est en soi qu’une étape et ses détracteurs ont l’obligation de proposer un programme concret pour combler cette éventuelle vacance du pouvoir.

29La réflexion menée par les collaborateurs de la revue Thông Luận aboutit à une ligne stratégique s’articulant autour de deux mots d’ordre : « réconciliation-coopération » (hòa giải, hòa hợp). Ce processus est, à leurs yeux, primordial pour surmonter les crises et les divisions qui font souffrir le Viêt Nam depuis tant d’années. Du fait de leur sectarisme respectif, les frères ennemis d’hier et d’aujourd’hui, c’est-à-dire les communistes et les anciens membres du régime de Saigon, sont considérés comme incapables de mener à bien ce projet. Il revient donc au peuple la responsabilité et l’initiative de concevoir la réconciliation nationale. Dans un essai sur « la démocratie pluraliste » (janvier 1990), Trần Thanh Hiệp propose un plan d’action en trois temps qui est résumé et exposé dans les termes suivants par Georges Boudarel :

Une réelle délibération doit d’abord avoir lieu entre les Vietnamiens d’outre-mer. Il sera ensuite possible de voir apparaître dans le pays même une organisation indépendante du pouvoir. Ces prémisses réalisées, il serait envisagé dans un troisième temps une négociation avec les autorités pour marcher vers une solution pacifique dont l’évolution des événements en Pologne, en République démocratique allemande, en Tchécoslovaquie et en Hongrie offre un modèle. (Boudarel 1996 : 347.)

30Trần Thanh Hiệp considère donc la communauté de l’étranger comme un acteur incontournable, voire moteur, de la réconciliation nationale. La possibilité d’une entente cordiale entre les forces politiques qui la composent est loin d’être impossible. Actualisé et relayé par le mensuel Thông Luận, le leitmotiv « réconciliation-coopération » fait de nombreux émules. En décembre 1989, l’UGVF (du moins sa faction dissidente) considère que les événements en cours en Europe de l’Est sont une chance pour la démocratisation du Viêt Nam et « appelle à un dialogue au sein de la communauté vietnamienne dans un esprit “de réconciliation et de concorde nationales authentiques” » (Trần 1990b : 62). Deux mois plus tard, un article de la revue de cette association fait part de l’effervescence et de la solidarité qui gagnent les mouvances militantes de la communauté :

[…] une série de rencontres ont eu lieu entre des représentants de l’UGVF ou de notre journal avec des personnalités ou des groupes de diverses opinions. Pour ne citer qu’un exemple de notoriété publique : celle du 6 janvier avec l’équipe du journal Thông Luận. Dans le même temps, on assiste à ce qu’on aurait pu appeler, si l’expression n’était de sinistre mémoire, une campagne des Cent fleurs. Toutes proportions gardées : nous en décomptons dix, et en fait de fleurs, il s’agit de déclaration, appel, manifeste, ou lettre en faveur de la démocratie et du pluralisme au Vietnam. (Ibid.)

  • 45 La frange réformatrice de l’UGVF étant en étroite collaboration avec des dissidents « patriotes » d (...)

31Ainsi, les idées de la revue Thông Luận ont fait leur chemin dans les rangs des membres réformateurs des associations « patriotes45 ». Les diverses suppliques adressées aux autorités vietnamiennes sont aussi un signe probant du début d’unité s’effectuant au nom du pluralisme et de la démocratie. Certaines d’entre elles sont conjointement signées par des « patriotes » réformateurs (des membres de l’UGVF), par des Trotskistes (des rédacteurs du journal Chroniques vietnamiennes) et par des anticommunistes modérés (des rédacteurs de la revue Thông Luận et de la revue Đường Mới). Aligné sur le plan d’action de Trần Thanh Hiệp, Trần Minh, l’auteur de l’article cité ci-dessus, considère que la collusion des courants politiques des Vietnamiens de l’étranger est une première étape nécessaire pour atteindre la réalisation de la réconciliation nationale. L’influence du groupe Thông Luận est donc une nouvelle fois avérée.

[…] en tout état de cause, cette convergence des exigences de démocratie constitue un terrain favorable au dialogue qui s’engage dans la diaspora, prélude nécessaire à la réconciliation. Terrain favorable certes, mais pas de tout repos, car chacun doit apprendre à tolérer, puis à respecter le point de vue de l’autre, quitte à devoir combattre les intégristes et autres ayatollahs de son propre camp. (Trần 1990b : 6.)

32Comme le laisse entendre cette citation, les prémices de fraternisation qui se sont manifestées dans la communauté ne peuvent faire oublier les profondes divergences politiques qui la traversent. Le projet de concorde nationale est en effet rejeté en bloc par les pro-gouvernementaux des associations « patriotes » et par les anticommunistes radicaux.

33Néanmoins, la rumeur de plus en plus probante de l’effondrement généralisé du communisme fait un peu évoluer cette situation. Certaines figures de l’ancien régime de Saigon, tels que Nguyễn Cao Kỳ et Trần Văn Đôn, reconsidèrent ouvertement leur méthode d’action et se placent, dans une certaine mesure, dans la perspective d’une réconciliation nationale. Mais contrairement à ce qui s’est passé en Hongrie, en Pologne, en RFA et en Tchécoslovaquie, les communistes vietnamiens ne vont pas se laisser submerger par la dissidence et vont réussir à se maintenir au pouvoir. La réconciliation telle que l’envisageaient le groupe Thông Luận et ses adeptes devient impossible.

La République Socialiste du Viêt Nam à la croisée des chemins

  • 46 Cuba et la Corée du Nord forment le binôme des « dogmatiques ».
  • 47 Nous ne citons pas ici le facteur géographique. Il est évident que l’éloignement du Viêt Nam de l’U (...)

34Dans un article publié en 2001, Wu Yu-Shan expose les raisons pour lesquelles les régimes communistes de Cuba, de Corée du Nord, de Chine et du Viêt Nam ont résisté, contrairement à leurs homologues est-européens, au séisme qui a secoué le monde communiste de 1989 à 1991 (Wu 2001). Selon lui, le PCV, constituant avec le Parti communiste chinois le binôme des « pragmatiques46 », s’est maintenu au pouvoir au moyen de trois facteurs déterminants47.

35Le premier réside dans le fait que le Viêt Nam n’a jamais été un pays satellite de l’URSS. Il possède son indépendance militaire et sa force de coercition n’est pas tributaire de Moscou. Le second facteur tient dans la domination des dirigeants réformateurs au sein du parti et donc, de la faiblesse du courant conservateur. La marge de manœuvre dégagée par les réformateurs leur permet d’assurer le troisième facteur essentiel à la survie du PCV qui est la prise de mesures économiques ambitieuses. L’embellie des conditions de vie de la population permet alors de mettre ses dirigeants à l’abri d’une vindicte populaire de grande ampleur.

