Navigation – Plan du site
Articles

La médiatisation de la voix marginale dans l’espace public vietnamien

La campagne pour le projet de modification de la Constitution de 1992
The Mediatization of Marginal Voice in Vietnamese Public Space. The Campaign for the Amendment and Revision of the 1992 Constitution
Thi Thanh Phuong Nguyen-Pochan
p. 179-204

Résumés

Cet article examinera la couverture médiatique de la campagne pour le projet d’amendement et de modification de la Constitution de 1992 en 2013 au Vietnam. Il cherche à éprouver l’hypothèse selon laquelle la médiatisation des paroles marginales dans la sphère publique dominante est révélatrice de l’émergence de la société civile vietnamienne, en s’appuyant sur la conception gramscienne de l’hégémonie, de l’intellectuel organique et de la société civile.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Résolution n° 06/2011/QH13, 6 août 2011 ; Résolution n° 38/2012/QH13 ; Directive n° 22-CT/TW/2012.
  • 2 Nous traduisons les citations du texte vietnamien en français.
  • 3 L’appellation systématique de l’État-parti s’explique par la prise de pouvoir du Parti communiste v (...)
  • 4 Le système médiatique du Vietnam fonctionne avec la structure tripolaire de contrôle du PCV, de l’É (...)

1Le 8 janvier 2013, l’Assemblée nationale (AN) de la République socialiste du Vietnam (RSVN) a déclenché, à la suite de la mise en place de nombreux documents officiels1 depuis 2011, une campagne politique d’envergure intitulée « Recueil des avis du peuple pour le projet d’amendement et de modification de la Constitution de 1992 » que nous appellerons par la suite « le projet »2. Elle a précisé la durée de la campagne (2 janvier-31 mars 2013) et les formes de participation (discussion lors de réunions, de colloques ou de débats ; envoi des documents aux organes responsables ou à travers le site Internet de l’AN – http://duthaoonline.quochoi.vn – et les médias de masse). Dès le mois de janvier 2013, les médias orthodoxes de l’État-parti3 ont commencé à évoquer les grandes lignes de la campagne. Le journal télévisé (JT) de 19 heures de la Télévision vietnamienne (VTV), vitrine des politiques d’information de l’État-parti, a créé une rubrique dédiée à la campagne intitulée « Contribution au projet » couvrant son actualité à partir de mi-février jusqu’à début avril 2013. Le caractère inédit de cette campagne réside dans la médiatisation des discours d’opposition par le système médiatique dominant4 (Nguyen-Pochan 2014, 2015). En effet, le lancement de cette campagne allait provoquer de multiples réactions au sein de l’opinion publique dont la plus audible fut celle de la communauté issue d’Internet. Plutôt que de censurer par le silence ces voix d’opposition, les médias en débattirent point par point des revendications subversives – du jamais-vu jusque-là.

  • 5 39 journaux télévisés en 2013 comprennent 2 occurrences de janvier (2 et 14) ; 27 émissions de la r (...)

2Ce présent article examinera le processus de la médiatisation, par le JT de 19 heures, des discours marginaux lors de cette campagne en s’appuyant sur un corpus des émissions issu de 39 journaux télévisés : deux occurrences retransmises en janvier introduisant la campagne dans l’espace public national ; 37 émissions allant du 23 février au 8 avril 2013, dont 28 relevant de la rubrique « Contribution au projet » et 9 traitant du sujet dans leur grille des actualités du jour5. Nous appliquerons la méthode d’analyse de discours afin d’examiner, d’une part, le traitement médiatique des discours contestataires et, d’autre part, la production de sens du discours médiatique dans sa couverture générale de la campagne. La médiatisation de la voix marginale sera donc étudiée par le biais d’une structure matérielle des discours et des dispositifs de la mise en scène de l’information. L’objectif est d’éprouver l’hypothèse selon laquelle la médiatisation des discours d’opposition dans la sphère médiatique dominante serait révélatrice d’une émergence de la société civile vietnamienne.

3Notre étude s’inspire de trois concepts d’Antonio Gramsci : celui d’hégémonie désignant une direction intellectuelle et morale et non une domination coercitive et violente du groupe dominant ; celui de société civile qui est définie comme partie intégrante de la superstructure et qui partage avec l’État un consensus hégémonique ; enfin, celui des intellectuels organiques qui exercent les fonctions hégémoniques du groupe dirigeant (Gramsci 2014 : 230). Dans la perspective gramscienne, la société civile n’est pas vue comme une force venant d’en bas (grassroots democracy) telle qu’elle est présentée par exemple par Benedict Kerkvliet dans sa théorie de la « politique du quotidien » (everyday politics). B. Kerkvliet (1995, 2005) met en avant la possibilité d’une transformation de la société par le biais des résistances microscopiques : celles-ci ne sont pas toujours bien organisées et se dissimulent souvent sous des formes discrètes ; les protestataires ne se confrontent pas de manière frontale à l’État mais « manifested themselves in the way people lived, worked, and went about doing – or not doing – the things they were supposed to do as collective members » (Kerkvliet 2005 : 3). Or, cette politique du quotidien manque manifestement d’un espace public de discussion (Habermas 1993), d’un programme d’action et des protagonistes (activistes) susceptibles de mobiliser et d’organiser l’action collective autour d’une revendication civique ou éthique. De plus, cette conception maintient toujours une frontière étanche qui sépare l’État de la société et qui les empêche ainsi d’exercer des interactions mutuelles et transformationnelles. La société civile, quel que soit le contexte, ne peut fonctionner effectivement que lorsque cette frontière devient poreuse et interchangeable, ce à condition que la société civile partage a minima un consensus hégémonique avec le groupe dirigeant.

  • 6 La première Constitution de la République démocratique du Vietnam qui, à partir de la Constitution (...)

4Si les mouvements contestataires ne sont guère nouveaux au Vietnam (Thayer 2009, Kerkvliet 2014), ils se réactualisent dans un nouveau contexte où les organisations et les activités de toute sorte de la société civile, durant ces deux dernières décennies, se sont multipliées, se font entendre et peu à peu reconnaître (Marston 2012, Morris 2013, Wells-Dang 2014, Bui 2016). On observe, depuis la deuxième moitié des années 2000, la montée d’un nationalisme antichinois qui se révèle comme une critique cachée à l’encontre de l’autorité centrale, estimée comme « faible » face à l’interférence chinoise en mer de Chine méridionale (Fau 2015, Wells-Dang 2014). Ce discours nationaliste antiétatique défie le monopole du patriotisme imposé d’en haut et fragilise de ce fait le discours légitimiste du régime. Il se développe ensuite sous la forme d’une revendication pour la restauration de la Constitution de 19466 qui, selon lui, sous-tendait, dans le cadre d’une république démocratique et non pas d’une république socialiste, un régime multipartite.

5La mutation des mouvements contestataires ne peut s’éloigner de cette mouvance nationaliste hégémonique. Comme le remarquent plusieurs auteurs, le nationalisme constitue un des thèmes majeurs des mouvements contestataires, à la fois politiques et ethno-religieux (Thayer 2014, Kerkvliet 2014, Wells-Dang 2014). Il s’exprime sous plusieurs formes : celle d’un nationalisme territorial, d’un protectionnisme économique mais aussi d’une fierté nationale blessée du fait d’un développement plus faible du Vietnam que celui de ses pays voisins (Kerkvliet 2014 : 107). L’articulation complexe des éléments ethno-religieux avec ceux de la politique et de la sphère publique donne forme à un nationalisme pluraliste qui ne se limite pas au versant orthodoxe de l’État et à la sphère dominante, mais affecte également les groupes subalternes et minoritaires en tant que composantes de la société civile émergente (Jammes & Sorrentino 2015). Elle s’appuie néanmoins sur un consentement et une structure de sens commune, susceptibles de générer des possibilités de résistance, de lutte ou de politique alternative.

6L’émergence de la société civile implique nécessairement une catégorie d’acteurs qui savent jouer le rôle d’intermédiaires entre l’État et les citoyens, qui sont capables de faire agir collectivement des acteurs de la société civile et de faire entendre leur voix dans les espaces sociaux. Autrement dit, leurs actions collectives doivent être respectées et reconnues à la fois par l’État et la société. Notons l’usage régulier de l’appellation, lourde de significations historique et culturelle, de « lettrés patriotes » (nhân sĩ yêu nước). Cette figure, dominant le Vietnam de la première moitié du xxe siècle, fut représentée par les deux illustres et pionniers patriotes Phan Bội Châu et Phan Chu Trinh dans la lutte anticolonialiste. Dans la conception néo-confucéenne, le patriotisme considère l’amour de la patrie comme une vertu de premier rang pour un intellectuel. Après 1945, l’hégémonie de la figure de lettré patriote recula face à la montée triomphale de celle de révolutionnaire. C’est à partir de la seconde moitié des années 2000 que l’on a pu observer une résurgence et une place redevenue importante des lettrés patriotes qui s’engagent désormais dans la voie de la contestation et exercent un poids symbolique considérable dans la sphère publique médiatisée. Ceux-ci constituent la catégorie des intellectuels organiques qui jouent un rôle décisif non seulement dans la construction de l’idéologie nationaliste mais aussi celle de la société civile.