36Après avoir mis fin au processus de démocratisation qu’il avait engagé, le PCV réussit en effet le tour de force de fonder sa légitimité uniquement sur la promesse d’une stabilité économique et politique. Cette rectification intervient rapidement et peut se situer au milieu de l’année 1988. Il n’empêche que le PCV a connu de sérieux remous et dû se résoudre à dialoguer un moment avec les dissidences émanant de la communauté vietnamienne de l’étranger. Néanmoins, il ne fut jamais question d’un compromis et il semble que ce dialogue fut avant tout le moyen de temporiser et d’attendre que la tempête s’estompe.

La recherche d’un compromis démocratique avec les associations « patriotiques » ?

  • 48 Crée en 1959, le Comité central des Việt Kiều (CCVK) est en charge des questions relatives aux Viet (...)

37Le mouvement de contestation qui se manifeste au sein des associations « patriotiques » ne fait pas l’unanimité auprès de tous leurs membres. La fronde des réformateurs se fait aux dépens de militants qui cautionnent la politique du PCV. D’abord silencieux face à l’insubordination de leurs camarades, ils contre-attaquent et affirment haut et fort leur allégeance au gouvernement vietnamien. La plupart des associations entrent alors dans une période de crise (1989-1991) qui voit s’opposer frontalement « rénovateurs » et « conservateurs ». Dans les premiers moments, le PCV, par l’intermédiaire du Comité central des Việt Kiều (CCVK)48, tente de maintenir dans l’unité les associations « patriotiques » dont certaines sont au bord de la scission. En favorisant le pluralisme politique, il réussit à prolonger la cohabitation des membres pour quelque temps. Les cas des associations du Canada, de Belgique et de France sont les plus connus et mettent en évidence la stratégie d’apaisement mise en place par Hanoï.

38Au sein de l’Union des Vietnamiens du Canada, la cohabitation est de plus en plus difficile entre les membres du comité de rédaction de la revue Đất Việt et ceux du Comité permanent de l’association. En dépit de l’arbitrage du CCVK, la situation se dégrade sensiblement au moment de l’affaire dite « Truong Tam ». Dans la tribune libre de la revue Đất Việt, ce journaliste adresse une critique cinglante au PCV dans laquelle il somme celui-ci de se « dissoudre de lui-même » et de remettre le pouvoir à l’État. À la suite de cette requête, pour le moins audacieuse, Truong Tam s’attire les foudres des pro-gouvernementaux qui déclenchent une campagne de déni à son encontre et vont jusqu’à le qualifier de « contre-révolutionnaire de l’intérieur » (Hoang 1989 : 24). Le directeur du comité de rédaction de Đất Việt est exclu ainsi que sept de ses collaborateurs. Cette décision du Comité permanent entraîne une protestation d’une partie des adhérents qui en appellent à la liberté d’expression. Au bord de la scission, l’association trouve un accord de dernière minute qui fut sans doute proposé par les autorités vietnamiennes :

Ce compromis a été ratifié par le 14e Congrès de l’Union convoqué spécialement le 24 juin 1989. Pluralisme oblige ! Gageons que le gouvernement de Hanoï n’est pas étranger à ce virement ! Si cela se confirme, cela veut dire qu’il était obligé d’avaliser un état de fait pour conserver son influence sur les deux parties. (Ibid.)

39Si l’intervention de CCVK n’est pas confirmée à cent pour cent, elle reste néanmoins très plausible. Surpris par la tournure des événements, le PCV cherche à temporiser quitte à accorder plus d’autonomie aux associations. Ainsi, les Vietnamiens « patriotes » du Canada ont désormais la possibilité d’intégrer une nouvelle union admettant en son sein des associations diverses, sans prendre en compte leurs idées ni ou leurs tendances politiques.

40Une solution similaire est également mise en œuvre en Belgique où les Việt Kiều « patriotes » sont en proie à de profondes divisions politiques. De la sorte, l’Union unifiée des Vietnamiens en Belgique est dissoute afin d’éviter une scission et remplacée par une nouvelle structure, l’Union des Vietnamiens en Belgique. Cette initiative appartient au leader de la tendance pro-gouvernementale, Do Tien Si, qui occupe toujours le poste de président à la suite de la transformation de l’association (ibid.). Les membres réformateurs ne sont pas pour autant exclus et se regroupent au sein du Comité de coordination des Vietnamiens de Belgique qui est affilié à l’Union des Vietnamiens en Belgique. Ils continuent néanmoins de critiquer le pouvoir vietnamien à travers une nouvelle revue, Diễn Đàn Mới (Nouvelle Tribune).

41Au sein de l’Union générale des Vietnamiens de France, la guerre entre conservateurs et rénovateurs, dont les premières batailles avaient eu lieu en 1986, monte en intensité. Le mode de fonctionnement de la revue Đoàn Kết, organe d’information de l’Union, fait l’objet d’un désaccord entre les deux camps. La virulence des propos tenus par certains de ses rédacteurs crispe la tendance pro-gouvernementale de l’Union et irrite les dirigeants vietnamiens. Le mode de fonctionnement pluraliste du Đoàn Kết n’est donc pas du goût de tout le monde et ne peut perdurer plus longtemps. Un article paru dans cette revue en avril 1990 fait part de ce constat :

  • 49 À nos lecteurs, « Đoàn Kết change de statut », Đoàn Kết, avril 1990, p. 46.

Pourquoi le cacher : le renouveau du journal, commencé depuis l’automne de 1986 et entériné par le Ve Congrès de l’UGVF (1988), ne va pas sans tension ni pression. D’une part, certains de nos militants « ne se reconnaissent plus » dans le journal dans la mesure même où, non habitués au débat transparent, ils refusent de s’y exprimer. D’autre part, l’absence de débat contradictoire – ou du moins sa rareté — rend d’autant plus nerveuses certaines autorités vietnamiennes pour qui le pluralisme rime avec impérialisme, ce qui n’est pas pour améliorer les relations normales entre le Vietnam et la communauté vietnamienne à l’étranger49.

  • 50 L’union se réserve toutefois le droit de publier une lettre d’information quand cela est nécessaire

42Pour mettre fin à cette situation, le Bureau permanent de l’UGVF et la rédaction du journal se sont mis d’accord sur la nécessité de changer le statut du Đoàn Kết. À la suite de cette décision, le journal, tout en restant au sein de l’Union, n’est plus son organe d’information officielle50 et devient indépendant. Ce compromis permet aux réformateurs, qui gardent la mainmise sur la revue, de conserver leur liberté d’expression. Il convient aussi aux conservateurs qui se désolidarisent ouvertement des frondeurs. Les autorités vietnamiennes qui ont, soit participé directement aux négociations, soit participé par l’intermédiaire des membres qui lui sont fidèles, réussissent quant à elles à maintenir une nouvelle fois une unité de façade dans une association « patriotique ». Par ailleurs, les dirigeants de la RSVN, ceux qui selon la citation ci-dessus considèrent que « le pluralisme rime avec impérialisme », sont probablement satisfaits que le journal Đoàn Kết ne représente plus officiellement le point de vue de l’UGVF, l’association « patriotique » la plus proche du pouvoir vietnamien.