La voix des acteurs de la société civile émergente

7La société civile émergente du Vietnam a commencé à tirer bénéfice des débats et des controverses relatives aux projets gouvernementaux d’exploitation des mines de bauxite en 2009. Ces controverses donnèrent naissance au forum http://www.boxitvn.net dont le débat dépasse rapidement et largement le cadre de ces projets pour devenir plus tard un site de diffusion et de relais des idées politiques opposantes (Morris 2012 2013 ; Wells-Dang 2014). On y a vu apparaître, d’une part, le rôle décisif des élites ayant un lien étroit avec l’État-parti et, d’autre part, le nationalisme comme un consensus général permettant aux activistes de mettre la pression sur la décision du gouvernement (Marston 2012). Néanmoins, les opinions d’opposition aux projets n’ont pas été traitées comme discours de l’Autre par les médias : ces derniers n’ont pas stigmatisé les auteurs des discours contestataires et ne les ont pas mis à la marge de la sphère publique nationale ; ils les ont exposés comme des experts, des pro-environnementaux ou encore des patriotes.

8En 2009, les revendications environnementales et nationalistes contre les projets des mines de bauxite n’exprimaient pas encore un caractère dissident. C’est à partir de la campagne du recueil des avis pour le projet en 2013 que les revendications inclurent clairement l’option d’une dissidence politique. On a observé, dès le début de 2013, une émergence de la voix du groupe des Propositions 72 : cette dénomination tira son origine des 72 premières signatures des intellectuels et des patriotes parues le 19 janvier 2013 dans les Propositions pour l’amendement et la modification du projet de la Constitution de 1992. Celles-ci ont été largement relayées par Internet, les blogs influents et la version vietnamienne de plusieurs journaux internationaux (BBC, RFI, RFA, VOA, etc.). Les initiateurs des Propositions 72 comprennent 15 personnes ayant pour la plupart occupé des postes importants au sein du système politique et connues du grand public pour leurs interventions régulières dans l’espace médiatique. Les Propositions 72 s’accompagnent d’un nouveau projet détaillé comprenant 9 chapitres et 81 articles.

9Dans la préface du nouveau projet, les auteurs considèrent que « le projet rédigé par l’AN ne relève pas de la nature d’une Constitution démocratique ». Ils préconisent trois ensembles de critères pour une Constitution légitime : 1) les intérêts de la nation et du peuple (souveraineté nationale, liberté, démocratie, justice, bonheur, solidarité, suppression des clivages et des oppressions, etc.) ; 2) l’expression de la volonté du peuple ; 3) la conformité avec les principes juridiques universels du monde civilisé et avec les engagements internationaux du Vietnam.

10Ils soulèvent ensuite 7 revendications fondamentales :

  1. supprimer le nom du PCV dans le processus d’élaboration et de promulgation de la Constitution car le peuple est le sujet unique et suprême de ce processus ;

  2. respecter la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 et toutes les conventions internationales dont le Vietnam fait partie ;

  3. outre la propriété étatique, reconnaître le droit aux propriétés privée, collective et communautaire des terres, comme étant indiqué dans les Constitutions de 1946 et de 1959 ;

  4. appliquer le principe de la séparation des pouvoirs ;

  5. supprimer la phrase « les forces armées doivent être fidèles au PCV » (article 70) car celles-ci ne servent aucune organisation politique autre que le peuple et la Patrie ;

  6. la Constitution doit être approuvée par le biais d’un référendum démocratique et transparent sous la surveillance du peuple et des médias ;

  7. la période de recueil des avis doit être prolongée jusqu’à la fin de l’année 2013.

Le 4 février 2013, 15 représentants de 72 signataires, dirigés par l’ancien ministre de la Justice Nguyễn Đình Lộc, ont soumis leurs propositions et projet auprès du Comité d’élaboration du projet de l’AN. Le 7 février 2013, le Comité a renvoyé le document n° 227 à son expéditeur, alléguant qu’il ne pouvait le rendre public dans la mesure où l’État-parti ne reconnaissait qu’une seule version officielle du projet, celle élaborée par le Comité lui-même. Le groupe a alors fait parvenir sa Déclaration7 aux sites et blogs influents pour protester contre le monopole constituant de l’AN selon la Constitution en vigueur : « Cette réglementation refuse au peuple le droit d’élaborer la Constitution, c’est le premier point à modifier. » La Déclaration précise que les Propositions 72 ont réussi à recueillir 2 000 signatures dès le 19 janvier, date de publication des 72 premières signatures, et plus de 4 000 supplémentaires au 16 février 2013 :

Nous nous attachons au fait que nos propositions et projet, aussi que d’autres propositions, seront largement diffusés, ainsi une très grande partie des citoyens pourront les lire, en discuter et les soutenir par leur signature.

  • 8 Selon Kami, pseudonyme d’un auteur du blog sur RFA (Radio Free Asia), « Le journal Người lao động ( (...)

Cependant, aucun média vietnamien8 n’a fait état en détail des propositions, ni du nom de ce groupe marginal. Au contraire, les médias ont concentré leurs critiques sur certaines personnes dont l’opposition vise à diffamer et décrédibiliser le rôle directeur du PCV, à saper la solidarité nationale et à saboter le régime politique. Dans un voyage de mission à Vĩnh Phúc le 25 février 2013, le secrétaire général du PCV Nguyễn Phú Trọng évoqua « certains courants d’opinion pouvant être considérés comme un symptôme de dégénérescence de la pensée, de la morale politique et du mode de vie » (JT du 25 février 2013). Les allusions implicites des dirigeants de l’État-parti dans l’espace médiatique, sans que soient prononcés une seule fois les noms des personnes concernées, semblent vouloir semer l’idée d’un complot insidieux et dissimulé contre le régime.

11À partir du 16 mars 2013, le groupe envoyait à tous les députés une lettre accompagnée de propositions et de nouveau projet, dans laquelle il déplorait que :

Les Propositions 72, après avoir été reçues par le Comité de l’AN, n’ont pas été rendues publiques par les médias, ce qui ne permet pas à la population de les consulter et d’en discuter. En revanche, certaines télévisions et radios, en émettant des commentaires biaisés, leur causent du tort et n’en reflètent pas correctement l’esprit. Nos avis, mais aussi d’autres opinions non conformes au projet de l’AN, subissent le même traitement. Cela est contraire à la réglementation de la Résolution n° 38 : « Les organes de presse ont la responsabilité de diffuser les avis, d’apporter à la population les conditions favorables à sa participation, de créer des rubriques spéciales dédiées au projet, de rapporter et de rendre publiques, entièrement, immédiatement, fidèlement et objectivement, les opinions populaires ». De notre côté, nous sommes disposés à prendre part publiquement à tous les débats pour que nous trouvions ensemble les meilleures solutions pour remédier à la situation actuelle9.

Ainsi, les seuls canaux d’expression possibles pour le groupe sont les médias étrangers, les sites Internet et les blogs. Selon la BBC, « ce dernier mois, le groupe des Propositions 72 a semblé être la cible des critiques des médias d’État » (2 avril 2013). Pour la RFI :

Le Comité n’accepte aucun avis des intellectuels patriotes, particulièrement du groupe des Propositions 72, concernant l’amendement et la modification de la Constitution dans un sens plus démocratique. En revanche, les médias officiels continuent à critiquer farouchement ce groupe ainsi que le mouvement « Les citoyens libres ». (27 mai 2013.)

Interviewé par RFI, le professeur Tương Lai, membre du groupe, déclara ne pas être surpris, mais triste de cet état de choses. Selon lui, « le mouvement n’est qu’un prétexte pour faire surgir des perceptions et des pensées refoulées » ; la grande question sur laquelle les hommes politiques doivent désormais délibérer est de savoir « jusqu’où et jusqu’à quand le peuple continuera à se plier à l’ordre actuel » (RFI 2013).

12Dans l’espace virtuel, le débat est vif autour des activités du groupe, dont les échanges sont surveillés de près et censurés parle régime. Citons ces deux avis opposés : le premier émane de Kami sur son blog de la RFA (Radio of Free Asia) ; le second de Dong Phung Viet sur sa page Facebook. Kami refuse d’adhérer au groupe des Propositions 72, considérant que ses activistes ne sont que « des dupes de connivence avec les mensonges du gouvernement », permettant à ce dernier « de faire étalage auprès de l’opinion internationale de sa fausse démocratie ». Pour lui, ce mouvement a pour but de tromper le peuple et de tempérer son mécontentement en lui donnant un espoir illusoire, alors même que

[…] la confiance du peuple à l’égard de ses dirigeants est à son niveau le plus bas depuis les 83 ans d’existence du PCV […]. Si l’on organisait un référendum sur l’article 4, au moins 70 % de la population répondrait Non […] Une chose est sûre, c’est que le PCV ne modifie que ce qui est conforme à son intérêt, et ce, aux dépens du peuple » (Kami 2013).

Dong Phung Viet (2013), en revanche, souscrit aux idées des Propositions 72, postulant que les 72 signataires ne peuvent se ranger dans la catégorie des naïfs ; bien au contraire, ils sont riches de connaissances et d’expériences, tant au sein du PCV que sur le terrain politique actuel. Il sera donc très difficile pour l’État-parti d’« avaler ces propositions » et « cet “avalement” difficile révèle clairement le tour de passe-passe démocratique auquel il se livre » ; « Bien que les Propositions 72 aient certainement été jetées à la poubelle […], pour moi, toutes les propositions considérées par le Parti comme des détritus ont une grande valeur ». Il poursuit :

  • 10 Expression vietnamienne désignant un acte contre-productif provoquant l’autodestruction (mỡ nó rán (...)