43On peut imaginer qu’une minorité de membres du PCV a considéré avec bienveillance le mouvement de dissidence du Mouvement des Việt Kiều « patriotes ». Cette éventuelle accointance s’est peut-être manifestée à la suite du Ve Congrès de l’Union des Vietnamiens de RFA qui s’est déroulé en mai 1988. Contrairement à ses homologues du Canada, de France et de Belgique, cette association n’est pas traversée par de profondes divergences idéologiques. Tous ses membres semblent avoir souscrit à un renouveau démocratique plus ou moins radical. C’est probablement pour cette raison que son congrès a occasionné la venue de nombreux observateurs. Outre des représentants du CCVK, on compte parmi eux des diplomates vietnamiens détachés en France et en Allemagne de l’Ouest. Selon la revue Chroniques vietnamiennes, leurs comptes rendus laissent apparaître deux versions totalement contradictoires.

Le Ve Congrès de l’Union en mai 1988, à Francfort a été l’occasion d’une polémique interminable. Selon le secrétaire d’ambassade à Paris, Huynh Van Trinh, soutenu par deux membres du comité central des Viêt Kieu à Hanoï, Nguyen Ngoc Trân et Nguyen Ngoc Ha, ce congrès fut un congrès « anti-parti », et « anti-socialiste ». Mais dans son rapport sur ce congrès, Cu Dinh Ba, secrétaire d’ambassade en RFA disait le contraire : ce fut un congrès bien dans la « ligne » du renouveau du parti. Cet avis est partagé par Hoang Bich Son et Tran Van Lap, deux autres membres de ce même comité central des Viêt Kiêu à Hanoï. (Hoang 1989 : 26.)

44Il serait un peu hâtif d’inscrire cette dissonance dans le rapport de force s’exerçant entre les conservateurs et les réformateurs du PCV. Il est en effet délicat de connaître les positions politiques de chacune de ces personnes. Cependant, cette possibilité n’est pas dénuée de sens à la connaissance des dissensions alors de mise dans la classe politique vietnamienne. Quoi qu’il en soit, les membres de l’Union des Vietnamiens de RFA sont surveillés de près par les autorités vietnamiennes qui considèrent certains d’entre eux comme peu fiables.

45La crise des associations « patriotes » a donc occasionné une certaine ingérence de la part des autorités vietnamiennes qui ont cherché à maintenir dans l’unité leurs membres « conservateurs » et « réformateurs » quitte à laisser place au pluralisme politique. Soucieuse de la tournure que prenaient les événements, elles ont privilégié le dialogue et l’apaisement. Mais ces accommodements n’étaient que temporaires et la cohérence politique au sein des associations était très loin d’être acquise.

Vers la victoire d’un conservatisme pragmatique

  • 51 Notons que cet article ne relate pas la rencontre ayant eu lieu à l’ambassade du Viêt Nam à Paris e (...)

46Surpris par le mouvement démocratique secouant le monde communiste, le PCV n’a eu d’autre choix que de jouer la carte de l’apaisement. Il a même été un moment ouvert au dialogue avec les dissidents de l’intérieur et de l’extérieur51. Néanmoins, ses membres conservateurs n’ont jamais été prêts à accepter des compromis d’ordre démocratique et ont œuvré pour reprendre le contrôle de la situation. En prônant la stabilité politique et le pragmatisme économique, ce courant réussit à réaffirmer l’autorité du parti et à endiguer la paupérisation qui touchait la population vietnamienne. Cette conservation du pouvoir a nécessité l’arrêt du renouveau démocratique en marche et une « purge » politique dans les rangs des réformateurs. Selon Phong Quang, rédacteur de la revue Đoàn Kết, ce tournant s’amorce au début de l’année 1990.

Sur le plan politique, l’atmosphère, déjà pesante en mars avec l’exclusion de M. Trần Xuân Bách par le 8e plenum du Comité central du Parti communiste, est devenue depuis fin avril plus que tendue, avec des arrestations et mises en résidence surveillée dont le nombre précis demeure un secret d’État. Certes, on est loin du chiffre de 6 000 arrestations politiques annoncé par une officine parisienne (1), mais la qualité même de la dizaine de personnes visées (2) n’en est pas moins révélatrice et inquiétante […]. (Phong 1990 : 42.)

  • 52 Selon Pierre Brocheux, Trần Xuân Bách fut exclu du Comité central du PCV car « il avait prôné l'ins (...)

47Outre l’exclusion de M. Trần Xuân Bách, dont l’influence et les opinions dérangeaient52, trois membres du parti sont tout bonnement arrêtés pour leur militantisme en faveur d’une réforme politique. Il s’agit de Tạ Bá Tòng, vice-président du Club des vétérans de la résistance, de Hồ Hiếu et Đỗ Trung Hiếu, tous deux membres actifs du Club des anciens résistants situé au sud du pays. Le PCV durcit également le ton vis-à-vis des membres frondeurs des associations « patriotes » qui ont défié les dirigeants vietnamiens en mettant en circulation une lettre de pétition, la Tâm Thư. Des responsables du CCVK auraient tenu des propos menaçants à l’encontre de certains de ses signataires et la lettre aurait été qualifiée fin janvier « d’acte contre le Parti et l’État » par un fonctionnaire de l’ambassade vietnamienne en France (Trần 1990b : 62).

  • 53 Voir à ce sujet Nguyễn Hoàng Luân (1990 : 35). La revue Diễn Đàn Người Việt est publiée par l’Assoc (...)

48Toujours selon la revue Đoàn Kết, certains dirigeants, à l’exemple marquant du Premier ministre Đỗ Mười, semblaient enclins à dialoguer avec les auteurs de la Tâm Thư. Mais les autorités vietnamiennes sont finalement « très vite passées aux anathèmes et mesures administratives […] » (Trần 1990a : 31). La presse nationale a l’interdiction formelle de faire état de cette lettre. Les ambassades du Viêt Nam à l’étranger et le ministère de l’Intérieur ont par ailleurs établi une liste noire des Vietnamiens de l’étranger qui se sont engagés dans la dissidence53. Les personnes qui y figurent sont interdites de séjour sur le sol vietnamien. À la mi-mai 1990, les signataires de la Tâm Thư sont officiellement considérés comme des ennemis du pouvoir vietnamien.

Quant aux membres du Parti, un bulletin interne édité par la Commission centrale de la culture et de l’idéologie leur livre l’identité de deux signataires du « Tâm thư », cités au même titre que… Nguyễn Văn Thiệu, dans un « complot international visant à renverser l’État socialiste ». Selon un responsable de la Commission Việt Kiều, nous n’avons pas encore de preuve formelle que X ait reçu des ordres de la CIA… mais il est évident que… ». Comment expliquer cette disproportion entre l’objet du « délit » et cette réaction délirante ? (Trần 1990a : 32.)

  • 54 « Entretien avec Bùi Tín », Đoàn Kết, décembre 1990, p. 36-39 (propos recueillis en décembre 1990 p (...)