C’est un avertissement adressé au Parti, ostensiblement et dignement : de plus en plus d’intellectuels, de patriotes, de citoyens issus de toutes les couches sociales et religieuses, y compris des cadres et des membres du Parti, ne sont plus en accord avec son action. Les formes de répression ne fonctionnent plus. Les truquages seront neutralisés ; ils deviennent d’ailleurs contre-productifs, car bien évidemment « leur graisse servira à les faire frire10 ».

  • 11 Résolution du IVe Congrès du Comité central du PCV (XIe session, 16 janvier 2012) à propos de « pro (...)

13Notons que le mouvement contestataire se déroule dans un contexte où la mise en œuvre de la Résolution n° 1211, visant à purifier le Parti et à éliminer ses « éléments nocifs internes », dure depuis un an et se renforce. Autour du projet, l’enjeu consiste à équilibrer la lutte contre les éléments corrompus et la mise en avant du principe démocratique. Ainsi, l’administration centrale renforce la sécurité pour que personne ne puisse tirer profit de la campagne démocratique pour saboter l’union interne du Parti et la solidarité nationale.

Émergence du mouvement comme événement et problème public

14Malgré les points de vue opposés, Kami et Dong Phung Viet partagent la même préoccupation, à savoir le rôle que joue le groupe. Peu importe qu’il s’agisse de connivence dans la mise en scène démocratique ou d’une volonté sincère de donner une ambiance démocratique, ce mouvement a réellement émergé comme un événement saillant, au sens d’une rupture ou d’une expérience inconnue. La campagne en elle-même n’est pas un événement – elle n’a donné naissance à aucune nouvelle expérience – alors que les propositions du groupe sont survenues d’une manière imprévue dans l’expérience du public et ont provoqué un choix politique exceptionnel de la part de l’État-parti, consistant à introduire une opposition dans l’espace public national.

15Ce choix peut être délibérément construit selon un scénario de connivence entre le pouvoir et des intellectuels contestataires. Il peut s’expliquer également par la position de ces intellectuels au sein du système politique. Les membres fondateurs du mouvement font partie des lettrés patriotes qui ont longtemps soutenu et été fidèles à la cause du PCV. Bien qu’ils aient ressenti à plusieurs reprises de la déception et un sentiment de trahison, ils ont continué, sous l’effet de leur habitus de lettrés confucéens, à servir l’État – seul moyen à leurs yeux de servir la patrie et le peuple. Au fil du temps, de nombreux intellectuels ont quitté par vague l’État-parti dans l’ignorance totale du grand public (Boudarel 1991, Marangé 2012, Kerkvliet 2014). Depuis les années 2000, désillusionnés, ils recourent à Internet pour exprimer leurs désaccords, expliquer les motifs de leur rupture avec le Parti ainsi que leurs projets d’activité indépendants. Vu ce phénomène de scissions, l’émergence du groupe, loin d’être fortuite, est le résultat logique d’une évolution historique de la prise de parole chez ces intellectuels. Il explique par ailleurs leur attachement profond à la cause de la patrie et du PCV : cadres d’État et membres du Parti pendant plusieurs décennies, il n’est guère facile pour eux de couper radicalement ce cordon ombilical ; ils seraient peut-être les derniers à se préoccuper encore de l’avenir du PCV. La Déclaration du groupe, le 2 avril 2013, révèle leur vision pour faire perdurer l’existence du Parti : « Employer la violence et les ruses illégitimes pour maintenir le régime totalitaire et résister à la volonté du peuple est dangereux pour le pays, la nation entière et le Parti lui-même » (BBC 2013).

16La distinction entre les intellectuels de l’intérieur et ceux hors ou exclus du Parti est importante dans la mesure où elle révèle le sentiment d’appartenance à une organisation politique, lequel ne s’efface pas facilement malgré les mécontentements explicites. Aux yeux des patriotes, les critiques formulées par les insiders sont perçues comme sincères car ils s’expriment du fond de leur cœur et acceptent de sacrifier leur position privilégiée dans le système pour dire la vérité ; par conséquent, les motifs de leurs critiques sont moins confus que ceux des outsiders. Dans cette optique, le fait d’avoir fait état de leurs avis montre que le Parti ne peut rester indifférent à leurs voix, alors qu’il n’a accepté à aucun moment d’introduire les voix d’éléments réactionnaires dans l’espace public national. Soulignons qu’aucun de ces opposants n’a été emprisonné ou condamné pour leurs actions, ce qui n’a pas été le cas des activistes indépendants en lutte pour la démocratisation du pays. C’est donc le lien historique entre l’État-parti et ses intellectuels organiques qui a permis la prise de parole de ces derniers au sein de la société civile émergente. Leurs engagements civique et éthique s’appuient sur un fond hégémonique qu’est l’attachement à la nation et à la pérennisation de la Patrie – la valeur que l’État-parti lui-même a suscitée et préconisée.

17Notons que les activités du groupe, non relayées par les médias officiels, ont fait l’objet d’une totale méconnaissance de la plupart du public ; seuls les blogueurs actifs (sur environ 31 millions d’internautes) ont pu y accéder. La médiatisation de ces discours par le JT de 19 heures, malgré le traitement très brutal, a fait émerger un problème public qui pourrait devenir une préoccupation récurrente pour les citoyens dans la mesure où il exigerait un sens, s’interrogerait sur les raisons de ce phénomène et in fine susciterait une action collective. Tout au long de la campagne, le JT a focalisé l’attention publique sur ces avis illégitimes et, par conséquent, leur a accordé un régime de visibilité au sein de l’espace public.

18Un événement ne peut émerger de nulle part : il doit nécessairement surgir et prendre place dans le champ d’expérience commun des événements du passé et les attentes du futur. C’est pour cela qu’on voit surgir, au cours des débats sur le projet, le « mythe de la Constitution de 1946 » (Nguyen T. H. 2012 : 16). Selon Nguyen T. H., les revendications de restauration de la Constitution « démocratique » de 1946 ont fait émerger, stratégiquement et pragmatiquement, « un agenda de réforme libérale » (ibid. : 1). Au-delà de la posture pragmatique et stratégique à la réforme constitutionnelle, les revendications du groupe découlent des expériences collectives à l’œuvre dans la seconde moitié des années 2000, notamment la montée nationaliste que caractérisaient les manifestations antichinoises. On peut ainsi supposer, en toute légitimité, le lien associant ces revendications à la mouvance nationaliste antiétatique et aux revendications civique et éthique de la mouvance dissidente. On pourrait se demander également si ce mouvement contestataire ne marquait pas une certaine maturité de la société civile permettant de faire revivre la fraction historique des années de 1945-1946 (Guillemot 2004, Marr 1995) ? Ainsi, la visibilité de l’espace public ne surgit pas du jour au lendemain, mais se dévoile tout au long du processus de sa publicisation qui donne forme à une société civile émergente.

19Par cette configuration complexe de la sphère publique et du régime de visibilité, force est de constater que la médiatisation, ou la mise en visibilité, de ces revendications ne peut que renforcer la position influente, au sein de la société civile émergente, des intellectuels engagés dans la voie contestataire en général et du groupe des Propositions 72 en particulier. Reste à savoir de quelle visibilité il s’agit dans le traitement du média de l’État-parti et quelles conséquences en résultent.

La médiatisation du discours de l’Autre par le journal télévisé vietnamien

Les dispositifs télévisés de la mise en scène de l’information

20Nous entendons par dispositif, d’une part, un réseau complexe d’éléments hétérogènes (technique, normatif, symbolique) qui est conçu selon une visée stratégique et se dote d’une rationalité instrumentale (Foucault 1994 : 299) et, d’autre part, une forme, une figure ou un milieu sensible de socialisation. Pour couvrir les actualités de la campagne, le JT de 19 heures, en particulier sa rubrique « Contribution au projet », recourt naturellement à l’ensemble des dispositifs télévisés. Nous nous intéressons à quatre d’entre eux, spécifiquement en termes de genres journalistiques : les comptes rendus, les reportages, les interviews de studio et les revues de presse.

21Le compte rendu désigne les occurrences d’information rapportant le déroulé de la campagne de manière factuelle, c’est-à-dire les « nouvelles » ou les « faits médiatiques » (Esquenazi 2002 : 40-46) où l’intervention du média s’arrête à son recadrage factuel (sélection, hiérarchisation, description). Le reportage, au contraire, développe un recadrage événementiel consistant à raconter et expliquer la réalité : il ne se contente plus de la nommer et décrire, mais il lui donne un cadre d’explication causale et narrative (ibid. : 78). Dans ce journal, la distinction formelle entre ces deux genres est assez facile à repérer : le compte rendu présente une succession de faits et de discours rapportés sans recourir à des interviews des acteurs ; alors que le reportage s’efforce de donner une cohérence thématique et narrative à son sujet en recourant soit à sa propre évaluation des faits (explications, arguments, commentaires, analyses, etc.), soit à des paroles et des témoignages recueillis, anticipés ou provoqués.

22L’interview de studio désigne l’échange interpersonnel où le journaliste pose des questions auxquelles l’invité répond. Dans le cadre du JT de 19 heures, il n’y a qu’un seul invité en studio ‒ la tête de réseau dans le dispositif général du journal. À chaque occasion, l’échange se réalise autour d’un thème noyau, relevant de sujets principaux du projet. L’invité est choisi pour sa qualité de spécialiste du thème en question, il est qualifié pour l’expliquer avec des raisonnements fondés. Ainsi, l’interview de studio vise à approfondir différents aspects du thème traité, et l’invité est là pour répondre à toutes les interrogations des citoyens (théoriques, pratiques, juridiques, historiques, etc.).