49La revue Đoàn Kết estime que le PCV est retombé dans ses travers idéologiques en condamnant de façon démesurée le mouvement de contestation qui s’est cristallisé autour de la Tâm Thư. L’association faite entre cette dissidence et un complot international fomenté par les Américains semble en effet peu probable. Bùi Tin considère lui aussi que le PCV a fait preuve d’outrance idéologique lors de cette période. Il évoque un climat de panique qui aurait conduit les dirigeants vietnamiens à de graves erreurs de jugement. Toujours selon ce dissident, ils auraient cru bon de redoubler de vigilance vis-à-vis des « forces réactionnaires et impérialistes » et de défendre le marxisme-léninisme à tout prix54. Mais Bùi Tin, tout en déplorant et en condamnant la réaction de Hanoï, pense que le contenu de la Tâm Thư est sur certains points inappropriés.

  • 55 Bùi Tin est en effet l’auteur d’une pétition plus modérée que la Tâm thư. Voir à ce sujet, P.Q. (19 (...)
  • 56 « Entretien avec Bùi Tín », Đoàn Kết, décembre 1990, p. 38 (propos recueillis en décembre 1990 par (...)

[…] mon texte55 aborde les problèmes fondamentaux et stratégiques alors que la lettre « Tâm thư » met en avant la démocratie et le pluralisme. Le ton de la lettre est parfois un peu dur, ce qui fait qu’elle n’a pas été persuasive pour certains. Cela dit, une initiative aussi constructive de la part des Việt Kiều mérite un accueil gracieux de la part des dirigeants qui pourraient par ailleurs relever avec franchise et courtoisie les points de désaccord. Une telle réaction aurait été civilisée, et partant, de bonne politique. Au lieu de cela, on a adopté une attitude honteuse : rejeter la lettre en la taxant de « réactionnaire »56.

50La lettre de pétition, réclamant une réforme en profondeur du système politique et l’instauration d’une démocratie pluraliste, avait peu de chance de recueillir le consentement des dirigeants vietnamiens. Ceux-ci ne pouvaient négocier avec des interlocuteurs remettant en question l’existence même du PCV. L’économiste et historien Đặng Phong considère lui aussi que la réaction du Parti et de l’État face aux exigences des signataires de la Tâm Thư était prévisible.

Des personnes très connues et jouissant de prestige à l’étranger dans le mouvement Việt Kiều ont signé cette lettre qui critique le Parti et réclame une ouverture démocratique. Comment a réagi le CCVK, que leur a-t-il dit ? Évidemment le Parti et l’État n’ont pas pu tolérer cet acte qu’ils ont qualifié d’acte de traîtrise. À partir de là, le fossé s’est encore creusé. Le CCVK s’est alors concentré à racoler et à attirer la deuxième sorte de Việt Kiều et s’est donc tourné vers les personnes qui étaient encore fidèles au régime. (Đặng 2000 : 36.)

51Les autorités vietnamiennes abandonnent donc toute idée de négociation avec les membres frondeurs des associations « patriotes » qui sont désormais considérés comme des traîtres. Elles vont en revanche s’appuyer sur les adhérents qui ont encore confiance dans le PCV et sa ligne politique. L’enjeu est de procéder à un tri dans ces associations et d’en reprendre le contrôle. Cette manœuvre a notamment lieu au sein de l’UGVF.

52En mai 1990, en réaction à la Tâm Thư et à l’occasion du centenaire de Hồ Chí Minh, les conservateurs du Bureau permanent de l’UGVF prennent l’initiative d’adresser un communiqué au gouvernement vietnamien sans consulter les autres militants. Dans cette déclaration politique, largement reprise par les médias vietnamiens, les signataires affirment que l’UGVF a une totale confiance dans les autorités vietnamiennes et qu’elle les soutient dans « leur action pour promouvoir le renouveau intégral (politique, économique, social) dans la stabilité politique ». Cette position, loin de refléter l’avis général de l’association, engendre la colère des réformateurs qui adressent une lettre ouverte au Bureau permanent pour désapprouver le contenu de sa déclaration. Mais le courant pro-gouvernemental réussit malgré tout à imposer son point de vue au sein de l’UGVF et à marginaliser les membres qui remettent en question l’existence du PCV.

53Le déclin des frondeurs se confirme au printemps 1991, lorsqu’ils sont dans l’obligation de restituer la revue Đoàn Kết. L’indépendance du journal n’aura duré qu’une année avant qu’il ne redevienne l’organe officiel de l’Union. Outre les problèmes financiers, un article, intitulé « Chronique d’une mort annoncée » et paru dans le dernier numéro « indépendant » de Đoàn Kết (mai 1991), avance des pressions politiques pour expliquer la fin de l’aventure indépendante du journal :

C’est donc dans des conditions financières difficiles que le Đoàn Kết a dû affronter les attaques politiques que l’on sait ; au Vietnam, interdiction du journal et multiplication des déclarations semi-officielles jugeant son existence « intolérable » ; en France, campagne de désabonnement menée plus ou moins discrètement par quelques officiels, et relayée par quelques ayatollahs dans l’Union même, surtout auprès de la vieille génération ; enfin, dernièrement, offensive de ces mêmes ayatollahs pour « reprendre le titre ». Cette tendance dure au sein de l’Union, même si elle s’agite beaucoup, est-elle vraiment majoritaire ? On ne le saura jamais, puisque l’affaire ne sera pas portée devant le congrès. (N.Q. 1991 : 35.)

  • 57 Ceux-ci fondent un journal indépendant, le Diễn Đàn, pour continuer leur combat.
  • 58 En 2000, Đặng Phong écrit que le Mouvement n’a pas encore réussi à se reconstruire et à retrouver l (...)

54Soutenue par Hanoï, la tendance pro-gouvernementale réussit donc à écarter les réformateurs qui se retirent de l’UGVF57. Le journal Đoàn Kết s’aligne, comme par le passé, sur les positions politiques de la RSVN à qui l’UGVF fait à nouveau pleinement allégeance. La même tactique est appliquée aux autres associations où des membres étaient en opposition avec le PCV. En favorisant leurs membres conservateurs et au prix d’une forte baisse de leurs effectifs, Hanoï garde les associations « patriotiques » dans sa sphère d’influence et met un terme à la contestation politique qui avait germé dans leurs rangs. Néanmoins, l’éviction des opposants à la politique du PCV a grandement affaibli le Mouvement des Việt Kiều « patriotes »58. La RSVN réussit donc à ramener peu à peu le calme dans la communauté vietnamienne de l’étranger et au Viêt Nam où la répression de l’opposition se poursuit.

55Le VIIe Congrès du PCV, qui se déroule du 24 au 27 juin 1991, assoit la primauté des conservateurs dont la stratégie fait désormais l’unanimité. La stabilité politique et le développement socio-économique sont définis comme étant les objectifs prioritaires du PCV dont la ligne idéologique se base désormais sur le marxisme-léninisme et la pensée de Hồ Chí Minh.

56Ce Congrès est aussi l’occasion d’un renouvellement de la direction du parti. Premier ministre depuis 1988, Đỗ Mười devient secrétaire général à la place de Nguyễn Văn Linh. Après que le Viêt Nam est sorti de la torpeur politique qu’il avait traversé pendant environ quatre années, le nouvel homme fort du PCV réitère la politique d’ouverture envers la communauté exilée. Lors d’une interview accordée à la revue Đoàn Kết, il annonce l’élaboration de nouvelles politiques et d’un nouveau cadre juridique concernant les Vietnamiens de l’étranger (H.D. 1991 : 24-25.)