23Enfin, la revue de presse est conçue comme une plate-forme de rayonnement des arguments développés dans les autres grands médias officiels : le quotidien Le Peuple, le journal L’Armée du peuple, le journal La Grande solidarité, le Journal électronique du gouvernement et le Portail électronique d’information du gouvernement. Le journaliste va sélectionner les articles publiés et mettre en avant les points qu’il juge importants.

Fig. 1. Interview...Fig. 1. Interview du 8 mars 2013 et revue de presse du 6 mars 2013

Fig. 1. Interview du 8 mars 2013 et revue de presse du 6 mars 2013

Le dispositif audiovisuel est conçu pour produire des effets de sens et d’affects chez les spectateurs. Chacun des quatre dispositifs vise à produire un effet particulier : le compte rendu génère l’impression d’un mouvement de masse où tous les organes de la société participent de manière zélée et assidue à la cause commune ; le reportage produit un effet-monde narratif où le téléspectateur rencontre des acteurs, des témoins et, parfois, le journaliste, et où le thème traité s’insère dans un arrière-plan de références connues de tous ; l’interview de studio cherche à créer un effet de discours d’expertise, intellectuel et sérieux – effet accentué par le statut nodal du studio ; la revue de presse, quant à elle, tente de donner l’impression d’un pluralisme de voix lorsqu’elle recourt à la pratique autoréférentielle consistant à citer les propos des autres médias. L’ensemble de ces dispositifs cherche à composer une ambiance démocratique où les points de vue s’affrontent sous des formes variées, cherchant à induire un effet de diversité d’angles.

24Sur les quatre dispositifs, les occurrences relevant du compte rendu sont les plus nombreuses dans les 39 journaux télévisés : 64 sur un ensemble de 124 occurrences, contre 35 reportages, 15 revues de presse et 10 interviews en studio. Le recours régulier à ce genre s’impose dans la pratique médiatique pour une raison simple qui tient à la rationalisation professionnelle : c’est le seul qui permette de couvrir quotidiennement des actions répétitives et routinières se déroulant aux quatre coins du pays et de répondre à l’impératif politique d’« informer pleinement et immédiatement sur la campagne » (Résolution n° 38 de l’AN, session 13, 23 novembre 2012). Le journaliste se contente de rendre compte des faits similaires par une description factuelle. Ce genre est par ailleurs le plus simple à réaliser, ce qui permet de s’épargner des efforts et du travail.

25Ces différents dispositifs traitent les mêmes sujets, ce qui paraît logique lorsqu’ils se déploient dans une même rubrique spécialisée. À vrai dire, ils évoquent toujours les mêmes thèmes sous un même angle de vue : il s’agit des contenus principaux du projet et de la pertinence indiscutable de ses propositions. Le JT se préoccupe particulièrement de certains thèmes qui, dans leur majorité, ont été soulevés dans les Propositions 72 : l’article 4 (la direction unique du PCV pour l’État et la société) ; l’État de droit socialiste (l’État du peuple, par le peuple et pour le peuple) ; l’allégeance des forces armées envers le Parti ; le régime de propriété publique des terres ; l’économie de marché à orientation socialiste ; le référendum et les procédures démocratiques du recueil des avis. Ces six thèmes sont traités en profondeur en interview de studio. Notons que le JT aborde une multitude de thèmes issus du projet à travers ses comptes rendus quotidiens : droits de l’Homme et droits civiques ; égalité des sexes ; rôle du Front de la patrie ; fonctions et compétences de l’AN ; codification de la surveillance du peuple pour les activités du Parti ; organisation des municipalités ; liberté des croyances et des pratiques religieuses ; développement d’une culture progressiste et imprégnée de l’identité nationale ; etc. Cependant, les thèmes précités ont été les plus récurrents.

Thème
Genre Article 4 Économie socialiste Armée Régime foncier État de droit socialiste Procédures démocratiques
Compte rendu(64) 23 4 3 9 26 25
Interview(10) 4 2 3 2 5 3
Reportage(35) 11 3 3 9 13 10
Revue de presse(15) 7 2 4 1 5 1

Les modalités discursives d’inclusion et d’exclusion des paroles

26À côté d’un dispositif de socialisation jouant sur la forme, le JT a recours au discours argumentatif comme un dispositif de fond afin de donner l’impression d’un débat d’idées et de raisonnement. P. Charaudeau désigne quatre enjeux de l’argumentation : l’autojustification, l’explication, la démonstration et la persuasion (Charaudeau 1998 : 253-254). Le déploiement du discours argumentatif par le JT sera examiné par le biais des modalités d’inclusion et d’exclusion des paroles des acteurs (marginaux et mainstream).

L’insertion des paroles marginales par abstraction de source (exclusion avec trace)

27Les paroles marginales sont insérées dans le débat télévisé selon les modalités d’ouverture, de développement des idées et de clôture. Tout d’abord, ce débat a été entamé par un avis problématique posé comme une antithèse de l’argumentation. Ainsi :

  • 12 Nous soulignons les passages significatifs pour notre analyse de cette affaire.

En réponse à certains avis12 proposant que l’Article 4 soit supprimé au motif qu’aucun pays au monde ne possède un tel article, le professeur Nguyễn Lân Dũng considère que cette question ne nécessite pas l’ouverture d’un débat. (Revue de presse du 25 février 2013.)

En réponse à certains avis, apparus dans certains journaux électroniques étrangers, qui considèrent que l’État du Vietnam devrait adopter le modèle occidental s’il veut résoudre le phénomène des abus de pouvoir nés du régime monopolistique du Parti, qui est dénué de toute concurrence politique et de la surveillance du peuple, le journal L’Armée du peuple estime que cette contribution ne convient pas à la réalité vietnamienne. (Revue de presse du 4 mars 2013.)

Ces derniers temps sont apparues sur certains sites Internet les soi-disant Propositions d’amendement et de modification de la Constitution de 1992, signées collectivement, réclamant la suppression du rôle de direction du PCV, le pluralisme et la pluralité des partis politiques, la séparation des pouvoirs et l’a-politisation de l’armée. (Reportage du 9 mars 2013.)

Les « certains avis » sont utilisés comme un point de départ au débat. Cependant, la source des avis n’est pas précisée et revêt les identités abstraites. Cette forme d’insertion de paroles marginales représente ainsi une forme d’« exclusion avec trace » (Van Leeuwen 2008 : 29), et ce, pour deux raisons : premièrement, les auteurs de ces « certains avis » ne sont pas en mesure de défendre leurs idées dans ce débat dissymétrique où celui qui développe les idées inverses est le sujet-argumentant unique et autorisé ; deuxièmement, leurs opinions laissent cependant des traces par la précision de leurs idées (en totale opposition avec l’idée de complots) et aussi par l’évocation occasionnelle par le JT d’un nom plus précis (« les soi-disant Propositions »), permettant par conséquent au téléspectateur, même le plus mal informé, de percevoir l’existence physique et réelle de « certaines personnes » – une perception d’autant renforcée lorsque le JT fait état de la proposition.

28Ensuite, l’insertion des paroles marginales fonctionne comme une modalité de développement des arguments. Par exemple :

Il n’existe et n’existera jamais une armée apolitique, neutre, en dehors des classes : c’est une vérité historique. (Reportage du 27 février 2013.)

— D’après vous, pourquoi existe-t-il actuellement des avis selon lesquels le Vietnam aurait dû organiser son État selon le principe de séparation des pouvoirs du modèle de l’État bourgeois ?

— Parmi ces avis, nous n’excluons pas le motif non constructif ! Ils veulent appliquer ce modèle au Vietnam […] car, peut-être, veulent-ils colporter un slogan pour entraîner les adhérents dans une cause malsaine. (Interview du 4 mars 2013.)

— Existe-t-il dans le monde plusieurs pays appliquant le même régime de propriété foncière que le nôtre ?

— Très peu de pays dans le monde reconnaissent le régime unique de la propriété foncière, mais je pense que la Vérité n’appartient pas toujours à la majorité et ce qui est réalisé par très peu de pays n’est pas toujours erroné. L’important est de savoir si cette décision ou ce comportement convient ou non à la réalité du pays. (Interview du 6 mars 2013.)

Pour des raisons différentes, ces personnes veulent profiter de la campagne pour mettre sur pied un coup d’État pacifique. Mais modifier le contenu essentiel de la Constitution de 1992 en supprimant le rôle de direction du PCV n’est qu’une illusion. (Revue de presse du 6 mars 2013.)

L’inscription des avis marginaux dans le déroulement du débat sert de point d’appui à l’argument contraire, ou d’excitant poussant l’argument à aller plus loin. Ils jouent parfois le rôle de contre-exemples ou de preuves de confusion. Pire encore, ils servent de preuves démontrant les intentions malsaines, celles qui s’appuient sur des arguments d’un autre ordre : ceux-ci n’explicitent plus des idées mais s’orientent vers la logique de dénonciation ou de stigmatisation.

29Enfin, la logique d’accusation et de dénonciation est poussée à l’extrême lorsque l’insertion des avis marginaux est utilisée comme une modalité de clôture. Ainsi :

Selon l’auteur, les individus qui considèrent la formule « Fidélité envers le Parti » comme une idée opposée à la pensée d’Ho Chi Minh sont justement ceux qui comprennent faussement la pensée de Ho. Ils devraient avoir honte de ces propos irréfléchis. (Revue de presse du 6 mars 2013.)