Conclusion

57Après six ans de mise en œuvre, le Đổi Mới put atteindre ses objectifs et permettre une embellie économique remarquable. Les Việt Kiều font l’objet d’une politique d’attention se concrétisant par une augmentation des retours temporaires et par une hausse de leur participation économique. Cette politique n’a pas été perturbée outre mesure par le mouvement démocratique qui a pris effet dans l’immigration vietnamienne. Le PCV a évidemment été contraint de prendre des dispositions pour le contenir mais il a, malgré tout, maintenu le cap de l’ouverture. Il revient, pour ce faire, à un plus grand contrôle de la liberté d’expression et procède à la mise à l’écart des personnes désirant voir la censure disparaître. Il n’en demeure pas moins que cette menace a grandement inquiété le régime. Exclus de la vie politique de leur pays d’origine, les Vietnamiens de l’étranger ont porté un moment l’espoir et le projet de transformer le pouvoir en place.

58Stimulée par le déclin de l’utopie communiste, cette contestation est surtout le fait d’intellectuels exilés en Europe et en Amérique du Nord ayant pour objectif commun la démocratisation du système politique vietnamien. Leur unification autour de ce but s’est essentiellement manifestée à travers la publication d’articles, par l’organisation de colloques et par des rencontres informelles. La pression exercée par ce mouvement sur les autorités vietnamiennes a été effective mais ses chances d’aboutir étaient restreintes. Les différentes tendances le composant ne s’étaient que partiellement unifiées et la concrétisation de leur projet de « coopération et de réconciliation nationale » nécessitait un consensus politique allant bien au-delà du simple objectif d’instaurer un régime démocratique au Viêt Nam. De plus, le succès de cette opposition, basée sur une action pacifique, suggérait un ralliement de la majorité des membres du PCV. Or ceux-ci n’ont jamais envisagé cette éventualité et ont persisté contre vents et marées dans leurs réformes économiques.

59Au-delà de ses effets sur l’économie et des frictions politiques qui ont marqué le contexte dans lequel elle s’est appliquée, la politique du Đổi Mới est à l’origine de l’instauration d’un dialogue entre l’État et la société. Ce dialogue s’étend aussi à la communauté exilée mais n’a pas débouché sur un quelconque consensus. De la sorte, la plupart des Việt Kiều cultivent au début des années 1990 une hostilité plus ou moins forte vis-à-vis du régime vietnamien. La RSVN est néanmoins parvenue à maintenir dans sa sphère d’influence les associations « patriotiques » malgré une baisse de leurs effectifs.

  • 59 Depuis 2009, le Viêt Nam tolère la double nationalité et a donné la possibilité aux Vietnamiens de (...)

60Au milieu des années 1990, ces associations se sont vu attribuer de nouvelles fonctions. Elles œuvrent notamment à la préservation de la culture et de langue vietnamienne au sein des communautés. Elle joue également un rôle économique en servant d’intermédiaire entre les hommes d’affaires de la diaspora et le Viêt Nam. Les associations ont des contacts réguliers avec le CCVK et les représentations diplomatiques vietnamiennes. La remise de certificats de mérite (giấy khên) à une association tend encore à resserrer les liens. Cette récompense intervient à la suite d’une action de soutien au pouvoir vietnamien ou d’une action humanitaire à la faveur du peuple vietnamien. Cependant, les membres des associations « patriotiques » ont un rôle politique restreint. Si les Việt Kiều titulaires de la nationalité vietnamienne59 ont le droit de voter lors des élections depuis 2011, ils n’ont pas la possibilité, malgré le souhait de certains d’entre-eux, de briguer un mandat de député à l’Assemblée nationale.

  • 60 Bien que nous ne possédions pas de liste exhaustive, il est possible grâce à la presse nationale vi (...)

61Entre 1999 et 2011, douze60 nouvelles associations pro-gouvernementales ont été créées à l’étranger par l’intermédiaire des ambassades vietnamiennes. Quatre de ces associations se trouvent dans d’anciens pays communistes (Pologne, Russie, République Tchèque et ex-Allemagne de l’Est) qui avaient accueilli des Vietnamiens dans le cadre de programme de coopération et quatre autres dans des pays où le Viêt Nam a récemment exporté de la main-d’œuvre (Corée du Sud, Qatar, Angola et Taïwan). De nouvelles associations ont également vu le jour en Norvège, en Finlande, en Suède et en Suisse dont les communautés sont en partie composées d’immigrés politiques. En revanche, aucune ne se trouve aux États-Unis ni en Australie qui accueillent pourtant un nombre très important de Vietnamiens de l’étranger. Il faut dire qu’il persiste au sein de ces communautés une forte activité anticommuniste.

Haut de page

Bibliographie

BẢO AN, Yann & Benoît DE TRÉGLODÉ, 2009, « Đổi Mới et mutations du politique », in Viêt Nam contemporain, Benoît de Tréglodé & Stéphane Dovert, éd., Paris : Éditions Les Indes savantes : 123-124

BOUDAREL, Georges, 1996, « La diaspora vietnamienne et les perspectives de réconciliation nationale », Vietnam Review, 1 : 338-357.

BROCHEUX, Pierre, 2001, Histoire du Vietnam contemporain. La nation résiliente, Paris : Fayard.

BÙI, Tín, 1999, 1945-1999 Vietnam : la face cachée du régime, Paris : Éditions Kergour.

H.D., 1991, « Tân tổng bí thư Đỗ Mười : “Sẽ nghiên cứu ban hành một hệ thống chính sách, luật lệ đối với người Việt Nam ở nước ngoài” », [Le nouveau secrétaire Đỗ Mười : « Des recherches seront faites pour édicter des politiques et des règlements envers les Vietnamiens de l'étranger »], Đoàn Kết, novembre.

H.G., 1989, « Une rencontre controversée », Chroniques vietnamiennes, 6-7, juin-juillet.

HOANG, Giang, 1989, « Crise dans les organisations des “Việt Kiều patriotes” à l’étranger », Chroniques vietnamiennes, juin-juillet.

ĐẶNG, Phong, 2000, Việt Kiều và sự nhập cuộc với kinh tế Việt Nam [Les Việt Kiều et l’intégration économique du Viêt Nam], non publié.

ĐỖ, Hiền, 2009, « Les relations internationales du Viêt Nam depuis 1991. La décennie des grands changements au service d’une stratégie pour la sécurité et le développement », in Viêt Nam contemporain, Benoît de Tréglodé & Stéphane Dovert, éd. Paris : Éditions Les Indes savantes :180-181.

GUILLEMOT, François, 1997, Vietnam, la troisième résistance. Complots et résistance subversive contre la République Socialiste du Vietnam 1975-1995, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, université de Paris VII-Denis Diderot, LCAO, section vietnamienne, dir. Philippe Langlet et Nguyễn Thế Anh.