Néanmoins, le reporter du journal La Grande solidarité se demande comment de simples paysans qui ne connaissent rien à Internet peuvent si facilement cliquer pour signer cette proposition ? Pourquoi sont-ils obligés de réclamer ces choses alors qu’ils expriment toujours leur confiance en la direction du Parti ? Existe-t-il ou non une falsification des signatures afin de mettre la pression sur le Comité ? (Revue de presse du 11 mars 2013.)

L’article estime que cette argumentation vise en réalité à dissimuler des tentatives d’évolution pacifique : dans plusieurs journaux à l’étranger, certains disent franchement que donner son avis dans la campagne n’a pas pour but de perfectionner le projet mais de donner l’occasion de déstabiliser la société. Plus déconcertant, un certain élément demande à nos soldats et nos cadres : « Jusqu’à quand comptez-vous rester dormir ? » C’est un appel à la révolte de notre armée. (Revue de presse du 18 mars 2013.)

L’auteur induit que la Constitution, à l’instar d’autres lois, ne peut réglementer l’a-politisation des forces armées du peuple, c’est-à-dire armées dissociées de la direction du PCV. Il faut être lucide et ne pas laisser l’ennemi profiter de cette argumentation pour réaliser sa stratégie d’évolution pacifique, de suppression du rôle directeur du PCV et du régime socialiste du Vietnam. (Revue de presse du 20 mars 2013.)

Plusieurs arguments s’efforcent d’induire subjectivement ‒ par la paranoïa au sujet de complots de forces hostiles ou le fantasme sur l’effondrement éventuel du régime – l’existence de motifs politiques noirs, de manœuvres ignobles, de tentatives insidieuses des ennemis, voire des propos moralement honteux. La stigmatisation des avis marginaux met en avant, dans le même temps, les idéaux et objectifs élevés du régime actuel.

L’inclusion explicite des paroles officielles et légitimes

30Nous avons coutume de classifier les voix rapportées par les médias selon des critères de catégorisation tels que catégorie socioprofessionnelle, types de parole (intellectuel, expert, politique, témoin, vox populi, etc.), rapports aux sources, etc. Or, l’application de ces critères dans le cas des médias vietnamiens risque d’occulter une réelle orchestration de voix de l’appareil de propagande. Ce dernier a largement recours aux organisations de masse servant de « façade » (Arendt 1972 : 130) ou d’interface entre les populations et le centre du pouvoir. Il nous faut donc examiner la répartition de voix dans l’optique d’une manifestation encadrée de la solidarité nationale qui reflète pourtant une certaine réalité du rapport de force entre les parties de la société civile et les organisations sous la direction de l’État-parti. Il est évident que ces voix rapportées ne se dotent pas du positionnement neutre du sujet-parlant, mais adoptent tantôt un positionnement d’autorité, tantôt celui d’engagement : elles ne s’adressent pas à vrai dire au public mais s’expriment sous les contraintes du rapport direct avec le pouvoir. Néanmoins, ces contraintes laissent une certaine marge de manœuvre dans l’expression sans laquelle aucune communication politique ne peut fonctionner.

31En examinant la répartition des voix, nous ne tenons compte que des paroles rapportées directement dans les reportages et les interviews et celles citées dans les revues de presse. Dans 39 journaux, nous dénombrons 143 paroles rapportées dans 58 occurrences (de trois genres), en classant les types de parole dans les neuf catégories de voix suivantes : Responsable politique (RP), militaire (Mil), représentant des organisations de masse (OM), universitaire et théoricien (UT), professionnel (Pro.), vox populi, représentant religieux (RR), média et spécialiste international (SI). La définition des catégories emprunte à celle de la solidarité nationale du PCV : force dirigeante (y compris l’armée) pour l’État et la société, intellectuel, professionnel, couches sociales, fractions religieuse et ethniques et amis internationaux. Les médias relèvent de la catégorisation propre du média.

Voix rapportées
Genre R.P O.M Mil. U.T Pro. Vox populi R.R Média SI.
Interview (10) 5 2 0 2 1 0 0 0 0
Reportage (35) 34 17 3 15 9 17 12 1 2
Revue de presse (15) 6 4 4 2 0 1 0 6 0

Nous n’examinons pas le temps de parole ; le nombre d’insertions de chacune des voix rapportées suffit ici à démontrer la place prépondérante accordée au discours de l’autorité politique, laquelle montre que le sujet-argumentant se positionne principalement sur le statut d’autorité ; les discours militaire, universitaire et médiatique représentent également une autre forme d’autorité (celles de la stratégie militaire et du savoir). Les paroles des représentants des organisations de masse, des professionnels, des responsables religieux et des citoyens adoptent quant à elles le positionnement d’engagement : la totalité de ces voix adhèrent entièrement aux principes essentiels du projet ; quelques propositions de modification et d’amendement des articles de la Constitution sont encadrées dans le seuil autorisé.

32Il faut signaler l’utilisation abusive des titres scientifiques et académiques (professeur, docteur, spécialiste ou enseignant émérite) comme un procédé d’attribution à ces propos de l’autorité du savoir. Par exemple : Maître de recherches, docteur, général de division Nguyễn Tiến Bình (23 février) ; Docteur, vice-président du Comité de la solidarité catholique de la ville de Hanoi Phạm Huy Thông (25 février) ; Enseignant du peuple, membre du Comité central du Front de la patrie Nguyễn Lân Dũng (25 février), etc. L’attribution de ces labellisations vise à crédibiliser la qualité du débat avec des arguments intellectuellement fondés. Les voix des spécialistes étrangers émanent de deux universitaires thaïlandais qui représentent ici « l’opinion internationale » (17 mars).

33Enfin, un propos sur les 143 mérite un examen plus attentif : celui de Nguyễn Đình Lộc, ancien ministre de la Justice et membre fondateur du groupe des Propositions 72. L’irruption inattendue de sa parole a marqué un tournant significatif dans le traitement du sujet par le JT. Dans un reportage du 22 mars 2013, la journaliste a rapporté la réunion du ministère de la Justice et du Bureau gouvernemental en vue du recueil des avis, et inséré deux interviews : l’une de la docteure Dương Thị Thanh Mai, haut expert du ministère de la Justice, et l’autre de Nguyễn Đình Lộc, ancien ministre de la Justice. La prestation de ce dernier se compose de deux parties distinctes : la première, rapportée sans aucune intervention de la journaliste, suggérait qu’il aurait été préférable, avant de recueillir l’opinion du public, de « vulgariser les connaissances sur la Constitution avec lesquelles les populations vont devoir se familiariser », dans la mesure où celles-ci « sont parfois désorientées de se voir demander leur avis », et estimait qu’« il y a plusieurs leçons à tirer pour mieux conduire cette campagne » ; la seconde partie de l’interview, en revanche, fut marquée par l’intervention inopinée de la journaliste sur une question hautement problématique :

Dans cette campagne, alors que la majorité du public soutient et participe activement au perfectionnement du projet, certains individus ont élaboré eux-mêmes un projet et envoyé leurs propositions au Comité d’élaboration du projet de l’AN, puis recueilli des signatures de soutien. Qu’en pensez-vous ?

34Le détournement soudain de la situation communicationnelle pousse à l’extrême le jeu ambigu d’inclusion et d’exclusion : Nguyễn Đình Lộc est ici confronté à une situation, sinon imprévue (il est tout à fait plausible qu’il l’ait anticipée), du moins dualiste et certainement embarrassante. Entre son statut d’ancien ministre de la Justice et celui de membre des Propositions 72, quelle parole va-t-il choisir ? Va-t-il continuer à porter celle de l’ancien ministre, ou, inversement, assumer le nouveau rôle du sujet discursif ? L’interrogation de la journaliste vise à attaquer la légitimité officielle de son discours : l’ancien ministre est physiquement présent pour être discrédité et exclu. Dans cette optique, nous classons l’insertion de la parole de Nguyễn Đình Lộc dans deux modalités discursives distinctes : la première partie est insérée selon la modalité d’inclusion de la parole officielle et la seconde révèle manifestement la modalité d’exclusion de la parole marginale.

L’exclusion explicite des paroles marginales par l’acte discursif de stigmatisation

35Si nous qualifions le traitement du JT vis-à-vis de Nguyễn Đình Lộc d’exclusion explicite, c’est parce qu’il a créé une situation communicationnelle imprévue du point de vue de la réception. Pour un téléspectateur qui ne possède aucune information sur les Propositions 72 et le rôle qu’y joue Nguyễn Đình Lộc, sa réponse provoque ce que nous appelons la perte de communication :

Pour ma part, honnêtement, je joue un rôle… à vrai dire, il paraît important, le rôle du chef de la délégation, mais je ne me suis attribué ce rôle que tout à la fin [sourire] […] À vrai dire, je n’y avais pas participé avant, je n’avais pas été autorisé à participer à l’élaboration de ce document. Je suis ancien ministre de la Justice, alors ces camarades, ces amis m’ont chargé de le déposer. C’est la raison des rumeurs à mon sujet, si je l’avais fait, je l’assumerais, mais je n’ai pas été autorisé à le faire, les autres l’ont fait, j’ai simplement été choisi pour aller déposer le document en tant que chef de la délégation, c’est tout. Bien évidemment, avant de le déposer, je l’ai lu. Je l’ai étudié et j’en ai modifié certains détails. Mais les camarades ont dit qu’il avait déjà été mis en ligne, qu’il ne devait pas être modifié. Ce jour-là, ils m’ont simplement confié la mission de le déposer. Nous n’en avons pas discuté sérieusement avant, ils ont tenté de confier la mission à quelqu’un d’autre, mais au dernier moment tout le monde a dit : laissons Lộc le faire. Et je l’ai fait. Mais je l’ai déjà dit : je n’ai pas participé à l’élaboration de ce document, j’ai donné mon avis, mais je ne l’ai pas écrit. Concernant le projet, je n’y ai pas du tout participé, je ne fais pas non plus partie des fondateurs du groupe. J’ai signé le document en sept points. Mais le projet, je ne sais pas ce que c’est. (Reportage du 22 mars.)