KIÊN, Van, 1991, « De la “pétition” de Bùi Tín à la “lettre” de Nguyễn Khắc Viện et à la “contribution” de Hoàng Minh Chính », Đoàn Kết, avril.

LECHERVY, Christian, 1997, « Les élites du Parti communiste vietnamien face à la Đổi Mới », Revue d’études comparatives Est-Ouest, 28, 3, en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/receo_0338-0599_1997_num_28_3_2870/, consulté le 24 juin 2016.

N.Q., 1991, « Chronique d'une mort annoncée », Đoàn Kết, mai.

NGUYỄN, Hạnh, 1990, « Dits et non-dits ou comment le PCV informe la population vietnamienne des changements en Europe de l'Est », Đoàn Kết, février-mars.

NGUYỄN, Hùng Cường & NGUYỄN Anh Tuấn, 1997, A Bibiography of Overseas Vietnamese Periodicals and Newspaper, 1975-1995, [Mục lục báo chí Việt Nam hải ngoại, 1975-1995], Southeast Asia Resource Action Center, Washington DC.

NGUYỄN, Anh Tuấn, 1989, « Perestroïka, une autre façon de voir », Thông Luận, septembre.

NGUYỄN, Hoàng Luân, 1990, « Tình hình rất đang lo ngại : Đảng cộng sản Việt Nam siết lại ? » [La situation est très préoccupante : Le Parti communiste vietnamien resserre la vis ?], Diễn Đàn Người Việt, 1.

P.Q., 1990, « La voix d’un citoyen », Đoàn Kết, novembre.

PHONG, Quang, 1989a, « De Tien An Men à la place Ba Đình », Đoàn Kết, juin-juillet.

PHONG, Quang, 1989b « Quand le Nhân Dân veut écraser le coup d’État contre-révolutionnaire » en Pologne », Đoàn Kết, octobre.

PHONG, Quang, 1990, « Les raisons du durcissement », Đoàn Kết, mai.

TÔN, Thất Thiện, 1989, « Cộng sản cổi mở và đổi mới : chúng ta hoa nên hoan hô hay đả đảo ?», [L'ouverture et le renouveau des partis communistes : doit-on s'en réjouir ou s'y opposer ?], Thông Luận, juillet-août.

TRẦN, Minh, 1990a, « La «“lettre” et l’esprit », Đoàn Kết, juin.

TRẦN, Minh, 1990b, « Les Vietnamiens de la diaspora réclament la démocratie et le pluralisme, Premier pas vers la réconciliation », Đoàn Kết, février/mars.

TRÉGLODÉ, Benoît de, éd., 2018, Histoire du Viêt Nam de la colonisation à nos jours, Paris : Éditions de la Sorbonne.

VIGNE, Christophe, 2012, Mobiliser les Vietnamiens de l’étranger. Enjeux, stratégie et effet d’un nationalisme transnational, Bangkok : Irasec.

WU, Yu-Shan, 2001, « Les voies du communisme », Raisons politiques, 3 : 19-36. En ligne URL : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2001-3-page-19.htm, consulté le 5 décembre 2016.

Haut de page

Annexe

Annexes

Tableau 1. Les associations « patriotiques » d’outre-mer

Titre Date de création Nombre de membres Revue publiée
Hội Người Việt Nam ở Pháp Union Générale des Vietnamiens de France 1969 2 000 membres à sa création Đoàn Kết (Union)
Hội Người Việt Nam tại Nhật Bản Association des Vietnamiens du Japon 1969 ? Ngày Mới (Jour nouveau)
Hội Đoàn Kết Việt Kiều tại Ca-na-da Association de solidarité des Việt Kiều du Canada 1970 ? Đất Việt, (Terre du Viêt Nam)Người Việt (Le Vietnamien)
Hội Liên Lạc Việt Kiều tại Mỹ Association de liaison des Việt Kiều aux États-Unis 1972 24 membres àsa création ?
Hội sinh viên và Việt Kiều yêu nước tại Bỉ Association des étudiants et des Việt Kiều patriotes en Belgique 1973 60 membresà sa création Diễn Đàn Mới (Nouveau Forum)Gặp Gỡ (Rencontre)
Hội Đoàn Kết Người Việt tại CHLB Đức Association de solidarité des Vietnamiens de RFA 1973 ? Đất Nước (Le Pays)Phù Sa (Alluvions)
Hội người Việt Nam tại Anh Angleterre Aux débuts des années 1970 (?) 200 membresà sa création Hướng Về Nguồn (Retour aux sources)
Hội Đoàn Kết người Việt Nam tại Úc Association de Solidarité des Vietnamiensd’Australie 1975 200 membres à sa création Đất Nước (Le Pays)
? Italie ? Tiến Tới (Avancer)
? Suisse ? Nước Việt (Le Pays Viêt)

Tableau 2. Les nouvelles associations « patriotiques » (1999-2011)

Nom et pays Année de création Nombre de membres du comité exécutif Nombre de Vietnamiens résidant dans ce pays
Association des Vietnamiens de Taïwan 2011 n.d. 200 000
Association des Vietnamiens du pays natal en Norvège 2011 n.d. 19 000
Association des Vietnamiens en Suisse 2010 n.d. 8 000
Association des Vietnamiens en Suède 2010 15 14 000
Association des Vietnamiens en Corée du Sud 2010 27 90 000
Bureau de liaison de la communauté vietnamienne au Qatar 2009 n.d. 1 600
Association des Vietnamiens Finlande 2007 22 7 000
Association des Vietnamiens en Allemagne 2006 n.d. 120 000
Association des Vietnamiens en Russie 2004 51 100 000
Association des Vietnamiens en Angola 2002 n.d. n.d.
Association des Vietnamiens en République tchèque 1999 57 60 000
Association des Vietnamiens en Pologne 1999 n.d. 20 000
Haut de page

Note de fin

1 Voir à propos du Đổi Mới : Bảo An & Tréglodé (2009 : 123-124) et Tréglodé (2018).

2 Lê Duẩn, secrétaire général du PCV depuis 1960 et défenseur d’une ligne conservatrice, décède en juillet 1986. Ses camarades, Phạm Văn Đồng, Lê Dức Thọ et Trường Chinh, jouent à compter de 1986 un rôle politique secondaire.

3 Citons entre autres Phạm Hùng, Nguyễn Văn Linh, Võ Văn Kiệt, Võ Chí Công et Đỗ Mười.

4 Đỗ (2009 :180-181).

5 En 1945, Hồ Chí Minh proclame l’indépendance vietnamienne et fonde la République démocratique du Viêt Nam (RDVN). Après sa victoire sur la République du Sud Viêt Nam, la RDVN réunifie le pays sous l'égide communiste en 1976 et devient la République socialiste du Viêt Nam (RSVN).

6 Entre 1945 et 1975, la communauté vietnamienne de l’étranger compte environ 150 000 personnes essentiellement situées en Asie du Sud-Est et en France.

7 « Cộng đồng người Việt Nam ở nước ngoài là một phần của dân tộc Việt Nam, Trích tham luận của đồng chí Hoàng Bích Sơn đại biều đảng bộ khối đối ngoại » [La communauté vietnamienne de l’étranger est une partie intégrante du peuple vietnamien, extrait du discours du camarade Hoàng Bích Sơn représentant de la section « Relations internationales » du Parti], Nhân Dân, 23 décembre 1986.