La seule chose que le téléspectateur lambda est à même de deviner est que Nguyễn Đình Lộc est en train de justifier son implication dans la création d’un groupe et la diffusion d’un document en sept points. L’intervention ci-dessus véhicule un sens obscur. La perte de communication est due au fait que ses propos sont dénués de sens par rapport au reste du reportage : l’irruption brutale de cette conversation absurde rend perplexe le téléspectateur, et ce d’autant plus qu’après cette intervention, le reportage revient à son sujet initial comme si de rien n’était. La journaliste ne livre aucune explication sur ce qui vient de se passer. Le public est donc, lui aussi, exclu et privé d’accès au secret entre les deux protagonistes de la scène. L’exclusion se trouve ici au niveau de l’acte discursif : la parole elle-même n’est pas exclue, au contraire, elle est exposée explicitement aux yeux et oreilles de tous, mais personne ne peut accéder à son sens du fait de l’absence totale de discours explicatif.

36Chez un téléspectateur bien informé, cet acte discursif provoque une exclusion au second degré, qui ne réside plus dans l’incommunication mais dans la stigmatisation. À ses yeux, l’apparition de Nguyễn Đình Lộc dans les premières séquences est déjà problématique, engendre des doutes quant aux intentions du reportage, lesquels se trouvent pleinement confirmés avec la question provocatrice de la journaliste. Dans ce contexte, la journaliste s’attribue une autorité politique lorsqu’elle interroge Nguyễn Đình Lộc, les yeux dans les yeux, sur son implication dans l’affaire. Sa description, « certains individus élaborent eux-mêmes un projet […] », révèle manifestement un jugement de valeur conforme à celui de l’autorité officielle. L’utilisation de la formulation « certains individus » dans l’échange face à face avec l’un de ces « individus » est provocatrice dans la mesure où elle teste la capacité du sujet-parlant d’affronter une éventuelle remise en question de sa légitimité. L’insertion de la réponse s’inscrit dans un autre ordre de stigmatisation : si Nguyễn Đình Lộc avait répondu différemment (s’il avait prôné le rôle du groupe et déploré le système politique actuel), sa réponse aurait certainement été censurée. Mais puisqu’il s’efforce d’atténuer son implication dans ces activités, l’inclusion de sa parole est en réalité une méta-communication visant à transmettre au moins deux discours : les médias d’État sont transparents puisqu’ils donnent la parole aux avis marginaux ; et même le leader du groupe évite d’assumer entièrement ce qu’il a fait. Ce métadiscours stigmatisant s’attaque frontalement à la légitimité du sujet-parlant, indirectement à celle des Propositions 72 en particulier, et des paroles marginales en général.

L’exclusion symbolique des paroles marginales par l’opposition des figures de l’Autre et du Même

37Le procès d’exclusion ne se réalise pas seulement par le discours et l’acte de la stigmatisation explicite, il fonctionne également sur le registre symbolique. Le reportage intitulé « Le juste titre dans la participation au projet » (20 mars 2013) relate l’enquête menée par le journaliste à Thái Bình sur « l’affaire des signatures pour les soi-disant propositions » dans laquelle il aurait découvert des « preuves » de la « falsification des signatures » : des centaines de noms apparaissant sur Internet ne correspondraient à aucune identité réelle de résidents de Thái Bình. Or l’objectif principal du reportage ne consiste pas à apporter ces preuves, mais à remettre en cause la légitimité de ce mouvement marginal. Ce faisant, le journaliste recourt à un concept confucéen, le « juste titre » (chính danh), pour affirmer que « les contributions dépourvues d’un juste titre ne peuvent être crédibles, quelles qu’en soient les raisons, elles renferment sûrement de mauvaises intentions ». L’enquête recueille les opinions du peuple autour du « juste titre » de « certains mauvais éléments » afin de fonder son jugement symbolique, par exemple :

À mon avis, ceux qui se targuent du titre d’intellectuels pour contribuer à la campagne de l’État-Parti auraient dû le faire ouvertement : « Je m’appelle Quách Thước, mon adresse est…, je souhaite donner mon avis comme ceci cela. C’est mon droit de participation ». Si vous falsifiez votre titre en recueillant beaucoup de fausses signatures pour avoir le soutien de la majorité, je pense que vous violez la loi. (Quách Thước, province de Thái Bình.)

Selon le reportage, « le rôle et la mission du PCV dans l’histoire révolutionnaire s’affirment non seulement par le juste titre que le peuple lui a confié, mais aussi par le sacrifice de personnes très concrètes, indomptables et fidèles. Cette vérité est impossible à remplacer par la falsification ». La légitimité du PCV (sa dénomination) est fondée sur la confiance du peuple et la concordance entre sa parole et la réalité (le sacrifice des « personnes très concrètes »). Elle ne peut donc être défiée par des activités d’opposition désignées dans le reportage comme une « falsification ». Contrairement à la légitimité « réelle » du PCV, celle des initiateurs des Propositions est « fausse » et non crédible car leur « parole sans objet » ne correspond pas à la réalité. En se basant sur la définition confucéenne et les preuves de l’enquête journalistique, le reportage procède à un processus d’exclusion symbolique en traçant la ligne de démarcation entre l’Autre (les faussaires, les falsificateurs non légitimes) et le Même (le PCV et le peuple, avec la cause réelle et légitime).

La consolidation de l’espace de communion nationale (discours de légitimation)

38Le discours médiatique vise également à consolider une communauté de destin à laquelle chaque individu s’identifie selon un processus de fusion symbolique et identitaire. Ce discours mythique cherche à accentuer la particularité et l’unicité de l’Histoire, de la tradition et de l’identité vietnamiennes et à renforcer le sentiment d’appartenance. Dans ce processus, le rôle directeur du PCV pour la nation s’affirme comme relevant de l’évidence et comme un choix de l’Histoire conforme à la morale hégémonique. Le discours mythique est donc un discours de légitimation qui vise à maintenir et renforcer le pouvoir. Ce faisant, elle recourt à deux types d’arguments : l’un vise à consolider la croyance en le bon sens (arguments vraisemblables), l’autre, en les valeurs communes de la communauté nationale dont le PCV est le gage.

Le discours de bon sens

39Le bon sens (ou la doxa) n’est pas une construction ex nihilo mais une construction sociale et historique qui repose sur ce que Charaudeau appelle le « savoir de croyance » (1997 : 44-46). Ce type d’argumentation prend le bon sens pour l’objectif et le moyen à la fois : il se sert du point de départ, de l’appui de développement et du discours de clôture. Il n’exclut pas des arguments rationnels et fondés, mais ceux-ci ne servent qu’à illustrer le sens évident en fournissant des preuves ou des démonstrations. Ce genre de débat ne cherche pas à découvrir l’inconnu ou à atteindre le savoir : il vise seulement à réaffirmer et imposer ce qui est déjà connu et paraît évident pour tout le monde.

  • 13 « Vừa đá bóng vừa thổi còi », expression désignant une évaluation partiale, biaisée.

40Dans ce débat d’idées, les défenseurs des principes « inébranlables » de la Constitution en vigueur utilisent souvent l’argumentation du sens évident. Personne n’analyse en profondeur ces principes, ne s’interroge sur leur compatibilité avec d’autres principes et avec la volonté, l’aspiration et les attentes réelles de la société, ni les remet en question en ouvrant la possibilité d’un changement de principes. Dans cette perspective, les discours intellectuels et stratégiques n’aboutissent qu’à une opinion commune, reconnue et légitime. Ils utilisent à l’excès la méthode « jouer tout en étant arbitre13 » selon laquelle les idées à défendre deviennent des arguments qui servent à se défendre eux-mêmes. Ainsi :

Les réglementations constitutionnelles sur le rôle de direction du PCV […] ne sont pas initiées par le PCV, elles constituent les obligations liées à la prise du pouvoir et à la direction d’un Parti légitime unique. (Revue de presse du 13 mars 2013.)

Le rôle de direction du PCV s’impose comme une nécessité historique. (Interview du 4 mars 2013.)

Il faut affirmer d’emblée que les idées rejetant le rôle directeur du PCV dans la Constitution sont erronées. Je vais éclaircir ce point. D’abord, les réglementations concernant le parti politique dans la Constitution sont devenues un phénomène universel, occupent une place particulière dans la vie sociale et constituent un facteur indispensable dans le processus et la vie politiques de la plupart des nations. À l’heure actuelle, tous les pays du monde ont des partis politiques […]. Les Constitutions vietnamiennes de 1980 et 1992 contiennent toutes deux l’Article 4. Et le projet présente également l’Article 4 réglementant le rôle de direction du Parti politique, à savoir le PCV, rejoignant ainsi un phénomène universel. (Interview du 25 février.)

41Ces arguments sont contradictoires : ils renvoient simultanément à l’universel et au particulier, tout en affirmant la ligne de démarcation étanche qui les sépare. La logique du bon sens fonctionne aussi comme un cercle vicieux ; la justification du rôle directeur du Parti unique sert souvent d’argument pour justifier d’autres principes :

Le Parti a créé l’Armée. (Reportage du 27 février.)

L’intérêt du Parti et l’intérêt de la Patrie et du peuple sont unifiés […] c’est la raison pour laquelle l’a-politisation de l’Armée n’est pas pertinente et ne sert ni les objectifs ni les intérêts du peuple et de la Patrie. (Interview du 27 février.)

Le critère important pour l’édification de l’État de droit socialiste est le rôle de direction du PCV. (Interview du 4 mars 2013.)

42Ainsi, au lieu de justifier tour à tour les principes, ces derniers sont utilisés pour se justifier mutuellement. Il est à noter l’importance du poids des « conditions spécifiques » et de l’« héritage de l’Histoire » dans l’argumentation de bon sens – le présent et l’avenir étant justifiés et aussi fixés par le passé et cela confisque toutes les alternatives possibles :

Aujourd’hui, le PCV est le Parti unique au pouvoir, ne dispute et n’enlève le pouvoir de personne, mais ce rôle est déterminé par l’héritage de l’Histoire et des conditions spécifiques au Vietnam. Ce rôle a été vérifié dans la réalité révolutionnaire. Il suffit de parcourir les périodes historiques pour s’en rendre compte […]. En réalité, la création, l’existence et l’évolution du PCV servent non seulement l’intérêt de la classe ouvrière mais aussi celui du peuple laborieux et de la nation tout entière. Notre Parti n’a pas d’intérêt en soi. (Interview du 25 février 2013.)

La répétition des principes sans une véritable argumentation a pour conséquence de faire s’évaporer leur signification et de laisser la place au non-sens. Elle provoque l’indifférence totale du récepteur aux idées politiques et anéantit la réflexion critique. Ainsi, lorsqu’il est invité à donner un avis, le sujet-argumentant recourt naturellement au bon sens : il défend toujours une idée qu’il trouve correcte puisque l’autorité politique et tout le monde l’approuvent ; son sens lui échappe, mais, en répétant le discours officiel, il se sent sécurisé dans sa conscience communautaire. L’évocation à l’ethos personnel ne lui permet pas de dégager un argument singulier, mais vise principalement à montrer sa sincérité. À titre d’exemple :

À propos de l’Article 4 : je ne suis pas membre du PCV, il y avait dans ma famille des Saïgonnais qui ont participé à l’ancien régime. J’ai bien réfléchi à cet Article 4, écouté les avis pour et contre, et je suis très troublé. J’ai étudié l’histoire, je médite continuellement sur notre présent et notre avenir. Moi, dans cette réunion, je ne suis pas un membre du Parti, je donne mon avis, j’affirme que, dans notre Constitution, il est nécessaire de tenir compte du rôle directeur du PCV pour l’État et la société. (Reportage du 27 mars 2013.)

43Le bon sens sert également à justifier les points faibles ou le dysfonctionnement du système, en les présentant comme des exceptions non représentatives qui ne peuvent en aucun cas remettre en cause la légitimité des principes clés :

  • 14 En vietnamien « Con sâu bỏ rầu nồi canh ».

Commentant la faillite et l’évasion des biens publics ces derniers temps au sein de certains Groupes et Corporations d’État, M. Vũ Văn Phúc a affirmé qu’elles n’étaient pas dues à la nature de l’entreprise étatique, encore moins à celle du secteur étatique, mais à des difficultés liées au système du fonctionnement public et à la mauvaise gestion de ces entreprises. M. Phúc a ajouté que nous ne devions pas, du fait seulement de quelques « brebis galeuse qui altèrent le troupeau14 », rejeter dans sa totalité le rôle des entreprises étatiques en particulier, et de l’économie étatique en général. (Reportage du 1er mars 2013.)

Aujourd’hui, le grave problème, ce que le peuple condamne le plus, ce qui lui fait perdre sa confiance et érode la belle essence du Parti est la dégénérescence de la pensée politique, de la morale et du mode de vie d’une partie non négligeable des cadres et des membres du Parti. (Revue de presse du 25 février 2013.)

Le discours de valeur

44Le discours de valeur se met au-dessus du bon sens pour atteindre le système culturel global. Il s’appuie souvent sur le consentement de valeurs sensibles telles que le sentiment patriotique, le mode de pensée confucéen, la croyance religieuse ou encore les enseignements du père-fondateur de la RSVN, l’Oncle Hồ.

« Fidélité envers la nation, piété filiale envers le peuple : voilà notre armée » : la plupart des téléspectateurs ont reconnu cet enseignement de l’Oncle Hô adressé à l’armée du peuple, repris en titre d’un article publié dans le journal Le Peuple par M. Vũ Tiến Anh, un vétéran dont la famille a donné à l’armée de l’Oncle Hồ trois générations de soldats. Selon lui, sans la prise de conscience politique correcte, l’expression de patriotisme par la plume intellectuelle sera désorientée. M. Vũ ne peut rester silencieux […] devant la proposition d’a-politisation de l’armée. (Revue de presse du 6 mars 2013.)

La terre doit être la propriété du peuple représentée par l’État. Je pense que la propriété privée nourrirait la convoitise, détruirait l’altruisme et la fraternité ; elle est contraire à l’esprit de miséricorde du Bouddha et de la philanthropie du Jésus. (Reportage du 26 mars 2013.)

Nous rappelons à ceux qui donnent leurs avis qu’ils doivent être sincères, car Dieu ne demande jamais à un bon catholique de s’opposer à l’État ou de devenir un mauvais citoyen. Au contraire, un citoyen exemplaire est un bon catholique. (Reportage du 29 mars 2013.)

Ces objectifs [religieux] s’accordent avec l’idéal du PCV : dévouement aux intérêts de la nation et du peuple. Ainsi, une religion qui réclame la suppression du rôle directeur du PCV dans la nation et la société est contraire à sa propre ligne directrice et se prive de la solidarité nationale. (Reportage du 31 mars.)

45Dans son essai La Patrie pénitente, Nguyễn Gia Kiểng (2001) remarque que la notion de patriotisme est devenue vulgaire par son usage excessif et trivial par le PCV et ses organisations de masse. Né au début du xxsiècle, ce terme fut rapidement l’objet de la part des communistes d’une exploitation terminologique qui a eu pour effet d’insensibiliser les Vietnamiens au sentiment patriotique. Ceux-ci ne l’ont jamais véritablement connu au cours de leur histoire, ce qui explique leur indifférence totale vis-à-vis des affaires publiques et du destin commun.

Conclusion

46La médiatisation des paroles marginales par le JT de 19 heures est révélatrice de l’émergence de la société civile vietnamienne dans la mesure où elle donne à voir une véritable fragilité du discours de légitimation. Tout d’abord, les thèmes principaux du débat télévisé ont été prescrits par les formulations du mouvement marginal, lesquelles obligent le discours officiel à s’auto-défendre sur les principes vitaux du PCV, lesquels demeurèrent longtemps indiscutables voire tabous. Ensuite, la fragilité du discours de légitimation réside dans son goût amer : l’abstraction des sources est probablement due à la réputation de ces personnes influentes, mais non moins liée à la difficulté pour l’État-parti d’accepter les accusations de ses propres camarades. Le discours du secrétaire général du PCV le 25 février 2013 est à ce titre significatif :

Nous verrons qui persiste à vouloir supprimer l’article 4. Qui veut le pluralisme et le multipartisme ? Qui veut la séparation des pouvoirs ? Allez-y. Qui veut a-politiser l’armée ? Il existe actuellement des avis en ce sens, rendus publics dans les médias de masse. Les voilà, les preuves de la dégénérescence : participer à des procès, à des manifestations, à des signatures collectives, qu’est-ce d’autre ?

Derrière ce ton provocateur se cache une amertume profonde : le Parti est en train de perdre ses derniers soutiens fidèles et précieux, ceux non seulement au sein du groupe des Propositions 72 mais aussi des intellectuels patriotes. Ces dernières années, ce soutien s’est fissuré lorsque l’État-parti cessa d’écouter ses intellectuels et la fracture s’est aggravée lorsqu’il a eu activement recourt à des mesures de répression. La fragilité réside enfin dans sa volonté de cacher cette fracture. Aucun membre du groupe n’a été emprisonné ni sanctionné par peur de rumeurs de désintégration du PCV : ce dernier s’est toujours efforcé de maintenir la foi du peuple en un Parti fort et unifié. D’une certaine manière, l’analyse suivante de Dong Phung Viet résume bien la situation délicate du PCV dans le contexte actuel :

  • 15 Dans le texte, nột lốt est le verlan de lột nốt qui veut dire « enlever la dernière culotte ».

Chers dirigeants du Parti, en politique la confiance est un capital particulier. Votre ignorance, votre imprudence, votre convoitise et votre méchanceté vous ont fait dilapider ce capital. Mais, au lieu d’arrêter la partie, vous en avez entamé une nouvelle pour vous rattraper. Dans la partie « Consolidation et maintien du pouvoir », vous avez non seulement « complètement fauché », mais aussi exposé au grand jour vos tricheries. Cette affaire d’amendement et de modification de la Constitution ressemble à un dernier pari sur votre « dernière culotte15 », à la fois lamentable et risqué. (Dong 2013.)

47Ce point de vue illustre la prise de conscience des enjeux du PCV lorsqu’il s’engage dans des « jeux d’opposition » risqués (Balandier 2013 : 135) afin d’équilibrer ses rapports de force avec la société civile émergente.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT, Hannah, 1972, Les origines du totalitarisme. Le système totalitaire, Paris : Seuil.