8 L’association adopte seulement ce nom en 1975. Lors de sa création, elle se nomme l’Union pour la Culture (Văn Hóa Liên Hiệp) et change ensuite d'appellation à plusieurs reprises. Ses figures de proue sont notamment Nguyễn Ngọc Hà et Nguyễn Khắc Viện qui sont proches du Parti communiste français et membres du Parti communiste vietnamien.

9 Crée en 1969, le Gouvernement révolutionnaire provisoire du Sud Viêt Nam (GRP) est le bras politique du Front national de libération du Sud Viêt Nam qui mène une guerre de résistance contre la République du Viêt Nam et son allié américain. Très proche de la RDVN, le GRP disparaît en 1976 après la réunification du Nord et du Sud Viêt Nam.

10 Nous prenons ici la liberté d’utiliser le terme russe glasnost (transparence) pour évoquer le processus de démocratisation qui prend effet au Viêt Nam entre 1987 et 1991. Le peuple bénéficie comme en Russie de nouvelles libertés et on assiste à un renouveau de la presse, des arts, des lettres, des sciences humaines, etc. Cependant, les dirigeants vietnamiens n'ont pas créé un mot spécifique pour qualifier ce phénomène qui cohabite donc, avec le renouveau économique, dans le terme dổi mới.

11 Comme le souligne Đỗ Hiền, les grands documents politiques du Viêt Nam ne « contiennent aucune trace de prévision de l’évolution de la situation soviétique et est-européenne » (Đỗ 2009 : 178). La classe dirigeante vietnamienne n'était donc pas du tout préparée à faire face au bouleversement engendré par la désagrégation de l’URSS.

12 Professeur de philosophie et un temps militant communiste, Georges Boudarel (1926-2003) a vécu au Viêt Nam de 1948 à 1966. Après son retour en France, il devient spécialiste de l’histoire contemporaine du Viêt Nam. Maître de conférences à l’université Paris VII et chercheur au CNRS, Georges Boudarel est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence sur l’histoire vietnamienne. Il fut l’un des premiers chercheurs à s’interroger sur les relations du Viêt Nam avec sa diaspora.

13 Voir tableau 1 en annexe.

14 « Dans une lettre adressée aux “dirigeants et compatriotes du Vietnam” les associations vietnamiennes d’outre-mer formulent trois demandes », Đoàn Kết, octobre 1987, p. 32-33.

15 La Lettre salue en particulier les mesures autorisant les Vietnamiens qui se sont exilés après 1975 à rentrer au pays pour une visite familiale ou pour contribuer au développement national.

16 Nguyễn Văn Linh est l'auteur d’une série d’articles intitulée « Choses à faire immédiatement » à laquelle les représentants des associations ont été particulièrement sensibles.

17 Les signataires demandent la suppression du Lý Lịch (CV contenant les origines socio-politiques d’un individu) qui régule de façon discriminatoire la sélection des étudiants et la nomination des cadres. Ils exigent aussi la fermeture des camps de rééducation.

18 Considérant que le renouvellement des élites du pays et la formation de cadres spécialisés sont des priorités, les représentants des associations « patriotes » ont annoncé la création d’un « Fonds d’aide à l’étude et à la recherche » dont les attributaires (étudiants et chercheurs) doivent être choisis uniquement sur des critères de capacité et de compétence.

19 Cela fut interprété comme un signe de réticence au changement par la revue Đoàn Kết.

20 Les associations signataires sont les suivantes : l’Union générale des Vietnamiens de France, l’Union des Vietnamiens du Canada, l’Union des Vietnamiens des États-Unis, l’Union des Vietnamiens de RFA, l’Union des Vietnamiens d’Italie, l’Union des Vietnamiens de Suisse, le Comité de liaison des Vietnamiens de Belgique.

21 À cette occasion, Đỗ Mười (1917-) brigue le poste de Premier ministre. Révolutionnaire de la première heure, il occupe après la réunification la fonction de vice-Premier ministre chargé du secteur des constructions de base, de l’industrie et des matériaux. Membre du Bureau politique, il rejoint le secrétariat du Comité central en 1987.

22 Elle reproche notamment aux autorités vietnamiennes de passer sous silence la grave famine touchant une partie de la population vietnamienne.

23 « Dans une lettre ouverte adressée à l’Assemblée nationale vietnamienne, les associations vietnamiennes d'outre-mer demandent : l'affirmation de la politique d'ouverture du pays; la nomination de personnes capables, acquises au renouveau », Đoàn Kết, juillet-août, 1988, p. 37.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Les journaux signataires de cette motion sont : Đoàn Kết (France), Đất Nước (Allemagne de l’Ouest), Nước Việt (Suisse), Tiến Tới (Italie), Hướng Về Nguồn (Angleterre), Gặp Gỡ, Bản Tin, Diễn Đàn Mới (Belgique), Đất Nước (Australie), Đất Việt, Người Việt (Canada), Hội người Việt Nam tại Mỹ (États-Unis).

27 Báo chí của phong trào Việt Kiều ở các nước, [La presse du mouvement des Việt Kiều de tous les pays], « Kiến nghị chủ tịch Hội đồng bộ trưởng hủy bỏ quyết định hạn chế việc phổ biến báo Việt Kiều ở Việt Nam » [Motion au président de l’Assemblée des ministres pour mettre fin à la décision sur la limitation de la diffusion des journaux des Việt Kiều au Viêt Nam], Đoàn Kết, mai 1989, p. 3.

28 Ibid.

29 Voir à ce sujet, « Việt kiều ở các nước ủng hộ Phong trào đòi dân chủ của nhân dân Trung Quốc », [Les Việt Kiều de tous les pays soutiennent le Mouvement démocratique du peuple chinois], Đoàn Kết, mai 1989, p. 5.

30 Trần Độ (1923-2002) avait publié plusieurs textes en faveur d’une réforme démocratique du Parti et de l’Assemblée nationale. Il en appelait également à la promulgation d’une nouvelle Constitution.

31 Voir notamment à ce sujet, Phong (1989 : 45) et Nguyễn Hạnh (1990 : 63).

32 Voir également à ce sujet les documents reproduits en annexe du mémoire de François Guillemot (1997).

33 Né en 1927 à Hanoï, Bùi Tín est membre du Parti depuis mars 1946 et s'engage dans l'Armée populaire en 1945 qu'il quitte en 1982 avec le grade de colonel. Il est rédacteur en chef adjoint du quotidien Quân đọi Nhân Dân (L’armée populaire) de 1972 à 1982. À compter de cette dernière date, il devient rédacteur en chef adjoint du journal Nhân Dân qui est l'organe officiel du PCV. Il s'exile en France en 1990 d'où il préconise une réforme en profondeur du PCV. En 1999, Bùi Tín est l’auteur du livre 1945-1999 Vietnam : la face cachée du régime.