BALANDIER, Georges, 2013, Anthropologie politique, Paris : PUF/Quadrige.

BBC, 2013, « Le groupe Propositions 72 s’exprime », 2 avril, http://www.bbc.com/vietnamese/vietnam/2013/04/130402_kiennghi72_new_statement.

BOUDAREL, Georges, 1991, Cent fleurs éclosent dans la nuit du Vietnam : communisme et dissidence, 1954-1956, Paris : Jacques Bertoin.

BUI, Hai Thiem, 2016, « The Influence of Social Media in Vietnam’s Elite Politics », Journal of Current Southeast Asian Affairs, 35, 2 : 89-112.

CHARAUDEAU, Patrick, 1997, Le Discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris : INA/Nathan.

CHARAUDEAU, Patrick, 1998, « La télévision peut-elle expliquer ? », in Penser la télévision, Jérôme Bourdon & François Jost, Paris : INA/Nathan, p. 249-274.

DONG, Phung Viet, 2013, « La Constitution, les ‘‘tours de passe-passe’’ et la participation ou non à la Proposition », 8 février, https://www.facebook.com/dongphung.viet.5/posts/141915919304673.

ESQUENAZI, Jean-Pierre, 2002, L’Écriture de l’actualité. Pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble : PUG.

FAU, Nathalie, 2015, « La maritimisation de l’économie vietnamienne : un facteur exacerbant les conflits entre le Viêt Nam et la Chine en mer de Chine méridionale ? », Hérodote, 157 : 39-55.

FOUCAULT, Michel, 1994, Dits et écrits, tome III : 1976-1979, Paris : Gallimard.

GRAMSCI, Antonio, 2014, Textes choisis, Paris : Le temps des Cerises.

GUILLEMOT, François, 2004, « Au cœur de la fracture vietnamienne : l’élimination de l’opposition nationaliste et anticolonialiste dans le Nord du Vietnam (1945-1946) », in Naissance d’un État-Parti. Le Viêt Nam depuis 1945, Christopher E. Goscha & Benoît de Tréglodé, éd., Paris : Les Indes savantes, p. 175-216.

HABERMAS, Jürgen, 1993, Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris : Payot.

JAMMES, Jérémy & Paul SORRENTINO, 2015, « Géopolitique des religions au Viêtnam. Les voies multipolaires d’une société civile confessionnelle », Hérodote, 157 : 112-125.

KAMI, 2013, « Pourquoi je ne donne pas mon avis et ne signerai pas la Proposition d’amendement et de modification de la Constitution », 2 mai, http://www.rfavietnam.com/node/1506.

KERKVLIET, Benedict J. T., 1995, « Village-State Relations in Vietnam : The Effect of Everyday Politics on Decollectivization », Journal of Asian Studies, 54, 2 : 396-418.

KERKVLIET, Benedict J.T., 2005, The Power of Everyday Politics : How Vietnamese Peasants Transformed National Policy, Ithaca, New York : Cornell Press.

KERKVLIET, Benedict J. T., 2014, « Government Repression and Toleration of Dissidents in Contemporary Vietnam », in Politics in Contemporary Vietnam. Party, State and Authority Relations, Jonathan D. London, éd., Londres : Palgrave Macmillan, p. 100-134.

MARANGÉ, Céline, 2012, Le Communisme vietnamien (1919-1991) : construction d’un État-nation entre Moscou et Pékin, Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

MARR, David G., 1995, Vietnam 1945 : The Quest for Power, Berkeley, L.A., Londres : University of California Press.

MARSTON, Hunter, 2012, « Bauxite Mining in Vietnam’s Central Highlands : An Arena for Expanding Civil Society ? », Contemporary Southeast Asia, 34, 2 : 173-196.

MORRIS, Jason, 2013, The Vietnamese Bauxite Mining Controversy : The Emergence of a New Oppositional Politics, PhD Dissertation, Berkeley : University of California.

NGUYỄN, Gia Kiểng, 2001, La Patrie pénitente [Tổ quốc ăn năn], http://www.vinadia.org/to-quoc-an-nan-nguyen-gia-kieng/.

NGUYEN, Thi Huong, 2012, « Pursuing Constitutional Dialogue within Socialist Vietnam : The 2010 Debate », Australian Journal of Asian Law, 13, 1 : 1-18.

NGUYEN-POCHAN, Thi Thanh Phuong, 2014, « Le Journal télévisé et la construction des mythes médiatiques », in Les nouveaux territoires médiatiques, Gilles Delavaud & Loïc Ballarini, éd., Paris : Mare et Martin, p.183-215.

NGUYEN-POCHAN, Thi Thanh Phuong, 2015, « La mise en œuvre du dispositif de croyance dans la production télévisuelle des mythes. L’exemple du Journal de 19 heures de la Télévision vietnamienne », Réseaux, 190-191 : 248-273

RFI, 2013, « Les intellectuels patriotes sont déçus des résultats du mouvement », 27 mai : http://vi.rfi.fr/viet-nam/20130527-nhan-si-tri-thuc-that-vong-ve-giai-trinh-tiep-thu-y-kien-sua-doi-hien-phap.

THAYER, Carlyle A., 2009, « Vietnam and the Challenge of Political Civil Society », Contemporary Southeast Asia, 31,1, p. 1-27.

THAYER, Carlyle A., 2014, « The Apparatus of Authoritarian Rule in Vietnam », in Politics in Contemporary Vietnam. Party, State and Authority Relations, Jonathan D. London, éd., Londres : Palgrave Macmillan, p. 135-161.

VAN LEEUWEN, Theo, 2008, Discourse and Practice. New Tools for Critical Discourse Analysis, USA : Oxford University Press.

WELLS-DANG, Andrew, 2014, « The Political Influence of Civil Society in Vietnam », in Politics in Contemporary Vietnam. Party, State and Authority Relations, Jonathan D. London, éd., Londres : Palgrave Macmillan, p. 162-183.

Haut de page

Note de fin

1 Résolution n° 06/2011/QH13, 6 août 2011 ; Résolution n° 38/2012/QH13 ; Directive n° 22-CT/TW/2012.

2 Nous traduisons les citations du texte vietnamien en français.

3 L’appellation systématique de l’État-parti s’explique par la prise de pouvoir du Parti communiste vietnamien (PCV) et son accaparement de l’État.

4 Le système médiatique du Vietnam fonctionne avec la structure tripolaire de contrôle du PCV, de l’État et de la police. Il n’existe pas de presse privée dans le pays.

5 39 journaux télévisés en 2013 comprennent 2 occurrences de janvier (2 et 14) ; 27 émissions de la rubrique « Contribution au projet » retransmises dans les journaux télévisés suivants : 23/2, 25/2, 26/2, 27/2, 28/2, 1/3, 2/3, 3/3, 4/3, 6/3, 7/3, 8/3, 9/3, 10/3, 11/3, 12/3, 13/3, 14/3, 15/3, 17/3, 18/3, 19/3, 20/3, 21/3, 22/3, 23/3, 25/3, 26/3 ; et 9 journaux traitant la campagne comme actualité du jour : 5/3, 16/3, 27/3, 28/3, 29/3, 31/3, 1/4, 3/4, 8/4.

6 La première Constitution de la République démocratique du Vietnam qui, à partir de la Constitution de 1980, est devenue la République socialiste du Vietnam.

7 Voir sur le blog de Anh Ba Sam : https://anhbasam.wordpress.com/2013/02/18/1621-thong-bao-cua-nhom-kien-nghi-72/.

8 Selon Kami, pseudonyme d’un auteur du blog sur RFA (Radio Free Asia), « Le journal Người lao động (Les Travailleurs) a dû annuler ses informations sur la proposition des intellectuels patriotes suite à une “directive venue d’en haut”» (Kami 2013).

9 Voir sur le site de Dân Luận : https://www.danluan.org/tin-tuc/20130417/thong-bao-cua-nhom-soan-thao-va-ky-kien-nghi-72-ve-sua-doi-hien-phap.

10 Expression vietnamienne désignant un acte contre-productif provoquant l’autodestruction (mỡ nó rán nó).

11 Résolution du IVe Congrès du Comité central du PCV (XIe session, 16 janvier 2012) à propos de « problèmes urgents dans la construction du Parti aujourd’hui ».

12 Nous soulignons les passages significatifs pour notre analyse de cette affaire.

13 « Vừa đá bóng vừa thổi còi », expression désignant une évaluation partiale, biaisée.

14 En vietnamien « Con sâu bỏ rầu nồi canh ».

15 Dans le texte, nột lốt est le verlan de lột nốt qui veut dire « enlever la dernière culotte ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Interview du 8 mars 2013 et revue de presse du 6 mars 2013
URL http://journals.openedition.org/moussons/docannexe/image/4567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thi Thanh Phuong Nguyen-Pochan, « La médiatisation de la voix marginale dans l’espace public vietnamien », Moussons, 32 | 2018, 179-204.

Référence électronique

Thi Thanh Phuong Nguyen-Pochan, « La médiatisation de la voix marginale dans l’espace public vietnamien », Moussons [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/moussons/4567 ; DOI : 10.4000/moussons.4567

Haut de page

Auteur

Thi Thanh Phuong Nguyen-Pochan

Docteure en sciences de l’information et de la communication (université Paris 8). Ses recherches actuelles portent sur le nationalisme culturel, la société civile émergente et la médiatisation des espaces publics. Elle est membre associé du Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI), université Paris 8.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Moussons sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page