34 Originaire du nord du Viêt Nam, Hoàng Minh Chính (1922-2008) joue un rôle important au sein du Parti des Travailleurs Vietnamiens au cours des années 1960 avant d'être mis en marge du pouvoir pour avoir réclamé une démocratisation de la vie politique. À la suite de son implication dans l’affaire dîte « du révisionisme anti-parti », il fait de la prison à plusieurs reprises. Les nouvelles critiques qu’il adresse au PCV en 1990 lui valent d’être à nouveau incarcéré en 1995. Il finit ses jours en résidence surveillée.

35 La revue Đoàn Kết prend l’initiative de publier et de diffuser une pétition intitulée « Liberté pour Dương Thu Hương » qui recueille 721 signatures (à la date du 2 juillet 1992) auprès des Vietnamiens de la communauté et auprès des « amis du Viêt Nam ».

36 Sur ces affaires de meurtres encore non élucidées voir le documentaire controversé réalisé par A.C. Thompson (média ProPublica) intitulé « Terror in Little Saigon » et diffusé par la chaîne américaine PBS (Pubic Brodcasting Service) le 3 novembre 2015.

37 Créée en 1955, à la suite de la division du Viêt Nam, la République du Viêt Nam est située au sud du 17e parallèle. Soutenue par les Etats-Unis, elle est fortement anti-communiste et affronte la République démocratique du Viêt Nam (rebaptisée République socialiste du Viêt Nam après la réunification du pays en 1976) dans une guerre fratricide (1955-1975). Malgré sa chute, ses anciens représentants continuent de se revendiquer de la République du Viêt Nam et de s’opposer au régime communiste. Ses symboles sont encore très présents dans les communautés d’exilés politiques, notamment aux États-Unis.

38 Hoàng Cơ Minh était vice-amiral au sein des Forces maritimes spéciales de la République du Viêt Nam. Après s'être exilé aux États-Unis, il fonde en 1976 la Force des anciens combattants vietnamiens à l’étranger. Il préside six années plus tard le Front national unifié de libération du Viêt Nam qui envisage de renverser le pouvoir communiste par les armes. Le 29 août 1987, dans le sud du Laos, ses troupes sont décimées par l’armée vietnamienne.

39 C’est ainsi que se définit cette revue en couverture : « Nguyệt San Thông Tin Nghị Luận ». Elle est aujourd’hui consultable sur le site : https://www.ethongluan.org/.

40 En 1998, l’association prend ses quartiers dans l’Essonne et déménage en Seine et Marne au début des années 2000.

41 Fondée en 1964, cette association est anticommuniste et soutient la République du Viêt Nam.

42 Tôn Thất Thiện (1924-2014) est l’auteur de nombreux écrits et traductions publiés en vietnamien, en anglais et en français. Entre juillet-août 1989 et juin 2008, il publie 57 articles dans la revue Thông Luận. Son œuvre est en grande partie consultable sur le site qui lui est dédié : http://www.tonthatthien.com/.

43 Voir à ce sujet Tôn (1989 : 3-6) et Nguyễn Anh Tuấn (1989 : 4-5).

44 Lê Khắc Thanh, « Une authentique réforme du système politique est indispensable», Quân Đội Nhân dân, 19 janvier 1989, cité par Georges Boudarel (1996 : 344).

45 La frange réformatrice de l’UGVF étant en étroite collaboration avec des dissidents « patriotes » d'autres pays, on peut facilement imaginer que les idées de la revue Thông Luận ont également eu un écho dans les autres associations pro-gouvernementales.

46 Cuba et la Corée du Nord forment le binôme des « dogmatiques ».

47 Nous ne citons pas ici le facteur géographique. Il est évident que l’éloignement du Viêt Nam de l’URSS, centre du séisme politique, a participé à la survie du PCV.

48 Crée en 1959, le Comité central des Việt Kiều (CCVK) est en charge des questions relatives aux Vietnamiens de l’étranger.

49 À nos lecteurs, « Đoàn Kết change de statut », Đoàn Kết, avril 1990, p. 46.

50 L’union se réserve toutefois le droit de publier une lettre d’information quand cela est nécessaire.

51 Notons que cet article ne relate pas la rencontre ayant eu lieu à l’ambassade du Viêt Nam à Paris entre des représentants de la RSVN et des représentants de l’ancien régime du Sud. Ces pourparlers, tenus en juin 1989, n’ont pas été concluants. Voir notamment à ce sujet H.G (1989 : 41-42) et Georges Boudarel (1996 : 352).

52 Selon Pierre Brocheux, Trần Xuân Bách fut exclu du Comité central du PCV car « il avait prôné l'instauration du multipartisme et le retour à la propriété privée » (Brocheux 2011 : 231).

53 Voir à ce sujet Nguyễn Hoàng Luân (1990 : 35). La revue Diễn Đàn Người Việt est publiée par l’Association « patriotique » de Belgique.

54 « Entretien avec Bùi Tín », Đoàn Kết, décembre 1990, p. 36-39 (propos recueillis en décembre 1990 par la revue Diễn Dàn Người Việt et traduits et reproduits par Đoàn Kết).

55 Bùi Tin est en effet l’auteur d’une pétition plus modérée que la Tâm thư. Voir à ce sujet, P.Q. (1990 : 40-41).

56 « Entretien avec Bùi Tín », Đoàn Kết, décembre 1990, p. 38 (propos recueillis en décembre 1990 par la revue Diễn Dàn Người Việt et traduits et reproduits par Đoàn Kết).

57 Ceux-ci fondent un journal indépendant, le Diễn Đàn, pour continuer leur combat.

58 En 2000, Đặng Phong écrit que le Mouvement n’a pas encore réussi à se reconstruire et à retrouver la vitalité qui le caractérisait pendant la guerre contre les Américains (Đặng 2000 : 36).

59 Depuis 2009, le Viêt Nam tolère la double nationalité et a donné la possibilité aux Vietnamiens de l’étranger d’en faire l’acquisition. Voir Christophe Vigne (2012) au sujet de la nationalité, du droit de vote et du nouveau rôle des associations « patriotiques ».

60 Bien que nous ne possédions pas de liste exhaustive, il est possible grâce à la presse nationale vietnamienne et à leurs sites Internet d’évaluer leur nombre. Voir tableau 2 en annexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Vigne, « Les conséquences politiques du Đổi Mới et du déclin de l’utopie communiste dans les relations du Viêt Nam avec les associations « patriotiques » outre-mer (1988-1992) », Moussons, 32 | 2018, 153-178.

Référence électronique

Christophe Vigne, « Les conséquences politiques du Đổi Mới et du déclin de l’utopie communiste dans les relations du Viêt Nam avec les associations « patriotiques » outre-mer (1988-1992) », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4513 ; DOI : 10.4000/moussons.4513

Haut de page

Auteur

Christophe Vigne

Christophe Vigne est chercheur associé au Laboratoire CESSMA (Université Paris VII) et au CASE (EHESS). Il a soutenu une thèse sur les politiques du Viêt Nam vis-à-vis de ses exilés (1945-2009) en septembre 2017 et travaille actuellement sur les migrations contemporaines des travailleurs vietnamiens.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page